Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre II : Le prolétariat marocain dans les villes du nord

Chapitre II. L’habitat

Texte intégral

Les bidonvilles

1Ce sont les agglomérations les moins difficiles à connaître, celles qu’on peut, lorsqu’on est animé d‘une inaltérable patience et doué d’une certaine gentillesse qu’apprécie le bon peuple marocain, arriver à pénétrer le plus complètement. Encore faut-il fréquenter longuement les habitants pour observer leurs conditions d’existence avant de chercher à comprendre ce qu’est leur vie sociale.

L’habitat

2L’habitat du bidonville est par excellence la berraka (baraque en planches), c’est aussi la nouala, et parfois, exceptionnellement, la tente.

3Tous ces abris sont, lorsque l’espace le permet, construits au milieu d’un petit enclos de superficie variable, de 20 mètres à 60 mètres carrés, la zeriba, à moins que les baraques ne se pressent dans l’étroit espace qui s’étend entre un mur qui borde le chemin et une maison en retrait. Dans ce cas, les baraques sont serrées les unes contre les autres et forment une sorte de bidonville clandestin qui doit échapper aux regards de l’Administration.

4La clandestinité, ou la précarité de l’habitat des bidonvilles, est un de leurs caractères essentiels. Leurs habitants ont toujours la crainte d’être refoulés « plus loin », soit en raison des exigences du plan de ville, soit parce que l’existence de foyers de maladies contagieuses, impose impérieusement un assainissement de leur petite agglomération. Ce caractère d’instabilité explique même parfois les dimensions réduites de la berraka, qui doit être aisément transportable pour se plier à ce que les habitants regardent comme les caprices de l’Administration.

5La tente est exceptionnelle. Elle attire trop les regards des « Chrétiens ». On ne l’observe qu’au-delà des périmètres municipaux, ou bien lorsque se produisent de grandes poussées de tribus du Sud chassées par la famine quand les familles misérables ont emporté avec elles ce qui restait de leur « maison de poil ». Dès qu’on le peut, on la change pour la berraka ou la nouala, moins provocantes.

  • 143 La proximité des matériaux a évidemment une grande importance. À Casablanca on dispose en abondance (...)

6La berraka convient aux petits espaces dans la grande ville, et elle s’adapte mieux, en raison de sa forme rectangulaire, aux habitudes des sédentaires. Mais elle devient vite, une fois aménagée, difficile à déplacer. La nouala de roseaux, au contraire, apparaît comme une stabilisation de la tente à laquelle elle s’apparente encore par sa mobilité, puisqu’on la transporte à bras d’homme très aisément sur des centaines de mètres. C’est d’ailleurs encore l’habitat normal dans les plaines atlantiques : elle fleurira dans les bidonvilles où affluent les arabisés. Tandis que la première règne à Casablanca, la seconde sera à son aise à Fedhala et à Port-Lyautey, là où la place est abondante, là où l’on est encore, en quelque sorte, à la campagne143.

7La berraka fait l’objet d’une véritable industrie, nous voulons dire d’un artisanat et aussi d’un commerce spéculatif. Elle est construite en bois de caisses, matériau qui abonde dans les ports. Elle ne possède généralement aucune charpente intérieure. Ses quatre panneaux verticaux, dont deux sont en pointe pour supporter le toit, généralement en planches, lui aussi, tiennent ensemble grâce à quelques clous. Les panneaux verticaux formant les murs sont enfoncés dans le sol, où d’ailleurs ils pourrissent assez vite. On fabrique aussi des berraka en fer-blanc, avec des tôles aplaties provenant des bidons minces d’huile ou de pétrole. Mais ces dernières sont moins appréciées, sans doute parce qu’elles ne font pas d’usage et ne sont pas à l’abri des variations de température.

8Les maallemin qui fabriquent les berraka les vendent à un prix variant de 5 à 10 000 francs (1948). Celui qui les achète les transporte sur le minuscule petit terrain qu’il a loué (zeriba) et qui, aux Carrières centrales, par exemple, n’a que 20 m2. L’avantage de cette petite berraka est que 6 hommes la soulèvent aisément en raison même de son poids léger. En cas d’expulsion collective, on a encore des chances de pouvoir emporter sa maison ou de la démonter aisément. Le nouveau propriétaire se hâtera de rendre la baraque habitable : avec amour il clouera à l’extérieur de petits morceaux de fer-blanc en guise de couvre-joints. Il améliorera de son mieux la couverture grâce encore à des plaques de fer, l’idéal étant de la réaliser avec du carton bitumé usagé ou avec de la tôle ondulée. On se protégera du côté de la pluie par un revêtement de mêmes petites plaques de fer-blanc circulaires ou en rectangle, soigneusement redressées et aplaties. Ceci explique pourquoi les hommes des bidonvilles, en circulant, sont toujours attentifs à recueillir sur la terre pointes, petits objets en fer, boîtes de conserves : car rien pour eux n’est inutile. Pour le même usage, le carton bitumé, léger et bon marché, est très apprécié, et on en utilise les moindres lambeaux. Souvent encore, les interstices des planches sont bouchés avec du papier pour lutter contre les vents coulis. L’intérieur sera tapissé de papier. Le sol, solidement damé, est souvent recouvert d’un mélange de chaux provenant du carbure de calcium (karboun) et de terre, qui a l’avantage de durcir. Dès qu’on le pourra, on construira avec quelques planches et des roseaux un minuscule enclos à l’extérieur, qui servira de cuisine. Le sol encore disponible de la zeriba, s’il en reste, sera réservé à quelques plants de menthe verte ou même quelques oignons. On y ménagera, si on le peut, une « fosse septique » ; si l’on a de la chance, lorsque la nappe phréatique n’est pas loin, on creusera même un puits, qui sera nécessairement contaminé, mais dont l’eau servira aux usages externes.

  • 144 En 1948-1949.

9Le prix de la location du terrain varie selon les lieux. Il est à Port-Lyautey144 de 200 à 250 francs par mois pour 20 m2. Au Douar Debbarh à Rabat, où le terrain appartient à l’Administration, la location d’une parcelle de 40 m2 par baraque est de 60 à 75 francs par mois, celle d’une parcelle de 15 m2 pour une boutique de 75 à 100 francs. Le loyer mensuel d’une baraque avec zeriba est alors de 200 à 400 francs par mois et d’une boutique, de 250 à 500 francs. Mais à Casablanca, aux Carrières centrales, sur le terrain municipal, le spéculateur qui a acheté des baraques pour faire « travailler ses capitaux » peut faire monter les prix jusqu’à 1 500 francs par mois pour deux pièces « agréables et bien placées ».

10Si la zeriba est assez spacieuse, avec le temps, on y édifiera clandestinement une nouvelle baraque destinée à des parents ou louée à prix d’or à des étrangers. Certains propriétaires ou commerçants possèdent jusqu’à 15 ou 20 baraques qu’ils louent à bon prix, réalisant ainsi un placement avantageux qui donne 40 à 50 % d’intérêt.

11Il existe souvent plusieurs intermédiaires entre le propriétaire du terrain, le propriétaire de la baraque et l’occupant. La sous-location est presque de règle. On comprend ainsi que, pour cette raison, la population d’un bidonville s’enfle progressivement et d’une manière invisible sans que les autorités puissent intervenir : tout le monde s’entend – exploitants et exploités – pour se glisser dans les zeribas numérotées en nombre toujours croissant, en y construisant discrètement de nouvelles baraques. En fait, le nombre de ces dernières demeure pratiquement inconnu, et les grands bidonvilles se défendent par leur masse contre les règlements et les investigations.

12Contrairement à l’opinion admise souvent par les Européens et les bourgeois musulmans, l’habitat en baraque, qu’ils regardent comme inférieur pour des raisons de décorum ou parce que les femmes ne sont pas assez abritées des regards, est souvent considéré par les pauvres gens démunis des vains préjugés citadins comme nettement plus agréable et plus hygiénique que l’entassement dans les derbs surpeuplés. C’est le cas de certains habitants de Ben Msik à Casablanca qui sont fiers et heureux d’être, après dix ou quinze ans d’efforts, devenus propriétaires d’une baraque qu’ils cherchent à rendre aussi confortable que possible. Notons aussi que les redevances mensuelles payées pour la location de la zeriba, si l’on possède la baraque, demeurent faibles et proportionnées à des budgets modestes.

13Là où la place ne manque pas, les zeribas sont plus vastes. On y construit même en roseau des gourbis rectangulaires, et surtout on y dresse des enclos de plus en plus hauts faits de roseaux entrelacés et de tiges séchées de marguerites sauvages, de manière à faire écran complet et à être ainsi à l’abri des voisins. Le danger, on l’a vu à Port-Lyautey, est que la moindre imprudence, un jour de vent, peut, d’un seul coup, faire éclater un incendie. En quelques minutes, toute l’agglomération s’embrase. Aussi la première règle de sécurité qu’impose l’Administration aux habitants des bidonvilles est d’établir des rues larges qui constituent des coupe-feux et d’interdire les enclos de branches et d’herbes séchées. C’est pour cette raison que l’agglomération, disciplinée par ce contrôle, se constituera en une série de « blocs » isolés les uns des autres.

14Le bidonville, s’il dure, aura bientôt ses tolba – maîtres d’école coranique pour les enfants – à raison d’un maître en moyenne pour 1 500 ou 2 000 habitants. Il aura aussi ses petits boutiquiers, des Chleuhs débutants, souvent associés à un commerçant qui a réussi. Si l’agglomération se développe pendant des années, il y apparaît une rue centrale où se groupent les marchands de denrées alimentaires, de bois et charbon de bois pour la cuisine, les barbiers et petits marchands d’étoffe. L’Administration et les propriétaires faciliteront le développement d’un souk permanent. Lorsqu’une forte masse d’habitants sera ainsi rassemblée, il se constituera, en fait, une petite ville satellite prolétarienne qui aura sa physionomie propre : ainsi, à Rabat, le Douar Debbarh (17 000 h.), à Casablanca, les Carrières centrales (25 000 h.) et Ben Msik (46 000 h.). Certains bidonvilles anciens et de moindre importance se stabiliseront, et une nouvelle génération y naîtra qui s’y trouvera à l’aise comme dans une sorte de village (Douar Doum). Nos informations sont malheureusement insuffisantes pour que nous parvenions à juger de la stabilité des habitants. Le meilleur indice de celle-ci est la possession d’une baraque où l’on habite et le placement de capitaux dans l’acquisition d’autres baraques du bidonville qui, nous l’avons dit, rapporte des sommes rondelettes.

15Si l’Administration manque un instant de vigilance, les propriétaires de baraques qui deviennent à l’aise et ont un emploi permanent essaieront aussitôt de construire en « dur » avec des briques légères ou de la pierre.

16On a l’avantage, en bidonville, d’avoir de l’air et, si l’on est seul dans sa zeriba ou entre parents, d’y être relativement à l’aise, séparé des étrangers. Mais dans la baraque de 6 m2, seul le père de famille bénéficie d’un lit, la mère et les enfants s’étendent par terre, serrés les uns contre les autres. Il n’y a pas d’égouts et les déjections humaines entourent l’agglomération dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, car les « fosses septiques » sont peu nombreuses et rapidement comblées.

17L’eau potable est souvent rare et parcimonieusement distribuée par un très petit nombre de fontaines (pendant longtemps 2 ou 4 bornes-fontaines aux Carrières centrales), ce qui explique la prospérité des marchands d’eau. Il n’y a pas d’électricité ; ce n’est guère un inconvénient puisqu’on ne serait pas assez riche pour payer l’éclairage. Toutes ces difficultés s’expliquent par le caractère précaire de l’habitat sur un terrain non aménagé et qui n’est pas destiné à voir s’édifier une cité musulmane permanente.

18L’agglomération en bidonville présente donc par elle-même des inconvénients et des avantages. Ceux qui sont assez rustiques s’en accommodent assez bien. Cependant, certaines périodes de l’année y sont dures à passer. Les hivers pluvieux transforment les voies d’accès et les zeribas en cloaques. Comme chacun jette dans la rue des débris de toute sorte, le sol des rues s’exhausse assez rapidement, et les baraques se trouvent vite en contrebas, menacées par le ruissellement des eaux de pluie. Des inondations sont à craindre dans les cuvettes naturelles, et parfois, comme à Ben Msik, après les pluies, il faudra faire appel aux pompes municipales pour faire disparaître les eaux de ruissellement accumulées dans les creux où elles envahissent les zeribas. Il fait froid pendant quelques semaines suivies heureusement par la belle saison. Mais bientôt arrive un automne pénible, et avant la chute des pluies, le sol est couvert de mouches dont la présence est malsaine. C’est le moment où les enfants meurent en grand nombre.

19Le bidonville se développe grâce à une tolérance administrative, à moins qu’il ne se soit fixé à dessein hors du périmètre municipal, ce qui lui permet alors d’échapper au contrôle urbain. Mais, malgré cette tolérance, la construction des baraques, libre par moments, sera toujours insuffisante pour répondre aux demandes, aussi les nouveaux arrivants se caseront-ils au hasard des places disponibles, ce qui exclut toute possibilité de voir se constituer des agglomérations ethniques. On notera seulement, dans quelques rues, une forte tendance à la création de minuscules petits noyaux formés, par exemple, de 3 ou 4 voisins appartenant à la même tribu ou au même village. Toutefois, ceux qui viennent du Sud en isolés, les rouassa, se grouperont généralement dans d’autres rues qui leur sont, en fait, réservées, des propriétaires ingénieux ayant rassemblé là les baraques qui seront louées avec profit à des groupes de deux, trois, quatre ou cinq travailleurs. Ces rouassa, qui sont souvent la terreur des ménages parce qu’ils cherchent des aventures, font entre eux leur cuisine ou se nourrissent chez les gargotiers et les marchands de brochettes. Ils se retrouvent aussi au café, où l’on peut avoir, si l’on veut consommer, un verre de thé, une bouteille de Coca-Cola, et où l’on peut entendre parfois, malgré l’absence d’électricité, un poste de T.S.F. fonctionnant sur accus comme cela se voit à Ben Msik.

20Aucun bidonville n’est naturellement semblable aux autres, chacun a sa personnalité, son histoire, son niveau social, son degré de moralité, en même temps que sa variété de peuplement. Nous donnons ci-après, sur un certain nombre d’entre eux, le résultat des enquêtes qui permettent de les « situer ».

Les bidonvilles de Port-Lyautey145

1° Bab-Fès

21Considérablement diminué par l’incendie de 1946, il est du type « spontané » : 1 839 personnes, réparties en 397 foyers, habitent 226 baraques et 249 noualas, ce qui représente 1,19 baraque par foyer. L’origine ethnique indique une prépondérance d’immigrants du Rharb et de la plaine atlantique.

22Parmi les métiers, on note celui de docker au port, qui est tout proche. Les périodes d’arrivées massives des habitants de ce bidonville sont 1920, 1925, 1928, 1930, 1935, 1945 et 1946.

23Il s’agit d’un bidonville où la moralité publique est assez basse : prostitution, concubinage, etc. Il n’y a que 1,4 enfant par foyer.

2° Nouvelle Joutiya

24Son nom vient du « marché aux puces » de l’agglomération. C’est aussi un bidonville spontané non remanié. Mais, de formation plus ou moins clandestine, il est fait surtout de recasés. Il a 112 foyers, 414 habitants, son peuplement ne diffère pas beaucoup de celui du précédent. Les années les plus fortes d’immigration pour les habitants de ce bidonville sont 1925, 1930, 1935, 1940, 1944. De nombreux ménages sont sans enfant, et il n’y a que 1,5 enfant par foyer.

3° Bidonville de Senailhac

25En plusieurs îlots, postérieurs à 1930, il est fait de 571 noualas, 504 baraques, 724 foyers, 3 074 habitants. L’arrivée à Port-Lyautey pour ces immigrants s’est faite en 1920, 1925, 1930, 1931, 1940 et 1945. C’est une zone de boutiques de commerçants interlopes, de débits clandestins et de fripiers receleurs, de maisons de prostitution. On y trouve seulement 1,36 enfant par foyer. Les Berbères arabisés de la plaine atlantique de la zone côtière sud y sont venus en grand nombre en 1944-1945 et y forment un groupe relativement compact.

26On notera dans les métiers l’importance du commerce d’alimentation, des fripiers et des marchés ambulants. C’est là, d’autre part, que règne la science : 23 tolba y sont établis dans des écoles coraniques. Il s’y trouve aussi 4 hammams. C’est là un bidonville actif, en fermentation.

4° Bidonville d’Aïn-Sebaa

27C’est le plus récent ; il est composé des victimes recasées de l’incendie et des nouveaux arrivants. Les noualas et les tentes (mises à la disposition des sinistrés) l’emportent sur les baraques ; 1 874 foyers répartis en 897 baraques, 904 noualas, 314 tentes, 7 820 habitants. On y compte 1,72 enfant par feu. Ce chiffre plus élevé s’explique par le caractère plus « intact » d’une partie des habitants.

28Les années d’arrivées massives sont 1930, 1938, 1939, 1944, 1945 et 1947.

29Le terrain appartenant à la ville et des tentes ayant été données, l’installation n’est pas coûteuse ; donc on y trouve beaucoup de pauvres gens. C’est le bidonville des moins débrouillards, le Douar « Raja f’Allah », celui où « l’espoir est en Dieu » et non dans les hommes. Il ne s’y trouve pas de Doukkala, car ceux qui y vivaient et qui se sont fait remarquer à l’excès par leur habileté de contrebandiers et de pourvoyeurs de marché noir, ont été spécialement recasés dans la cité de l’Office chérifien de l’habitat pour constituer un quartier ethnique où l’on peut mieux les encadrer et les contrôler.

5° et 6° Les deux petits bidonvilles éloignés du nord-ouest

30Ils sont de caractère tout autre. Celui de l’Artillerie est peuplé de spécialistes très stables, l’autre (Bargach-Oulad Oujjih) est pour moitié composé de ruraux qui vivent sous la tente, en provenance de la tribu immédiatement voisine. Dans le premier où vivent des ouvriers du parc de l’artillerie et du terrain d’aviation, ce sont les Berbères arabisés sédentaires qui prédominent. On y trouve en tout 87 foyers de 382 habitants en 92 baraques et 49 noualas. Il n’y a pas de commerçants. On y compte 2 enfants par feu. Les années d’arrivée sont 1922 (la plus forte), 1930, 1940, 1946.

31Le second est partiellement peuplé des bédouins d’Oulad Oujjih du voisinage. On y dénombre 99 foyers et 485 habitants établis dans 61 baraques, 45 noualas et 19 tentes. C’est un douar récent qui s’est formé en raison des facilités de ravitaillement à la limite du périmètre municipal. Pas de commerçants : c’est un campement. On ne s’étonnera pas de la forte natalité : 2,7 enfants par famille : nous sommes ici encore presque en tribu.

32Comme on l’aura observé précédemment, la fécondité des foyers dépend de l’état social de la population de chaque bidonville.

33Si, nous élevant au-dessus des groupements particuliers, nous examinons l’ensemble des populations de Port-Lyautey vivant en bidonville, nous constatons que les grandes vagues d’émigration ont coïncidé avec les années 1920, 1925, 1933, 1938 et 1940. Une forte poussée se manifeste d’une manière continue de 1943 à 1946 qui est en liaison avec la guerre, le débarquement allié, la misère dans l’intérieur et le ravitaillement sur les côtes. Les schémas qui illustrent cette étude indiquent l’origine du peuplement et les métiers des immigrants. L’importance des éléments venus du Rharb s’explique par l’attraction naturelle exercée par cette cité dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres. Il s’agit de populations rurales encore très peu fixées, et le développement de la colonisation a facilité les ventes de terre et les exodes vers la ville.

Les bidonvilles de Rabat146

1° Le Douar Doum

34Le Douar Doum, grâce peut-être à la proximité de la Résidence et aussi en raison de ses petites dimensions qui le rendent facile à pénétrer, a bénéficié d’enquêtes approfondies qui nous sont précieuses. Le Douar Doum tire son origine de premiers occupants transportés sur les terrains du pacha Ahmed Bargach en 1921 par camions militaires des portes de Rabat où ils campaient alors sous des noualas ou des débris de tentes. Ce sont à l’origine surtout des éléments du Sahara (Aït Oussa et Oulad Yahya de Zagora venus en 1921-1928). Lors des famines ultérieures sont venus s’agréger peu à peu des habitants de la plaine atlantique et plus tard des habitants des autres agglomérations de Rabat désireux de trouver là un abri à bon marché. Les tentes, encore nombreuses en 1936, ont aujourd’hui presque disparu. La construction en pisé fait son apparition, le campement devenu bidonville se transforme à présent en village ; pour 1 331 foyers, il y a 284 chambres en pisé, 440 noualas, 1 270 baraques et 3 tentes (soit 1,45 pièce par feu). Le nombre moyen de personnes au foyer est de 3,6, chiffre comparable à celui des bidonvilles de Port-Lyautey. La densité à l’hectare est de 492.

  • 147 Cf. F. XXIV, pl. 55.

35Le schéma du peuplement147 fait apparaître la prédominance des éléments venus du Sud. La variété des professions et la participation, plus forte qu’à Port-Lyautey, à des métiers modernes sont le signe évident de l’évolution du bidonville vers le type d’un village satellite de la grande ville. On sait que les Arabes du Sud (les Anfalis des Aït Oussa) exercent le métier de marchands de fleurs et de légumes pour la clientèle européenne.

36En dépit de cette association assez étroite avec la vie économique de la ville française, certains groupes gardent leur particularité intacte : les Aït Oussa restent entre eux et évoluent peu. Les mariages sont nombreux car il s’agit d’une population stabilisée chez laquelle le nombre des habitants de sexe masculin est à peu près égal à celui de sexe féminin. Mais dans la proportion de 66 %, les couples sont originaires de la même tribu, « les mariages entre tribus différentes étant plus fréquents chez les habitants originaires des régions de Casablanca et de Rabat ».

37La famille est monogame : on note cependant 20 cas de polygamie sur 1 155 ménages, proportion à peu près égale à celle qu’on observe dans le bidonville de Ben Msik à Casablanca.

2° Le Douar Debbarh148

  • 148 Ibid., pl. 56.
  • 149 La zeriba de 40 m2 se loue de 60 à 75 francs par mois. Les 15 m2 nécessaires à une boutique, de 75 (...)
  • 150 Les Doukkala qui sont ici, comme sans doute ceux de Port-Lyautey, paraissent avoir rompu leurs atta (...)

38Le Douar Debbarh, dont la partie construite porte aujourd’hui le nom prestigieux de « Cité Yacoub el Mansour », qui convient bien à la gloire d’une ville chérifienne orgueilleuse, est un bidonville de type plus classique. Il abrite moins d’employés et de chaouchs, plus d’étrangers au pays. Mais d’autre part, l’effort de l’Administration l’a considérablement amélioré, les baraques sont devenues plus vastes, et comme les loyers du terrain sont faibles, puisque le sol appartient aux Habous, il s’y développe peu à peu une petite ville, qui gardera il est vrai longtemps encore son caractère prolétarien149. Il s’y trouve 5 320 feux pour 18 080 habitants (décembre 1948). La venue de petits employés de Rabat a beaucoup contribué à la stabilisation et à la transformation en « village ». Le bidonville a connu une grande stabilité et s’est développé sans contrainte. De son origine, il garde un noyau ethnique d’Arabes du Sud (Oulad Yahya de Taroudant) renforcé par une forte colonie de Draoua – Saharoua – et de Doukkala150. Notons un essaim de commerçants de Tata (Ksar Imitek) exploitant d’une manière assez étonnante, en communauté, 39 boutiques. Le peuplement paraît s’être poursuivi de manière continue, bien qu’on note des vagues d’immigration en 1929, 1936, 1937 – composées surtout de Draoua. Les arrivées s’accroissent d’une manière continue après 1942 et surtout en 1944.

  • 151 Ils ont bénéficié d’un recasement dans une tranche de maisons terminée en 1937.
  • 152 St. Delisle : loc. cit.

39Parmi les groupements ethniques, il en est qui ont gardé une forte originalité. Les Chleuhs sont naturellement maîtres du commerce (173 sur 226 épiciers). Les Haratin du Sahara151, hommes frustes, peu intelligents, se distinguent dans les métiers de force comme carriers, forgerons, maçons ; ils sont aussi jardiniers, gardiens et à l’occasion domestiques. Ce sont les plus prolifiques et ceux dont les familles sont les plus stables. Par contre, les Doukkala « qui ne considèrent pas le mariage comme une institution sérieuse »152, sont des plus volages. Il existe pour l’ensemble du douar 2 000 célibataires ou hommes isolés du Sous. Un quartier de prostitution a été aménagé pour des raisons d’ordre public.

40Le mariage se pratique de préférence entre gens de la même tribu, ou plus exactement de la même famille patriarcale ou du même village. On va volontiers se marier au pays, plutôt que de prendre une fille du bidonville.

41Sous l’action de l’Administration, l’agglomération a considérablement évolué depuis le temps où Paye, Baron et Huot la décrivaient (1936) avec ses nomades du Sud vivant encore sous des tentes fabriquées avec de vieux chiffons cousus. Il s’y trouve un souk bien achalandé ; 21 mosquées ou oratoires se confondent avec les 23 écoles coraniques au bénéfice de 750 enfants. On y remarque aussi une zaouïa tidjaniya.

42La loi du travail domine l’existence journalière de ce petit peuple. Presque tous les hommes exercent une profession. Les femmes, domestiques, femmes de ménage, fileuses ou tisseuses de laine participent aussi largement à cette activité. La main-d’œuvre spécialisée reste cependant très peu nombreuse. Cependant, la création d’un quartier industriel au voisinage même du Douar Debbarh va en intensifier sa vocation ouvrière.

43Il n’existe qu’un petit nombre de mendiants. Ils font partie de la vie musulmane traditionnelle et exercent en quelque sorte une profession.

Casablanca

  • 153 Cf. F. XXV, pl. 57. Pour une étude complète, le lecteur se reportera à la belle monographie d’A. Ad (...)

44Les grands bidonvilles de Casablanca sont parmi les plus caractéristiques. Nous étudierons ici la physionomie de ceux des Carrières centrales et de Ben Msik153.

Les « Carrières centrales »

45Elles tirent leur origine d’un premier bidonville établi autrefois dans une carrière voisine de l’usine des chaux et ciments et qui a été déplacé plusieurs fois et mis en ordre. Son nom, « Karian central », a fini par donner le mot de karian, appliqué dès lors à tous les bidonvilles de Casablanca. Les Carrières centrales occupent leur emplacement depuis 1939. L’agglomération principale, peuplée de 20 000 habitants en 1949 (elle est complétée par des « douars satellites » de moindre importance) est située au milieu du quartier industriel. Elle accueille avant tout une population de travailleurs actifs. Les rues ont été tracées au cordeau les zeribas numérotées. Avec le temps, les zeribas se sont remplies de nouvelles baraques que l’on a souvent un peu repoussées vers la rue pour gagner de la place, ce qui a altéré ainsi les lignes droites du début en rétrécissant les voies de passage. La densité, énorme pour une agglomération où les maisons sont sans étage, atteint 1 500 habitants à l’hectare. Les prix de location mensuelle sont de 30 francs par zeriba, de 200 francs par boutique et de 600 francs par four ou moulin. Il résulte d’un sondage que la proportion des propriétaires de baraques est seulement de 20 %. Elles sont louées de 500 à 1 000 francs par mois. Le nombre moyen de personnes par foyer est de 3,69. La proportion de célibataires est de 5,4 %, bien plus faible qu’on ne s’y attendrait si l’on s’en reportait aux indications recueillies en tribu. La proportion de foyers de célibataires est de 13,5 % avec 1,4 habitant en moyenne. On y trouve environ 39 % d’ouvriers d’usine ou de travailleurs employés en groupe à l’extérieur ; 42 % y pratiquent le commerce, l’artisanat ou de petits emplois, 11 % sont des travailleurs isolés, 16 % ont des professions mal définies ou irrégulières ou sont sans profession.

46L’origine du peuplement, telle que le révèle l’enquête sur la main-d’œuvre dans les industries et entreprises européennes qui porte sur 2 435 ouvriers habitant, il est vrai, non seulement les Carrières centrales proprement dites, mais aussi les bidonvilles satellites voisins, montre que cette agglomération bénéficie de la préférence des immigrants venus des Chaouia-Sud (20 %), de la plaine du Tadla (8,9 %) et de Marrakech (7,3 %), et de la défaveur des Draoua (2 %) et de ceux qui sont nés à Casablanca et dans d’autres villes (5,7 %). Les Chleuhs du Sud y figurent dans une proportion élevée de 27 %. Les immigrants qui y habitent sont arrivés à Casablanca en plus grand nombre dans les années 1930-1931, 1940-1941 et 1944.

47Les rudes conditions d’existence des travailleurs d’usine font des Carrières centrales une zone de fermentation sociale. Les femmes y sont plus libres qu’ailleurs. C’est là qu’il faut venir pour observer la vie ouvrière du prolétariat marocain.

48Toutefois, les institutions traditionnelles ne font pas défaut. On y compte 25 msids instruisant 450 enfants et 2 zaouïas, Tidjaniya et Kettaniya. Une école franco-arabe est établie au voisinage du bidonville et attire 450 enfants, dans l’ensemble d’une agglomération de 50 000 âmes.

Ben Msik154

  • 154 Cf. F. XXV, pl. 57.

49Tout autre est l’atmosphère du grand bidonville plus paisible et plus rural, Ben Msik. Ce karian tire son nom du propriétaire du premier terrain occupé par des campements et des baraques en 1932. Il l’a gardé après un déménagement à faible distance (1938) sur des emplacements appartenant encore en majorité aux héritiers Ben Msik. L’Administration a fixé elle-même les redevances mensuelles de loyer du sol (30 francs par zeriba en 1949, 150 francs par boutique). Elle a veillé à ce que la construction des baraques se fasse par blocs écartés les uns des autres et en rues parallèles. Au début, un groupe de Rehamna s’y est établi, donnant naissance à trois blocs. L’extension s’est faite vers le nord (Karian-el-Jadid). Les nouvelles installations sont contrôlées. Mais les permis d’occupation qui sont délivrés gratuitement se négocient en sous-main, et le nombre de baraques s’accroit clandestinement dans les zeribas. L’aspect reste encore malgré tout rural. La densité s’y élève à 1 050 à l’hectare. Les 47 200 habitants (janvier 1949) y constituent environ 16 880 foyers. La densité moyenne par pièce est de 2,8. Ben Msik attire les petites gens qui peuvent y acheter une baraque. Plus de la moitié (51,6 %) des chefs de foyer sont propriétaires de leur abri, et beaucoup (37 %) ont habité ailleurs à Casablanca avant d’avoir pu s’y établir. De même, 70 % des commerçants possèdent leur boutique. On compte par foyer familial (sur 248 ménages) une moyenne de 1,37 enfant, chiffre très inférieur, comparable à ceux des mauvais bidonvilles de Port-Lyautey.

50Il ne s’y trouve que très peu de foyers célibataires (sauf chez les commerçants). Les baraques sont souvent propres et aménagées avec soin (77 % ont des lits avec matelas, 15 % ont un miroir, et on observe de nombreuses étagères de bois), 80 % des foyers étudiés vivent dans une seule baraque.

  • 155 Ils ne sont que 5,4 % pour l’ensemble de Casablanca.
  • 156 Au lieu de 14,3 % pour l’ensemble de Casablanca.

51Plusieurs grandes rues commerçantes deviennent, surtout le soir et le samedi, des marchés permanents fort encombrés dans lesquels on circule difficilement. L’aménagement des bornes-fontaines demeure fort insuffisant. Mais les commodités économiques essentielles existent : 6 moulins mécaniques, 15 fours. C’est l’agglomération de prédilection des Draoua (17 % de la population) qui constituent une minorité ethnique très solide155, et aussi des Chaouia du Sud (19 %)156. Mais Ben Msik a la défaveur des habitants de l’Anti-Atlas et de la plaine du Sous ainsi que des Casablancais. Ceux qui y sont fixés et qui ont encore des biens au pays y retournent une fois par an dans la proportion de 69 %, ce qui indique l’importance des attaches rurales.

52La proportion des écoles coraniques est la même qu’aux Carrières centrales ; 45 dont 30 servent d’oratoires (instruisant 1 069 enfants). Il s’y trouve aussi 4 mosquées construites par souscriptions (en planches et tôles), 2 zaouïas (Tidjaniya et Derqawiya). Les mendiants n’y figurent que pour 1 % de la population, au lieu de 3 % dans l’ancienne médina, où ils se sont fixés sans doute anciennement.

Les derbs et les villes

53En quoi l’existence des prolétaires dans les derbs et les villes diffère-t-elle de celle que nous avons étudiée dans les bidonvilles ?

  • 157 En 1936, étudiant à Rabat les conditions de vie des prolétaires, Paye, Baron et Huot estiment à 1/5 (...)

54Certes, dans les bidonvilles, l’existence matérielle, en raison du caractère précaire de l’habitat, demeure nécessairement très modeste. Cependant il existe, dans ces agglomérations de planche, ce qu’on peut appeler des pauvres et des riches, des pauvres qui n’ont que les ressources, infiniment précaires, de leur travail jour par jour, des « riches », qui ont pu, par chance, intelligence et calcul, amasser des réserves d’argent qu’ils savent faire fructifier. Mais si l’homme qui s’élève sur l’échelle de la fortune peut bien multiplier le nombre de ses baraques destinées à la location ou à des commerces qu’il commandite, ses bénéfices s’accroissent sans qu’il puisse les investir d’une manière durable sur les lieux mêmes, puisque la stabilité de l’agglomération n’est pas assurée. En outre, s’il veut gagner en considération et honneur et devenir un vrai notable, le cadre dans lequel il vit ne se prête pas à une véritable ascension sociale. Aucune maison en dur ne peut être bâtie, car on a généralement lieu de redouter d’être un jour expulsé et repoussé plus loin. En réalité, le bidonville conviendra bien aux travailleurs modestes et sérieux qui n’entendent pas consacrer, comme c’est le cas dans la ville, 1/5 de leurs ressources mensuelles au paiement d’un loyer157. Il se prêtera aussi, s’il est proche des usines, à la vie souvent un peu turbulente des jeunes ouvriers en quête d’aventure dans un milieu qui ne peut être bourgeois.

55Au contraire, le derb ou la vieille ville, la « médina », conviennent bien mieux aux investissements fonciers durables qui constituent un excellent placement. Socialement, ces lieux diffèrent du bidonville, parce qu’ils sont le domaine des propriétaires qui souvent y habitent. On notera donc sans étonnement dans ces agglomérations en dur, grâce à l’existence d’un cadre matériel stable et de possibilités de progrès continus, l’apparition d’une élite sociale dont la force vient de la richesse acquise et qui poursuivra son ascension pour rejoindre les élites traditionnelles des cités musulmanes authentiques.

  • 158 Cf. F. XXV, pl. 59.

56Nous prendrons ici comme exemple intermédiaire un groupement d’importance assez limitée pour qu’on puisse en examiner aisément la vie : le Derb Rhallef à Casablanca158. Les derbs de la vieille ville voisine nous donneraient utilement d’autres éléments de comparaison, ainsi que les derbs de Safi. Nous examinerons enfin très sommairement ce que sont les conditions de vie des prolétaires dans les quartiers des villes bourgeoises où ils parviennent à s’établir, nous contentant d’ailleurs d’effleurer ici un sujet difficile que les enquêtes en cours de M. André Adam à Casablanca nous permettront sans doute dans un proche avenir de voir traité dans tout son développement.

Le Derb Rhallef

57Le Derb Rhallef est particulièrement intéressant à observer parce qu’il nous montre la poussée spontanée d’une petite ville prolétarienne sur un terrain privé, qui s’est développée, nous l’avons dit, en une région éloignée de la médina de Casablanca, dans une zone que le plan de l’architecte Prost a plus tard attribuée aux quartiers européens. Il s’y était tout d’abord édifié un bidonville (1913) qui avec le temps est parvenu à se stabiliser, au mépris des règlements, par l’érection de constructions en dur.

58En conflit avec le Protectorat après l’adoption du plan de ville, les héritiers Rhallef obtinrent en 1922, grâce à la pénurie d’abris pour les Musulmans, un délai de vingt ans pour faire place nette, en échange d’engagements précis concernant l’exécution de travaux de voirie qui, exécutés plus tard, se révélèrent d’ailleurs tout à fait insuffisants. Cependant sur place, les constructions et le nombre d’habitants s’accroissaient. Bien qu’aujourd’hui l’édification de nouvelles maisons soit arrêtée (sauf entreprises clandestines de faible importance poursuivies de nuit ou les jours de fêtes européennes lorsqu’on espère éviter toute inspection), le nombre total d’habitants de la petite ville s’élève à 25 000 et ne paraît plus susceptible de s’accroître davantage. Démographiquement, un état de stabilité est donc atteint. D’autre part, l’état des constructions ne semble plus se modifier. L’intérêt de l’étude de ce groupe est donc de nous offrir une image d’une cité prolétarienne ayant pris forme par elle-même. Une brève description fera comprendre la manière dont un bidonville se transforme spontanément en une ville musulmane.

  • 159 50 francs par zeriba avec une majoration de 50 % par étage construit au-dessus du rez-de-chaussée ( (...)
  • 160 On trouverait ailleurs d’autres exemples de propriétaires gardant longtemps leurs maisons et leurs (...)

59À l’origine, sa base est le terrain d’un propriétaire qui va, par l’effet d’un partage successoral, tomber entre les mains de trois héritiers ayant respectivement 60 %, 25 % et 15 % de la surface. L’un d’eux possède encore à l’intérieur son vaste jardin et sa villa. Lui ou l’un des membres de sa famille y résident. Il a fait bâtir un petit bureau où il perçoit ses loyers mensuels159. C’est un de ses parents qui généralement remplit les fonctions de qabid, percepteur160.

60Le propriétaire du sol a un droit de préemption en cas de mise en vente des maisons construites sur son terrain. S’il n’utilise pas son droit, il perçoit alors 10 % sur le prix de vente de la maison. L’un des propriétaires, Mohammed Zemmouri, utilise largement ces dispositions pour accroître son bien dans le derb.

  • 161 Cf. F. XXV, pl. 59.

61Sauf dans la superficie réservée à l’habitation et au jardin du propriétaire, le terrain du derb est utilisé de la manière la plus parcimonieuse pour pouvoir être loué au plus grand nombre possible de locataires161. Les ruelles transversales numérotées sont desservies par deux grandes rues longitudinales. La superficie comprise au centre, entre les deux grandes artères longitudinales, sur une largeur correspondant à l’espace de trois ruelles transversales, a été réservée par le propriétaire à un souk permanent dont les boutiques sont d’ailleurs louées plus cher que les maisons d’habitation.

62Un Occidental ne manquera pas d’observer que sur ses deux grands côtés extérieurs le derb présente aujourd’hui d’une manière générale des murs aveugles qui ont l’aspect d’un rempart. Les sorties des ruelles qui y aboutissaient d’après le plan d’ensemble, tracé par le propriétaire, ont été fermées, à la longue, par une maison tournant le dos à l’extérieur. Ainsi se trouve-t-on chez soi à l’intérieur du derb et préservé la nuit des voleurs et des rôdeurs qui se présenteraient du dehors. Il est vrai que quelques habitants ont fait percer pour leur usage de petites portes et, çà et là, dans les murs, quelques fenêtres, en quelque sorte « à leurs risques et périls ».

63L’habitat le plus fréquent est constitué par des maisons très serrées s’ouvrant sur la ruelle. Le nombre de maisons s’est accru au maximum à l’intérieur des zeribas. Il y a en tout 1 755 maisons dont 1 350 sans étages et 400 à étages ; 97 de ces maisons à étage et ayant de deux à huit pièces sont occupées par une seule famille comprenant un ou plusieurs ménages. D’autre part, 67 maisons à étages sont partiellement louées, un étage étant réservé au propriétaire. C’est là l’indice d’un très net progrès social et économique. Les autres maisons à étages sont des immeubles de rapport. L’une d’elles possède 17 pièces louées à 16 ménages. Certaines sont fort malsaines, et l’extrême entassement des habitants y est dangereux pour l’hygiène publique.

64Le prix des loyers mensuels est de 250 à 1 000 francs par pièce. Certains logis sont des plus précaires. Il arrive en effet que, derrière le mur qui sépare le bord de la rue d’une maison bâtie légèrement en retrait, aient été édifiées, dans une sorte de couloir étroit, plusieurs masures minuscules bien dissimulées aux regards par l’écran protecteur de la muraille sur laquelle elles s’appuient : c’est là un bidonville en miniature.

65Dans la plupart des cas, les matériaux sont extrêmement médiocres, et les maisons sont en mauvais état. Cependant, il se trouve quelques belles constructions modernes à étages, aux enduits rouges très voyants et décorées de quelques ornements de goût oriental, surtout dans la partie où le plan de ville a été respecté, là où l’on est assuré d’une grande stabilité foncière.

66Il est particulièrement intéressant, dans une agglomération de cette nature, d’examiner comment se constituent les cadres sociaux, la petite aristocratie locale des gens riches et influents. En dehors des propriétaires du sol, qui sont les seigneurs du lieu et qui, malgré leurs origines fort modestes, doivent aux terrains, autrefois sans valeur, de leurs ancêtres d’être devenus plusieurs centaines de fois millionnaires, les hommes riches du derb sont tous soit des commerçants soit des propriétaires fonciers, dont les terres sont dans la campagne voisine, à l’exception cependant d’un moqaddem de zaouïa, qui est originaire du Sud.

  • 162 Les fondouks sont situés sur la périphérie du derb et jouent le rôle d’hôtels pour les gens de pass (...)

67Sur 55 notables étudiés, 23 proviennent des tribus voisines de Casablanca, ce qui s’explique par l’ancienneté de l’agglomération. Sauf quelques propriétaires fonciers ayant leurs terres en tribu, ils ont fait fortune dans l’alimentation, mais surtout comme boulangers et bouchers. Plusieurs possèdent deux ou trois maisons, des fours, un ou deux moulins, des camions. D’autres disposent d’exploitations rurales à 15 ou 20 kilomètres de distance dont les produits, grâce à une camionnette, se vendent sur place à des prix élevés. Ces derniers vivent à la ville tout en s’occupant du « domaine à la campagne ». Nombreux dans cette catégorie de gens riches originaires de la banlieue sont ceux qui ont acquis des fondouks162 sur la périphérie du derb et qui les louent à des conditions intéressantes. Une autre catégorie de notables à l’aise est celle des commerçants de Tafraout (Ammeln) ou de diverses régions du Sous ou du Dra. Ceux-là se contentent d’avoir deux ou trois boutiques et de placer leur argent en maisons et baraques. Quant au moqaddem de zaouïa, originaire des Ida ou Baqil, dont l’habitation et le sanctuaire sont fort soignés, il possède à l’extérieur du derb un hôtel dont il loue à bon prix les chambres aux visiteurs et aux adeptes de sa confrérie. Singulière forme d’hospitalité religieuse qui eût, il y a cinq siècles, valu à notre homme la malédiction des maîtres des grandes zaouïas, dans lesquelles on tenait table ouverte. Il est vrai qu’en ce temps, les fidèles étaient eux-mêmes autrement généreux.

68Beaucoup de ces notables ont un camion, voire même un car à tous usages, à tout le moins une cariole, karwila. L’activité commerciale et professionnelle est intense. Il existe en tout 126 petites épiceries dont plus de la moitié sont tenues par des Ammeln, 16 marchands de beignets (car tout ce petit peuple régale les siens de sfenj tous les matins… lorsqu’il y a de l’argent à la maison), 33 tailleurs à façon, 37 coiffeurs… Huit potiers originaires des Doukkala utilisent la terre du voisinage pour exercer leur industrie. À côté de ces techniques et commerces de type traditionnel, on note la présence d’un électricien, d’un marchand d’instruments de musique et de neuf loueurs de bicyclettes, siklis.

69L’électricien a fort à faire car le derb, étant pourvu d’électricité, possède 400 postes de T.S.F. dont le bruit assourdit l’agglomération jusqu’à une heure avancée de la nuit. Les propriétaires ou locataires principaux ont des branchements réguliers d’électricité, mais ils établissent des dérivations clandestines et vendent au prix fort le courant aux sous-locataires et aux voisins.

70La science religieuse n’est pas oubliée. Treize écoles coraniques enseignent le Livre saint à une petite partie des enfants ; 250 élèves remplissent une médersa fondée par le sultan. Une école franco-arabe située assez loin à l’extérieur attire quelques garçons ; d’autres se dirigent jusqu’à la « Ferme blanche », école d’apprentissage située plus loin.

71Dans l’ensemble, le derb ne donne plus du tout aujourd’hui l’impression d’un bidonville mais d’un faubourg populeux. Il est recherché par les employés sérieux et stables, ceux des tramways par exemple. Les habitants les plus misérables ont leurs pauvres logements cachés derrière les murs. Une décence citadine d’assez bon aloi commence à s’imposer. Le derb a bien meilleure réputation qu’autrefois. On s’y méfie pourtant encore des voleurs, et 9 gardes payés par les commerçants veillent la nuit sur les boutiques.

72Ce fragment de ville musulman inséré au milieu d’une ville européenne, avec sa clôture assurée latéralement par les façades aveugles des maisons, prend un aspect de médina très particulier. Le soir, la densité de population – près de 1 600 habitants à l’hectare – se traduit par une agitation intense. Ce petit peuple, fortement encadré par des marchands qui font fortune en vendant à crédit, soumis à ses propriétaires, enrichi par les salaires réguliers des employés qui y vivent, paraît évoluer lentement vers les formes de vie citadine du pays Makhzen.

73Le peuplement du Derb Rhallef, tel qu’on peut en juger par l’origine de 488 ouvriers et employés dans les entreprises européennes, traduit bien les caractères de l’agglomération. Les travailleurs chleuhs y sont peu nombreux, à moins que l’on ne tienne compte du nombre considérable de commerçants ; les Draoua et gens du Tadla en sont presqu’absents. Les Casablancais s’y fixent aisément (14 %) et surtout les Chiadma, Abda (10,4 %) les Doukkala (11,7 %), les gens de la plaine de Marrakech (9 %), les Chaouïa du nord (16,4 %) et les Chaouïa du sud (16,8 %).

La vieille médina et ses derbs163

  • 163 Cf. surtout A. Adam, doc. cit. On pourra utilement se rapporter à la planche 59 pour comparer l’asp (...)

74Il ne faut pas perdre de vue que la vieille médina, si envahie soit-elle par les immigrants juifs qui refoulent, dans la partie est surtout, les Musulmans autour des mosquées, conserve encore aux yeux de ces derniers le prestige d’une vraie cité. Les habitants du quartier Tnaker qui ont résisté obstinément à la poussée israélite maintiennent ainsi un prestige et une tradition qui ont leur importance sociale, puisqu’ils conservent aux derbs voisins leur appartenance à une ville islamique.

  • 164 Un sondage d’André Adam portant sur 745 cas fait d’ailleurs apparaître la permanence d’un fond soli (...)

75Près de 40 % de ceux qui sont établis dans cette vieille médina le sont depuis plus de vingt ans164. L’apport n’a pas cessé depuis, la période de 1944 ayant d’ailleurs été marquée par une invasion subite. Le quartier de Tnaker a d’autre part l’avantage d’être au voisinage même du port qui exige près de 1 500 employés permanents et 2 000 travailleurs intermittents, candidats dockers qui doivent être présents dans l’attente de l’arrivée des bateaux.

76Nous avons observé, dans les bidonvilles, un brassage des nouveaux arrivants qui peuvent tout au plus réussir à se regrouper, lorsque ce sont des rouassa, dans deux ou trois chambres voisines, formant ainsi de minuscules groupes ethniques. Il en va de même ici ; les seuls qui aient échappé, dans une certaine mesure, à ce brassage, sont naturellement les Israélites et aussi les Draoua.

  • 165 Les Juifs qui, par exception, travaillent dans les bidonvilles ou la nouvelle médina reviennent tou (...)

77Ces dernières années – de 1945 à 1949 – lorsque la poussée démographique a été si forte, les Juifs sont arrivés les plus nombreux. Dans la vieille ville intra-muros, l’augmentation du nombre des Israélites a été de 15,2 % et de 17 % dans les derbs. La raison en est que les Juifs ne peuvent vivre dans les bidonvilles, ou dans le « Derb Sidna », ou ville nouvelle, car ils ne s’y sentent pas en sécurité dans les périodes de tension165. Ils sont amenés à transformer en mellah tout ce qu’ils peuvent conquérir de la ville ancienne et de ses derbs. Ils resteront d’autre part très groupés, bien que, vivant souvent dans des maisons de peuplement mixte, ils vivent en bonne harmonie, sur un même palier, dans les périodes normales avec leurs voisins musulmans. Mais ils prennent bien garde de ne pas se trouver isolés. Ils savent trop ce qu’ils risquent et le pogrom récent de Djérada (1947) le leur a rappelé.

  • 166 Cf. F. XXV, pl. 57 et 58.

78Les Draoua possèdent, dans la rue du Capitaine-Hervé, sur un terrain appartenant à la zaouïa Nasiriya de Tamegrout, une nzala qui leur est propre et qui porte leur nom. C’est un minuscule petit derb, en forme de fondouk, qui a sa porte sur l’extérieur. Autrefois, d’ailleurs, ils y étaient entre eux ; mais avec le temps, ils ont perdu la majorité devant l’afflux des Chleuhs du Sous, habiles à saisir toutes les places libres. Partout ailleurs où ils le peuvent, ils se regroupent, comme nous l’avons vu à Ben Msik166.

79Les Musulmans sont pratiquement seuls dans les derbs de l’ouest (à Bab Jedid). Dans ceux du sud (Bab Merrakch) ils sont mêlés aux Juifs. C’est probablement dans les derbs de l’ouest, ainsi que dans certains coins de la vieille ville intra-muros, que l’on trouverait les habitations les plus malsaines et les plus peuplées. Le problème des égouts et W.C. n’est pas résolu. Souvent, il n’existe qu’un W.C. pour 120 personnes. La salubrité des maisons est, dans cette partie de la ville, d’autant plus grande que l’immeuble est plus petit. Les étages, où l’on a le plus d’air, se louent plus cher que les rez-de-chaussée. Les maladies contagieuses, en particulier la tuberculose, se répandent ici davantage que dans les bidonvilles (50 % de cas en plus).

80Sur ces limites de la vieille enceinte, une dizaine de terrains ont été ainsi lotis par des propriétaires pour constituer des derbs dans des conditions particulièrement avantageuses pour eux. La zeriba de 30 à 40 m2 se loue 10 francs le mètre carré par mois. Les loyers ont monté dans la proportion qu’il fallait pour compenser la dévaluation, décuplant leur prix de 1939 à 1949. De mauvaises pièces construites en aggloméré depuis un an se louent jusqu’à 1 250 francs par mois. Encore faut-il souvent payer un droit de clé de 1 000 à 10 000 francs, en principe dix fois le prix du loyer. Ici encore on observera une cascade de locations et de sous-locations. La construction est d’ailleurs simplifiée au maximum. Certains derbs ne sont que des cours bordées d’innombrables logements, 120 ou 130. D’autres maisons « modernes » ont gardé le plan ancien à patio, commode pour disposer, sur sa périphérie, un grand nombre d’alvéoles qu’habitent jusqu’à 120 personnes. Sur la terrasse sont construits jusqu’à dix logements. Certains des propriétaires tentent même d’élever au centre du patio une construction nouvelle pour utiliser le volume disponible, et l’on voit des locataires, totalement privés d’air et de lumière, porter alors plainte à l’autorité. Les propriétaires font tous leurs efforts pour obliger leurs locataires anciens à partir afin de pouvoir relever les prix, pratique qui s’observe aussi au Derb Rhallef. Le moyen d’y parvenir est de refuser les réparations, voire même de démolir les terrasses pour rendre la vie intenable aux occupants. Certains cèdent, d’autres, stoïques, restent sur place malgré les intempéries.

81Nous retrouvons ici, dans l’organisation du commerce, la prépondérance écrasante des Ammeln en matière d’épicerie, une de leurs fractions, les Aït Smayoun, se réservant en outre la vente du tabac. Les Aït Baha évitent habilement la concurrence avec ces redoutables spécialistes de l’alimentation en devenant commerçants en étoffes et en cuirs.

  • 167 Cf. Cahiers de l’Afrique et l’Asie, n° 1, « L’Evolution sociale au Maroc : une famille marocaine », (...)

82Tous ces éléments étrangers à la région voisinent dans la vieille ville avec les familles d’origine casablancaise fixées avant le Protectorat ou des ruraux des environs qui sont venus s’établir dès les premières années. Ils composent là une petite bourgeoisie qui s’est adaptée d’une manière souvent assez heureuse aux conditions nouvelles d’existence et qui a réalisé ainsi d’immenses progrès sociaux167. Nous verrons brièvement comment ces familles, qui sont un vivant exemple de la fusion sociale, commencent à se stabiliser assez heureusement dans les cités nouvelles.

83L’artisanat juif concurrence activement, dans ces parties de la ville, l’artisanat musulman traditionnel. On observe d’ailleurs dans ce domaine peu de spécialisation par tribus. Il faut faire exception pour le métier si particulier des Draoua et des Saharaoua de Tazzarin, porteurs d’eau, au moyen d’outres (guerbas). Cent vingt d’entre eux exercent cette profession en gardant encore quelques-unes des traditions anciennes qui ont fleuri d’âge en âge dans les vieilles villes de Marrakech et de Fès. Leurs femmes portent aussi l’eau à domicile. À côté des porteurs de guerbas venus du Sahara se trouvent les porteurs de bidons qui sont, au contraire, d’origines diverses (au nombre de 700) et ceux qui, d’une manière plus prosaïque encore, font rouler des charrettes-tonneaux : ce sont des détribalisés de toutes provenances. Chaque foyer, dans lequel les femmes ne veulent pas perdre leur temps ni leur prestige à attendre aux bornes-fontaines, peut ainsi se faire ravitailler à domicile pour une somme de 10 à 20 francs par jour.

84La rapidité avec laquelle les divers derbs se sont constitués et l’âpreté au gain des propriétaires n’ont pas donné à ces agglomérations le temps de prendre, comme l’a fait le Derb Rhallef, figure de petites cités. Traversés de part en part de rues parallèles qui s’ouvrent largement aux deux extrémités sur des terrains vagues, ces amas d’habitations ne peuvent se prêter à l’apparition d’une âme collective. Leurs habitants, qui n’ont aucune place centrale, se réunissent plutôt près des marchés et dans les rues commerçantes de Bab Jedid et de Bab Merrakch, là où ils participent à l’atmosphère sociale de la vieille médina, dans l’agitation et le bourdonnement humain des souks. Notons à cet égard que le caractère musulman de la vieille médina se manifeste par le comportement des femmes. Celles-ci, se conformant à la tradition islamique et en général, s’abstiennent de travailler à l’extérieur. La main-d’œuvre féminine, surtout celle des usines, provient plutôt des bidonvilles, où l’on est davantage dépourvu de préjugés bourgeois.

85Une image du peuplement musulman de la vieille médina de Casablanca et de ses derbs nous est donnée par l’étude des origines ethniques de 1 726 ouvriers recensés dans les entreprises européennes. C’est là que se trouve le vieux peuplement citadin d’autrefois (22 %) renforcé d’un apport normal de Chiadma et Abda (8 %), Doukkala (9,4 %), de citadins des autres villes (4,6 %) et d’habitants de la plaine de Marrakech (7,2 %). Les Chleuhs n’y comptent que pour 19,3 % et les Chaouïa et Tadla 17,9 %. Les Draoua et les gens d’oasis, en dépit de l’existence du Derb ed Draoua, n’y figurent que pour 5,4 %.

La nouvelle médina de Casablanca

  • 168 M. A. Adam abordera ce difficile sujet dans l’étude qu’il prépare sur « Casablanca ville marocaine  (...)

86Il n’entre pas dans le plan de cette étude de présenter le tableau de la vie des Marocains dans la nouvelle médina : les enquêtes en cours sont encore insuffisantes, et, d’autre part, la juxtaposition des quartiers bourgeois et prolétaires rend difficile les investigations sur une population qu’encadre bien davantage la tradition citadine168. Il est cependant certain que beaucoup de nouveaux venus connaissent ici une existence précaire analogue à celle des derbs. Si des familles privilégiées ont réussi à se ménager un habitat qui rappelle par sa disposition celui des cités musulmanes d’autrefois qui comportait une petite cour entourée de deux ou trois pièces, un très grand nombre s’entassent, là comme ailleurs, dans la pièce unique d’une maison de rapport dans un immeuble à deux étages. Mais le climat social est celui d’une ville islamique, encore qu’apparaissent partout les manifestations de provincialisme. Tel café arbore orgueilleusement une enseigne destinée aux Berbères du Sous « Aux amis des Inezeggane ». Un autre sert de point de départ aux voyageurs du Tadla. Les enseignes imagées sur les murs composent une véritable iconographie destinée à guider les illettrés et figurent des légumes ou des lampes électriques. Partout se multiplient les indices de l’existence d’une population néo-citadine encore peu « fondue » et que retiennent encore, comme le montrent les horaires des stations de cars, bien des attaches avec les lointaines tribus d’origine.

87Indiquons seulement ici la vocation particulière de la nouvelle médina qui attire, si nous utilisons une statistique portant sur 3 787 ouvriers et employés d’entreprises européennes, tous les éléments ethniques dans des conditions qui correspondent à la moyenne générale. C’est donc là le véritable melting pot de la nouvelle cité, qui sera peut-être demain la capitale du Maroc moderne.

Les cités industrielles

88Plus encore peut-être que les villes nouvelles, les cités construites pour leurs meilleurs ouvriers par les employeurs occidentaux isolent les prolétaires ainsi distingués de leurs compatriotes moins favorisés des bidonvilles. Dans les cités habitent souvent les « caporaux », qui jouent un rôle de surveillants et d’intermédiaires, personnages dont nous dirons plus loin l’importance comme recruteurs de main-d’œuvre. Les ouvriers sont ou des spécialistes ou des hommes de confiance qui sont liés à l’entreprise depuis de longues années. Tous bénéficient de salaires mensuels réguliers, et la gratuité du logement est pour eux un avantage inappréciable.

89Dans leurs petites maisons pourvues de deux ou trois pièces, spacieuses et propres, ils vivent bientôt dans un cadre de vie presque bourgeois. Parfois une belle mosquée, une école coranique claire, un bain maure composent un décor auquel d’ailleurs l’architecte français attache plus d’importance parfois que l’usager, qui n’en demande pas autant. On verra parfois l’évolution sociale et intellectuelle se précipiter dans des directions inattendues. Certaines cités deviendront des bastions du réformisme religieux, du syndicalisme politique et du nationalisme intransigeant si des leaders ont réussi à s’établir par surprise dans ces paisibles bergeries paternalistes.

90La composition ethnique des cités est toute différente de celle des autres agglomérations prolétariennes de croissance spontanée. C’est que la sélection s’y fait selon les normes du rendement, de la stabilité et de la spécialisation.

91L’enquête faite à Casablanca sur les travailleurs et employés des entreprises européennes met bien ce dernier aspect en évidence.

92La proportion d’ouvriers chleuhs du Sud et des habitants d’oasis est de 46 %, alors qu’ils ne comptent que pour 30 % pour l’ensemble de la population ouvrière de Casablanca que nous avons étudiée. Au contraire, les Arabes de la plaine atlantique n’y figurent que pour 30 %, alors que leur pourcentage à Casablanca est de 37 %. On ne s’étonnera pas que les Casablancais, déjà logés ailleurs, y soient très peu nombreux (3 % au lieu de 10 %). D’autre part, les cités industrielles, par le fait que les marchands et artisans n’y ont pas place, demeurent des groupements humains artificiels et incomplets. C’est donc ailleurs qu’il faut aller pour étudier, dans sa complexité et ses difficultés, les conditions de vie des « prolétaires » marocains.

Peuplement ethnique de Casablanca

93L’enquête conduite sur la main-d’œuvre des entreprises européennes à Casablanca, dont l’analyse sera donnée au chapitre suivant, permet d’apprécier la nature du peuplement de chacune des agglomérations de la grande cité.

94Les chiffres recueillis ne donnent pas cependant une image parfaite de la composition ethnique, puisque les éléments parasitaires, vieillards, femmes isolées, personnes à charge, originaires surtout de la plaine atlantique, n’y figurent pas, pas plus que les nombreux commerçants originaires du Sous. On ne s’étonnera donc pas que les résultats obtenus ainsi diffèrent quelque peu des sondages effectués sur place par les enquêteurs.

95Ce dépouillement nous donne cependant une base objective des plus solides.

96Pour l’ensemble de l’agglomération casablancaise, on obtient les proportions suivantes :

Chleuhs du Sous : 23,7 % se décomposant comme il suit : Anti-Atlas 11,2 % ; plaine du Sous 4,3 % ; Haut-Atlas 8,2 %.

Noun et Dra : 6,1 % se décomposant en Noun W. 0,2 % ; Noun E. 0,5 % ; Dra et oasis 5,4 %.

Sédentaires arabisés : 15,4 % partagés en Chiadma Abda 7,8 % et Doukkala 7,6 %.

Plaine atlantique : 36,9 % répartis en plaine de Marrakech 6,9 % ; Chaouia N. 11,3 % ; Chaouia S. 14,3 % ; Tadla 4,4 %.

Villes : 13,2 % dont Casablanca 10 % et les autres villes 3,2 %.

Origines diverses : 2,9 % dont le Rharb 1,4 % ; le Moyen et le Haut-Atlas 0,7 % ; le Maroc oriental 0,4 % ; autres régions 0,4 %.

Non identifiés : 1 %.

97Ces résultats ont été utilisés pour établir la représentation graphique de la planche 57.

98Le peuplement de chaque quartier est indiqué sur le tableau détaillé ci-après, qui a servi de base à la représentation graphique de la planche 58.

Origines de la population ouvrière musulmane de Casablanca dans les divers groupes d’habitat

Cités

Ancienne Médina

Nouvelle Médina

Carrières centrales

Ben Msik

Derb Rhallaf

Divers lieux non identifiables

Nb.

%

Nb.

%

Nb.

%

Nb.

%

Nb.

%

Nb.

%

Nb.

%

Anti-Atlas et Ifni

179

17,4

150

8,7

397

10,5

310

12,7

37

6,4

23

4,7

128

14,9

Plaine du Sous

85

8,2

55

3,2

152

4

134

5,5

14

2,3

5

1

28

3,3

Haut-Atlas

129

12,5

127

7,4

308

8,1

177

7,3

48

7,9

30

6,1

72

8,4

Noun W

13

1,3

7

0,2

22

0,9

2

0,4

5

0,6

Noun E

8

0,8

12

0,3

14

0,6

1

0,2

5

0,6

Dra et oasis

63

6,1

98

5,7

185

4,9

52

2,7

103

16,9

14

2,9

62

7,2

Chiadma Abda

64

6,2

152

8,8

355

9,4

130

5,3

33

5,4

51

10,4

64

7,2

Doukkala

77

7,5

163

9,4

252

6,7

196

8,0

37

6,1

57

11,7

50

5,8

Plaine arabe de Marrakech

63

6,1

124

7,2

228

6

178

7,3

34

5,6

44

9,0

78

9,1

Chaouïa N

101

9,8

122

7,1

480

12,7

286

11,7

73

12

80

16,4

93

10,8

Chaouïa S

109

10,6

131

7,6

530

14

486

20

114

18,8

82

16,8

111

12,9

Tadla

36

3,5

56

3,2

119

3,1

216

8,9

27

4,4

5

1,0

27

3,1

Moyen-Atlas

5

0,5

7

0,4

32

0,8

10

0,4

9

1,5

3

0,6

10

1,2

Rharb

7

0,7

32

1,8

57

1,5

24

1

8

1,3

14

2,9

14

1,6

Atlas central

7

0,7

14

0,8

28

0,7

12

0,5

6

1

5

1

5

0,6

Maroc oriental

6

0,6

6

0,3

10

0,3

7

0,3

3

0,5

2

0,4

6

0,7

Casablanca

29

2,8

390

22,6

412

10,8

103

4,2

38

6,3

57

11,7

68

7,9

Autres villes

19

1,8

80

4,6

177

4,7

37

1,5

14

2,3

7

1,4

20

2,3

Divers

6

0,6

14

0,4

16

0,7

1

0,2

1

0,2

8

0,9

Erreurs

25

2,4

11

0,6

32

0,8

25

1

4

0,7

5

1

7

0,8

Somme

1 031

1 726

3 787

2 435

608

488

861

Note sur Safi

99À Safi se sont construits dans le sud de la cité, en arrière du lotissement industriel qui s’étend indéfiniment vers le sud, sur le bord même de l’océan, un certain nombre de derbs désordonnés. Nous nous trouvons ici en présence d’un cas qui s’apparente bien à celui des bidonvilles naturels. Il s’agit en effet de constructions non autorisées et qui n’obéissent à aucun plan soumis à l’Administration. Mais comme elles s’élèvent à l’extérieur du périmètre municipal et répondent à des besoins urgents, il n’a pas été possible d’en prévenir la construction, conduite d’ailleurs par les usagers avec une extrême rapidité. En effet, les circonstances étaient là plus favorables qu’elles le sont sans doute ailleurs à l’apparition spontanée d’agglomérations prolétariennes en « dur ». L’appel de main-d’œuvre est intermittent sans doute, mais il en résulte des gains extrêmement rémunérateurs. D’autre part, 10 % seulement de la main-d’œuvre des conserveries est masculine. Les femmes proviennent non seulement de la ville de Safi, mais, dans une plus large mesure, des tribus de l’intérieur (Mouissat) dont l’agriculture est particulièrement déficiente. Ces femmes, même lorsqu’elles vivent sous la surveillance de quelque homme qui les accompagne, éprouvent naturellement le désir d’habiter dans des abris fermés. Il existe d’autre part sur place de nombreux maçons. Nous sommes dans un pays sédentaire où la pierre est abondante et où, faute de matériaux ligneux, l’on ne construit pas aussi aisément que dans le nord des abris légers de roseaux et de branchages. Enfin, dans ce port minier, où l’on n’importe guère de machines, il n’y a pas de planches de caisses en quantité suffisante pour édifier des baraques. Toutes circonstances plus favorables à la création de « villages » qu’à l’édification de bidonvilles.

100C’est dans ces conditions que devait naître une spéculation sur les terrains situés au voisinage des usines. Ils ont été découpés par les propriétaires selon un quadrillage rudimentaire, ne tenant aucunement compte des pentes au milieu des rochers. Les parcelles de 70 à 30 m2 de surface sont vendues à des prix variant de 300 à 1 000 francs le mètre carré. Les maisons hâtivement bâties, sans égouts ni chemins d’accès, se louent aussitôt de 2 à 3 000 francs par chambre et par mois. L’autorité municipale, placée devant cet état de choses, ne peut que se préparer à trouver pour l’avenir, comme cela s’est fait à Fedhala, une formule d’intervention discrète qui permettrait de guider ce désir de construction qui est soutenu par les moyens financiers suffisants dont disposent les usagers. Le but à atteindre est de normaliser, dans des conditions acceptables au point de vue social, l’édification de ces nouvelles agglomérations, plutôt que de procéder à l’édification de grandioses cités inspirées d’Aïn Chok, entreprise qui dépasse les ressources normales du Protectorat et excède aussi les capacités de location des intéressés.

101Cet exemple vaut d’être cité parce qu’il nous met en présence d’une masse d’origine paysanne qui désire activement se fixer dans un habitat citadin et dispose des moyens matériels pour y arriver. Seule, livrée à elle-même, elle ne parvient que très imparfaitement à créer des agglomérations rationnelles. Il s’agit là d’ailleurs d’une transplantation de moindre amplitude qu’à Casablanca, puisque les tribus d’origine sont situées à quelques dizaines de kilomètres de là. Les conditions dans lesquelles vivent, dans les villes du Nord, les émigrants venus des tribus du Sud sont malheureusement plus défavorables.

Prolétarisation de l’habitat citadin

  • 169 Enquête de M. Petitpré, jointe aux observations plus anciennes de MM. Paye, Baron et Huot.
  • 170 M. Paye estime qu’ils parviennent ainsi à ne consacrer qu’1/12 de leur salaire en location de maiso (...)

102Quelques observations faites à Rabat169 ont permis d’étudier un certain nombre de maisons bourgeoises, en général en mauvais état, que leurs propriétaires transforment en maisons de rapport et louent à de pauvres gens. Le patio est commun à tous les locataires et sert à la cuisine. Les 8 ou 10 pièces de la maison sont réparties entre des locataires dont le nombre total est de plusieurs dizaines. Ces maisons sont recherchées souvent par des groupes de célibataires chleuhs170. Il s’agit généralement de maisons en mauvais état et peu salubres. Lorsque le propriétaire dispose d’une grande pièce, il peut la faire diviser, mais il arrive – Adam l’observe à Casablanca – qu’il trouve des locataires capables de se partager équitablement les coins de ce qui fut un salon de réception. Quatre ménages s’y installeront, et l’on assure que parfois un cinquième peut encore camper au milieu – chacun prenant, à son tour, cette mauvaise place. Nous nous trouvons là devant le cas extrême de la prolétarisation de l’habitat.

103Dans les maisons ainsi sacrifiées des cités bourgeoises, comme dans les derbs, le problème, pour la plupart des ménages, est le même : trouver un abri dans des conditions aussi avantageuses que possibles et dans les limites que permet la modicité des gains. Aussi verra-t-on souvent un petit fonctionnaire ou un employé marié tirer parti de son honorabilité personnelle pour obtenir d’un propriétaire le loyer d’une maison bourgeoise de plusieurs pièces. Il les sous-louera aussitôt avec l’espoir non seulement de diminuer ses charges, mais de parvenir à se loger lui-même gratuitement. S’il est habile, il pourra même faire quelques bénéfices, surtout si ses locataires se renouvellent, ce qui lui permet de faire monter ses prix. Il restera parfois au locataire trop férocement exploité à déménager « à la cloche de bois ».

104On conçoit, dans ces conditions, les difficultés, pratiquement insurmontables, qu’auront à vaincre les gérants des cités municipales ou particulières et des offices d’habitat lorsqu’ils mettront à la disposition d’un ménage privilégié, dont les titres ont été longuement examinés par une commission, un logement convenable pour un foyer, composé de plus d’une ou deux pièces. Aussitôt dans les lieux, le bénéficiaire se hâtera d’introduire dans son intimité un locataire marié ou non, parfaitement étranger à sa famille, qui sera, si cela est nécessaire, présenté aux autorités comme un proche parent…

105On voit donc que les maisons, très modestes à nos yeux, que nos services officiels offrent parfois au prolétaire marocain représentent pour lui un luxe auquel il consent facilement à renoncer en s’entassant avec tous les siens dans une pièce unique. Mais cette situation, qui nous scandalise à juste titre, fait encore de lui, à ce moment, aux yeux de ceux qui sont plus misérables encore, le bénéficiaire d’un avantage hautement désirable. Bien souvent, le pauvre émigrant en chômage ou celui qui arrive de sa tribu dans une ville où il n’a pu encore trouver de « frères » qui l’assistent obtiendront le droit de coucher par terre sans couverture la nuit avec d’autres étrangers dans une gargote ou un café maure, en échange d’une modeste rétribution. Enfin, plus dénué encore, sans un sou vaillant, comme cela arrive par instants, il cherchera abri, l’été, dans une porte de la ville ou dans un fossé qui borde le rempart…

Notes

143 La proximité des matériaux a évidemment une grande importance. À Casablanca on dispose en abondance de bois de caisses. À Port-Lyautey et à Fedhala se trouvent les roseaux et les tiges sèches de marguerites qui conviennent à la fabrication des noualas et aux enclos et écrans. Certaines municipalités, celles d’Oujda et de Safi, semblent avoir combattu la construction en matériaux de fortune, et l’on a vu alors se développer les constructions en dur dans des agglomérations ayant forme de village.

144 En 1948-1949.

145 Cf. F. XXIV, pl. 54 et pour l’étude de détail St. Delisle : « Les bidonvilles de Port-Lyautey », Cahiers de l’Afrique et l’Asie, t. I.

146 Cf. F. XXIV, pl. 55 et 56.

147 Cf. F. XXIV, pl. 55.

148 Ibid., pl. 56.

149 La zeriba de 40 m2 se loue de 60 à 75 francs par mois. Les 15 m2 nécessaires à une boutique, de 75 à 100 francs Le loyer mensuel d’une baraque dans une zeriba est de 200 à 400 francs ; celui d’une boutique, de 250 à 500 francs.

150 Les Doukkala qui sont ici, comme sans doute ceux de Port-Lyautey, paraissent avoir rompu leurs attaches avec le pays d’origine, à l’inverse de ceux de Casablanca.

151 Ils ont bénéficié d’un recasement dans une tranche de maisons terminée en 1937.

152 St. Delisle : loc. cit.

153 Cf. F. XXV, pl. 57. Pour une étude complète, le lecteur se reportera à la belle monographie d’A. Adam. Bulletin d’Etudes orientales de l’Université d’Alger, 1951. Cf. aussi Maneville : « Prolétaires et bidonvilles », C.H.E.A.M., n° 1712.

154 Cf. F. XXV, pl. 57.

155 Ils ne sont que 5,4 % pour l’ensemble de Casablanca.

156 Au lieu de 14,3 % pour l’ensemble de Casablanca.

157 En 1936, étudiant à Rabat les conditions de vie des prolétaires, Paye, Baron et Huot estiment à 1/5 ou 1/6 la fraction du salaire consacré à l’habitat. Cette situation ne s’est pas sensiblement modifiée depuis. On comprend pourquoi un nombre si grand de travailleurs de Casablanca qui ont réussi à faire quelques économies achètent une baraque pour vivre en « prolétaires » à Ben Msik, à moins qu’ils n’aient la chance d’être logés en « cité », grâce à une protection de l’usine ou de l’Administration.

158 Cf. F. XXV, pl. 59.

159 50 francs par zeriba avec une majoration de 50 % par étage construit au-dessus du rez-de-chaussée (en 1948).

160 On trouverait ailleurs d’autres exemples de propriétaires gardant longtemps leurs maisons et leurs jardins au milieu du derb et qui finissent d’ailleurs par les quitter pour aller habiter un lieu plus agréable (par exemple, Prosper Fériaud dans le derb de Bab Jedid à l’ouest de la vieille médina).

161 Cf. F. XXV, pl. 59.

162 Les fondouks sont situés sur la périphérie du derb et jouent le rôle d’hôtels pour les gens de passage et de « meublés » pour les ménages de nouveaux arrivants.

163 Cf. surtout A. Adam, doc. cit. On pourra utilement se rapporter à la planche 59 pour comparer l’aspect des divers quartiers prolétariens dans la vieille médina, la nouvelle médina et les cités.

164 Un sondage d’André Adam portant sur 745 cas fait d’ailleurs apparaître la permanence d’un fond solide d’habitants qui remonte aux premières années du Protectorat.

165 Les Juifs qui, par exception, travaillent dans les bidonvilles ou la nouvelle médina reviennent toujours le soir coucher dans la vieille ville.

166 Cf. F. XXV, pl. 57 et 58.

167 Cf. Cahiers de l’Afrique et l’Asie, n° 1, « L’Evolution sociale au Maroc : une famille marocaine », par Jean d’Etienne.

168 M. A. Adam abordera ce difficile sujet dans l’étude qu’il prépare sur « Casablanca ville marocaine ».

169 Enquête de M. Petitpré, jointe aux observations plus anciennes de MM. Paye, Baron et Huot.

170 M. Paye estime qu’ils parviennent ainsi à ne consacrer qu’1/12 de leur salaire en location de maison, ce qui les met sur ce point dans les mêmes conditions que ceux qui ont le bénéfice d’un logement dans une cité municipale à Port-Lyautey ou à Fedhala ou dans un bidonville édifié sur un terrain administratif. Nous avons vu que pour le travailleur sans protection ni relations, dans les derbs ou médinas, la proportion du revenu consacrée au loyer s’élève au 1/5 ou au 1/6.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable