Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre premier : l'émigration dans les tribus

Chapitre III. Les causes de l’émigration

Texte intégral

1Si nous nous en tenions aux observations de la plupart des enquêteurs, qui essaient d’expliquer les causes les plus générales de l’émigration temporaire vers les villes et les chantiers modernes, il faudrait classer, par ordre d’importance, les facteurs suivants  : la surpopulation du pays  ; l’assèchement des régions méridionales et pré-sahariennes  ; le désir croissant d’élever le niveau de vie matérielle.

2Parmi les causes secondaires, dont l’efficacité est plus réduite et plus locale, on pourrait signaler  : le développement de la colonisation européenne  ; les invasions acridiennes  ; le surpâturage et la désagrégation des sols cultivables  ; l’accaparement des terres par les notables et les abus du commandement indigène  ; la désagrégation de la société pastorale et de la société berbère rurale.

3Nous nous proposons, dans les diverses régions déjà étudiées, de mesurer avec attention le rôle de ces divers facteurs afin d’arriver à mieux comprendre le mécanisme intérieur, souvent très complexe, de l’émigration temporaire. Nous verrons, en effet, qu’il n’est pas aussi aisé que le pensent la plupart des observateurs de parvenir à des conclusions simples.

4Avant d’examiner les arguments présentés à l’appui des thèses proposées par les enquêteurs, il n’est pas inutile de prendre tout d’abord conscience, d’une manière plus précise, du caractère permanent de la poussée qu’exercent vers le nord du Maroc les populations venues du sud. L’ampleur même de ce mouvement nous aidera dès à présent à concevoir l’importance qui s’attache à l’exactitude d’une analyse aussi complète que possible des causes d’émigration.

5On pourrait en effet imaginer, à s’en tenir aux apparences présentes, que le peuplement nouveau des villes de la côte n’est que la conséquence de la modernisation économique du pays. Depuis l’établissement du Protectorat, l’appel de main-d’œuvre dans les ports et dans les mines aurait entraîné la venue de plusieurs centaines de milliers de Berbères ou Arabes attirés par les hauts salaires. Dès lors, la stabilisation de l’économie marocaine dans le cadre qui lui a été donné et les progrès de la mécanisation qui limiteront l’utilisation de la main-d’œuvre mettraient fin aisément à cette attirance. Il suffirait ainsi d’une action habile pour arrêter le courant un instant créé par nous et décourager les immigrants qui se pressaient vers les nouvelles cités. Mais en sens inverse, on peut se demander aussi s’il ne s’agit pas, sous des aspects modernes, d’une invasion en quelque sorte fatale, constante à toutes les époques, qui jette perpétuellement les déshérités du sud vers les plaines du nord, à la recherche de l’eau, des cultures, des herbages, pour réussir à satisfaire une faim chronique. Il faut bien dire que l’histoire du Maroc plaide fortement en faveur de la seconde hypothèse.

Le mouvement historique des populations du sud vers le nord

6Un grand fait semble, à travers les récits des premiers géographes et historiens, dominer la vie du Sous lui-même. Dès l’origine, nous enregistrons la conquête des régions du sud de l’Anti-Atlas par les Berbères nomades venus du Sahara. Après une longue mêlée des Sanhadja pasteurs avec les premiers occupants les Masmouda sédentaires, un brassage se produit. Mais sous la poussée permanente des peuples du sud apparaissent des émigrations vers le nord de tribus menacées par les nomades sahariens. Ce processus se continue d’ailleurs jusqu’à nos jours sous nos yeux, dans la partie orientale, avec les Berbères nomades Aït Atta qui, des confins du Dra et du Tafilalet, remontent peu à peu à travers le Haut-Atlas central. C’est là un exemple de la pression des pasteurs sahariens sur les sédentaires des frontières du sud du Maroc.

7L’histoire dynastique nous montre aussi que se succèdent à la tête de l’Empire les grandes dynasties du sud, Almoravides venus de Mauritanie pour fonder Marrakech, guerriers Almohades sortis de l’Anti-Atlas et de l’oued Nfis, plus tard chérifs venus du Dra et du Tafilalet s’emparant du pouvoir dans le nord. Nous voyons en même temps des tribus se mettre en mouvement et, par groupes plus ou moins importants, elles semblent peu à peu traverser les montagnes, emprunter les routes naturelles pour finir par s’établir au pied nord de l’Atlas. De même qu’aujourd’hui les Aït Atta passent par l’Izourhar et arrivent au pays de Bin-el-Ouidan, dans le passé les Aït Waouzgit du sud, suivis des Sektana, semblent, à regarder leurs îlots sur la carte, être partis du Haut Sous, empruntant le Nfis pour venir fonder des villages de sédentaires sur la montagne du Kik. De même les Aït Semmeg, espacés en plusieurs groupes de l’Anti-Atlas au Haut-Atlas, semblent constituer un chapelet de groupes en marche. J. Berque, étudiant aujourd’hui le peuplement du pays des Seksawa, y découvre des fractions originaires de ces tribus de la haute montagne de l’Anti-Atlas, au pays des Aït Souab, qui est précisément située dans le prolongement naturel vers le sud de la grande route d’accès d’Imintanout à Argana. De même, encore, par la route côtière du Sous à Mogador sont venus, vraisemblablement jusqu’à Mazagan, les Guezzoula du désert, qui ont laissé tant de traces de leur passage dans la toponymie des Haha, à coup sûr des Ida ou Blal, des Oulad bou Sbaa, établis aujourd’hui dans la plaine de Marrakech. D’autres, comme les Ouled Jerrar ou les Torkoz, sont partis bien plus tard, presque sous nos yeux, et n’étaient pas arrivés jusqu’au terme naturel de leur émigration, lorsque nous sommes venus, par la pacification du pays, figer le cours fluide de cette histoire du peuplement du Maroc.

8Il se peut d’ailleurs que ces déplacements n’aient pas consisté en un transfert massif de populations, mais plutôt en des conquêtes politiques réalisées seulement par quelques groupes vigoureux, venus du sud et imposant leur nom et leurs alliances aux vaincus.

  • 94 Les Ida ou Blal auraient été transportés vers 1550 par le sultan saâdien Mohammed Ech Cheikh de la (...)

9D’autre part, parmi tous ces groupes en mouvement, il en est dont le transfert a été réalisé par ordre du sultan parce qu’ils étaient transformés en guich, comme peut-être les Chtouka du voisinage d’Azemmour94.

10Dans l’ensemble, l’onomastique des tribus et l’examen de la carte confirment la vraisemblance de ces mouvements continus de masses s’orientant du sud au nord, chacune d’elles utilisant les cols et les routes placés exactement en face de son habitat de départ. Notons qu’il ne s’agit là, en principe, que d’éléments berbères. Les masses arabes du sud, si importantes encore au XVIe siècle, au Tafilalet dans le Dra et le Sous, semblent en fin de compte n’avoir fait dans ces régions qu’une halte de deux ou trois siècles avant de s’écouler vers la Mauritanie. En effet, la puissance assimilatrice de la Berbérie sédentaire a fini dans le sud par mettre un terme à la force guerrière des nomades venus d’Orient. Mal à l’aise sans doute dans la vallée du Sous où il leur fallait défendre leurs troupeaux de chameaux contre les sédentaires qui les entouraient de toutes parts, nous les voyons, contre toutes les règles habituelles, s’enfoncer vers le sud, où les attire la conquête des pâturages de la Mauritanie du XVIe au XVIIIe siècles. Il ne restera plus sur place dans la vallée du Sous et la plaine de l’Azarhar, nous l’observons, que quelques guichs dont la berbérisation se poursuit lentement. D’autres qui n’ont pu s’échapper vers l’extrême sud ont été transférés en qualité de guich autour de Marrakech et de Fès.

  • 95 Les Tribus du Haut-Sous, C.H.E.A.M., n° 991, 77 p. 

11Mais nos recherches peuvent être poussées plus loin. Des études approfondies de tribus et des monographies de détail sur le Sous nous donnent la preuve de l’existence d’une infiltration permanente d’éléments plus ténus encore. Les lents mouvements de déplacement de familles isolées du sud vers le nord ont été parfaitement mis en lumière par l’étude remarquable du capitaine de la Porte des Vaux sur les tribus du Haut-Sous95. Examinant un groupe de plus de 11 000 foyers, par le moyen d’enquêtes généalogiques multipliées dans les villages à l’occasion des distributions, pendant la guerre, des cartes d’alimentation, l’auteur parvient assez aisément à mettre en évidence, pendant une période d’un siècle et demi, l’arrivée constante d’éléments nombreux venus du sud, sud-est et sud-ouest, alors que les apports sont bien moindres de l’est et de l’ouest, et presque nuls du nord. Comme la population dans son ensemble semble constante en nombre, on imagine alors volontiers que la poussée du sud ait pu équilibrer les départs constants d’émigrants vers le nord.

  • 96 Cf. F. XIX, pl. 44.

12Le même auteur observe d’ailleurs que ce cheminement humain se produit selon de véritables itinéraires naturels, en suivant les zones irriguées dans les vallées, l’afflux étant naturellement plus considérable là où confluent plusieurs oueds que dans une vallée droite orientée sud-nord. En fin de compte, dans un groupe de 60 000 âmes, on parvient à découvrir qu’il existe au moins 30 % d’« étrangers » ; parmi eux 42 % venus antérieurement à 1905, 15 % de 1905 à 1925, 18 % de 1935 à 194096. Le même observateur signale encore que ces éléments étrangers sont socialement plus vigoureux que les autochtones et finissent presque toujours par s’imposer. Ce sont eux qui en arrivent à constituer l’élite de la tribu  : ils donnent les marabouts, les chorfa et souvent bientôt les chefs temporels. Les populations du sud manifestent ainsi leur vitalité par la conquête des premières places en tribu  ; tout comme dans le Maroc, elles ont souvent accédé au rang suprême. Nous verrons que, sous une forme modeste, les travailleurs du Sous continuent cette tradition à Casablanca.

13Ces constatations nous paraissent avoir une valeur explicative considérable. Attirés par les bonnes terres, suivant en quelque sorte dans leurs exodes, à la recherche d’un nouvel habitat et d’une nouvelle patrie, les lignes de plus grande pente, ces émigrants qui se fixent sont les soldats innombrables et inconscients de la grande armée du sud, en marche depuis l’aube de l’histoire, Se dirigeant vers le nord, poussés comme des sauterelles par une sorte d’instinct, tantôt en groupes mais bien plus souvent en isolés, suivant d’ailleurs sans doute dans leur avance les sentiers déjà connus et utilisés au cours d’émigrations temporaires antérieures, les Chleuhs de l’Anti-Atlas glissent vers la vallée du Sous  ; ceux du versant sud du Haut-Atlas, franchissent la ligne des crêtes  ; puis, poussés alors à leur tour par de nouveaux arrivants qui les talonnent, ils finissent par se concentrer en une mince poussière sociale au pied du Dir du versant nord, dans laquelle se trouvent représentées les tribus du sud de toutes origines.

14Les observations précises de La Porte des Vaux confirment donc les indications plus sommaires recueillies par tous ceux qui ont étudié avec attention l’origine historique des populations du Haut-Atlas. Nous pouvons avec confiance leur attribuer une valeur très générale.

Le surpeuplement du sud du Maroc

  • 97 L. Chevalier, Le problème démographique nord-africain, Paris, 1947.

15L’idée-force de l’augmentation rapide de la population du Maroc s’est implantée dans l’esprit du public depuis quelques années. Elle a trouvé en partie sa justification dans des publications scientifiques sur l’évolution démographique de l’Afrique du Nord97. Elle est invoquée souvent par nos collaborateurs en tribu comme un dogme qui n’a pas à être démontré dans le cas particulier examiné par l’observateur sur place. L’émigration serait ainsi le remède naturel trouvé spontanément par les habitants, qui se trouvent de plus en plus à l’étroit sur un sol cultivable inextensible, dont les champs sont partagés en parcelles toujours plus petites par le jeu de l’héritage.

16Le caractère logique et simple de l’explication séduit en effet au premier abord et dispense d’en chercher une autre. Quel que puisse être le bien-fondé de la thèse du surpeuplement de l’Algérie, nous pensons qu’il faut s’avancer avec prudence dans l’étude des statistiques que nous offre le Maroc. Il convient, croyons-nous, de ne pas anticiper sur une évolution probablement inévitable, mais qui ne se fera jour qu’au moment, assez proche il est vrai, où la nouvelle génération, née depuis 1937, sera elle-même en état de procréer dans un pays désormais soustrait aux grandes épidémies et aux famines. Or, l’évolution moderne des régions de forte émigration temporaire est encore toute récente, et ce n’est que récemment qu’y ont été jugulées les grandes épidémies et les famines.

17En effet, jusqu’en 1934, la pacification du Sud marocain n’était pas réalisée. L’administration des régions soumises plus tôt au Makhzen y était souvent encore rudimentaire. À cette époque d’ailleurs, les chiffres recueillis sur la population, par renseignements et estimations, étaient fortement sujets à caution et erronés par défaut de 15 à 20  %. Les chiffres du premier recensement sérieux, celui de 1936, conduit selon des méthodes administratives sommaires dans les régions qui nous intéressent, sont, encore pour beaucoup de bons observateurs, jugés souvent inférieurs à la réalité dans la proportion de 10  %. La désastreuse année 1936-1937 qui a suivi a été marquée par des exodes vers le nord et des décès nombreux en tribu. Enfin, le recensement de 1946, exécuté sur la base des chiffres admis pour le rationnement est regardé unanimement comme suspect d’une majoration d’environ 10  %, sans tenir compte de la pratique des doubles inscriptions dans les villes et dans les tribus. On comprend qu’en comparant les chiffres de 1936 et ceux de 1946, on ait pu déduire faussement que l’augmentation de la population du Maroc était de 3 à 4  % par an, l’un des pourcentages les plus élevés du monde. Si l’on veut bien observer que dans de nombreux cas, les recensements font apparaître en tribu un nombre d’hommes inférieur de 20  % à celui des femmes et un nombre de filles bien inférieur à celui des garçons, on jugera aisément de l’imprudence extrême qu’il y aurait à utiliser sans discernement des chiffres officiels si contradictoires. L’absence d’état civil interdit jusqu’à présent des conclusions fermes.

18C’est plutôt en pratiquant, dans quelques régions bien connues, des sondages sérieux, et en comparant des chiffres de population recueillis à plusieurs décades de distance par des observateurs minutieux, comme il s’en est trouvé parfois dans certains bureaux d’Affaires indigènes, que l’on arrivera à formuler des appréciations représentant la réalité avec une exactitude suffisante.

19Avec de la Porte des Vaux, qui cite les observations faites dans le Sous, et avec plusieurs enquêteurs chez des tribus où l’on note une forte émigration temporaire, les Ida ou Ziki, Demsira, Ida ou Tanan, du Haut-Atlas, les Aït Baba, les tribus du poste de Mireleft dans l’Anti-Atlas, nous estimons que les pourcentages annuels d’accroissement ne sont guère supérieurs à 0,5 ou 0,8  %. Dans les tribus voisines du Dra, les accroissements sont de 1  %. Selon ces chiffres, on devrait admettre que la population du Sous par exemple doublerait en 75 ans et non pas en 25 ans, d’après les statistiques admises communément.

  • 98 Dans le Haut-Sous, La Porte des Vaux signale que les plus prolifiques sont les Juifs (46 %), puis v (...)

20Les dénombrements d’enfants, lorsqu’on peut les faire avec quelque exactitude, ne donnent pas non plus des indications qui contredisent notre prudence. Le nombre des enfants par foyer dans le Sous ne semble guère dépasser 2,3  : une mortalité infantile considérable, appelée il est vrai à diminuer prochainement, l’infécondité due aux maladies vénériennes et sans doute aussi, à l’occasion, des pratiques anti-conceptionnelles98 expliqueraient ainsi le taux assez modeste d’accroissement démographique.

21Il sera prudent de tenir compte aussi de la mortalité, considérable dans les mauvaises années, lorsque les épidémies surviennent, atteignant des organismes affaiblis. Il est alors des zones qui se trouvent ravagées  : les environs de Marrakech en 1928 et 1937, le Sous en 1937. Certains ksars du Dra ou de la Feija se sont alors trouvés partiellement dépeuplés. Il est vrai ici encore que les progrès de l’hygiène publique limitent aujourd’hui les pertes excessives, cependant que le ravitaillement, mieux assuré en période difficile, met à l’abri de la faim (mais non de la soif) ceux qui s’obstinent à rester au pays lorsque toutes les récoltes sèchent sur pied et qu’une émigration massive s’impose.

22D’autres observateurs nous suggèrent une explication de cette faiblesse relative de l’augmentation locale de la population telle qu’on l’observe sur place. Il y aurait un nombre d’émigrés définitifs sensiblement égal à celui de l’excédent normal de la population, ce qui maintiendrait l’équilibre. Cette explication par le système de «  trop-plein  » est ingénieuse. Elle trouve çà et là sa vérification dans des monographies, malheureusement trop peu nombreuses pour emporter complètement notre adhésion, de villages et de ksars du sud de l’Atlas. L’idée est cependant séduisante. Si l’on admet, dans le cas d’une émigration temporaire masculine de 5 à 10  %, pour les régions de l’Anti-Atlas les plus touchées, que 10 à 20  % des émigrés se fixent dans les villes sans esprit de retour – l’émigration définitive entraînerait ipso facto la stabilité approximative des chiffres constatés par des recensements précis dans quelques tribus. Mais il faut tenir compte aussi, dans la pratique, des départs de familles, des exodes massifs en période de famine, qui dépeuplent une région, des retours très nombreux dans les bonnes années. En fait, nous le verrons souvent, l’allure de l’émigration, qui obéit à des causes multiples et subit des influences contradictoires, n’apparaît pas comme liée directement à l’accroissement de la population. Elle est si forte parfois, qu’elle dépeuple partiellement des pays qui sembleraient pouvoir conserver un équilibre démographique.

23Des recherches historiques, difficiles d’ailleurs à conduire, faute de documents suffisants, n’éclairent pas complètement notre opinion sur le surpeuplement de ces régions, et les conclusions qu’on peut en tirer sont souvent contradictoires. Elles n’inclinent pas, en tout cas, à admettre l’hypothèse d’un peuplement progressif du sud, mais conduisent plutôt à penser que ces pays ont connu des périodes de surpeuplement suivies de destructions humaines importantes, en raison surtout des épidémies.

24Il faut avouer que nous n’avons, sur le peuplement ancien du Sous, que des témoignages fragmentaires. Là encore, nos interprétations seront incertaines.

  • 99 Archives marocaines, volume 29, Publication de la Section historique du Maroc.

25Par exemple, le carnet d’un lieutenant du sultan saâdien Moulay Ahmed El Mansour, publié par le colonel Justinard99, au début du XVIIe siècle, donne à cette époque le chiffre de la population imposable des diverses tribus de l’Anti-Atlas, le nombre de foyers étant estimé d’après les contributions régulièrement perçues par le Makhzen. Or, les chiffres qui nous sont donnés sont plus élevés d’un tiers que ceux que nous recueillons aujourd’hui. D’autre part, au début du XVIIIe siècle, le marabout de Tasaft dont nous devons au même traducteur de connaître la Rihala – son voyage et ses aventures dans les tribus de l’Atlas occidental où il fuit les forces du sultan – nous donne à penser que l’Onein avait au XVIIIe siècle au moins deux fois plus de combattants mobilisables qu’aujourd’hui. On peut se demander, il est vrai, s’il ne s’agit pas d’estimations excessives ou bien si les tribus qu’on nous désigne n’englobaient pas à l’époque quelques fractions de plus qu’aujourd’hui. Il est certainement difficile de penser que ces régions pauvres et qui nous apparaissent aujourd’hui comme surpeuplées aient pu avoir il y a quatre siècles 30 à 40  % d’habitants en plus. Il faudrait pour cela admettre une décadence agricole du pays, hypothèse sur laquelle nous reviendrons et qui s’accorderait, il est vrai, avec les progrès de la déforestation.

  • 100 Capitaine de Fleurieu, C.H.E.A.M., n° 45 bis, Une tribu de commerçants berbères au sud du Maroc, le (...)

26En sens inverse, nous savons avec certitude par une tradition bien conservée en de nombreuses régions que de grandes épidémies de peste, au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, ont ravagé le Sous tout entier. Enquêtant il y a 25 ans dans l’Arhbar aux sources du Nfis, nous y avons découvert que les habitants des hautes vallées étaient presque tous des étrangers arrivés dans cette région après un dépeuplement général survenu vers 1820. Une enquête chez les Ammeln100 relate qu’une famille, seule survivante de la peste du début du siècle, était devenue très riche parce qu’elle avait hérité des biens de tous. D’autre part, l’aspect de certaines vallées élevées de l’Anti-Atlas dans lesquelles les hommes ont aménagé, jusqu’à plus de 2 000 mètres d’altitude, sur des pentes les plus rudes, de petites terrasses propres à la culture de l’orge, donne l’idée d’un travail obstiné, prolongé, qui s’est poursuivi jusqu’à ces dernières générations. Le pays se serait donc repeuplé assez vite pour que ces travaux de mise en valeur aient été entrepris. D’ailleurs les ravages des épidémies ont été sans doute inégalement répartis, et l’on ne peut juger de l’ensemble des tribus par ce que nous savons de l’une d’elles.

27En fin de compte, il n’est pas interdit de penser que l’ancien Maroc des montagnes dissidentes du sud – celui qui nous apparaît comme le principal réservoir lointain de main-d’œuvre du Maroc du nord – était fortement cloisonné, retranché dans ses hautes vallées et, pour cette raison, relativement surpeuplé dans les périodes d’abondance. Les hommes, retenus sur place par la défense de leurs cantons, toujours en guerre les uns contre les autres ou mis en état de blocus par le Makhzen (comme c’était le cas des Seksawa, des Ida ou Tanan, des Hilalen de la montagne et des Ida ou Baqil), s’efforçaient tant bien que mal à vivre sur place, dussent-ils, pour y réussir, transformer en terrasses les pentes les plus raides, jusque dans la région des sommets. Parfois l’épidémie de peste ou de typhus exerçait çà et là d’affreux ravages, qu’il fallait deux siècles pour réparer. On ne pratiquait pas alors l’émigration temporaire dans un Maroc où les chemins étaient dangereux. Dans les années de sécheresse, seule l’infiltration des hommes les plus énergiques sur le territoire des tribus voisines un peu moins défavorisées donnait quelques chances de survie. La population était, dans ces conditions, très variable d’un siècle à l’autre. Sauf catastrophe imprévue, elle s’accroissait lentement.

28La situation que nous venons de décrire ne s’étant améliorée en ce qui concerne les grandes épidémies que depuis 1928, et la lutte contre la famine que depuis 1937, il est trop tôt pour penser qu’une évolution démographique d’une allure radicalement différente a déjà modifié entièrement l’équilibre démographique du Sud marocain. Cette éventualité inquiétante ne peut être envisagée, croyons-nous, avant une quinzaine d’années dans la montagne. Elle commence sans doute à se dessiner dans la plaine atlantique en des régions plus anciennement contrôlées  : celles des Doukkala, Abda, Chiadma, dans la plaine de Marrakech et la plaine de l’Azarhar ou la vallée du Sous.

29Nous sommes donc fondés à penser que le surpeuplement naturel des régions montagneuses, qui reste encore à démontrer dans bien des cas, n’apporte pas, pour l’instant, une explication décisive des phénomènes d’émigration. Il n’en sera pas de même demain, et nous devrons nous en souvenir lorsque nous penserons à l’avenir.

Le dessèchement du pays

30Il nous faut examiner l’importance d’un des facteurs qui pourrait être la cause essentielle de l’émigration  : le dessèchement du sud du Maroc, que de nombreux observateurs croient pouvoir signaler et qui serait sensible depuis une cinquantaine d’années. Des indications multiples ont été en effet recueillies par nos enquêteurs en faveur de cette thèse dans la plus grande partie du territoire qui constitue le réservoir de main-d’œuvre du Maroc, depuis le pays des Doukkala jusqu’au Sous extrême et au bassin de l’oued Dra.

  • 101 Bois, La Surpopulation rurale des Doukkala, C.H.E.A.M., n° 300.

31Dans une étude qui date déjà de dix ans101 on a pu comparer d’une manière alarmiste, chez les Doukkala, les chutes de pluie survenues depuis près de trente années. Pendant la période 1912-1926, la moyenne à Mazagan est de 404 mm, et à Sidi-Bennour, dans l’intérieur, de 358 mm. Les mêmes chiffres de 1928 à 1939 sont respectivement de 326 et 270 mm. La diminution des pluies, d’une part, l’augmentation constatée à coup sûr de la population, d’autre part, enfin la diminution des rendements à l’hectare sur une terre déjà épuisée suffiraient ici à expliquer la force du courant d’émigration temporaire vers les villes. Mais les statistiques de la dernière décade sont venues infirmer la thèse d’une réduction progressive des précipitations atmosphériques. Par exemple, les moyennes décennales de 1929 à 1939 et de 1939 à 1949, respectivement, sont pour Imintanout de 248 et 350 mm, pour Taroudant de 187 et 248, pour Agadir de 199 et 265, d’Azilal de 575 et 512, de Kasba Tadla de 425 et 415, de Khouribga de 371 et 389 mm. On voit avec quelle prudence il faut procéder avant de tirer des conclusions générales.

32Il faut distinguer selon les régions. Dans la haute montagne, là où les chutes de pluies oscillent entre 400 et 700 mm, on n’enregistre aucun changement appréciable dans le régime des eaux de ruissellement chez les tribus de montagne du Haut-Atlas, dans le commandement de montagne des Glaoua ou dans l’ancien commandement du Goundafi (oued Nfis), ni encore chez les Ida ou Tanan ou les Ida Oultit dans l’Anti-Atlas près du Kest. Mais à des altitudes moindres, de multiples notations, trop nombreuses pour être négligées, nous mettent en alarme  : sur le versant nord de l’Atlas, l’oued Amizmiz, l’oued Akeur, qui coulaient autrefois fréquemment, sont presque toujours à sec, et les sources voisines tarissent.

  • 102 Effroy, Les Possibilités économiques de la région d’Amismiz, C.H.E.A.M., 1941, n° 537.

33Même dans la région la plus arrosée du Haut-Atlas, certains disent que la pluviométrie a sensiblement baissé  : «  Il est fort probable que, quand les pentes nord de l’Atlas portaient les immenses forêts de la montagne, dont les traces sont encore visibles dans bien des endroits, la pluviométrie était supérieure en même temps que le ravinement était moins fort et en conséquence la quantité d’eau beaucoup plus importante. On retrouve assez loin en plaine (au pied nord de l’Atlas) des traces de cultures anciennes dans des cantons où les seguias n’apportent plus d’eau depuis longtemps. Encore que la disparition de ces cultures soit bien postérieure à celle des forêts de l’Atlas, ces traces indiquent un état antérieur plus humide que celui que nous connaissons. Une autre indication dans ce sens nous est fournie par les khettaras qui convergent vers Marrakech et qui visiblement sont établies pour amener un volume d’eau bien plus considérable que le filet qui y coule maintenant. Nous constatons un dessèchement progressif de la région dont les causes ne sont pas toutes connues102.  » Notons cependant qu’il s’agit d’observations portant sur l’état du pays de 1920 à 1940. Il se peut aussi que les faits allégués s’expliquent surtout par la déforestation et que l’assèchement des khettaras résulte de l’épuisement des nappes acquifères que l’irrigation assèche en quelques générations.

  • 103 À la suite d’une mauvaise année (1928), les Oulad Mtaa ont perdu 2 500 personnes émigrées, tandis q (...)

34On observe ailleurs en plaine que les terres irriguées se meurent. Le pays des Oulad Mtaa est devenu ainsi beaucoup moins productif, et une partie de sa population l’a quitté103. Le pied sud de l’Atlas est aussi infiniment moins cultivé qu’il ne l’a été il y a plusieurs siècles, si l’on observe les séguias anciennes et les khettaras, dans le Sous et en pays Howara. Là où il y avait quarante et une sources provenant de résurgences de l’oued Sous, on n’en donne plus qu’une dizaine. De plus, l’irrégularité des pluies est telle chez les Howara que la culture en bour se trouve le plus souvent compromise. Il s’agit là d’un état de fait si général que les coutumes de répartition de la récolte entre les propriétaires de la semence du terrain et des travailleurs ont été modifiées depuis peu de temps. Alors que dans la plaine du Sous le propriétaire du sol recevait autrefois 1/3 des profits, on ne lui donne plus à présent que 1/5. Au contraire, dans la même région, en terres irriguées, le propriétaire de l’eau, qui bénéficiait de la moitié, obtient aujourd’hui les 2/3 ou les 3/4. Un observateur attentif qui calcule le rendement agricole de la terre bour dans le Sous sur une dizaine d’années en arrive à estimer que les agriculteurs ont, en fin de compte, tout au plus récupéré leurs semences et payé leur travail sans avoir eu pratiquement un bénéfice utilisable. On se demande pourquoi ils continuent, si ce n’est en vertu d’habitudes ancestrales invétérées que justifiait autrefois une pluviométrie plus favorable.

  • 104 Roché, L’irrigation dans le sud du Maroc, C.H.E.A.M., n° 805.
  • 105 Observations du capitaine Durand.

35Dans l’Anti-Atlas surtout, on signalera, chez les Ida ou Kensous, l’existence d’anciens puits aujourd’hui à sec par suite de l’abaissement partout observé de la nappe phréatique. Le même phénomène est observé chez les Aït Iggas, chez les Oulad Kerroum, chez les Howara104. La diminution des sources et des khettaras, ainsi que la mort des arbres sont remarquées chez les Iberkaken. Dans le pays des Ida ou Nadif, on accuse aussi l’insuffisance des pluies  : «  Les sources sont taries, les arbres sont morts lentement, le cheptel a été décimé, les jeunes hommes ont fui vers la ville où ils ont tous appris le métier de savetier. Sur le versant atlantique du plateau central de l’Anti-Atlas, des milliers d’arganiers de la forêt sont morts ou sont en train de mourir par déshydratation105.  » Même disparition des sources chez les Aït Wadrim et affaiblissement des oueds des Aït Souab. Chez les Issafen, on note, en 1938, que des grandes pluies ne sont pas tombées depuis onze ans, que les palmiers meurent lentement dans une bonne partie de l’oued, fait qui doit être mis en relation avec l’importance considérable de l’émigration dans cette tribu. Enfin, au pied de l’Anti-Atlas, dans le Tazeroualt, là où les terres des fils de Sidi Ahmed ou Moussa avaient la réputation d’être si fertiles, le voyageur découvre avec surprise un pays desséché et détruit qui ne correspond nullement aux descriptions précises des historiens.

36S’agit-il d’une évolution climatique générale  ? Sommes-nous en présence ici d’une «  remontée du Sahara  » vers le nord  ? Ne s’agit-il pas plutôt de faits locaux et limités au Sous  ? De changements survenus dans des «  micro-climats  »  ?

37Devant les statistiques météorologiques des vingt ou quinze dernières années qui, dans ces régions, ne nous permettent pas de conclure à une diminution régulière mais qui témoignent d’irrégularités constantes, nous avouons ne pouvoir donner notre plein assentiment à la thèse du dessèchement qui nous semble offrir une explication trop simple et trop fragile à un phénomène extrêmement complexe.

38En réalité, l’un des facteurs essentiels du climat qui agit le plus sur l’émigration nous semble être plutôt l’irrégularité des pluies. C’est en effet à la fois de la quantité et de la distribution régulière d’année en année des pluies que dépend la stabilité de l’agriculture et de la vie pastorale enfermées dans les limites étroites des frontières d’une tribu. Les céréales cultivées en bour, sans irrigation ni utilisation, comme dans les maders sahariens, des eaux de ruissellement, exigent à la fois une quantité minimum de pluies, voisine de 300 mm et une répartition de ces précipitations aux moments favorables, s’il se peut, en petites ondées. Cette distribution a même souvent plus d’importance d’une année à l’autre que le chiffre moyen des précipitations annuelles elles-mêmes dans la même région.

39Il faudrait donc, pour serrer de plus près l’étude de l’émigration, tenir compte à la fois de la quantité moyenne des pluies et de leur irrégularité.

40Or, il est facile de voir que, dans la période des vingt dernières années, les écarts moyens annuels sont d’autant plus forts que les précipitations moyennes sont plus faibles. On conçoit dès lors que la précarité de l’agriculture, lorsqu’on s’avance vers le sud et le sud-est, soit beaucoup plus grande que ne le ferait penser la décroissance des quantités moyennes de pluie. La présence de l’Atlas et de l’Anti-Atlas apportent il est vrai, en raison de l’importance des pluies du relief, un correctif à cette vue générale. Quoi qu’il en soit, on peut dire que les régions où il pleut le moins sont aussi celles qui connaissent le plus souvent des sécheresses totales qui obligent les habitants au départ.

41On trouvera à l’annexe 1 du présent ouvrage un essai de classification des diverses zones du sud du Maroc, en tenant compte de la variabilité des pluies et de leur importance. Ces zones se superposent, en gros, aux diverses régions d’émigration que nous avons distinguées d’après le caractère des exodes.

Déforestation, surpaturation

42Il se peut que la diminution des pluies ne soit point la seule cause de l’assèchement des sources et des seguias. La déforestation n’a cessé, en effet, de faire au cours des siècles de grands progrès, et elle s’est certainement accusée davantage depuis trente ans. Dans certaines zones de l’Anti-Atlas, la forêt a été systématiquement et anciennement détruite, par exemple chez les Ida ou Kensous où ces ravages paraissent en liaison avec des exploitations disparues du cuivre et du fer (Agadir-el-Kheir, Tiourhza et, au nord-ouest, Ifesfes). On attribue aussi sa disparition chez les Iberkaken aux besoins de bois de chauffage et de bois de construction. Dans l’Azarhar de Tiznit, une forêt d’arganiers, très clairsemée il est vrai, subsistait encore il y a quarante ans. Elle a entièrement disparu autour des agglomérations, pour satisfaire les besoins de combustible des gros villages et des cités du Sous, devenues beaucoup plus peuplées. Le même spectacle s’observe tout le long de la ligne de communication d’Imintanout à Argana et au Sous. Dans cette dernière région, le déboisement a fait disparaître le manteau de végétation qui protégeait le permo-trias, d’où résulte partout la multiplication de processus dangereux d’érosion.

  • 106 Au fond du Sous, sur le versant sud de l’Atlas et sur le Siroua, elle est désormais détruite, et on (...)

43On sait enfin comment, depuis quinze ans, la faim chronique de charbon de bois qu’éprouvent les grandes villes du nord a menacé, au sud de Mogador, la magnifique forêt d’arganiers dont la conservation avait sauvé jusqu’à présent de la misère les populations côtières. Il a fallu l’intervention énergique et habile du Service des forêts et du Contrôle civil pour organiser les coupes d’une manière méthodique, favoriser le recépage des arbres et exploiter les ressources sans compromettre l’avenir. Partout où une tutelle aussi vigilante ne peut s’exercer – en particulier dans l’Anti-Atlas central et méridional – la déforestation se poursuit et, avec elle, l’accroissement périlleux du ruissellement des eaux et la destruction du sol arable qui l’accompagne. La forêt, déjà très usée à notre arrivée, disparaît donc rapidement, et elle n’existe plus sur de nombreux points106.

44Enfin il faut tenir compte dans certaines régions d’un surpâturage désastreux. Chez les Howara, dans la vallée du Sous et la zone des dunes côtières, la mise en défens, par les autorités, de la forêt et des dunes replantées rejette vers la forêt d’arganiers les troupeaux. Mais la forêt est elle-même regardée par les tribus comme divisée en propriétés privées, et, par suite, l’intervention protectrice du Service des eaux et forêts y est parfois difficile. Il faut dire aussi que le paysan aime à faire croître sans limite son troupeau dans les bonnes années. Il doit en outre souvent recueillir, plus ou moins contre son gré, des troupeaux supplémentaires venus du sud. Les délinquants surpris avec leurs bêtes par les gardes dans les zones interdites paient l’amende en vendant quelques têtes du troupeau. Mais les riches les rachètent en cette occasion, comme ils le font aussi lors des mauvaises années. Pour ces raisons, le troupeau ne diminue pas d’importance, sauf en période de sécheresse. Mais pendant celle-ci, la forêt ne peut se reconstituer.

L’insuffisance des réserves alimentaires

45On sait l’importance qu’a eue dans le Sud l’institution des réserves de grains, qui permettait de lutter contre le danger des mauvaises années. Il s’agit là d’un aspect de la vie économique qui est essentiellement lié aux irrégularités de la chute des pluies en même temps qu’à la dissidence des tribus montagnardes qui souvent devaient être capables de vivre dans l’isolement. Grâce à une ventilation savante, on parvenait à garder pendant vingt années dans des chambres spécialement aménagées des céréales amassées lors des bonnes récoltes. Chaque famille qui possède une ou deux chambres dans l’agadir les remplit donc d’orge de son mieux, dès qu’elle le peut, surtout dans la région des plateaux et chez les Hilalen. Plus à l’ouest, chez les Aït Wadrim, on utilise des silos. La technique de la conservation est excellente, et l’on mélange souvent au grain une terre pulvérulente qui le protège des insectes. Bien que beaucoup de ces agadirs eussent été détruits systématiquement par le Makhzen, parce qu’ils entretenaient la capacité de résistance des tribus dissidentes et rendaient inefficaces les blocus auxquels on les soumettait de la plaine, cette institution était encore vigoureuse en 1942. On ne construisait plus sans doute à cette époque de nouvelles forteresses à grains, mais 4/5 des chambres étaient encore utilisées.

  • 107 Mme J. Meunié, étude en cours : « Greniers-citadelles au Maroc ».

46Toutefois, l’étude attentive des lieux prouve le recul progressif de l’institution au cours des siècles107. Les agadirs, autrefois imposants dans la région du Bani, y ont disparu. Est-ce là une preuve de l’assèchement progressif du Sud  ? Certains le pensent, car les ruchers collectifs qui s’abritaient auprès d’eux sont morts parce que les sommets n’ont plus de flore printanière. Malgré l’attachement passionné des Berbères pour leurs forteresses, on sent à bien des détails que l’institution survit avec peine.

47Il faut dire aussi que l’ouverture du pays au commerce, la circulation facile des camions chargés de ravitaillement rendent moins indispensable qu’autrefois l’existence d’importantes provisions familiales de grains. Dès le mois de mars, au moment où les besoins annuels du Sous commencent à pouvoir être chiffrés, on voit s’organiser sur les marchés des Doukkala une campagne spéculative des marchands spécialisés dans le commerce du blé et de l’orge. Il faut alors disposer pour se ravitailler d’une importante réserve d’argent. Les sommes nécessaires aux achats qui ne peuvent être gagnées par la vente, toujours insuffisante, des produits du pays (amandes et peaux) ne peuvent dès lors provenir que des gains réalisés par les émigrés temporaires ou saisonniers. En outre, un facteur psychologique important doit être pris en considération. L’homme riche dont les magasins à grain sont pleins observe sans trop de crainte l’arrivée d’une mauvaise année qui sera même pour lui l’occasion d’acquérir le terrain convoité d’un voisin par le moyen d’une antichrèse. Mais le pauvre, l’homme sans réserve, doit partir à la hâte dans le nord, et pour gagner le pain des siens, et pour dégager les biens qu’il vient de mettre en rehen, afin de permettre aux siens de lutter contre la misère.

48Ainsi le recul de l’institution des agadirs et la diminution de sa vitalité, qui peut bien avoir des causes multiples, agissent en même temps pour provoquer, par un mécanisme assez complexe, une émigration temporaire plus intense  : l’absence de réserves contraint au départ les hommes valides.

Causes secondaires

49Bien d’autres influences encore peuvent s’exercer, ici ou là, dans les tribus pour faire naître ou favoriser une émigration occasionnelle ou permanente.

  • 108 Bois, doc. cit.

50Nous ne mentionnerons ici que pour mémoire la diminution des superficies cultivées qui serait causée par les acquisitions de la colonisation. Certes le fait mériterait d’être étudié, dans la zone côtière entre Mazagan et Mogador, encore qu’en beaucoup de cas les colons aient souvent acquis des terres dont les indigènes tiraient un faible parti et qu’ils regardaient comme médiocres en raison des procédés rudimentaires jusque là utilisés par eux108. Dans la plaine du Sous, sur 45 000 hectares qui ont été «  ouverts à la colonisation  », 11 000 ont été achetés, mais 3 000 seulement sont mis en culture. Encore faut-il dire qu’un dahir de 1938 a prohibé dans le Sous les achats de droits d’eau aux indigènes. Dans ces limites très étroites, la colonisation du Sud, sous forme de petites exploitations maraîchères ou de grands domaines très peu nombreux, attire une main-d’œuvre saisonnière plutôt qu’elle ne provoque des départs vers le nord. Exception pourrait être faite en certaines régions du territoire des Howara où des achats faits par un notable indigène de Marrakech, dans des conditions discutables, ont pu provoquer des exodes de familles. Mais, en contrepartie, on peut noter aussi qu’une trentaine de propriétaires de cette tribu et d’autres moins nombreux chez les Chtouka imitent désormais les Européens en établissant des stations de pompage moderne et en utilisant des techniques bien meilleures. Il faudrait aussi, pour être complet, indiquer le départ d’une centaine de foyers des populations du Dir nord du Haut-Atlas, chez les Dnassa et à l’oued Akeur vers Fedhala, Casablanca et Rabat, à la suite de quelques cas de colonisation spéculative résultant de l’association d’un Européen et d’un notable indigène. Au total, pour le sud du Maroc, principal foyer d’émigration lointaine, cette cause ne nous semble pas mériter d’être prise en considération pour plus de la millième partie des cas qui nous intéressent. Il n’en va pas de même évidemment dans la plaine atlantique où se sont développés depuis trente ans de grands et moyens domaines européens et indigènes. Mais l’étude de ce point important reste à faire, et l’on ne saurait préjuger de ses résultats.

Les sauterelles

51Une autre cause, occasionnelle, de l’économie agricole du Sous ces dernières années a pu être aussi la persistance de vols de sauterelles, mais il s’agit là de calamités normales qui ont toujours pesé sur la vie de ces régions. La barrière du Haut-Atlas étant difficile à franchir pour des vols qui viennent du sud, les acridiens dévorent les récoltes dans le Sous pendant plusieurs années consécutives. C’est là une épreuve supplémentaire qui entretient et accroît l’insécurité alimentaire. Elle n’atteint qu’un nombre très limité de cultivateurs – un centième peut-être – dans les régions du Sous.

Les abus de pouvoir des chefs

52Plus importantes, à coup sûr, sont les destructions sociales et économiques imputables à ceux que les Chleuhs du peuple désignent aussi volontiers plaisamment sous le nom de «  sauterelles  », tout en redoutant leur appétit  : les grands chefs dominateurs qui se sont élevés un instant au-dessus des tribus et dont les exactions ont motivé dans l’histoire du pays, à la suite de spoliations trop criantes, des départs de familles ruinées. L’évolution politique du Sous nous met précisément en présence de ces faits dans la période qui s’ouvre en 1895, après la mort de Moulay Hassan, et qui, sans être aujourd’hui entièrement close, a pris fin généralement vers la période de 1924-1933, par l’établissement progressif du contrôle des autorités françaises.

  • 109 Cf. F. X, pl. 23, Aït Oussa.

53Certains cas sont très anciens. Le caïd Errebani des Aït Oussa est ainsi responsable, au temps où le Maroc n’était pas pacifié, de la fuite des Ida ou Ngit vers Camp Marchand et dans diverses régions du Rharb109. En 1922, la destitution, par nos soins, du caïd des Ksima, véritable tyran qui avait volé l’eau à sa tribu et fait mourir ceux qui lui résistaient, fut suivie du retour de nombreux émigrés partis avec leurs familles dans les années suivantes. On signale aussi les conséquences durables des exactions du commandement indigène à Dar Akimakh, dans l’Asif el Mal, chez les Guedmioua, sous la forme du départ d’une centaine de familles qui, après la disparition de l’amrhar, revinrent aussitôt cultiver leurs terres.

  • 110 Cf. F. XX, pl. 46 (b).

54Il nous faut bien aborder ici un sujet plus délicat, puisqu’il ne se situe pas toujours dans le passé  : celui des «  grands caïds  ». De plus grande importance sont en effet les départs causés par les violences des «  seigneurs de l’Atlas  ». On comptait 1 500 feux en 1911 chez les Demsira, mais ils n’étaient plus que 800 à la veille de l’établissement de notre contrôle en 1928. Les mêmes causes dépeuplèrent les tribus d’Argana. En 1928, les émigrés, apprenant la chute des Mtougga, revinrent alors en masse des régions périphériques où ils avaient cherché asile. Un certain nombre d’entre eux devaient d’ailleurs repartir quelques années plus tard en émigration pour des raisons économiques diverses110. De la même manière, les Oulad Mtaa, chassés à la fois par les exactions des Mtougga et par la famine, ont émigré en masse, et un fort îlot de cette tribu subsiste à Rabat.

55L’introduction du contrôle français dans le commandement des Goundafa provoque des phénomènes analogues. Dans la région de Tinmel, le voyageur peut encore constater aujourd’hui le dépeuplement des villages et la décadence de l’agriculture dus à des départs massifs dans la période comprise entre 1894 et 1924. Près de Tinmel existaient vers 1886 trois douars formant 70 feux. Ils ont entièrement disparu, et leurs terres ne sont plus cultivées aujourd’hui que par deux khammès et quelques familles. Dans cette cuvette fertile qui porte encore le nom de «  jardin du roi  », souvenir de la glorieuse époque almohade, les arbres dépérissent et les séguias ne sont pas entretenues.

56La disparition complète de la famille des Aït Lhassen, les caïds Goundafa, provoque des retours nombreux dans cette région depuis trois ans  : les paysans rentrent leurs actes à la main et obtiennent des tribunaux coutumiers une restitution de leurs terres.

  • 111 Cf. notre livre Les Berbères et le Makhzen, p. 351 et F. XX, pl. 46.

57Au pays des Glaoua, il faut distinguer entre la période de conquête, qui a frappé durement, et surtout d’une manière très inégale, les tribus soumises, et la période de stabilisation dans laquelle nous sommes entrés. On assiste plutôt, là comme dans d’autres régions du Maroc soumis à l’autorité du Makhzen, à l’accroissement de la puissance des notables appartenant au clan qui possède le pouvoir, à moins qu’il ne s’agisse de malheureuses tribus plus éprouvées depuis les débuts de la prise du pouvoir des chefs111.

  • 112 On pourrait par exemple comparer, en relisant de vieilles notices faites en tribu, ce qu’étaient au (...)

58D’une manière plus générale, des enquêtes plus précises montreraient qu’il se dessine dans l’ensemble du Sous, dès maintenant, un déplacement de propriétés foncières au bénéfice des notables riches. Des quelques renseignements recueillis nous tirons l’impression que cette évolution n’en est encore dans ces régions qu’à ses débuts et se limite aux caïds et aux gros cheikhs solidement établis112.

Conséquences sociales de la soumission

  • 113 Cf. plus haut sur cet accroissement, p. 61.

59Si la domination trop lourde du grand caïd du Makhzen a pu avoir pour conséquence, dans le passé, l’exode de familles ruinées, par contre, la prolongation de la dissidence dans les quelques îlots du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas qui ont subsisté jusqu’en 1928 et 1934 exerçait plutôt un rôle de frein. Sans doute, quelques querelles intestines provoquaient-elles, çà et là, des départs de notables vaincus. Mais d’une manière générale, les tribus qui s’étaient maintenues dans un isolement jaloux, conforme à leurs vieilles traditions, éprouvaient le besoin de conserver dans leurs frontières, pour garder leurs forces militaires intactes, le maximum d’hommes en état de porter les armes. Les Ida ou Tanan et les dissidents de l’Anti-Atlas donnaient, certes, dès 1920, un contingent non négligeable à l’émigration. Ces irréductibles n’hésitaient même pas à envoyer, par la poste française, l’argent gagné en France, en Algérie ou dans les villes du nord du Maroc, priant leurs frères de venir toucher les mandats aux bureaux d’Affaires indigènes les plus proches. Mais, malgré tout, la crainte de l’arrivée du Makhzen limitait les départs à l’indispensable. La soumission, intervenue dans ces régions à peu près sans combat, a été marquée par l’ouverture rapide des pistes et des routes, par l’établissement d’un contrôle souple, respectant, dans toute la mesure du possible, les institutions locales et aussi par l’application intelligente du droit coutumier. Elle a eu pour résultat immédiat de «  décontracter  » l’esprit public. Aussitôt le rythme de l’émigration s’en est ressenti, et les contingents de main-d’œuvre ouvrière ont, dans ces régions, bientôt atteint le pourcentage des tribus soumises quinze ans plus tôt comme celles de la plaine de Tiznit113.

60Sur les confins sahariens, d’autres facteurs sociaux ont joué. Dans la dissidence, les tribus nomades devaient être, elles aussi, vigoureuses et combattives. Certaines d’entre elles, comme les Ida ou Blal, s’étaient emparées des oasis voisines  ; il leur fallait les tenir solidement. Les Aït Oussa participaient à la vie agitée du désert qui s’ouvre à leurs portes. Malgré la mort du commerce transdésertique survenue depuis plusieurs décades, il existait encore, dans la dissidence, une forte cohésion sociale. Ici encore, avec l’établissement de notre contrôle, la fin de la «  protection  » exercée par les nomades sur les sédentaires, le prolongement vers le sud des routes du nord, qui s’arrêtaient à l’Anti-Atlas et que parcourent aujourd’hui aisément de gros cars automobiles, ont brusquement marqué, pour les tribus, l’affaiblissement de tout le système moral et politique qui les encadrait. Les Haratin, si longtemps dominés par les seigneurs du désert, se sont plus ou moins sentis libres. Il en est qui partent plus volontiers vers le nord, dans un pays où ne joue contre eux aucun préjugé de barrière de couleur, là où ils peuvent s’enrichir et garder pour eux leurs profits. D’autres, au contraire, demeurés sur place, peuvent désormais accéder plus largement à la propriété du sol irrigable. Nous voyons ainsi à Tissint ces vaincus reprendre, en travaillant avec acharnement, ce que les Zenaga berbères libres leur avaient arraché autrefois, avant la conquête plus récente des Ida ou Blal. La rupture du lien de vassalité entraîne aussi des changements sociaux qui engendrent une émigration ou des déplacements de fortune. Les Berbères sédentaires et les Haratin prendront de plus en plus le chemin du nord en émigrants isolés, tandis que les marabouts et les chorfa demeureront sur place. Pour l’instant, les chefs arabes, bien nantis en palmeraies conquises, s’affaiblissent dans une vie douce, que d’ailleurs leurs descendants ne connaîtront pas, car une décadence irrémédiable les menace. Seuls les Arabes pauvres, mal à l’aise dans l’existence désormais trop paisible d’un Sahara sans mouvement, partiront vers le « Rharb  » avec leurs tentes. On observe des transformations analogues dans les oasis du Tazzarin, au cœur du pays dominé par les Aït Atta.

61Par contraste, dans la région du coude du Dra, la soumission n’aura pas apporté, il s’en faut, à l’ensemble du pays une amélioration sensible des conditions de vie. Tout d’abord la sécheresse persistante, la diminution des pluies, limitent considérablement l’ampleur de la crue du Dra qui, lorsqu’elle se produit, suffit à peine à alimenter les seguias et ne parvient plus à irriguer largement les terres. Il faudra que de temps à autre, l’administration interdise avec fermeté pendant quelques semaines à tous les riverains de la partie haute du fleuve d’utiliser leurs seguias, pour qu’une crue artificielle ainsi provoquée sauve les palmiers du sud de la mort. D’autre part, les Haratin, les principaux et les plus anciens propriétaires du sol, ont eu à consentir depuis un siècle des diminutions constantes de leur patrimoine. Pour se débarrasser des Arabes pillards, ils ont fait d’abord alliance, on le sait, avec les nomades berbères Aït Atta, éleveurs de chèvres, capables, en raison de leur force guerrière, de les protéger efficacement. Mais ils ont dû leur accorder une part des récoltes et souvent, çà et là, des établissements permanents. Les chorfa, d’autre part, n’ont pas perdu l’occasion d’étendre leurs domaines au détriment du petit peuple. Enfin, les Glaoua, qui sont venus tout récemment, imposent à leur tour une rude formule de commandement qui n’est pas gratuite. Si attaché que l’on soit dans cette région à ses petites parcelles de terres, que l’on irrigue avec une science consommée, il ne reste à chacun que des possibilités trop limitées. Force est donc de partir. On s’y décidera en laissant à des parents ou à des amis le soin de cultiver les champs et les jardins qui ont été préservés, et l’on reviendra régulièrement pour la cueillette des dattes. Les départs se feront en familles dans une proportion allant, nous l’avons vu, de 25 à 75 % des habitants selon qu’il s’agit des districts d’en haut, du milieu ou d’en bas de l’oued Dra, plus ou moins favorisés. Les émigrés vivront patiemment dans les villes du nord, dans l’attente de la crue bienheureuse, quitte à revenir en masse, dès que se répand dans les villes du nord la bonne nouvelle, si longtemps attendue.

L’économie nouvelle

62Enfin, la substitution à l’économie en nature d’autrefois, à la vie en système fermé, dans des limites tribales très étroites, d’une économie monétaire permettant des échanges à grande distance, a été un événement d’une importance considérable. Puisque le commerce moderne permet de tout obtenir et donne surtout le moyen de ne pas mourir de faim, le Berbère sait désormais qu’il lui faut posséder ces signes monétaires hier inconnus grâce auxquels il acquiert ce qui lui fait défaut, par l’intermédiaire de marchands toujours prêts à vendre.

  • 114 L’Emigration dans le Sous, C.H.E.A.M., n° 1556, 77 p.

63Le Sous est devenu un pays régulièrement déficitaire. De la Porte des Vaux114 oppose aux 3 218 tonnes d’exportation 47 945 tonnes contrôlées d’importation, dont 13 444 de grains et 6 625 de sucre. Il faut tenir compte aussi des marchandises chères, thé, étoffes, objets manufacturés dont cette statistique n’indique pas la valeur.

64Aux yeux de tous les observateurs du pays, de grands changements dans la vie matérielle des pays du Sud sont survenus depuis trente ans. Il arrivait encore au voyageur, dans les premières années du Protectorat, d’être reçu chez un cheikh de montagne dans une chambre d’hôte si basse qu’on ne pouvait s’y déplacer «  qu’à quatre pattes  » et sur un humble tapis de mousse que les femmes étaient allées chercher dans la forêt un instant avant l’arrivée du visiteur. Aujourd’hui, il est plus fréquent d’être accueilli dans l’Anti-Atlas par un cheikh possesseur de nombreuses épiceries dans le nord. Votre hôte vous offre, dans une très grande salle de réception, décorée selon le goût des villes traditionnelles, où s’étendent d’immenses tapis, toutes les friandises américaines possibles, disposées en pyramides sur de nombreux plateaux de cuivre.

65Il est évident, on l’observe chez les riches comme chez les pauvres, qu’un désir très vif s’est répandu partout de bénéficier, dans ces pays demeurés longtemps si rudes, de conditions de vie plus agréables, plus confortables et plus douces. Le temps de la siba, de l’indépendance, est passé. Le règne de l’argent s’est imposé. Un rôle essentiel revient à l’attrait du bien-être, dans la décision prise par l’émigrant d’aller conquérir la richesse. Attrait auquel il semble facile d’obéir, au moment où tant d’émigrés, séduits par le confort des villes, font briller devant les yeux du candidat au départ le mirage de l’Eldorado, le pays où règne l’Occident. On s’expliquera, en particulier par le désir d’acquérir les « signes monétaires », l’extraordinaire faveur qu’a conquise en vingt ans la profession si rémunératrice d’épicier. Le Maroc du sud est devenu la patrie de plusieurs milliers de commerçants âpres au gain, dont beaucoup ont réalisé dans le nord du Maroc des fortunes et qui composent aujourd’hui une société nouvelle.

  • 115 Justinard, Les Aït Baamran : villes et tribus, vol. VIII, Tribus berbères, t. I, p. 62.

66De cette transformation, le Sous est entièrement conscient, et les Berbères n’ont pas attendu l’analyse que nous en faisons ici pour l’expliquer, en des termes qu’il nous suffit ici de reproduire, bien que leur expression soit déjà ancienne. Le thème choisi est celui de l’introduction du thé et des cotonnades dans le sud du Maroc par des négociants britanniques, qui remonte à un siècle au moins. Un poète, traduit il y a vingt-cinq ans par le colonel Justinard, s’est efforcé d’exprimer à cette occasion les réactions populaires devant le changement des mœurs que causait l’introduction de l’économie monétaire115.

67Méditons ces vers, bien connus de nos Berbères, qui, par la pénétration d’esprit dont ils témoignent, éclairent mieux que les statistiques les plus précises une des causes les plus agissantes de l’émigration du Sous :

Du plateau à thé semblable au soleil, je dirai l’histoire.

Il est beau, il est reluisant ; c’est chez les riches qu’il habite.

Un plateau neuf vaut-il mieux qu’un vieux

Et la lumière l’embellit.

Tournez vers moi votre attention. Pour lui la fête est embellie

Tournez vers moi votre attention, il ne durera pas toujours !

Pour celui que la mort poursuit, rien ne dure que l’autre vie.

Le plateau, lui, c’est le soleil. Les étoiles de la grande Ourse,

Ce sont les verres. Et la théière est le pôle au milieu du ciel.

Le plateau est beau pour celui qui a du bien. Il peut l’avoir.

Le généreux a le pouvoir d’avoir plateau, théière et verres.

Le caïd en a le pouvoir, les cheikhs et le cadi aussi,

Et le peut aussi le Sultan, à qui chacun fait des présents.

La beauté, plateau, vous l’avez.

Mais qui n’a ni bien ni argent, il ne peut vous posséder.

Plateau, tasses couleur de paon, comme ils sont beaux !

Les fous ont dit :

Toute visite est déplacée dans laquelle il n’est pas de thé.

Toi qui veut trouver l’amitié chez les gens de ce temps présent.

Elle est entrée dans l’eau bouillante…

Or, quant au thé, voyez-vous,

Le Chrétien, lui, qui connaît bien que vous êtes ses ennemis,

Il vous frappe avec ces canons chargés de ces balles de thé,

Il vous tend des embuscades au plateau de la balance.

L’ennemi au ventre vous frappe. Il connaît bien que c’est là,

Que la mort est facile, au ventre où sont le cœur et le foie.

Le Chrétien frappe, il vise bien. Il apporte le pain de sucre.

Si c’était pour votre bien, il ne vous enverrait rien…

Seront, les gens de la balance, privés de Dieu dans l’autre vie.

Notes

94 Les Ida ou Blal auraient été transportés vers 1550 par le sultan saâdien Mohammed Ech Cheikh de la Seguiat el Hamra sur les berges de l’oued Chichaoua. On observe aussi près de Chichaoua la présence de gens du Talekjont. En sens inverse, les Mejjat, qui ont constitué la tribu fidèle des fils de Sidi Ahmed ou Moussa à l’ouest de l’Anti-Atlas, semblent bien être venus de la plaine de Marrakech.

95 Les Tribus du Haut-Sous, C.H.E.A.M., n° 991, 77 p. 

96 Cf. F. XIX, pl. 44.

97 L. Chevalier, Le problème démographique nord-africain, Paris, 1947.

98 Dans le Haut-Sous, La Porte des Vaux signale que les plus prolifiques sont les Juifs (46 %), puis viennent les Berbères et les Haratin (42 %), les marabouts, les chorfa (40), enfin les Arabes (36,6) ; loc. cit.

99 Archives marocaines, volume 29, Publication de la Section historique du Maroc.

100 Capitaine de Fleurieu, C.H.E.A.M., n° 45 bis, Une tribu de commerçants berbères au sud du Maroc, les Ammeln.

101 Bois, La Surpopulation rurale des Doukkala, C.H.E.A.M., n° 300.

102 Effroy, Les Possibilités économiques de la région d’Amismiz, C.H.E.A.M., 1941, n° 537.

103 À la suite d’une mauvaise année (1928), les Oulad Mtaa ont perdu 2 500 personnes émigrées, tandis que 9 000 restaient en place. Il n’y a plus que les deux tiers des terres emblavées.

104 Roché, L’irrigation dans le sud du Maroc, C.H.E.A.M., n° 805.

105 Observations du capitaine Durand.

106 Au fond du Sous, sur le versant sud de l’Atlas et sur le Siroua, elle est désormais détruite, et on ne la trouve plus vigoureuse qu’autour de l’Aouderkoust qui représente la dernière réserve importante de l’Anti-Atlas.

107 Mme J. Meunié, étude en cours : « Greniers-citadelles au Maroc ».

108 Bois, doc. cit.

109 Cf. F. X, pl. 23, Aït Oussa.

110 Cf. F. XX, pl. 46 (b).

111 Cf. notre livre Les Berbères et le Makhzen, p. 351 et F. XX, pl. 46.

112 On pourrait par exemple comparer, en relisant de vieilles notices faites en tribu, ce qu’étaient au début des notables comme l’amrhar de Tinider des Aït Waouzgit ou les caïds de Massat à ce qu’ils sont devenus, en 25 ans de pouvoir personnel, sous l’égide du Makhzen. Cependant, malgré cet enrichissement, le lien du chef avec la tribu n’est pas encore brisé, car il subsiste certaines relations d’esprit patriarcal qui unissent entre elles les familles. Le caïd de Massat, par exemple, visite volontiers à Paris ses frères de tribu travaillant dans les usines, qui le fêtent autant par souci de le ménager que par désir de lui témoigner de l’amitié.

113 Cf. plus haut sur cet accroissement, p. 61.

114 L’Emigration dans le Sous, C.H.E.A.M., n° 1556, 77 p.

115 Justinard, Les Aït Baamran : villes et tribus, vol. VIII, Tribus berbères, t. I, p. 62.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable