Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre premier : l'émigration dans les tribus

Chapitre IV. Mécanisme et effets de l’émigration temporaire

Texte intégral

Comment part l’émigrant

1Chaque année ou presque, vers le mois de février se pose dans toutes les familles modestes du sud du Maroc le problème de la subsistance. Une fois passée l’année d’abondance – celle qui revient «  tous les sept ans  », l’am saba – et épuisées les provisions qu’elle a données, il faut compter en effet avec l’irrégularité des pluies et des crues. Si les précipitations de printemps sont faibles ou tardives, le prix des céréales, par l’effet de la spéculation, devient aussitôt triple ou quadruple, et les riches, sans vergogne, vendent aux pauvres leurs surplus à ce taux ruineux. Presque toujours, la «  période de soudure  » est difficile à passer pour les petites bourses.

2Nos enquêteurs, qui ont poussé leurs investigations assez loin, découvrent que même dans les oasis du Tazzarin, du Todrha et du Dadès, où les irrigations sont relativement régulières, il manque toujours, en raison de l’exiguïté des terres, de trois à cinq mois de nourriture pour faire face aux besoins indispensables. Dans les régions de culture en bour, dans les zones montagneuses surtout, de telles déficiences sont courantes, mais elles sont irrégulières, et l’on connaît tantôt l’abondance, tantôt la disette. Dès lors, la famille, le groupe étendu des hommes liés entre eux par une étroite parenté, doit prendre ses décisions au moment où les difficultés s’annoncent. Il faudra, selon les circonstances, qu’un ou plusieurs de ses membres quittent le pays pour aller gagner l’argent nécessaire à la survie.

3Avant de partir, on mettra souvent en rehen, en nantissement, auprès d’un voisin riche un verger, une petite parcelle irrigable ou un champ de bonne terre. Cette ultime somme d’argent liquide servira, d’une part, à préparer le voyage, d’autre part, à pourvoir ceux qui restent des dernières provisions, avec lesquelles ils devront tenir jusqu’à l’arrivée des premières économies réalisées par les émigrés sur les lieux de travail.

  • 116 Voir les graphiques du ksar Tamarouf des Zenaga. F. XIV, pl. 32.

4La courbe représentant les variations de l’émigration temporaire des hommes par les travailleurs partant pour le nord affecte une allure de dent de scie116 dont le tracé s’oppose aux variations locales des chutes de pluie  : quand la pluviomètrie augmente, les départs diminuent, et inversement.

  • 117 Nous n’avons pas étudié ici ces émigrations saisonnières, cependant si importantes pour l’équilibre (...)

5L’émigré ne partira pas au hasard. Il sait déjà qu’il existe dans le nord des lieux par lesquels il peut passer, là où il possède des amis. Il a parfois reconnu le chemin au cours des émigrations saisonnières, qui l’ont conduit à aller faire la moisson ou les labours chez les riches paysans117  : il ira au passage leur demander asile. Plus loin, dans les villes, notre homme trouve bien vite des parents qui y sont déjà établis. C’est là qu’apparaît l’importance des «  points d’appui  » constitués par ces petites colonies permanentes d’émigrés, venus dans les années de misère ou pour fuir l’oppression des chefs. Grâce à eux, l’émigré isolé pourra trouver logement et nourriture et, si possible, un emploi au moins temporaire. Il n’a pas d’argent, et il lui faut travailler au plus tôt puisque les siens sont menacés par la famine et comptent sur ses envois. D’où l’importance extrême des débuts. Lorsqu’on étudie de près dans les villes la situation de ceux qui, à force d’obstination, ont réussi à faire fortune, on est frappé du rôle qu’ont joué, à leur arrivée, les renseignements recueillis ou l’assistance qui leur a été donné par un précurseur appartenant à leur famille.

6L’idéal est donc, pour l’expatrié, d’avoir quelqu’un des siens qui soit déjà en place. Auprès de cette base solide se constituera rapidement un petit groupe qui s’augmentera peu à peu de collaborateurs et d’associés nouveaux. Bien souvent, nous le verrons aussi, des relations heureuses avec quelques Européens auront joué un rôle essentiel dans le succès du premier arrivé. Connaître directement, ou par intermédiaire, un Européen puissant est donc une bénédiction. Les Chleuhs qui sont à demeure domestiques ou employés rendront donc de grands services à leur communauté familiale en recommandant au «  patron  » un des leurs. Le comble de la chance est d’avoir dans une entreprise industrielle un «  frère  » qui soit caporal, chef d’équipe, homme de confiance. Par lui tous les membres de la famille encore demeurés au pays, qui voudront demain tenter l’aventure, trouveront une embauche. Les familles voisines et alliées entreront bientôt à leur tour dans le jeu. En fin de compte, c’est tout un village qui se trouvera pourvu de possibilités de travail.

7Au contraire, si ces conditions ne sont pas remplies ou si le premier poste offert ou trouvé n’est pas bon, notre Chleuh s’en ira d’usine en usine, de chantier en chantier, au grand dépit de ses employeurs, éternel instable à la poursuite d’un gain supplémentaire journalier de quelques francs, jusqu’au moment où il pourra heureusement s’agréger dans une petite communauté de cousins ou d’amis qui reconstituent en terre d’exil le canton natal et parviendra ainsi à trouver, grâce à eux, la «  bonne place  ».

8Il est une autre manifestation grégaire bien fréquente. Si tel homme de la fraction a trouvé un métier profitable, chacun cherche à le copier et à exercer le même métier que lui. C’est ainsi que certains groupes se spécialiseront dans une profession déterminée, attirant un nombre toujours plus grand d’adeptes et qui coloniseront successivement les diverses villes du Maroc, traditionnelles ou modernes. Par ce mécanisme simple d’imitation, un verra enfin des tribus entières se spécialiser dans des professions et des lieux déterminés. Nous en avons vu l’exemple par ces Aït Mzal, Ida ou Gnidif et Ammeln qui en soixante ans, à la suite de réussites individuelles dans l’épicerie, ont fini par conquérir des monopoles collectifs. Les tribus qui les entourent, nous l’avons dit, les imitent platement. Celles qui sont placées entre ces trois groupes s’inspirent des trois comportements distincts de ces guides naturels.

«  Essaims » et spécialisations

9On s’expliquera de même l’apparition de ces véritables «  essaims  » spécialisés de Chleuhs ou de nomades présahariens qui s’abattent à grande distance, au hasard en apparence, sur une usine, une ville, un métier. Cette répartition des hommes par métiers et par lieux en fonction des tribus est d’ailleurs, on le sait, un des traits que les populations émigrantes de Tunisie et d’Algérie ont en commun avec le Maroc. Il est bien facile de multiplier ici les exemples de cette pratique.

10Dans la région sud et sud-est de l’Anti-Atlas, la moins atteinte par l’économie moderne, on trouve des spécialités anciennes ou curieuses qui sont le résultat des vieilles réussites consacrées par l’expérience. Tels sont les acrobates du Tazeroualt, qui circulent dans toute l’Afrique du Nord, en Europe et en Amérique et sont même souvent engagés dans des grands cirques occidentaux. C’est l’exemple devenu classique de l’essaimage des Chleuhs. Mais s’il s’agit bien, à l’origine, d’une sorte de corporation religieuse du Tazeroualt, placée sous le patronage de Sidi Ahmed ou Moussa, celle-ci a fini par se recruter partout puisqu’on ne lui trouve guère plus aujourd’hui d’adhérents dans le pays d’origine (une douzaine seulement). Plus étroitement spécialisés sont ces Azouafid qui circulent comme mendiants sourds-muets, après être passés quelques instants en visite chez leur saint patron, un marabout enterré sur le Djebel Guir, Sidi Bou Tizoua, qui leur noue pour un ou deux ans les muscles de la langue. Ils ne sont guéris qu’en rentrant chez eux. Les Oulad Jellal sont connus comme attars, marchands ambulants vendeurs de drogues médicinales et de panacées magiques au Maroc et en Algérie. Les marabouts de la zaouïa de Sidi Baamran, des Aït Arba Mia et de Sidi el Hadj des Iourtegin dans le Dadès sont oculistes ou guérisseurs. Dans la plaine des Chtouka, les Ida ou Menou constituent des groupes de musiciens et parcourent le Rharb en jouant de la flûte. Leurs tournées ne durent que quelques mois, mais les chefs d’orchestre sont des émigrés permanents. Près de Marrakech, quinze musiciens et danseurs de la zaouïa de Sidi Zouine ont quitté le pays au service d’une entreprise de cinéma. Chez les Rehamna se recrutent, spécialisation féminine, des chanteuses et des dames de petite vertu au douar de la «  batrouna  » (la patronne) près du souk el Had de Ras el Aïn. D’un type plus commun, et aussi très traditionnel, sont les Ida ou Nadif, tous savetiers à Marrakech où ils vivent en famille, modestement, revenant d’ailleurs chez eux fidèlement pour les labours et le dépiquage. Ils sont imités par les Ida ou Kensous et les Aït Asa.

11À un type mi-traditionnel, mi-moderne appartiennent les maçons des régions du sud. Les sédentaires Aït Atta, de Bou Main sont spécialistes de pisé et dameurs de terrasses. Les Aït Bou Yahya de la Feija de Taliouine ont été longtemps constructeurs de kasbahs dans le sud, jusqu’au moment où ils ont été attirés par les hauts salaires à Casablanca où ils élèvent des gratte-ciel. Les Haratin du Tazzarin, surtout ceux de Bab Arhioul, sont porteurs d’eau à Rabat, ainsi que les Haratin protégés par les Aït Ouallal. Les Draoua exercent le même métier à Casablanca. Autre profession traditionnelle  : les Chleuhs de Tissint donnent des puisatiers à Marrakech ou au Sous.

12Enfin, il faudrait tenir compte, dans la liste des métiers d’émigrants, là où la jeunesse est encore particulièrement adonnée à l’étude du Livre saint, de la formation dans quelques centres spécialisés de tolba qui se répandent un peu partout dans le nord, surtout d’ailleurs dans les villes, où ils cousent des vêtements et piquent à la machine pour compléter leur maigre salaire. Les tribus voisines de Timguilcht, les Oulad Bou Sbaa, élèves de la zaouïa de Sidi Zouine dans la plaine de Marrakech, fournissent à cette cléricature quelque peu famélique des contingents appréciables. Les autres proviennent des diverses médersas du Sous.

13Il est particulièrement intéressant de voir comment des «  essaims  » se constituent aussi pour prendre place dans la vie économique moderne.

14La fraction Anfalis des Aït Oussa, ainsi que des Azouafid, sont fleuristes ou marchands de légumes à Rabat où il se sont établis les uns et les autres avec leurs familles et constituent des petits groupes bien à part, qui n’évoluent guère. D’autres Azouafid ont «  colonisé  » la Compagnie sucrière à Casablanca, d’autres encore sont fixés en qualité de commerçants ou de propriétaires fonciers à Tamanar chez les Haha. Les Zenaga sont solidement installés dans les services municipaux de nettoiement de Casablanca. Ils dominent aussi la profession des vidangeurs. Cent cinquante Zenaga exercent à Meknès la profession de garçons de café ou de domestiques. Les chorfa des Ahel Sahel de Mirleft se sont réservé une partie du service de nettoiement à Rabat. Des Aït Arba Mia et Iourtegin du Dadès sont nombreux comme conducteurs de voitures de place à Casablanca. Rabat connaît les Oulad Mtaa de la plaine de Marrakech, qui sont cochers et balayeurs. Les enfants amenés par les émigrés des Aït Abdallah et les Ida ou Gnidif sont cireurs ou porteurs à Rabat. Sept cents mineurs des tribus du nord des Haha constituent le tiers de la main-d’œuvre des mines de Khouribga. Les chantiers des villes du nord empruntent beaucoup de maçons aux Ida ou Tanan (60) et à Ifrane (104). À Port-Lyautey, les chauffeurs et les graisseurs se recrutent surtout parmi les Doukkala, tandis que les carriers proviennent du Todrha. Les Mezguita, Haratin du Dra excellent dans la profession lucrative de jardiniers à Casablanca et à Rabat, au service des propriétaires de villas et de vergers. On pourrait allonger cette liste à l’infini et dire le lien qui unit des usines à des groupes sociaux déterminés. Heureux les patrons qui ont établi ainsi de tels contrats tacites avec une communauté tribale. Il n’existe plus pour eux de difficulté sérieuse de main-d’œuvre.

15Le recrutement en tribu des mineurs, spécialité nouvelle, mériterait de faire l’objet d’une étude à part. Le cas le plus classique est celui des Aït Douchen de Tazenakht qui, dans la mine de Bou Azzer, bénéficient de la présence d’un des leurs comme recruteur de main-d’œuvre. Il choisit dans sa tribu la plupart des spécialistes. Une fois adaptés au pays, pourvus de bons salaires, ils s’établissent avec leur famille, alors que dans la mine voisine de Tiouine, les ouvriers de cette tribu doivent travailler en isolés. Nous avons vu la faveur que connaît la profession de mineur, dans le sud de Tiznit  : 205 Ahel Sahel de Mirleft sont aux Charbonnages de Djerada  ; les Aït Brihim voisins se partagent entre Djerada et les mines de France  ; 444 Tekna du bureau de Goulimine partent pour travailler pendant deux ou trois ans aux Houillères de France. Dans la plaine de Marrakech, les mines de phosphates, dont l’exploitation est relativement saine, attirent beaucoup les hommes des tribus voisines (Abda, Ahmar, guich), mais la proximité des lieux de travail donne alors à leur activité industrielle un caractère saisonnier  : ils rentrent chez eux pour les labours et les moissons. À l’inverse, les Haratin du Dra et des oasis répugnent à ces travaux souterrains, et les mines voisines doivent se contenter du recrutement des tribus berbères sédentaires ou même nomades. Diverses tribus du Sous, les Ahel Massa, les Aït Moussa ou Boukko et bien d’autres fractions des Chtouka de la plaine envoient en France des essaims de travailleurs dans l’industrie automobile ou chimique. Beaucoup de ces émigrés plus lointains prolongent leur absence, se marient et ne reviennent au pays qu’après vingt ans.

16Nous avons dit précédemment que l’attraction de l’Algérie se faisait sentir depuis la frontière saharienne de l’est jusqu’à l’oued Dra. Il faut noter cependant que, chez les Skoura et au Dadès, l’essor industriel des cités du Maroc a, depuis quelques années, renversé le courant qui se dirige maintenant plutôt vers le nord que vers l’est. Nous avons indiqué sur les schémas l’attrait que présente aussi l’Algérie pour la région de l’Anti-Atlas occidental (1037 sur 1311 dans la région d’Agadir dans son ensemble, soit les trois quarts). Le même groupe de tribus fournit les deux tiers de l’émigration en Tunisie. Cette attirance exercée par la Tunisie est très ancienne et profonde. Elle se fait sentir en quelques lieux seulement. Beaucoup de Chleuhs y adoptèrent de préférence la profession paisible de gardien, plus prisée par eux que celle de mineur. L’Anti-Atlas en fournit la majeure partie (189 Ida Oultit, 181 Mejjat, 180 Akhssas, 108 Aït Souab). D’autres proviennent du versant sud de l’Anti-Atlas (218 dans l’annexe de Taroudant, dont 194 Erguita et Mentaga).

17Nous nous réservons d’étudier dans le cadre de la vie citadine l’activité des commerçants et en particulier celle des épiciers.

18Des tableaux descriptifs, établis par tribu, ont indiqué par grandes catégories les spécialisations professionnelles, en soulignant que c’était la plaine de Tiznit qui fournissait les spécialistes modernes (électriciens, mécaniciens, infirmiers, etc.) les plus nombreux. C’est la même région qui donne aussi le plus grand nombre d’employés, de domestiques, de garçons de café, d’hôtel et de restaurant.

19Nous n’avons tenu compte ici que des réussites collectives. Il convient de ne pas oublier quelques réussites individuelles à l’étranger. Des enfants perdus du Sous se trouvent en Orient (Egypte, Arabie séoudienne), dans divers pays d’Europe et d’Amérique, où ils ont acquis une réelle aisance. Mais la famille et la tribu étaient trop loin et n’ont pu les rejoindre.

20Il est aux yeux de l’opinion chez les sédentaires du Sud toute une hiérarchie de métiers. Le plus noble et le plus profitable est peut-être celui de commerçant, si l’on a quelque argent pour débuter. Sinon on devient plus modestement domestique ou employé, à moins qu’on n’opte pour le métier d’homme de peine, journalier, ouvrier  : «  zoufri  ». Dans ce cas, une belle carrière est encore possible si l’on parvient à se classer dans l’aristocratie des semi-spécialistes ou dans les mines, ou en France.

21Les tolba ne jouissent plus de la considération d’autrefois. Quant aux soldats, ce ne sont souvent, aux yeux des Chleuhs du Sous, que de pauvres gens ou des garçons qui, après quelque coup de tête, se doivent de disparaître. Ils ne retrouvent un peu de prestige qu’en revenant au pays avec une pension, après de longues années. Par opposition, on notera le comportement des Aït Atta du Sahara, si volontiers guerriers là où il y a des coups à donner, et aussi des semi-sédentaires arabes de la plaine atlantique, qui embrassent aussi volontiers le métier des armes. C’est ainsi que les Serarhna, après avoir longtemps donné à la zone espagnole du nord des soldats ou des épiciers, au nombre d’un millier, qui ne revenaient qu’après dix ou vingt ans d’exil, ont fini par se décider à s’engager dans l’armée française. Six mille d’entre eux ont participé aux différentes campagnes de la Libération. Dans les tribus arabes de la plaine atlantique – Serarhna, guich, Rehamna, Abda – la proportion des soldats et anciens soldats atteint souvent 1  % de la population totale. À l’inverse, les Haratin des oasis sont pacifiques. Ils ne sont militaires qu’en temps de paix, parce que c’est une situation fixe, régulière. Ils donnent alors à cette profession d’exlents cuisiniers et des ordonnances très attentionnés.

L’émigrant et sa famille

  • 118 C’est l’Anti-Atlas et le Tadla qui donnent le plus de jeunes ouvriers célibataires à Casablanca. Cf (...)

22Nous savons désormais que dans le Sous, hors le cas d’exode collectif imposé par la famine, le départ d’un émigrant temporaire, membre de la famille patriarcale ou indivise, a pour but l’acquisition dans les villes du nord des signes monétaires indispensables au maintien de l’équilibre économique de son petit groupe. Souvent, aussi, un jeune homme non encore établi part, à l’exemple des plus anciens, tenter l’aventure pour lui-même118. Ce sont donc des chefs de famille ou des célibataires qui se mettront en route pour un an ou deux, parfois plus, vers l’Eldorado. Au moment du départ, ils se groupent à quatre ou cinq et partent ensemble. Le voyage, certes, n’est plus périlleux comme autrefois, mais les risques sont grands, chacun le sait, de ne point trouver de travail à l’arrivée. Il faudra, au début surtout, compter sur des «  frères  » de tribu et sur la chance. On désigne dans les villes du nord tous ces isolés sous le nom de rouassa. Si notre émigrant réussit, il décidera, dans des circonstances qu’il faudrait analyser de plus près, de faire venir sa famille  ; il se peut aussi qu’il se marie sur place, mais de préférence, il choisira alors une fille dont la famille est originaire de son village, dont il connaît personnellement les parents.

23Les enquêtes qui ont été faites dans le Sud sont trop imprécises, peut-être, pour nous donner le nombre de familles d’émigrés établies dans le Nord. Elles sont suffisantes du moins pour faire connaître les aspects essentiels de ce phénomène social qu’est la transplantation des ménages.

24Dans les régions de haute montagne, telles que celles des Ida ou Baqil, des Aït Souab et des Aït Wadrim, il est bien rare que les femmes suivent l’émigrant. Le lien avec la terre est ici trop fort  ; on ne déracine pas un foyer. Mais hors des zones de haute montagne, la morale sociale qui maintient impérieusement en place l’unité familiale se relâche, surtout si le démon du commerce s’est emparé de l’émigrant. On verra alors l’émigration des familles s’élever peu à peu à 10 ou 15  % (par exemple chez les petites fractions de Chtouka, de la montagne gravitant autour des Aït Mzal). Il faut ou bien des réussites exceptionnelles, comme celles des Ammeln, ou bien une pauvreté constante ou traditionnelle chez les Ida ou Nadif par exemple, pour que les familles accompagnent en plus grand nombre les émigrants. Certaines fractions des Ammeln, voisines de Tafraout, voient ainsi partir jusqu’à 30 à 40  % des familles. Mais plus haut en montagne, par exemple, chez les Ida ou Gnidif, qui de montagnards guerriers qu’ils étaient jadis se sont complètement transformés depuis soixante ans en commerçants avisés, la tradition berbère se défend davantage, et les départs familiaux ne s’observent encore que dans la proportion de 10  %. Nous avons vu que les artisans de type archaïque du Sud, qui vivent si modestement à Marrakech, quitte à revenir au moment des labours et du dépiquage, partent avec les leurs, assurés de pouvoir les faire vivre tant bien que mal de leurs métiers de gagne-petit. Ainsi la richesse et la pauvreté peuvent avoir, à la longue, les mêmes résultats pour les transplantations familiales.

25Sous une autre forme, des départs de familles sont signalés surtout dans le Sous, chez les Menabha, les Howara et les Oulad Yahya. Chez les premiers, on compte, en 1939, qu’en plus de 311 hommes partis en isolés, se trouvent 516 familles dont on croit que 30  % seulement reviendront peut-être au pays. Chez les Howara, les hommes qui ont émigré sont partis avec leurs familles dans la proportion de 60  % depuis vingt ans. Les Oulad Yahya du Sous peuplent en famille le douar Debbarh à Rabat. Par contre, chez les Chtouka Aït Amira, tribu guich, où la propriété ne peut être vendue qu’à des frères de tribus, il semble que cette clause restrictive retienne davantage les paysans qui, ne pouvant pas vendre, restent davantage au pays ou, au contraire, partent en bloc, abandonnant tout. C’est aussi ce qu’on observe dans les tribus vivant sous le régime de la terre collective dans la plaine de Marrakech – pays de faible émigration mais dans lequel 75  % des familles suivent les émigrants qui ne reviennent plus. La similitude de réaction de ces groupes d’origine arabe de part et d’autre de l’Atlas est remarquable.

26Dans les zones d’oasis, Skoura, Dadès, Tafilalet, les départs en familles se font, comme dans le Dra, dans la proportion de 40 à 65  % des émigrants. Chez les Aït Atta du Bas-Todrha, où l’émigration se dirige soit vers le Maroc, soit vers l’Algérie, les départs en famille se produisent dans la même proportion.

27Mais, fait qui mérite d’être signalé, le plus souvent, surtout dans l’émigration épicière, ce sont les enfants qui partent avant les femmes et en nombre plus grand. Dès l’âge de dix ans, le père les emmène avec lui, pour faire des courses ou leur faire adopter de petites professions comme porteurs et cireurs. Ils apprendront ainsi à se débrouiller de bonne heure. Vers quinze ans, si leurs parents en ont les moyens, ils commenceront eux aussi à gagner de l’argent. Cela ne se fait guère cependant que chez les populations de l’Anti-Atlas.

28De nos jours aussi, les émigrants partis de la plaine de Tiznit ou d’autres régions, qui servent en qualité de domestiques ou employés chez des Européens et sont ainsi assurés d’avoir un petit logement, reviennent au pays pour se marier et ramènent leur jeune femme avec eux. Si celle-ci s’habitue à la vie des villes, notre Berbère ne reviendra plus que pour prendre des nouvelles des siens et veiller à ses intérêts. Mais si sa femme ne peut se faire à la ville, ou si son mari, jaloux, estime qu’elle y trouve trop de tentations, il la renvoie au village et garde son emploi en ville où il se conduit en célibataire économe.

29Nous verrons aussi, plus loin, quel changement considérable l’économie moderne apporte aux pays du Sud voisins de la côte, en raison de la fondation de 200 usines de conserves entre Fedhala et Agadir. À partir de Safi vers le sud, surtout, les conserveurs feront appel à une nombreuse main-d’œuvre féminine qui viendra, soit de la ville, soit de l’arrière-pays, soit même de tribus côtières ou plus lointaines. L’attraction qu’exercent les usines de conserves d’Agadir sur les femmes des Ksima et des Chtouka se prolonge par un mouvement d’émigration saisonnière qui atteint jusqu’aux Aït Lhassen au sud du Noun. On observe dès à présent que la perspective de bons salaires et celle d’une existence indépendante séduit des femmes isolées à grande distance. À Amismiz, cinq d’entre elles sont déjà parties pour Safi. Cet afflux des femmes vers les usines, où elles gagnent pendant la belle saison des sommes élevées et échappent en même temps à la surveillance des hommes, est un fait dont les conséquences sociales sont loin d’être épuisées et qui mérite de retenir l’attention. Nous l’étudierons dans le dernier chapitre de cet ouvrage.

  • 119 Cité par La Porte des Vaux, C.H.E.A.M., n° 1556.

30Quoi qu’il en soit, la manière dont les gens du Sous, entraînés par leur goût des biens terrestres, associent leur famille entière à leurs activités extérieures justifie encore à huit siècles de distance l’appréciation dédaigneuse que le géographe musulman El Bekri, vieux lettré citadin, portait sur les ancêtres des Chleuhs  : «  Ils sont les plus industrieux et les plus ardents dans la poursuite des richesses. Ils obligent leurs femmes et leurs jeunes garçons à exercer des métiers qui puissent rapporter quelque argent119.  »

Conséquences de l’émigration pour le pays

31Il est bien difficile, en dépit des efforts méritoires des enquêteurs, de contrôler exactement les mouvements de fonds qui résultent des gains réalisés par les émigrants. Lorsque ceux-ci travaillent en France, on peut suivre assez aisément leurs expéditions, plus ou moins régulières, de mandats. Quelques enquêtes discrètes nous fixent aussi, dans une certaine mesure, sur l’importance des sommes qu’ils rapportent sur eux, après deux ans ou plus d’exil. Les statistiques établies sur la base des envois postaux ne sont intéressantes que lorsqu’il s’agit de militaires qui usent régulièrement de ce moyen. Ceux qui sont originaires des Serarhna ont, dans une seule année, expédié 80 millions.

32Mais lorsqu’il s’agit des émigrés travaillant au Maroc, tout contrôle devient illusoire, car on n’expédie par la poste qu’une petite part de l’argent gagné (1/5 selon les estimations vraisemblables de La Porte des Vaux). De plus, des hommes de confiance apportent sur eux des sommes importantes qui leur sont remises. Il existe même, çà et là, des courriers professionnels qui, par exemple, partant d’Agadir, vont à domicile dans l’Anti-Atlas, apporter les sommes qu’on leur confie à des destinataires précisés par l’envoyeur. Ces messagers sont d’une fidélité exemplaire. Le plus souvent, les mandats s’élèvent à deux ou trois mille francs tous les deux ou trois mois, ou plus fréquemment encore. Ils servent à aider les familles demeurées au pays, qui subviennent ainsi à leurs besoins courants. En outre, le travailleur temporaire, lorsqu’il revient chez lui, est porteur (en 1949) d’une somme qui atteint et souvent dépasse 20 000 à 25 000 francs. Des mineurs rapportent sur eux 100 000 francs. Des travailleurs du Todrha se rendant en Algérie chaque année comme maçons reviennent avec des sommes comprises entre 70 et 120 000 francs. Nous ne tenons pas compte ici naturellement des commerçants dont les profits échappent à tout contrôle. Il faut ajouter, en surplus des sommes ainsi rapportées, des cadeaux en nature, vêtements, étoffes, objets manufacturés divers, que l’émigré de retour, offre à ses parents et à ses amis, comme un signe tangible de sa réussite.

33En totalisant les envois par la poste et en estimant que les voyageurs de retour au pays rapportent en moyenne 20 000 francs chacun, en tenant compte aussi des sommes virées par banque, des caisses d’épargne et de l’argent que font parvenir des émissaires (soit cinq fois le total des fonds qui passent par la poste), de la Porte des Vaux estime que les bénéfices de l’émigration pourraient nourrir entièrement pendant une année 24 000 personnes et qu’en les répartissant chaque habitant du Sous recevrait 500 francs par an. Sous une autre forme, on pourrait dire que 48 000 foyers, correspondant en gros à un nombre égal d’émigrants temporaires, bénéficieraient sur ces gains de cinq semaines de subsistance matérielle. On ne compte pas ici l’argent gagné par l’émigration saisonnière, ni par le travail dans le Sous, ni enfin les bénéfices considérables de la plupart des épiciers. Peut-être l’ensemble de ces bénéfices double-t-il l’argent des travailleurs. Ce serait donc en fait, la «  soudure  » assurée pour 24 000 foyers modestes pendant trois mois. Ce serait aussi le paiement des impôts garanti.

34On ne saurait être plus précis dans ce domaine, et les recherches méritoires qui ont été conduites çà et là sur l’emploi des fonds provenant de l’émigration sont encore trop incomplètes et d’ailleurs trop difficiles à mener à leur terme pour nous permettre de formuler mieux qu’une appréciation générale.

35Là où il existe en montagne des tribunaux coutumiers qui enregistrent les mises en rehen des terres, on note que le nombre de celles-ci s’accroît sensiblement dans les mauvaises années et qu’il est lié aux départs des émigrants. Mais si, généralement, celui qui part désire avoir la garantie de l’inscription officielle de son titre, l’opération de dégagement à son retour, réalisée par le versement au prêteur de la somme convenue, se fait le plus souvent à l’amiable et de ce fait n’exige pas le recours aux autorités  ; les changements demeurent donc difficilement contrôlables. L’appui officiel sera cependant recherché s’il s’agit d’un rehen déjà ancien auquel on met fin par le versement d’une somme d’argent, car la somme rendue se trouve, sous l’effet de la dévaluation, devenue en réalité très inférieure à ce que le bénéficiaire du rehen aurait espéré obtenir. Il faut donc se servir de la protection de l’autorité pour convaincre le créancier. Quoi qu’il en soit, il est évident que les sommes gagnées à l’extérieur ont l’avantage de permettre aux pauvres gens de se défendre contre les riches et de leur faciliter la reconquête du patrimoine familial. L’émigration temporaire joue donc sous cette forme un rôle bienfaisant parce qu’elle rétablit un équilibre social que les riches, toujours portés à abuser de leur supériorité dans les mauvaises années, sont tentés de détruire à leur profit.

36Là où les gains réalisés à l’extérieur sont considérables, le prix de la terre, même en haute montagne, monte au-delà des normes habituelles. La notion de rendement du sol n’intervient plus guère. La valeur d’un bien familial, aux yeux de ceux qui le possèdent depuis des générations, n’est d’ailleurs pas nécessairement en relation avec le profit qu’on en retire. C’est ce qui fait comprendre que les prix de certains rehens qui portent sur des parcelles convoitées peuvent aussi s’élever d’une manière anormale. Il s’agit là d’un phénomène bien connu dans les régions de forte émigration temporaire. On l’observe au Liban comme dans les vallées des Alpes.

37On verra, de même, les commerçants avisés établis dans les villages du Nord, qui consacrent la majeure partie de leurs gains à lancer d’autres affaires, investir une partie des bénéfices dans l’amélioration de la maison familiale. Cette dernière se transforme, sinon en château, du moins en une demeure confortable ornée d’une porte et d’une façade orgueilleuse  ; ses fenêtres sont entourées de blanc, les murs sont ornés de merlons. Elle est surtout agrémentée d’une chambre de réception qui fait honneur au nouveau riche. Tafraout et les villages environnants ont ainsi perdu leur aspect sordide d’autrefois et deviennent aujourd’hui l’objet de l’admiration des touristes, en quête d’un «  décor berbère  » fastueux. Le contraste entre la richesse des maisons familiales des commerçants et l’aridité de la montagne voisine est alors saisissant. Ce sont les populations du nord du Maroc qui font les frais de ces embellissements. Par comparaison, pensons à l’Ouneila, patrie des khalifats des grands caïds Glaoua, dont les gracieuses et luxueuses kasbahs, reproduites par les affiches de l’Office chérifien du tourisme, se sont élevées en montagne depuis trente ans grâce aux exactions commises dans le passé chez les tribus du sud de l’Atlas, les Sektana, les Zenaga et les Skoura…

38Se produit-il, en conséquence du retour en tribu des émigrés, dont quelques-uns ont parfois passé quinze ou vingt ans dans le Maroc du nord ou en France, une évolution des mœurs  ? Sur ce point, il faut répondre, dans la plupart des cas, négativement. Le maintien de la tradition berbère, dont les vieillards et les femmes restés au pays sont les gardiens fidèles, s’oppose aux innovations des villes. Jusqu’à présent, la situation des femmes et des filles et l’éducation des petits enfants demeurent ce qu’elles étaient autrefois. Ce sont encore les Anciens qui ont le droit à la parole à la jemaa. Les plus vieilles familles patriarcales sont encore les seules qui soient respectées. Aussi longtemps que les filles ne seront pas instruites, la tradition prévaudra dans tous les domaines, comme cela s’observe dans beaucoup de régions de la Kabylie, après cent ans d’influence française. Il ne faut donc pas s’étonner de ce que notre voyageur, qui revient, après ses aventures, vêtu d’un complet européen, capable de converser en français avec les autorités, reparaisse trois mois après en costume local fort usagé, celui qu’il avait avant son départ et très négligé dans sa tenue. Après une année ou deux, il aura tout oublié de ses acquisitions temporaires et des habitudes sociales et matérielles contractées en France et à Casablanca, sauf peut-être l’usage immodéré du tabac.

39Retenons cependant une évolution qui n’est pas partout sans importance  : l’émigré qui a vécu dans la liberté des villes et qui a échappé pour un temps aux tyrannies locales s’impatiente souvent devant certaines exigences abusives du commandement marocain et se regimbe à l’occasion contre les exactions. Les anciens militaires, qui se recasent en tribu dans la proportion des deux tiers, le reste allant grossir dans les villes le prolétariat, sont parmi les plus impatients. Le mot «  syndicat  » évoque des échos magiques dans l’esprit des petites gens  ; ceux qui voudraient être de bonne origine souhaitent au contraire obtenir, pour être protégés, un dahir de «  touqir et ihtiram  », le certificat de noble extraction donné par le Makhzen aux chorfa, qui permet à ses bénéficiaires d’être exemptés des corvées. Dans le commandement des Glaoua, la déception que l’on éprouve du maintien d’un régime féodal dont on sent tout le poids est plus visible qu’autrefois, si bien que les chefs eux-mêmes sentent parfois, et leurs propos en témoignent, que leur système de commandement est une survivance du passé et admettent que les temps d’une administration régulière sont enfin arrivés.

40Une des conséquences sociales les plus sensibles de l’émigration temporaire dans ces régions éloignées des villes, dont l’évolution économique est normalement très lente, est sans doute le changement de la situation des khammès, colons partiaires, dont le sort était autrefois très misérable. Rétribués seulement par une participation très réduite aux récoltes (entre 1/5 et 1/3), fortement endettés à l’égard du propriétaire, ils constituaient jusqu’à ces dernières années une classe nombreuse et famélique dont le sort était peu différent du servage. Leur seul moyen de s’affranchir, et ils en usaient, était de s’enfuir avec leur famille. Aujourd’hui, les khammès peuvent acquérir, en partant travailler dans les villes et les chantiers, des ressources bien plus considérables qu’en demeurant sur la terre d’un maître. Ce sont eux, et les tout petits propriétaires, qui sont les premiers candidats à l’émigration temporaire. Par suite, les khammès qui restent sur place sont disputés à prix d’or par les propriétaires. La part qu’on leur laisse se trouve accrue (au moins le tiers de la récolte), les avantages matériels qu’on leur donnait naguère, vêtements, cadeaux des fêtes, sont plus importants  ; ils touchent une prime d’embauche qui atteint 6 à 7 000 francs chaque année. Ils deviennent en réalité de véritables associés. Le progrès s’observe surtout dans la plaine de Marrakech.

41D’une manière générale, nos enquêteurs notent que les travailleurs apprécient surtout, dans les villes et les chantiers du Maroc et d’Algérie, le fait d’être exactement payé selon son travail et sans retenue abusive. Ils remarquent aussi que les voyageurs un peu affinés se sont ouvert l’esprit, mais sans qu’il en résulte une transformation appréciable de leurs idées et de leurs manières de vivre. Tous sont frappés en particulier de la lenteur des progrès matériels qu’ils réalisent dans leur existence de chaque jour une fois revenus au village d’origine. C’est seulement dans la plaine de Tiznit que des anciens ouvriers appliquent sur place des techniques meilleures. On voit encore dans les oasis du Todrha et du Dra des jardiniers, rentrés de Casablanca, importer et acclimater quelques variétés nouvelles de plantes. Dans l’ensemble, les effets de l’émigration temporaire sur l’évolution économique moderne du pays, par emprunts directs aux habitudes des pays d’économie plus avancée, demeurent jusqu’à présent décevants.

42Une certaine décadence de la vie tribale résulte souvent, d’autre part, des départs trop nombreux. Il arrive, par exemple dans les oasis, que l’émancipation des Haratin, là où ils étaient soumis à des maîtres, disloque complètement la structure sociale et l’équilibre économique qui s’étaient fixés au cours des générations précédentes  ; les maîtres se trouvent ruinés lorsque les serviteurs s’affranchissent et quittent le pays. Ailleurs, chez les Berbères libres, comme dans le sud-est de Siroua, là où le nombre des émigrés est devenu trop grand, les jemaas ne peuvent plus se réunir au complet. Le nombre des absents s’accroissant encore, les transactions, qui portent sur des propriétés indivises, deviennent impossibles parce qu’on ne peut pas s’assurer du consentement de tous. Oublier, d’autre part, de prendre l’avis des émigrés, c’est s’engager dans des contestations interminables. Une autre difficulté réside dans les multiples conflits qui proviennent de désaccords entre le propriétaire d’un terrain qui est parti en émigration et celui auquel il a confié ses biens, lorsqu’au retour le possesseur se juge lésé par une mauvaise gestion.

43Mais il est un aspect plus grave de la vie des villages dans lesquels un trop grand nombre d’habitants est parti vers le nord. Lorsqu’on observe les pourcentages d’émigration masculine calculés par rapport à la masse de la population totale, il faut aussi toujours penser que les hommes qui vont gagner leur vie à l’extérieur sont choisis parmi les adultes en pleine force, constituant 25 à 30  % de la population totale. Il en résulte qu’une émigration permanente de 10 ou 12  % ne laisse plus sur place que les 3/5 des hommes en état de prendre part à la vie agricole. Il y aura donc, sauf s’il s’agit d’une région de terres irrigables très riches et utilisées en petites parcelles, un défaut permanent de main-d’œuvre dans la tribu. Aussi signalera-t-on çà et là, dans l’Anti-Atlas, la négligence dont font désormais preuve les habitants pour soutenir, dans les hauteurs, ces terrasses presque inaccessibles qui représentent le travail des générations antérieures. Les femmes acceptent bien encore de vaquer aux travaux normaux des champs, mais elles se récusent devant une tâche que seuls des hommes robustes peuvent accomplir (Ammeln, Tanalt). Au sud-est de l’Anti-Atlas, là où les Haratin partent en masse (Tazenakht, Zenaga, Sektana), les travaux agricoles sont également négligés, les adductions d’eau ne sont pas toujours tenues en état, au point que certains villages se dépeuplent entièrement. En tout cas, on n’entreprend plus de nouveaux travaux. Même décadence chez les Demsira et les Ida ou Ziki où l’émigration est forte (9 à 10  %). Naturellement, on observe aussi cette décadence chez les fractions des Imerhrane – Aït Ouitfao et Aït Ougrour – dans lesquelles nous avons déjà noté la «  désertion  » des adultes.

44Il ne faudrait pas cependant s’exagérer l’importance de ces abandons. Ils demeurent sporadiques et sont limités aux pays dans lesquels le taux d’émigration atteint ou dépasse 10  %, ou bien là où le régime du commandement indigène n’a pas encore pu être harmonisé avec la situation générale du Maroc moderne. Le Dra, par contre, est profondément atteint dans son équilibre économique par une émigration en famille trop intense. C’est une région qui se vide.

45D’autre part, dans certaines régions, très peu étendues pour l’instant, on commence cependant à voir se modifier profondément la structure sociale. Citons celle des Ammeln, par exemple, là où l’émigration familiale est considérable, là aussi où les femmes de tribu ayant longuement séjourné en ville reviennent de temps à autre au pays natal. L’évolution du costume et du genre de vie matérielle y est beaucoup plus sensible  : les cars nombreux et fréquents qui relient dans cette région le cœur de l’Anti-Atlas à Casablanca ramènent chaque jour des Berbères citadinisés en groupes et en emmènent d’autres qui se transformeront à leur tour. Ce sera donc, dans la patrie des épiciers, l’apparition de courants nouveaux d’opinion, l’introduction d’objets inconnus jusqu’alors, le goût du moderne, l’éveil de la conscience collective à un idéal social et politique encore mal défini, mais qui se précisera peu à peu. C’est la fin de l’esprit de tribu.

46Jusqu’à présent, l’absence d’électricité dans les campagnes ne permet pas à la radio de jouer son rôle. Il faut dire aussi que la méconnaissance habituelle des Chleuhs de la langue arabe offre une difficulté supplémentaire à l’efficacité d’une propagande moderne. On ne pourrait les atteindre, pour l’instant, qu’en s’adressant à eux dans leur dialecte. Mais le Makhzen demeure hostile à l’utilisation courante d’une langue non arabe. Il n’en va pas moins que les communications constantes avec l’extérieur ont fait cesser l’isolement du Sous. Aux conceptions nouvelles de la vie du Maroc moderne, inspirées par les préjugés bourgeois des villes du Nord et qui pénètrent peu à peu dans le Sud, s’ajoutent aussi quelques connaissances rudimentaires sur la situation internationale. L’émigré, surtout s’il a vécu à Casablanca, ou si, en sa qualité de commerçant, il a fréquenté un public nombreux et varié, aura appris à juger tant bien que mal de l’action des grandes puissances dans le monde, de leurs richesses et de leurs ambitions. Cela l’aidera à situer son pays au milieu des autres. Mais jusqu’à présent, encore timide, il ne s’élève guère aux idées générales. En tout cas, il ne manifeste qu’avec prudence, et son attitude à l’égard des autorités administratives demeure généralement courtoise.

47Il conviendrait enfin, avant d’établir le bilan définitif des avantages et des inconvénients de l’émigration, de juger de l’état sanitaire des travailleurs qui reviennent du Nord. Dans quelle mesure la tuberculose rapportée des usines et des chantiers, les maladies contractées dans les mines, la maladie du manganèse, entre autres, exercent-elles leurs ravages  ? L’enquête n’a pas été conduite dans ce domaine par les représentants du Service de santé. Le fait que l’attention n’ait pas été attirée spontanément par des observateurs sur ces sujets paraît indiquer, jusqu’à preuve du contraire, que le mal n’est pas grand jusqu’ici.

48À nos yeux, l’effet le plus certain de cette circulation constante des hommes est de rendre sensible à tous l’unification du pays. L’existence d’un immense territoire, où l’on peut partout circuler sans crainte, travailler, gagner de l’argent dans un cadre social et politique nouveau, dans un empire qui a ses lois, ses courants d’idées, ses disciplines nouvelles, modifie entièrement les perspectives politiques et sociales sans que le progrès local des mœurs ait encore rendu ces changements très apparents. Les marabouts et les savants docteurs de la loi qui, il y a quinze ans encore, animaient la résistance aux Chrétiens chez les Berbères de la montagne ne sont plus aujourd’hui aux yeux des jeunes que les conservateurs d’un passé révolu. On les respecte beaucoup encore il est vrai. Certains de ces lettrés, hier ardemment xénophobes, ont même reconnu franchement les bienfaits apportés par la soumission et se sont ralliés sincèrement aux nouvelles autorités. Mais si les Anciens regardent encore les savants avec considération, les jeunes ont d’autres horizons. Il ne s’agit plus de garder le pays tel qu’il était autrefois mais de lui permettre de vivre en s’adaptant aux réalités nouvelles. La tribu, la fraction même, si vigoureuses autrefois, sont désormais des unités abstraites. Ce qui compte, c’est la famille qu’il faut nourrir, c’est l’argent qu’il faut posséder. Et comme l’appétit des richesses vient en les gagnant, l’homme respecté, l’homme fort et puissant, est celui qui aura réussi à devenir un gros commerçant, toujours sur les routes, qui commande à des dizaines de boutiquiers sous ses ordres, travaillant eux-mêmes ardemment à devenir un jour leurs propres maîtres. Le contraste est évident entre les petits amrhars de la haute montagne des Seksawa, demeurés encore fidèles à la tradition des anciens jours, dont la richesse est faite de trois mille moutons, et l’amrhar de la tribu épicière des Ida ou Gnidif qui, avec soixante-quinze épiceries tenues à Meknès par ses «  frères  », dispose d’une immense fortune.

49Peut-être demain un poète du Sous, si la race ne s’en perd, parviendra-t-il à exprimer cette évolution dans des vers qui seront chantés, de l’oued Dra à Tanger, par les Berbères. Il n’est pas sûr qu’ils évoqueront le passé d’une manière trop nostalgique et que ces vers s’accorderont avec ceux que nous avons cités plus haut.

50Quel jugement peut-on, en fin de compte, porter sur les résultats de l’émigration  ? Dans l’immense majorité des cas, elle se solde par un profit évident. Le niveau de vie s’est élevé sensiblement, les famines sont, sinon écartées, du moins atténuées, les pauvres sont en état de mieux résister à l’avidité des riches, l’esprit public s’éveille. Dans quelques cas isolés et sporadiques, la terre est quelque peu négligée, cependant que des améliorations individuelles nombreuses résultent des initiatives encore timides des hommes enrichis. Il faudrait aussi, et cela est de grande importance pour l’avenir, ne pas oublier que le Sud dispose désormais d’une génération nouvelle quelque peu habituée aux techniques nouvelles dont elle n’a malheureusement pas encore l’emploi sur place. Si demain des plans de mise en valeur de ces régions déshéritées se précisaient, les Berbères déjà initiés à la vie économique moderne trouveraient dans leur pays le moyen de gagner largement leur vie et joueraient un rôle appréciable dans la transformation de leur province.

51En dépit de ce jugement optimiste, il nous faut signaler cependant le danger d’une émigration trop intense  :

521. partout où des populations denses et exclusivement agricoles vivent sur des terres irriguées, surtout lorsque la culture est liée à l’utilisation des eaux de crue dont le volume est irrégulier (c’est-à-dire dans certaines oasis et dans le Dra)  ;

532. partout aussi où deux années successives de récoltes nulles créent la famine et contraignent la population à des exodes plus ou moins massifs  ; il en va de la sorte dans toute la montagne de l’Anti-Atlas et dans certaines régions surpeuplées de la plaine du Sous, de l’Azarhar de Tiznit et du versant sud de l’Atlas.

Rythme et puissance de l’émigration

54Le flot qui s’écoule du réservoir de main-d’œuvre du Sud nous apparaît ainsi comme irrégulier, la proportion des émigrants variant selon surtout les circonstances économiques locales. Il semble qu’une proportion de 9 à 10  % représente normalement la limite de sécurité à ne pas dépasser. Le développement de «  l’émigration épicière  » qui entraîne des départs plus nombreux, et souvent avec familles, constitue en quelque sorte une exception, une réaction spontanée et instinctive contre la menace que fait peser un climat trop dur et trop incertain sur la vie agricole des montagnards les plus intelligents et les plus habiles. Cette dernière émigration n’est pas elle-même sans danger, car les belles années du marché noir, qui se sont succédé de 1940 à 1949, sont aujourd’hui révolues, et les milliers de petits commerçants du Sud établis dans les villes ne vont pas tarder d’apparaître comme des parasites, qui vivent au détriment d’une masse de travailleurs déjà très pauvres. Il s’agit donc, même dans ce cas, d’une adaptation à l’économie nouvelle qui est loin d’être saine.

  • 120 On aura un bon exemple de la variation des effectifs selon les mauvaises années par l’exemple dans (...)

55Si l’on s’en tenait étroitement aux résultats des enquêtes conduites en 1949, sur notre demande, dans les régions d’Agadir et de Marrakech, on risquerait, nous l’avons dit, de représenter l’émigration du Sud sous des aspects inexacts. Elle peut, en effet, varier selon les années dans la proportion d’environ 30  % en plus ou en moins120 selon que les années sont mauvaises ou bonnes.

56Le mouvement d’exode peut, d’autre part, prendre une puissance torrentielle et mettre alors en péril l’équilibre économique et social des grandes cités modernes, dont beaucoup redoutent aujourd’hui que leurs effectifs ne s’accroissent démesurément au-delà de leurs capacités d’absorption.

57Le courant de l’émigration n’a pas eu, naturellement, la même valeur depuis trente-cinq ans. Il s’est amorcé d’abord d’une manière très précoce, nous le savons, dans certaines tribus (Chtouka, Massat) et n’a d’abord crû en force que lentement et régulièrement. Il n’en a pas été de même dans les régions dissidentes qui, brusquement ouvertes à la circulation, ont vu les chiffres de départ tripler ou quadrupler depuis 1934. Dans les quelques cas où l’on dispose de statistiques anciennes, les chiffres recueillis sont suggestifs  : chez les Ahel Sahel, il ne part que quelques individus en 1886, 60 en 1911, 330 en 1933, 1 300 en 1948. Les tribus qui dépendent de Tanalt donnaient, en 1939, 1 200 émigrants, en 1945, 2 220, en 1948, 2 416. Les Aït Baha qui n’avaient que 380 personnes émigrées lors de la dissidence (vers 1920), en ont 1 020 en 1933, 1 225 en 1948. À Mireleft, on passe de 50 en 1911 à 300 en 1919, à 700 en 1935, à 1 288 en 1948. Parfois, tout en doublant ou en triplant d’importance en quelques années, le courant change aussi de direction  : dans les Ktaoua, il y avait, en 1939, 2 300 absents partis vers l’Algérie et 1 600 seulement vers le Maroc. En 1948, 801 seulement vivaient encore en Algérie et 7 580 étaient partis dans le Maroc du nord.

  • 121 L’exemple caractéristique des Aït Brihim au sud de Tiznit indique bien l’importance de ces départs (...)

58Nous savons aussi que des sorties en masse se produisent dans les années de grande misère. Faute d’observation, d’ailleurs difficile à faire, nous ne pouvons en tribu calculer l’importance de ces exodes. Ce que nous savons seulement, grâce aux observations faites dans les villes, c’est qu’il s’agit alors de déplacements humains qui atteignent, dans chacun des cas, par région plusieurs dizaines de milliers d’âmes121.

  • 122 Ce chiffre de 3 % nous paraît bien modeste dans certains cas : par exemple chez les Chtouka de la p (...)

59L’existence d’un courant permanent, mais irrégulier en force, d’émigrants temporaires, d’hommes partis seuls qui emmènent souvent ensuite leurs familles ne doit pas nous masquer d’autre part l’importance d’un autre fait, presque partout reconnu  : c’est l’existence d’un fonds d’émigrés qui ne reviendront plus. Ce sont d’abord ceux qui sont partis le plus loin en France ou en Algérie dont on n’a plus de nouvelles. Parfois, il arrive que le travailleur rentré de France ou du nord du Maroc jouisse pendant un temps du plaisir que lui cause son retour. On lui fait fête au village, mais peu après, il éprouve des difficultés insurmontables à reprendre sa place au milieu des siens dans son pays. Il s’est habitué à une vie plus large. On lui fait sentir qu’il n’est plus utile. Nous le voyons alors repartir après quelques mois, laissant parfois sa femme et ses enfants derrière lui sans trop de regrets. Ainsi le veut, pour lui, la destinée. Ses retours s’espaceront, et il gardera dans l’esprit l’idée de ne revenir chez les siens que pour y passer les dernières années de sa vie. Nous pouvons penser aussi qu’un certain nombre, surtout ceux qui ont fait venir les leurs, sont perdus pour toujours. On pourrait, en restant très prudent, admettre que cette proportion est de 3 à 4  % sans tenir compte des cas particuliers qui sont nombreux dans les tribus où des exodes massifs en famille se sont produits, pour des causes variées122.

60Si l’on s’en tient à l’estimation de la Porte des Vaux qui admet la présence, dans le nord du Maroc, de 40 000 hommes émigrés temporaires du Sous, chiffre d’autant plus plausible qu’il correspond à la différence, mise en évidence par les recensements, entre le nombre des hommes et celui des femmes présents au pays, on ajoutera d’une manière, certes arbitraire mais vraisemblable la présence à leurs côtés de 20 000 émigrés provenant des tribus berbères de la région de Marrakech. À ces 60 000 âmes il conviendra d’ajouter peut-être dix mille familles émigrées temporaires, elles aussi, puisque le Dra, les tribus de Ouarzazate et du Dadès sont, à cet égard, plus «  productives  » que la région d’Agadir. Au total, près de 100 000 âmes qui oscilleraient entre le nord et le sud n’ayant pas rompu les attaches avec le pays d’origine.

61D’autre part, si l’on tient compte du fait que 3 ou 4  % par an des émigrés se fixent normalement dans les zones d’émigration, il ne sera pas, sans doute, excessif d’estimer à 150 000 en quarante-trois ans le nombre de ceux qui sont venus fonder plus ou moins définitivement leurs foyers dans le Nord. Ils se donneront encore comme des Berbères du Sud à la première génération, leurs enfants seuls se disant originaires de Casablanca, de Rabat, de Port-Lyautey ou de Marrakech. Peut-être enfin est-il permis d’estimer à 100 000 le nombre de ceux qui proviennent des émigrations anormales des mauvaises années ou des périodes d’oppression depuis les origines du Protectorat. Ceux-là comme ceux qui précèdent sont déracinés pour toujours. Ces chiffres ne sont avancés ici que pour limiter des estimations trop arbitraires.

  • 123 Nous verrons plus loin cependant qu’il demeure difficile de trouver dans le nord du Maroc les 40 00 (...)

62Ce serait donc au total 350 000 habitants du Sud qui se seraient établis ou résideraient dans le nord du Maroc, auprès d’une masse de 450 000 autres émigrés, d’origine moins lointaine, venus des tribus périphériques des villes dans un rayon d’environ 200 kilomètres pour Casablanca, et plus spécialement des Chaouia, Doukkala et Tadla. On comprend dès lors que les 40 ou 45 000 chefs de familles berbères venus seuls, ou les célibataires, les rouassa, qui composeraient, aux yeux des enquêteurs du Sud, la masse principale des émigrants, se trouvent en fait un peu perdus dans la masse citadinisée des Chleuhs, dont ils ne composeraient en réalité que la huitième partie, et au milieu de la masse totale du peuplement prolétarien venu de l’ensemble du Maroc, le vingtième123.

63Nous sommes là, nous le reconnaissons, dans le domaine de la conjecture, mais ces estimations, nous le verrons, s’accordent sans trop de difficultés avec l’observation des faits dans les villes nouvelles, les chantiers et les mines.

Evolution interne de l’émigration temporaire

64Nous n’avons rien celé ici de la complexité d’un phénomène économique et social qui ne se laisse pas expliquer par des causes aussi simples que celles du surpeuplement ou de la diminution des précipitations atmosphériques. Nos observations en tribu en sont la preuve.

65Parvenus au terme de cette analyse, peut-être pouvons-nous encore ajouter que l’émigration temporaire, conçue comme un moyen de lutte contre la pauvreté, subit elle-même, avec le temps, dans les tribus qui lui donnent naissance, une lente transformation de nature.

66Tout d’abord, il est fréquent de voir subsister, à notre époque, des mouvements traditionnels de populations qui prolongent sous nos yeux les conditions d’existence de l’Ancien Maroc. Outre les survivances des corporations traditionnelles recrutées dans des groupements ethniques très limités, comme les Zerzaya, déménageurs, venus à Fès de la région de Taza, ou les porteurs d’eau de Fès et Meknès venus de Tazzarin et du Dra, de l’émigration artisanale des Ida ou Kensous de l’Anti-Atlas vers Marrakech, nous pouvons noter les migrations d’ouvriers agricoles du Tifnout vers la zaouïa de Tameslhot, les déplacements le long de la vallée, de pauvres gens, mi-travailleurs, mi-mendiants venus du Dra et du Dadès, lors des récoltes de figues et de dattes. Ce sont là, à notre époque, les prolongements d’un passé bien des fois centenaire, qui donne encore aux aspects saisonniers de la vie du pays des tribus son charme d’autrefois.

67Il faut aussi tenir compte de l’émigration saisonnière qui atteint son maximum pendant les périodes de moissons. Tous ces voyages enseignent aux travailleurs l’existence de lieux éloignés plus accueillants dont ils se souviendront lorsqu’ils seront dans le besoin. On comprend donc que l’émigration saisonnière serve de support, ou bien de point de départ, à l’émigration temporaire. Le meilleur exemple d’une telle évolution est le cas des Aït Imour, faisant partie du guich de Marrakech et arrachés à leur pays d’origine par le Makhzen au début du XIXe siècle. Ils ont très longtemps pratiqué l’émigration saisonnière vers le nord. Mais une famine ancienne a plus tard fixé un certain nombre d’entre eux en qualité de dockers dans le port de Casablanca. Peu à peu, sous l’influence de cette colonie, qui attirait à elle de nouveaux éléments, une émigration temporaire s’est dirigée vers le grand port, cependant que disparaissait peu à peu l’émigration saisonnière vers la plaine de Meknès, patrie ancienne de la tribu. La substitution de l’émigration temporaire à l’émigration saisonnière est entièrement réalisée depuis une dizaine d’années dans une tribu voisine du même guich, les Tekna. La même évolution est en cours, mais plus lentement, dans les tribus berbères de l’Atlas occidental, Mtougga, Demsira, Douiran, Mzouda. Elle est très avancée dans le pays des Sektana et Zenaga.

68On notera, d’autre part, que si les premiers émigrants des tribus de la montagne berbère se contentent d’abord du rôle d’hommes de peine et de travailleurs de force ou ceux des oasis, de porteurs d’eau, une nette évolution se dessine à la génération suivante. On recherche alors les petits emplois stables et rémunérateurs dans les services municipaux, les pépinières et jardins. On se dirige aussi vers les bonnes usines dont les services de main-d’œuvre sont connus pour leur compréhension des besoins particuliers des gens de tribu si ignorés de la plupart des employeurs. C’est alors que les Haratin du Dra deviendront jardiniers ou bien travailleurs à la Société des chaux et ciments. Au contraire, leurs voisins berbères nomades Aït Atta, encore très gauches, qui, après avoir boudé l’émigration, se mettent tardivement eux aussi à la pratiquer à contrecœur, se substitueront aux Haratin dans ce métier de porteur d’eau qu’ils viennent d’abandonner. Souvent, cependant, ces nomades et ces guerriers, derniers venus à l’émigration, essaieront de franchir les étapes en adoptant d’un seul coup le métier, épuisant mais rémunérateur, de mineur, que les Haratin répugnent à embrasser.

69Le terme de ces progrès paraît être aujourd’hui l’émigration spécialisée et diversifiée de la plaine de Tiznit. C’est aussi le fructueux compagnonnage des artisans maçons du Dadès chez les colons d’Algérie. Ces paisibles ouvriers cessent de damer des terrasses chez les Berbères en cours de sédentarisation dans le Moyen-Atlas et, renonçant à travailler exclusivement pour les bourgeois de Meknès et de Fès, s’associent à l’économie moderne.

70Nous avons vu aussi comment se modifiaient, de l’Algérie vers le Maroc, les courants d’émigration temporaire de travailleurs. Parfois, la publicité officielle et l’action des recruteurs font naître des engouements temporaires pour de grandes entreprises. Les Houillères de France ont connu ces dernières années une honorable célébrité. Elles attireront l’élite des travailleurs de force si les économies sont substantielles et si les Berbères qui se rendent dans nos mines parviennent à se reconstituer en petites communautés tribales où l’on respire un peu l’air du pays.

71Ces aspects très divers d’un même phénomène doivent rendre prudents ceux qui cherchent à l’expliquer. L’émigration temporaire est devenue aujourd’hui un des éléments permanents de la vie des tribus du Sud. Elle obéit à des lois qui lui sont propres et qui sont très complexes. Les courants d’opinion, les entraînements affectifs jouent leur rôle. Tel village, en apparence prospère et équilibré de l’Anti-Atlas, se vide aujourd’hui, parce qu’il existe à grande distance, dans une ville du Maroc, une communauté heureuse d’émigrés qui attire sa jeunesse. Certaines zones se dépeuplent sans raison apparente, tandis que d’autres, que la médiocrité de leur sol contraint à végéter dans la misère ancestrale, n’ont pas encore appris à découvrir les grands chemins qui mènent à l’aventure.

72Mais que la mode des voyages séduise ou non la jeunesse, une force permanente subsiste encore dans tout le pays berbère, surtout là où la coutume prolonge sa survivance  : la famille patriarcale, fortement enracinée dans le sol des ancêtres. Aussi longtemps qu’elle survivra, l’émigration berbère du Sud gardera son aspect temporaire  ; les villes ne séduiront la majorité des jeunes hommes que pour quelques années. Mais lorsque cette vénérable institution s’affaiblira, on verra les hommes et les femmes se diriger peu à peu vers les pays du nord, semblables à ces parcelles vivantes du sol de la montagne, que l’érosion entraîne irrémédiablement dans les plaines, ne laissant sur place que le désert.

Notes

116 Voir les graphiques du ksar Tamarouf des Zenaga. F. XIV, pl. 32.

117 Nous n’avons pas étudié ici ces émigrations saisonnières, cependant si importantes pour l’équilibre économique des tribus de la plaine de Marrakech, du Dir de l’Atlas, dans les pays des Mtougga, Demsira Ida ou Ziki, du Tifnout, de l’Anti-Atlas. Plusieurs centaines d’hommes par tribu partent pour les moissons vers les tribus situées plus au nord. Certains vont ainsi de proche en proche jusqu’au Rharb, réglant leur marche selon la période de la maturité des céréales.

118 C’est l’Anti-Atlas et le Tadla qui donnent le plus de jeunes ouvriers célibataires à Casablanca. Cf. p. 266, tableau note 198.

119 Cité par La Porte des Vaux, C.H.E.A.M., n° 1556.

120 On aura un bon exemple de la variation des effectifs selon les mauvaises années par l’exemple dans l’annexe de Tafingoult. En 1945, un quart des hommes valides sont dehors à la suite de mauvaises récoltes, en 1948, année favorable, il n’y en a plus qu’un dixième.

121 L’exemple caractéristique des Aït Brihim au sud de Tiznit indique bien l’importance de ces départs en masse : il y a une cinquantaine d’années à l’occasion d’une sécheresse, tous les habitants étaient partis, sauf trente-deux.

122 Ce chiffre de 3 % nous paraît bien modeste dans certains cas : par exemple chez les Chtouka de la plaine où l’on observe une émigration faible avec une proportion inférieure à 5 % d’hommes emmenant leurs familles, on sait qu’il y a de nombreux absents depuis quinze ans. et qui reviennent parfois au moment des fêtes. La proportion admise dans les pays de montagne est souvent qu’un dixième des émigrés se fixe dans le pays d’émigration. Chez les tribus de plaine et d’oasis où l’on part en famille, elle est bien plus forte. Dans l’annexe d’Irherm, où l’on note 2 500 émigrés temporaires, on estime à 1 500 le nombre d’émigrés définitifs. Dans une tribu de ce commandement, « dix familles par an émigreraient définitivement ». Une statistique établie chez les Ida ou Zeddout est particulièrement instructive à cet égard : elle fait ressortir que le nombre des membres des familles fixées d’une manière durable dans les villes est supérieur à celui des émigrants temporaires. C’est le cas surtout lorsque des raisons particulières ont provoqué des exodes massifs (sous le régime des grands caïds).

123 Nous verrons plus loin cependant qu’il demeure difficile de trouver dans le nord du Maroc les 40 000 rouassa du Sous. Cf. livre II, chap. IV.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable