Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre premier : l'émigration dans les tribus

Chapitre I. La « civilisation » des émigrants ruraux et pasteurs

Texte intégral

1L’Européen qui débarque au Maroc, ou celui qui s’y trouve établi à demeure depuis longtemps dans les quartiers modernes et confortables édifiés selon les plans de Lyautey, à l’écart des agglomérations indigènes, n’a généralement que des notions vagues et contradictoires sur la nature et l’importance du prolétariat marocain. Encore moins connaît-il les conditions morales, économiques et sociales de son existence. Le plus souvent, c’est au hasard d’une course qui l’entraîne involontairement dans les quartiers sordides de la banlieue des villes qu’il fait son expérience. Les hommes qu’il côtoie sont babillés de vêtements occidentaux salis et déchirés, chaussés de souliers éculés ; les ordures jonchent le sol dans de misérables rues bordées de cabanes branlantes ; des nuages de mouches entourent les enfants qui jouent. Notre observateur est alors frappé par la différence qui existe entre son niveau élevé de vie matérielle et celui, incroyablement bas, des « prolétaires » marocains. Ce contraste fait naître habituellement en lui un sentiment de mépris à l’égard de ce peuple misérable, qui renforce l’orgueil qu’il a de vivre dans une société supérieure. À peine surgira-t-il en son esprit quelque inquiétude pour sa propre sécurité en constatant l’étendue de ces quartiers pauvres où vivent, si près de lui, des centaines de milliers de « clochards ». Sa femme et sa fille jugeront de même, leur attitude se trouvant renforcée par la crainte de tout contact avec ce peuple grossier, jugé sans foi ni loi. L’attitude spontanée de l’Européen est parfois ainsi semblable à celle du blanc du sud de l’Afrique ou de l’Amérique devant un peuple de couleur inassimilable, considéré comme dépourvu de toute culture, formé d’êtres inférieurs condamnés par nature à vivre en marge de l’Occident.

2D’autres observateurs, bien moins nombreux, il est vrai, porteront sur ce petit peuple marocain de pauvres gens une appréciation opposée. Le Français doué de curiosité et de sens social, qui consent à s’intéresser à la vie et à l’état d’esprit de son domestique berbère ou à l’humble employé arabe de son usine qui habite ces quartiers d’émigrants, découvre avec étonnement le zèle et l’honnêteté de ce serviteur. Il est aussi frappé par la rapidité avec laquelle il s’initie à certaines formes de notre vie matérielle. Ne pourrait-on lui apprendre en peu de temps et sans difficulté tout ce qu’il doit savoir pour prendre sa place dans la vie moderne ? Le Marocain pauvre, à la différence du bourgeois musulman, enfoncé dans ses préjugés, apparaît ainsi, à première vue, contrairement au préjugé courant, aisément « assimilable » ; il suffirait de l’instruire et de le guider pour en faire rapidement notre égal.

3Ces deux attitudes, défavorable ou bienveillante, excessives l’une et l’autre, reposent sur une même erreur de jugement. Les masses prolétariennes qui entourent les cités modernes du Maroc ne sont pas composées d’individus isolés, dépourvus de traditions et soustraits, par leur misère même, à toute morale sociale. Un étonnant contraste existe, au contraire, entre leur dénuement matériel, presque total, et la richesse relative du patrimoine de civilisation qu’ils ont amené en émigrant de leur tribu d’origine. C’est l’importance de cet apport qu’il faut tout d’abord évaluer, si l’on veut comprendre le point de départ de l’évolution de ces masses et imaginer le chemin qu’elles vont parcourir dans les premières décades de leur transformation.

4La situation de ces prolétaires dénués de ressources matérielles mais riches en valeurs morales et sociales accumulées dans une vie antérieure, n’est pas une exception. On l’observait aussi, presque sous les mêmes aspects, il y a un siècle, dans nos cités d’Europe au moment où affluaient, autour des cités industrielles, des campagnards déracinés. Arrivant adulte dans nos villes pour travailler à l’usine ou occuper de petits emplois, cette première génération d’immigrants gardait de ses origines une politesse cérémonieuse, le respect des maîtres, l’attachement à la religion. Ce sont seulement les fils, ou même les petits-fils, qui devaient se débarrasser de ces legs du passé et élaborer, selon d’autres normes, une nouvelle morale sociale. Plus tard, une conscience de classe allait naître, et le prolétariat européen apparaîtrait comme une force nouvelle, ayant ses caractères propres, s’opposant à ceux de la société bourgeoise, constituée au cours des siècles précédents, et qui était devenue génératrice de la transformation industrielle. Nous n’en sommes, au Maroc, aujourd’hui qu’au début de cette évolution, au moment où il ne s’est pas encore formé de conscience collective, alors que chaque chef de foyer obéit encore, dans son cœur, aux lois coutumières de la communauté rurale et pastorale qu’il a si récemment quittée. C’est, toutes proportions gardées, l’image de l’Europe en 1850 que nous offrent aujourd’hui à cet égard les cités du Maghreb.

5Une différence essentielle cependant doit être signalée entre le prolétariat africain et celui qui s’est constitué en Europe. Nos masses ouvrières avaient au XIXe siècle à prendre leur place dans une civilisation nouvelle, pliant les hommes aux lois d’airain de la concurrence économique, mais qui n’en plongeait pas moins ses racines dans une longue histoire religieuse et nationale commune. La révolution industrielle survenait dans des États depuis longtemps constitués, à l’intérieur desquels un équilibre assez satisfaisant s’était institué entre les cités et les campagnes. Depuis des siècles les hommes avaient été préparés à vivre ensemble, quelles que fussent leurs classes sociales, et ils obéissaient aux mêmes pouvoirs, ils étaient membres d’un même État. Bien que le prolétariat occidental ait pris conscience de lui-même dans un effort de lutte contre ses maîtres, la naissance de sa personnalité collective est un des événements de l’histoire nationale de chaque pays d’Occident.

6Ici, au contraire, les immigrants qui peuplent la banlieue des cités du Maroc ont à choisir, à leur arrivée, entre deux formes d’existence, deux systèmes sociaux et économiques différents et par bien des côtés inconciliables, dont aucun ne les satisfait. Ils ont vécu pendant de longs siècles dans des communautés fermées et isolées, à l’écart des États musulmans comme à l’abri de la puissance de l’Occident, et voici qu’ils tombent sous la double dépendance qu’ils avaient évitée jusqu’alors : celle de la ville islamique et celle de l’économie moderne.

7Pour la première fois, en effet, ils prennent contact avec la civilisation musulmane des cités traditionnelles, qui est associée à l’existence du vieil empire despotique et théocratique du Makhzen, longtemps ennemi des communautés villageoises et tribales. Ces petites patries tribales, l’Etat chérifien s’était efforcé de les briser et de les asservir sans réussir d’ailleurs d’une manière durable à unifier le pays. Certes, sur le plan spirituel, cette civilisation traditionnelle des cités peut satisfaire certaines aspirations religieuses. Mais livrée à elle-même elle s’est révélée, dans les domaines de l’économie et de l’administration, si impuissante qu’elle a été contrainte de faire appel aux techniques occidentales. Jusqu’à présent elle n’a pu achever sa rénovation, et elle ne semble pas encore, aujourd’hui, être capable de construire efficacement un nouveau cadre de vie dans lequel prendraient leur place, sans trop de souffrances, les nouveaux venus sortis des tribus.

8D’autre part, la civilisation occidentale qui se développe sur la côte d’Afrique et à laquelle est liée la subsistance matérielle des immigrants, est totalement étrangère aux nouveaux prolétaires citadins. Si elle instaure un ordre administratif utile, celui-ci est plus admis qu’il n’est aimé. Certes, elle assure une certaine abondance économique et elle introduit des idées généreuses d’émancipation. Mais elle n’offre qu’une place bien réduite à une main-d’œuvre malhabile et non spécialisée. Elle est aussi plus favorable à l’individu que disposée à la bienveillance envers les institutions traditionnelles de la famille et du clan. Areligieuse, elle est aussi génératrice d’innombrables bouleversements moraux. Aussi les maux qu’elle engendre sont peut-être aussi nombreux que les bienfaits incontestables qu’elle répand.

9On comprend donc que les masses prolétariennes qui se constituent si rapidement dans les faubourgs des cités, établies en marge de deux systèmes sociaux qui leur sont, à des degrés divers, étrangers, aient quelque tendance à vivre, pendant quelques années au moins, sur les ressources morales et sociales apportées des tribus qui se conserveront tant bien que mal dans les consciences. Plus tard, lorsqu’elles seront stabilisées, elles feront leur choix. Pour l’instant, elles vivent encore de leur patrimoine qui d’ailleurs s’amenuise peu à peu entre leurs mains.

10Un simple fait permet de juger, dès à présent, de l’importance de ces survivances de la civilisation rurale et pastorale qu’amènent avec eux les immigrants : dans ces quartiers pauvres, où bien des Européens ne s’aventurent qu’avec un certain sentiment d’insécurité, l’ordre et la paix sont assurés avec un nombre infime d’agents d’autorité. La criminalité y est quatre fois moins élevée que dans les vieilles cités bourgeoises de l’empire chérifien, elles-mêmes incomparablement plus pacifiques que les faubourgs de nos grandes villes. Nos prolétaires, si mal vêtus soient-ils, sont encore sages, polis et respectueux, comme des villageois. Ils ont quitté leur tribu, mais ils ont emporté le souvenir de ses vénérables institutions, qui assuraient tant bien que mal l’ordre et la justice. Pour comprendre leur état d’esprit, et même leurs conditions matérielles de vie, il nous faut tout d’abord, par la pensée, retourner avec eux un instant dans leur tribu d’origine et nous informer des habitudes d’esprit qu’elle leur a données.

La « tribu »

11Ces populations, dont nous avons dit les origines diverses et qui ont vécu si longtemps séparées les unes des autres, ont un trait commun de civilisation. Elles sont toutes demeurées au stade social particulier de la « tribu », dont les institutions se ressemblent étrangement d’un pays à l’autre. Cependant, cette uniformité cache aussi des variétés importantes dont il faut prendre conscience, car chacun des groupes ethniques qui se dirige vers les villes se trouvera, par les différences qui le caractérisent, longtemps isolé moralement des autres, lors même qu’il subira, dans la vie sociale nouvelle qu’il adopte, un brassage intense.

12Chez les Berbères sédentaires du sud, et, à un moindre degré, chez les Berbères sédentaires arabisés de la plaine atlantique, la tribu est un groupe humain qui peut avoir jusqu’à dix ou quinze mille âmes et qui vit dans des frontières parfaitement définies. Si la tribu a été soumise depuis assez longtemps au Makhzen, elle représente aussi, dans les mêmes limites territoriales, un commandement traditionnel exercé par un caïd, nommé par le sultan, appartenant à une famille locale riche et puissante. Si la domination du Makhzen est très ancienne, ce caïd sera souvent un étranger au pays. La notion de territoire d’un groupe humain défini aura alors tendance à disparaître au bénéfice de celle de « commandement ». Bientôt le pays se trouvera découpé en une série de petites unités territoriales, de fractions dotées de chefs subordonnés au caïd étranger, les cheikhs, des notables riches eux aussi mais toujours originaires du terroir. Si, au contraire, la tribu a réussi pendant de longs siècles à échapper à la domination des sultans, elle garde son intégrité et le sentiment d’être avant tout une communauté humaine plutôt qu’une simple unité administrative.

13On aperçoit nettement, dans toutes les régions où la tribu a conservé sa vitalité, qu’elle est composée, elle aussi, de territoires plus petits qui sont des « fractions » ou cantons. Ces petites unités sont elles-mêmes dotées d’une vie sociale intense. La fraction est peuplée de trois à quatre mille habitants, en moyenne, qui jadis se gouvernaient eux-mêmes et étaient souvent, au temps où le pays n’était pas régulièrement dominé par le Makhzen, organisés en républiques plus oligarchiques que démocratiques. C’est dans les régions des sommets du Haut-Atlas et dans l’Anti-Atlas, demeurées longtemps dissidentes, que ces fractions sont le plus intactes. Si l’on a placé aujourd’hui à leur tête, pour remplacer les petits sénats républicains d’autrefois, un cheikh ou amrhar, c’est à l’intérieur de chacun de ces cantons que se conserve le mieux ce qu’on peut appeler l’« esprit de tribu ».

14Dans ces limites étroites, les hommes ont eu, pendant longtemps, l’habitude d’être solidaires, de régler entre eux leurs affaires, de maintenir l’ordre par leurs propres moyens, de se battre en bloc contre les fractions ou les tribus voisines. C’est dans ce cadre extrêmement limité que s’est enfermé pendant de longs siècles l’horizon politique des Berbères. Une ou deux fois par an seulement, ils sortaient de leur isolement, lors des grandes foires d’été, après les moissons, au moment où, sous la protection d’un grand saint, se rassemblaient toutes les tribus voisines pour célébrer entre elles des fêtes d’amitié. Aussi tous se regardent-ils dans la fraction comme des frères, des fils de la même mère (Aït-mas).

15À l’intérieur de ces tribus ou de ces fractions peuplées de sédentaires, il n’existe pas cependant d’unité ethnique, et l’on y observe un lent renouvellement de la population, comme cela s’observe d’ailleurs dans beaucoup de nos villages d’Europe. Mais pour qu’une famille mérite d’être regardée comme originaire du pays, il faut qu’elle y soit fixée depuis de longues générations. Souvent, on sait que l’ancêtre est venu il y a cent cinquante ou deux cents ans de telle région lointaine, généralement du sud.

16Si l’on observe encore le pays de plus près, la solidarité interne d’un groupe social élémentaire a encore d’autres bases que celles de la fraction ou de la tribu proprement dite, qui sont des constructions politiques supérieures. Elle repose surtout sur le village, qui est composé lui-même d’un groupe de familles patriarcales. C’est, en fin de compte, à la famille patriarcale qu’il faut en venir pour expliquer toutes les formes de la vie sociale et politique dans le système social et politique de la tribu. Son origine remonte souvent à plusieurs siècles. Elle a conquis, bonifié, exploité des terres qui sont connues de tous les habitants de la communauté, village ou fraction. Dans cette famille ne comptent pratiquement que les hommes, puisque ce sont eux qui héritent de la terre. Si l’on a, en principe, admis d’appliquer chez soi la loi coranique, qui accorde aux femmes la moitié de la part des hommes, on s’ingénie, par mille subterfuges, à enlever aux filles toutes possibilités, par des mariages contractés par des étrangers, de livrer la moindre parcelle du bien familial à une intervention extérieure.

  • 10 Les études en cours de J. Berque, sur les Seksawa, mettront en évidence, dans une région bien conse (...)

17Ce bien familial, on peut l’abandonner un instant, le mettre en nantissement, en rehen, dans des périodes de détresse, mais sans qu’il y ait jamais prescription pour le recouvrer. Celui qui l’occupe devra toujours être prêt à faire la preuve du bon droit de sa possession10. À l’intérieur même de cette famille patriarcale, les terres vont sans doute se fractionner, mais l’habitude courante de l’exploitation indivise entre fils et même petits-fils d’un même père, qui peut avoir tant d’inconvénients pour l’efficacité de la mise en valeur des terres, aura du moins l’immense avantage de maintenir solide le lien qui unit la famille et la terre.

18On aperçoit déjà, par là, quelles pourront être les complications introduites dans toutes les transactions foncières par l’absence de nombreux co-propriétaires, transformés en émigrants temporaires, puis en habitants durables des cités du nord. Le régime du bien familial n’était compatible qu’avec la présence de tous dans la tribu. L’exode, lié, nous le verrons, dans une certaine mesure à la préservation des biens familiaux, peut, lorsqu’il s’amplifie, devenir un péril pour le domaine qu’on voulait sauver.

  • 11 L’absence des émigrés temporaires représentant les familles patriarcales rendra parfois impossibles (...)
  • 12 On verra plus loin (IIe partie, ch. I) la légèreté des Doukkala en matière matrimoniale.

19La famille patriarcale est donc souvent très forte. À sa tête se trouve un « patriarche », ou un chef, respecté de tous, qui est son porte-parole dans toutes les discussions et qui a autorité pour défendre ses intérêts à la jemaa, l’assemblée des notables du village ou de la fraction11. Mais si solide soit-elle, surtout en raison de ses attaches avec la terre et du rôle protecteur qu’exercent les hommes sur les femmes et les enfants, la famille patriarcale n’est pas une institution qui ressemble à notre propre famille. Il est bien vrai que les ménages qui la constituent sont presque toujours monogames. Seuls des hommes qui se sont, en raison de leur niveau de vie élevé, pratiquement séparés de la tribu par l’exercice du pouvoir, comme les caïds, ou ceux qui ont acquis une grande richesse se permettent, selon la loi musulmane, d’épouser à la fois plusieurs femmes. Mais la différence est autre. Le mariage est une institution ayant pour but essentiel de donner des enfants au groupe et de préférence des enfants mâles. La femme sera bien plus mère qu’épouse. Si elle est stérile, elle sera répudiée. Il est remarquable que l’habitude du divorce, pour des raisons futiles, se développe d’autant plus que la structure sociale, telle que nous l’avons décrite, est moins bien conservée. En haute montagne, par exemple, chez les Ida ou Tanan, on note seulement seize divorces pour cent mariages. Le ménage est stable, car la famille patriarcale est puissante, mais dans le pays des Doukkala, Berbères arabisés, chez lesquels disparaît la notion de fraction, où la coutume est oubliée, mariages et divorces seront en nombres presqu’égaux12. En pays berbère, la femme répudiée abandonne ses enfants au père de famille lorsqu’ils sont sevrés, ce qui nous semble monstrueux. Par contre, la veuve remariée donne généralement à ses enfants une efficace protection en les soumettant à un beau-père.

20On ne trouverait pas, dans cette partie du Maroc, comme cela s’observe en Kabylie, les mœurs austères et même cruelles, mais singulièrement conservatrices des institutions, qui vouent à la mort la femme adultère ou la fille-mère. Une certaine inconduite, lorsqu’elle est discrète, ne choque ici personne. À cet égard, l’émigration prolongée des hommes n’entraînera pas, sauf cas exceptionnels, de troubles graves, d’autant qu’existe, reconnue et bienfaisante au total, l’institution de l’« enfant endormi » pendant plusieurs années parfois dans le sein de sa mère, ce qui arrange bien des choses.

21Quoi qu’il en soit, dans ces régions sédentaires du sud, le régime de la famille patriarcale, dont l’institution est la base même de la tribu, paraît lié à la conservation de la terre cultivable, qui est vraiment, pour tous, la patrie, c’est-à-dire le sol des ancêtres. C’est pour défendre l’intégrité de ce patrimoine foncier que l’on s’attachera au régime républicain égalitaire, grâce auquel on évite l’autorité d’un chef tyrannique qui s’emparerait des meilleures parties de la terre. Le territoire de la fraction et de la tribu est aussi un bien commun que l’on a le sentiment de défendre, dans la dissidence, contre le pouvoir central. En effet, la tribu défend naturellement ses biens propres. Mais le sultan, lui qui respecte strictement le principe de la propriété privée dans la ville et dans la banlieue, n’a plus aucun préjugé quand il s’agit des terres d’une tribu hostile ou de celles d’un caïd d’une tribu de naïba, qu’il confisque selon son bon plaisir. Il est aussi capable, l’histoire l’a montré souvent, après une révolte, de transplanter d’un seul coup les habitants d’un territoire et de les remplacer par d’autres. C’est donc son propre sol qu’on préserve en demeurant fidèle, loin du Makhzen, au régime traditionnel des républiques anarchiques.

22Le souci que garde chaque famille patriarcale de défendre ses biens fonciers et le libre exercice de son activité, de maintenir sa volonté d’échapper le plus possible au paiement des impôts et aux exactions développe dans les tribus berbères sédentaires un esprit égalitaire quelque peu soupçonneux, en même temps que la fierté d’appartenir à une vieille famille du village. L’esprit communautaire fleurit dans cette atmosphère qui survit parfois longtemps encore, dans les petites unités sociales, à l’instauration du Makhzen. Souvent les cheikhs et même les caïds, lorsqu’ils sont originaires du pays, continueront d’être regardés pendant quelque temps comme des parents. Telle est la force de la fraternité tribale qu’elle subsiste souvent pendant plusieurs générations après la perte de la liberté.

23La force de l’esprit de tribu se manifeste encore en d’autres circonstances. Les notables de la tribu, chefs des familles patriarcales, se réuniront et prendront des décisions non seulement politiques mais juridiques, et c’est grâce à eux que vivra le droit fondé sur la coutume. L’activité des notables engendre ainsi non seulement une législation politique, mais aussi un droit coutumier privé. Des initiés en connaissent les subtilités et savent l’interpréter pour l’appliquer : ce sont ces arbitres respectés auxquels on fera appel en cas de conflits immobiliers portant sur la terre, sur l’eau ou sur les héritages. Ainsi, la tribu apparaîtra comme une source permanente et autonome de vie collective, s’inspirant dans ses décisions de considérations utilitaires, décidant seule de ses intérêts, de sa politique, de ses lois en toute souveraineté. Elle sera ainsi, pour le Makhzen, qui obéit aux principes de la loi divine, soit dans le droit public, soit dans le droit privé, un objet permanent de scandale, une institution qu’en fin de compte il faut arriver à détruire. L’agent de cette destruction sera tout naturellement le caïd nommé par le sultan, qui chasse jusqu’au souvenir des assemblées politiques des notables. Son œuvre sera continuée par le cadi, le juge religieux, qui tient lui aussi son pouvoir de la nomination du souverain et tire sa science du Livre saint. Peu à peu, c’est lui qui fait disparaître la coutume après l’avoir pendant longtemps interprétée à sa convenance dans ses jugements. La substitution de la loi coranique à la loi de la tribu sera accélérée et rendue définitive par la nomination d’un caïd et d’un cadi étrangers.

  • 13 Le meilleur exemple d’explosion politico-sociale de cette nature est celui de la proclamation d’El (...)

24On conçoit dès lors l’aventure que devient pour les Berbères libres la soumission au Makhzen. Elle détermine une véritable révolution sociale et économique. Celui qui représente le Makhzen est choisi au début sur place, parmi les notables ; il deviendra, qu’il le veuille ou non, l’ennemi de la tribu telle qu’on la concevait au temps de la dissidence. Il ne pourra d’ailleurs au début exercer son autorité que s’il dispose d’un clan important, choisi en raison de sa force, qui réduira tous les autres à l’obéissance. Au mieux, ce sera, avec lui, la moitié de la tribu qui dominera l’autre. À ce clan fidèle, le chef nommé par le Makhzen donnera des avantages. C’est ce groupe de parents et d’amis qui conquerra peu à peu par voie d’achat, en utilisant des circonstances favorables, la terre et l’eau. Cette révolution politique, économique et sociale sera d’autant plus rapide que l’autorité du chef s’exercera sur un territoire plus vaste. S’il s’agit d’un grand commandement, comme ceux qu’ont conquis en une quinzaine d’années les caïds Mtougga, Goundafa et Glaoua, la domination du chef Makhzen, exercée avec le concours militaire de sa tribu d’origine et l’appui politique de son clan, sous l’autorité de khalifas, sortes de préfets désignés par lui, sera terriblement destructive pour les tribus vaincues. S’il s’agit au contraire de petites unités territoriales, de ces minuscules tribus de montagne où l’amrhar est encore choisi parmi les notables traditionnels, l’évolution sera lente et modérée. Les administrés garderont alors à leur nouveau chef, ancien notable de la république d’autrefois, des sentiments d’affection respectueuse et de respect plus que de crainte. Mais d’une manière générale, l’esprit républicain, après la soumission, sera presque oublié. Il ne survivra que dans un repli caché de la conscience collective, où il se mêlera à l’espérance d’une explosion libératrice, d’une révolution en sens inverse, d’une siba qui éclaterait à la faveur de grands événements extérieurs. Pour l’instant, chacun prendra, devant le chef ou devant l’administration, une attitude passive qui contraste étrangement avec le goût excessif que l’on avait autrefois pour la discussion et l’opposition. « Le Makhzen, dit-on alors, est notre père et notre mère. C’est à lui de pourvoir. » Cette passivité est faite de résignation et de fatalisme musulman. Elle se mêle à un regret du passé discrètement formulé. Elle peut brusquement céder à un fol esprit d’aventure et de révolte auquel se mêleront la xénophobie et le mahdisme13. C’est pour cette raison qu’on ne peut jouer impunément, en pays berbère, avec l’instinct de la siba.

25La tribu indépendante faisait régner sur son territoire, grâce à l’activité de ses notables, un ordre limité, mais relativement satisfaisant, grâce auquel s’était développée une vraie civilisation rurale. Sans doute éclatait-il de temps à autre des guerres intestines, mais elles étaient plus bruyantes que meurtrières. Dans les annales du pays, il était bien rare qu’on puisse signaler en un siècle plus d’un combat au cours duquel avait péri un groupe nombreux de guerriers. Cela n’arrivait que par suite de trahison, de manque de parole, qui avait pour conséquence le massacre des vaincus. On en parlait alors avec scandale. Habituellement, ces petites guerres intérieures, ces vengeances privées, qui entretenaient le désordre et faisaient régner l’insécurité, donnaient aussi du prix à l’existence journalière, l’animaient et la coloraient. Il est vrai qu’à la suite de l’accession au pouvoir d’un clan hostile, on était placé parfois dans la pénible nécessité de se sauver pour quelques années à grande distance afin d’éviter l’assassinat. Mais bientôt le vent tournait : la famille bannie revenait au pouvoir à son tour et se débarrassait en un tournemain de ses adversaires qui prenaient à leur tour le chemin de l’exil. Pour tous ces petits groupes qu’étaient les tribus et fractions, la vie économique ne se trouvait sur place que médiocrement affectée par ces troubles intérieurs.

26Le régime de la tribu avait connu parfois une grande perfection dont on trouve la preuve dans l’existence de respectables institutions. À cet égard, les Berbères du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas occidental peuvent montrer avec orgueil, comme preuve de la sagesse de leurs collectivités, les droits coutumiers de leurs agadirs, ces magasins à grains dans lesquels ils conservaient parfois pendant vingt ans leurs provisions de céréales à l’abri d’une législation savante et ingénieuse qui remontait à de longs siècles.

27Dans l’ensemble, on le voit, l’état d’anarchie organisée dans lequel vivaient, à l’état libre, les populations sédentaires du sud était compatible avec une sorte de civilisation rurale qui conférait aux hommes une sécurité précaire mais acceptable.

La religion dans le sud du Maroc

28L’aptitude remarquable qu’ont les Berbères du sud à l’organisation collective sous une forme traditionnelle, qui se traduit par l’association des familles patriarcales à la gestion commune de leurs patrimoines respectifs, n’exprime qu’une partie de la richesse de la vie sociale du Sous. La civilisation rurale, dans toute cette région du Maroc, a connu un éclat particulier grâce à la religion. Nous en étudierons spécialement les aspects, qui se retrouveraient d’ailleurs dans les autres provinces sous des formes assez voisines.

29Une sorte d’alliance s’était en effet établie spontanément au cours des siècles entre les Berbères et les grands marabouts protecteurs des tribus. Ces chefs religieux étaient capables, à l’occasion, de maintenir les républiques de la montagne à l’écart du Makhzen central et de les faire vivre en paix. En même temps, de nombreux savants, théologiens et juristes, formant eux-mêmes des maîtres d’école, favorisaient partout l’acquisition des connaissances islamiques et en particulier l’étude mnémonique du Livre saint. Ils habituaient les hommes à pratiquer dans leurs conflits intérieurs les vertus de modération et de clémence que l’islam a su développer. On ne comprendrait donc pas la vie du Sous si on ne donnait pas à ce facteur religieux toute son importance.

30Sans doute, l’islam est une religion sans prêtres. Mais il ne faudrait pas en déduire qu’il se propage sous une forme impersonnelle par la simple diffusion du Livre saint. Les « hommes de religion » jouent un rôle capital dans l’établissement durable d’un système qui plie peu à peu les âmes et les corps à l’observance de la loi. Cette conquête religieuse des tribus est l’œuvre prolongée des siècles. Nous en observons ici les étapes.

  • 14 Cette « mise au pas » des tribus a fortement marqué la conscience populaire. Après sept siècles, Ch (...)

31À l’origine de la propagation de l’islam dans le sud du Maroc se trouve l’action de grands réformateurs de la religion qui ont su en même temps conquérir le pouvoir temporel. Ce furent d’abord les Almoravides, nomades berbères venus du sud de la Mauritanie, puis surtout les Almohades quand la prédication d’Ibn Toumert, petit lettré de la tribu des Arrhen, voisine de Taroudant, instruit en Orient, entraîna l’ensemble des tribus du Haut-Atlas après les avoir copieusement endoctrinées et fanatisées14.

  • 15 On retrouve encore, sous-jacent, dans le folklore religieux du Haut-Atlas, l’histoire légendaire de (...)
  • 16 Ces grands seigneurs du Sous qui luttent contre le sultan de l’époque se combattent d’ailleurs entr (...)

32L’œuvre de conquête religieuse des premiers siècles, parce qu’elle était violente était nécessairement superficielle. Mais les grandes dynasties conquérantes, qui utilisaient la religion comme une force politique, virent leur action continuée d’une manière plus efficace dans la suite par des mystiques. Ces mystiques fondateurs à la fois de zaouïas et de confréries, du XIVe au XVIe siècles, créèrent aussi des ribats, des camps pour les « combattants de la guerre sainte » rassemblés pour conjurer le danger portugais. Le plus célèbre de ces mystiques fut l’imam Djazouli établi chez les Chiadma, dans une région qui avait connu, plusieurs siècles auparavant, un grand mouvement de prédication attribué aux Regraga15. Enfin avec la décadence générale de la puissance politique des Musulmans au XVIe siècle, ces chefs religieux ou leurs descendants eurent bientôt tendance à prendre pour eux-mêmes l’autorité suprême et à joindre à leur pouvoir spirituel un pouvoir temporel. Mais ils furent tous devancés dans la conquête de l’autorité par les chorfa saâdiens, originaires de Tagmadert dans le Dra, qui s’étaient fixés dans la zaouïa de Tidsi au sud de Taroudant, où ils rassemblaient les forces des tribus du Sous contre les Portugais d’Agadir. Parvenus au pouvoir suprême, les Saâdiens trouvèrent donc devant eux comme émules et concurrents les marabouts du Sous, grands chefs temporels et spirituels, les fils de Sidi Saïd Abd en Naïm des Haha (Ida ou Bouzia) et ceux de Sidi Ahmed ou Moussa, à Illirh, dans l’Anti-Atlas. Les uns et les autres eurent par la suite de grandes difficultés avec le pouvoir central. Les Oulad Abd en Naïm durent se réfugier pour éviter les coups du Makhzen dans une petite tribu insoumise du Haut-Atlas, les Aït Tamment. Ceux de l’Anti-Atlas résistèrent aux Saâdiens puis aux chorfa alaouites de la présente dynastie en gardant l’appui des tribus dissidentes de la région des sommets16. On ne s’étonnera pas qu’il y a vingt ans encore El Hiba, puis Merebbi Rebbo, fils de Ma el Aïnin, le thaumaturge de Mauritanie, se soient repliés sur cette région de l’Anti-Atlas, après la défaite de Sidi Bou Othman. Continuant la tradition de plusieurs siècles, ils jouèrent à leur tour le double rôle de prétendants et de protecteurs des républiques berbères. L’histoire politique du Maroc, on le voit, suffit à démontrer l’importance extrême de ces grandes influences religieuses.

  • 17 Spillmann, Les Confréries religieuses du Maroc, C.H.E.A.M., n° 464, p. 119.
  • 18 Charles-Dominique, Les Tolba du Sous, C.H.E.A.M., n° 388, p. 19.

33D’autres seigneurs maraboutiques, de moins grande envergure que les précédents, devaient d’ailleurs apparaître plus tard ; l’un d’eux est assurément, au XVIIe siècle, Sidi Mhammed ben Naser de Tamgrout, fondateur de la confrérie des Nasiriya, qui a connu jusqu’à nos jours une immense faveur dans tout le Sous. Ce savant religieux est, comme les autres, hostile à ses débuts au pouvoir central. Mais sa force vient surtout de ce qu’il compte sur une pléiade de saints personnages qui tiennent des zaouïas filiales, à Oukhtim des Ammeln, à Adouz des Ida ou Baqil, à Sidi Hossein ou Cherhabil des Ida ou Nadif, à Agouchedim des Ammeln et à Adouar des Menabha et en bien d’autres lieux encore. Cette puissance culmine au XVIIIe siècle. Les Nasiriya du Dra éclipsent les chefs des zaouïas plus anciennes, celles des Aït Ouissaren chez les Sektana de l’Anti-Atlas17 ou celles de Sidi Mehend ou Yaqoub près d’Imintatelt, centre religieux qui avait connu au XVIe siècle une immense prospérité et qui répandait alors généreusement la science dans l’esprit de centaines de tolba18.

34Puis, au XIXe siècle, la grande zaouïa de Tamgrout perd de son rayonnement. Ce sont alors ses filiales qui prennent plus d’importance. Timgilcht en particulier attire les tolba des Igounan, de Tasserirt, d’Ammanouz, des Issafen, Aït ou Mtibet et Aït Waouzgit. De son côté, la zaouïa de Sidi Lahssen Immel à Arazen rayonne chez les Arrhen, les Ida ou Zeddout et même chez les Arabes Oulad Yahya. Et comme le zèle anti-chrétien des Nasiriya semble se ralentir au moment où ils entrent en relations avec le Makhzen et les Français, l’esprit de résistance s’incarne dès lors dans la confrérie des Derqawa, plus jeune et plus virulente que la leur. Fondée au XIXe siècle par Sidi Mohammed ben Larbi el Mdarrhi, dont un disciple, Sidi Ali ben Boubeker Amhaouch, a été dans l’Atlas central et à Bou-Denib notre grande adversaire jusqu’en 1928, cette confrérie xénophobe rassemble les forces de résistance anti-chrétienne. Les Derqawa auront dans l’Anti-Atlas une importante zaouïa à Dougadir Illirh sur le versant sud de l’Anti-Atlas.

35Plus modestes, mais non moins efficaces, sont les confréries secondaires soit à Marrakech, soit dans le Sous : les Hamdaouiyn dont le centre actuel est à Tlemcen et qui apparurent il y a un siècle, les Hamdcha et les Drhoriyn avec de petites zaouïas à Marrakech chez les Serarhna et à Taroudant, les Jilala, les Aïssaoua avec leurs zaouïas à Marrakech et dans les tribus Oudaïa (fraction Oulad Bou Sbaa), toutes confréries populaires, se livrant à des manifestations d’extase sous des formes violentes.

  • 19 Les zaouïas Tijaniya se trouvent chez les Ksima, Mesguita, Ahel Tiznit, Howara, Chtouka, Ida ou Tan (...)

36La liste s’allonge encore avec d’autres confréries peu importantes, les Rahhaliyn se rattachant au djazoulisme, à Marrakech et chez les tribus du versant nord de l’Atlas, les Kounta venus du Touat à Marrakech et chez les Aït Oussa, les Qadriya, dans les tribus du Haouz de Marrakech qui ont une tendance fortement démocratique. Ajoutons encore les Bou Azzaouiyn, à Marrakech, les Ouezzaniyn, avec une importante zaouïa à Marrakech et d’autres plus modestes sur les versants de l’Atlas dans le Dra et dans le Sous, ces dernières paraissant à peu près indépendantes. Enfin, en dernier lieu, se répandent de nos jours les Tijaniyn, plus bourgeois, bien pensants, auxquels se rallient généralement les grands personnages, caïds et pachas. Ils ont près d’un millier d’adeptes avec neuf zaouïas à Marrakech et en possèdent d’autres dans le Sous. L’une d’elles, chez les Ida ou Gnidif, est dirigée par un savant, El Hadj Mohammed Nadifi, qui fait éditer au Caire ses opuscules religieux. Le caractère Makhzen de cette confrérie est encore souligné par l’adhésion que lui donnent les hommes des tribus guich19.

  • 20 Des lettrés musulmans modernes vivant dans le sud du Maroc, bien qu’hostiles en principe aux confré (...)

37Cependant, des confréries, grandes et petites, ont perdu sensiblement leur crédit aujourd’hui, au nord de l’Atlas : on peut considérer qu’elles résistaient, il y a très peu d’années encore beaucoup mieux dans le Sous, où leur action semble correspondre à des goûts de religiosité collective et maintient une cohésion sociale que l’influence des villes, hostiles au maraboutisme, n’a pas encore fait disparaître20.

38Ce n’est pas tout. L’influence islamique a encore d’autres moyens d’action. Elle se manifeste plus profondément dans la vie quotidienne des tribus par la présence de minuscules petites zaouïas autocéphales que nous ne saurions dénombrer ici et dont l’influence s’exerce uniquement sur la fraction qui les abrite. Leur chef joue souvent un rôle d’arbitre dans les assemblées de village et de pacificateur dans les discordes locales. On lui consent généreusement des aumônes et des dîmes. Dans les magasins à grains, une part de céréales est toujours accordée de bon gré aux saints locaux et à leurs descendants.

  • 21 Les tolba de langue berbère y apprennent un vocabulaire juridique en arabe grâce à des traductions (...)

39Enfin, une action, plus efficace peut-être encore que toutes celles qui précèdent, parce qu’elle est constante, est celle des tolba. C’est qu’en effet, dans chaque mosquée de village – il n’y a pas de village sans mosquée – le taleb est le desservant officiel. Il fait aussi office de maître d’école coranique. Écrivain public, lecteur sacré, interprète des actes fonciers, il est encore secrétaire de la délibération des notables dans les petites collectivités. Son rôle religieux et social fait penser à celui d’un curé de campagne. La décadence politique des zaouïas considérées comme des centres de formation de tolba, qui n’a cessé de se manifester depuis un siècle, n’est pas telle qu’on n’ait pu former en grand nombre, il y a vingt ans encore, ces sortes de clercs faméliques, mais tout dévoués à leur idéal. Ils ont au surplus, au départ, reçu une formation juridique assez convenable dans les zaouïas encore actives – celles de Timgilcht et de Dougadir – qui, sous l’obédience de deux confréries rivales, s’efforcent l’une et l’autre d’instruire le mieux possible en berbère leurs étudiants21.

40C’est cette éducation à la fois juridique et religieuse qui permettra aux tolba de jouer un rôle important dans les délibérations des notables ou dans la rédaction des actes. Aujourd’hui même, par leur présence officielle dans les jemaas judiciaires berbères, au sein desquelles une administration intelligente leur a, ces dernières années, ménagé une place, ils sont partout les artisans de la conciliation entre les exigences du droit d’origine divine et les traditions du droit de la tribu. Ils n’en deviennent pas pour cela, comme on l’a pensé parfois, les propagateurs de la langue arabe, si ce n’est sous sa forme savante : ils ne l’ont apprise que comme une langue morte et ne se tirent d’affaire, dans la rédaction pratique des actes, qu’en usant de formulaires appris par cœur. Ce sont avant tout des Berbères au service de l’islam et non pas des apôtres de l’arabisme, qui leur est étranger.

41Ces personnages ont encore un rôle mystérieux qui n’est pas sans importance. Chaque taleb était naguère expert dans la fabrication des charmes magiques écrits au moyen de versets du Coran et de signes cabalistiques. Il savait aussi parfois découvrir par ses procédés magiques des trésors cachés. Rien d’étonnant à ce qu’un poète berbère, dont les vers ont été traduits par le colonel Justinard, ait pu dire en vantant la puissance illimitée de la plume de ces maîtres d’école de village : « Je sais quel est le levier dont se servent les tolba : il est fait de roseau. »

  • 22 Leur nombre dans les zaouïas n’est plus que le quart de ce qu’il était il y a vingt ans.
  • 23 Le « zoufri » est l’ouvrier qui travaille dans l’industrie. Ce mot reçoit à Casablanca une acceptio (...)

42Mais la décadence est venue. L’action religieuse si efficace des tolba en tribu se trouve aujourd’hui contrariée par une évolution politique et administrative du pays qui limite leur rôle. Au temps de la dissidence, nous l’avons dit, les zaouïas recevaient la dîme des récoltes. Elles possédaient aussi des habous, des fondations pieuses qui leur étaient propres. Les personnages religieux qui étaient à leur tête, saints ou savants, exerçaient dans la dissidence une influence sociale ou même politique considérable. Aujourd’hui, devenus inutiles, ces chefs perdent de leur prestige, les zaouïas s’appauvrissent et la formation des tolba en souffre grandement22. Le costume traditionnel que porte mieux qu’un autre le taleb est devenu sans prestige. Mieux vaut aujourd’hui, aux yeux des gens du commun, le bleu de cotonnade autrefois méprisé du « zoufri23 » que revêt le travailleur en France. La liasse de billets que rapportent, en la cachant dans leurs vêtements, les épiciers modernes d’une grande ville a aussi plus de puissance que les amulettes. « L’argent, dit le poète, est un maître qui ne laisse pas de non à la parole. » Le Berbère du Sous, âpre au gain, en connaît la valeur. Pour toutes ces raisons, il n’est plus guère dans la montagne de l’Anti-Atlas que cinq ou six zaouïas qui gardent un cercle réduit d’étudiants, au lieu des centaines d’élèves qu’on y voyait autrefois. Les tolba eux-mêmes d’ailleurs suivent le mouvement d’exode. Nous les retrouverons dans les villes prolétariennes, où ils vont proposer aux zofriat leurs bons offices d’écrivains publics et aussi leurs capacités modestes pour instruire les enfants des bidonvilles dans la connaissance du texte coranique.

43Cet affaiblissement des confréries et de la science traditionnelle dans la campagne et dont nous retrouverons les signes dans les villes ne doit pas nous faire oublier les résultats du travail qu’elles ont accompli pendant les siècles précédents : le Sous berbère demeure l’un des pays les plus islamisés du Maroc et l’un de ceux où la conscience collective est le plus fortement imprégnée de religion. Si nous en doutions encore, la solidité d’une classe sociale particulière l’attesterait aux yeux de tous : celle des chorfa et des marabouts. Nous verrons ces personnages de noble origine se raidir devant la transformation politique et économique du pays et défendre, souvent encore avec succès, leurs vieilles positions, bouder çà et là l’émigration. Certaines tribus tout entières passent pour avoir, quelle que soit l’origine variée de leurs membres, une ascendance chérifienne. Tels sont, dans l’Anti-Atlas, les prestigieux Ida ou Semlal, dont la tribu se donne comme la patrie des réformateurs et des prétendants. Sur le versant nord de l’Atlas, ce sont les Oulad Bou Sbaa, qui se disent chorfa idrissites et qui donnent encore aujourd’hui au Maroc du nord tant de petits lettrés. Ailleurs, des villages entiers sont peuplés de familles maraboutiques qui « à l’ancienneté » finissent par être regardées comme chérifiennes. Citons les habitants d’Imintatelt des Sektana ; les marabouts ou chorfa du Tazeroualt, formant à Illirh la descendance des prétendants, les fils de Sidi Ahmed ou Moussa, aujourd’hui divisés en cinq branches, réduits à la misère mais encore respectés.

  • 24 À Rabat, un domestique berbère qui est d’origine maraboutique reçoit par exemple tous les vendredis (...)

44Dénombrant dans une petite zone du Haut-Sous une population de 60 000 habitants, le capitaine de la Porte des Vaux y distingue, après étude approfondie, 75 % de Berbères libres, 11 % de Haratin et 5 % de marabouts ainsi que 9 % de chorfa. Il est vrai que marabouts et chorfa, dans ces tribus, ont tendance à se fondre aujourd’hui plus ou moins dans la masse dont ils sont d’ailleurs généralement sortis. Leur prestige est loin d’avoir disparu, et les émigrés du Sous qui se réclament dans les villes de cette origine ne sont pas sans considération au milieu des prolétaires qui les entourent24. Cette classe religieuse numériquement importante joue donc un double rôle favorable au maintien de la tradition soit dans les villes du nord, soit dans sa province d’origine.

Survivances berbères

45Mais la religion n’est pas la seule force spirituelle du pays. Si forte est la résistance qu’opposent les croyances anciennes, dans ce pays berbère où les traditions sont si tenaces, que bien des superstitions antérieures à l’islam y survivent encore, même dans l’esprit des savants.

  • 25 Justinard, La Rihala du Marabout de Tasaft, publication de la Section historique du Maroc. Paris, G (...)
  • 26 Charles-Dominique, ibid., p. 75.

46Tout d’abord, les femmes, qui échappent dans une large mesure à l’action directe des propagateurs de la religion, puisqu’elles sont rarement instruites du Coran et qu’elles n’appartiennent guère aux confréries, demeurent le conservatoire vivant des vieilles croyances et les transmettent aux petits enfants d’une génération à l’autre. Le rôle des contes est sans doute ici capital. Nulle part, sans doute, au Maroc, on ne croit davantage que dans le Sous à l’action des génies. Dans le Haut-Atlas, certaines montagnes sont habitées par eux, et lorsqu’on sait les invoquer convenablement, ils apportent aux hommes, en temps de guerre, leur aide dans les combats25. Il faut aussi savoir se garder de leurs méfaits, car ils sont habiles à voler le grain26. Aussi multiplie-t-on à l’occasion les sacrifices en leur honneur et les offrandes sur les hauts lieux. Il est vrai que la survivance de ces croyances campagnardes a pour correctif aujourd’hui, par réaction, la diffusion d’un esprit nouveau dans les villes, par exemple à Taroudant et surtout à Marrakech, fait de puritanisme bourgeois. On connaît dans cette dernière ville le nom et l’action de Sidi Mokhtar ben Sidi El Hadj Ali, moqaddem de la zaouïa Derqawiya, et celle de Sidi el Hadj Ali Soussi, adeptes du modernisme en islam. Le frère de ce dernier est d’ailleurs moqaddem de la zaouïa de Dougadir de l’Anti-Atlas où il exerce son action jusque dans les milieux conservateurs ruraux, puisqu’il est chargé de la formation des tolba.

47Mais les progrès d’une religion épurée sont lents, et les petits lettrés de campagne ne se dégagent que bien lentement des vieilles croyances que l’islam a assimilées au cours des siècles. De nos jours les savants traditionnels, inquiets des progrès d’un modernisme qui ruine les bases de leur prestige, ont souvent tendance à se rallier de bon cœur au régime du protectorat dont ils avaient été si longtemps les adversaires craintifs. On aurait tort toutefois de croire que l’islam, même sous sa forme conservatrice regardée par la jeunesse des villes comme arriérée, soit entièrement « domestiqué ». Quels que soient le tact et l’habileté des autorités de contrôle, des explosions violentes se produisent encore. L’esprit de résistance contre les Chrétiens, qui s’est incarné jusqu’en 1934 dans les zaouïas de la montagne, est loin d’être mort. Malgré la bienveillance à notre égard des Nasiriya du Dra, c’est un moqaddem de leur confrérie, de la zaouïa de Dou Zemmour des Aït Souab, qui déclencha en mars 1936 l’attaque du poste des Aït Souab, conduite par quelques centaines de paysans illuminés, pauvres gens armés de bâtons qui voulaient jeter les Chrétiens à la mer et s’emparer d’Agadir. Au même moment, un petit chef du Haut-Atlas, chez les Seksawa, avait des visions et des rêves qui le poussaient à préparer une insurrection dans les hautes vallées si riches en souvenirs maraboutiques et si peuplées de génies de la montagne.

48Un dernier trait de la vie sociale et intellectuelle du Sous ne doit pas être négligé. La langue berbère y reste extrêmement vigoureuse ; les éléments arabes qui y vivent doivent l’assimiler, et la plupart d’entre eux, les Oulad Jerrar, les Aït Amira, les Howara sont devenus berbérophones ou du moins bilingues. De plus, il y a peu de nuances importantes entre les divers parlers locaux d’une tribu à l’autre, et la tachelhait, langue du Sous, est plus qu’un dialecte rural. L’existence d’une littérature populaire, en particulier d’une poésie encore très vivante et pleine de charme, que le colonel Justinard a tant contribué à faire connaître, donne à l’esprit public un caractère provincial très accusé. Le Sous apparaît ainsi par la psychologie de ses habitants et les représentations qu’ils se font du monde extérieur, comme une zone fermée, un monde à part. Nous ne nous étonnerons pas de voir ses émigrants composer dans les villes du nord une société séparée.

49Le Chleuh est vif, sarcastique, mais en même temps grand amateur de fausses nouvelles. Pendant de longues années de dissidence, les bruits les plus invraisemblables sur l’ensemble du Maroc et sur le monde couraient dans cette petite province encerclée de toutes parts et trouvaient crédit. Aujourd’hui, quelques postes de radio et la propagande orale permettent d’alimenter autrement ce goût merveilleux, cet amour du prodigieux et du fantastique qui est l’un des traits de l’âme collective de ce pays. Les noms de l’Amérique, de l’Egypte, de l’Inde, de la Chine sont prononcés par des bouches ignorantes, et les émissions radiophoniques d’Orient leur font jouer un rôle inattendu. Demain, pensent beaucoup d’esprits simples, on verra le monde changé d’un seul coup par l’intervention de mystérieuses influences. L’ordre établi sera bouleversé ; miracles et prodiges hantent les esprits. Nos Berbères du sud apporteront donc avec eux dans les villes du nord une immense crédulité toujours en quête d’aliments, faite de naïveté en même temps que d’amour de l’indépendance. Nous retrouverons la trace de ces dispositions dans l’esprit public des néo-citadins.

Aspects divers de la vie sociale du Sous

50Les aspects de la vie matérielle dans les villages du sud confirment ce que l’observation de la vie religieuse et intellectuelle nous donne à penser ; ces vieux sédentaires, économes, âpres au gain, ont réussi, au cours des siècles, à se créer un cadre décent d’existence familiale. Les maisons de pierre ou de pisé sont bien conçues et comportent toujours au moins une pièce assez spacieuse, complétée par une vaste cuisine. Si le chef de famille a un rang à tenir, il possède en outre une petite pièce où descend l’hôte de passage. Les animaux – vaches et ânes – sont enfermés dans une écurie fermée par crainte des voleurs. Les constructions sont épaisses, de manière à décourager les perceurs de murailles. En montagne, de larges galeries ouvertes débordent sur les façades, tournées vers le soleil levant et bien abritées du vent, qui sont largement utilisées aux heures chaudes. Sur les terrasses bordées de pierres plates sèchent les récoltes. Les aires à battre, construites avec soin, entourent le village. Malgré la pauvreté, la vie paysanne témoigne de l’ancienneté et de la perfection relative des techniques rurales. Les paysans sont souvent capables d’édifier leurs propres maisons et ne font appel aux spécialistes, charpentiers et maçons, que pour une petite partie du travail. On peut dire que, par son aspect extérieur, l’agglomération berbère du Sous rappelle souvent certains villages perdus de montagne des Basses-Alpes, tout comme les fermes berbères des tribus du nord de Fès suggèrent l’image des vastes chaumières de nos paysans du XVIIe siècle que nous dépeignent sur les toiles flamandes les maîtres d’autrefois. Nous sommes donc loin du dénuement des agglomérations prolétariennes des cités de la côte qui, pour le Chleuh du sud, représente une vraie décadence matérielle.

51Les progrès de l’islam n’ont pas, comme dans la plaine, modifié sensiblement le comportement social des femmes, qui prennent une part trop active à la vie économique pour accepter de se tenir voilées à l’écart des hommes. D’ailleurs, les fêtes de tribus ou de villages maintiennent une atmosphère de liberté, les puritains des villes diraient de libertinage, que ne connaissent pas les pays arabes où les mêmes choses demeurent cachées.

52Sur la place centrale ou dans la cour d’une maison de notables, ou mieux encore, sous les grands noyers près du torrent, des danses s’organisent, hommes et femmes se faisant face en lignes parallèles, qui s’avancent et se retirent, selon un jeu animé, tandis que s’échangent des propos poétiques, chantés en chœur sur un air obsédant. C’est le Ahouach, la danse collective berbère, dont rêvera l’exilé. Une simple mélodie, au charme discret, nostalgique, suffira dans la ville à l’évoquer. Tandis que l’Européen ignorant n’entendra qu’une phrase nasillarde, notre Berbère devenu citadin, si loin soit-il de sa tribu, verra en fermant les yeux la scène fascinante d’une fête de nuit éclairée par de grands feux sous les noyers géants. Les femmes aux robes de couleur, couronnées d’œillets d’Inde, dansent les premières. Puis apparaissent dans sa mémoire les jeunes gens vêtus comme des guerriers prêts pour le combat, avec leur poire à poudre et leurs poignards, dont les gestes millénaires évoquent le péan des anciens Grecs. Dans la grisaille du bidonville, l’imagination fera revivre un instant une communauté villageoise heureuse, formée patiemment au cours des siècles.

53Par tous les aspects si particuliers qu’y revêt la vie humaine, le Sous, et nous entendons par là la région qui s’étend du cours du Dra à la mer, du désert à la plaine de Marrakech, constitue donc bien une petite patrie dont tous les membres sont plus ou moins conscients d’être solidaires quand ils s’aventurent dans les terres du nord. Mais cette vaste zone, extraordinairement conservatrice, est en même temps divisée en une multitude de cantons dont chacun d’eux a renforcé pendant des siècles ses particularismes. L’uniformité n’y existe pas en effet, et l’on y distinguera, selon les régions, des types ethniques et psychologiques assez différents. Aux montagnards arriérés, comme les Ida ou Tanan ou les Aït Wadrim, s’opposeront les commerçants avisés des Ammeln et des Ida ou Gnidif, les débrouillards de la plaine de Tiznit, les Haratin humbles et méprisés des oasis de la bordure du désert et des régions irriguées. Accrochés aux flancs du Siroua ou perchés dans le Haut-Atlas subsistent des groupes isolés encore dans leurs petites frontières, des villages presque inaccessibles où, n’était le commerce moderne qui pénètre partout, rien n’aurait beaucoup changé depuis trente ans. L’ensemble de toutes ces tribus, la multitude de ces fractions, compose un peuple simple et gai, aimant l’argent, processif pour tout ce qui touche aux biens de famille, économe, âpre au gain, capable d’imaginer bien des intrigues et de tromper son prochain, mais en même temps fidèle à l’amitié, reconnaissant, souvent plein de bon sens. Malgré un conservatisme prolongé pendant de longs siècles, nous sommes ici en présence du groupe social et ethnique marocain le plus capable de s’adapter rapidement à la vie des cités parce qu’il a déjà connu une vraie civilisation rurale. Nous le verrons en effet conquérir, par ses humbles mérites, la première place au sein du prolétariat ouvrier, dont il compose l’élite.

Les « sédentaires arabisés »

54Ce que nous venons de dire de la civilisation rurale des Berbères du sud s’appliquerait, à quelques nuances près, aux Berbères arabisés de la côte, dont les tribus s’étendent de Mazagan à Mogador et composaient entre les embouchures de l’Oum-er-Rebia et du Tensift le peuple des Doukkala. Mais ici la cohésion sociale est moindre. La tribu est plus usée, l’esprit d’entraide n’apparaît plus guère qu’à l’échelle de la famille patriarcale, et celle-ci d’ailleurs se dissout de plus en plus sous l’action du chra, la loi coranique, pour faire place à une famille indivise bien plus restreinte. Chez ces sédentaires aussi, brassés par l’invasion des tribus arabes au XVe siècle, nous trouvons le profond et lent travail de l’islam. Mais depuis longtemps, dans ce pays soumis au Makhzen, les zaouïas ont perdu de leurs particularismes, la religion n’est plus mêlée à la vie politique, elle devient une forme de vie sociale entièrement assimilée, impersonnelle en quelque sorte. On notera cependant ici encore, selon l’importance des divers groupements sociaux, des sanctuaires de dimensions variables, à l’échelle en quelque sorte de chacun d’eux. De vieilles zaouïas, liées aux souvenirs des grands saints constituent les centres religieux des tribus ; des tombeaux plus modestes isolés perpétuent le souvenir du personnage religieux sur lesquels les hommes d’une même fraction vont jurer en cas de contestation. Pour les femmes ou pour les hommes crédules des petits villages, il existe partout des ruines minuscules, des arbres sacrés, des lieux-dits au caractère magique, qui sont toujours l’objet d’un culte discret.

55Chez ces populations arabisées, le brassage humain est plus complet, la cohésion est moins forte. La famille étendue le cède au ménage. Les tribus sont faites de masses de contribuables bien plus que de « frères ». Les hommes n’en sont pas moins attachés à leur sol. Souvent celui-ci se trouvera pulvérisé, par l’effet de l’héritage selon la loi musulmane, en minuscules parcelles : la propriété moyenne chez les Doukkala est de deux ou trois hectares fractionnés en quinze ou vingt parties, qu’il est d’ailleurs impossible de remembrer, tant chacun tient à ce qu’il possède par héritage. On notera aussi la dispersion beaucoup plus grande de la population, les maisons isolées à la place des villages compacts du pays berbère demeuré intact.

56Peu ou pas d’institutions locales en dehors des communautés de village particulièrement vigoureuses. Les grandes communautés ne survivent que grâce à l’existence de quelques foires traditionnelles qu’accompagnent des croyances populaires et çà et là des pratiques pittoresques. Souvent, sous l’influence de l’islam, la séparation des sexes, dans la vie sociale, s’accuse. Chez les Haha du nord par exemple, on a créé, par pruderie peut-être, des souks spéciaux pour les femmes. Mais en contrepartie, celles-ci qui sont assez étroitement surveillées dans la vie courante, bénéficieront à l’occasion de quelques vacances, au cours de fêtes traditionnelles (moussems) où régnera, par exemple chez les Chiadma et les Abda, une étonnante licence, qui correspond à celle qu’accordait un instant en Europe chrétienne notre carnaval.

57Lorsqu’ils se retrouveront à l’extérieur dans les lieux d’exil, les hommes originaires de ces tribus berbères en décadence sauront, comme les Berbères du Sous, se regrouper : les Doukkala, surtout, formeront partout des colonies vigoureuses. D’ailleurs, dans les cités, où leurs habitudes sédentaires les préparent à vivre, ces arabisés se trouveront aussi favorisés par leur connaissance de la langue en usage dans les villes. Ils y feront preuve souvent de la même « débrouillardise » que leurs cousins du Sous, mais aussi de moins de qualités solides.

Les Arabes de la plaine atlantique et du Sahara

58À l’inverse des Berbères sédentaires, si vite transformés en citadins, les anciens nomades de la plaine atlantique et surtout les Sahariens arrivés d’au-delà du Bani et du Dra continueront à notre époque à se conduire plus ou moins en Bédouins. Ils n’ont pas avec la terre sur laquelle ils sont aujourd’hui fixés le même lien ancestral que les sédentaires. Ils la quittent volontiers pour une autre, toute leur histoire étant faite de migrations. Ils vendront donc aisément, s’ils le peuvent, leur sol aux colons ou aux riches propriétaires, car ils se trouvent incapables de résister à l’attrait de l’argent qu’on leur offre et qu’ils dépenseront d’ailleurs rapidement. Ils ne sont pas non plus rompus aussi bien que les Berbères aux techniques agricoles : ils demeurent par vocation des pasteurs et sont malhabiles de leurs doigts.

59Plié depuis longtemps à l’Islam et à la discipline Makhzen, l’Arabe qui habite la plaine atlantique manifeste moins de particularisme que le Berbère arabisé. Son hameau, lorsqu’il en constitue, ressemble encore à un campement. Habitué à la nouala et à la cuisine en plein air ainsi qu’à la petite courette défendue par un mur d’épines, il cherchera spontanément à recréer partout où il viendra s’établir ce cadre médiocre d’existence matérielle qui ne représente guère pour lui de déchéance. Bruyant, habitué à l’aboiement indéfini des chiens dans les douars, doté de femmes bavardes et querelleuses, peu actif, orgueilleux sans cesser d’être bon enfant, médiocrement perfectible au début, il compose cette masse désagrégée, toujours prête à se fixer dans les cités makhzen dont elle forme traditionnellement le peuplement inférieur. Habitué au désordre politique et social, notre Bédouin sera à l’aise dans une société décomposée et se laissera aller à ses habitudes d’ancien nomade.

60On séparera cependant les pasteurs déjà déchus de la plaine atlantique, les « aroubiya », « petits Arabes », des vrais Sahariens arabes. Lorsque ces derniers arriveront du désert par groupes plus ou moins ténus dans les limites du Maroc, ils nous apparaîtront comme de vrais transplantés. Les traditions qu’ils apportent du Sahara, le sentiment qu’ils ont de la supériorité de leur race sur les éléments inférieurs, sédentaires berbères ou Haratin, les isolent un instant et les rendent difficilement assimilables par la société stabilisée dans laquelle ils sont cependant condamnés à s’intégrer. Ils se laissent cependant absorber, mais au prix d’une vraie décadence. C’est qu’ils possèdent eux aussi un patrimoine de civilisation, la « civilisation du désert », aussi riche que celle des Berbères du Sous. Mais celle-ci n’est pas adaptable aux conditions nouvelles de vie. C’est ainsi que la famille patriarcale qu’ils connaissaient aussi, comme les sédentaires, était vigoureuse au désert, mais elle n’avait pour eux d’intérêt que dans la guerre. Elle se disperse avec la sécurité pour cette raison qu’elle n’a pas de support foncier. Lorsqu’ils ont quitté le désert, elle n’est plus pour eux qu’un souvenir du passé. Le culte de l’hospitalité, le faste même, à l’occasion, qui manifestaient la puissance des clans orgueilleux, nous semblent être des vertus qui n’ont plus d’emploi dans la misère dans laquelle ils sont tombés. Mais ils demeurent des éleveurs et des pasteurs-nés. En cette qualité, ils rechercheront volontiers des emplois ruraux, là surtout où ils peuvent servir comme bergers. Ils seront mal à l’aise dans les villes. La cohésion qu’ils pouvaient avoir jadis dans leurs tribus, et qui était alors si nécessaire pour tenir sous leur domination les sédentaires, leur tenait lieu de discipline. Mais disloquée, livrée au hasard des migrations pastorales désordonnées à travers les cultures des sédentaires, la tribu nomade décadente n’est plus qu’une poussière d’isolés, livrés souvent à la mendicité.

61De plus, leur islamisation est rudimentaire et bien moins complète que celle des Berbères sédentaires. Ils sont totalement ignorants de l’écriture et ne s’instruiront du Coran avec quelque aisance que parce que leur langue leur en facilite l’intelligence. Il leur reste, il est vrai, la fierté d’être Arabes. Pour cette seule raison, ils se sentiront quand même à leur place dans la civilisation musulmane des villes, lorsqu’ils auront franchi le premier stade si difficile de l’acclimatement à la vie sédentaire. Leur vraie destinée dans l’ancien Maroc était d’être regroupés en tribus artificielles par des sultans pour constituer leurs « guichs » et combattre les autres tribus. Cette réorganisation d’ailleurs ne faisait pas disparaître leurs tendances anarchiques. On s’en apercevait à la manière dont ils prenaient parti à l’occasion pour tous les prétendants au trône que suscitait chaque crise dynastique.

62Ces pasteurs, à peine sortis du Sahara, dont chacun d’eux possède au fond de lui-même, comme un legs de la vie bédouine, des traditions de noblesse et d’orgueil, un goût de la domination, l’habitude des grands espaces et l’indifférence devant les changements d’habitat, nous apparaissent dans l’ensemble, aujourd’hui trop souvent, comme des êtres sans emploi. Ils n’apporteront, nous le verrons, presqu’aucun concours à la civilisation industrielle du Maroc moderne. À moins qu’ils ne consentent, comme cela arrive parfois, à se créer par ingéniosité des spécialités nouvelles, les Aït Oussa, marchands de fleurs à Rabat, les Azouafid, mendiants sourds-muets, ils ne trouveront leur place que comme gardiens ou plantons. Rares seront ceux qui consentiront à s’adapter tant bien que mal pour deux ou trois ans au travail des mines, bien que, depuis peu, se dessine parmi leurs tribus une étonnante initiation vers cette spécialisation rémunératrice.

63Il leur reste aussi une autre ressource, plus conforme à leurs goûts : le métier militaire. Ce sont les Sahariens, les hommes des guichs ou des tribus de la plaine atlantique, les moins habitués à la possession privative de la terre ou encore les Berbères nomades du Moyen-Atlas et du Sarhro qui s’engageront dans les régiments ou les goums, apportant au métier de soldat d’aventure la rude expérience humaine que leur a donnée la vie au désert ou dans la steppe. Tant il est vrai que le vrai nomade n’a pas une place aisée dans une économie pacifique.

***

64Tel est l’apport modeste, mais non méprisable, de civilisation des immigrants dans les villes. Dans la foule grise et misérable qu’il rencontre, l’observateur occidental devra donc toujours savoir apprécier l’importance du legs ancestral des tribus, différent selon les groupes ethniques. Il se souviendra toujours que cet héritage contraste, par sa richesse accumulée pendant de longs siècles, avec la pauvreté matérielle uniforme dans laquelle vont vivre tous ces êtres humains. Devenus soudain habitants des cités, sans avoir pris conscience de l’énormité de l’aventure sociale dans laquelle ils se sont ainsi lancés, jetés d’un seul coup dans le grand courant de la vie occidentale, nous les verrons tenter par un geste instinctif de serrer les bras un instant sur le bagage d’institutions, de mœurs et de croyances qu’ils apportent de leurs tribus. Réaction première qui ne les sauvera pas longtemps d’une décadence irrémédiable. Mais il faudra qu’une génération disparaisse pour que s’oublie dans chaque famille la modeste civilisation apportée dans les villes par les montagnards et les pasteurs du Sahara.

Notes

10 Les études en cours de J. Berque, sur les Seksawa, mettront en évidence, dans une région bien conservée, ce rôle fondamental des biens de la famille patriarcale comme support de la vie sociale.

11 L’absence des émigrés temporaires représentant les familles patriarcales rendra parfois impossibles de nos jours les réunions des petites assemblées de village (région du Bani).

12 On verra plus loin (IIe partie, ch. I) la légèreté des Doukkala en matière matrimoniale.

13 Le meilleur exemple d’explosion politico-sociale de cette nature est celui de la proclamation d’El Riba, fils de Ma el Aïnin, en 1908 dans le Sous. Ce sultan de guerre sainte auquel se ralliaient les masses, dans un esprit d’opposition au Makhzen et aux grands caïds, devait être balayé d’un seul coup après sa défaite à Sidi Bou Othman dans la plaine de Marrakech en 1912. C’est dans ces conditions que les grands caïds se rallièrent à la France qui reconstituait le Makhzen.

14 Cette « mise au pas » des tribus a fortement marqué la conscience populaire. Après sept siècles, Charles-Dominique a encore retrouvé chez les Ida ou Msattog une famille, dite des Iforhran, qui représente l’un des groupes survivants d’une puissante tribu hostile aux prédications du Mahdi Ibn Toumert. Elle est regardée comme maudite. On signalerait aussi des lforhran chez les Sektana (Les Tolba du Sous, C.H.E.A.M., n° 288, p. 10-11).

15 On retrouve encore, sous-jacent, dans le folklore religieux du Haut-Atlas, l’histoire légendaire des saints Regraga, venus çà et là, au nombre de 360, apporter la vérité aux Berbères païens. Cf. sur tous ces mouvements religieux, G. Drague, « Esquisse de l’histoire religieuse du Maroc », Cahiers de l’Afrique et l’Asie, t. II, 1951.

16 Ces grands seigneurs du Sous qui luttent contre le sultan de l’époque se combattent d’ailleurs entre eux. Au XVIIe siècle, ils interviennent dans les crises dynastiques ou dans les grandes sibas à Marrakech, au Dra et au Tafilalet. Ceux d’Illigh dans le Tazeroualt se comporteront par moment comme de vrais sultans, arborant le parasol. Ils ont même eu à leur service une sorte de tribu guich, les Mejjat, des Arabes aujourd’hui complètement berbérisés, sur la limite S.O. de l’Anti-Atlas, frères de ceux qui, arabisés, sont fixés près de Chichaoua au nord de l’Atlas.

17 Spillmann, Les Confréries religieuses du Maroc, C.H.E.A.M., n° 464, p. 119.

18 Charles-Dominique, Les Tolba du Sous, C.H.E.A.M., n° 388, p. 19.

19 Les zaouïas Tijaniya se trouvent chez les Ksima, Mesguita, Ahel Tiznit, Howara, Chtouka, Ida ou Tanan, Ifrane, Aït Baamran.

20 Des lettrés musulmans modernes vivant dans le sud du Maroc, bien qu’hostiles en principe aux confréries, nous ont manifesté le sentiment qu’ils avaient de la valeur morale du lien confrérique dans le Sous, sans lequel les hommes perdent toute pratique religieuse et toute retenue devant les tentations de l’Occident. « Les confréries, disent-ils, sont nécessaires à la foi du petit peuple. » Il est vrai que cette appréciation, fondée sur la pratique, est combattue par le zèle anti-confrérique des bourgeois modernisés des villes du nord. On sait que l’absolutisme sultanien a entrepris ces dernières années de briser tout particularisme des chefs de confréries tant dans les villes que dans les tribus.

21 Les tolba de langue berbère y apprennent un vocabulaire juridique en arabe grâce à des traductions d’ouvrages et d’articles de droit faits par des spécialistes rivaux. Il n’est pas sans intérêt de souligner le goût qu’ont les lettrés berbères du Sous pour l’écriture et la lecture. Certains ont des bibliothèques arabes importantes. Ils notent les événements du temps, écrivent parfois de petits carnets, commentent l’histoire locale. Dans le Sous, comme chez les Djebala, Berbères fortement islamisés du nord du Maroc, il est possible, grâce à l’activité des tolba, de retrouver de véritables archives du passé des tribus et des zaouïas.

22 Leur nombre dans les zaouïas n’est plus que le quart de ce qu’il était il y a vingt ans.

23 Le « zoufri » est l’ouvrier qui travaille dans l’industrie. Ce mot reçoit à Casablanca une acception particulière ; il en vient à désigner le pauvre hère d’immigrant dans les villes, le travailleur en chômage.

24 À Rabat, un domestique berbère qui est d’origine maraboutique reçoit par exemple tous les vendredis la visite de femmes de ménage originaires du Sous qui viennent lui remettre des offrandes.

25 Justinard, La Rihala du Marabout de Tasaft, publication de la Section historique du Maroc. Paris, Gauthier.

26 Charles-Dominique, ibid., p. 75.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable