Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre II : Le prolétariat marocain dans les villes du nord

Chapitre I. Les agglomérations prolétariennes

Texte intégral

Croissance, densité, répartition

  • 124 MM. Hubert, Maneville, Coïdan, Desmazières, Fresneau, Roux, Adam, de la Porte des Vaux.
  • 125 Fedhala n’a pu être étudiée en temps utile.

1Nous n’avons ici qu’à utiliser les travaux des principaux enquêteurs124 qui depuis trois ans ont étudié les banlieues des villes marocaines pour donner un aperçu des lieux d’habitat prolétarien dans les grandes agglomérations de Casablanca, Rabat-Salé, Port-Lyautey, Oujda, Safi et Agadir125. Mais il n’est pas inutile d’élargir, dès le début, l’horizon de nos observations et de comparer ces villes alourdies d’un peuplement récent d’origine rurale aux vieilles cités dont la croissance a été sensiblement plus lente.

2Ce qui caractérise le peuplement prolétarien, c’est qu’il se constitue là où l’industrie et le commerce de l’Occident ont « besoin de bras ». Ce sont naturellement les ports, exigeants en main-d’œuvre de force, qui connaissent le développement le plus rapide : Casablanca et Port-Lyautey, plus tard Safi et Agadir. C’est en effet par la mer que pénètre l’économie européenne. Le cas de Rabat est un peu différent, puisque là, au contraire, l’intervention malencontreuse des Français a eu pour résultat tout d’abord l’ensablement et la ruine complète du port (1919). Mais en revanche, la création, en ce point de la côte, des immenses chantiers de construction qu’exige la fondation d’une ville européenne et d’une capitale administrative moderne (1920-1926) puis l’implantation du Makhzen, qui abandonne Fès définitivement, ont pour conséquence un appel permanent de travailleurs de force et de domestiques en même temps qu’un recrutement constant de petits fonctionnaires. D’autre part, Meknès, centre d’une région de colonisation qui reçoit un fort peuplement français, attire de nombreux immigrants des campagnes. Enfin Oujda, tête de ligne de la voie ferrée qui vient d’Algérie, siège du Méditerranée-Niger, centre industriel et minier, connaît brusquement, à partir de 1936, un essor démographique qui est d’ailleurs contemporain de celui de Safi. La contrebande jouera aussi un rôle important dans l’accroissement de la population flottante de cette ville-frontière (1940-1946).

3Dans les cités nouvelles, ou dans celles qui sont vivifiées par l’économie occidentale, on notera que l’arrivée d’une population européenne nombreuse et active a pour conséquence la venue concomitante d’un nombre considérable d’immigrants musulmans et israélites. En comparant les courbes d’immigration des trois éléments ethniques, on pourrait dire que la présence d’un Européen entraîne celle de six Musulmans à Port-Lyautey, de cinq à Oujda et à Agadir, de trois ou quatre à Meknès, Rabat et Casablanca.

4Là où il n’existe pas un fort noyau de population musulmane bourgeoise, il se constituera aussitôt un prolétariat qui vivra sur lui-même et cherchera sa voie par ses propres forces. Même lorsque la réussite des ports aura provoqué après coup, comme à Port-Lyautey et à Casablanca, l’établissement d’une élite commerçante originaire de Fès, celle-ci ne jouera qu’un rôle subordonné. À Oujda, d’autre part, l’influence des Algériens – déjà occidentalisés par un siècle de présence française dans leur pays – s’exercera par le moyen de nombreux immigrants, de telle sorte que le prestige de la bourgeoisie de Fès y sera souvent battu en brèche par des éléments plus modernes. On comprend que ces circonstances soient favorables à l’apparition, d’ailleurs lente, d’élites sociales formées sur place qui, de la même manière que les commerçants du Sous, se sentiront souvent en opposition permanente d’intérêts avec l’aristocratie orgueilleuse venue de Fès, forte de ses traditions bourgeoises, dont nul n’ignore que là où elle s’établit, elle cherche à s’imposer. Ces circonstances sont donc favorables non seulement à la constitution de vastes agglomérations prolétariennes, mais encore à la naissance d’une société nouvelle de petites gens, qui s’élèvent peu à peu selon des normes différentes de celles qu’a connues la population traditionnelle des vieilles cités makhzen. Ici en effet, la science, la noblesse d’origine, les attaches makhzen ne joueront aucun rôle. L’ascension sociale est le résultat de l’enrichissement.

5Les phases successives de la croissance des nouvelles villes musulmanes sont faciles à indiquer. Tout d’abord, les nouveaux venus s’entassent dans les quartiers traditionnels, s’il s’en trouve, et occupent tous les espaces vides. Rien n’est plus instructif à cet égard que le remplissage de l’enceinte de la vieille ville de Casablanca, à partir de 1907, dans les quartiers sud-ouest de Tnaker. De même, à Salé, on note très vite la disparition, de 1925 à 1935, de tous les jardins intérieurs, vieux cimetières, terrains vagues, qui se couvrent d’immeubles marocains de type semi-traditionnel. Plus tard, faute de place pour construire des maisons nouvelles, on surélèvera les maisons existantes : les vieilles villes croissent « en hauteur ». C’est ainsi que la densité des « quartiers indigènes » augmentera pour atteindre aujourd’hui des chiffres qui avoisinent souvent la limite du possible (1 290 à l’hectare dans la vieille ville de Casablanca, 850 en moyenne dans la vieille ville de Rabat – Mellah compris, 650 à Salé). Là où se construiront de toutes pièces, avec les moyens modernes, des agglomérations qui ressemblent plus ou moins aux villes traditionnelles, comme dans la médina de Port-Lyautey, on atteindra 1 000 à l’hectare. Même entassement à Safi dans la partie centrale de la vieille médina et le Rbat.

6Il faut en moyenne une dizaine d’années, si la poussée démographique n’est pas trop violente, pour que les médinas traditionnelles se trouvent ainsi définitivement remplies. Nos urbanistes, surpris, n’ont généralement pas prévu à ce moment, pour les villes musulmanes, des plans d’extension, et ils demeureront trop longtemps attachés aux principes de conservation du site et de la préservation artistique des remparts qui prévalaient au temps de Lyautey. C’est grâce aux moyens de fortune que les nouveaux arrivants réussiront à trouver la place nécessaire. Les propriétaires de terrains situés au voisinage des médinas diviseront champs et jardins en petites parcelles qui seront louées au mois à des constructeurs de maisons, eux-mêmes désireux de faire un bon placement en fixant au plus haut prix la location mensuelle des chambres aux immigrants. Ainsi se formeront les derbs.

  • 126 Cf. L. Paye, Logements et loyers des travailleurs indigènes à Rabat-Salé, C.H.E.A.M., 1936, n° 70.

7Mais ces moyens eux-mêmes s’avèrent bientôt insuffisants. Les constructions en dur s’édifient trop lentement. Beaucoup de propriétaires tolèrent, ou le plus souvent encouragent, dans de petits enclos, derrière des murs qui les abritent des regards, l’établissement de tentes et de baraques improvisées qu’occupent, contre argent, les immigrants les plus pauvres126. Il arrive aussi, lors de l’arrivée massive des populations du Sud chassées par la famine consécutive aux périodes de sécheresse, que de véritables campements primitifs s’établissent à tous les regards sur de vastes emplacements, dans des conditions d’urgence telles que l’administration municipale en doit accepter l’extension. Nous verrons certains de ces campements se stabiliser et s’améliorer sur place. Mais, le plus souvent, des considérations de bon ordre et d’hygiène imposent une discipline plus énergique. L’autorité procède alors à un regroupement de tous ces « bidonvilles » naissants, expulse les gourbis implantés dans des terrains dont l’utilisation a déjà été prévue par les plans de ville et les réunit sur de vastes surfaces, en général éloignées de l’agglomération principale, et fait la chasse aux baraques clandestines. C’est alors que se développent les grands bidonvilles de « recasement » – dont les meilleurs types seront à Port-Lyautey celui d’Aïn Sebaa, et à Casablanca celui de Ben Msik.

8Nous avons déjà dit qu’il importait de ne pas se laisser impressionner par l’ampleur des bidonvilles, au point de regarder ceux-ci comme le type par excellence d’habitat inférieur, qu’il conviendrait pour des raisons de décence de faire disparaître sans aucun délai. En réalité, les derbs, plus peuplés que les bidonvilles, et qui sont bien plus difficiles à assainir et à rectifier, constituent, dans les cités de la côte, surtout à Casablanca, un habitat prolétarien plus insalubre encore. Ajoutons que, dans les vieilles cités, quelques maisons bourgeoises, qui sont occupées désormais à raison d’un foyer ou plus par pièce, appartiennent aussi au domaine immense conquis par le prolétariat marocain et comptent parmi les locaux d’habitation les plus défavorisés au regard de l’hygiène publique. Avant d’étudier les formes diverses que prennent ces agglomérations et les conditions matérielles de logement des immigrants, examinons rapidement comment sont répartis dans chacune des cités les plus importantes, les nouveaux arrivants venus des tribus et à quels types d’agglomération ils appartiennent.

  • 127 En particulier, F. Joly, « Casablanca, éléments pour une étude de géographie urbaine », Les Cahiers (...)
  • 128 Cf. F. XXI, pl. 47 et 48.

9Casablanca. – Plusieurs études ont déjà mis en lumière127 le rôle de la cité gigantesque, d’aucuns diraient déjà démesurée, qui préside à la modernisation du pays. Le dynamisme de ses habitants européens, les capacités exceptionnelles du port et des moyens de communication et la rapidité de la croissance ont eu pour résultat l’afflux, en ce point, de 10 % de la population du Maroc. La concentration du trafic du pays y est réalisée dans la proportion de 80 %. Au quasi-monopole de l’importation (sucre, huile, tissus, machines, etc.) s’ajoutent l’exportation des phosphates et d’autres minerais venus de l’Atlas et, enfin, l’exploitation de la richesse nouvelle que constituent les pêches (20 000 tonnes de poisson par an). Les chiffres de la population de 1947, auxquels il conviendrait sans doute d’ajouter en 1950 un supplément d’au moins 10 %, nous donnent 120 000 Européens, 365 000 Musulmans, 65 000 Israélites. Casablanca n’a connu dans sa vie qu’un court fléchissement dans la période 1918-1926, lorsque le port était encore inachevé, mais depuis, l’ascension démographique est rapide, vertigineuse même128.

10D’immenses quartiers européens s’étendent peu à peu, toujours insuffisants pour les nouveaux arrivés, si nombreux en raison de l’essor industriel de ces dernières années. Les Européens vivent, il est vrai, presque entièrement séparés des énormes agglomérations indigènes voisines ; mais l’accroissement des quartiers peuplés par les uns entraîne l’extension et le peuplement des autres, puisque les Occidentaux qui s’établissent créent, en raison de leur activité, nous l’avons vu, sous des formes diverses, un nouvel appel de main-d’œuvre. D’autre part, depuis 1941, tous les mellahs du Maroc, même ceux de la montagne et des limites du Sahara, ont été agités par de nouveaux courants d’idées qui ont précipité vers Casablanca une puissante émigration juive : la crainte d’une persécution raciale, la méfiance à l’égard des Musulmans en raison des événements de Palestine, l’attirance vers le commerce développé par l’Amérique et l’enthousiasme pour le sionisme ont fait apparaître un désir de rénovation sociale et une transformation profonde des esprits qui se traduisent pour l’instant sous la forme d’un exode vers le grand port. Les Juifs misérables venus de l’intérieur, incapables de prendre à leur arrivée une place au milieu des Européens, très imprégnés encore d’habitudes arabes et berbères, viendront se concentrer d’abord en groupes compacts dans la vieille ville de Casablanca et ses derbs, d’où ils refouleront peu à peu les prolétaires musulmans.

11Enfin, les mauvaises années de 1936-1937 et celles de 1944-1945, ces dernières coïncidant avec l’organisation dans les villes d’un ravitaillement dirigé et la distribution de denrées contingentées à des prix modérés, ont précipité les arrivées massives des Musulmans des campagnes. Dans ces conditions, il est devenu de plus en plus difficile d’offrir aux immigrants un habitat décent. Par malheur, nous l’avons dit, pendant huit ans, en raison de la guerre, l’absence de matériaux modernes de construction – fer et ciment – a paralysé l’action de l’Administration et des grandes entreprises qui eussent pu en d’autres conditions, par des efforts méthodiques, pallier une déficience reconnue par tous. D’autre part, la construction privée, n’utilisant que les procédés traditionnels, n’a pu faire qu’un effort limité.

12Rappelons dans quelles conditions générales s’est poursuivi le peuplement de Casablanca par les nouveaux arrivants. De 1907 à 1918, la vieille ville suffit à tous, mais déjà des Européens, à l’étroit, développent leurs commerces à l’extérieur du rempart à l’est du souk, en éventail autour de ce que l’on appelle aujourd’hui la place de France. Les 50 000 Musulmans de la ville commencent à se trouver à l’étroit et, Tnaker une fois rempli, les derbs vont se construire à l’ouest. Apparaîtront alors les quartiers de Bab Djedid et Bou Sbir et au sud le quartier de la porte de Marrakech. Avant même que le plan Prost ait été approuvé, un autre derb, ou plutôt au début un bidonville, naît à deux kilomètres au sud (Derb Rhallef) dans une zone qui se trouve être plus tard réservée à l’habitat européen et qui pour cette raison ne jouit que d’une tolérance due à un état de fait. Nous verrons plus tard la curieuse évolution de cette agglomération qui, sous nos yeux, se transforme en cité.

13La Nouvelle Ville, à laquelle les Musulmans donnent souvent par extension le nom de Derb Sidna, s’est constituée à la suite d’une série d’initiatives isolées. C’est, à l’origine, la construction d’un palais sur un terrain donné au sultan en 1919 par de riches propriétaires fonciers israélites. Le palais se prolonge par une petite cité, le Derb Soltan, réservé en principe aux serviteurs. Il s’y juxtapose d’autres constructions édifiées sur quatre parcelles du même terrain attribuées au Grand Chambellan. Une dernière parcelle devait être utilisée par les Habous pour constituer, sur les plans d’architectes français (MM. Cadet et Brion) une véritable cité de style mauresque. Cette « cité des Habous » était, en fait, destinée à abriter, dans un cadre encore traditionnel, des notables musulmans et surtout des marchands de Fès qui, ayant compris à temps l’importance économique de Casablanca, décidaient d’y transporter leurs affaires. Ils y bénéficiaient d’ailleurs de loyers très modérés.

14En 1923, une initiative prise dans un esprit tout différent, le transfert du quartier de prostitution de Bou Sbir, situé dans la vieille médersa sur un terrain distant d’un kilomètre de ces nouvelles agglomérations, entraînait des conséquences inattendues. De même que le palais avait donné naissance, si l’on peut dire, à la cité bourgeoise des « Habous », de même le « nouveau Bou Sbir » engendrait à son tour un bas quartier de boutiquiers et d’habitants pauvres. Désormais allait se poursuivre, autour de ces noyaux primitifs, le lotissement de tous les terrains avoisinants, chaque propriétaire louant ses terres contre une redevance mensuelle, selon l’usage, à des propriétaires désireux de construire des maisons. Plus tard, la municipalité de Casablanca allait faire construire pour ses employés un quartier nouveau. Les « anciens combattants » voyaient aussi s’élever une « cité » qui leur était réservée. Enfin l’intervention, un peu tardive peut-être, du Plan de ville allait permettre de raccorder entre eux ces lotissements partiels et de les desservir par de grandes artères. Dans ces conditions, la ville nouvelle qui, grâce au palais et à ses mosquées monumentales, prend en certains points l’aspect d’une ville sultanienne, se ressent malheureusement de l’esprit de lucre des propriétaires de terrains qui n’ont pas laissé subsister les espaces libres indispensables à l’établissement d’une ville agréable et aérée. À leur décharge peut-on dire du moins que l’influence des services d’urbanisme s’est exercée trop timidement et tardivement.

  • 129 Voir le graphique de l’évolution démographique, pl. 48, pendant cette période.
  • 130 Destruction du bidonville de la route d’Azemmour en 1949 et désignation d’un nouvel emplacement de (...)

15Mais si rapidement que se soit accrue la ville nouvelle, les constructions « en dur », dans les derbs, s’élèvent trop lentement pour satisfaire aux besoins des immigrants, et, à partir de 1930, les bidonvilles vont recueillir tout ce que les derbs ne parviennent pas à abriter129. Les bidonvilles naissent alors de toutes parts. L’administration, vigilante, en poursuit le rassemblement et la concentration en deux points principaux : l’un de ces groupes, dans le quartier industriel, formera le bidonville des Carrières centrales sur un terrain municipal (à partir de 1923) ; l’autre se constitue vers 1932 sur des terrains appartenant à un particulier (Ben Msik). Ces bidonvilles ont été à plusieurs reprises refoulés, déplacés, alignés, découpés en blocs pour des raisons d’hygiène et de bon ordre, transportant avec eux, sur leurs nouveaux emplacements, leurs noms primitifs. Bien qu’un dahir du 8 juillet 1938 ait condamné la survivance de ces bidonvilles, les circonstances nées de la guerre n’ont pas permis de les faire disparaître et ont consolidé temporairement une situation reconnue par tous comme inacceptable. Il faut, aujourd’hui encore, toute la vigilance des administrations municipales et de la délégation aux Affaires urbaines pour prévenir la formation dans des quartiers éloignés de nouveaux bidonvilles ou de derbs, à l’intérieur ou à l’extérieur du périmètre municipal, et il arrive qu’il soit encore nécessaire de procéder à la destruction des habitats improvisés et clandestins puis à des regroupements contrôlés130.

16Primitivement, dans la pensée de l’autorité municipale, jusqu’en 1942, le développement de la ville nouvelle musulmane devait être assez rapide pour attirer les habitants des derbs misérables qui ont proliféré sur la bordure de la vieille cité. Mais la construction, faute de matériaux – ciment et fer – a été ralentie par la guerre au moment où se précipitait l’émigration, d’où le gonflement nouveau des deux grands bidonvilles existants.

17C’est alors que le Protectorat, qui avait déjà encouragé des industriels à créer depuis 1916 des cités au bénéfice de leurs ouvriers (Société des chaux et ciments [1916-1927], Office chérifien des phosphates [1930], Établissements Carnaud [1930], Société des huileries et savonneries du Maroc [1930-1931], Compagnie sucrière [1930], Entreprise de la Socica [1937-1945]) s’en remit aux efforts de l’Office chérifien de l’habitat qui entreprit d’élever de toutes pièces, non loin de Ben Msik, une cité modèle à Aïn Chok dans l’espoir, semble-t-il, d’aider ainsi à la disparition de Ben Msik. Mais en dépit de cette bonne volonté, les moyens mis en œuvre demeuraient insuffisants et malheureusement hors de proportion avec l’effort à fournir. Il se peut aussi que, dans son zèle, l’administration ait voulu assumer seule des efforts qui eussent pu être répartis plus heureusement entre l’Etat, les sociétés et les usagers eux-mêmes. Les plans de détail et d’ensemble ont été aussi peut-être trop ambitieux, et des dépenses somptuaires ont limité considérablement l’efficacité de l’entreprise.

18La situation présente apparaît sur le plan d’ensemble de la ville :

1° D’après les chiffres de 1947, qu’il faut vraisemblablement majorer aujourd’hui de 10 %, la vieille ville rassemble dans son périmètre de remparts et dans ses deux groupes de derbs 138 000 Marocains, avec une densité de 1 290 à l’hectare. La moitié de la population est juive, et l’augmentation rapide du peuplement israélite a pour conséquence le refoulement progressif des Musulmans de leurs vieux quartiers, même dans la région où se trouvent les mosquées les plus anciennes. C’est la vieille ville, avec ses derbs, qui attire surtout les Berbères arabisés de la côte et les citadins étrangers. Beaucoup d’autres, dès qu’ils le peuvent cherchent, même dans les bidonvilles, un logement au prix le moins élevé.

2° Derb Rhallef possède 25 000 habitants avec une densité de 1593. C’est une petite ville prolétarienne stabilisée qui a sa physionomie propre et qui tend vers un type bourgeois.

3° La nouvelle médina (Derb Soltan) a 147 000 habitants (852 à l’hectare). C’est un agrégat hétéroclite de quartiers où se trouvent juxtaposés, mais aucunement confondus, tous les éléments de la population marocaine, formant parfois des derbs distincts, depuis la bourgeoisie originaire de Fès, les petits artisans et petits commerçants, les employés, les anciens combattants et les ouvriers jusqu’aux pauvres gens qui vivent dans des fondouks.

4° Le bidonville des Carrières centrales, avec 25 600 habitants et une densité de 984 à l’hectare, abrite surtout des travailleurs des usines, souvent relativement stables, à côté des 8 000 ouvriers qui ont le bonheur de vivre dans les cités modernes (533 à l’hectare). Plusieurs bidonvilles annexes se sont développés dans cette zone, et l’ensemble de la population marocaine habitant en bidonville ou en cité atteint 45 000 âmes.

5° Ben Msik est le plus grand bidonville de l’agglomération et de tout le Maroc, avec 46 200 habitants (densité 1 050 à l’hectare), qui donne peut-être abri aux nouveaux immigrants, mais qui reçoit aussi tous ceux qui, ayant pu faire quelques économies, y achètent à bon compte une baraque où l’on vit au grand air et un peu « à la campagne ».

6° Enfin la cité modèle d’Aïn Chok, avec ses constructions ambitieuses et ses rues trop larges, qui est une sorte de petite ville satellite (8 000 habitants, densité 280 à l’hectare) où habitent de modestes privilégiés de toutes provenances qui ont eu la chance d’être recasés.

19Il existe aussi plusieurs dizaines de milliers d’Israélites et de Musulmans dispersés çà et là dans les quartiers européens et de gros propriétaires musulmans qui possèdent, à la périphérie, de belles villas de type intermédiaire entre le menzeh, pavillon traditionnel enfermé dans un jardin, et la maison moderne aux larges baies et couverte de fleurs grimpantes.

  • 131 L’arrivée massive des Israélites date de 1942.

20La rapidité de croissance de la ville de Casablanca est exprimée par les chiffres suivants : de 1926 à 1936, la population s’accroît de 140 % ; de 1936 à 1947, de 114 %, alors que la moyenne de croissance des villes municipales du Maroc pendant la même période est de 75 %. De 1936 à 1947, on admet qu’il est arrivé 225 000 Musulmans et Israélites131, cependant que l’accroissement de population européenne était de 45 000, dont plus des trois quarts par immigration.

21Rabat-Salé. – Le développement de Rabat et de Salé se poursuit dans des conditions entièrement différentes de celles de Casablanca. Nous l’avons vu, le port ne va jouer ici aucun rôle, et toute activité maritime disparaît à partir de 1921. Mais Rabat va devenir la ville la plus française du Maroc. L’immigration se précipite à partir de 1925, au moment où s’étoffent les cadres du Protectorat (1926-1934). Pendant cette époque bénie des emprunts d’équipement, la cité européenne et administrative s’étend et s’organise, et cette extension exige toujours davantage d’ouvriers du bâtiment, de petits employés et d’artisans, ou de petits fonctionnaires musulmans, de domestiques. Le nombre des Musulmans s’accroît de 1926 à 1931 de 36 %, de 1931 à 1936 de 85 %, de 1936 à 1942 de 66 %. Il faudra loger tous ces nouveaux arrivés. C’est alors que la densité d’habitants à l’hectare dans la vieille médina, qui était de 400 en 1918, passe à 758 en 1947. Si Salé conserve, il est vrai, pendant plus longtemps son atmosphère provinciale paisible, c’est parce que les autorités du Protectorat continuent, par habitude, de regarder le Bou Regreg comme une embouchure maritime, destinée à livrer passage à des vaisseaux et qu’aucun pont ne doit venir enjamber. Aussi un bac ou des embarcations légères doivent-ils, pendant cette période, assurer le trafic entre les deux villes, en utilisant ce qui reste d’ailleurs de la vieille corporation ruinée des barcassiers. C’est en 1948 que sera construit un pont de bateaux qui rendra le passage de l’oued beaucoup plus facile. Pour cette raison, la densité à l’hectare à Salé restera inférieure à celle de Rabat ; elle fera cependant un bond considérable, passant de 240 à 650.

22L’entassement des habitants est facile à constater dans la vieille cité andalouse de Rabat. Mais ici réside une bourgeoisie riche qui défend ses quartiers et ses belles maisons. La prolétarisation de l’habitat bourgeois demeure exceptionnelle, et il ne se produira pas ici ce qui s’observe dans la vieille médina de Casablanca, où la densité à l’hectare atteindra et dépassera 1 300. Il faudra donc chercher bien vite de la place ailleurs. Dès 1921, à la suite de l’expulsion des habitants de petits bidonvilles clandestins qui se forment au sud-ouest de la ville (quartiers des Orangers et de l’Océan) naîtront deux bidonvilles officiels. L’un d’eux apparaîtra au « Douar Doum » sur une propriété du pacha de la ville, qui loue la terre à bon prix aux pauvres gens, transportés selon ses indications en camions militaires tout près de sa ferme qui domine le Bou Regreg. L’autre grandira sur la route de Casablanca près de la mer et sera le « Douar Debbarh ». À mi-distance se développera aussi le quartier alloti hâtivement d’Akkari, tandis qu’une cité construite par les Habous à l’est d’Akkari, d’abord réservée à des familles bourgeoises, se prolétarisera peu à peu.

23Salé, dont la poussée est ralentie par l’éloignement et les difficultés de communication, s’accroît seulement de 30 % de 1926 à 1931, de 27 % de 1931 à 1936, de 51 % de 1936 à 1942 et de 22 % de 1942 à 1947. Aussi ne s’y trouve-t-il pas encore de grands bidonvilles organisés.

  • 132 Cf. F. XXII, pl. 49.

24Si nous négligeons les groupements secondaires de moins de 2 ou 3 000 habitants, les habitats marocains de Rabat et Salé constitueront donc les îlots suivants132 :

1° La vieille ville de Rabat enfermée dans ses remparts, comprenant aussi les Oudaïa et le Mellah, rassemble en 1947 52 000 habitants, dont 7 500 Juifs.

2° La vieille ville de Salé, dans ses remparts, comprenant aussi un mellah et réunissant 52 000 habitants (dont 3 150 Juifs).

3° La cité Habous de Rabat : 3 000 habitants.

4° Le derb Akkari : 17 200 habitants.

5° Le bidonville amélioré du Douar Debbarh : 17 000 habitants.

6° Le bidonville amélioré du Douar Doum : 6 400 habitants.

25Enfin, à Rabat, plus de 12 000 Musulmans vivent dispersés dans la ville européenne, d’ailleurs très étendue, ainsi que plusieurs milliers d’Israélites.

26La proximité de la Résidence et du Palais et peut-être aussi la présence à Rabat de l’Administration centrale vaudront aux agglomérations prolétariennes, dès 1937, la sollicitude du Protectorat. C’est le moment où arrivent en masse pour échapper à la famine des éléments de tribus du Sahara qui viennent rejoindre des frères déjà établis depuis longtemps. On voit alors les « femmes bleues » du Sud se partager les quartiers européens pour y pratiquer la mendicité dans des zones définies ou bien le métier de devineresse chez les domestiques indigènes. Aussi va-t-on se hâter d’améliorer les bidonvilles existants et les assainir. D’autre part, cette ville européenne, qui a besoin d’une main-d’œuvre régulière et d’un commerce de détail stable, va vite contribuer à fixer les éléments marocains venus de l’extérieur qui y ont été attirés. Les salaires, modestes mais réguliers, gagnés dans cette ville de fonctionnaires, consolideront les situations familiales. Les bidonvilles abriteront dans une plus forte proportion des familles relativement à l’abri du besoin, mais qui n’ont pas trouvé mieux ailleurs. C’est dire que, si la stabilité de l’habitat pouvait leur être garantie, ces bidonvilles améliorés se transformeraient peu à peu en petites cités d’esprit bourgeois.

27D’ailleurs nous sommes ici dans la capitale nouvelle de l’Empire chérifien. L’influence sultanienne et la tradition andalouse des vieilles cités concourent à attribuer à l’ensemble de la population un caractère traditionnel qui manque à Casablanca et aussi, nous le verrons, à Port-Lyautey. Cette empreinte n’est pas exclusive cependant d’autres tendances. En effet, Rabat connaîtra une transformation économique nouvelle qui n’est pas sans conséquences pour l’avenir du peuplement musulman : de petites et moyennes industries vont s’y développer (en particulier celles du tissage). L’essor économique nouveau du Maroc a pour conséquence le développement d’un quartier industriel au voisinage du Douar Debbarh, ce qui aura évidemment pour conséquence de stabiliser et aussi de transformer radicalement les conditions de vie économique du prolétariat musulman fixé dans ce quartier excentrique.

  • 133 Cf. F. XXII, pl. 50. Le lieu porte alors le nom de « Qnitra d’‘Ali ou ‘Addi » – le petit pont d’‘Al (...)

28Port-Lyautey. – Tandis que la ville nouvelle de Casablanca prend naissance dans une petite cité musulmane de 20 000 habitants où se sont déjà fixés avant le Protectorat plusieurs centaines d’Européens et que Rabat, ville andalouse, s’alourdit simplement d’un peuplement nouveau, Port-Lyautey surgit du néant. Il en résulte que cette ville, créée ab nihilo, aura plus que toutes les autres un caractère prolétarien. Ce n’est, avant notre arrivée, qu’une kasbah carrée sur la ligne des étapes de la côte où les caravanes peuvent trouver un abri contre les brigands. Le port maritime est situé à Mehedya, à 12 kilomètres en aval du fleuve, agglomération presque morte que nous ne ressuscitons qu’un instant en 1911, lorsque le Sebou sert à acheminer, dans leur marche vers Fès, les troupes du corps expéditionnaire et leur ravitaillement. Mais le paludisme rend alors impossible, à cette embouchure voisine des marais, la fondation d’une ville. Lyautey fait choix, près de la kasbah de Kénitra133, d’un emplacement de port fluvial qui servira d’entrepôt, là où les bateaux chargés peuvent aisément accoster et travailler. Dès lors, la courbe de croissance de la ville s’élève constamment. La statistique officielle de la population connaîtrait même un rythme d’accroissement progressivement accéléré, en raison des offres constantes d’emploi à la main-d’œuvre si, par des opérations administratives variées, on n’avait fait tantôt sortir, tantôt rentrer dans la ville une partie des nouveaux arrivés en déplaçant arbitrairement les limites du périmètre municipal, ce qui masque la continuité des progrès.

  • 134 Parmi ces perspectives de développement du Rharb, il faut évidemment envisager le succès éventuel d (...)

29L’essor de la cité est dû, à l’origine, au port dont le trafic croîtra régulièrement jusqu’en 1931. Il fléchira par la suite, en raison de la concurrence victorieuse de Casablanca. On assistera depuis l’année 1946 à un nouvel essor dont l’ampleur future est liée aux possibilités de développement économique du nord du Maroc134.

30On le voit, Mehedya et Port-Lyautey ont bénéficié d’abord de la destruction du port de Rabat. Mais plus tard, la gigantesque puissance de Casablanca qui asphyxie déjà les petites localités voisines comme Azemmour et Ber-Rechid tend aussi à étouffer impitoyablement les rivaux éloignés.

31L’existence du port facilite naturellement le développement d’une petite industrie de transformation (amidonneries, briqueteries, cartonneries, fabriques de céramique sanitaire, charpenterie métallique, confiturerie, conditionnement des agrumes, conserveries, fonderies, verreries, etc.). En tout 47 établissements absorbent une main-d’œuvre régulière, en plus des dockers et portefaix du port, dont le travail est plus ou moins stable.

32Quoi qu’il en soit des fluctuations de l’activité maritime, on constate que Port-Lyautey a pris racine aujourd’hui, puisque les variations du tonnage manipulé dans le port n’influent pas sur l’accroissement constant de la population marocaine que la ville attire régulièrement.

33Auprès de la ville européenne aux rues largement tracées se développe au début une « médina » sans prétention. Celle-ci abritera bientôt quelques commerçants venus de Fès pour tenter ici leur chance. Ils n’y réussiront guère. Cette médina se développera vers l’est en refoulant peu à peu devant elle les bidonvilles qui la prolongent. Il faut dire que nous sommes là surtout en présence de populations rurales venues du Rharb, habituées à vivre sous la nouala de roseaux et qui s’installent près de la ville comme ils le feraient dans leurs campements assez primitifs en tout autre point de la vallée du Sebou.

  • 135 Sous le nom de Sakniya, « ceux qui habitent ». Nous renvoyons pour une connaissance détaillée de ce (...)

34Mais la commission municipale, une des plus anciennes et des plus actives du jeune Maroc, prend très vite l’initiative de créer des cités, dès 1924. L’Office de l’habitat chérifien continuera plus tard cet effort. En outre, un particulier, M. de Senailhac, fera construire pour les besoins des Marocains un terrain alloti dans des conditions plus favorables que cela ne s’est pratiqué dans les derbs de Casablanca. Ces initiatives diminuent la surface des bidonvilles qui, cependant, s’enflent peu à peu – en reculant et se développent plus à l’est et plus au sud. Deux petits îlots prolétariens se sont entre temps depuis 1922 constitués à trois kilomètres de la cité, aux limites du périmètre municipal (bidonvilles de l’Artillerie et Bargach). En 1946, au moment où le nombre des Musulmans à l’intérieur du périmètre est de 37 000, cependant que 20 000 autres135 vivent en nouala au-delà de la limite administrative, un incendie éclate, en plein été, qui ravage la moitié de cette immense agglomération faite de maisons de roseaux et d’enclos de branchages et d’herbes séchées. Catastrophe déplorable, certes, mais bienfaisante à certains égards, puisqu’elle détermine de la part du Protectorat, malgré les énormes difficultés de ravitaillement en matériaux à cette époque, un vigoureux effort qui honore les capacités de réalisation des services officiels. Les chantiers édifieront en quelques mois plus de deux mille maisons. Désormais, les bidonvilles qui restent, contrôlés, limités, cantonnés, semblent être condamnés à disparaître dans un assez proche avenir.

35Les agglomérations dans lesquelles se rassemble la population musulmane sont les suivantes :

1° La « Médina » (28 000 habitants), prolongée au sud par le quartier des cités.

2° Le bidonville de Bab-Fès, au nord-est (1 834 habitants).

3° Le bidonville de la Nouvelle Joutiya bordé par la voie ferrée et la ville européenne (414 habitants).

4° Le groupe des bidonvilles de Senailhac, en cinq îlots séparés survivant à la croissance des cités et à l’incendie (3 074 habitants).

5° Le bidonville de la route d’Aïn Sebaa, au sud, bidonville de recasement provisoire des sinistrés de 1946 (7 820 habitants).

6° Les deux petits bidonvilles séparés du parc de l’Artillerie et de Bargach-Ouled-Oujjih (ayant respectivement 382 et 485 habitants) construits à l’ouest de la cité dans la direction de l’Aviation.

36Port-Lyautey, cité sortie du néant, presque entièrement dépourvue de cadres sociaux, habitée surtout par des ruraux, nous offre un exemple, à la fois plus simple et plus facile à étudier, d’agglomération prolétarienne.

37Safi. — Si Mazagan, ville somnolente, s’est trouvée remplie de ruraux provenant des tribus limitrophes, grâce au surpeuplement des Doukkala, Safi a connu une croissance peut-être plus lente au voisinage des tribus Abda, jusqu’au moment où, vers 1941, les effets conjugués des difficultés économiques dans l’intérieur et de l’essor des pêches et des exportations de phosphates ont eu pour conséquence l’arrivée inopinée de 20 000 nouveaux immigrants.

  • 136 Bateaux chargés de phosphates.
  • 137 Cf. F. XXIII, pl. 51.

38En effet, le peuplement marocain (21 350 en 1924) n’est encore que de 27 000 en 1941, mais il atteint 40 400 en 1944 et 47 520 en 1947. En même temps, le trafic du port est passé de 25 000 tonnes en 1936 à 75 000 en 1948136, cependant que la pêche industrielle rassemblait dans le port 70 sardiniers et 110 palangriers pour 1 500 marins inscrits (dont 200 Portugais). Le nombre des conserveries passe de 17 en 1938 à 60 aujourd’hui ; 25 autres usines sont prévues ou en construction. Il s’agit donc d’une ville et d’un port en plein essor137.

  • 138 Sans doute aussi l’autorité locale a-t-elle veillé à empêcher la construction de baraques propremen (...)

39Nous retrouverons ici des phénomènes connus et déjà décrits. Cependant que le quartier européen se développe sur le plateau, la vieille ville se remplit et s’enfle. Il se développe au nord, sur un espace libre, un nouveau quartier dit de Biada. Mais sur toute la périphérie du périmètre municipal croissent et se consolident des bidonvilles et surtout ce que nous avons appelé dans le nord des derbs, des constructions en « dur ». Nous sommes, en effet, ici, dans un pays de vieux sédentaires qui se hâtent de construire s’ils le peuvent138. Ces agglomérations seront peuplées de pêcheurs, d’ouvriers des phosphates ou des carrières, enfin d’ouvriers et ouvrières de ces usines de conserves qu’on voit s’édifier les unes après les autres sur une mince bande côtière qui s’étend à perte de vue au sud de la cité.

40La majorité des nouveaux venus se composera de ruraux appartenant aux fractions les plus déshéritées des Abda, de semi-nomades de la plaine atlantique et pour une proportion restreinte de Chleuhs du Sous. L’afflux des paysans semble s’expliquer facilement par le double effet de la diminution du rendement des terres et de la succession de plusieurs mauvaises années. Les agglomérations peuplées de Musulmans se répartissent dès lors comme il suit :

1° Vieille ville et nouveaux quartiers jointifs : Kasbah 11 000, Rbat 17 000, Trabsini 9 500.

2° Quartier nouveau de Biada, 12 050.

3° Agglomération de Sidi Bouzid (pêcheurs) faite de noualas et de maisons, 350 habitants, et quartier Itzer au nord de la ville.

4° Quartier de Sidi Abd el Krim, pour les ouvriers du port et des phosphates, 2 000.

5° Quartier Djenan-Zitoun et Jerifat (noualas et maisons en « dur ») pour ouvriers des Carrières Schneider, etc., 1 925.

6° Quartiers du sud (Derb « Course », quartiers de Sidi Ouassel et Kelaa) pour la population des usines de conserves, 3 500 (?).

41Nous verrons plus loin, surtout en ce qui concerne cette dernière catégorie de population, les problèmes particuliers qui se posent dans cette ville.

  • 139 Cf. F. XXIII, pl. 53.
  • 140 La population juive est stationnaire soit en raison d’exodes (vers la Palestine) soit par suite de (...)
  • 141 Village Kellouch et Douar Lounes, Douar Abdallah (8 930 h.), Douars Ngadi, Oulad Mir, Khellouf, Moh (...)

42Oujda. — La ville d’Oujda139 a connu, comme celle de Safi, un développement retardé, mais son essor a été prodigieux au cours de ces dernières années : l’augmentation rapide de l’activité occidentale marquée par un bond de la population européenne qui passe de 1941 à 1949 de 12 413 à 18 215, soit 46 %, a eu pour conséquence un accroissement correspondant de l’immigration algérienne (le nombre des Algériens passant de 3 258 à 13 326, soit 315 %) et de l’immigration musulmane marocaine (dont la population passe de 45 027 à 69 060)140. La vieille ville (17 350 habitants) étant depuis longtemps saturée d’habitants, la nouvelle médina s’accroît (49 300 habitants), mais surtout on voit s’enfler des villages périphériques141, assez correctement construits, et se multiplier les maisons dans les jardins (6 090 habitants). C’est dans ces villages et jardins que se fixent surtout les nouveaux arrivants et plus spécialement les journaliers, ouvriers et agriculteurs. L’absence de bois de caisses, l’existence des matériaux traditionnels, la vigilance des autorités ont réussi à prévenir la naissance des campements et bidonvilles, mais les villages récemment improvisés, d’allure presque traditionnelle, manquent d’égouts.

43Nous verrons plus loin la nature particulière du peuplement de cette grande agglomération. Ses activités essentielles nouvelles : l’industrie, les chemins de fer, la contrebande (de 1940 à 1948) expliquent sa croissance rapide.

  • 142 Cf. F. XXXIII, pl. 52.

44Agadir. ­— Sa croissance, très lente au début, a été extrêmement brusque. En 1913, il s’y trouvait seulement 760 Marocains dont 160 Juifs. Ce n’était qu’un centre administratif de la région du Sous jusqu’en 1930. Les transports et la pêche locale se développent les premiers. Puis apparaissent de petits bourgeois, commerçants ou employés du Protectorat dont les besoins modestes déterminent la création d’une petite ville nouvelle (Talborjt) de six à sept mille habitants (1939). C’est alors que l’essor rapide des pêches industrielles de la sardine transforme la ville, surtout depuis 1945. En dix ans, le nombre de « sardiniers », bateaux à moteur de 5 à 50 tonnes, passe de 1 à 90 et celui des usines de conserves de 1 à 59. On y dénombre 1 500 marins indigènes, 300 Espagnols et Portugais. La main-d’œuvre des usines s’élève à 8 000 ouvriers et ouvrières. Talborjt ne suffit plus, il se constitue des agglomérations improvisées, intermédiaires entre le bidonville et le derb : Anza, Yahchach, faubourg d’Agadir et Ben Sergao. Des campements se constituent à Anza et à Talat N’Wanim pour les femmes saisonnières et leurs familles appartenant aux tribus du Sud. Enfin, les usines s’efforcent sur place de constituer pour ces ouvriers temporaires des cités improvisées142.

45Nous verrons se poser à Agadir deux problèmes : l’un, assez simple, est celui de l’organisation professionnelle des marins « travailleurs privilégiés », aux ressources abondantes, autour desquels s’agrège une population, saine dans l’ensemble. L’autre, plus complexe, résulte de la présence à Agadir de plusieurs milliers de femmes soustraites à leur famille et à leur tribu et lancées d’un seul coup dans l’aventure de la vie prolétarienne.

46Ce qui simplifie toutefois dans une certaine mesure la situation de la plèbe ouvrière d’Agadir, c’est qu’elle est, dans l’ensemble, originaire de la région littorale voisine (de Mogador à Ifni) et de la vallée du Sous, exception faite cependant de 2 500 femmes provenant des tribus nomades du Noun. Mais les apports de population étant encore très récents, la fusion de ces divers groupes sociaux en est encore à ses débuts.

47Il n’existe naturellement pas de limites précises qui séparent le bidonville du derb, et le derb de la cité musulmane imprégnée de traditions anciennes. Mais les trois types d’habitats sont cependant caractéristiques, ils correspondent aussi à des attitudes sociales diverses, et l’on s’en aperçoit bien lorsqu’on conduit soi-même des enquêtes sur place.

48Dans le bidonville, les habitants ont toujours le sentiment d’être logés d’une manière précaire. Ce qui les menace surtout, c’est le transfert collectif sur un autre emplacement, si l’administration en décide ainsi pour des raisons d’hygiène ou de sécurité. Ils se savent contrôlés et se sentent dépendants. Mais d’autre part, la vie au grand air, dans une courette, maintient chez eux les habitudes de liberté extérieure que la femme et les enfants avaient au village ou au douar tribal. Aussi la bonne humeur et la confiance règnent-elles assez vite dans les relations qui s’établissent avec les représentants de l’administration et les enquêteurs.

49Au contraire, dans le derb, si misérable soit-il, là où l’entassement sera habituellement plus grand, on défendra plus jalousement le secret de sa vie familiale, au moins à l’égard des personnes extérieures à l’immeuble ; les femmes seront assez souvent claustrées. Le propriétaire d’une maison se regardera déjà comme un notable, un citadin, soumis à la morale sociale traditionnelle des villes, tandis que le propriétaire d’une baraque du bidonville restera plus modeste dans ses ambitions sociales et aura la liberté d’esprit et d’allures d’un rural. Les conditions d’hygiène peuvent y être beaucoup plus mauvaises que dans le bidonville, on peut aussi être exploité plus lourdement par le propriétaire de la maison ou le locataire principal, mais on éprouve, assez souvent du moins, le sentiment de posséder un habitat décent. Considération qui ne retient d’ailleurs pas beaucoup de campagnards qui préfèrent, quand ils le peuvent, aller habiter dans leurs caisses de bois et de fer blanc « un pavillon dans la banlieue » où, après tout, on respire librement un air pur…

50La plupart des citadins, qui vivent dans de vieilles maisons bourgeoises ou dans des derbs modernes qui ne sont pas trop misérables, se sentiront donc vite gagnés par un certain orgueil d’ascension sociale. Le quant à soi et le souci du décorum musulman prendront plus d’importance. Ici l’enquêteur devra se faire plus aimable encore que dans le bidonville et emprunter, s’il le peut, le détour légitime de l’assistance sociale, de l’hygiène publique, de l’école, pour recueillir les informations indispensables sur l’origine des familles, la date d’arrivée, le nombre d’enfants, l’instabilité du travail, les relations maintenues avec le pays d’origine, etc. Tous renseignements qu’on n’aime pas, et cela se conçoit, donner à un étranger chrétien, même s’il parle votre langue, se montre poli et empressé.

51Un paysan de chez nous, venu à la ville avec les siens, accepterait-il de répondre de bonne grâce aux questions si indiscrètes que nous voulons poser ? Cependant, nous pouvons dire ici, à la louange des enquêteurs et des enquêtés, que la confiance mutuelle qui s’est établie entre eux a permis de rédiger d’excellentes monographies. Nous les utiliserons largement dans les pages qui suivent pour étudier l’habitat et la vie sociale.

52Puissent nos humbles amis musulmans retirer quelque profit indirect de ces études qui sont consacrées à leur mode d’existence puisque nos lecteurs occidentaux seront parfois ceux qui peuvent contribuer en quelque manière à améliorer leur situation misérable.

Notes

124 MM. Hubert, Maneville, Coïdan, Desmazières, Fresneau, Roux, Adam, de la Porte des Vaux.

125 Fedhala n’a pu être étudiée en temps utile.

126 Cf. L. Paye, Logements et loyers des travailleurs indigènes à Rabat-Salé, C.H.E.A.M., 1936, n° 70.

127 En particulier, F. Joly, « Casablanca, éléments pour une étude de géographie urbaine », Les Cahiers d’Outre-Mer, avril-juin 1948, p. 119 à 148.

128 Cf. F. XXI, pl. 47 et 48.

129 Voir le graphique de l’évolution démographique, pl. 48, pendant cette période.

130 Destruction du bidonville de la route d’Azemmour en 1949 et désignation d’un nouvel emplacement de baraques sur la route de l’Aviation.

131 L’arrivée massive des Israélites date de 1942.

132 Cf. F. XXII, pl. 49.

133 Cf. F. XXII, pl. 50. Le lieu porte alors le nom de « Qnitra d’‘Ali ou ‘Addi » – le petit pont d’‘Ali ou ‘Addi, sur le Fouarat.

134 Parmi ces perspectives de développement du Rharb, il faut évidemment envisager le succès éventuel des recherches de pétrole qui ont déjà contribué à créer à Petitjean un centre industriel non négligeable.

135 Sous le nom de Sakniya, « ceux qui habitent ». Nous renvoyons pour une connaissance détaillée de cette ville à la remarquable étude de Stéphane Delisle qui fait l’objet d’une publication (Cahiers de l’Afrique et l’Asie, 1951, I : « L’évolution sociale du Maroc »).

136 Bateaux chargés de phosphates.

137 Cf. F. XXIII, pl. 51.

138 Sans doute aussi l’autorité locale a-t-elle veillé à empêcher la construction de baraques proprement dites. Mais il lui a fallu hors du périmètre municipal tolérer l’édification de maisons improvisées et rudimentaires.

139 Cf. F. XXIII, pl. 53.

140 La population juive est stationnaire soit en raison d’exodes (vers la Palestine) soit par suite de l’habitude prise par les mères d’aller faire leurs couches en Algérie, ce qui permet d’inscrire les enfants sur les registres de l’état civil français et les soustrait au dénombrement israélite.

141 Village Kellouch et Douar Lounes, Douar Abdallah (8 930 h.), Douars Ngadi, Oulad Mir, Khellouf, Mohammed Chérif (6 480 h.).

142 Cf. F. XXXIII, pl. 52.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable