Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Avant-propos

Robert Montagne

Texte intégral

1L’idée première de ce livre nous est venue en lisant de courageuses études écrites dès 1936 par MM. L. Paye, Baron et Huot sur la condition des travailleurs marocains pauvres à Rabat et Fès et, dix années plus tard, en méditant les travaux de MM. Hubert, Maneville et Chenebeaux sur les problèmes de l’habitat et du travail à Casablanca.

2Il devenait évident, dès 1945, que la formation du prolétariat citadin au Maroc, qui résultait de la désagrégation des tribus, allait prendre une importance toute nouvelle dans l’évolution du pays, surtout en raison du prodigieux essor donné dans les villes nouvelles à l’industrie moderne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un problème social d’une immense ampleur était ainsi posé aux autorités et à l’opinion de ce pays. S’il n’avait pas pris encore dans l’Empire chérifien les dimensions gigantesques qu’il revêt en Algérie, où le courant d’émigration des travailleurs pauvres est si puissant qu’il a franchi la mer et déferlé sur les villes de France, il n’en exigeait pas moins d’être étudié avec célérité, pour qu’une action résolue puisse encore s’exercer avec efficacité et permettre d’en canaliser le flot.

3Les autorités du Protectorat, et en particulier M. Vallat, directeur de l’Intérieur, acceptèrent alors l’idée de favoriser une vaste enquête sur les causes de l’émigration des campagnes vers les villes et ses conséquences dans la vie des cités nouvelles. Celle-ci devait être organisée dans la plus grande liberté, en faisant appel à toutes les bonnes volontés, parmi les membres de l’Enseignement, du Contrôle civil, des Affaires indigènes, de la direction de l’Hygiène publique, ainsi qu’à des personnalités indépendantes. La direction du travail était confiée à la Section sociologique du Maroc, dont nous avons l’honneur de diriger les travaux.

4Des concours nombreux et dévoués étaient nécessaires à la réussite d’une telle entreprise. En effet, la nature même du sujet abordé ne permettait pas de s’en remettre à un tout petit groupe de spécialistes, puisqu’il importait de saisir dans sa complexité, et en un temps très limité, un ensemble de faits sociaux, économiques et même politiques dans un territoire dont la superficie égale la moitié de la France. C’est donc une très large enquête collective qu’il fallait organiser en groupant et en orientant tous les efforts.

5Commencée au milieu de 1948, elle prenait son plein développement en 1949, sur la côte et dans l’intérieur. Dans les régions de Marrakech et d’Agadir, les plus importantes à étudier, la coordination locale des monographies était assurée spécialement par MM. le colonel de Fleurieu et le capitaine de la Porte des Vaux. À Casablanca, à Rabat, à Safi, à Port-Lyautey, des groupes d’enquêteurs se constituaient. Nous devons ici rendre hommage tout particulièrement à MM. Adam, Coïdan, Hubert, Maneville, le Dr Mathieu, Roux, qui non seulement rédigeaient des monographies extrêmement précieuses, mais guidaient souvent d’autres enquêteurs qui offraient bénévolement leur concours.

6Le principe admis était de chercher à obtenir, tout d’abord, la rédaction d’études très précises et exhaustives sur quelques points bien choisis, en tribu ou dans les villes, là où nous disposions d’enquêteurs infatigables. On se proposait, d’autre part, de combler les lacunes, inévitables dans les régions où le travail ne pouvait être poussé à fond, par des enquêtes moins serrées, mais suffisantes pour offrir des comparaisons utiles. La coordination des efforts était réalisée par des réunions fréquentes à Rabat et à Casablanca, sous la direction du rédacteur de ce livre.

7Dans la pratique, la plupart des travaux – près de quatre-vingts – sur lesquels repose la présente synthèse ont été l’œuvre de fonctionnaires français qui étaient, par métier, en contact direct avec les tribus, le prolétariat des cités et la jeunesse marocaine. Ils ont su, en toute objectivité, se dégager volontairement de tout conformisme administratif et décrire les faits tels qu’ils les observaient. Le concours des personnalités libres a été malheureusement beaucoup plus réduit que nous l’eussions souhaité. On ne saurait s’en étonner de la part d’hommes d’affaires qui n’ont que bien peu de temps à consacrer à des travaux extérieurs à leur profession. D’autre part, dans les villes, l’enquête exigeait une connaissance préalable du milieu social rural et aussi une habitude assez grande de l’observation des faits sociaux, qui font le plus souvent défaut à la jeunesse française demeurée disponible et plus encore aux Marocains instruits. Ces derniers, qui sont souvent trop absorbés par leurs occupations et qui demeurent enfermés parfois dans leur milieu d’origine plus encore que les Européens, n’ont pu nous apporter un concours qui nous eût été extrêmement utile. Nous souhaitons qu’ils se mêlent aux enquêtes ultérieures qu’organisera la Section sociologique, et nous faisons ici appel à leur bonne volonté.

8L’observation des milieux israélites, dont le comportement diffère beaucoup de celui des Musulmans, a été conduite par plusieurs enquêteurs. Mais les résultats acquis dans ce domaine n’ont pu être exploités en totalité dans ce livre, plus spécialement consacré au prolétariat musulman.

  • 1 Dans le territoire d’Agadir, M. de la Porte des Vaux avait rédigé un questionnaire complet, proposé (...)

9Au début de l’année 1950, l’enquête sur l’émigration dans les tribus, menée selon un plan général, était achevée dans des conditions qui permettaient de décrire les aspects et de découvrir les causes diverses de l’émigration dans les régions de Marrakech et d’Agadir1. Des monographies complémentaires de villages étaient par la suite entreprises dans les tribus du sud de l’Atlas, sur les instructions de M. le général d’Hauteville, commandant la région de Marrakech. Tous ces documents ont servi de base à la rédaction du livre I de cet ouvrage.

10À la même époque, un nombre suffisant de monographies en milieu citadin étaient achevées sur la côte occidentale du Maroc. Nous les avons utilisées pour composer les chapitres I, II et IV du livre II.

11D’autre part, pendant l’année 1948, une enquête, portant sur seize mille travailleurs marocains au service de l’économie moderne, était organisée par nos soins avec l’appui d’un grand nombre d’employeurs de Casablanca, grâce à la bienveillance de la chambre de commerce de cette ville. Il en allait de même à Safi, avec l’aide de M. le Contrôleur civil Desmazières.

12Ces matériaux ont été mis en œuvre dans le chapitre III du livre II.

  • 2 Ces études sont souvent citées et utilisées dans ce livre. La référence donnée est celle du classem (...)

13Nous avons pu enfin puiser dans l’abondante documentation économique et sociale du Centre des Hautes Études d’Administration musulmane à Paris. Depuis quatorze années, l’élite des administrateurs, professeurs, magistrats et fonctionnaires des services techsniques de l’Afrique du Nord qui sont venus successivement dans cette institution pour y comparer leurs expériences respectives, a accumulé dans les archives de l’institution de précieuses monographies pour la plupart inédites2.

14L’ensemble des concours dont a bénéficié cette enquête, la qualité et le zèle des enquêteurs, la manière dont ils ont bien voulu, dans la plupart des cas, se conformer aux instructions générales qui leur étaient données, ont permis d’éviter une partie des défauts inhérents à un travail collectif, dont les matériaux sont nécessairement de qualité inégale. Nous pensons être arrivés à donner ici un tableau suffisamment exact et précis, valable pour la période 1949-1950 d’un ensemble de faits économiques et sociaux dont on appréciera la complexité.

15Il se peut que les résultats acquis et la méthode employée suggèrent à d’autres chercheurs, le projet d’entreprendre des enquêtes semblables en Algérie et en Afrique noire. Nous leur souhaitons de pouvoir bénéficier de l’appui d’« équipes » aussi cohérentes et aussi bien préparées que celles que nous a offertes le Maroc. C’est à ces dernières que revient principalement l’honneur d’avoir réussi à faire la lumière sur les conditions dans lesquelles naît une société nouvelle dont les tendances et les capacités décideront peut-être de l’avenir de ce pays.

***

16Notre tâche personnelle s’est trouvée ainsi très allégée, puisque nous avons pu, dans la plupart des cas, nous en remettre pour l’observation des faits à des enquêteurs qualifiés. Il nous a suffi de procéder à quelques recherches de détail et de collaborer à la préparation de certaines monographies. Mais nous n’avons pas pu, dans l’utilisation de la documentation réunie en tribu, nous contenter de présenter ici une simple compilation. Le choix des procédés de représentation graphique, la discussion et la comparaison des résultats, l’analyse des causes exigeaient de nous un effort personnel. Nous avons dû, bien souvent, au milieu d’une masse considérable d’observations, parfois divergentes, mettre l’accent sur les facteurs essentiels, dégager les caractères communs, déceler enfin des évolutions internes que les observateurs locaux n’avaient pu distinguer assez clairement dans le champ très limité où s’inscrivait nécessairement leur effort. Que nos collaborateurs en tribu nous excusent donc d’avoir si souvent mêlé nos vues personnelles aux précieuses observations qu’ils avaient fournies en toute objectivité.

17Dans l’étude des conditions de vie du prolétariat dans les cités, les travaux de MM. Coïdan, Roux, Maneville, Mathieu et Adam sont à la base de notre rédaction qui s’est trouvée, grâce à eux, simplifiée. Nous avons dû toutefois assumer personnellement la conduite de l’enquête sur le travail, avec l’assistance précieuse de M.J.P. Trystram pour les dépouillements mécanographiques.

***

18Nous nous excusons ici des omissions que nous aurions pu commettre auprès de certains collaborateurs de cette enquête dont les noms ne seraient pas cités dans ces pages. Faute de place et de temps, nous n’avons pu indiquer non plus la valeur relative des diverses contributions qui nous ont été offertes. Que nos amis veuillent bien du moins nous permettre de redire ici, sous une forme moins personnelle, notre gratitude profonde aux corps du Contrôle civil, des Affaires indigènes, de l’Hygiène et de la Santé publique ainsi qu’aux professeurs qui nous ont aidés si généreusement.

19Nous aurions pu, dans ce travail, nous borner à étudier les faits sans prétendre suggérer, sur le plan de l’action, des conclusions trop précises. Il nous a semblé que nous aurions ainsi manqué à notre devoir si nous n’avions, dans un très bref chapitre final, proposé aux lecteurs de réfléchir avec nous aux divers moyens à mettre en œuvre pour aider le prolétariat marocain à accélérer sa trop lente ascension sociale. Les opinions que nous formulons dans les dernières pages de ce livre n’engagent que nous-même.

Notes

1 Dans le territoire d’Agadir, M. de la Porte des Vaux avait rédigé un questionnaire complet, proposé à ceux qui acceptaient d’étudier à fond le problème, et un questionnaire réduit auquel tous les administrateurs militaires étaient priés de répondre. Cette méthode s’est avérée très heureuse.

2 Ces études sont souvent citées et utilisées dans ce livre. La référence donnée est celle du classement de la bibliothèque du Centre des Hautes Études d’Administration musulmane à Paris.

Auteur

(1893-1954), ethnologue et spécialiste du monde berbérophone, il a été professeur au Collègue de France, fondateur et directeur du Centre des hautes études d'administration musulmane.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable