Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre II : Le prolétariat marocain dans les villes du nord

Chapitre IV. Vie économique et sociale du prolétariat

Texte intégral

Activité économique

1Les statistiques déjà commentées font apparaître dans les bidonvilles et les derbs non seulement une nombreuse population de travailleurs associés à l’économie européenne, mais une quantité aussi grande encore d’artisans, de journaliers et de commerçants qui résident dans leur quartier. D’autres exercent des petits métiers parfois mal définis. L’artisanat domestique ou le travail servile, exercés par les femmes, jouent aussi un rôle important dans l’équilibre des budgets familiaux. Nous traiterons ici surtout de l’artisanat et du commerce.

  • 188 Port-Lyautey, Rabat (Douar Debbarh), Carrières centrales et Ben Msik à Casablanca. Les chiffres ava (...)

2Des quatre grosses agglomérations de bidonvilles étudiées par les enquêteurs188 on peut dégager des observations de valeur générale. Parmi les hommes, environ 40 à 50  % exercent des métiers de force à l’usine ou dans des entreprises (ouvriers, portefaix, etc.). 2 à 3  % seulement travaillent dans des métiers modernes (électriciens, plombiers, réparateurs de cycles, etc.). Si 10 à 20  % sont artisans sur place, maçons ou peintres, gardiens, porteurs d’eau, mendiants professionnels, 10 à 20  % sont employés, tolba, militaires, domestiques, 10 à 20  % sont commerçants, gargotiers, 3 à 4  % sont sans profession, mais les chômeurs pendant la période d’observation (1948-1950) atteignent une proportion voisine de 6 à 8  %.

3On peut admettre, en gros, que près de la moitié des femmes ne travaillent pas  ; 10 à 15  % sont domestiques ou femmes de journée, surtout chez les Européens. Les autres pratiquent à domicile un artisanat ou de menus travaux rétribués – filage de la laine, fabrication de tapis, de broderies, etc. – ou bien prennent part à l’activité saisonnière des usines de conserve. Nous verrons plus loin le rôle important des gains de la main-d’œuvre féminine dans l’équilibre des budgets familiaux et les conséquences multiples qui en résultent pour l’émancipation des Marocains du petit peuple.

4L’artisanat, et surtout les petits métiers, sont adaptés à la vie matérielle, fort simplifiée, du prolétariat citadin. Leur humble développement contraste avec le nombre de ceux qui s’y adonnent. Les marchands d’eau, les coiffeurs, arracheurs de dents, tailleurs s’ingénient d’autre part à proposer leurs services.

5Mais c’est en réalité le petit commerce, sous ses formes les plus diverses, qui attire ceux qui répugnent à travailler en usine ou à s’adonner à un métier. Les gains substantiels réalisés depuis 1940 jusqu’à 1948 par les marchands, surtout par ceux qui avaient obtenu le grima, l’agrément de l’administration pour la vente des produits contingentés, ont considérablement développé l’attrait de ces professions, au moment même où elles ont cessé d’être largement rémunératrices.

  • 189 Ce sont eux aussi qui prédominent dans la vente de la friperie, la tenue des cafés maures, en même (...)
  • 190 Les plus habiles deviennent demi-grossistes et grossistes. Ils possèdent parfois un grand nombre de (...)

6Une sorte de répartition des diverses branches de l’activité commerciale s’établit, nous le savons déjà, en fonction des origines géographiques des immigrants. D’autre part, une autocratie du négoce, distincte de celle que représentent dans les villes les bourgeois de Fès, s’est constituée, en même temps que toute une hiérarchie de commerces, dont on ne gravit l’échelle qu’au prix de l’effort de toute une vie. D’une manière générale, on peut dire que les Chleuhs de l’Anti-Atlas dominent le commerce de l’alimentation189. Au Douar Debbarh à Rabat, ils tiennent les 3/4 des boutiques de cette catégorie et près de la moitié de tous les commerces. Leurs positions à Ben Msik, Casablanca, sont moins bonnes, mais c’est dans la vieille médina, plus ancienne, qu’ils ont conquis une supériorité indiscutable190. Les Draoua les imitent mais leurs éventaires sont plus modestes. Les Chleuhs de l’Anti-Atlas ne dominent vraiment que le commerce de l’épicerie, qu’ils soient grossistes, demi-grossistes ou détaillants. Leurs conditions de vie sont bien connues  ; ils vivent à deux par boutique, y passent 6 mois ou un an et rentrent au pays pour être remplacés par d’autres membres de leur famille ayant les mêmes intérêts qu’eux dans le fonds de commerce. D’une frugalité à toute épreuve, d’une grande patience, les premiers à ouvrir, les derniers à fermer, ils forcent l’assentiment de la clientèle. Ils font crédit aux travailleurs mariés, tenant avec une extraordinaire sûreté le compte de chacun d’eux, sans que jamais aucune réclamation ne se produise. S’ils réussissent, ils achètent une boutique plus importante, de type moderne, demeurent sur place, font venir des associés qui les aident ou bien auxquels ils confient à parts égales la gestion d’une petite boutique. Nous avons vu que chaque tribu avait son fief plus au moins exclusif. Le commerce noble, c’est celui de l’épicerie, celui des étoffes n’étant guère disputé aux Fassis que par les Aït Baha. De pauvres immigrants de l’Anti-Atlas oriental et des Haratin dépensent sans grand profit leurs efforts dans la vente du charbon de bois. Les Berbères arabisés de la côte et surtout les Doukkala se sont attribués dans le commerce des volailles, des œufs et des grains une position meilleure que les autres. Les Arabes de la plaine de Marrakech ne font en général dans ces domaines que des réussites moins brillantes, à l’exception de la petite tribu commerçante des «  Arab  ». Il faut faire une place importante, enfin, au petit commerce ambulant. Les innombrables colporteurs, marchands de fèves, de bonbons, de fruits et de chewing-gum qui poussent avec ingéniosité leurs voiturettes et charriots en suivant tous les courants de la foule, dans les réunions sportives ou sur les marchés, donnent une note animée et gaie aux heures de loisir, cependant que des entrepreneurs de loterie, européens ou juifs, débitent leurs boniments devant des cercles toujours plus étendus de candidats à la chance... Si les jeux de hasard sont réprouvés par la religion, les petites gens commettent de bien nombreux péchés.

7Ce sont presque toujours des immigrants venus de petites tribus locales, voisines des villes, qui exercent les professions de boucher et de boulanger.

8Les demi-grossistes, qui sont de grands hommes d’affaires, le disputant aux commerçants fassis, leurs seuls rivaux et souvent leurs ennemis, sont établis dans la ville européenne, sur les grandes routes d’accès. À Casablanca, Fassis, Soussis et commerçants d’origine locale forment trois clans qui s’opposent facilement, l’orgueil des Fassis suscitant parfois l’alliance hostile des autres. D’autre part, un Chleuh qui se fixe définitivement peut finir par épouser une petite bourgeoise de la ville, mais il ne montera pas plus haut dans l’échelle sociale et jamais il n’entrera dans une famille citadine connue.

Ascensions sociales

  • 191 Voir surtout pour Port-Lyautey les monographies de Mohammed Soussi, épicier aisé, de Bélaïd des Ind (...)

9D’excellentes monographies nous ont déjà fait connaître la vie appliquée des petits commerçants qui viennent, le plus souvent du sud, tenter de réussir à faire fortune, s’imposant au début toutes les privations, soutenant de leurs gains la famille restée au pays et devenant bientôt, grâce à leur ténacité, maître de plusieurs boutiques dont parfois ils cèdent l’exploitation sous leur contrôle à des frères de tribu débutants191.

10Dans ces villes dont les divers éléments constituants sont encore si peu fondus, le rôle social de ces commerçants qui dominent la masse par leur aisance relative demeure peu important. Ils sont encore trop liés à leur pays d’origine  ; c’est seulement lorsque les enfants qu’ils auront d’une femme de leur tribu, elle-même habituée à vivre confortablement dans la ville, prendront leur place dans le Maroc nouveau qu’apparaîtront, pour le pays, les conséquences diverses sociales et politiques de leur enrichissement.

  • 192 D’après les observations d’un officier des Affaires indigènes, C.H.E.A.M., n° 648 : « Tribulations (...)

11Le meilleur moyen de comprendre les difficultés que rencontrent dans leur ascension sociale et financière ces travailleurs acharnés et parfois sans scrupules à leurs débuts est de suivre les aventures successives d’un jeune Chleuh venu de l’Anti-Atlas à Casablanca vers 1913 et devenu aujourd’hui un bourgeois cossu et respecté, établi dans une ville traditionnelle du nord du Maroc192.

12Originaire des Ammeln, Brahim ben Abdallah ben Lahsen appartient à une famille dont l’ancêtre était le seul survivant de la peste de la fin du XVIIIe siècle et qui avait ainsi, en recueillant les biens de tout son clan disparu, transmis à ses descendants une situation de fortune enviable. À la suite de querelles intestines, le petit-fils de cet ancêtre quitte le pays, rejoignant un fils qui, l’un des premiers de l’Anti-Atlas, avait fondé à Meknès une boutique de beqqal, marchand de corps gras, et dont les affaires étaient prospères. À la génération suivante, la famille demeurée en tribu devenant nombreuse ne vit plus sur place que malaisément, et son chef va tenter à son tour de fonder un commerce à Tanger. Mais la chance ne lui est pas favorable. Son jeune fils, notre héros, assistant sur place à la ruine de son père – tous les biens sont alors en rehen – prend à son tour le chemin du nord, emportant cousues dans ses vêtements quelques piécettes que les bandits de grand chemin qui le fouillent ne sauront pas trouver. Il parvient à Casablanca après un mois de route et y admire pour la première fois les automobiles importées par les Chrétiens en 1913. Son oncle l’a rejoint  ; ils vont tous deux vendre des verres de thé et à l’occasion, il vole des oranges dans les jardins. Le jeune Brahim, tombé malade, attire l’attention bienveillante de la femme du capitaine commandant la compagnie de Sénégalais, qui l’habille et lui inculque des principes de propreté dont il saura tirer parti pendant toute sa carrière aventureuse. Grâce à la protection du capitaine, il peut recueillir, malgré l’opposition des créanciers, l’héritage de son père qui vient de mourir dans sa boutique de Tanger. Il rejoint cette ville non sans avoir encore, en cours de route, échappé aux Arabes pillards qui ne trouvent pas son argent cousu dans sa culotte. À Tanger, il devient porteur sur le marché. Comme il est bien habillé et propre, à l’inverse des Rifains ses concurrents, les Européens le préfèrent aux autres, et il empoche de bons pourboires. Aussitôt, il investit ses économies chez trois commerçants de sa tribu. La fille d’un propriétaire rifain va s’amouracher de lui. Il lui mangera son argent, puis se sauvera à bord d’un bateau espagnol qui fait escale à Mogador. Il emprunte alors la caravane des Aït Mzal, qui en est à ses débuts, dont l’organisateur perçoit une redevance de 2,5  % sur les sommes rapportées par les voyageurs qu’il protège. L’argent, bien ou mal acquis, qu’il rapporte, 2 000 douros, rend son prestige à sa famille. Il paie les dernières dettes de son père, reprend possession de ses biens, marie sa sœur aînée, selon le devoir qui lui incombe, achète un fusil et se comporte en bon Berbère au point qu’il va mettre en fuite à coups de fusil l’adversaire de son clan.

13Mais bientôt ses économies s’épuisent. Il s’ennuie. Le voilà qui repart vers le nord, à pied, courant des aventures. À Fès, le frère d’un de ses ennemis de tribu, pour se venger, le fait poursuivre devant le pacha pour un prétendu vol de volaille. Il s’enfuit, vendant même sa sacoche de cuir pour manger, s’engageant un instant chez des saltimbanques berbères, Oulad Sidi Ahmed ou Moussa, dont il revêt l’uniforme blanc et rouge qu’il s’empresse d’ailleurs de vendre en se sauvant. Revenu à Tanger, sa ville de prédilection, il fait le métier de guide et partage avec des commerçants les super-bénéfices pratiqués sur les touristes, en quête de souvenirs à acheter, et que l’on gruge entre compères. Dans une discorde avec ses associés, le cadi jugeant légitime son profit lui donne raison.

14Mais survient la guerre. Il apprend alors que l’on demande en France de la main-d’œuvre. En septembre 1916, il s’embarque pour Marseille et trouve du travail dans une fabrique d’obus à la Courneuve. Toujours bien habillé, avide de s’instruire, il maîtrise bien vite les difficultés du français et devient chef d’équipe. Avec une épicière française, il organise la vente clandestine de sucre. Les affaires vont au mieux, lorsque, victime d’un accident, il est grièvement brûlé dans son usine. Six mois de traitement à l’hôpital lui permettront de faire des progrès en langue française. Mais surtout, l’argent versé par la compagnie d’assurance l’enrichit. Il monte divers commerces auprès de ses compagnons de travail qui lui rapporteront de gros bénéfices.

15Après trois ans, il sent la nécessité de revenir au village pour voir ce qui s’y passe. On lui a dit que son frère y était mort. Il se rend à pied de Tanger à Mogador, puis au-delà emprunte encore la caravane des Aït Mzal. En tribu, les nouvelles favorables qu’il donne sur la vie chez les Français le rendent suspect dans un pays dissident où règne le prétendant Merebbi Rebbo. Il n’insiste pas et repart à Tanger où il découvre, par chance, que l’inspecteur principal du Monopole des tabacs est le frère du directeur de l’usine de la Courneuve dont il avait su se faire apprécier. Grâce à lui, il obtient un dépôt de tabac à la plage, évince ses concurrents, qu’il accuse de sentiments anti-français, et vend clandestinement son tabac en monnaie espagnole à un change arbitraire. Mais craignant d’être dénoncé, ayant déjà gagné dix mille francs, il cherche à consolider sa situation personnelle en se mettant complètement au service des Français, dont il ne doute pas qu’ils soient destinés à devenir les maîtres de sa petite patrie. Il commence toutefois par aller résider un instant dans son village pour voir où en sont les choses.

16Le voilà donc de retour une fois de plus dans l’Anti-Atlas, se sachant suspect à cause des propos qu’il a tenus dans le passé. Aussi se comporte-t-il en tout comme un bon Musulman, et se marie. Dès qu’il a ainsi respiré l’air du pays et consolidé sur place sa situation personnelle, il reprend la route, car il vient d’apprendre que son frère, qui l’a remplacé à Tanger, n’a pas su gérer son commerce de tabac. Dénoncé en zone espagnole comme un agent de renseignement français, il est mis en prison à Larache, mais délivré par l’intervention de son protecteur français de Tanger. Comme ce dernier a des affaires difficiles à régler à Port-Lyautey, il se met à sa disposition, perce le jeu des adversaires de son patron après leur avoir inspiré confiance, et il fait triompher les intérêts de son ami chrétien.

17Une fois encore, il repart chez lui, prenant bien soin d’être prudent dans ses propos, plus certain que jamais de l’incapacité dans laquelle seront les Berbères de l’Anti-Atlas d’interdire, à la longue, l’accès de leur pays aux Chrétiens d’Agadir. Il va tenter alors sa chance à Casablanca. Mais des frères de tribu, jaloux et méfiants, monteront contre lui des cabales. Il entre au service de la Régie pour dépister les contrebandiers du kif. Toutefois, par crainte de provoquer leurs vengeances, il s’empresse de disparaître et revient chez lui dans l’attente d’un enfant à naître à son foyer.

18Nous sommes en 1929. Brahim, qui a déjà beaucoup couru et tenté la fortune, réfléchit à son passé si aventureux, au cours duquel il a tant de fois trompé les uns et les autres sans réussir à atteindre la stabilité. Le temps est venu pour lui de se ranger. Il va se consacrer désormais à des affaires solides, avoir une conduite irréprochable, se fixer définitivement en un lieu bien choisi. C’est à Meknès qu’il monte, en pleine ville moderne, une importante épicerie. Pour s’assurer d’une bonne clientèle européenne, il ne craindra pas de vendre de la charcuterie. Ses prix sont plus bas que ceux de toutes les boutiques voisines. Son bénéfice viendra de l’importance de son mouvement commercial. Dès lors, la réussite est assurée. Bientôt, il achète des boutiques voisines que son succès a fait péricliter. Il appelle auprès de lui les membres de sa famille. Il devient un vrai notable. En 1934, comme une agitation générale gagne les commerçants israélites et les Musulmans, à propos d’une bataille sur le maintien ou la suppression des «  timbres primes  », il sait jouer un rôle de conciliation et d’apaisement. Apprécié pour ce fait par les autorités, il devient membre de la section indigène de la Chambre de commerce, de la Commission des transports, du Comité de surveillance des prix. Il est un homme arrivé. Sa petite fortune s’élève alors à six millions de notre monnaie actuelle...

19Sa tribu vient précisément de se soumettre, tombant enfin comme un fruit mûr entre les mains du Makhzen. Brahim est devenu grâce à son activité, à son intelligence, à ses relations avec les Français, un personnage important et utile, à Meknès comme dans le Sous.

20Ce qui paraît avoir joué un rôle décisif dans son évolution aux diverses étapes de sa carrière aventureuse, ce sont les relations qu’il a su se faire, la confiance qu’il a inspirée aux Français sur le chemin desquels sa chance l’a placé. Son séjour en France a eu, à cet égard, sur l’évolution de son esprit une influence décisive, et il a jugé à ce moment de la folie de ses frères qui croyaient pouvoir maintenir dans la montagne, autour du parasol de Merebbi Rebbo, la fiction d’un islam berbère indépendant. Nul doute qu’il ne conserve ses sentiments en tribu, s’il vient y finir ses jours. Brahim représente à merveille les capacités d’adaptation des gens du Sous appartenant à cette génération de transition. L’évolution de ses fils sera intéressante à observer.

  • 193 L’évolution sociale du Maroc, t. I, p. 7-47. Cette analyse ne peut dispenser le lecteur de recourir (...)

21En parallèle, on ne peut manquer de citer un autre exemple d’ascension sociale, réalisée cette fois dans le domaine du travail industriel et de l’artisanat. Nous l’empruntons à la belle étude de J. d’Etienne  : La vie et les sentiments d’une famille marocaine à Casablanca193. Nous nous bornerons ici à en extraire les conclusions essentielles qui permettront de camper la situation économique et sociale de cette petite bourgeoisie qui, en quarante ans, s’est constituée à Casablanca. Nous y voyons une famille d’origine rurale, venue d’une tribu voisine, se transformer en un groupe uni de citadins adaptés, ayant accompli, semble-t-il, un pas décisif au contact de la civilisation occidentale.

22Il s’agit de la famille d’un petit marabout campagnard de l’arrière-pays de Casablanca, venu se fixer dans un bidonville vers 1922. Après sa mort, sa femme élève les cinq enfants et réussit à les engager dans l’existence d’une manière honorable. La fille aînée, placée d’abord comme domestique, mariée et puis veuve, épouse vers 1938 un ancien soldat, originaire du Rif, parti par coup de tête de sa tribu après une violente querelle avec le cheikh de sa fraction. Cette forte tête, revenue à la vie civile, est engagée à la Compagnie des chemins de fer du Maroc à Casablanca. C’est un fervent syndicaliste qui sait cependant par cœur une partie du Coran. Il égorge solennellement le mouton rituel le jour de l’«   Aïd el Kebir  ». Dans sa famille, chacun prend ses avis en cas de difficultés.

23La seconde fille, une instable, s’est mariée sept fois. La huitième fois, c’est avec un ancien soldat de la dernière guerre, petit commerçant de légumes.

24Le fils aîné, âgé de trente-six ans, a été placé tout enfant chez un officier supérieur en retraite dans l’intérieur, qui lui a donné de bons principes. Devenu apprenti dans un garage, puis mécanicien, conducteur de camions chez un Français dont il a la confiance, il sait se faire apprécier. C’est un bon et solide travailleur qui gagne largement sa vie. Marié d’abord à une Algérienne qu’il a répudiée, il a épousé cette fois une femme des Chaouia.

25Le second fils, moins bien surveillé, qui a moins bien débuté dans la vie, végète comme marchand de brochette et a épousé une femme des Chaouia, domestique chez des Européens.

26Reste une plus jeune fille fantaisiste et intelligente, qui, divorcée, vivra à mi-distance entre la société européenne et la société musulmane.

27Ce qui frappe le plus dans l’histoire de cette famille, c’est le rôle important qu’ont joué les contacts avec les Européens. À l’origine, la veuve place sa première fille chez des Européens. Son fils à dix ans est confié à un commandant en retraite vivant dans l’intérieur qui l’emmènera en France. Les époux des filles seront presque toujours d’anciens soldats ayant servi aux armées cinq ou dix ans. Ces nouveaux venus dans la famille seront de toutes origines  : un Rifain, un Algérien... Les épouses des garçons seront au contraire des Oulad Saïd, tribu des Chaouia voisine de Casablanca. Mais tous restent unis, s’entraident, et la vieille mère joue un rôle important  ; elle maintient l’unité du groupe, dispersé dans les diverses parties de la ville – ancienne médina, derbs et nouvelle médina.

28À la seconde génération apparaît comme époux d’une fille un orphelin de Mogador élevé à l’orphelinat, marin-pêcheur de son métier et capable, puisque la pêche industrielle rapporte beaucoup, de vivre confortablement. Un des autres fils essaie, sans prestige aucun, de reprendre la profession maraboutique du grand-père, un autre a été soldat huit ans et a couru des aventures dans toute l’Europe.

29À la troisième génération, le fils aîné du gendre ancien soldat, qui est employé aux chemins de fer, fait son apprentissage d’électricien, cependant que des frères vont à l’école franco-musulmane.

30Les ménages les plus à l’aise de ce groupe familial disposeront d’une somme mensuelle s’élevant jusqu’à 40 000 francs par mois et dépenseront de fortes sommes en vêtements qui représentent une manière de placement. La qualité de la nourriture est bonne et se rapproche de celle des bourgeois. Le vêtement masculin s’européanise tandis que celui des femmes reste inchangé. Un seul membre de la famille a un poste de T.S.F. Les hommes vont seuls au cinéma. Les grandes distractions sont les fêtes de famille et à l’occasion des mariages et des circoncisions. Tabac, bière, vins et apéritifs sont appréciés par les hommes, les femmes étant rebelles, sauf cas exceptionnels, aux boissons alcooliques.

31Le grand changement dans la vie sociale paraît être l’importance et la solidité relative des liens conjugaux, bien que le divorce intervienne, atteignant d’ailleurs généralement toujours les mêmes femmes. C’est par l’entraide constante des foyers que s’affirme le mieux la solidité de ce groupe qui reste uni malgré la diversité des situations et l’inégalité des réussites.

32Dans l’ensemble, on éprouve devant l’étude de l’évolution de cette famille le sentiment d’une ascension presque générale dans tous les domaines, qui contraste avec la structure précaire des autres familles prolétariennes. Cette petite cellule familiale a pris sa place heureusement dans la vie sociale moderne, et l’on chercherait en vain chez elle la manifestation de sentiments de xénophobie et de méfiance à l’égard de l’Occident. Si l’islam continue de donner son cadre général à la vie, il ne revêt aucun caractère archaïque choquant, ni ne développe non plus aucune ferveur combative. On ne s’élève guère, il est vrai, dans ce milieu encore simple, à porter des jugements de valeur sur les deux civilisations en présence. Il s’agit de s’adapter, d’être fidèle à ses amis et de garder son bon sens. On y réussit dans l’ensemble.

33L’aisance conquise par les uns, la solidarité maintenue entre tous, font que ce petit groupe a dépassé le stade de l’insécurité prolétarienne et, grâce aux réserves accumulées par le travail, se dispose à donner à la génération montante des moyens accrus pour prendre place mieux encore, s’il se peut, dans le nouveau système économique et social qu’a apporté l’Occident. C’est là une véritable ascension qui semble devoir faciliter l’éducation des jeunes. N’oublions pas cependant qu’il s’agit ici d’une famille favorisée par l’ancienneté de son établissement et par la proximité de son pays d’origine. Il serait évidemment dangereux de généraliser.

Budgets

34Il est temps pour nous de revenir aux aspects plus humbles de la vie des masses et d’utiliser ici les résultats des enquêtes approfondies conduites sur les conditions matérielles d’existence journalière des classes les plus modestes.

  • 194 Nous avons vu que les rouassa partent souvent au moment où l’existence de la famille est devenue di (...)

35Nous pouvons imaginer, par l’étude déjà faite de l’émigration vue des tribus, ce qu’est l’existence des groupes de célibataires. Souvent réunis à deux ou trois, cinq ou six, ils réduisent ainsi les dépenses de logement et économisent encore en préparant eux-mêmes leurs repas. Généralement, c’est une vieille femme, parfois un enfant ou bien un camarade en chômage, qui préparera la pauvre nourriture faite surtout de pain et de thé, d’un tajine de légumes et, de temps à autre, une fois par semaine au plus, d’un couscous dans lequel entre un peu de viande. C’est qu’il s’agit d’économiser au maximum. Les rouassa sauront se priver, aussi longtemps du moins qu’ils se sentiront étroitement liés au pays et désireux d’y rentrer le plus tôt possible  ; ils savent qu’en tribu une famille compte sur eux pour assurer sa subsistance194. Mais ils ne constituent guère que la quinzième ou la vingtième partie du peuplement prolétarien.

36On aura une idée plus précise du sort de l’ouvrier en étudiant avec précision les budgets de familles ou de célibataires vivant seuls, qui se considèrent comme intégrés, après quelques années de séjour, dans le nouveau cadre de vie citadine où le hasard des relations de famille ou la chance d’un emploi les ont fixés.

37Nous nous bornerons ici, sans entrer dans l’étude méthodique du budget et l’analyse scientifique de la valeur des rations, à utiliser, en les rapprochant, les observations et les conclusions que nous présentent, à Casablanca et à Port-Lyautey, des observateurs qui se sont attachés à étudier, l’un et l’autre selon des méthodes différentes, la vie de dix foyers dans lesquels on peut trouver tous les échelons de la société marocaine, des bidonvilles, des derbs et des cités municipales à Port-Lyautey et à Casablanca.

38Dans deux ou trois cas sur vingt, qu’il s’agisse de commerçants vivant à l’aise ou d’employés bien payés, mariés sans enfants, la vie, assez simple, est cependant facile, surtout si le problème du logement est résolu à bon compte, par exemple dans une des cités administratives ou patronales. 50 ou 60  % du budget sont alors consacrés à l’alimentation, 15 à 20  % aux vêtements  ; les distractions sont la bicyclette, le cinéma jusqu’à deux fois par semaine (pour le mari seul), l’assistance au match hebdomadaire de football, la natation. Le poste de T.S.F. est l’apanage de ceux qui ont vraiment réussi.

39Ceux qui sont mariés, avec des enfants nombreux (plus de deux) et des personnes à leur charge (mère, neveux, sœurs) doivent consacrer de 65 à 75  % de leurs ressources à la nourriture. L’habillement est alors négligé  ; les distractions disparaissent, à moins que la situation ne s’améliore par le travail des femmes ou bien que l’on ait réussi dans une période favorable à faire quelques économies investies sous forme de baraques en location qui rapportent gros. Faute de quoi l’homme sera à peine vêtu, cachant ses hardes sous une vieille capote militaire. Ses enfants seront en loques.

40Les plus pauvres seront souvent des célibataires vivant seuls, malchanceux qui ne travaillent qu’une partie de la semaine, comme portefaix par exemple. Ils ne vivront pas mieux que les rouassa, mais sans réussir comme eux à faire des économies. Ils seront condamnés sans appel à la plus complète misère lorsque leurs forces déclineront.

41Pour tous, même pour les pauvres, la fête annuelle du sacrifice du mouton est une épreuve. L’achat d’une bête de 1 500 à 4 000 francs ainsi que l’emplette de quelques vêtements feront une brèche au budget mensuel à laquelle souvent on ne pourra parer que par des emprunts. Tous les budgets étudiés, sauf les plus pauvres, comportent toujours une part d’aumônes.

  • 195 On comparera les dix fiches monographiques données par St. Delisle (op. cit.), à Port-Lyautey (anne (...)

42L’alimentation, en qualité et en quantité, dépend naturellement des ressources de la famille et des charges qui pèsent sur son chef195. L’étude Mathieu-Maneville nous apporte à cet égard des précisions auxquelles nous renvoyons le lecteur. Étudiant la valeur énergétique des diverses rations et leur composition, déterminant d’autre part une ration moyenne d’adulte, on est à même de comparer le résultat de l’enquête en 1949 aux enquêtes antérieures conduites par l’un des auteurs à Port-Lyautey en 1937, à Goulmima en 1938 et au mellah de Rabat en 1939.

  • 196 Ces observations remontent au début de 1949. Depuis, le prix de la vie a malheureusement monté sens (...)
  • 197 Dans les bidonvilles, le pain est encore en majorité fabriqué dans chaque foyer, mais de préférence (...)

43Il apparaît tout d’abord que les chiffres de Port-Lyautey (1937), les plus bas (2 211 calories) sont largement dépassés aujourd’hui à Casablanca dans un milieu social comparable, puisqu’on y atteint 2 561. L’alimentation s’est sensiblement améliorée  ; les proportions de pain et de sucre, aliments de base des rations pauvres, décroissent au bénéfice des protéines animales (poisson) et végétales (légumes secs). L’augmentation quantitative très sensible de la ration d’huile atteint la normale. Les fruits, les légumes frais ont une plus large place. La consommation de viande reste insuffisante. Le poisson y supplée. La ration moyenne s’approche ainsi de la valeur normale. Chez les plus pauvres, aujourd’hui, elle est ce qu’était il y a dix ans la ration moyenne de Port-Lyautey. Quelques menus détails prouvent, à l’évidence, l’amélioration du niveau de vie  ; l’introduction du casse-croûte pour les travailleurs, du goûter pour les enfants, l’utilisation d’un thé de meilleure qualité196, l’usage de plus en plus courant du pain de blé197.

44L’étude comparative des budgets confirme largement cette impression. En 1933, l’alimentation exigeait de 70 à 91  % du salaire, aujourd’hui elle n’absorbe plus que 44 à 73  % selon les cas.

45Mais les observateurs signalent que ces travailleurs, qui ne font pas d’économies, n’ont pas de réserves  ; par suite, l’accroissement du prix de la vie qui n’est pas compensé par un accroissement des salaires les frappe durement eux et leurs familles. Il ne s’agit donc là encore que d’une amélioration précaire, et qui d’ailleurs maintient encore légèrement au-dessous de la norme les travailleurs appelés par leur profession à dépenser des forces physiques.

46En dépit des progrès réalisés dans l’ensemble, on ne saurait porter une conclusion optimiste sur l’ensemble des faits observés. L’exécution du plan que se sont imposé les hommes venus seuls, pour deux ou trois ans, des régions du sud afin de gagner les sommes nécessaires au rétablissement de leur situation familiale, exige un effort extrêmement dur. Seuls les rouassa vivant groupés et ceux qui s’imposent des privations sérieuses parviendront à réaliser leur projet, s’ils ont trouvé un employeur sérieux qui donne de bons salaires. Il est évidemment un moyen magique de réussir  ; c’est de s’enrichir dans le commerce. Le mirage d’un argent gagné rapidement de cette manière, sans effort physique, hante l’esprit de beaucoup d’émigrés temporaires. Ils commencent par tenter leur chance dans le commerce ambulant ou la vente de n’importe quel produit, dans n’importe quelles conditions. On s’explique ainsi le développement pléthorique de ces formes d’activité qui est une plaie des bidonvilles et contribue à y maintenir le prix de la vie plus élevé qu’ailleurs. Mais la concurrence excessive fait que les succès sont rares, si l’on n’est pas soutenu par des «  frères  » mieux placés et déjà engagés dans la voie de la fortune. On se rabattra alors sur de petits emplois artisanaux ou le gardiennage. Le courage manque pour gravir la route trop dure. L’émigrant se fixe alors sur place et le lien avec le pays se détend. Il contracte une union de hasard et disparaît dans la masse grise du prolétariat misérable. Il devient un fardeau pour la société citadine.

47D’autres se fixent au contraire parce que, bons ouvriers, ils ont conquis une bonne place dans une entreprise où ils ont réussi à être payés au mois. Leur niveau de vie s’élève, leur habitat s’améliore. Mais eux aussi ont dû renoncer à revenir au pays pour y mener la vie de petit agriculteur bien nanti. En fin de compte, l’aisance n’est atteinte que par ceux qui parviennent à joindre aux ressources d’un bon emploi ou d’un commerce le revenu de plusieurs baraques en location, de fours, de moulins ou de fondouks et dont les ressources sont prélevées sur les plus pauvres. Si le travailleur n’a pas l’avantage de gains substantiels et réguliers, son ascension sociale ne peut se poursuivre qu’en écrasant sous ses pieds les «  malchanceux  ».

Où sont les célibataires  ?

  • 198 L’enquête sur la main-d’œuvre musulmane des entreprises européennes nous a permis de dégager la sta (...)

48Une des surprises de notre enquête a été la difficulté avec laquelle nous avons pu situer et dénombrer les rouassa venus du sud, dont le nombre total pourrait bien être, selon les observations faites en tribu, voisin de 50 000. Or, on n’en trouve guère que 1 000 à Port-Lyautey, 2 000 à Douar-Debbarh, 1 000 aux Carrières centrales, quelques centaines à Derb-Rhallef et, selon les sondages pratiqués à Ben Msik, une quantité réduite dans cet immense bidonville. Les indications recueillies dans les derbs de Casablanca nous laissent aussi loin du compte198.

49On devrait encore, il est vrai, tenir compte des petits groupes qui se constituent çà et là dans les chambres isolées des maisons bourgeoises prolétariennes, à Rabat par exemple où ils sont difficiles à découvrir. Nous
ne pouvons guère supposer que la totalité de ces travailleurs rouassa dépasse dans les villes que nous avons étudiées 10 à 15 000. Si l’on y ajoute 5 à 7 000 commerçants vivant dans leurs boutiques loin de leurs familles,
7 à 8 000 travailleurs des mines, un nombre peut-être égal de travailleurs vivant en isolés dans les chantiers, on n’arrive guère qu’à retrouver la moitié des chiffres avancés cependant en connaissance de cause par nos enquêteurs dans les tribus des régions d’Agadir et de Marrakech.

50Nous serons donc amenés à admettre qu’une partie importante de ces émigrés temporaires contractent des unions passagères et sont appelés de la sorte à se fondre peu à peu, en apparence du moins, dans la population permanente des nouvelles agglomérations actives.

51Mais d’autre part, la petite proportion observée des rouassa dans les bidonvilles et les derbs (5  %), trop faible pour correspondre à la représentation que l’on se fait dans le Sous de l’émigration temporaire, est à d’autres égards explicable. Si l’on admet en effet que 10  % des nouveaux venus se fixent chaque année dans les villes du nord, y attirent leurs familles et se perdent dans la masse, qui est en outre alimentée par des émigrations familiales massives lors des mauvaises années, on comprend aisément que nos travailleurs du Sous, nouvellement arrivés, ne constituent plus qu’une petite minorité dans la population déjà stabilisée depuis trente ans des derbs et des bidonvilles. Il resterait cependant à éclaircir les conditions dans lesquelles tous ces néo-citadins, si fraîchement détachés de leurs tribus, sont si aisément oubliés par leurs frères restés au pays et pourquoi on admet comme exactes si facilement les déclarations faites aux enquêteurs en tribu. Sans doute faut-il penser que les parents, demeurés attachés sur place à l’exploitation d’une propriété souvent indivise, perdent volontiers le souvenir de ceux qui, à leurs risques et périls, sont partis depuis quelques années courir leur chance dans les villes et s’y sont fixés. Leur droit théorique à l’héritage n’est pas contesté. Mais le régime d’indivision est favorable à la négligence et à l’oubli, au détriment des absents.

La famille prolétarienne  ?

52Le grand ébranlement de la société marocaine moderne au contact de l’Occident est surtout caractérisé par la transformation de la famille. La bourgeoisie des vieilles cités connaît cette crise, aujourd’hui aiguë, qui se manifeste par les désirs de libération de la femme trop longtemps voilée, enfermée et soumise par la tradition à l’étroite tutelle des hommes. Mais la liberté matérielle de vie des agglomérations prolétariennes modifie plus encore les conditions d’évolution de la femme. Venue récemment de la campagne où sa liberté extérieure était grande, elle garde dans les bidonvilles les mêmes habitudes. D’autre part, la dissociation de la famille patriarcale, qui est en fait réalisée dans les cités, réduit au seul mari l’exercice d’une autorité. Or celui-ci est lui-même absent à l’extérieur où son travail l’appelle. De plus, la femme s’affranchit économiquement par le travail et, dans 30  % des cas au moins, apporte des ressources complémentaires, au moyen de l’artisanat à domicile ou grâce à des heures passées, pendant les saisons favorables, dans les usines de conserve. Circulant sans contrôle bien qu’elle se voile en principe à la sortie de la karian, la Marocaine se fait donc sur tout sujet une opinion personnelle. Elle donnera volontiers son avis sur toute chose. Son esprit est en éveil. Elle se passionne aisément et l’on verra parfois les compagnes des «  zoufriat  » aux côtés des hommes dans les réunions syndicales agitées des périodes de grève.

  • 199 Cette libération entraîne malheureusement l’immense développement de la prostitution clandestine qu (...)

53Il est enfin une classe nombreuse de femmes qui propage les idées nouvelles  : beaucoup de celles qui travaillent comme domestiques chez les Européens, 10 ou 15  % selon les agglomérations, s’instruisent souvent plus vite que les hommes des conditions matérielles et sociales de la vie moderne. Il en est qui se familiarisent avec des objets nouveaux, apprennent à élever sainement leurs propres enfants, cependant qu’elles prennent conscience du rôle que peut jouer dans une famille une femme promue au rang d’égale de l’homme. D’autres, plus délurées, s’habillent parfois de robes et de chaussures européennes empruntées ou reçues en cadeau, utilisent le rouge à lèvres de leurs patronnes, se risquant pendant quelques heures à se mêler dans la rue à la foule occidentale. Nulle coutume bourgeoise islamique ne vient freiner les écarts ni tempérer l’audace des innovations199.

  • 200 Il nous manque encore cependant des statistiques précises sur la stabilité de la famille rurale. Ce (...)

54Une telle atmosphère sociale exercera naturellement son influence sur le mariage. En tribu, dans les régions où la famille patriarcale est demeurée solide, les unions se révèlent très stables. La monogamie est habituelle chez les paysans, sauf s’ils sont aisés. La pratique du divorce est limitée à l’exception du cas de stérilité de l’épouse200.

55Il en va tout autrement dans les agglomérations prolétariennes.

  • 201 40 % au moins à Ben Msik, d’après A. Adam.
  • 202 Les mariages devant le cadi sont surtout les mariages bourgeois, et les mariages bel fatha, populai (...)
  • 203 Les mariages ont lieu en moyenne à Ben Msik dans la proportion de 64 % entre époux de même origine (...)

56Tout d’abord, une proportion très importante201 des mariages se fait sans cérémonie aucune – «  devant la jemaa  » – ou «  bel fatha  », c’est-à-dire en limitant les formalités, surtout s’il s’agit d’une nouvelle union après divorce, à une invitation adressée aux voisins pour participer à un repas en commun, un simple couscous parfois, qui atteste le caractère public de la fondation d’un nouveau foyer. Il n’existe aucun acte de mariage. En cas de divorce, le recours au cadi est donc, en principe, inutile. À Casablanca même, le nombre des divorces prononcés devant le magistrat du chra est presque égal au cours d’une année à la moitié ou au tiers du nombre des mariages202. Il est vrai que le divorce devient vite chez les hommes, et parfois chez les femmes, qui le provoquent au besoin, une habitude. Dans son enquête sur Ben Msik, A. Adam admet que le nombre de femmes mariées deux ou plusieurs fois est à peu près égal à celui de celles qui ne l’ont été qu’une fois (49 et 54  %)203. Certaines se marient jusqu’à cinq fois, le nombre moyen de mariages par femme étant de 1,7. Chez les hommes, un peu plus de la moitié (53  %) ne se marient qu’une fois, les autres convolant jusqu’à quinze fois, et le nombre moyen de mariages par homme est de 2,4 (ce chiffre étant sans doute inférieur à la réalité). Encore s’agit-il d’un bidonville d’allure assez rural où les Draoua, chefs de familles solides, comptent pour près de 20  %. La proportion des divorces serait beaucoup plus élevée aux Carrières centrales.

57On comprend que la pratique des divorces successifs dans des agglomérations où la population se renouvelle souvent, au hasard des embauches, aboutisse rapidement à un grand relâchement des mœurs. Toutes les formes d’union, depuis celle qui dure quelques jours, ou quelques mois, jusqu’à celle qui aboutit à la fondation d’une vraie famille, peuvent être observées.

58La polygamie est exceptionnelle (2 à 3  % au maximum). Elle est le fait des commerçants riches dotés d’une femme en ville et d’une en tribu ou parfois, mais sans que nous puissions toujours le savoir, de ceux qui, sans prévenir la tribu d’origine, se mettent en ménage discrètement sur place, et souvent à titre temporaire.

Décomposition de la famille

59L’instabilité du mariage, lorsqu’il y a des enfants dont la divorcée conserve la garde ou que le mari abandonne à son ancienne épouse, tend à faire de la femme, surtout si elle travaille, un véritable chef de foyer qui fait face comme elle l’entend à ses responsabilités et organise sa conduite comme il lui plaît. Dès à présent, on observe dans les bidonvilles des boutiques tenues par des femmes seules (plusieurs dizaines à Casablanca, huit à Ben Msik).

60C’est surtout dans le milieu des ouvriers d’usine que nos enquêtes ultérieures devraient porter, pour étudier ces changements sociaux dont l’importance est extrême. À Safi et à Agadir se multiplient le nombre de celles qui vivent affranchies de la tutelle des hommes. Pour travailler à l’usine, elles s’efforcent de caser leurs garçons dans les écoles primaires, au besoin en les présentant comme plus âgés qu’ils ne sont, afin de s’en débarrasser pendant le jour. Elles conservent au contraire leurs petites filles à la maison pour y élever les bébés, à moins qu’elles ne réussissent à les faire employer à l’usine avec elles-mêmes pour des tâches auxiliaires. Certaines ont temporairement rompu avec le mari demeuré en tribu, où il garde la maison et vaque aux cultures. Nombreuses sont aussi celles qui abusent de leur liberté et tirent profit matériel de leur inconduite. Notons qu’on voit dès à présent des femmes seules quitter leurs tribus, parfois lointaines, pour venir seules gagner leur vie dans le travail des usines (par exemple d’Amismiz à Safi). Dans les grandes agglomérations prolétariennes, les répudiées, si elles ne trouvent pas aisément un nouveau mari, retournent généralement en tribu. Celles qui restent sur place parce qu’elles ne veulent plus retourner au village s’adonnent parfois, hors des «  quartiers réservés  », à la prostitution clandestine. Elles s’établissent souvent dans des rues connues, les unes sont sous la tutelle d’une «  batrouna  » officieuse, les autres «  travaillent à leur compte  » ayant soin de ménager, pour faciliter l’exercice de leur profession, une sortie cachée dans leur baraque qui permet d’échapper à la police ou aux importuns. Comme leurs sœurs des quartiers réservés, elles sont souvent minées par l’alcoolisme et la tuberculose. Cette profession est en vogue surtout parmi les filles des tribus de langue arabe. Les Berbères et les Drawiya, principalement ces dernières, échappent davantage à cette déchéance.

61Nous ne dirons rien ici de la prostitution clandestine dont le développement est surprenant. Tout indique l’existence, dans les bidonvilles et les derbs, d’une anarchie sexuelle qui est une conséquence, croyons-nous, de la dislocation de la famille patriarcale et de la libération des femmes, échappant à la contrainte sociale. Ces aspects de la vie du prolétariat marocain seront abordés, nous l’espérons, dans une enquête nouvelle organisée au Maroc avec l’aide de la Caisse d’aide sociale du Maroc.

Hygiène

  • 204 A. Adam. La législation sociale favorise cependant les familles nombreuses par l’attribution d’une (...)

62Nous avons déjà dit le faible accroissement naturel de la population des agglomérations prolétariennes. À Ben Msik, une enquête portant sur 248 ménages ne dénombre que 247 enfants204.

63Assurément, la mortalité infantile est considérable. On ne peut la chiffrer en l’absence d’état civil et de tout recensement exact. Les déclarations de décès et les observations médicales nous éclairent du moins sur la cause des décès, imputables en grande partie à l’ignorance des règles les plus élémentaires de l’hygiène et de l’alimentation infantiles. À Ben Msik, 34  % des causes de décès d’enfants sont attribuées aux diarrhées et entérites, 34  % à la débilité, l’athrepsie, la sous-alimentation, 19  % aux bronchopneumonies. Les morts sont nombreux, surtout à l’automne et à l’entrée de l’hiver, lorsque pullulent les mouches, volent les poussières et surviennent les premiers froids.

64Les médecins de la Santé publique et les infirmières s’accordent pour expliquer par la diffusion des maladies vénériennes la limitation des naissances, dans un pays et dans des classes sociales où la pratique du birth control est impensable. Les efforts entrepris pour établir un contrôle sanitaire sur la prostitution officielle paraissaient avoir conduit à un échec total.

  • 205 D’après A. Adam (Etude sur le bidonville de Ben Msik) : à l’ancienne médina de Casablanca 45,6 % ai (...)

65Les conditions générales d’hygiène sont cependant dans les bidonvilles moins mauvaises qu’on ne pourrait le craindre au premier abord. Tout d’abord, l’action du Service de la santé publique s’exerce périodiquement pour désinsectiser les baraques, ce qui ne peut être fait aisément dans les derbs et médinas. Les maladies contagieuses y sont rares. Les images radioscopiques suspectes décelées par les examens sanitaires des enfants sont moins nombreuses d’un tiers en bidonville que dans les habitats «  en dur  ». La statistique des cuti-réactions positives pratiquées sur les enfants donne des résultats analogues205.

66La véritable plaie des agglomérations prolétaires est celle des mouches, qui pullulent là où les habitations ne sont pas assainies par la présence d’égouts et d’installations élémentaires. Il est fréquent, dans les derbs, d’observer l’existence d’un WC pour 120 personnes. Dans les bidonvilles, 80  % des habitants ne disposent pas de «  fosse septique  »... Les terrains qui entourent les derbs, médinas et bidonvilles sont ainsi parsemés d’immondices. Les rues sont polluées et des nuées de mouches propagent des germes pathogènes. Les médecins dénoncent avec énergie le «  péril fécal  » qui assiège, comme dans tout l’Orient, les grandes concentrations de populations pauvres.

Criminalité

67Par contraste avec ces aspects rebutants de la vie matérielle et sociale, on notera, avec étonnement peut-être, l’absence presque totale de criminalité dans les bidonvilles, dans lesquels l’ordre public est assuré, mieux encore que dans les vieilles cités musulmanes, grâce à un effectif de quelques policiers. Si l’on fait abstraction de ce qui constitue à nos yeux les délits et les crimes causés par le relâchement de la morale sexuelle, les populations prolétariennes nous apparaissent comme dociles et respectueuses des règles morales essentielles d’une société pacifique. À Port-Lyautey comme aux Carrières centrales et à Ben Msik, le nombre des crimes jugés au cours de ces dernières années est deux fois moins élevé en moyenne que dans les villes traditionnelles. La seule période agitée a été celle de 1944-1946, lorsque l’extrême rareté des vêtements et étoffes et la pénurie du ravitaillement ont encouragé un instant quelques vauriens à pratiquer des agressions et des vols, voire même à dépouiller les passants attardés.

  • 206 On les désigne au Maroc sous le nom, fort péjoratif, de Soppiss; fém. : Soppissa.

68Les ruraux récemment transplantés demeurent sains, sans révolte contre l’ordre établi et se conforment aisément aux principes de la morale sociale de l’islam. Il reste à savoir si la «  crise de la seconde génération  » n’atteindra pas les enfants, grandis dans la rue. Il est à craindre que l’enfance non scolarisée, livrée à elle-même dans les rues, surtout si le père et la mère travaillent, fermant derrière eux à clef la berraka, ne souffre de l’abandon dans lequel elle demeure. S’il existe à Casablanca et à Rabat de jeunes garçons sérieux, amenés du Sous par leurs pères pour y exercer les métiers de porteur ou de cireur, d’autres garnements, inventifs et sans préjugés, circulent à la recherche de quelque coup heureux  ; avec le temps, ils donneront naissance à une pègre dont les villes plus anciennes d’Algérie nous donnent parfois la triste image206.

La religion

  • 207 Des petites filles de l’âge de 6 à 9 ans y vont aussi.
  • 208 Comparer aussi le caractère areligieux de la vie économique dans les villes à l’importance des rite (...)

69On ne peut manquer d’être frappé du zèle avec lequel de pieux Musulmans, bien pauvres cependant, unissent leurs moyens pour entretenir, dans une grande baraque construite à cet usage, un taleb chargé d’apprendre le Coran aux enfants. Parfois ils louent une grande boutique à cet effet. Il se trouve environ, nous l’avons dit, une école coranique par 1 500 ou 2 000 âmes, les tolba venant surtout du Sous, des Doukkala et de la plaine de Marrakech (Oulad bou Sbaa et Serarhna). Nous avons dit aussi que ces écoles, lorsqu’elles sont assez spacieuses, servaient à l’occasion d’oratoires pour les fidèles qui désirent accomplir régulièrement leurs prières. Un dixième d’enfants, dont quatre cinquièmes sont des garçons207, apprendront par cœur des sourates du Livre saint et se pénétreront aussi de sa «  baraka  » qui fera d’eux de vrais fidèles. Ils seront en outre initiés par le maître d’école aux obligations fondamentales de la religion. Les autres ne connaîtront de l’islam que ce qu’on apprend en vivant dans une société fortement imprégnée il est vrai de sa morale sociale et privée. La cohésion de la communauté suppléera à leur ignorance. Les Musulmans pratiquants, ceux qui prient aux heures fixées, seront de même en nombre restreint. Il est vrai que le vendredi les mosquées s’animent, encore la foule qui s’y presse est-elle toujours clairsemée. De la même manière, nos enquêtes nous font voir au sein des villes prolétariennes des zaouïas peu vivantes (une par 10 ou 20 000 habitants). C’est plutôt par l’observance du jeûne de Ramadan et surtout par la célébration des grandes fêtes, en particulier, celle du sacrifice, l’Aïd el Kebir, que l’âme populaire exprime sa ferveur religieuse. On ne peut s’empêcher de comparer cette tiédeur relative au rôle social considérable que jouaient avant la soumission marabouts et chorfa dans les villages du sud du Maroc, là où d’innombrables petits sanctuaires sont visibles d’ailleurs pour rappeler d’une manière constante aux hommes la présence du divin parmi eux208.

70Si donc on note, dans les tribus, depuis trente ans un affaiblissement sensible, mais encore limité, de l’islam traditionnel, la décadence paraît, dans l’ensemble, bien plus marquée dans les villes prolétariennes. La nouvelle société citadine se laïcise. L’islam demeure une sorte de cadre que l’on reconstitue instinctivement autour de soi, pour avoir le sentiment d’être entre frères, mais c’est en temps normal un cadre presque vide. Il ne retrouve son importance que si une action extérieure et des circonstances insolites viennent brusquement réveiller le zèle un peu endormi des fidèles. C’est alors qu’on éprouve un sentiment rassurant de solidarité – que la religion est d’ailleurs seule à pouvoir donner à ces masses populaires hétérogènes, par exemple dès qu’on leur fait croire qu’un péril les menace. Ce serait mal connaître la puissance presque infinie de la communauté islamique et de la contrainte qu’elle exerce sur ses membres que de penser qu’elle s’affaiblit en une génération.

71Faut-il confondre avec l’islam les danses extatiques des confréries populaires, celles des Jilala, des Aïssaoua et des groupes confrériques analogues  ? Certains penseront au contraire que le petit peuple qui se répand joyeusement le samedi soir après la paye, dans les rues des derbs abondamment éclairées à l’électricité, cependant que s’enfle la cacophonie des postes de radio, cherche plutôt dans ces manifestations collectives une distraction violente qui fait échapper un instant l’individu à la médiocrité d’une vie sévère. Mais aux yeux des simples, l’islam se lie aisément à des pratiques que dédaignent les lettrés. L’âme populaire a besoin de merveilleux, d’émotions simples et fortes. D’autre part, le sentiment inné de la présence et de la toute-puissance de Dieu, la résignation complète à sa volonté savent s’imposer, aux savants comme aux ignorants, aux mystiques comme aux cyniques. L’islam n’est-il pas en fin de compte le seul lien qui subsiste entre tous ces hommes, inconnus les uns des autres  ? Il tient lieu, à la génération présente, de conscience nationale, et toute obligation morale s’inspire de lui. Le temps n’est pas encore venu où l’on pourra construire solidement hors de sa tradition – véritable ou prétendue.

Distractions et sports

72L’étude des budgets familiaux est ici notre meilleur guide. Les besoins matériels étant, tant bien que mal, assurés, les distractions deviennent possibles. Le chef de famille ou le célibataire qui se trouve à l’aise (1/5 des cas examinés) fréquentent le cinéma, mais ils y vont seuls, naturellement  : les femmes ont leurs distractions à part. Une dépense importante, et qui grève parfois très lourdement leur budget, même le plus modeste, est celle du tabac. Beaucoup de travailleurs iront jusqu’à dépenser l’argent de cinq paquets par semaine. Les pères de familles nombreuses ne pouvant se payer ce luxe cesseront de fumer.

73L’instruction française ou arabe étant trop peu répandue, on ne lira pas de journaux dans l’une ou l’autre langue. Les nouvelles ne se lisent pas, elles se disent. Au besoin, et c’est là une nouvelle profession dont l’existence jette une lumière singulière sur l’évolution rapide des esprits dans les quartiers prolétariens, un petit lettré musulman, en français ou en arabe, pourra commenter le journal en public devant un cercle d’auditeurs qui le paieront de sa peine avec une pièce de petite monnaie. Les sujets qui passionnent le public sont ceux qui touchent à l’islam et aux événements internationaux. Les partis politiques avancés ont naturellement compris le profit qu’ils pouvaient tirer de cette pratique.

74On ne s’intéressera en rien aux manifestations bourgeoises de musique andalouse  ; ni aux pièces de théâtre que des jeunes gens des villes organisent parfois dans les quartiers traditionnels. Même l’élite prolétarienne, composée des commerçants ou des ouvriers spécialistes ou des artisans de métiers modernes, ne trouve qu’ennui à ces réunions, et elle réserve ses faveurs aux airs de musique nasillarde du répertoire égyptien, tels que les vieux phonographes ou la radio les répandent généreusement dans l’éther, de jour et de nuit.

  • 209 En 1949.
  • 210 En sens inverse aussi, les « clubs » sportifs sont souvent divisés en deux fractions hostiles, dont (...)

75La foule prolétarienne réserve son enthousiasme pour le sport et les matches de football. Il n’est pas de bidonville qui ne possède, sur sa limite, un terrain dégagé où les enfants jouent inlassablement avec un ballon de fortune. Ils s’exercent à former une équipe. Dès qu’ils le peuvent, les jeunes gens forment un groupe non affilié aux institutions officielles, qui est celui du quartier. Dès qu’ils seront entraînés, ils jetteront des défis aux voisins et les matches seront suivis avec passion. Les plus grands, ceux qui gagnent leur vie et peuvent se payer un uniforme, contribuer aux frais d’un déplacement, entrent dans des clubs réguliers. L’esprit populaire, si volontiers combattif, mais aussi attaché au particularisme de l’agglomération, ne saisira pas toujours du premier coup l’intérêt politique des grandes associations sportives des villes qui présentent avec les partis nationalistes des attaches évidentes. Au point où nous en sommes209 de l’évolution politique des masses prolétariennes, encore à ses débuts, le sport n’est pas encore totalement «  politisé  ». On s’y adonne avec fougue, parce qu’il constitue, semble-t-il, un encadrement discipliné à des fins actives dont on éprouve impérieusement le besoin. Cette conception instinctive s’oppose pour l’instant au calcul des jeunes lettrés des médinas, et souvent l’on n’éprouve, dans le peuple, qu’indifférence pour les rivalités et les ambitions personnelles qui dévorent les équipes bourgeoises210. Mais l’action des partis politiques est insidieuse, et c’est par le moyen du sport qu’ils essaient de capter les masses.

Une nouvelle âme collective

76Nous avons ici tenté d’analyser la société prolétarienne musulmane qui se constitue dans les villes nouvelles de l’Empire chérifien en observant les divers aspects qu’elle nous présente. Nous nous sommes efforcés, en suivant en quelque sorte les ruisseaux humains qui descendent des pentes des montagnes du sud, d’arriver jusqu’au moment où le fleuve de l’émigration se répand sur la côte en vastes deltas, donnant naissance, comme à des îles de limon, aux humbles agglomérations où se trouvent réunies, dans un mélange intime, toutes ces particules sociales détachées des tribus, semblables à l’humus entraîné par le processus de l’érosion des sols.

77Mais qui nous fera la synthèse de ces villes naissantes  ? Que va-t-il sortir de ce nouveau sol d’alluvions  ? Qui nous aidera à sentir la conscience encore obscure, élémentaire, qui parfois anime les nouvelles communautés  ? S’il est difficile de saisir l’âme d’un petit enfant, combien l’est-il plus encore de connaître l’esprit nouveau d’une société qui n’est pas encore parvenue à la pleine conscience d’elle-même !

78C’est qu’en effet, dans les villes prolétariennes, une civilisation rurale vient mourir sous nos yeux. En moins d’une génération s’effondre ou s’étiole l’institution fondamentale qui la soutenait  : la famille patriarcale. Cette cellule initiale, qui sur place engendrait la tribu, se dissout dans les cités nouvelles sans même que les ménages, désintégrés de l’ensemble, conservent eux-mêmes une vitalité suffisante. Mais le drame véritable réside moins dans cette décadence que dans la lenteur d’une reconstruction sociale, sans laquelle ne peut s’édifier une vraie ville. La création d’une cité nouvelle exige des efforts qui dépassent les forces des immigrants, et nous sentons que de longues années s’écouleront avant qu’un ordre durable puisse être vraiment fondé.

  • 211 Les corporations, lorsqu’on en constitue artificiellement comme à Port-Lyautey, ne sont que des nom (...)

79Nous sommes en présence d’une société urbaine dépourvue d’institutions propres. Les villes vers lesquelles affluent en masse les ruraux, en quête d’un nouveau cadre de vie, ne sont plus les cités traditionnelles de l’Islam peuplées de bons bourgeois, attachés à leurs coutumes séculaires, qui étaient capables d’assimiler, en petit nombre d’ailleurs, des éléments campagnards... Il s’agit ici d’immenses chantiers fondés par l’Occident, selon des plans impérieux et des lois qui sont contraires aux lentes habitudes de l’Islam. Ce sont des villes administratives, dont l’existence obéit à des règlements utilitaires. On ne s’étonnera donc pas que ces agglomérations soient encore, surtout en ce qui concerne la plèbe musulmane, dépourvues d’institutions représentatives et corporatives211.

80Seule jusqu’à présent s’exerce sur les masses l’autorité du Makhzen aux origines théocratiques et despotiques, tempérée par le contrôle des Chrétiens. La bourgeoisie musulmane, sur les cadres de laquelle s’appuie le Makhzen, pourrait servir de guide au peuple, mais si elle reconstitue son habitat en formant des îlots privilégiés dans le voisinage, elle est elle-même profondément troublée dans son âme orgueilleuse et subit de douloureuses atteintes  : crise de la nouvelle génération, la première qui soit instruite dans les écoles d’Occident, crise de la femme qui veut s’affranchir, crise de l’économie domestique, qui atteint ici encore la solidité traditionnelle de la famille indivise. Comment dès lors la bourgeoisie musulmane, si incertaine de son avenir, exercerait-elle avec bonheur son rôle de guide au milieu de ses propres difficultés dans lesquelles elle se débat avec angoisse  ? Les passions politiques qui agitent cette classe sociale, qui subit dans une certaine mesure l’influence de l’Orient moderne, sont les seules qui puissent jouer le rôle de ferment dans les masses. Encore faut-il souvent qu’elles se chargent, pour être agissantes, de sentiments religieux afin d’éveiller des échos dans l’âme populaire. Mais, même sous cette forme, la capacité d’action des leaders des classes supérieures est limitée. L’islam des bourgeois et des savants subit l’influence des idées réformistes de l’Orient et s’enferme par-là même dans un puritanisme abstrait. Il s’écarte de l’islam populaire, avide de merveilleux et sensible encore aux accents mystiques auxquels l’âme berbère est demeurée réceptive. C’est dire que la conduite de l’évolution prolétarienne ne sera pas aisément assurée par les nouvelles élites sociales citadines constituées depuis quarante ans dans les villes hadria. Elles agiteront les foules sans les conduire.

81Le désarroi des néo-citadins livrés à eux-mêmes est d’autant plus grand qu’à leur voisinage vivent deux groupes ethniques et religieux différents, qui sont séparés en fait presque entièrement de lui, soit par leur esprit et leurs aspirations, soit par leur habitat. Le prolétariat juif que côtoient les prolétaires musulmans a ses quartiers à part, son idéal religieux distinct, des aspirations et des rêves nationaux étrangers et antagonistes. L’Etat d’Israël exerce sur les plus pauvres des Juifs autant de séduction que n’en revêt l’unité arabe pour les intellectuels musulmans. Seuls quelques Israélites exaltés, attirés par le communisme marxiste, rejoignent dans l’agitation sociale des syndicats les «  militants  » du peuple marocain. Encore l’idéalisme des uns parvient-il difficilement à animer la force combative, encore brutale, des autres.

82Enfin, la société occidentale qui se juxtapose, dans les cités nouvelles, à la société musulmane prolétarienne n’agit sur cette dernière que par les exemples qu’elle donne. Les relations entre les deux groupes, si l’on excepte celles qui s’établissent par le moyen des organisations administratives et charitables, sont limitées aux rapports professionnels de nature anonyme qu’entraîne le travail industriel. Ce n’est guère que la classe, nombreuse il est vrai, des serviteurs, qui voit de près les maîtres, les observe et les juge, parfois avec sympathie, parfois aussi avec réserve. Bien peu nombreux sont les Européens qui exercent sur un entourage d’amis marocains du petit peuple une influence efficace.

83On ne saurait s’étonner dans ces conditions que le prolétariat marocain naissant, presque livré à lui-même, ne nous apparaisse encore que comme une force virtuelle, qui se cherche dans la confusion et n’oriente ses efforts qu’à tâtons. De lents progrès matériels, l’apparition encore limitée d’élites de commerçants et ouvriers, signes de réussites individuelles, ne suffisent pas à créer une conscience sociale particulière. Certes, des idées-forces agitent les masses par instant. On observe des aspirations confuses vers la justice, qui sont souvent une réaction spontanée contre certaines formes d’oppression dans les tribus commandées par des chefs trop avides. Les émigrants venus de ces régions apportent parfois avec eux des rancunes qui se feront jour dans des propos critiques, Nous sommes venus ici, disent-ils, pour être «  nos propres caïds  ». Mais la résignation islamique est souvent plus forte que la haine. Et le nouveau citadin se contentera de jouir dans les villes de la liberté très appréciable dont il bénéficie dans une atmosphère d’indifférence.

84D’autres signes encore traduiront dans les masses les progrès de la conscience nationale. Parfois aujourd’hui, les femmes organisant leurs cortèges de réjouissances à l’occasion des circoncisions portent devant elles, au lieu de la bannière des confréries, un drapeau marocain roulé autour de sa hampe. Dans les manifestations sportives, si attirantes pour le peuple, la foule prolétarienne vibrera aux succès des champions marocains qui triomphent des équipes européennes. Mais d’autre part, le prolétariat qui acquiert lui-même, par le moyen du travail, une expérience de l’Occident que les bourgeois n’imaginent pas, apprend à estimer la régularité et l’exactitude dans l’effort, la perfection de la tâche accomplie, la juste rétribution donnée par un patron équitable. Il juge des hommes et des choses qu’il observe par une connaissance directe et ne s’encombre pas l’esprit des préjugés tenaces des bourgeois  ; il regarde vers l’avenir sans calcul, sans rancune et sans haine.

85À la vérité, son âme à peine naissante est à celui qui saura la guider et qui l’aimera pour elle-même. À moins qu’abandonnée et trahie par des classes bourgeoises égoïstes – celles des maîtres musulmans et chrétiens – elle ne se retourne un jour, avec la violence qu’on observe dans l’Orient moderne, contre ceux qui l’auront condamnée à la misère et à des souffrances sans espoir.

Notes

188 Port-Lyautey, Rabat (Douar Debbarh), Carrières centrales et Ben Msik à Casablanca. Les chiffres avancés ici n’ont qu’une valeur moyenne. Tel bidonville joue en effet un rôle commercial plus marqué. Les Carrières centrales ont une population plus ouvrière et plus active que les autres agglomérations.

189 Ce sont eux aussi qui prédominent dans la vente de la friperie, la tenue des cafés maures, en même temps qu’ils réussissent souvent mieux que d’autres dans les métiers d’électricien, peintre, maçon, menuisier et se font volontiers charretier et cocher.

190 Les plus habiles deviennent demi-grossistes et grossistes. Ils possèdent parfois un grand nombre de magasins en commandite.

191 Voir surtout pour Port-Lyautey les monographies de Mohammed Soussi, épicier aisé, de Bélaïd des Indouzal, petit commerçant modeste dans le prolétariat marocain de Port-Lyautey par St. Delisle, Cahiers de l’Afrique et l’Asie, t. l, p. 206-212.

192 D’après les observations d’un officier des Affaires indigènes, C.H.E.A.M., n° 648 : « Tribulations et réussite d’un commerçant marocain ».

193 L’évolution sociale du Maroc, t. I, p. 7-47. Cette analyse ne peut dispenser le lecteur de recourir à l’original de cette précieuse monographie.

194 Nous avons vu que les rouassa partent souvent au moment où l’existence de la famille est devenue difficile au pays. Il faut donc qu’ils envoient de l’argent au plus tôt à leurs proches.

195 On comparera les dix fiches monographiques données par St. Delisle (op. cit.), à Port-Lyautey (annexe 5 ; monographies), dans son étude sur les bidonvilles, aux dix enquêtes de l’étude du Dr Mathieu et du Commandant Maneville : Note sur l’alimentation des prolétaires musulmans de Casablanca, C.H.E.A.M., n° 1730, 52 p., qui porte sur des habitants du bidonville des Carrières centrales à Casablanca.

196 Ces observations remontent au début de 1949. Depuis, le prix de la vie a malheureusement monté sensiblement, mettant en péril les progrès réalisés.

197 Dans les bidonvilles, le pain est encore en majorité fabriqué dans chaque foyer, mais de préférence avec du blé, l’orge étant réservée aux plus pauvres et aux plus traditionalistes. On fait commerce de débris de vieux pain. Mais, de plus en plus, l’usage du pain européen s’introduit, d’abord sous l’aspect de pain rassis provenant des invendus de la ville nouvelle, ensuite, à présent, dans des conditions de fraîcheur normales.

198 L’enquête sur la main-d’œuvre musulmane des entreprises européennes nous a permis de dégager la statistique suivante – donnant la proportion des célibataires employés à Casablanca dans chaque groupe ethnique :
Anti-Atlas 26,5 % ---- Haut-Atlas 16,0 %
Plaine du Sous 16,3 % ---- Noun 17,5 %
Dra et oasis 15,7 % ---- Moyen-Atlas 21,1 %
Chiadma, Abda 15,2 % ---- Atlas central 14,2 %
Doukkala 17,8 % ---- Rharb 18,6 %
Tribus arabes de la plaine
de Marrakech 17,8 %  ---- Maroc oriental 22,5 %
Chaouïa N 15,9 % ---- Casablanca 42,8 %
Chaouïa S 16,8 % ---- Autres villes 24,3 %
Tadla 23,3 % ---- Origines diverses 23,2 %

199 Cette libération entraîne malheureusement l’immense développement de la prostitution clandestine qui devient une source de profits.

200 Il nous manque encore cependant des statistiques précises sur la stabilité de la famille rurale. Ce que nous en savons permet de croire à d’importantes différences selon les régions.

201 40 % au moins à Ben Msik, d’après A. Adam.

202 Les mariages devant le cadi sont surtout les mariages bourgeois, et les mariages bel fatha, populaires, sont aussi évidemment les moins stables. En nouvelle médina, on compte en 1947 4 977 mariages et 2 503 divorces ; en 1948, 5 577 mariages et 3 055 divorces. En vieille médina, aux mêmes époques, 3 683 mariages contre 1 240 divorces et 2 934 mariages contre 1 120 divorces.

203 Les mariages ont lieu en moyenne à Ben Msik dans la proportion de 64 % entre époux de même origine villageoise ou provinciale, sauf en ce qui concerne les Draoua qui ne se marient qu’entre eux. Les Arabes épousent plus volontiers des femmes arabes et rarement des femmes berbères. Les Berbères qui ne se conforment pas à l’habitude et épousent une étrangère recherchent plutôt des femmes arabes, pensant ainsi s’élever dans l’échelle sociale (Adam, doc. cit.).

204 A. Adam. La législation sociale favorise cependant les familles nombreuses par l’attribution d’une allocation journalière de 20 francs par enfant de moins de quinze ans après six mois de service chez un patron affilié à la Caisse d’aide sociale. Si les naissances n’ont pas été registrées à l’Etat civil, le nombre des enfants non inscrits ne peut dépasser 4, pour limiter la pratique des déclarations fausses.

205 D’après A. Adam (Etude sur le bidonville de Ben Msik) : à l’ancienne médina de Casablanca 45,6 % ainsi que dans la nouvelle médina, (1,8 % aux Carrières centrales, 38,2 % à Aïn-Chok et 36,4 % à Ben Msik.

206 On les désigne au Maroc sous le nom, fort péjoratif, de Soppiss; fém. : Soppissa.

207 Des petites filles de l’âge de 6 à 9 ans y vont aussi.

208 Comparer aussi le caractère areligieux de la vie économique dans les villes à l’importance des rites sacrés et au rôle des saints dans l’agriculture et la conservation des grains (dans les agadirs par exemple).

209 En 1949.

210 En sens inverse aussi, les « clubs » sportifs sont souvent divisés en deux fractions hostiles, dont la présence permet de donner libre cours à l’esprit de rivalité, survivance en milieu citadin des divisions classiques en soffs adverses qui partagent la société rurale.

211 Les corporations, lorsqu’on en constitue artificiellement comme à Port-Lyautey, ne sont que des noms donnés à des professions et n’ont qu’une vitalité fort réduite (St. Delisle, op. cit., p. 166).

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable