Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Introduction

Texte intégral

Caractères généraux de l’immigration prolétarienne dans les villes du Maroc

1L’apparition, dans les villes modernes du Maroc, comme d’ailleurs en Algérie, d’un nombreux prolétariat, musulman et juif, d’origine rurale, a deux causes principales  : le développement d’une économie européenne, surtout dans la région côtière  ; la désagrégation, dans l’intérieur, des vieilles structures sociales à base de tribu. Des ruraux et des pasteurs, dont les conditions de vie deviennent sur place plus précaires, se dirigent en nombre sans cesse plus grand vers des régions industrielles où leur existence matérielle semble mieux assurée grâce aux ressources des techniques administratives et économiques modernes. Si l’on remplace le mot tribu par celui de chefferie, c’est un phénomène identique qui peut être observé sur toutes les côtes de l’Afrique noire.

  • 1 Cf. L. Paye, « Evolution du peuplement de l’Afrique du Nord », Politique étrangère, juin 1937, p. 2 (...)

2Il est assez singulier de constater que l’apparition de ce peuplement nouveau – qui, par ses origines et son comportement, diffère beaucoup de celui des villes traditionnelles – ait passé presque inaperçue en Afrique du Nord jusqu’en 1936, date à laquelle de mauvaises récoltes ont brusquement accentué l’importance des exodes, en un temps où les progrès des méthodes de recensement permettaient pour la première fois de mieux suivre les mouvements de population1.

3Mais il est évident que l’ampleur, plus grande, dès lors constatée, des courants d’émigration vers les villes, ne faisait que rendre plus sensible une évolution commencée au Maghreb depuis l’intervention militaire, politique et économique de l’Occident. Il faut même, si l’on veut bien comprendre dans quelles conditions se développe à partir du début du XXe siècle l’émigration rurale vers les villes nouvelles du Maroc, remonter plus haut dans le temps et se reporter tout d’abord à la période où l’Empire chérifien, encore indépendant, avait pris, après de longs siècles marqués par la lutte constante du Makhzen contre les tribus anarchiques, un aspect en quelque sorte définitif, qui traduisait l’établissement d’un équilibre, péniblement acquis, entre deux forces contraires.

  • 2 Cf. Feuille I, pl. I. La première carte d’après L. Massignon, Tableau du Maroc au XVIe siècle d’apr (...)
  • 3 L’apparition de ces rouleaux est liée à la propagation de la houle de l’Atlantique nord, conséquenc (...)

4Une carte ancienne des courants commerciaux intérieurs du Maroc nous explique bien ce qu’était alors le rôle respectif des villes et des tribus et les conditions dans lesquelles circulaient les hommes et les marchandises2. Ce tableau, établi pour le XVIe siècle, mais valable dans l’ensemble pour les deux siècles suivants, sauf pendant les périodes de trop grande anarchie, met en évidence les traits essentiels de la structure économico-sociale du vieil Empire. Nous savons que la côte atlantique est défendue par une barre redoutable où les « rouleaux », qui déferlent, selon l’état de la houle, par des fonds qui atteignent jusqu’à six à sept mètres, condamnent les bateaux marchands à rester au large3. Le mouvement qui s’établit entre eux et la terre n’est assuré que par des barcasses, robustes chaloupes, conduites à l’aviron à travers les brisants, mais qui ne peuvent affronter qu’une houle faible ou modérée. Aussi la plupart des ports, médiocres abris constitués par un épi rocheux ou une embouchure à demi-ensablée de fleuve, ne sont-ils praticables qu’au cours des cinq mois de belle saison, de mai à fin septembre. Le reste de l’année, il n’est pas rare qu’il faille attendre deux ou trois semaines pour réussir à communiquer sans danger avec la terre et pendant un jour ou deux seulement. Aussi, dans des conditions géographiques si défavorables, dès que furent tombés en décadence complète, à partir du XVIIIe siècle, les ports de corsaires, Larache, Méhédya, Salé, lorsque le médiocre port de Mazagan eut été repris aux Portugais, après la mise en sommeil de Safi, jugé difficile à défendre, le Makhzen chérifien dut se borner à équiper sommairement deux petits ports sans grande importance. Ce furent Mogador, fondé par Sidi Mohammed ben Abdallah pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, et Dar-el-Beida, le futur Casablanca, centre d’exportation des céréales, aménagé sur l’ordre de Moulay Sliman au début du XIXe siècle. Les routes commerciales ne suivront donc pas à cette époque la côte atlantique, que l’on évitera au lieu de la rechercher. Nous les voyons plutôt relier Marrakech et Fès aux points d’arrivée du commerce transsaharien au sud de l’Atlas. Vers le nord, ces routes commerciales se dirigent alors sur Tanger ou à travers le Rif, car la côte méditerranéenne est d’accès maritime plus facile. C’est à Tanger que le commerce avec l’extérieur s’organise, dans un port naturel plus accessible et situé en outre assez loin des capitales intérieures pour que la présence des Européens attirés par le négoce ne constitue pas un péril pour l’Empire.

5Ces grandes artères de circulation, parcourues par des courants sud-nord et nord-sud d’exportation et d’importation, ne sont traversées que par une «  bretelle », de Marrakech à Fès. L’axe ouest-est est de bien moindre importance : il joint Salé à Meknès, Fès, Taza et Oujda. Il traverse, il est vrai, un couloir naturel important pour la circulation des armées du Makhzen. Mais la frontière turque et plus tard la frontière française, à laquelle il aboutit vers l’Oranie, n’ont alors aucun intérêt commercial.

  • 4 Ces villes ainsi que Meknès et Salé mériteront le qualificatif de hadriya. Ce sont elles seules qui (...)

6Dans ces conditions, toute l’activité des échanges se concentre dans quelques villes. Ce sont les deux capitales intérieures du sud et du nord, Marrakech et Fès – Tétouan gardant une vie à part fort ralentie4 – qui attireront à l’occasion des artisans et des commerçants et se prêteront avec les tribus qui les entourent ou les caravanes qui les abordent à de fructueuses transactions. Villes d’importance modeste, d’ailleurs, dont on ne peut guère estimer le nombre d’habitants au début de ce siècle a beaucoup plus de 100 000. Les autres cités, Casablanca, Meknès, Salé, Rabat, Safi, Mogador, comptent toutes moins de 20 000 âmes.

  • 5 Cf. F. IX, pl. 20 et page 60 du texte.

7À cette époque, l’immense majorité de la population du Maroc, plus des neuf dixièmes sans doute, est composée de ruraux ou de pasteurs. Tous sont groupés en tribus, dont les territoires sont plus ou moins fermés les uns aux autres. La circulation est difficile, les caravanes cheminent peureusement entre les forteresses du Makhzen situées à quatre heures de marche les unes des autres, tenues par des garnisons de mercenaires noirs ou de soldats arabes fournis par les tribus guich. Dans ces conditions, l’émigration des tribus vers les villes sera infime. Quelques corporations traditionnelles de petites gens, les portefaix de Fès, zerzaya, ou encore les porteurs d’eau, les maçons, se recruteront dans quelques tribus spécialisées de l’est ou du sud. Des Chleuhs du Sous donneront aussi des beqqala, marchands de corps gras, des foual, marchands de graines cuites et aussi des savetiers. Émigration de type archaïque, dont nous observons encore çà et là la survivance, dans des régions de l’Anti-Atlas si éloignées et si pauvres que les courants économiques modernes ne les ont pas encore atteintes5.

8À partir de 1907, et en dix années, tout change. Des villes nouvelles sont fondées à la périphérie du Maroc, là où il n’en existait pas, ou bien se développent en partant de cités sans aucune importance. La population de ces nouvelles cités s’accroît à une vitesse prodigieuse. De nos jours, nous trouvons aux frontières de l’Algérie Oujda avec ses 70 000 habitants, dont 59 000 Musulmans, au lieu de 6 000 âmes qui peuplaient cette bourgade en 1907. C’est Casablanca avec ses 600 000 habitants dont 400 000 Musulmans et 80 000 Israélites, au lieu de 20 000 âmes au total en 1907. Rabat et Salé réuniront 210 000 habitants, dont 150 000 Musulmans contre 40 000 au début. Fedhala, simple kasbah naguère, en aura 20 000. De même Port-Lyautey, qui attirera en quarante ans sur la berge jusqu’alors déserte du Sebou 55 000 Musulmans et près de 8 000 Européens. Safi, l’avant-dernière née des villes prolétariennes, connaîtra depuis moins d’une décade une brusque poussée marquée par la concentration de 45 000 Musulmans. Enfin Agadir, la dernière ville moderne sortie du néant depuis peu de temps, groupe aujourd’hui 25 000 Berbères venus des tribus du Sous et du Sahara occidental.

9L’augmentation de ces cités n’est que dans la mesure du dixième le résultat d’un accroissement par la natalité. Les nouveaux arrivants venant des tribus s’entasseront d’abord dans les quartiers existants. Ils provoquent leur développement selon le plan déjà établi, suscitant la construction dans les espaces libres. Puis, le remplissage terminé, à l’extérieur apparaîtront, sous le nom de derbs, de nouveaux quartiers, sortes de lotissements sur des terrains privés. En même temps, des arrivants, toujours plus nombreux, toujours plus incapables de trouver abri dans les médinas, prendront place dans des huttes ou sous des tentes loqueteuses, dans des abris de fortune auxquels nous avons donné le nom évocateur de « bidonvilles », qui sont aujourd’hui le meilleur signe de la croissance rapide d’une cité. Nous étudierons plus tard, à loisir, les conditions de la vie dans ces nouveaux habitats.

10Il n’est, pour comprendre la révolution réalisée par un demi-siècle d’histoire, que de jeter les yeux aujourd’hui sur une carte des courants commerciaux présents de Casablanca. On l’opposera à celle qui représentait les échanges dans le Maroc traditionnel. La fonction économique tentaculaire de Casablanca y est mise en telle évidence qu’aucun commentaire n’est nécessaire. Il s’établit même entre Casablanca et Oujda, points d’arrivée des marchandises venues par la mer et par la terre, une liaison constante par voie ferrée ou par camions et cars. Le Maroc, autrefois si jalousement refermé sur lui-même, respire aujourd’hui par ses frontières. L’activité et la richesse lui viennent de ces villes et des régions qui ne jouaient presqu’aucun rôle il y a cinquante ans. La frontière de l’est et la côte, hier désertes, se couvrent d’usines. Les immenses ressources de la mer sont exploitées. Le Maroc a cessé de concentrer sur l’intérieur de ses terres toute la population active. En se révélant à lui-même, par le moyen d’une unification politique sans précédent dans son histoire, il s’apprête à communiquer désormais avec le monde extérieur. C’est un signe des temps que, depuis vingt années, l’établissement en nombre croissant à Casablanca des gros commerçants de Fès, dont la cité médiévale perd peu à peu, malgré son immense prestige de civilisation, le rôle conducteur qu’elle assumait naguère au milieu des plaines soumises du nord. En même temps s’organisent, dans les villes de la côte et surtout à Casablanca, des entreprises économiques fondées sur l’exportation qui, comme les industries de la pêche, ont les yeux fixés sur les marchés extérieurs et tournent parfois le dos au Maroc.

11Dès le début, l’activité des ports, la construction des villes nouvelles, l’établissement d’un nombre toujours croissant d’Européens déterminent un appel aux tribus de l’intérieur qui offrent une main-d’œuvre, inhabile sans doute, mais si nécessaire qu’elle sera longtemps insuffisante en nombre. Dans les petites communautés primitives que sont les tribus se propagera, jusqu’aux plus grandes distances, la croyance aux richesses fabuleuses qu’engendre dans les ports l’activité des Chrétiens. Aussi les famines qui surviendront en 1913, 1921, 1928, 1937 donneront-elles le sentiment à tous ceux qui sont menacés de mort dans l’intérieur qu’on peut y trouver, si l’on a encore assez de forces pour gagner la côte, les secours qui permettront de survivre. Des vagues d’émigrants de la faim s’ajouteront donc aux flots constants des travailleurs. Enfin, l’attraction naturelle des villes sur leur périphérie ne cesse de s’exercer à des distances de plus en plus grandes, cependant que la colonisation gagne du terrain et que s’organisent les transports. L’apparition d’une économie monétaire chez les populations habituées au troc facilite grandement la circulation des hommes et augmente considérablement la zone d’attirance normale des grandes cités côtières.

  • 6 Azemmour, Mogador, Sefrou.

12En quarante-cinq ans, près d’un million de déracinés venus des tribus, si l’on tient compte de ceux qui se dirigent vers les agglomérations administratives nouvelles de l’intérieur, vont ainsi s’intégrer dans la vie du Maroc moderne. Ce sont eux qui forment ce prolétariat dont nous nous efforçons d’étudier l’existence dans les villes et dans les usines, Il conviendrait d’ajouter à ce million de Musulmans environ 100 000 Israélites attirés par quelques grands centres et surtout par Casablanca. Ils proviennent de petites villes décadentes ou peu actives6 ou des mellahs sordides de l’intérieur, dans lesquels les Juifs se découragent de leur existence misérable au milieu des populations rurales musulmanes.

13Cette extraordinaire concentration de populations récemment établies, temporairement ou définitivement, dans les villes nouvelles a été facilitée par d’autres transformations économiques et sociales. Cependant qu’un effort de modernisation, sans précédent en Afrique par sa vigueur, sa méthode et sa continuité, se manifestait surtout sur la côte marocaine, un immense réseau routier s’étendait partout dans l’intérieur. Le pays tout entier est parcouru aujourd’hui par des automobiles rapides et confortables qui mettent à la disposition du petit peuple des possibilités de voyage. Ces routes, qui composent comme une sorte de toile d’araignée au centre de laquelle se trouvent le grand port d’exportation et la grande ville industrielle, venaient matérialiser un fait entièrement nouveau réalisé lui aussi en vingt-cinq ans : l’unification intérieure de l’Empire chérifien, la destruction de ces milliers de barrières politiques qui cloisonnaient les tribus et s’opposaient à la circulation des hommes.

  • 7 Cf. F. I, pl. 2.

14D’une étude statistique d’ensemble, qui porterait sur les grandes villes et les chantiers, on pourrait, selon les origines ethniques et géographiques des Musulmans, établir la répartition suivante des immigrants – les chiffres avancés ici n’ayant d’ailleurs qu’une valeur indicative moyenne, puisqu’ils diffèrent d’une agglomération à l’autre7  :

15Environ 40 % des prolétaires vivant dans les cités proviennent des régions du sud, qu’ils soient fixés à demeure ou qu’ils soient émigrés temporaires, commerçants, célibataires ou chefs de famille isolés. Il faut aussi, dans ce chiffre, tenir compte des familles venues de la campagne à la suite de leur chef. Ce sont pour la plupart (38 %) des sédentaires de langue berbère, auxquels se sont joints quelques Arabes du Sahara occidental (2 %). Parmi ces berbérophones, le quart environ provient du Dra et des oasis du Bani ou zones irriguées du Tafilalet. Ce sont pour la plupart des Haratin plus ou moins fortement métissés de sang noir (10 %). Les Chleuhs du Sous (Haut-Atlas, Anti-Atlas), commerçants ou ouvriers, forment le reste (28 %).

16On estimera de même à 40 % environ la proportion des nouveaux habitants des cités provenant de la plaine atlantique arabisée : Chaouïa, Serarhna, Rehamna, Ahmar, tribus guich, tribus du Rharb, etc.

17D’autre part, 13 % sont originaires des régions berbères arabisées de l’ancienne confédération des Doukkala, qui allait autrefois de l’Oum-er-Rebia jusqu’à Mogador (confédérations des Doukkala, Abda et Chiadma). 3 % seulement proviennent soit de l’Atlas et du Moyen-Atlas, soit de la zone du Rif et des Djebala. On estimera à 4 % la proportion de ceux qui viennent des autres cités ou d’Algérie.

18Comme on le voit, le groupe du sud (Chleuhs et Draoua) équilibre à peu près en quantité celui des Arabes des plaines atlantiques. Les Berbères arabisés (Doukkala, etc.) qui ont des traits communs aux uns et aux autres, jouent entre les deux un rôle de «  liant ». Les éléments venus du nord ne comptent pratiquement pas.

19On observera, en même temps, comment sur le plan économique et social, l’Empire chérifien, partagé en zones de protectorat français et espagnol, s’est trouvé assez rapidement scindé en deux parties exclusives l’une de l’autre. Les frontières douanières et les monnaies ont fait plus encore pour isoler les populations que la manière différente dont sont appliqués, ici et là, les principes politiques du Protectorat. L’étanchéité des zones n’est pas complète cependant. Des travailleurs rifains, habitués depuis soixante ans à aller louer leurs bras aux colons d’Algérie, s’arrêteront souvent aux mines du Maroc oriental. À l’inverse, des volontaires, originaires de la tribu des Serarhna, iront s’engager dans l’armée espagnole. Quelques dizaines de travailleurs ou d’hommes en quête d’aventures partiront dans la région des oasis du Noun pour travailler dans l’enclave d’Ifni, cependant que de nombreux Berbères de cette dernière région, plus de 5 000 sans doute, afflueront vers Casablanca et les autres villes du nord. Tanger, en dépit de son statut international, conservera avec la zone chérifienne des liens assez étroits et sera colonisée par des épiciers du Sous de la tribu des Ammeln. Larache bénéficiera aussi d’une petite colonie de marchands de même origine.

20L’apport massif de populations rurales et pastorales venues des tribus dans les villes de la côte, la fusion des divers éléments ethniques, les conditions nouvelles de vie matérielle et économique faites aux nouveaux arrivants, enfin l’apparition encore bien timide d’un esprit public nouveau, tels sont les aspects de la vie de ce prolétariat musulman dont nous avons le privilège de pouvoir étudier la naissance, puisqu’il se forme sous nos yeux.

Notes

1 Cf. L. Paye, « Evolution du peuplement de l’Afrique du Nord », Politique étrangère, juin 1937, p. 263 à 282.

2 Cf. Feuille I, pl. I. La première carte d’après L. Massignon, Tableau du Maroc au XVIe siècle d’après Léon l’Africain, la seconde d’après B. Desmazières, L’évolution des grands courants d’échanges commerciaux à l’intérieur du Maroc, C.H.E.A.M., n° 1403, 1949, 93 p.

3 L’apparition de ces rouleaux est liée à la propagation de la houle de l’Atlantique nord, conséquence du déplacement de l’ouest à l’est des grandes dépressions (R. Montagne, la Prédiction de la Houle au Maroc. Annales du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1921).

4 Ces villes ainsi que Meknès et Salé mériteront le qualificatif de hadriya. Ce sont elles seules qui ont une vraie bourgeoisie ; les autres ne sont, si l’on peut dire, que des cités rurales.

5 Cf. F. IX, pl. 20 et page 60 du texte.

6 Azemmour, Mogador, Sefrou.

7 Cf. F. I, pl. 2.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable