Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Conclusions

Texte intégral

Rationalisation de l’émigration du Sud

1Plusieurs enquêteurs qui participent à l’administration des populations berbères du sud du Maroc ont craint que la documentation réunie par leurs soins fût utilisée pour dénoncer le danger que ferait courir aux régions du nord l’accroissement excessif du prolétariat citadin. Ils ont tenu à souligner, comme nous l’avons fait nous-mêmes d’ailleurs, le rôle bienfaisant de l’émigration temporaire pour les populations rurales. Nous nous sommes ici associés volontiers à ces « defensores civitatum » qui voient bien sur place quel parti la famille demeurée au pays peut retirer des gains importants des travailleurs exilés volontaires, seuls capables, par leur effort acharné, de sauvegarder le patrimoine foncier et d’apporter aux vieillards, aux femmes et aux enfants la subsistance nécessaire pour franchir les mois difficiles de l’hiver. Mais on peut multiplier ces effets heureux et limiter les maux qui, sur place, sont la conséquence malheureuse de ces exodes.

2Il est évident que cette consolidation économique de la société rurale par les bénéfices de l’émigration temporaire peut être favorisée si les employeurs des villes, des mines et des grands chantiers veulent bien, eux aussi, s’associer à cette œuvre de préservation sociale. Il faut pour cela favoriser dans la plus large mesure du possible la constitution de ces petits essaims d’émigrés temporaires qui s’attachent à une entreprise ou à une profession, dans le cadre étroit d’une tribu, d’une fraction ou d’un village. Un va-et-vient d’ouvriers et d’employés peut alors s’établir avec profit et sans danger entre un lieu de travail dans le Nord et une petite région agricole déshéritée du Sud. Les employeurs trouveront en effet avantage à cette « stabilité alternante ». Il nous semble que les grandes entreprises industrielles et en particulier les mines, lorsque l’ouvrier est rapidement usé par la tâche très dure qu’on exige de lui, n’ont aucun intérêt à tenter de stabiliser sur place les travailleurs, ce qui mettrait bien vite à la charge de la collectivité tout entière des hommes d’une santé ruinée et des familles sans ressources. Au contraire, si l’ouvrier peut, tous les deux ou trois ans, aller refaire ses forces quelque temps au milieu de ses gens, il reprendra plus volontiers ensuite le chemin du Nord, cependant qu’il gardera l’entière propriété et l’usage de sa maison et de ses cultures. Dès à présent et en dépit des efforts poursuivis pendant de longues années par les mines de phosphates de Khouribga pour stabiliser sur place des ouvriers du Sud, c’est cette pratique qui s’est instituée. Il conviendrait, croyons-nous, de l’encourager le plus possible, partout où l’usure du travailleur industriel risque d’être rapide.

3Une orientation plus méthodique des services d’embauche, dans les grandes entreprises, permettrait aussi de concentrer les efforts de recrutement sur des régions moins étendues, de manière à renforcer, dans les zones les plus favorables, les courants humains qui drainent les travailleurs de la montagne et des oasis vers les régions du nord. On peut même envisager que des enquêtes ultérieures bien conduites permettraient d’établir une sorte de carte de la main-d’œuvre pour la grande industrie et les mines, dans des conditions qui contribueraient à la fois à renforcer la stabilité des familles au pays d’origine et le bon moral des travailleurs, dont l’exil se trouve adouci par la reconstitution chez l’employeur d’un petit groupe de parents et d’amis. Mieux encore, de grandes entreprises ayant ainsi concentré leurs efforts de recrutement sur des régions convenables pourraient s’intéresser de plus près aux œuvres sociales et familiales au pays même, voire même encourager une première éducation technique des jeunes adultes, par le moyen d’écoles fondées dans les tribus. On aperçoit ainsi l’immense parti que l’on pourrait tirer d’une rationalisation du recrutement, qui disciplinerait l’émigration temporaire et en limiterait les inconvénients.

4Il est évident d’autre part que l’importance de l’émigration dans certaines zones, d’ailleurs encore insuffisamment délimitées par nos études, est telle qu’elle met en danger l’équilibre économique des zones les plus défavorisées. Nous l’avons dit, le Dra, certaines oasis des régions du sud de l’Anti-Atlas ou la région des cols d’Argana à Imintanout commencent à se vider vers le Nord. Sans doute des mesures défensives pourront-elles être prises, localement, dans ces zones menacées pour améliorer l’agriculture, soit en renforçant les crues, soit en aménageant des petits barrages ou en luttant contre l’érosion des sols, mais elles ne donneront pas, on peut le croire, des résultats assez rapides pour combattre la dépopulation. Il conviendrait dès lors, si l’on veut éviter des départs en masse avec familles vers les villes, d’ouvrir à ces déshérités des « terres de colonisation » dans les plaines du Nord, sur lesquelles ils puissent reconstituer des communautés rurales actives.

5Il est bien évident, et toutes les observations qui ont pu être faites le démontrent, qu’un paysan isolé du Dra ou de l’Anti-Atlas ne viendra jamais s’établir à demeure comme cultivateur sur une terre étrangère. Il s’y sent perdu d’avance, et l’effort qui lui serait nécessaire pour réussir dépasse évidemment les forces et les capacités d’un travailleur sans ressources et chargé de famille. Dans ces conditions, les grands travaux d’irrigation que le gouvernement du Protectorat favorise dans les plaines du Nord en utilisant les eaux de l’Atlas central n’attireront donc, si l’on ne prend aucune disposition particulière, qu’un nombre infime de travailleurs agricoles du Sud. C’est plutôt une colonisation collective qu’il faut envisager. La création s’imposerait de nouveaux villages constitués par des groupes solides de familles patriarcales venues du Sud, dont on encouragerait et guiderait les efforts. Ce serait, dans le domaine de la vie rurale, un problème analogue à celui que doivent résoudre les employeurs de l’industrie. Il faudrait capter les « essaims » d’agriculteurs avec leurs familles originaires d’une même fraction, afin de leur permettre de reconstituer une communauté vivante. Il se trouve heureusement qu’une telle entreprise serait facilitée, sur le plan technique, en raison des qualités exceptionnelles que possèdent les émigrants du Dra et des oasis, supérieurement doués dans la pratique de l’irrigation – dont les tribus arabes de la plaine de Marrakech ignorent précisément les secrets. Nous pourrions ainsi utiliser dans de telles entreprises les mêmes courants d’émigration que le service municipal des plantations et jardins de Casablanca, qui a su se ménager la faveur des Draoua et des Chleuhs du Sous.

6Il reviendrait aux offices chargés de la mise en valeur des nouveaux périmètres d’irrigation de réussir de la sorte, après une préparation psychologique suffisante, à attirer et à fixer sur place des collaborateurs d’une inappréciable valeur. Est-ce trop leur demander ? Ceux qui s’attacheront à une telle œuvre, au prix de quelques audaces administratives, auront bien mérité du peuple marocain.

Mise en valeur du Sud marocain

  • 212 Le colonel Mondet avait réalisé dans ce domaine autour de Taroudant entre 1932 et 1938 une œuvre pa (...)

7Il est à craindre, cependant, que ces dispositions ne soient pas assez efficaces dans un temps très bref et que, dans les mauvaises années surtout, le torrent si impétueux de l’émigration du sud vers le nord n’emporte trop aisément les barrières, encore fragiles au début, que nous pouvons essayer de dresser pour le canaliser. C’est en fin de compte une mise en valeur économique systématique des régions du sud qui doit être tentée, dussions-nous pour la réaliser passer outre sur quelques points aux calculs à courte vue qui s’inspirent de la rentabilité immédiate des travaux entrepris sur place. La restauration des sols, la création de petits barrages, tentés à plusieurs reprises dans le Sous212, mais sans une continuité suffisante dans les régions du Sud, doivent être évidemment reprises selon des plans plus vastes. Le développement du port d’Agadir et l’activité industrielle de la pêche, la mise en exploitation de nouvelles mines, l’utilisation plus rationnelle des eaux d’irrigation présentent donc une grande importance, non seulement pour le Sud lui-même, mais pour le Nord qui se trouvera préservé, dans une plus large mesure, des dangers de l’émigration massive, dont les charges seraient à la longue insupportables et ruineraient l’économie des villes les plus prospères.

8Enfin le rétablissement d’une politique économique de stockage des blés sur place, qui sous une forme moderne décuplerait le rôle des magasins à grains des Berbères, aurait une grande importance psychologique en prévenant la spéculation excessive sur les réserves de blé et d’orge et en rendant aux populations un sentiment de sécurité qu’elles ont trop souvent perdu. On ne peut, à cet égard, livrer sans protection les régions du Sud aux fluctuations naturelles du marché local des grains.

L’urbanisme des quartiers prolétariens

9Quels que soient les efforts entrepris dans le Sud, le courant d’émigration est trop puissant aujourd’hui pour que sa force puisse être diminuée sensiblement dans l’avenir. Ce que nous pouvons espérer, c’est seulement d’en réduire les excès et de lui donner plus de régularité. L’émigration temporaire, quel que soit le soin que nous apportions à la discipliner, donnera toujours naissance à une émigration définitive qui fixera les meilleurs éléments techniques retenus dans les villes par un bon emploi, en même temps que les travailleurs isolés, que la misère et le découragement maintiennent dans les agglomérations prolétariennes. D’autre part, l’attraction naturelle des grandes villes continuera à s’exercer sur une immense banlieue dont l’étendue ne décroîtra pas dans l’avenir. Il importe donc d’aborder plus résolument que jamais les problèmes très complexes de l’urbanisme des quartiers prolétariens dans les villes nouvelles.

10Le service de l’urbanisme au Maroc s’efforce aujourd’hui d’établir des plans favorables au regroupement des bidonvilles sur des emplacements disponibles, sans que les dimensions des agglomérations à constituer dépassent 20 000 âmes. Partout où cela est possible, les constructions s’édifieront sur des terrains bénéficiant déjà d’un plan d’ensemble bien étudié, pourvus d’égouts et de chemins. Les résultats déjà acquis, soit dans la cité municipale des Carrières centrales à Casablanca, soit à Fedhala, montrent que, dans ce domaine, une doctrine rationnelle s’impose aujourd’hui à tous. Chaque agglomération sera elle-même divisée en quartiers de 6 à 7 000 habitants environ, et il sera plus facile de doter chacune de ces unités des écoles et œuvres d’assistance économiques et sociales nécessaires pour favoriser l’éducation rapide des néo-citadins.

11On ménagerait l’avenir avec plus de prévoyance en préparant plus loin du centre des villes modernes, à 6 ou 8 kilomètres de distance par exemple, la construction de gros villages reliés aux cités par des moyens de locomotion rapides et bon marché. Ce serait le meilleur moyen pour maintenir dans un cadre semi-rural des populations en transition et éviter de hâter une évolution citadine toujours périlleuse.

12L’évolution sociale s’en trouverait considérablement assainie, et de nombreux problèmes, si aigus dans les villes, y seraient bien plus facilement résolus.

L’habitat prolétarien

13Devra-t-on en même temps entreprendre la construction aux frais de l’Etat des habitations qui conviennent aux usagers ? Nous avons vu quels déboires avait ainsi éprouvés l’Office chérifien de l’habitat en construisant la cité d’Aïn Chok qui s’est révélée utilisable seulement pour des petits-bourgeois et des employés, puisque le prix des loyers dépassait les ressources modestes d’un ménage ouvrier. Il est à craindre aussi que dans une maison de deux ou trois pièces ne s’entassent aussitôt, grâce à des tractations clandestines, deux ou trois ménages occupant chacun une pièce, un appentis ou une cuisine. Dans les conditions présentes, une entreprise de construction de l’habitat prolétarien, si elle veut jouer un rôle efficace, doit livrer au public des maisons dont le loyer soit inférieur à mille francs par mois, prix qui ne permet d’obtenir guère plus qu’une pièce unique et une courette. C’est dire qu’on ne peut espérer qu’une amélioration légère des conditions de vie qu’offrent les baraques, dont il est paradoxal d’observer qu’elles offrent pour l’instant la seule solution pratique et économique au problème de l’habitat prolétarien. La proportion de logements comportant deux ou trois pièces devrait être calculée en tenant compte du nombre très limité de familles nombreuses et de l’existence d’une petite élite de travailleurs qualifiés et des commerçants disposant de ressources un peu élevées. Il est évident, d’autre part, que les grandes constructions luxueuses, mosquées, hammams, kissarias ne peuvent être édifiées plus longtemps qu’au détriment de la construction des maisons elles-mêmes. L’essentiel doit primer l’accessoire.

  • 213 Peu d’effort a été dépensé jusqu’à présent à la mise au point pratique de méthodes ou procédés de f (...)

14On ne pourra, d’autre part, exercer une action sociale efficace en reprenant l’initiative des décisions, que si le nombre de logements mis d’un seul coup à la disposition des usagers est relativement considérable, comme il en a été à Port-Lyautey après l’incendie de 1947. Une « politique » du logement prolétarien, dont la conception serait à l’échelle des besoins les plus urgents, devrait avoir pour objectif la construction dans un délai minimum, en deux ou trois ans par exemple, de 50 000 logements, maisons ouvrières dont les 3/4 au moins devraient se composer d’une seule pièce principale. Le prix de la construction pour que le loyer (500 francs par mois) demeure à la portée des bourses très modestes des émigrants (100 à 200 000 francs par logement) s’élèverait donc pour le Maroc à une somme de 8 à 10 milliards. De telles dépenses qui excèdent les ressources du budget marocain ne peuvent donc pas être supportées par l’Etat seulement. Un projet de cette ampleur devrait donc obtenir, selon des formules diverses à étudier, l’appui des initiatives privées : propriétaires marocains engageant leurs capitaux en vue d’une location éventuelle, industriels, constructeurs qui envisageraient des locations-ventes, usagers surtout, puisque nous l’avons vu, la contribution de ces derniers, si limitée soit-elle, est cependant capable dans de nombreux cas de donner des résultats efficaces. Un tel plan ne semble aucunement irréalisable213.

Peut-on recréer des quartiers ethniques ?

15Si un tel programme de construction était entrepris en accord avec les services d’urbanisme et de l’habitat, chargés du choix des terrains et de leur équipement, il serait possible d’envisager avec succès le rétablissement de vastes villes organisées en fonction des besoins des masses. C’est alors que l’on pourrait favoriser des regroupements de populations ou de familles dans des conditions qui assainiraient efficacement, au point de vue social, ces agglomérations anonymes dans lesquelles les institutions les plus essentielles sont condamnées à une rapide destruction.

16Pourrait-on, comme on l’a suggéré parfois, créer de véritables quartiers ethniques où l’attribution d’un logement serait accordée de préférence dans des zones déterminées à l’avance aux habitants originaires d’une même province ? Il existe, nous l’avons vu, des tendances assez nettes qui démontrent le désir qu’ont les immigrants de se retrouver par affinités provinciales. Les expériences poursuivies à Port-Lyautey sont dans ce domaine encourageantes, et nous avons vu comment les Draoua, minorité ethnique et sociale assez nettement définie, tendaient à se reconstituer dans la mesure du possible en quartiers à part. En sens inverse, nous avons noté aussi le désir de certains travailleurs d’échapper au contraire à leur milieu d’origine et de se perdre dans l’anonymat de la grande ville. Il semble que dans les médinas et leurs derbs, déjà fort étendus, une large place soit dès à présent ménagée à ceux qui cherchent à se séparer des leurs et à vivre hors des cadres traditionnels. Au contraire, dans les nouvelles agglomérations créées sur un type plus modeste et plus villageois, de tels regroupements semblent bien pouvoir être tentés. Il serait, sans ces conditions, plus facile de faire naître dans ces divers quartiers une conscience collective et d’instituer de petits conseils consultatifs qui permettraient d’associer les habitants à la bonne tenue et à l’amélioration matérielle de la collectivité. En même temps, la lutte contre la démoralisation des ruraux, soustraits aujourd’hui d’un seul coup à l’atmosphère traditionnelle, serait plus facile à mener. Mieux encore, il serait possible dans ces conditions de rapprocher dans un étroit voisinage les parents et alliés capables de s’entraider et quelquefois de vivre en commun. On a noté déjà dans les bidonvilles des cités l’effort que faisaient les habitants d’un même village ou des parents qui se réclament d’une origine commune pour habiter le plus près possible les uns des autres. Ces regroupements, qui favoriseraient non pas un régionalisme assez vague mais un localisme très puissant, seraient rendus possibles par la mise en communication de quelques zeribas contiguës. Il serait d’autre part prudent de prévoir souvent des zeribas assez vastes pour que l’accroissement d’une famille se prêtât à la construction ultérieure de nouvelles chambres, prenant jour sur une cour commune. Un tel effort, si modeste qu’il puisse apparaître à première vue, aurait l’immense avantage de recréer des communautés familiales plus larges, à l’intérieur desquelles une morale sociale héritière de celle du village natal jouerait un rôle extrêmement utile de frein, pendant la période de transition. Il se pourrait il est vrai qu’une telle entreprise de regroupement ne survécût pas plus de quelques décades. Mais ce serait assez, croyons-nous, de ce répit pour aider le petit peuple marocain des nouvelles cités à franchir sans trop de difficultés la dure étape de l’évolution des premières générations néo-citadines. Il suffit pour réaliser ce programme d’associer à son étude ceux qui connaissent par expérience les conditions réelles de la vie prolétarienne.

L’action éducative et sociale

17La solution, dans un délai rapide, du problème de l’habitat prolétarien dans le cadre de l’urbanisme marocain n’est qu’un des éléments de l’immense problème qui se trouve posé à nous par la concentration de 700 000 néo-citadins d’origine rurale ou pastorale dans les villes de la côte. Ne risquent-ils pas de demeurer demain à peu près sans emploi dans une économie moderne qui utilise un matériel technique toujours plus perfectionné, capable d’éliminer la main-d’œuvre non qualifiée et de réduire encore le nombre des spécialistes ? Le spectre du chômage, si redoutable pour l’équilibre économique et social du peuple marocain tout entier, puisque nous avons vu l’étroite liaison des émigrants temporaires avec leur tribu d’origine, est donc l’un des plus menaçants qu’il nous soit nécessaire de conjurer. D’autre part, les progrès réels, mais lents, qu’accomplissent dans des conditions difficiles les néo-citadins, ne pourront suffire à combler la brèche toujours plus large qui les sépare d’une population occidentale dont les ressources sont abondantes et les niveaux de vie élevés. Il faut donc qu’un immense effort concerté par tous les services techniques, utilisant toutes les ressources de l’éducation et de l’assistance sociale et médicale, accélère une évolution spontanément trop lente. Il s’agit là d’une œuvre infiniment délicate, mais son importance est vitale pour l’avenir du pays.

18Imaginons pour entreprendre et poursuivre cette éducation que les nouvelles agglomérations soient désormais divisées en quartiers distincts. Chacun d’eux devrait pouvoir bénéficier de l’appui de divers organismes dont les entreprises convergeraient vers le même but : l’école, la garderie de petits enfants, le home des garçons plus âgés, dont les journées se passent aujourd’hui dans les rues, les ateliers d’artisanat qui aideraient les femmes à accroître les ressources du ménage par une occupation rentable, les dispensaires chargés d’agir surtout au bénéfice des nourrissons, que l’ignorance des mères promet souvent à la mort, le bureau de consultation sociale, le bureau de placement, chargé de mener la lutte contre le chômage, les organisations de sport, telles seraient les institutions essentielles dont on pourrait attendre en quelques années qu’elles réalisent une transformation totale des conditions de vie du prolétariat musulman. Encore serait-il indispensable que leur action fût coordonnée sur place.

  • 214 La plupart des enfants des écoles professionnelles sont retirés par les parents après une ou deux a (...)

19L’adaptation de l’école aux conditions particulières de la vie de ces masses misérables pose à elle seule un problème difficile. Tous les observateurs signalent dans les milieux prolétariens les résultats incertains d’une école primaire exclusivement orientée vers la préparation du certificat d’études. Les enfants qui bénéficient de cette formation ne peuvent, lorsqu’ils ont acquis les connaissances exigées pour l’examen, bénéficier par la suite de la part de leur famille d’un appui suffisant pour recevoir ensuite une formation technique qui leur donnerait un solide métier. Les écoles professionnelles, dont la réussite sur le plan technique n’est pas douteuse, ne donnent, si l’on tient compte de l’importance des masses à transformer, que des résultats numériquement insignifiants214. Il semble donc nécessaire d’orienter l’école élémentaire ou primaire vers des formules plus souples. Il serait d’autre part indispensable, si l’on veut obtenir des progrès rapides, de fonder dans chaque quartier, pour les adultes, un cours du soir et, dans chaque agglomération prolétarienne, des cours de formation professionnelle accélérée. On peut aussi aisément imaginer que les tolba les plus intelligents, convenablement instruits par nos soins, pourraient dans les locaux des petites écoles coraniques apprendre aux petits enfants les rudiments de la lecture en langue française.

20Des tâches de cette ampleur exigent évidemment l’utilisation d’un personnel européen dont les qualités intellectuelles et morales soient supérieures à la moyenne et dont l’esprit d’apostolat soit assez ardent pour que les difficultés et les déceptions inévitables soient surmontées. Il est enfin indispensable qu’éducateurs, assistantes sociales, infirmières, techniciens possèdent non seulement une connaissance pratique de la langue arabe, mais aussi une habitude de la psychologie et des usages du petit peuple marocain. On souhaiterait que des Marocains jeunes et instruits puissent s’associer à cette entreprise d’éducation en y apportant la générosité qu’on est en droit d’exiger des Européens. Ils trouveraient, dans cette tâche, l’occasion de donner à leur zèle national un champ d’action immense.

21Les enquêtes sociales en cours au Maroc, qui viendront compléter celles dont les résultats ont été utilisés dans le présent travail, apporteront sur la famille prolétarienne ainsi que sur les conditions sociales du travail dans les mines et les grands chantiers d’autres conclusions précieuses en ce qui concerne l’assistance sociale dans les agglomérations prolétariennes et dans les grandes entreprises.

L’administration des villes prolétariennes

22Comment seront administrées demain ces nouvelles cités peuplées de ruraux transplantés ? Pendant de longues années, leur existence a passé, si l’on peut dire, administrativement inaperçue. Les agglomérations prolétariennes regardées comme de simples faubourgs issus des médinas rentraient sous la juridiction directe, mais lointaine et quelque peu dédaigneuse, des pachas. Les services municipaux des villes devaient pourvoir à leurs besoins, assez rudimentaires d’ailleurs. Mais l’extension parfois démesurée de ces nouvelles agglomérations et la multiplicité des problèmes humains qui s’y posent ont nécessité, depuis 1948, la « mise en place » d’un dispositif nouveau. Des khalifats spéciaux ou adjoints aux pachas ont été désignés, et dans chaque quartier des moqqadems et des mokhaznis, qui ont permis de renforcer sur ce point l’armature administrative du Makhzen. En même temps, une extension parallèle du contrôle, instituée sous le nom de « Délégation aux Affaires urbaines » a permis, dans les nouvelles médinas, d’accroître le nombre de fonctionnaires d’autorité chargés de veiller sur place à la bonne exécution des décisions indispensables. Il n’est pas douteux que ces innovations, tout récemment ratifiées par le Makhzen central, n’aient constitué un progrès dans l’administration des villes nouvelles.

23Il n’en demeure pas moins qu’on a de la sorte encore renforcé le caractère autoritaire du régime administratif auquel est soumis, jusqu’à présent sans contrepoids notable, la population musulmane néo-citadine. Si les réformes étudiées depuis plusieurs années sont prochainement promulguées, on verra s’affirmer davantage le rôle des commissions administratives municipales. Mais dans ces dernières n’apparaîtront encore que les citadins traditionnels. Une fois de plus, la nombreuse population prolétarienne risque de demeurer à l’écart. C’est donc dans le cadre plus modeste des agglomérations des faubourgs et en particulier dans celui des nouveaux quartiers à édifier que devraient être établies des institutions représentatives élémentaires. On voit, en effet, le grand danger qu’il y aurait à poursuivre la tâche d’éducation du prolétariat sans que celui-ci se trouvât pleinement associé aux affaires, au moins par le moyen de commissions consultatives permanentes. Sans cette précaution, la passivité qui freine le progrès dont nous avons constaté l’existence se trouverait encore renforcée. Pour que la rapide transformation que nous croyons indispensable s’accomplisse, il faut que nous réussissions à susciter sur place de nouvelles élites capables de prendre sur place des responsabilités. On pourrait faire appel, dans ces commissions de quartiers, non seulement à des commerçants mais aussi à des ouvriers stables, à des personnages religieux et même à des émigrés temporaires qui puissent parler au nom des rouassa. La tâche serait grandement facilitée, d’autre part, s’il existait sur place des groupements ethniques assez compacts. Nul doute que la bonne tenue, l’hygiène, l’attrait vers le progrès matériel et moral ne se trouvent renforcés par de tels efforts et qu’il se dégage peu à peu une âme collective qui soutiendrait l’effort accompli vers le mieux-être.

24Quel sera demain l’idéal qui animera cette nouvelle classe sociale, dotée en raison de ses origines rurales du bon sens et du caractère pratique qui caractérisent le peuple marocain des campagnes ? Si les problèmes essentiels de l’habitat, de la vie matérielle et du travail se trouvent résolus dans des conditions favorables, il est permis de penser que le prolétariat marocain si on l’instruit avec sollicitude réussira à s’adapter aux conditions nouvelles de sa vie économique. C’est sans doute dans la mesure où une éducation de la femme donnera ses bons effets que la nouvelle famille prolétarienne solide et moderne pourra être fondée. Parce que la crise que subit en ce moment même la famille bourgeoise citadine est différente de celle qui atteint la famille d’origine rurale transplantée dans les villes, les néo-citadins se sentiront sans doute plus libres de reconstruire sur des bases nouvelles. Notre législation d’assistance sociale à la femme et à l’enfant aura à jouer dans ce domaine un rôle capital. Encore est-il nécessaire que nous sachions très exactement à quel milieu social elle s’applique. C’est ce qu’une enquête en cours nous aidera savoir dans un proche avenir.

Vie intellectuelle et morale

25Mais l’homme ne vit point seulement de pain ni même d’affection au foyer. L’esprit religieux et l’esprit national joueront assurément leur rôle dans les années à venir.

  • 215 Th. Monod, «  L’Afrique noire  », Présence africaine, t. 8 et 9, p. 149 à 157.

26Des progrès du réformisme puritain sont observés surtout dans la bourgeoisie des cités ; ils peuvent s’affirmer aussi demain au sein des milieux populaires. Mais il n’est pas exclu que le mysticisme des ruraux, dont l’histoire du maraboutisme en pays berbère démontre bien l’importance, ne se fasse jour soudainement soit en invoquant la tradition, soit aussi en tirant un parti intelligent de tendances modernes jusqu’alors ignorées. L’exemple de l’Algérie où s’est exercée récemment l’influence du Cheikh Ben Alioua, dont la doctrine musulmane traditionnelle s’est aussi nourrie du spiritualisme occidental contemporain, est là pour nous montrer que la source vive de la religion n’est pas tarie au Maghreb. De même au Soudan, l’exemple que nous donne Théodore Monod nous permet d’apprécier, sous une forme plus humble peut-être, les enseignements d’un cheikh mystique du Soudan215, grand apôtre de la tolérance. Ces faits nous prouvent que les milieux sociaux les plus modestes peuvent, loin de l’islam des savants, être accessibles à des formes élevées de spiritualité. Si le Maroc connaissait aussi de semblables renaissances, une riche synthèse de valeurs pourrait être réalisée entre l’Orient et l’Occident. De telles tendances contribueraient assurément à rétablir un équilibre social dont on sait assez qu’il se trouve fortement compromis au détriment des nouvelles générations, nées dans le désordre des cités.

27Quoi qu’il en soit, la désagrégation des tribus dans tout l’ensemble du pays aura peu à peu pour résultat l’apparition d’une conscience collective plus étendue, qui s’étendra vite aux frontières de la nouvelle nation marocaine. Nulle part, sans doute, l’esprit démocratique n’a plus de chances de progresser, si l’on sait l’encourager, que dans la nouvelle classe sociale qui naît au sein des cités modernes. Peut-être lui verrons-nous bientôt jouer le rôle de « troisième force » entre les villes marquées par la vieille tradition makhzen et les campagnes tout imprégnées encore de souvenirs anarchiques de la Berbérie.

28Pour accomplir cette marche rapide sur une route difficile, le peuple marocain qui se forme sous nos yeux aura besoin de beaucoup d’amis. Ceux qui le connaissent savent qu’il mérite de les trouver.

Notes

212 Le colonel Mondet avait réalisé dans ce domaine autour de Taroudant entre 1932 et 1938 une œuvre particulièrement efficace qui n’a malheureusement pas été continuée par ses successeurs.

213 Peu d’effort a été dépensé jusqu’à présent à la mise au point pratique de méthodes ou procédés de fabrication de maisons prolétariennes. Si des matériaux robustes, d’usage durable et d’utilisation facile étaient mis à la disposition des actuels constructeurs de baraques en leur laissant le soin de les assembler à leur gré, il nous semble que des résultats rapides pourraient être obtenus en associant les usagers eux-mêmes à l’édification d’abris décents et à bon marché.

214 La plupart des enfants des écoles professionnelles sont retirés par les parents après une ou deux années d’études afin de gagner leur vie. Des orphelins pris en garde par des œuvres d’assistance bénéficient à cet égard de possibilités d’éducation beaucoup plus larges. Il est cependant paradoxal d’admettre qu’un enfant ait plus de chances de réussite dans la vie s’il est orphelin…

215 Th. Monod, «  L’Afrique noire  », Présence africaine, t. 8 et 9, p. 149 à 157.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable