Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre premier : l'émigration dans les tribus

Chapitre II. Description de l’émigration tribale

Texte intégral

1Nous n’avons pu, en raison de l’ampleur de la zone atteinte par les phénomènes d’émigration, recueillir des informations suffisantes sur la totalité des populations rurales et pastorales qui contribuent à la formation du prolétariat marocain des villes.

  • 27 Les études en cours de M. Flamand dans les régions de Marrakech et d’Agadir feront, nous l’espérons (...)

2Tout d’abord, l’élément israélite a été écarté de ce travail. C’est là, en effet, un problème à part que celui des mouvements de la diaspora juive au Maroc. Les Israélites marocains se déplacent, aujourd’hui surtout, en partant de petits mellahs épars dans les tribus berbères, où ils vivent dans un état de misère défiant toute description, vers les mellahs citadins déjà fortement constitués (Demnat, Marrakech, Mogador, Agadir) et surtout vers Casablanca, dont le peuplement juif est passé en quarante-trois ans de 5 000 à 80 000. Il s’agit là d’un phénomène extrêmement complexe, dont les causes sont économiques, sociales, religieuses et politiques27.

3D’autre part, nos efforts d’investigation dans les tribus se sont concentrés surtout :

1. sur les populations berbères sédentaires des régions de Marrakech et d’Agadir ;

2. sur les Haratin des oasis (Tazzarin, Dra, Oasis du Bani) ;

3. sur les tribus arabes du sud de l’Anti-Atlas, du Dra à l’océan.

4Pour ces populations, des monographies souvent précises ont permis d’étudier d’une manière suffisante l’importance, la nature, le rythme et les causes de l’émigration.

5Nos informations demeurent par contre souvent trop lacunaires sur les tribus arabes ou arabisées de la plaine atlantique dépendant de Marrakech (guichs, Oulad Bou Sbaa, Rehamna, Serarhna). Elles sont nulles sur celles qui dépendent de Casablanca (Chaouia, plaine du Tadla). Dans les tribus berbères arabisées de la côte (Doukkala, Abda, Chiadma), les enquêtes sont aussi trop peu nombreuses et trop peu précises pour que nous puissions en faire état dans une description.

  • 28 D’autres enquêtes pourront être organisées plus tard en pays arabe et arabisé. Mais conduites dans (...)

6Cependant, pour les régions étudiées, les résultats obtenus éclairent d’une vive lumière l’importance du phénomène, ses causes et ses effets locaux28.

Procédés de dépouillement et présentation schématique des résultats

7L’enquête qui a été conduite dans les régions d’Agadir et de Marrakech par les fonctionnaires d’autorité n’a pas eu partout la même précision. Le plus souvent, cependant, il a été possible de chiffrer assez exactement le nombre des émigrés au Maroc, en France, en Algérie et en Tunisie.

  • 29 Il ne faut pas s’exagérer toutefois la précision des informations recueillies. Souvent, la ville es (...)

8Le plus souvent, les enquêteurs ont indiqué le lieu de résidence des émigrés ainsi que leur profession exacte par catégories sommaires (commerçants, manœuvres, employés, artisans, divers, agriculteurs)29. C’est en utilisant ces indications, là où elles ont été suffisamment précises, que nous avons pu établir par tribu les schémas qui représentent ces phénomènes complexes, dont on pourra, sur les planches, examiner les aspects variés.

9Nous avons admis pour établir ces schémas les règles suivantes :

  • 30 Cf. F. II, pl. 3.

10I. Lorsqu’il s’agit d’une émigration temporaire en grande majorité masculine (Haut-Atlas occidental, Anti-Atlas), nous donnons généralement, lorsque les renseignements recueillis le permettent, trois schémas30 qui figurent :

  • 31 S’il s’agit de mineurs, la flèche est ondulée.

a. la répartition géographique des émigrants au Maroc par le moyen de flèches chiffrées dont la longueur est, en principe, proportionnelle au nombre de ceux qui travaillent ou résident dans les lieux indiqués31 ;

b. l’émigration pour le Maroc, la France, l’Algérie et la Tunisie, par le moyen de flèches chiffrées de longueur proportionnelle à l’importance des chiffres ;

c. les métiers et emplois, sous forme de secteurs colorés dans une circonférence.

11Le schéma fléché de répartition géographique de l’émigration marocaine a été imaginé en supposant que l’on dépouille les renseignements recueillis en se plaçant en un lieu qui serait situé à quelques kilomètres à l’est de Casablanca. De ce point rayonnent des flèches qui sont tracées, en gros, dans la direction des lieux désignés.

12Le schéma qui présente l’émigration en France, en Algérie et en Tunisie par comparaison à celle du Maroc s’inspire de règles analogues.

  • 32 Cf. F. X, pl. 23 et 24.

13II. Lorsqu’il s’agit de la dispersion d’un groupe social dans lequel les familles partent avec l’émigré, surtout dans le cas d’une tribu nomade, comme par exemple les Torkoz ou les Aït Oussa, nous indiquons la masse de population demeurée au pays sous forme d’un cercle, d’où s’écartent des rayons vers les zones d’émigration, orientés comme dans les schémas précédents et terminés par de petits cercles dont la dimension est proportionnelle au nombre de foyers partis32.

14Dans le cas d’une émigration mi-masculine, mi-familiale, lorsque par exemple plus de 30 % des émigrés partent en famille, on a parfois utilisé un schéma mixte, les petits cercles indiquant le nombre de familles émigrées étant « embrochés » dans les flèches représentant le nombre total d’émigrés mâles.

  • 33 Cf. F. XIII, pl. 28.

15III. Pour les populations d’oasis des confins sahariens, (type Tissint, Foum Zguid, Dra, Dadès) où l’on émigre temporairement, mais souvent en famille, parfois jusqu’à une proportion de 60 ou 70 % des cas, là où il arrive ainsi qu’une importante fraction de la population demeure à l’extérieur tout en conservant des attaches régulières avec le pays d’origine où l’on revient dans les bonnes années, nous utilisons généralement une représentation différente. La tribu demeurée sur place, composée de divers sous-groupes ethniques dont les comportements à l’émigration sont souvent très différents, est représentée par des rectangles verticaux de même largeur, mais de hauteur proportionnelle à la masse de chacun de ces groupes. Les émigrés de chaque sous-groupe ethnique sont représentés par un autre rectangle de même hauteur et d’une largeur proportionnelle à l’importance totale de l’émigration33. Ce rectangle plus petit est au besoin divisé en tranches verticales indiquant la répartition géographique. Ce mode de représentation est particulièrement utile lorsqu’il s’agit de mettre en évidence dans une tribu composée d’éléments ethniques différents la manière dont chacun d’eux pratique l’émigration. Parfois, le rectangle représentant les émigrés est divisé verticalement en deux parties, l’une représentant les hommes partis seuls, l’autre les groupes familiaux absents.

16Même en tenant compte d’une certaine part d’inexactitude qui subsiste naturellement dans toute enquête, si bien conduite soit-elle, il ne faut pas se dissimuler que les renseignements recueillis donnent des chiffres qu’il faut interpréter avec quelques réserves.

17Tout d’abord, l’enquête a été faite dans les années 1948 et 1949, lors d’une période de pluviométrie médiocre dans le Sud, consécutive à une période relativement favorable (1946-1947). Il n’y avait alors ni famine ni sécheresse. Nous sommes donc fondés à considérer la période choisie comme donnant l’image de l’émigration de type moyen. Mais il s’agit en quelque sorte d’une photographie instantanée du phénomène qui, l’année suivante, peut avoir une ampleur différente ; il est certain qu’en cas de sécheresse prolongée, telle ou telle région atteinte peut voir ses effectifs d’émigrants s’enfler et passer, par exemple, de 6 à 9 %. On devra donc tenir compte de ces circonstances locales et temporaires dans les conclusions générales qui pourraient être tirées de l’ensemble de ce travail. Inversement, si les pluies étaient abondantes, les mêmes chiffres dans cette même tribu pourraient tomber à 3 ou 4 %.

18D’autre part, il n’est pas facile en tribu de dénombrer exactement les émigrés. En effet, presque toujours, on oublie, « de bonne foi », ceux qui ont quitté le pays depuis vingt ou vingt-cinq ans et qui forment aujourd’hui on le sait le fonds de la population des émigrés stabilisés des villes de la côte. Mariés là-bas, ayant des enfants « nés en exil », ces « frères » ont bien encore des attaches théoriques avec leur pays d’origine, mais ces attaches mêmes, on s’efforce sur place de les minimiser pour n’avoir pas un jour à rendre compte à des co-propriétaires qui reviendraient affirmer leurs droits. N’oublie-t-on pas souvent aussi plus ou moins volontairement des émigrés partis depuis une quinzaine d’années (période 1933-1934) ? Nous verrons qu’il est permis de le croire. En somme, les chiffres qui nous sont donnés portent généralement sur cette partie de l’émigration qui, relativement récente, garde avec le pays des relations constantes.

19Dans certains cas, une autre cause d’erreur vient se glisser dans les pourcentages d’émigration que nous avons établis. Les émigrés dont on nous donne le nombre sont tantôt comptés dans les recensements officiels de la population sur place, tantôt laissés de côté. De plus, comme un certain nombre d’entre eux vont et viennent, de toutes manières, une petite part d’erreur est inévitable dans le calcul des proportions.

  • 34 Émigration saisonnière  : ne dure qu’une partie de l’année, elle est généralement masculine mais pa (...)

20Enfin, il n’est pas certain qu’on ait réussi partout à distinguer avec une rigueur suffisante l’émigration saisonnière de l’émigration temporaire, et celle-ci de l’émigration définitive ; il n’existe pas d’ailleurs toujours entre les unes et les autres des limites discernables34. À cet égard, tous les enquêteurs n’ont pas procédé de la même manière, et les chiffres qu’ils nous donnent ont, selon la valeur de leur travail, une exactitude plus ou moins grande.

  • 35 Dans certains cas, nous signalerons cette incertitude en proposant deux chiffres différents (par ex (...)

21Pour toutes ces raisons, il ne faut pas à notre avis donner une valeur trop précise aux chiffres indiqués qui sont exprimés dans cette étude par un pourcentage parfois suivi d’une décimale. Il sera prudent de compter que ces chiffres peuvent être erronés à une unité près, quelquefois davantage35.

22Utilisant de notre mieux les informations recueillies, nous distinguerons ici, dans la description détaillée que nous en donnons, les zones suivantes d’émigration dans lesquelles le même phénomène se présente sous des formes distinctes. Nous distinguerons donc, après avoir comparé les dépouillements des enquêtes qui ont été exécutées dans l’ensemble des régions du sud :

  • 36 Les lettres majuscules qui désignent ici les divers secteurs d’émigration sont reportées sur la car (...)

A. Le pays côtier couvert d’arganiers des Haha à émigration faible36.

B. Le pays de haute montagne donnant une émigration non spécialisée, fortement ouvrière (manœuvres, mineurs), soit dans le Haut-Atlas occidental (Ida ou Tanan, Ida ou Ziki, Ida ou Zal, Ida ou Mahmoud, Demsira), soit dans les régions de l’Anti-Atlas, au pays des Aït Souab, Aït Wadrim, et des petites fractions environnantes. C’est le type le plus fréquent. On le retrouve aussi plus à l’est dans l’Anti-Atlas oriental.

C. La zone d’émigration berbère diversifiée et demi-spécialisée du Sous, depuis Massat et les Chtouka jusqu’aux Akhssas, où la proportion d’employés et de « divers » est beaucoup plus considérable qu’ailleurs.

D. Une zone beaucoup plus spécialisée que la précédente est celle de l’émigration commerçante. Elle embrasse surtout une région en forme de croissant, partant des Aït Baha et Aït Mzal, passant par les Ida ou Gnidif, et s’étendant aux groupes Ammeln, Amanouz. Certains groupements sahariens (Tata) prennent exemple sur elle.

E. Une toute petite zone d’émigration traditionnelle de forme archaïque dans l’Anti-Atlas central autour d’Irherm (surtout Ida ou Nadif, Asa et Tagmout) marquée par la présence temporaire ou même saisonnière de nombreux artisans dans les villes anciennes.

F. La zone de la vallée même du Sous depuis les Oulad Yahya jusqu’aux Ksima, où le lien des familles avec le sol paraît moins solide et où l’émigration prend plus facilement une forme familiale définitive.

G1 et G2. La zone des confins sahariens du Bani, de l’océan jusqu’au voisinage du coude du Dra, la zone irriguée voisine du Dra, les pays berbères de la bouche du Dra (Tazenakht). L’émigration temporaire y est souvent familiale. L’attache avec le pays demeure forte, et presque tous rentrent dans les bonnes années.

H. La zone de l’Anti-Atlas oriental (Sektana et tribus voisines de Ouarzazate) qui est assez semblable à la zone C (étude demeurée incomplète).

I. La zone irriguée du Dadès et des vallées irriguées qui s’y jettent, où voisinent sédentaires et nomades, mais qui subissent l’attraction de l’Algérie. On y observe une tendance plus marquée au travail rural. Les enquêtes se prolongent plus à l’est vers le Todrha et le Ferkla. Les Haratin, populations noires d’oasis, analogues à celles du Dra (G), y exercent souvent des métiers traditionnels de spécialistes.

J. Les zones peu touchées (sauf circonstances exceptionnelles) de haute montagne du Haut-Atlas (depuis les Guedmioua jusqu’aux Glaoua), du Siroua et de son voisinage. Elles demeurent pratiquement à l’écart.

K. La zone de tribus arabes du pied de l’Atlas depuis l’oued Nfis en plaine jusqu’aux Oulad Bou Sbaa, d’une part, et des guichs de Marrakech, d’autre part. Il faut y joindre plus au nord le pays des Rehamna et Serarhna. L’émigration est du type « diversifiée ».

23Chacune de ces zones ou de ces catégories n’est évidemment pas tranchée, et sur les abords de chacun de ces territoires se trouvent des tribus intermédiaires participant à la fois au caractère des deux régions. Mais cette classification mi-géographique mi-économique aidera le lecteur à comprendre les divers aspects d’un phénomène complexe. Dans l’exposé qui suit nous ne suivrons que partiellement l’ordre de classement indiqué plus haut, afin de réussir à présenter au lecteur des ensembles cohérents. Le lecteur trouvera à la planche 4, feuille II, l’index des cartes des régions étudiées.

L’émigration faible de la zone des Haha (A)

  • 37 La confédération des Haha a joué un rôle important dans l’histoire au service du Makhzen dans les g (...)

24Le pays des Haha37 – vieille région berbère dans laquelle la famille patriarcale est demeurée extrêmement solide – chacune d’elles constituant souvent un minuscule hameau semblable à une forteresse sur le sommet d’une colline – possède, ce qui est rare, les avantages d’une économie modeste en équilibre. La sécheresse absolue sur les bords de l’océan est exceptionnelle, et le relief, même modéré, favorise dans l’intérieur les chutes de pluie. Les petites sources sont nombreuses ; à défaut de pluies abondantes assurant la récolte, les averses suffisent généralement à remplir les citernes. Mais surtout, un ample manteau forestier – arganiers et thuyas – couvre le territoire. Les multiples ressources de la forêt s’ajoutent à celles d’une agriculture parfois déficiente : huile d’argan, pâturage dans les arbres par les caprins, charbon de bois. On n’est donc jamais riche, mais jamais très pauvre dans ce pays. Aussi longtemps que le peuplement n’aura pas crû dans des proportions importantes, la population demeurera donc stable et l’émigration faible. Les habitants s’efforcent de se contenter d’une émigration saisonnière. Le pays des Haha n’est donc pas encore « mobilisé », et il est pour la main-d’œuvre industrielle une réserve d’avenir. Les travailleurs sont d’ailleurs en général des gens simples et honnêtes.

  • 38 Cf. F. III, pl. 5.
  • 39 Les chiffres arabes entre crochets indiquent le pourcentage de l’émigration masculine, par rapport (...)

25L’émigration38, de proportion modérée, est un peu plus forte le long de la route côtière et sur les confins nord, plus proches de Mogador (Aït Zelten [4]39, Ida ou Ouissaren [3,5], Ida ou Trhouma [3]) dans une zone où d’ailleurs la pluviométrie est plus faible ; elle est moindre dans l’intérieur, là où les communications sont moins faciles et la pluviométrie plus forte (Ida ou Kazzo [1], Aït Aïssi [2], Ida ou Bouzia [1,2], Ida ou Zemzem [2]), plus faible encore chez les Imgrad [0,3] là où existent d’importants chantiers forestiers qui absorbent la main-d’œuvre.

26Les tribus arabisées du nord ont une émigration moindre de moitié. En Ida ou Gourdh [3] et au Dra [3,2] il faut évidemment tenir compte de l’attirance normale de Mogador. Les tribus berbères de montagne qui bordent les Haha à l’est ont une émigration deux fois plus forte, se rapprochant ainsi des taux élevés des Ida ou Tanan.

27Sauf chez les Ida ou Guelloul [1,5] dont 1/3 des émigrants a quitté le pays avec leur famille et les Ida ou Bouzia [1,2] ou 1/4 a fait de même, il s’agit surtout d’émigrés temporaires partant seuls.

28La répartition, insuffisamment connue, des émigrants se fait surtout entre Khouribga, Mogador, Casablanca, Rabat, Fedhala, Safi, Mazagan, Agadir – dans les professions de mineurs, d’ouvriers journaliers, manœuvres, pêcheurs, de commerçants, enfin, dans une faible proportion. Le métier militaire attire un grand nombre de jeunes hommes pauvres. Le territoire de Mogador (comprenant le pays Haha et les Chiadma) a donné, d’après un recensement de 1949, 1 876 anciens militaires dont les 2/3 sont revenus vivre en tribu. Il y a lieu tout particulièrement de souligner la part considérable prise par les Haha à la mine de phosphate de Khouribga (1/3 de l’effectif), soit 713 travailleurs dont 225 proviennent des Aït Zelten et 189 des Ida ou Ouissaren.

29L’émigration temporaire totale au Maroc est estimée à 2 525. Il faut y ajouter 97 émigrants en France (région parisienne et Saint-Fons près de Lyon), 51 en Algérie-Tunisie, dont certains sont partis depuis 1930.

30Une émigration saisonnière entraînant les femmes, et qui pourrait rapidement devenir temporaire et permanente, est celle qui se dirige vers les usines de conserves (chez les Chiadma du nord de Mogador vers Safi, et chez les Aït Ameur vers Agadir).

Émigration montagnarde non spécialisée (B)

31Elle englobe d’abord la confédération des Ida ou Tanan [moyenne générale 5,9], les Ida ou Zal [8,8], les Demsira [8] et les Ida ou Mahmoud [8,5]. On doit y joindre aussi la zone du Dir nord de l’Atlas : Mzouda [5,8], Douirane [5], Nfifa [6,2] et Mtougga [4].

32Il faut rattacher au même type le groupe montagnard de l’Anti-Atlas composé de trois parties :

B.1. le groupe dépendant du bureau Aït Baha, Aït Souab [13], Aït Moussa ou Boukko [10], Aït Wadrim [6,7], Aït Waliad [2,8] Mechguigla, Taseguedelt [9], Tidli [2] ;

B.2. le groupe dépendant de Tanalt : les Ida Oultit comprenant Aït Ahmed [5,5], les Ida ou Guersmouk de la montagne [7], les Ida ou Baqil de la montagne [7,3], le Tazeroualt [5], les Ida ou Semlal [8,7] ;

B.3. une partie des tribus de l’annexe d’Irherm.

33Dans toute cette zone, des traits communs sont à retenir. C’est là un vieux pays berbère, indépendant et anarchique, qui a résisté obstinément jusqu’en 1928 (nord) et 1934 (sud) à la conquête du Makhzen. La famille patriarcale et la fraction (taqbilt) y sont demeurées très vigoureuses. La pénétration lente du droit religieux n’est pas encore venue à bout des principes berbères en matière d’héritage des biens fonciers, ce qui favorise beaucoup l’émigration temporaire masculine en assurant la permanence des femmes au foyer.

  • 40 Cf. F. XX, pl. 46 (a).

34La défense des institutions anarchiques a exigé, jusqu’à la soumission, la présence d’un grand nombre d’hommes en tribu. L’émigration n’a donc pris son plein essor qu’après l’établissement du Makhzen (chiffres en moyenne triplés depuis quinze ans). Mais dans le cas de tribus déjà soumises aux grands chefs de l’Atlas (les Demsira), c’est l’inverse qui s’est produit. La substitution du contrôle français au protectorat des chefs Mtougga en 1929 a eu pour conséquence un brusque retour des émigrés qui avaient fui l’oppression de leurs maîtres tyranniques ; l’émigration temporaire n’y a pris son ampleur que plus tard40.

35Il s’agit, d’autre part, de populations assez frustes qui donneront une forte proportion d’ouvriers, de manœuvres, de mineurs parfois et un moindre contingent d’employés et artisans et de commerçants. Dans le Haut-Atlas où les habitudes d’émigration saisonnière, lors des moissons surtout, sont anciennes, il se trouvera aussi une forte proportion d’employés agricoles (Mtougga, Demsira). Dans cette profession, la distinction entre émigrants saisonniers et temporaires est difficile à faire, et nos statistiques sont sur ce point incertaines.

  • 41 Cf. F. III, pl. 5.

36B.1. Chez les Ida ou Tanan41, très fortement attachés à leur pays malgré sa pauvreté (les fonds d’oued cultivables sont très étroits, les cultures d’arbres fruitiers qui pourraient être une grande richesse n’ont pas encore reçu le développement qu’elles pourraient avoir), les travailleurs partent seuls. La famille est assez solide (16 % de divorces seulement par rapport aux mariages). Le surpeuplement ne paraît pas être un facteur déterminant puisqu’on estime que la population est sensiblement stationnaire depuis vingt ans.

37Beaucoup d’Ida ou Tanan cherchent à éviter l’émigration temporaire par l’émigration saisonnière (1 000 environ vers le Sous et les Haha). 50 % des émigrants s’établissent à Agadir et dans son voisinage, à petite distance de la maison natale, surtout lorsqu’il s’agit des petites tribus du sud : Aït Aouerga [8,1], Aït Wankrim [7], Ifesfasen [4,9].

38L’émigration totale est de 1 800, dont 54 en Algérie-Tunisie et 58 en France.

  • 42 Cf. F. III, pl. 5.

39La répartition par lieux de travail et métiers est donnée par un schéma unique établi pour l’ensemble de la confédération42.

40De ce qui précède, on peut déduire que le développement de la ville d’Agadir et du Sous absorberont un nombre croissant d’Ida ou Tanan, ce qui peut avoir pour résultat de limiter pour ce groupe l’importance de l’émigration à grande distance.

  • 43 Cf. F. III, pl. 6.
  • 44 F. IV, pl. 7.
  • 45 Cf. F. IV, pl. 8.

41Dans la zone située plus à l’est, où l’émigration est sensiblement plus élevée [8 en moyenne]43, on observera pour les trois premières tribus (Ida ou Ziki, Ida ou Zal, Ida ou Mahmoud) la très forte proportion de manœuvres, la faible proportion de commerçants et d’artisans ainsi que l’attirance considérable de Casablanca (ou éventuellement de Port-Lyautey)44. Les familles suivent les émigrants dans la proportion de 1/10. Les Demsira45, dont beaucoup sont mineurs, connaissent une émigration du même type, mais avec une très forte émigration rurale qui semble être le souvenir de la période récente d’exil au temps où les seigneurs Mtougga opprimaient la tribu. L’ampleur de l’émigration, si les chiffres recueillis sont confirmés, est impressionnante chez les Ida ou Mahmoud, où elle mérite, à nos yeux, d’être expliquée par une enquête complémentaire.

42Il semble que la déforestation et l’insuffisance des pluies chez les Demsira soient à retenir parmi les causes locales d’exode et d’émigration temporaire. Il s’agit aussi de tribus des cols dans lesquelles les hommes sont habitués à voyager et sont tentés par la route qui traverse leur territoire.

43Le pays des Seksawa a une émigration déjà plus variée, mais bien plus faible [2,2]. Il s’agit encore ici d’une zone demeurée loin des communications. Il y a lieu de prévoir dès l’achèvement prochain des routes conduisant du Dir jusqu’à la haute montagne (Aït Haddious) une augmentation rapide de l’émigration temporaire.

  • 46 Cf. F. IV, pl. 8 et 9.

44Les Mzouda [5,8] el Nfifa [6,2] ont une émigration du même type que les Seksawa, mais plus importante. Chez les Douirane [5] et Mtougga, tribus d’ouvriers et de mineurs [4], on notera, comme chez les Ida ‘ou Mahmoud, la forte attraction de Casablanca (40 à 50 %). L’émigration en France est très faible dans les tribus dépendant d’Imintanout46.

45B.2. Dans le groupe montagnard de l’Anti-Atlas, examinons d’abord les tribus de ce type d’émigration ouvrière non spécialisée dépendant du centre administratif des Aït Baha.

  • 47 Cf. F. V, pl. 10 et 11.

46Chez les Aït Souab47, partiellement touchés déjà, sur leurs frontières de l’est et du sud, par l’attrait du commerce, si puissant chez les tribus des Ammeln et Ida ou Gnidif, la proportion d’employés manœuvres et mineurs reste cependant forte. L’émigration masculine s’élève en moyenne à 13 %. Il est intéressant de noter sur une carte de détail les proportions diverses des émigrés, se rendant soit au Maroc du Nord, soit en Algérie ou en Tunisie ou en France, à l’intérieur des petites fractions. Ainsi est mise en évidence la variété des aspects du phénomène, qui est essentiellement lié aux réussites individuelles et collectives et aussi aux particularismes locaux et à l’isolement. Il faudrait avoir la patience d’aller plus loin encore dans l’analyse et jusqu’aux villages, pour y observer les directions variables de l’émigration au Maroc et y découvrir la multiplicité des causes qui conditionnent les exodes et la forme qu’ils prennent. Ce travail n’a pas été fait. Dans l’ensemble, 8 % des émigrés vont en France, 9 % en Algérie, 7 % en Tunisie, 76 % au Maroc. Ils sont 2 400 en tout. Les départs de familles sont très peu importants (l/25 du nombre des hommes) ; mais déjà les enfants rejoignent en nombre (650) leurs parents dans les fractions « épicières », qui sont celles dont le territoire est voisin des Ida ou Gnidif, c’est-à-dire les Aït Yahya, Achtouken, Toudma, Issafen. Jusqu’à présent cependant, malgré l’ampleur de l’exode, les familles, fortement enracinées, tiennent à la terre dans toute la partie nord-ouest du territoire.

  • 48 Cf. F. V, pl. 10  ; F. VI, pl. 12, 13, 14.

47Les Ida Oultit (annexe d’Anzi)48 nous offrent une situation mixte qui n’est pas sans analogie avec la précédente, le commerce rivalisant parfois, pour l’émigration au Maroc (tribus des Ida ou Guersmouk et des Ida ou Semlal) avec les métiers de force.

48Mais ici l’émigration extérieure (1 500) vers la France (444), l’Algérie (573 dont 248 à Oran) et la Tunisie (470) s’amplifie au point de dépasser celle du Maroc (1 438). L’équilibre social du pays cependant est encore intact. À peine 1 % des femmes quittent-elles le pays qui demeure très cultivé. Déjà, aussi, le type de l’émigration diversifiée, qu’on voit dans la plaine de Tiznit, s’annonce par l’apparition d’ouvriers plus spécialisés et par un goût plus vif pour les mines. Parmi les « essaims » de travailleurs fortement établis à l’extérieur, notons les gardiens à Tunis, les épiciers à Oran et l’aristocratie ouvrière de spécialistes chleuhs des maisons Dinin, Fulmen, Chausson dans la région parisienne.

49Les Aït Wadrim sont plus fréquemment encore travailleurs de force que commerçants. Le caractère complexe de leur cas est souligné par le fait qu’il existe aussi chez eux une importante émigration saisonnière (226 bergers suivant les troupeaux à l’extérieur).

  • 49 Cf. F. VII, pl. 15, 16 17.
  • 50 On signale chez les Aït Wasso une forte émigration des familles qui ne nous semble pas expliquée.

50Le groupe minuscule des Aït Moussa ou Boukko [10] nous donne aussi un fort contingent de 51 ouvriers à la France. Dans certaines petites tribus situées à l’est comme les Aït Waliad [2,8], Tidli [2], l’émigration temporaire est encore très faible et peu spécialisée. Elle s’accroît lorsqu’on se rapproche de la ligne commerciale qui joint les Aït Mzal aux Ida ou Gnidif, où la prépondérance du type commercial va s’affirmer49 chez les Ida ou Ktir [12], Taseguedelt [9], Aït Baha [7], Aït Mzal [12], alors que le type d’émigration des Aït Wasso [9] s’apparente davantage aux Aït Ali [10] où le nombre des ouvriers et employés l’emporte sensiblement sur celui des commerçants50. On retrouvera plus à l’est le même type d’émigration non spécialisée dans les tribus qui entourent Irherm, que nous traiterons plus loin en le rattachant au groupe d’émigration de type archaïque, pour simplifier la description.

L’émigration commerçante (D)

  • 51 Cf. F. VII, pl. 15.

51L’émigration commerçante qui a connu depuis dix ans un immense succès dans l’Anti-Atlas central est un phénomène qui revêt ici une ampleur sans précédent dans l’Afrique du Nord51. On ne peut bien lui comparer que la spécialisation des Mozabites en Algérie et des Djerbiens en Tunisie, qui sont d’ailleurs moins vigoureux que nos Chleuhs. En effet, la conquête du marché de l’alimentation a été menée par nos gens avec une telle résolution que les Mozabites eux-mêmes n’ont pu résister aux Berbères de l’Anti-Atlas en Oranie d’où ils ont été chassés. D’Oran à Tanger et de Tanger à Agadir, le Chleuh de l’Anti-Atlas est devenu le roi incontesté de l’épicerie.

52Il s’agit de la transformation et de l’intensification d’un commerce ancien qui a connu autrefois la forme plus humble de la vente des corps gras et savons, avec les beqqala soussis des vieilles villes traditionnelles et les marchands plus modestes encore qu’étaient les marchands de graines cuites, fowwala, venus de la région du Noun. Ces deux formes d’activités anciennes survivent encore d’ailleurs à côté des nouvelles entreprises, bien que le commerce moderne de l’épicerie ait toutes les faveurs.

53Le mouvement de modernisation de ce commerce paraît bien être la résultante de trois groupes d’initiatives qui sont à peu près contemporaines : la création, dans les premières années du Protectorat, de la « caravane » des Aït Mzal (allant du Souk des Aït Baha vers Casablanca) suivie plus tard de la création d’une ligne régulière de cars appartenant à la famille du cheikh des Aït Mzal ; le succès, à la même époque, des entreprises commerciales de notables des Ida ou Gnidif et des Ammeln, surtout à Meknès ; plus tard, la conquête des places de Casablanca et de Tanger par les Ammeln. Le résultat a été la création de véritables trusts familiaux du transport des gens et des marchandises et la constitution d’énormes groupements d’épiceries (jusqu’à 80 ou 100 par des hommes d’une même fraction) à Meknès, Tanger, Casablanca, Rabat, etc. dirigés par une seule personne, associée il est vrai à de très nombreux « frères ».

  • 52 Cf. F. VII, pl. 16.
  • 53 Cf. IIe partie, chapitre IV, St. Delisle, Cahiers de l’Afrique et l’Asie, tome I, p. 206 et suivant (...)

54Les grandes tribus commerçantes se sont d’ailleurs vite spécialisées, s’attribuant en fait, par une concurrence habile, le monopole de l’épicerie dans les nouveaux centres européens. On notera à cet égard combien diffèrent les deux schémas de répartition géographique de l’émigration par exemple chez les Ida ou Gnidif [15] et les Ammeln [12,5]52 dont les commerçants ont occupé des régions distinctes de manière à ne pas se faire concurrence. Il faudrait, ici encore, descendre dans le détail de l’émigration des fractions et même des villages pour retrouver le lien étroit qui s’établit bien vite entre un riche commerçant qui réussit et le groupe social plus ou moins large qui constituera bientôt sa clientèle politique et sociale en tribu. On verrait en même temps s’organiser dans les villes son armée pacifique de collaborateurs dévoués qui se compose non seulement des boutiquiers mais aussi de serviteurs des Européens, originaires de la même tribu du Sous. Bientôt il apparaîtra dans les cités toute une hiérarchie de grossistes audacieux, de demi-grossistes sérieux, de détaillants travailleurs, aisés ou modestes, de débutants timides et soumis, chacun s’appuyant pour réussir sur sa famille patriarcale et s’efforçant d’aider à l’occasion – tout en s’enrichissant – les frères les plus pauvres. Le caractère d’« aventure individuelle » de chacune de ces réussites est bien mis en évidence par les monographies rédigées sur les commerçants53.

55Cette émigration commerçante va d’ailleurs s’harmoniser à merveille avec les nécessités de la vie familiale et agricole au pays. Chacun des employés ou co-propriétaires de magasin séjournera souvent dans les villes du nord pendant une courte période, six mois ou un an, et sera remplacé à tour de rôle par un parent. Système qui évite une comptabilité compliquée et les discussions d’argent puisque chacun se voit octroyer une période d’activité et de bénéfices, à ses risques et périls. Bientôt on prendra l’habitude d’emmener avec soi dans la ville les enfants de huit à dix ans, dès qu’ils sauront faire des additions et soustractions, « la multiplication et la division étant moins utiles dans le commerce ». Plus tard, enfin, les femmes rejoindront ceux qui réussissent et que leurs intérêts, souvent considérables, retiennent désormais dans les cités modernes.

  • 54 Comparer spécialement les schémas donnés à la F. VII, pl. 17.

56Une telle émigration, devenue ainsi peu à peu familiale, se développera surtout chez les Ammeln. Bientôt, la réussite collective des Ammeln suscitera une émulation chez leurs voisins : les Amanouz [12,5], les Ida ou Semlal [8,7], les fractions S.E. des Aït Souab. Les Aït Toufaout, Aït Abdallah, Idouska Oufella suivront platement l’exemple de leurs voisins Ida ou Gnidif, cependant que les Aït Mzal [12] serviront d’exemple aux Idouska Nsila [10], Taseguedelt [9], Ida ou Ktir [12], Aït Baha [7]54. Souvent, dans ces dernières tribus, l’émigration féminine apparaîtra comme un corollaire de la réussite commerciale. L’émigration totale, compte tenu des départs familiaux, aura selon les fractions une valeur globale de 7 à 30 %.

57Les sommes gagnées à l’extérieur seront d’ailleurs souvent réinvesties dans de nouvelles affaires, et la transformation économique du pays berbère n’en sera pas – jusqu’à présent du moins – sensiblement accélérée.

58On s’est demandé (de la Porte des Vaux) si le succès si remarquable remporté depuis vingt ans par ces tribus commerçantes de l’Anti-Atlas ne s’expliquait pas en partie par l’origine juive de certaines des populations de cette région – origine attestée, semble-t-il, par des traditions et des survivances onomastiques, ce qui mettrait en jeu des aptitudes innées au négoce. Sans écarter totalement cette hypothèse, qui se justifie par la présence d’anciens mellahs dans la région, rappelons que d’autres populations berbères, les Kabyles par exemple, dépourvues assurément de toute attache juive, excellent, elles aussi, dans le commerce. D’autre part, la rapidité avec laquelle cette maîtrise commerciale des Aït Souab, Aït Toufaout, Aït Abdallah, Idouska Oufella s’est affirmée, les initiatives nombreuses qu’elle a suscitées dans les tribus environnantes, la manière dont s’organisent les groupements tribaux de commerçants et l’habileté avec laquelle ils conquièrent avec une exclusivité remarquable certaines places secondaires nouvelles (Settat, Oued Zem, Larache, etc.) font apparaître bien davantage l’importance du rôle d’exemple qu’ont joué certaines réussites individuelles. Ce sont des entreprises à caractère aventureux au début, qui se transformeront bientôt, en raison de l’intervention des groupes sociaux auxquels appartiennent les pionniers (famille patriarcale, village, fraction), en réussites collectives. Mais ces dernières gardent encore, de groupe à groupe, des physionomies très distinctes. Les traditions d’entraide des Ammeln diffèrent de celles des Aït Mzal.

59Chez les Ammeln, l’émigration masculine est de 12,5 %. L’émigration en famille (avec épouse) atteint 20 % en moyenne, et au voisinage même de Tafraout, 40 %. Les enfants émigrent dans la proportion de 30 % de celle des hommes. À peu près personne ne part en Algérie ou Tunisie. Presque tous les émigrants sont épiciers (en tout 4 100 hommes).

60Chez les Ida ou Gnidif, la proportion d’épiciers est aussi énorme, bien qu’on observe chez eux d’autres professions, dans l’ordre d’importance, celles de domestiques et de mineurs (en France) (en tout 1 200 hommes). Les enfants émigrent en grand nombre, mais les femmes dans une bien moindre proportion (10 %) : la tradition berbère reste plus vigoureuse et l’évolution est sur ce point bien moins avancée que chez les Ammeln. Notons que les enfants adoptent souvent la profession de porteurs dans les marchés (en relation avec le commerce). D’autres, il est vrai, sont simplement cireurs, mais souvent ces deux métiers sont exercés à la fois. L’émigration en France est très faible [1].

  • 55 Cf. F. VIII, pl. 18 et 19 et F. VII, pl. 15.

61Par comparaison, le groupe des Hilalen de l’est55 comprenant les Aït Ali [10], Aït Abdallah [10], Touflast [14], Idouska Oufella [7] et Aït Toufaout [12], où prévalent aussi les professions commerçantes, fait preuve, on s’en rend compte en examinant les schémas, de plus d’esprit inventif dans le choix de ses zones d’action que les voisins du groupe Aït Mzal, si attachés à copier leurs voisins et devanciers. L’émigration en France, en Algérie et en Tunisie y oscille seulement entre 1 et 2 %.

62Sur les confins sud des Ammeln subsistent, en direction du Bani, de petits îlots comme les Aït Wafka, Aït Abdallah ou Saïd, que l’émigration épicière, cependant si proche, n’a pas encore troublés dans leur vie traditionnelle. C’est un phénomène comparable à celui des petits groupes montagnards isolés dont nous avons déjà parlé, comme les Aït Waliad et Tildi, cantons oubliés que n’atteint pas la contagion de l’avidité commerçante.

L’émigration de type archaïque (E)

  • 56 Cf. F. IX, pl. 20.

63B.3. On ne saurait imaginer de contraste plus frappant que celui qui existe entre les « tribus épicières » et celles qui les avoisinent à l’est (bureau d’Affaires indigènes d’Irherm). Ici, plus qu’ailleurs, l’émigration s’impose. Elle s’apparente souvent par ses aspects à celle des tribus d’ouvriers (B.1-B.2) tout en s’inspirant des exemples des épiciers (D). Le pays, qui n’a même plus la ressource médiocre des forêts d’arganiers depuis longtemps ravagées dans une zone de pluies déficiente, ne donne qu’une bonne récolte sur cinq. Mais le courant général d’émigration reste faible dans l’ensemble : Indouzal [5], Ida ou Zeddout [3,4], Inda ou Zal [4,8], Ida ou Zekri [4,5], Ida ou Kensous [3]56. Ces chiffres, il est vrai, ne tiennent pas compte d’une émigration définitive ancienne, égale à la moitié de celle qui reste, en liaison constante avec le pays. Chez les Issafen, population d’oasis, le chiffre monte à 7 %. Bien que la profession de commerçants soit hautement prisée, il subsiste une grosse masse de manœuvres. On connaît les balayeurs des Issafen, les tanneurs des Ida ou Zeddout. Les enfants qui émigrent avec leurs parents sont cireurs.

  • 57 Ibid.

64E. L’artisanat, sous sa forme archaïque, continue de faire vivre les hommes des trois tribus : Tagmout [7,6], Asa [14] et Ida ou Nadif [4,7] (6,1 % en moyenne pour tout le groupe)57. Presque tous les hommes ayant le métier de savetier s’établissent pour de longs mois, avec femme et enfants à l’occasion, à Marrakech. C’est là un type ancien d’émigration qu’a connu longtemps le vieux Maroc et qui se trouve miraculeusement préservé grâce à l’éloignement de ces tribus et à leur caractère conservateur. La forte proportion d’émigration des femmes (20 % de celle des hommes) s’explique aisément par la présence prolongée de ces modestes artisans dans les villes et par leurs ressources, faibles mais assurées, dans une place permanente.

65En examinant la direction de l’émigration d’après les deux schémas de la planche 20, on est amené à penser que l’émigration du « groupe archaïque » (E) a été remplacée récemment dans les tribus du nord et de l’ouest (B.3) par une émigration plus dynamique, recherchant les chantiers productifs ou éventuellement les avantages du commerce moderne.

66L’effectif total de l’émigration temporaire s’élève à 2 400 habitants. Mais une étude de détail faite chez les Ida ou Zeddout montre qu’il existe en outre (comme on le signale chez les Chtouka) un fond d’émigrés solidement établis dans les villes, souvent commerçants, qui représente les 3/5 des absents. On a tendance à les regarder comme définitivement émigrés.

Émigration semi-spécialisée de l’Azarhar de Tiznit (C)

  • 58 Cf. F. IX, pl. 21.

67Si les exilés temporaires du Haut-Atlas ou de certaines régions de l’Anti-Atlas, établis dans les villes du nord et les chantiers, méritent d’être représentés comme formant « l’infanterie » de l’émigration, en raison de leur nombre et des rudes tâches qu’ils acceptent, si l’émigration épicière de l’Anti-Atlas central suggère l’idée d’une « intendance » bien montée, l’émigration de la plaine de Tiznit – l’Azarhar – et de la bande côtière fait penser par l’esprit d’adaptation de ses troupes au « génie » et aux « services techniques » d’une armée. À ce groupe nous rattacherons celui des populations situées plus au sud (bureau de Bou Izakaren) qui ont été appelées à suivre le mouvement en imitant leurs voisins de Tiznit58.

  • 59 Dans le Noun comme au Tafilalet, les nomades deviennent mineurs depuis quelques années, avec l’espo (...)

68Notons qu’il s’agit de populations qui, dans le nord de l’Azarhar surtout, ont été mises en relations vingt ans plus tôt que les autres avec le Makhzen (Massat, Aglou, Tiznit) et qui ont ainsi conquis leurs positions les premières, s’ingéniant d’année en année à trouver des emplois multiples et variés, découvrant alors le moyen de s’insérer d’une manière profitable dans la vie administrative ou économique moderne. La tentation de se livrer au commerce, toujours présente dans l’âme des Chleuhs, n’a pas étouffé chez eux les autres initiatives. La rude profession de mineur a même conquis des sympathies chez certains groupes (Aït Brihim par exemple), et cet exemple exerce aujourd’hui sa contagion bien plus au sud, dans les tribus du Noun59.

69On pourra noter ici encore combien la route côtière semble avoir joué un rôle favorable à l’exode, Massat [10,2], Mader [10], Aglou [11,2], Ahel Sahel [11], ainsi que les Oulad Jerrar [10,3] si proches de Tiznit. Les tribus de l’intérieur et du sud ne se mobilisent que dans une moindre mesure (Ida ou Baqil de la plaine [6,9].

70Les chiffres très faibles recueillis chez les Akhsas et les Mejjat semblent mériter confirmation et sont sujets à caution. Notons par contre chez les Ifrane une très forte émigration [12,6] qu’il faudrait expliquer. Une étude détaillée, ici comme ailleurs, montrerait que la passion de la terre, qui est très grande, retient les hommes lorsqu’ils disposent localement de sources permanentes et abondantes (c’est le cas chez les Ida ou Baqil de la plaine).

71Tiznit, centre administratif, absorbe sur place, comme il est normal, l’activité d’une partie de ses habitants, d’où une émigration plus limitée [7,5]. C’est sans doute aussi ce qui expliquerait à Goulimine une diminution légère de l’émigration.

72Malheureusement, l’insuffisante précision des renseignements fournis par la zone de Tiznit ne permet pas, sauf pour les tribus dépendant de Mireleft (Ahel Sahel et Aït Brihim), de donner la répartition des émigrés selon les professions. Mais celle-ci est bien connue : cuisiniers, garçons de café et d’hôtel dans les villes du nord, mineurs en France et ailleurs qui, au retour, se transforment en carriers et perceurs de Khettaras, mécaniciens, chauffeurs et graisseurs, électriciens, tolba, gardiens de nuit en Tunisie (Mejjat), pêcheurs de type archaïque ou moderne, militaires enfin (300 pensionnés militaires, 400 pensionnés du travail) ; telles sont les principales catégories habituelles de professions, en dehors naturellement des innombrables petits emplois de chaouch et d’auxiliaires du Makhzen.

73Le schéma de la planche 21 donne la répartition géographique de cette main-d’œuvre pour les tribus de l’Azarhar (Aglou, Aït Brihim, Massat, Mader, Oulad Jerrar, Ida ou Baqil, Ida ou Guersmouk, Tiznit). Sa dispersion est caractéristique. Il est vrai qu’il s’agit d’un gros fort de tribus ayant fait chacune sa place partout où cela était possible.

  • 60 F. IX, pl. 22.

74On notera, par comparaison, le tableau de l’émigration vigoureuse des Ahel Sahel et des Ifran, ainsi que l’émigration modeste et peu différenciée des Mejjat60, celle des Akhsas et Aït Erkha qui semblent relativement faibles. Le mouvement dans cette dernière zone, touchée plus tard que les autres, paraît être à ses débuts et cherche ses voies.

  • 61 En particulier par crainte de l’application d’un statut de naturalisation sur cette terre de souver (...)

75L’enquête n’a pu être menée avec précision sur la zone espagnole d’Ifni. Peuplée de 25 000 habitants pour la plupart sédentaires, elle n’est séparée du reste du Maroc que par une frontière conventionnelle qui n’a pour ses habitants et les tribus voisines aucune réalité. Les fluctuations du climat sont les mêmes que celles des régions périphériques. L’émigration qui est temporaire et masculine paraît voisine de 6 %. Elle donne une proportion d’ouvriers (mineurs, manœuvres), plus forte que celle qu’on observe dans l’Azarhar de Tiznit. Elle est dirigée vers le nord du Maroc dans les villes et chantiers miniers ou vers la France et la Belgique. Il faut, d’autre part, noter qu’une partie des habitants de la zone d’Ifni s’est réfugiée en zone française, sur la périphérie du petit territoire de souveraineté espagnole pour des raisons variées61.

L’émigration des nomades des confins désertiques (Bani) (G)

  • 62 Dans quelques cas cependant, là où la sédentarisation des nomades est rapide, Haratin (Noirs libéré (...)

76Lorsqu’on quitte l’Anti-Atlas pour pénétrer dans les confins sahariens, depuis l’oued Noun et les oasis du Bani jusqu’au coude du Dra, on pénètre dans un monde différent. À l’unité ethnique que nous avons observée chez les tribus sédentaires du Sous et à la fusion constante des éléments étrangers qui ne s’y introduisent que pour être aussitôt assimilés au sein des tribus s’oppose ici la diversité de groupements humains juxtaposés, mais souvent imperméables les uns aux autres : Berbères sédentaires ou Berbères nomades, Haratin de vieille race ou mêlés à des fils d’esclaves récemment importés, pasteurs arabes, marabouts et chorfa confortablement établis, Juifs enfin constituent autant de classes sociales et de catégories à l’intérieur de chaque tribu qui réagiront chacune à sa manière devant le problème économique62. Les uns émigrent temporairement ou définitivement, seuls ou en famille, les autres au contraire s’incrustent sur place et arrondissent leurs domaines au détriment de ceux qui partent. Il en est enfin qui s’enrichissent à l’extérieur pour être capables d’acquérir des terres au pays. Nous essaierons ici de saisir, en même temps que les règles générales de répartition de l’émigration, l’importance que cette dernière revêt dans chacune de ces catégories ethniques.

G.1. Les nomades

77Il faut d’abord bien distinguer ici l’importance, chez les nomades du Sahara, des exodes anciens ou, récents de tribus. C’étaient jadis des poussées collectives ayant pour but la conquête ou, au contraire, des fuites devant les conquérants plus forts, mouvements que notre arrivée a d’ailleurs arrêtés en immobilisant les positions des envahisseurs au moment de la soumission. Ces invasions se prolongeaient souvent vers le nord par des émigrations de groupes de tentes, qui partaient à la recherche de pâturages provisoires pour leurs troupeaux. Ces dernières émigrations, en principe saisonnières, mais qui pouvaient se prolonger, se continuent encore çà et là, avec les Torkoz ou les Aït Oussa, qui viennent, sous nos yeux aujourd’hui, ravager la forêt d’arganiers du Sous, en suscitant les protestations des tribus sédentaires. D’autres, comme les Aït Lahsen du Noun, ou bien comme les Oulad Bou Sbaa de Mauritanie, remontaient plus au nord jusqu’au Haouz de Marrakech et dans le Rharb. Ces émigrations, de caractère temporaire à l’origine, devenaient souvent définitives. Elles ont tendance à diminuer d’importance, sauf naturellement dans les années de grande misère. Chacun se rend alors vers le nord dans les plaines ou autour des villes, là où il a déjà des frères. Enfin de nos jours, à l’imitation des populations sédentaires établies plus au nord, les nomades ont tendance à s’engager à leur tour dans une émigration temporaire masculine de type ouvrier.

78Examinons de plus près les diverses tribus nomades. Chez celles du poste de l’oued Noun (Aït Lahsen et Oulad Bou Aïta), il se dessine maintenant, en plus de ces déplacements saisonniers ou définitifs, des émigrations saisonnières vers les pêches industrielles d’Agadir. En outre, comme nous venons de le dire, malgré le peu de goût naturel des pasteurs pour le travail manuel, apparaît aujourd’hui un contingent important de mineurs pour la France, par imitation des tribus de l’Azarhar de Tiznit. L’émigration n’a pas été dénombrée exactement, et les chiffres fournis, contradictoires, sont compris entre 3 et 8 %, toutes catégories mélangées.

  • 63 Cf. F. X, pl. 23.

79Chez les Aït Oussa (2 000 feux), nomades pour les 9/10e, nous observons un excellent exemple de dispersion de tribu, dont nous saisissons les premiers aspects dès 1908-1912 et qui se poursuit à chaque période de crise alimentaire, causée par la sécheresse63. La fraction Anfalis a ainsi plus de la moitié de ses membres fixés au douar Doum à Rabat. Les Ida ou Ngit ont choisi depuis longtemps les plaines du Rharb où ils sont bergers. Seule la grosse fraction Aït Ouaban avec ses bons éleveurs chameliers n’émigre presque pas. En moyenne, on estime à 15 % l’émigration à grande distance avec familles.

  • 64 Ibid.

80Le cas des Torkoz nomades64, récemment venus du désert, n’est pas moins caractéristique. Presque « volatilisés » vers le nord à la fin du XIXe siècle, après la ruine de Tindouf, leur point d’appui, à la suite de l’expansion guerrière des Rguibat de Mauritanie du nord, ils sont revenus peu à peu aux confins du Dra mais gardent encore une très forte diaspora. L’émigration est de l’ordre de 70 % du total (vers Casablanca, Mogador, le Sous, Oulmès, Khouribga, etc.). Les métiers exercés sont ceux de bergers et de manœuvres.

  • 65 Cf. F. X, pl. 24.

81En remontant plus au nord, dans les tribus du bureau de Goulimine qui sont elles-mêmes composites et formées de sédentaires et de nomades, on trouve65, chez les Azouafid, Aït Moussa ou Ali et Id Ahmed, une émigration qui est, elle aussi, de type mixte. On y observe de nombreux départs d’ouvriers isolés vers la France (400) et vers le Maroc, en famille dans plus de 75 % des cas. Ces petits nomades n’ont que peu d’émigration saisonnière. Le même phénomène s’observe chez les Azouafid où l’on peut estimer que la proportion de la tribu qui vit à l’extérieur est de 23 %. Dans les petites tribus Aït Moussa ou Ali, Id Ahmed, Iguissel, Abeino, cette proportion tombe à 20 %.

82Les trois tribus de Tarhjicht – Id Brahim, Aït Herbil et Lanesas – qui sont, elles aussi, composites, donnent dans les mêmes conditions, en raison des départs de familles, des proportions de 20 %, 18 % et 30 %. La répartition des métiers est analogue à celle des tribus berbères non spécialisées. On observe une vogue croissante du travail dans les mines en France et au Maroc.

  • 66 Cf. F. XI, pl. 25 et F. XII, pl. 26.

83Nous dirigeant plus à l’est, nous retrouvons à Aqqa et Foum-el-Hosn (Imi Ougadir), un milieu plus semblable à celui du Sous, puisque les émigrants sont surtout les sédentaires berbères dominés par les nomades. L’émigration du type de l’Anti-Atlas, sans spécialisation, est entretenue par le dessèchement du pays, sensible dans la région d’Imi Ougadir. Pour cette raison aussi, il y a une très forte émigration saisonnière vers le Sous. Les départs en famille sont peu importants. Les pourcentages d’émigration masculine temporaire sont, pour les Aït Herbil, 7 % (chiffre douteux), pour les tribus du pays de Tamanart – Aguerd, Smougen – 7,6 %, et chez les Aït Oumribet d’Imi Ougadir et d’Aqqa, 5,7 %. Ces proportions comprennent une émigration à l’extérieur du Maroc de 1 %66.

G.2. L’émigration dans les oasis du Noun et du Dra

84Bien que nos études soient sur ce point peu précises, il semble bien que les éléments les plus touchés par cette émigration saisonnière soient ceux des classes inférieures et des sédentaires. Les nomades émigrent peu. C’est surtout lorsque les oasis deviennent le support d’une nombreuse population qu’il faut distinguer avec soin entre les divers groupes ethniques en présence.

  • 67 F. XII, pl. 27.

85La décadence des oasis est sensible surtout à Tata67 (sécheresse, affaiblissement de la hiérarchie sociale par suite de la soumission, ruine de l’économie saharienne). Il en résulte un mouvement d’exode vers le nord qui s’ajoute à une forte émigration saisonnière dans le Sous (en famille) ou vers le Rharb, c’est-à-dire vers le nord, pour des isolés.

  • 68 F. XII, pl. 26 et pl. 27.

86Il faut naturellement ici étudier l’émigration selon les groupes ethniques, ce qui oblige à admettre un autre type de représentation schématique. Marabouts et chorfa donnent les chiffres les plus faibles. Ils sont en effet les plus riches et les plus enclins à étendre leurs domaines fonciers parce qu’ils sont souvent les moins menacés par l’oppression des nomades ou des chefs. Les Chleuhs libres émigrent en nombre et les Haratin plus encore. L’émigration donne soit des ouvriers, soit des petits commerçants épiciers chez les Chleuhs et des marchands de graines cuites chez les Haratin. Il faut tenir compte aussi des spécialités traditionnelles si vigoureuses dans les régions voisines du désert : puisatiers berbères de Tissint, herboristes arabes qui vont vendre leurs produits jusqu’en Algérie. Ces derniers pourraient être plutôt considérés comme des saisonniers. Les pourcentages d’émigration chez les sédentaires sont forts (Tata 9 %, Tissint 8 %). Les schémas d’émigration indiquent la complexité du phénomène68. On remarquera qu’à Tissint, où la discipline sociale est restée plus stricte, les Haratin émigrent moins, tandis que les seigneurs, les chorfa, se taillent peu à peu des domaines irrigués dans le Dra.

  • 69 F. XIII, pl. 28.

87Plus à l’est encore, à Foum-Zguid, nous trouverons un type d’émigration qui annonce déjà celui de l’oued Dra69. La différence est toujours aussi grande entre les divers groupes ethniques et géographiques. Les Arabes nomades (Krazba) émigrent peu et surtout vers le Dra ou vers la plaine de Marrakech (émigration masculine 3,2 %), mais en majorité ils partent avec leurs familles (ce qui élève le pourcentage à 7,5). Il s’agit d’ailleurs davantage d’une émigration saisonnière à grande distance avec troupeaux, qui amplifie, grâce à la faculté de circulation dans un pays pacifié, les transhumances limitées du passé. Les Aït Tlit (Nsoula), nomades plus ou moins fixés, donnent de même 5 % d’émigration masculine et 14 % d’émigration totale. Les Haratin du Tlit sont bien plus atteints (8,5 % d’émigration masculine), mais les 3/4 partent avec leurs familles, et les départs entraînent alors 28 % de la population totale de ce groupe. De même chez leurs voisins Oulad Hallal, faux Arabes qui ne sont que des Haratin arabisés, on note 7,8 %. Les Haratin berbérisés des Aït Kaabia et des Aït Asemlil, mieux tenus en mains par leurs maîtres, demeurent beaucoup plus stables (12 % au total pour le Tlit et 2 % pour les autres). Il s’agit dans l’ensemble d’une émigration d’ouvriers et d’employés, surtout à Casablanca, avec un point d’attirance vers les Aït Ourir, près de Marrakech, où les pasteurs transhumants sont attirés par l’agriculture. Les Haratin du Zguid sont spécialisés comme tenanciers de bains maures à Casablanca.

G.3. Le Dra

88Nous ne possédons pas, malheureusement, sur l’émigration de la population du coude du Dra une étude d’ensemble aussi détaillée que celle de Foum-Zguid, mais les indications recueillies montrent à l’évidence que le phénomène y présente les mêmes aspects : attitudes souvent très différentes des groupements ethniques juxtaposés, tendances à l’émigration temporaire en famille, émigration définitive de familles entières qui s’adaptent à la vie des villes.

89L’émigration, pendant le temps d’observation fixé par cette étude, touche la population des ksars dans la proportion de 2/3 à 1/3 chez les Haratin. Chez les chorfa ou les Berbères Aït Atta, elle va, selon les ksars, de 1/4 à 1/11 de la population totale.

90Les départs sont étroitement liés aux variations de l’irrigation. Dans la partie haute du Dra (Tinzouline), on note qu’un tiers de la population est absente, dans la partie médiane (Ternata) la moitié ; dans la partie basse, la moins bien pourvue en eaux (Fezouata), l’émigration totale atteint les deux tiers. Pour l’ensemble de la population faisant partie du pays (21 000 habitants), on peut compter que 25 % vivent au Maroc dans le nord et que 60 % des chefs de famille absents ont emmené leurs familles.

  • 70 On trouvera dans la planche 29 le graphique très suggestif des départs et des retours dans le ksar (...)

91Ces chiffres sont essentiellement variables selon les années. Dans les très mauvaises périodes, lorsque l’oued Dra n’a pas de crue, il ne reste, dans certains ksars pauvres, que quelques foyers de gardiens. Si l’eau d’irrigation reparaît, la plus grande partie des émigrés, à l’exception de ceux qui ont vendu la petite part de bien qui leur restait, reviennent au pays70.

  • 71 Cf. F. XIV, pl. 30, 31, 32 et F. XV, pl. 33.

92À défaut d’une étude complète, nous indiquerons ici le comportement de la population de trois ksars ayant fait l’objet de monographies précises, Bounou, des Mhamid, Beni Hayoun et Beni Zouli, du Ktaoua71.

93Dans le premier, peuplé de 3/5 de Berbères et de 2/5 de Haratin, les Aït Atta ont 1/3 de leur effectif (avec familles) à l’extérieur (1/3 dans les tribus voisines, le reste à grande distance vers les villes ou les campagnes, surtout comme pasteurs et cultivateurs ou soldats). Les Haratin ont la moitié de leur effectif au dehors, avec familles, dans les villes surtout à Casablanca (Ben Msik). Ils sont principalement manœuvres.

94À Beni Hayoun où vivent 89 % de Haratin et 11 % de Juifs, 40 % des Haratin sont à l’extérieur avec leur famille, 60 % au pays, presque tous ouvriers et manœuvres à Casablanca.

95Au ksar Beni Zouli (40 % de Berbères sédentaires, 50 % de Haratin, 10 % de Juifs), il n’y a pas de différence fondamentale de comportement entre les deux catégories ethniques de Musulmans dont 3/5 sont au pays et 2/5 en émigration (avec familles, pour les 4/5). Un quart des émigrés a quitté le pays définitivement. L’émigration se fait surtout vers Casablanca ; elle est diversifiée. Les Juifs émigrent dans une proportion analogue, mais définitivement.

96Dans tous les cas étudiés, on note la « fluidité » de l’émigration dont l’ampleur varie avec le régime irrégulier des irrigations. Nombre d’émigrants ne passent à l’extérieur que quelques mois, et la frontière est difficile à établir entre l’émigration saisonnière et l’émigration temporaire. Un pourcentage important, d’autre part, voisin de 20 % se stabilise définitivement dans les lieux d’émigration. Ce qui caractérise plus spécialement le phénomène, c’est son caractère familial.

  • 72 Cf. F. XV, pl. 35.

97Dans le Moyen-Dra, où les crues sont plus régulières, la population redevient plus stable, les eaux n’étant plus, comme dans la région que nous venons de quitter, « à extrémité de course ». Mais la richesse rurale est distribuée d’une manière très inégale – il existe quelques riches et beaucoup de pauvres. De plus, le Hartani qui n’a que des jardins à cultiver doit parfois partager les produits avec les conquérants berbères qui possèdent en outre des troupeaux. Dans les années de sécheresse, tous se trouvent atteints cependant par le climat. Mais on n’observe plus ici les départs massifs qu’on voyait dans la zone méridionale, et la proportion des émigrants qui emmènent leurs familles atteint seulement 30 %. L’émigration varie, encore, en ampleur et en direction selon les groupes ethniques qui se trouvent en proportions variables dans les trois tribus : Mesguita [4,9] (prépondérance de Haratin), Aït Seddrat [9] (avec un fonds berbère important) et Oulad Yahya [5] (conquérants arabes à la base). Les hommes libres donnent des soldats pour le temps de guerre, les Haratin pour le temps de paix ; les premiers fournissent des mineurs et aussi (par imitation des Haratin) des porteurs d’eau ; les seconds fournissent des jardiniers très appréciés dans les villes et leur banlieue. Si l’on fait le calcul par race, on note que chez les Berbères l’émigration masculine atteint 2,7 %, chez les marabouts et chorfa 2 %, chez les Haratin 6,1 % et chez les Juifs 0,5 %72.

Les oasis du Dadès, Todrha, Tazzarin, Ferkla (I)

98Dès que l’on quitte la vallée du Dra proprement dite pour se diriger plus à l’est et rejoindre le Tafilalet par le pays des Skoura, le Dadès, le Todrha, on entre encore, pour tout ce qui touche aux problèmes de l’émigration, dans une région différente de celles que nous avons parcourues. Les courants de circulation humaine sont autres. Les émigrants se tournent bien davantage en effet vers le pied nord de l’Atlas central (région de Dar Ould Zidouh) et surtout vers l’Algérie. Mais ici aussi, le phénomène est infiniment complexe et prend les aspects les plus variés, parfois les plus contrastés.

  • 73 F. XVI, pl. 36 et 37.

99Chez les Skoura, à une émigration du type chleuh vers Casablanca s’ajoutent des départs vers la France et l’Algérie (3,5 % en tout). On observe sur place un déplacement des propriétés accompagné de la prise de possession fréquente des eaux d’irrigation par les plus riches et les plus puissants. D’autre part, l’entretien des cultures irriguées, qui reposait sur l’utilisation des khettara, est devenu difficile depuis la disparition de l’esclavage, car une main-d’œuvre gratuite était indispensable à l’entretien si pénible des canalisations souterraines73.

  • 74 Bin-el-Ouidan est à la fois une zone de cultures et l’emplacement de deux importants chantiers de c (...)
  • 75 Cf. F. XVI, pl. 37. Une monographie d’un village (Tidghat) dans l’une de ces fractions démontre que (...)

100À l’inverse, les Imerhran de la montagne, comme leurs frères du Haut-Atlas plus à l’ouest, émigrent très peu (0,5 %). Il n’en va pas de même pour deux fractions de plaine de cette tribu, les Aït Ougrour [11] et les Aït Ouitfao [3,5]. Étrange émigration que celle des hommes, mariés ou non, qui désertent véritablement leur pays pour aller vivre leur vie vers Bin-el-Ouidan74, Khouribga, Fedhala, souvent comme agriculteurs. Ils ne rentrent chez eux que vieillis. Les familles et les cultures au pays sont abandonnées. Ce phénomène de désertion semble lié à une sorte de désagrégation des tribus dont les causes politiques et économiques sont complexes. Les graphiques de dispersion géographique75 témoignent d’une sorte de « sauve qui peut » dans tous les sens. Les causes devraient en être étudiées avec soin.

  • 76 Ces chiffres, indiqués par le commandement pour l’ensemble du territoire des tribus de plaine autou (...)

101Les tribus sédentaires autour d’EI-Kelaa des Mgouna (Ahel Dadès, Aït Seddrat de la plaine, Mgouna de l’Oued (Aït Wasif) ont beaucoup donné depuis soixante ans à l’émigration par groupes de familles en Algérie, et même jusqu’en Orient (Egypte et Arabie séoudienne). Cette émigration définitive a été suivie d’une constante émigration temporaire surtout vers l’Algérie, qui est le double de celle qui se déverse vers le Maroc (au total 3,5 % dont 2,5 à l’extérieur76). Mais à présent le courant vers le Maroc du nord ne cesse de s’amplifier, tandis qu’il se modère vers l’Algérie. Les Mgouna de la montagne, par contre, comme les Imerhran de la montagne, n’émigrent pas.

  • 77 La monographie du ksar de Tagoumat donne une émigration masculine de 19  %, dont les 2/3 vers l’Alg (...)

102De même que dans les autres régions sahariennes, il faut noter l’existence de spécialités variées : celles de guérisseurs et d’oculistes des Aït Ben Youssef (Aït Hamou) et des zaouïas de Sidi el-Hadj (Iourtegin) et de Sidi Ben Amran (Arba mia) exerçant leur métier, comme le font les marchands d’herbes médicinales de Tissint étudiés plus haut, aussi bien en Algérie qu’au Maroc77.

103Autour de Boumalne, l’émigration temporaire [2 %] atteint différemment les sédentaires berbères, les Ahel Dadès qui sont commerçants et les Aït Ounir, d’origine nomade (terrassiers et maçons de pisé, spécialistes bien connus dans tout l’Atlas du nord vers Meknès) et enfin les Aït Seddrat (éleveurs transhumants). Un point d’attirance pour une main-d’œuvre mi-saisonnière mi-temporaire est Bin-el-Ouidan. L’Algérie, toute proche, tente beaucoup plus que la France.

  • 78 Cf. F. XVI, pl. 37.

104Dans l’annexe de Tinerhir, l’émigration temporaire est à peu près nulle chez les Aït Bou Iknifen et Aït Atta du Sarhro, nomades berbères chez lesquels le lien tribal est fort. Il en va tout autrement chez les sédentaires du Todrha et les Aït Atta du Bas-Todrha et de l’oued Ichem, irrigateurs disposant de terres inextensibles, qui n’assurent leur existence matérielle sur place que pour une période de six mois par an. Mais le courant d’émigration [5,5 %] est partagé, comme à El-Kelaa des Mgouna, et en parties à peu près égales, entre le Maroc et l’Algérie. Il entraîne rapidement des exodes définitifs, dans la proportion de 40 %, la famille rejoignant l’émigré qui réussit. Vers l’Algérie, la main-d’œuvre est agricole ; vers le Maroc, elle donne des agriculteurs, jardiniers, puisatiers, maçons, domestiques et employés divers78. Souvent les émigrés temporaires du Maroc reviennent deux fois par an au moment des labours et des récoltes.

  • 79 Cf. F. XVI, pl. 38.

105Tazzarin79, petit groupe de ksars peuplés de Haratin, fut naguère, au bord du Sarhro, le point d’appui de toutes les fractions des Aït Atta et le centre politique de leur puissance pendant la longue période passée de la dissidence. Les Aït Atta, protecteurs nomades, les Haratin protégés et les marabouts et chorfa, médiateurs permanents, se comportent évidemment d’une manière différente en ce qui concerne l’émigration.

  • 80 Dans le ksar de Bab Arhioul on dénombre 52 porteurs d’eau, 16 agriculteurs et jardiniers, 12 terras (...)

106Les Aït Atta partent souvent en famille sur les chantiers du nord les plus proches (Bin-el-Ouidan) (1 % d’émigration masculine, 4 % au total avec familles). Les Haratin ont, comme leurs frères du Dra, colonisé les villes du nord où ils exercent traditionnellement les métiers de porteurs d’eau (ceux du ksar de Bab Arhioul à Rabat et à Fès). Certains reviennent au pays l’hiver. D’autres sont chauffeurs, cuisiniers, domestiques. Ils aiment peu le travail en usine80. L’émigration masculine est de 9 % (16 % en comptant les familles). Une partie des marabouts a dû quitter le pays lors de la sécheresse de 1929 (pour Rabat). Les autres pratiquent des petits métiers (4 % d’émigration masculine).

107En résumé, dans toute cette région, on notera la très faible importance de l’émigration des pasteurs qui contraste avec le nombre des départs des populations d’oasis. Celles qui sont mêlées d’éléments haratin fournissent une main-d’œuvre de jardiniers et agriculteurs et de spécialistes de la construction en pisé. Mais dans l’ensemble, ces pays donnent peu à l’émigration vers les villes du nord du Maroc et se tournent plutôt vers le Maroc central et l’Algérie.

L’émigration chez les Berbères sédentaires de l’ouest du Dra (H)

  • 81 Cf. F. XVII, pl. 39.
  • 82 Cf. les graphiques de la F. XIV, pl. 32.

108Nos informations ont été insuffisantes pour permettre de décrire d’une manière précise l’émigration des tribus placées à l’ouest du Dra. Signalons du moins sa forme dans l’annexe de Tazenakht81 où nous retrouvons un type d’émigration mixte, à mi-distance de la pratique chleuh et des habitudes du Dra. Mais d’autre part, la présence de chantiers de mines dans la région diminue les exodes à grande distance (comme pour les Ida ou Tanan se rendant à Agadir). Dans les diverses tribus de cette unité administrative, les pourcentages d’émigration masculine (A) et d’émigration totale, qui tient compte des familles (B), sont les suivants82 :

(A)

(B)

Aït Ameur

10,6

18

Aït Douchene

9,8

24

Aït Hamidi

3,5

9

Zenaga des plateaux

10,8

25

Zenaga des oasis

4,8

13

109Les familles restent en relations étroites avec le pays. L’émigration temporaire, par ses caractères diversifiés, se rapproche de celle des Chleuhs. Elle est ancienne et remonte au moins à soixante ans.

  • 83 Au village de Tamarouf (Zenaga) qui avait 1 200 habitants en 1910, il n’y en a plus que 700. Des ex (...)

110Une étude plus poussée aurait sans doute expliqué ici ces différences par la variété des éléments qui composent le peuplement et aussi par la diversité des conditions de vie matérielle au pays. Plusieurs études de détail portant sur des villages des Aït Zineb, Zenaga, Sektana, montrent l’existence dans le nord du Maroc de groupes compacts de travailleurs avec leurs familles stabilisées depuis de longues années, mais gardant cependant avec le pays d’origine un lien d’attachement très solide. D’autres s’ingénient à ne venir travailler dans le nord que six mois par an83.

111Une étude assez précise nous manque sur le pays des Sektana, l’Onein et le Zagmouzen et les Aït Waouzgit du Siroua, où nous retrouvons une émigration temporaire analogue à celle de l’Anti-Atlas. Elle s’est amplifiée à l’occasion de l’année terrible de 1937, et des îlots permanents importants d’ouvriers se sont constitués dans les villes du Nord, analogues à ceux des Zenaga. L’exemple d’un village, Imi Ougni, de la fraction de Tinfat des Sektana, montre que l’émigration temporaire du type « ouvrière » entraîne 11 % de la population, 15 % des travailleurs emmenant leurs familles, surtout à Casablanca.

La Vallée du Sous (F)

  • 84 Cf. F. XVII, pl. 40, carte.

112Le cas de la vallée du Sous doit être étudié à part84. Il s’agit en effet d’une zone très complexe, où le mélange des races, des tribus et des familles est plus intime que partout ailleurs. C’est là, en effet, que les Arabes Maqil ont séjourné et se sont fixés depuis le XIVe siècle au milieu des Berbères. Mais à la longue, ils ont été plus ou moins assimilés par une colonisation berbère venue des montagnes. Selon un processus analogue à celui que de la Porte des Vaux a étudié chez les Ihouziyoun et en Onein, des Berbères attirés par les terres irrigables s’infiltrent partout en venant du sud. Le résultat est que cette zone, d’abord arabisée par les conquérants Maqil, devient partout bilingue. Mais d’autre part, les riches terres irriguées sont peu nombreuses, et il reste de vastes zones de bour dont le rendement en céréales est problématique (Howara), ce qui suscite des départs et abandons, surtout de la part des tribus arabes dont les membres émigrent alors en famille.

113Là où les eaux reparaissent par résurgence, dans la basse vallée du Sous (Ksima et Chtouka de la plaine), l’émigration est moins forte.

  • 85 Cf. F. XVII, pl. 40, graphiques.
  • 86 Il existe un fond important d’émigration d’origine Chtouka vers les villes du nord qui a été «  oub (...)

114Ces considérations expliquent l’aspect varié de l’émigration qui, dans la zone berbère, formant un demi-cercle à l’est de Taroudant, a les aspects habituels de l’Anti-Atlas et du Haut-Atlas dans les régions « non spécialisées » avec un pourcentage modéré de 3,9, explicable par la valeur des terres irriguées85. Chez les Howara, tribu « arabe » où la famille patriarcale est relâchée (zone de chra pur) l’émigration est faible (2 %), mais 60 % des émigrés partent en famille, et il s’est produit d’importants départs collectifs il y a vingt ou trente ans. Les Chtouka de la plaine [4,3] occupent à cet égard, une situation intermédiaire entre les Chleuhs et les Arabes, étant eux-mêmes formés de groupements très composites. Les émigrations de familles s’expliquent en partie par le fait que la propriété privée n’existe pas chez certaines fractions guichs (Aït Amira) où la notion de patrimoine foncier n’est pas là pour retenir la majorité du groupe et favoriser ainsi l’émigration temporaire de quelques-uns86. Les Ksima (1,6 %), une fois passée la dure période d’oppression qui régna entre 1913 et 1923, sont tous rentrés dans leur pays où ils sont très attachés à leurs terres irriguées. Le voisinage d’Agadir permet à leur femmes d’aller travailler aux usines de conserves sans qu’un exode ne s’ensuive.

L’Atlas occidental des hautes montagnes (J)

115Une zone dans laquelle les phénomènes d’émigration présentent des aspects contradictoires et sur laquelle nos enquêtes ont malheureusement une valeur très inégale s’étend à l’est du pays des Seksawa. Elle englobe les anciens commandements en montagne des caïds Goundafa et Glaoua et se relie à la montagne des Imerhran, déjà étudiée. Il faudrait y joindre le pays des hauts sommets et plateaux constitué par la partie centrale du massif volcanique du Siroua. Sa limite à l’est est la zone de l’Atlas central, dépendant du commandement d’Azilal dans laquelle la vie sédentaire se concentre dans les villages et laisse une place de plus en plus grande à la circulation des transhumants berbères.

116Nous sommes ici dans un pays qui bénéficie de pluies presque toujours abondantes (plus de 500 mm) sauf les années de sécheresse exceptionnelle. Il est vrai que la terre cultivable au fond des vallées est rare, mais elle est presque toujours bien irriguée, et les pâturages de montagne sont abondants. Le manteau de verdure qui a disparu à l’extrémité occidentale de la chaîne reste ici relativement épais. Les communautés villageoises sont demeurées extrêmement vigoureuses lorsqu’elles ont pu échapper à la décadence à laquelle les ont vouées souvent les grands caïds. Les hommes sont donc fortement attachés au sol, habitués à une vie rude et simple, et aucune cause naturelle d’émigration ne vient troubler l’existence de ces cantons perdus de la haute montagne.

117Nous ne disposons pas d’études statistiques précises pour l’ensemble de ce vaste territoire. Mais une connaissance assez complète des tribus de l’ancien commandement des Goundafa, aujourd’hui soumis à une administration régulière, complétée par des observations faites dans le domaine politique des Glaoua sur les Mesfioua, les Rhojdama, les Glaoua du Nord et ainsi que des informations sur la région du Siroua, nous permettent, croyons-nous, de décrire les aspects essentiels que revêt dans l’ensemble de la région l’émigration temporaire.

118Partout où les communautés villageoises sont restées fortes, la stabilité de la population est extrême, et les chiffres d’émigration sont inférieurs à ceux que nous avons observés chez les Seksawa (2 %).

  • 87 Cf. R. Montagne, Les Berbères et le Makhzen dans le sud du Maroc, 1930, L. III, chap. III sur la si (...)
  • 88 Voir F. XVIII, pl. 41. Le cas des Oulad Mtaa, tribu arabe, autrefois guich, établie sur le plateau (...)

119C’est ainsi que les Guedmioua n’ont qu’un pourcentage infime [0,4 %], en comptant d’ailleurs les militaires qui représentent la moitié des absents. Des chiffres identiques seraient relevés dans la haute montagne du Siroua et dans les vallées élevées qui coulent entre ce massif volcanique et l’Atlas proprement dit. Dans la petite tribu de montagne des Rhojdama sur le versant nord de l’Atlas, on note de même 0,2 %, bien qu’on y pratique, il est vrai, largement une émigration saisonnière. Il en va tout autrement des zones dans lesquelles la structure sociale ancienne des Berbères a été ébranlée par les transformations politiques depuis le début de ce siècle87. On s’en rend bien compte par exemple chez les Ouzguita du Kik et dans les fractions de l’oued Nfis, libérés depuis quelques années du commandement des Goundafa et chez les Oulad Mtaa soustraits eux aussi au commandement des Mtougga88, dont les réactions rappellent celles des tribus déjà étudiées des Demsira et des Ida ou Ziki. Sous ces rudes dominations, une partie de la population quittait le pays et cherchait à l’extérieur des moyens de subsistance, 22 % des Oulad Mtaa, 26 % des Ouzguita, 30 % dans les fractions de l’oued Nfis ; il s’agissait de familles entières. Les circonstances étant redevenues normales chez les Ouzguita, l’émigration temporaire est aujourd’hui extrêmement faible (0,7 %). Il en sera de même lorsque les propriétaires légitimes de la terre seront tous rentrés dans l’oued Nfis.

120La situation des Mesfioua, à cheval sur la plaine et la montagne, est différente. En plaine, là où la terre et l’eau ont été accaparées par de puissants seigneurs, c’est l’exode en famille vers d’autres terres nourricières. Un fort groupement de plusieurs centaines de foyers Mesfioua s’est ainsi reconstitué un instant à Beni-Mellal, autour du pacha de ce lieu. D’autres ont trouvé emploi auprès des colons des environs de Marrakech. En montagne au contraire, là où le patrimoine foncier n’est pas atteint, c’est une émigration saisonnière qu’on pratique pour se procurer les ressources nécessaires au paiement des impôts et contributions.

121Dans les tribus des Glaoua du versant nord, la même impérieuse nécessité a développé un type curieux d’émigration qui fait la transition entre l’émigration saisonnière et l’émigration temporaire. 5 % des habitants pratiquent un travail permanent à l’extérieur, plusieurs mois en qualité d’ouvriers agricoles, plusieurs mois dans les mines du Sud (Bou Tazoult). Les familles restent au pays et les travailleurs maintiennent un contact fréquent avec leur foyer. On admet qu’une toute petite proportion, 0,2 % seulement, part vers les villes où seulement la 10e partie se fixe.

122Une enquête approfondie eut dû sans doute séparer plus complètement les cas des populations berbères sédentaires, dans la montagne, sur le Dir et dans la plaine du piémont. Mais tous les chiffres donnés plus haut concordent pour nous amener à fixer l’émigration naturelle dans toute cette région à une proportion infime (inférieure à 1 %). Les exodes ou les départs temporaires ou intermittents d’une importance plus grande sont une conséquence de la situation politique en tribu.

La plaine de Marrakech (K)

123Il eut été évidemment nécessaire de poursuivre l’enquête avec la même minutie dans l’ensemble de la plaine atlantique où vivent des tribus constituées d’un mélange d’éléments berbères sédentaires anciens, déracinés, et d’éléments arabes, ou même berbères, établis dans cette région où ils mènent une existence pastorale depuis le XIIIe siècle. Nous n’avons pu réussir à le faire en temps utile. On sait qu’il a résulté de ce mélange la formation de tribus composites, ayant pratiqué longtemps la transhumance et qui, aujourd’hui cantonnées dans des limites précises, sont en cours de sédentarisation. D’autre part, les tribus guich, qui entourent Marrakech, s’enracinent peu à peu. Presque partout subsistent des terres collectives, mais la redistribution des lots n’est pas toujours pratiquée, et l’appropriation par famille s’est, en de nombreuses régions, imposée, et elle est même parfois sanctionnée par des titres plus ou moins authentiques. Des ventes successives ont même souvent consacré l’état de chose nouveau.

124Cette zone a comme limites, à l’ouest le pays des Ahmar (inclus) jusqu’à la frontière des Abda, la frontière des Doukkala, puis la mer jusqu’à Rabat. Au nord, elle englobe toute la région arabe du Tadla, jusqu’aux contreforts du Moyen-Atlas berbère, à l’est et au sud, elle s’étend jusqu’au voisinage du Dir de l’Atlas.

125Le pays des Chaouïa et du Tadla a malheureusement échappé complètement à nos recherches. L’importance qu’y a prise la colonisation, d’une part, la mise en valeur selon des techniques modernes par les propriétaires indigènes, faits économiques corrélatifs à l’effritement des tribus, justifieraient dans cette zone une étude à part.

  • 89 Cf. F. XVIII, pl. 41.

126Nos informations, d’ailleurs superficielles, portent surtout sur les Rehamna, Serarhna, les guichs de Marrakech et les petites tribus qui avoisinent la capitale du Sud. Elles suffisent à montrer combien ces groupements se distinguent, pour tout ce qui touche à l’émigration, des tribus berbères du Sud et des populations d’oasis longuement étudiées dans les pages qui précèdent89.

  • 90 Cf. F. XVIII, pl. 42 (Rehamna).

127Les Rehamna, dont certains éléments constitutifs, les Marabtin, sont des Berbères Senhaja qui ont joué un rôle dans la fondation de la capitale il y a neuf siècles, ont longtemps entouré la cité qui a été leur ville. On peut admettre que des dizaines de milliers d’habitants de Marrakech proviennent des Rehamna. Il s’agit là cependant d’apports anciens ou occasionnels, dans les années de famine ou d’anarchie. L’émigration temporaire vers les villes du nord et de la côte est infime ; elle est égale à celle qui se porte vers les campagnes du Rharb. C’est Marrakech et ses environs qui attirent le plus grand nombre. Au total, sur 180 000 âmes pour l’ensemble de la tribu, on ne dénombre qu’une proportion de départs de 1,5 % dont 6 % entraînent les familles90.

128L’ensemble des statistiques dont nous disposons, qui confond malheureusement Serarhna et Zemrane, les premiers Arabes vivant sous un régime de terres collectives et les seconds Berbères arabisés dont les biens sont melk, montre une stabilité du même ordre. Il est vrai que le développement sur place des chantiers qui préparent l’établissement d’un vaste réseau d’irrigation attire la main-d’œuvre locale et apporte des ressources complémentaires aux paysans que la constitution progressive de grands domaines par les gros propriétaires indigènes risque de ruiner. L’émigration temporaire masculine ne porte que sur 1 % de la population, les familles suivant dans la proportion de 30 %. Mais la tribu des Serarhna donne en même temps un très fort appoint à l’armée, par engagements, dont une faible partie dans la zone espagnole (1 % de la population au total). Nous retrouvons là l’engouement, assez fréquent, des tribus pastorales pour le métier militaire.

  • 91 Ibid., autres graphiques.

129Des monographies plus précises sur certaines tribus guich nous donnent encore confirmation des mêmes faits chez les petites fractions des Oudaïa [2,2], des Herbil [3,0], des Oulad Dlim [2,5], des Tekna [2,2]. Mais il faut remarquer que 75 % des hommes entraînent leurs familles, et l’on estime à 20 % ceux qui ne reviendront plus. Il en va différemment des Aït Imour, fraction de tribu du Moyen-Atlas transportée dans cette région au début du XIXe siècle par le Makhzen pour la châtier. Cette fraction a longtemps pratiqué vers Meknès une forte émigration saisonnière qui la rapprochait aussi périodiquement de ses frères du nord ; ultérieurement, à la suite de la famine de 1936-1937, un fort groupe s’est fixé à Casablanca91.

130Dans l’ensemble des guichs, 60 % des émigrants sont ouvriers, 10 % commerçants. On y note un certain attrait pour le métier militaire. On sait que les tribus guich n’ont que l’usufruit du sol qu’elles occupent. Ces terres sont incessibles en principe. Une famille qui quitte le pays abandonne donc en fait tous ses droits d’usage.

131Il y a lieu de signaler le cas particulier des agglomérations de Tamesloht et de Sidi-Zouine, au milieu des guichs, qui sont des enclaves où des chorfa et des marabouts constituent une puissante aristocratie. Ces personnages, ainsi que les savants de zaouïas, demeurent sur place, mais les pauvres gens et les artisans émigrent en masse vers Marrakech, ville plus active et plus riche. Ce mouvement est ancien, et il a donné lieu à l’apparition d’une spécialisation. Ceux qui ne pratiquent pas en ville leur métier artisanal deviennent des commerçants réputés. Ces départs sont compensés par l’existence d’un courant régulier de main-d’œuvre saisonnière. Des Berbères du versant sud de l’Atlas (Tifnout, Sektana) viennent après avoir négocié leurs services, gauler les oliveraies des riches chorfa.

132Dans les petites fractions qui avoisinent Marrakech (Saada, Tamesguelft, Rhenamna, Tassoltant, Djenanet, réunissant 11 000 âmes, l’émigration temporaire vers les villes, en comptant les départs pour Marrakech, reste très faible, 1,2 % dont 75 % amènent leurs familles. Il faut y joindre des engagements militaires dans la même proportion. Le total s’élève donc à 2,5 %. Il est vrai que beaucoup vont travailler à la ville et couchent chez eux. Les effets du « refoulement » des populations qui résulterait du développement de la colonisation sont insignifiants et ne portent que sur quelques familles.

  • 92 Les tolba des Oulad Bou Sbaa comme ceux de Sidi-Zouine, près de Tamesloht, sont célèbres et vont se (...)

133Le groupe de tribus qui avoisinent Chichaoua est constitué d’éléments arabes venus du Sud (Oulad Bou Sbaa, se disant chorfa, et Mejjat), de Berbères (dominant chez les Frouga ou des agglomérations mélangées comme les Ahl Chichaoua). Les tribus pratiquant à la fois le nomadisme (parfois avec des chameaux) et l’agriculture connaissent une émigration temporaire bien plus forte que dans les guichs. Mais le fait semble en relation avec le climat sec et la rareté des terres irriguées. La moitié au moins de cette émigration est pratiquée vers le sud (Sous, Marrakech, Mogador, Safi). Ce pays donne peu d’ouvriers, à l’exception des travailleurs qui se rendent à la mine de phosphates, toute voisine, de Louis-Gentil, mais plutôt des employés, militaires, commerçants, tolba92.

134Chez les Ahel Chichaoua, les mieux pourvus en eau, l’émigration n’est que de 3 %. Elle atteint 4,3 % chez les Frouga, 5,3 % chez les Mejjat, 6 % chez les Oulad Bou Sbaa. On notera le cas aberrant de la petite tribu des Arab, qui s’adonne au commerce. Ses marchands sont des ambulants qui vont de souk en souk ; il s’en trouve aussi comme épiciers dans de nombreux centres du Maroc. Les Arab pratiquent aussi de petits métiers, mais ni la profession d’ouvrier, ni celle de mineur. L’émigration temporaire y atteint l’énorme proportion de 19 %. Il s’agit d’éléments d’origine mauritanienne, autrefois spécialisés dans le commerce saharien.

  • 93 Cf. F. XIX, pl. 43.

135Dans l’ensemble de ce groupe, on estime que 30 % des émigrés attirent auprès d’eux leurs familles. 15 % reviennent chaque année, surtout les mineurs, 10 % ne reviennent jamais93.

Notes

27 Les études en cours de M. Flamand dans les régions de Marrakech et d’Agadir feront, nous l’espérons, mieux connaître la vie de cette diaspora juive et les courants qui la traversent. Les monographies de villages et de ksars dont nous disposons montrent que l’émigration juive dans l’Atlas et le sud de l’Atlas est généralement plus forte que celle des populations musulmanes. Ce sont surtout les jeunes qui partent, sans esprit de retour.

28 D’autres enquêtes pourront être organisées plus tard en pays arabe et arabisé. Mais conduites dans une période postérieure, les conditions générales économiques et climatiques locales étant différentes, leurs résultats ne pourront être exactement rapprochés de ceux qui sont donnés dans cette partie de l’étude et qui ont été recueillis au cours de l’année 1949.

29 Il ne faut pas s’exagérer toutefois la précision des informations recueillies. Souvent, la ville est donnée pour la région qui l’avoisine. La nature du métier peut aussi ne pas être parfaitement connue des proches qui ont donné le renseignement. Elle peut de plus avoir changé avec le temps. L’ouvrier change fréquemment de lieu de travail sans qu’on n’en sache rien au pays.

30 Cf. F. II, pl. 3.

31 S’il s’agit de mineurs, la flèche est ondulée.

32 Cf. F. X, pl. 23 et 24.

33 Cf. F. XIII, pl. 28.

34 Émigration saisonnière  : ne dure qu’une partie de l’année, elle est généralement masculine mais parfois aussi familiale  ; émigration temporaire  : généralement masculine, l’émigré revient au pays après une ou plusieurs années et repart assez souvent  ; émigration définitive  : les liens sont coupés avec le pays d’origine et les intérêts qu’on y garde deviennent théoriques.

35 Dans certains cas, nous signalerons cette incertitude en proposant deux chiffres différents (par exemple chez les Aït Souab, où l’émigration est estimée selon les observateurs entre 9 et 15  % par suite des incertitudes du recensement). De tels cas sont cependant rares.

36 Les lettres majuscules qui désignent ici les divers secteurs d’émigration sont reportées sur la carte F. II, pl. 4, qui donne en même temps l’index des zones étudiées faisant l’objet d’une ou plusieurs planches.

37 La confédération des Haha a joué un rôle important dans l’histoire au service du Makhzen dans les guerres du Sous. Ce sont d’autre part des familles des Haha qui ont été transportées au début du XIXe siècle à Dar el Beida (Casablanca) pour participer par leur présence à la fondation de cette petite cité commerçante. La pénétration du chra est ici plus marquée qu’en montagne mais est loin d’être totale, et la famille patriarcale y est particulièrement vigoureuse.

38 Cf. F. III, pl. 5.

39 Les chiffres arabes entre crochets indiquent le pourcentage de l’émigration masculine, par rapport à la population totale dénombrée dans le pays.

40 Cf. F. XX, pl. 46 (a).

41 Cf. F. III, pl. 5.

42 Cf. F. III, pl. 5.

43 Cf. F. III, pl. 6.

44 F. IV, pl. 7.

45 Cf. F. IV, pl. 8.

46 Cf. F. IV, pl. 8 et 9.

47 Cf. F. V, pl. 10 et 11.

48 Cf. F. V, pl. 10  ; F. VI, pl. 12, 13, 14.

49 Cf. F. VII, pl. 15, 16 17.

50 On signale chez les Aït Wasso une forte émigration des familles qui ne nous semble pas expliquée.

51 Cf. F. VII, pl. 15.

52 Cf. F. VII, pl. 16.

53 Cf. IIe partie, chapitre IV, St. Delisle, Cahiers de l’Afrique et l’Asie, tome I, p. 206 et suivantes.

54 Comparer spécialement les schémas donnés à la F. VII, pl. 17.

55 Cf. F. VIII, pl. 18 et 19 et F. VII, pl. 15.

56 Cf. F. IX, pl. 20.

57 Ibid.

58 Cf. F. IX, pl. 21.

59 Dans le Noun comme au Tafilalet, les nomades deviennent mineurs depuis quelques années, avec l’espoir de gagner de l’argent pour reconstituer leurs troupeaux.

60 F. IX, pl. 22.

61 En particulier par crainte de l’application d’un statut de naturalisation sur cette terre de souveraineté espagnole. Il existe en outre un fonds important d’émigrés anciens, qui ont fui la famine.

62 Dans quelques cas cependant, là où la sédentarisation des nomades est rapide, Haratin (Noirs libérés) et Harrar (hommes libres) émigrent dans la même proportion et dans les mêmes directions  ; mais souvent alors, les métiers choisis ne sont pas exactement les mêmes.

63 Cf. F. X, pl. 23.

64 Ibid.

65 Cf. F. X, pl. 24.

66 Cf. F. XI, pl. 25 et F. XII, pl. 26.

67 F. XII, pl. 27.

68 F. XII, pl. 26 et pl. 27.

69 F. XIII, pl. 28.

70 On trouvera dans la planche 29 le graphique très suggestif des départs et des retours dans le ksar de Beni Sbih sur la période 1941-1949.

71 Cf. F. XIV, pl. 30, 31, 32 et F. XV, pl. 33.

72 Cf. F. XV, pl. 35.

73 F. XVI, pl. 36 et 37.

74 Bin-el-Ouidan est à la fois une zone de cultures et l’emplacement de deux importants chantiers de construction de barrage où sont utilisés 15 000 travailleurs.

75 Cf. F. XVI, pl. 37. Une monographie d’un village (Tidghat) dans l’une de ces fractions démontre que 40  % de la population du groupe social vit à l’extérieur. Le mouvement a commencé avant l’établissement du contrôle français (étude du capitaine Mei).

76 Ces chiffres, indiqués par le commandement pour l’ensemble du territoire des tribus de plaine autour d’EI-Kelaa des Mgouna, nous paraissent trop faibles. Une monographie du ksar Amadnach des Iourtegin donne une émigration temporaire masculine de 9  %.

Cf. F. XVI, pl. 37.

77 La monographie du ksar de Tagoumat donne une émigration masculine de 19  %, dont les 2/3 vers l’Algérie.

78 Cf. F. XVI, pl. 37.

79 Cf. F. XVI, pl. 38.

80 Dans le ksar de Bab Arhioul on dénombre 52 porteurs d’eau, 16 agriculteurs et jardiniers, 12 terrassiers, 12 portefaix, 20 chauffeurs, 29 cuisiniers, 6 militaires et 25 divers.

81 Cf. F. XVII, pl. 39.

82 Cf. les graphiques de la F. XIV, pl. 32.

83 Au village de Tamarouf (Zenaga) qui avait 1 200 habitants en 1910, il n’y en a plus que 700. Des exodes importants causés par les famines (1919-1937) se traduisent par l’existence de noyaux émigrés aux Aït Ourir et Casablanca. En outre, 230 personnes vivent hors de la tribu, 117 chefs de famille sont absents dont 60  % ont avec eux une famille  ; 60  % sont à Casablanca, pour la plupart dans les services de nettoiement de la ville. Cf. F. XV, pl. 34.

84 Cf. F. XVII, pl. 40, carte.

85 Cf. F. XVII, pl. 40, graphiques.

86 Il existe un fond important d’émigration d’origine Chtouka vers les villes du nord qui a été «  oublié  » dans le pays et qui date des premières années du protectorat. Des observateurs locaux admettent, en tenant compte de ces émigrés anciens, que l’émigration serait quatre fois plus forte que le chiffre admis sur place.

87 Cf. R. Montagne, Les Berbères et le Makhzen dans le sud du Maroc, 1930, L. III, chap. III sur la situation dans laquelle se trouvent, au point de vue économique et social, certaines régions conquises et exploitées par les khalifats des grands caïds. Presque rien n’est à changer à cette description des conditions sociales et politiques, là où subsiste la domination des grands chefs.

88 Voir F. XVIII, pl. 41. Le cas des Oulad Mtaa, tribu arabe, autrefois guich, établie sur le plateau qui borde au nord le Dir de l’Atlas, qui aurait pu être traité en même temps que celui des tribus de la plaine de Marrakech, est examiné ici pour simplifier l’exposé.

89 Cf. F. XVIII, pl. 41.

90 Cf. F. XVIII, pl. 42 (Rehamna).

91 Ibid., autres graphiques.

92 Les tolba des Oulad Bou Sbaa comme ceux de Sidi-Zouine, près de Tamesloht, sont célèbres et vont se placer dans le nord, en ville ou en tribu. Mais les médersas sont en décadence, et d’ailleurs leurs élèves sont dans la proportion de 50  % des étudiants étrangers venus du Sous pour se perfectionner.

93 Cf. F. XIX, pl. 43.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable