Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Introduction de la réédition1

Daniel Rivet

Texte intégral

  • 1 J’ai conservé les transcriptions usuelles adoptées dans L’Enquête sur la naissance du prolétariat m (...)
  • 2 Centre des hautes études d’administration musulmane.

1Après l’écriture de sa thèse (une magistrale construction scientifique) consacrée aux Berbères et au makhzen dans le sud marocain éditée chez Félix Alcan en 1930 et d’une synthèse sur la Civilisation du désert : nomades d’Orient et d’Afrique parue chez Hachette en 1946, Robert Montagne est happé par la direction du CHEAM 2 et les tâches collatérales induites par cette responsabilité. Jusqu’à Révolution au Maroc, essai écrit d’un seul jet et sans notes au cours de l’été 1954, alors qu’il est miné par la maladie qui l’emporte le 26 novembre, il projette plusieurs enquêtes collectives sur les transformations en cours dans les sociétés en Afrique du Nord. Seule celle consacrée à l’émergence des néo-citadins prolétaires dans les villes atlantiques du Maroc parvint à son terme. Elle mérite qu’on s’y arrête et qu’on suppute quelle percée scientifique elle réalisa, sur quelles pesanteurs dues au contexte colonial elle achoppa et quelle lecture, quel usage on peut en faire aujourd’hui.

Quand le concepteur s’efface sous le collectif des enquêteurs

  • 3 A. Adam, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, (...)
  • 4 Le docteur Mathieu est cité dans la liste des collaborateurs de l’Enquête, mais pas M.H. Maury, sur (...)
  • 5 Jacques Berque à Robert Montagne, 28-12-1951, dossier Jacques Berque, archives du CHEAM.

2Curieuse enquête collective où un seul homme fabrique les questionnaires qui bâtissent cette recherche et tient la plume en dernier ressort, comme s’il était le scribe d’un intellectuel collectif, terme appartenant à l’ultragauche aux antipodes de la sensibilité politique de Robert Montagne. Tout donc se passe comme si ce dernier s’effaçait sous la partition jouée par les instrumentistes de sa troupe, dès qu’il énumère dans son avant-propos ses principaux collaborateurs au nombre de quatre-vingt et quelques : des officiers des Affaires indigènes dans les territoires sous gouvernance militaire, ailleurs des contrôleurs civils. Ajoutons un professeur qui se métamorphose en sociologue de métier : André Adam, dont la thèse ultérieure sur Casablanca aura pour marchepied le matériau de cette enquête3, et deux médecins de la Santé publique, Mathieu et Maury, qui opèrent de remarquables études dont on ne sait de quelle catégorie disciplinaire elles relèvent : ethnographie ou microsociologie 4  ? Ces deux derniers tranchent sur les autres collaborateurs de l’enquête. Ils lisent la revue Esprit, dont les prises de position contre le colonialisme se durcissent après 1945, et citent le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Quoi qu’il en soit, Montagne n’intervient – à le lire – qu’en dernier ressort, et Jacques Berque, dont il dirige la thèse consacrée aux Seksaoua du Haut-Atlas occidental et qu’il sollicite pour les sessions annuelles du CHEAM, lui fait remarquer gentiment qu’il s’oublie trop dans cette recherche 5.

  • 6 Comme le fait ressortir Lucette Valensi dans La Sociologie musulmane de Robert Montagne sous la dir (...)
  • 7 Sur Marcel Vallat, homme de l’ombre de la Résidence, voir la présentation très critique portée par (...)
  • 8 Robert Montagne à Jacques Berque, 13-12-1951, dossier déjà cité : « J’avais espéré intéresser l’Alg (...)
  • 9 « Geyser d’idées » : l’expression appartient à l’arabisant Philippe Marçais et est corroborée par R (...)
  • 10 O. Carlier (communication orale au Centre de recherches africaines de Paris 1) et Geneviève Guilleb (...)

3Cet effacement du chef d’orchestre s’explique par le choix qu’il a fait de s’identifier au CHEAM logé au 13 rue du Four dans le VIe arrondissement de Paris. Robert Montagne a créé en 1936 cet institut de formation permanente des cadres de l’empire œuvrant en territoire musulman. Il l’a replié à Alger après juin 1940. Il l’associe de près à la création de sa chaire au Collège de France, si bien qu’on ne sait plus très bien où il se situe institutionnellement6. Il a cherché à faire du réseau d’anciens stagiaires du Centre des chercheurs patentés, détenteurs d’un savoir pratique, et, dorénavant, il n’écrit plus qu’en s’appuyant sur cette nébuleuse de dizaines de contrôleurs civils, administrateurs de communes mixtes et officiers des Affaires indigènes ou des Affaires musulmanes, pour construire un savoir à l’échelle du monde islamique colonisé par la France. Pour ce faire, il s’est éloigné du Levant où il avait, au milieu des années 30, construit une équipe (un mot cher à Lyautey, son premier « patron »), alors qu’il était directeur de l’Institut français de Damas. Au Maroc, il a l’aval de la direction de l’Intérieur, un État dans l’État colonial. Marcel Vallat, un dur de l’équipe de Juin, le résident général de 1947 à 1951, lui a donné carte blanche pour enquêter dans les ports atlantiques et les zones d’émigration qui nourrissent leur croissance exponentielle7. Mais Robert Montagne déplore qu’on ne lui donne pas latitude de lancer des enquêtes similaires dans le reste de l’Afrique du Nord. En Algérie, on ne veut pas savoir le mal dont souffre cet appendice, à bien des égards monstrueux, de la république impériale8. Et pourtant, il acquiert en 1941 une maison à Yakouren, au cœur de la Kabylie, et il va lancer une enquête reprenant l’angle d’observation ouvert au Maroc, sauf qu’il privilégiera la noria qui alimente en « Français musulmans » (pour s’en tenir à la terminologie en cours) les bassins miniers et agglomérations ouvrières en France. La mort interrompra cette enquête en cours, dont sa maison en Kabylie était devenue le QG fiévreux. Après 1945, Montagne travaillait dans la hâte, mélangeant les fils de plusieurs recherches collectives et lisant avec une appétence boulimique les mémoires de fin de stage au CHEAM. Il ne parvenait à penser que dans cette ambiance de ruche où chacun tenait une place assignée par lui, quitte à laisser en plan une étude en cours. C’était un geyser d’idées, difficile à suivre au dire de ses collaborateurs admiratifs, mais dubitatifs9. Pour l’enquête sur l’émigration algérienne en France, on sait qu’il avait élaboré un questionnaire remarquable, ignoré on ne sait pas pourquoi par Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, mais fort prisé par de fins connaisseurs du sujet10.

Profusion de savoirs concrets, pauvreté des propositions pratiques

4Et voilà donc la seconde caractéristique de cette enquête collective. Elle colle moins à la demande de la direction de l’Intérieur qu’elle ne cherche à la susciter : aiguiser l’inquiétude du milieu dirigeant colonial face à cette métamorphose si rapide du Maroc et proposer des réponses appropriées. Et c’est là où le bât blesse, on peut l’affirmer d’emblée avant d’entrer en immersion dans un texte à bien des égards ruisselant de savoirs concrets. Les propositions pratiques viennent en conclusion, on dirait presque en postface de l’enquête, et elles frappent par leur faiblesse conceptuelle. L’homme qui, avec son équipe, avait si bien pensé et mesuré le phénomène de la migration accélérée des campagnes vers la ville de 1920 à 1948, énonce à la hâte quelques recettes ressortant de la panoplie d’un vieil expert ès Affaires indigènes. C’est écrit en vrac, cela fait désordre, c’est surajouté par Montagne pour donner à cette enquête savante un contenu prospectif, puisqu’il ne concevait le travail de la recherche qu’en liaison étroite avec l’agir politique.

  • 11 J.L. Loubet del Bayle, Les Non-conformistes des années 30 : une tentative de renouvellement de la p (...)
  • 12 R. Montagne, « En marge de la crise marocaine. Les plans de Lyautey ont-ils fait faillite ? » dans (...)

5En fin d’enquête, Montagne table sur l’« esprit démocratique » qui s’éveille au sein de la « nouvelle classe sociale » émergente dans les « cités modernes ». Il conjecture qu’elle pourrait jouer le rôle de « troisième force » entre les villes soumises à l’autoritarisme du vieil État sultanien et les sociétés rurales « toutes imprégnées encore de souvenirs anarchiques de la Berbérie » (p. 264). Il faudrait s’interroger sur cet appel à la notion de troisième force au seuil des années 50. Ni capitalisme, ni communisme, avaient revendiqué les non-conformistes des années 30 11. Mais après 1945, c’est la démocratie chrétienne qui s’approprie cette appellation en revendiquant s’interposer entre la vieille droite conservatrice et la gauche ressortant de la SFIO et du PCF. Ainsi, Robert Montagne réemploie cette appellation en la sortant de son contexte historique. Il considère que les néo-citadins de condition prolétarienne constituent une force montante susceptible de court-circuiter les médinas, qui s’érigent en terreau du parti de l’Istiqlal et en gisement de fidélités envers le souverain, Sidi Mohammed ben Youssef, qu’il ne sous-estime nullement. Un an plus tard, ne soutient-il pas que le malik des jeunes est de l’étoffe dont furent vêtus un Fayçal, roi d’Irak de 1920 à 1936, et un Fouad, roi d’Egypte, de 1922 à 1936 12  ? De fait, cette ambition de prendre au piège l’élite nationaliste avait donné lieu, au lendemain de 1945, à une expérience de syndicalisme ethnique à Casablanca, avec la création du Bureau marocain du travail (sorte de bourse du travail surveillée de très près par la municipalité) et l’institution de 350 amines, délégués à ce BMT désignés par leurs camarades. L’institution marquée au coin du berbérisme fait long feu par suite de l’opposition de la CGT en version locale et de la volonté d’Erik Labonne (résident général de mars 1946 à mai 1947) de voir se créer des syndicats affranchis de toute obédience envers les autorités coloniales.

6Montagne ne reprend pas ce projet de syndicats érigés non par branches, mais par entreprises, avec des délégués cooptés d’après le marqueur des affinités ethniques. Il réalise que l’administration municipale des faubourgs a généré un dispositif uniquement coercitif : khalifas spéciaux dédoublant les pachas et moqaddem de quartiers supervisés par la délégation aux affaires urbaines, dont le souci du maintien de l’ordre prime sur la préoccupation de faire du social. Il préconise de faire contrepoids en établissant des «  institutions représentatives élémentaires  », mais sans préciser leur architecture, et, à défaut, des «  commissions consultatives permanentes  » (p. 262) en mixant «  ouvriers stables  » et «  émigrés temporaires  » qui seraient les porte-parole des rouassa, ces célibataires si volatiles.

  • 13 F. Colonna et C. Haïm Brahimi, « Du bon usage de la science coloniale » dans Le Mal de voir, Cahier (...)

7En contre-point de ce déficit d’une pensée politique novatrice (qu’on pense à Ecochard et à son projet de refaire Casablanca), la richesse factuelle du matériau rassemblé ressort avec force, si bien qu’on finit par opiner que la montagne ( !) a accouché d’une souris. Ce fut peut-être la conclusion des hauts techniciens de la chose coloniale, du moins s’ils lurent cette enquête qu’ils avaient fait mine de commander. On est donc une fois de plus dans cette logique « du savoir malgré tout » chère à Fanny Colonna et nombre de chercheurs en sciences humaines au cours des années 7013.

La notion d’« essaims d’émigrés compacts » : portée et limites d’une découverte

8Le premier apport de cette enquête, c’est d’avoir saisi les émigrants sur les deux versants : en amont, en « tribu », et en aval, en ville. De ne pas avoir institué de coupure entre le départ et l’arrivée, l’émigré en « tribu » et l’immigré, en ville, comme aurait pu y porter le matériau rassemblé déjà dans quatre-vingt monographies. Robert Montagne inaugure une démarche scientifique très neuve pour l’époque, consistant à appréhender le suivi longitudinal des partants depuis les fins fonds du sud du Maroc aux faubourgs des villes atlantiques. Et de surcroît il n’opère pas de variations misérabilistes sur l’air convenu du départ forcé et de la détribalisation vécue comme perte massive de la conscience de soi. Dans ce processus de l’exode rural, les migrants sont les acteurs de leur histoire. Ils ne la subissent pas seulement. Ils la construisent.

  • 14 « La ville de Marrakech a malheureusement échappé complètement à nos enquêtes », relève Montagne, p (...)

9Cet exode n’est d’ailleurs pas une nouveauté, fait ressortir l’enquête. La remontée des riverains du Sahara et la descente des montagnards dans les plaines nord-atlantiques sont une constante de l’histoire du Maroc. Il s’est agi d’invasions armées et, plus souvent, d’infiltrations pacifiques. Robert Montagne tente d’élucider les causes profondes de ce phénomène dans le temps long de l’histoire et dans le temps court du protectorat. On devine que ce fut là un point de débat entre les membres de son équipe. Certains soutiennent que l’aridification du climat est une constante irréversible. D’autres invoquent l’irrégularité des précipitations sur des cycles courts. À l’argument d’un déterminisme climatique inéluctable, Robert Montagne ne donne pas son « plein assentiment » (p. 93). Il dévide un écheveau de causalités, où interviennent, entre autres, la déforestation, le surpâturage, les invasions de sauterelles. Il sous-estime probablement les effets de la colonisation rurale et le sauve-qui-peut en ville des fellahs assujettis aux grands caïds. Comme par hasard, l’enquête achoppe sur le Haouz de Marrakech14 sous la tutelle du dernier des « féodaux de l’Atlas », le pacha Thami el Glaoui. Plus encore ne prend-il pas assez en compte les famines qui se succèdent au cours de la première moitié du siècle. Il enregistre celles de 1921, 1928 et 1937 mais reste muet sur celle de 1945 (l’« année des herbes »), la plus terrible disette enregistrée sous le protectorat.

  • 15 Sur la pratique de l’histoire « par en bas », cf. la mise au point de Simona Cerutti, « Who is belo (...)

10À l’actif de l’enquête, relevons l’attention portée aux proverbes et dictons pour saisir les motifs de l’émigration (p. 104-105). Sans être à proprement parler un précurseur du genre du who is below15, Montagne a toujours le souci d’être au plus près des gens les plus simples, les plus en dessous dans la hiérarchie des statuts et des fortunes.

11Retournons à la trouvaille la plus féconde de cette enquête, à savoir que l’émigration est dotée d’une logique interne, d’une rationalité. L’émigré ne part pas au hasard et sa migration s’inscrit dans un processus aux rouages élaborés dès la première génération de célibataires (rouassa) aventuriers. Les appels de main-d’œuvre en usine sont initiés par des caporaux (kabran) qui font venir des leurs, avec pour contrepartie l’exercice d’un droit de péage clandestin sur leurs salaires. Et, pour survivre dans l’océan des bidonvilles, la tendance est au regroupement capillaire par douars. Des «  essaims  » de gens originaires du même lieu se spécialisent dans des métiers. L’enquête en donne un échantillon protéiforme grâce à la précision – impressionnante – des données collectées. Cela va des épiciers issus de la tribu des Ammeln, essaimant partout en ville, aux marchands de fleurs Aït Oussa (au sud de Goulimine) installés au bidonville du Douar Doum à Rabat et aux Ida Oultir du Bureau des A.I. d’Anzi, qui conquièrent une place dans la grande industrie en région parisienne (les usines Chausson) et constituent une aristocratie ouvrière chleuh (p. 55). On ne fera pas le listing de ces sentiers parcourus par les migrants et de leur spécialisation. Ce que Robert Montagne fait ressortir, c’est le «  localisme  », bien plus que le «  régionalisme  » à fondement ethnique, qui détermine ces filières de recrutement et ces regroupements entre gens du même village dans les faubourgs prolétariens. Les «  essaims ethniques compacts  » repérés (p. 16) ne dépassent pas le niveau du petit canton. Et si nombre d’émigrants font venir femmes et enfants du pays natal ou se marient en ville, les célibataires jouent un rôle-clé dans l’amorçage de la pompe. Ce sont ces «  petits essaims d’émigrants temporaires  » qui font la navette entre là-bas et ici et génèrent une «  stabilité alternante  » entre la «  tribu  » et les bidonvilles. C’est l’émigré opérant ce va-et-vient (le zoufri) qui déclasse au village le taleb, ou lettré musulman, et devient pour les jeunes un modèle de conduite.

12L’enquête excelle dans le micro ou, si on préfère, le concret singulier. Elle trébuche dès qu’elle vise à établir une typologie de l’émigration. Les aires de départ relevées prêtent à discussion. Fallait-il par exemple établir une distinction, tranchée, entre Arabes des plaines atlantiques septentrionales (les «  petits Arabes  » ou aroubiyya) et Arabes subatlassiques, les «  vrais Sahariens  » véhicules d’une authentique «  civilisation du désert  » (p. 40-41)  ? Convenait-il d’établir une coupure entre purs Chleuhs du Sous et «  berbères arabisés  » qui sont des «  tribus berbères en décadence  » au nord du Haut-Atlas (p. 39)  ? Ces désinences ethniques ont-elles une répercussion sur les styles d’émigration comme le postule l’auteur  ? Celui-ci s’échine à croiser ethnicité et localisme pour distinguer onze types d’émigration dans le sud du Maroc, ce qui, dans la très riche traduction cartographique qui accompagne l’enquête, aboutit à un embrouillamini. On se gardera d’entrer dans ce fatras, considérant que l’enquête s’engage dans une impasse (p. 48 et 49). Robert Montagne est bien plus convaincant lorsqu’il distingue l’émigration saisonnière, semi-permanente, définitive. Et, plus encore, lorsqu’il oppose trait pour trait l’émigration des Drawa et celle des Chleuhs. Dans le premier cas, ethnie et région coïncident et le passé conditionne le présent. Le destin des haratines sera encore longtemps de pratiquer les métiers les plus vils, sauf ceux liés à l’art de l’hydraulique où leur excellence prime sur leur statut de subalternes. Dans le second cas, le compas est ouvert. Etre d’origine berbère est un atout à faire valoir auprès du patronat européen de Casablanca. Mais ce sont les aiguillages préalables qui prédéterminent des destins collectifs contrastés. Les Ameln de Tafraout vont monopoliser le commerce de détail et de gros  : ils remplissent à la perfection la figure ancienne du beqqal et de l’attar. Chez les Aït Baha, contigus, il n’en est pas de même et les émigrants se cantonnent dans un modique commerce de tissus, sans comparaison avec celui des kissariya aux mains des Fassis.

À la recherche d’une typologie de l’habitat urbain : derbs et bidonvilles ont une histoire qui s’étudie cas par cas

  • 16 Le volume 1 des Cahiers de l’Afrique et l’Asie consacré à l’évolution sociale du Maroc ouvre en 195 (...)
  • 17 Mise en garde contre le berbérisme par Robert Montagne dans Les Etudes, juin 1951 : « Aucune chimèr (...)

13Sur le prolétariat installé en ville, Robert Montagne bâtit une typologie de l’habitat tout autant instructive que la description de la noria qui s’établit entre campagnes et villes. Il fait voir ce que sont un bidonville (descriptif saisissant de la berraka et de son commerce, p. 152), un derb, une vieille et une nouvelle médina (à Casablanca). Pour ce faire, il s’appuie sur le stock de mémoires soutenus au CHEAM, dont certains sont passés à l’échelle du livre 16. Seule l’enquête réalisée sur 13 500 ouvriers d’industrie ou salariés des services techniques de la municipalité à Casablanca et 2 500 ouvriers à Safi fut entreprise de toute pièce sous sa conduite, avec la collaboration du patronat européen (les Marocains pressentis se dérobent) et de cadres dirigeants des municipalités. Comme pour l’essai d’une typologie à onze entrées de l’acte migratoire, ce n’est pas le meilleur de l’enquête, en particulier lorsque Montagne s’efforce d’établir une grille classificatoire des compétences acquises et des aptitudes au travail des ouvriers à partir de leur région d’origine (p. 212-215). Montagne se défend d’être prisonnier du syndrome berbérisant 17. Et pourtant, il n’a de cesse de monter en épingle les Chleuhs.

  • 18 Carrières centrales pointées comme le laboratoire du Maroc néo-citadin, c’est bien vu. Les émeutes (...)

14L’enquête rebondit lorsqu’elle fait ressortir que les bidonvilles ne se comprennent que par leur histoire et que chacun d’entre eux a sa personnalité propre (p. 156). Robert Montagne les particularise chacun par un trait dominant pour les extraire de l’indifférenciation anomique. Ainsi celui de Aïn Sebaa à Port-Lyautey (Kénitra) est le «  bidonville des moins débrouillards, le douar “Raja f’Allah”, celui où “l’espoir est en Dieu” et non dans les hommes  ». Ici, c’est l’auto-image des habitants de cette cité de survie qui habillera le logo de ce quartier informel. Mais pour qualifier l’identité du bidonville de Bargach-Ouald Oujjih, c’est l’œil du contrôleur civil local qui s’impose  : «  Pas de commerçant  : c’est un campement. On ne s’étonnera pas de la forte natalité (2,7 enfants par foyer). Nous sommes ici encore presque en tribu (p. 158).  » Quant au bidonville de Carrières centrales à Casablanca, Montagne observe la corrélation qui s’établit entre le travail en usine, l’amorce d’émancipation féminine et la «  fermentation sociale  » qui travaille ce quartier en ébullition, collé à la zone industrielle des Roches noires  : «  C’est là qu’il faut venir pour observer la vie ouvrière du prolétariat marocain 18.  »

  • 19 Je renvoie aux thèses de géographie et tables rondes pluridisciplinaires publiées sur l’habitat inf (...)
  • 20 Sur Michel Ecochard au Maroc, Jean-Louis Cohen et Monique Eleb, Casablanca : mythes et figures d’un (...)

15La monographie du derb Ghalef à Casablanca sert de point de repère pour illustrer cette forme d’habitat auto-construit en dur. Robert Montagne observe que ce derb prend pour référence la ville musulmane et s’arrache à l’informel, même si la surdensification de l’espace construit et le manque d’équipement sanitaire exposent ses habitants à des conditions de vie aussi précaires qu’en bidonville. Derb Ghalef, c’est un «  fragment de ville musulman inséré au milieu d’une ville européenne  » (p. 169)  : une antichambre à la médina avec sa population en quête d’ascension sociale et de respectabilité bourgeoise. L’enquête ici a le pressentiment de ce que va être la ville de lotissements informels en auto-construction qui proliférera à partir des années 70 et sera un terrain d’observation privilégié pour les géographes 19. Les esquisses d’analyse morphologique consacrées aux vieilles médinas de Rabat et Casablanca restent sommaires, par contre. Ce n’est pas l’affaire de Robert Montagne, homme de plein vent et de terroirs, fussent-ils transportés en ville. Ce n’est pas le seul angle mort de l’enquête, qui ne couvre pas l’émigration de 100 000 juifs issus du Sud, dont 80 000 se concentrent à Casablanca. Robert Montagne invoque que ce déversement de juifs des mellahs du Sud vers la ville atlantique relève de la thèse en cours de Pierre Flamand qui sera soutenue en 1957 à la Sorbonne. N’y a-t-il pas d’autres raisons tues par l’auteur et qui ressortent de la grande politique ? Et l’appréciation portée sur la cité d’Aïn Chock, selon laquelle il s’agit d’une cité artificielle, née du despotisme bienveillant de l’administration, surprend sous la plume de Robert Montagne, si bien informé de la fragilité de l’existence en bidonville. Est-ce un coup de patte à Michel Ecochard, l’inventif et atypique directeur du service de l’urbanisme au Maroc de 1946 à 1953, qui reste le grand absent dans cette énorme enquête 20  ?

Du bon usage d’une enquête

  • 21 Les docteurs du service de Santé publique, Jean Mathieu et P.H. Maury, coécrivent La Prostitution s (...)
  • 22 A.M. Baron, « La famille prolétarienne » dans Faits et idées, n° 1, 1955.
  • 23 J. Couleau, « Essai de sociologie rurale dans la région de Fès », CHEAM, n° 1.971, 1952 (de précieu (...)
  • 24 J. Berque, La Question agraire au Maroc : nouvelle politique rurale de la France au Maroc, conféren (...)
  • 25 P. Pascon, avec la collaboration de Negib Bouderbala et Abdallah Hammoudi, est le maître d’œuvre de (...)
  • 26 J. Pelletier, Alger 1955, essai de géographie sociale, Cahiers de géographie de Besançon, n° 6, 195 (...)

16Qu’est-ce qui reste de cette recherche sur la naissance du prolétariat marocain  ? Au Maroc, elle accélère les recherches urbaines sous l’angle de la monographie. Les meilleures sont postérieures à 1950 sous la plume des docteurs Mathieu et Maury21 ou d’Anne-Marie Baron 22. Mais cette direction de recherches féconde s’interrompra après l’Indépendance. Les études rurales continueront dans la voie tracée par Julien Couleau 23 et Jacques Berque 24, sur l’impulsion de Paul Pascon et de Negib Bouderbala dans le Bulletin économique et social du Maroc25, une revue fort substantielle que Montagne ne fréquenta pas, absorbé qu’il était par l’édition des travaux du CHEAM dans les Cahiers de l’Afrique et l’Asie et la confection du bulletin idoine. L’interruption des enquêtes en milieu urbain prolétarien après 1955 est à corréler avec la mainmise du ministère de l’Intérieur sur les grandes villes atlantiques. La volonté de ne pas savoir qui avait chloroformé les recherches urbaines dans l’Algérie coloniale, à quelques exceptions près 26, se transporta dans le Maroc indépendant. L’élite du pouvoir considérera que les bidonvilles sont une tache honteuse sur les habits du protectorat et par conséquent un héritage négatif qui se résorbera dans le développement. Les géographes seuls prirent le relais, mais pour se livrer à des études sur la morphogenèse des quartiers populaires et non plus à des recherches portant sur le niveau et le genre de vie de leurs habitants. Ils ne pouvaient pas faire plus, puisque l’accès au terrain leur était interdit. C’est pourquoi la thèse, monumentale, d’André Adam sur Casablanca fut le couronnement de l’entreprise de connaissance des villes atlantiques amorcée par l’enquête de 1948-1950  : un terminus et non une ligne de départ. On sait si peu de choses sur les «  émeutes  » de Casablanca en mars 1965 et juin 1981, alors que celles des 7 et 8 décembre 1952 purent être passées au peigne fin par les observateurs et témoins de l’époque qui avaient acquis une connaissance fine du terrain balayé par l’enquête sous la direction de Robert Montagne.

  • 27 R. Montagne, dans « Méthodes de travail », un cours délivré le 11-9-1945 aux stagiaires du CHEAM (d (...)
  • 28 Sous l’impulsion de Georges Friedmann, qui publie Problèmes du machinisme industriel chez Gallimard (...)

17Mais il faudrait aussi resituer cette enquête dans son temps scientifique et l’outillage intellectuel en usage en France. Paradoxalement, Robert Montagne n’a pas été influencé par le réseau des adhérents au Musée social auquel les urbanistes de Lyautey durent tant. Ce conservateur éclairé s’inscrit plutôt dans une lignée durkheimienne, pour autant qu’il revendique une paternité intellectuelle 27. Il ne lit pas les travaux de ses contemporains. Il ignore que la sociologie du monde ouvrier s’est déplacée de l’étude des conditions de vie, dont l’habitat, à l’examen des modalités du travail ouvrier au temps du fordisme triomphant 28. Aussi bien l’enquête collective de 1948-1950 ne brille pas par son apport théorique, si ce n’est la mise en lumière que le phénomène migratoire n’est pas subi, mais construit, non plus anomique, mais mainteneur d’un ordre social, renforcé, sur le lieu d’origine, par les femmes privées d’hommes en «  tribu  » et reconstruit, au point d’arrivée, par les hommes et les femmes, du moins dans les bidonvilles, où la criminalité serait de quatre fois inférieure à celle qui sévit dans les vieilles cités submergées elles aussi par l’afflux des ruraux. En définitive, c’est la masse des données collectées qui impressionne le chercheur contemporain. Il y rencontre une quantité de prises de vue topiques pour filmer les années 1940-1950. L’attention prêtée à la vie quotidienne des gens les plus simples, chez Montagne et son équipe, est saisissante et constitue encore une incitation à ne pas surévaluer l’importance de l’armature conceptuelle qui sous-tend tout travail de recherche. Où ailleurs que dans pareille enquête apprend-on que la pratique du goûter chez les enfants se répand dans les familles prolétariennes  ? Sans effacer le fait que 36 % des nourrissons souffriraient de sous-nutrition au bidonville géant de Ben M’Sik à Casablanca. Où découvre-t-on que des femmes ouvrières saisonnières dans les conserveries d’Agadir usent de l’école franco-musulmane comme d’une garderie pour travailler en usine dans la journée  ? Où parle-t-on, à l’époque, de la propagation des nouvelles, en quartier populaire, par la lecture à voix haute du journal par un instruit auprès d’un cercle d’auditeurs  ? Forme nouvelle de diffusion du savoir et maintenance de la halaqa autour du conteur. Car «  Les nouvelles ne se lisent pas. Elles se disent  » au Maroc, écrit joliment Montagne. Ce chercheur était d’abord un observateur d’une acuité de vue remarquable. Ce qu’il trouvait lui apprenait ce qu’il cherchait. Jamais chez lui la théorie ne précédait l’acte de la recherche, si ce n’est ce syndrome chleuh qui lui fit construire des catégories d’analyse artificieuses sur l’aptitude au travail et l’absentéisme des ouvriers d’usine.

  • 29 On pouvait être contemporain du Protectorat et garder une distance critique, comme le prouve l’exem (...)

18L’enquête sur la naissance du prolétariat marocain n’est certes pas au cœur de l’évaluation de l’œuvre de Robert Montagne entreprise depuis par les historiens et sociologues marocains. C’est bien sûr l’ouvrage consacré aux Berbères et au Makhzen dans le sud du Maroc, paru en 1930, qui constitue le point de passage obligé pour tout esprit curieux d’accéder à la compréhension de l’œuvre de ce professeur au Collège de France. L’enquête reste un hors-d’œuvre dans la reconstitution d’un itinéraire scientifique tellement marqué par l’empreinte du fait colonial qu’il plonge le chercheur contemporain dans la perplexité 29. Et pourtant, elle s’est infiltrée dans tous les ouvrages traitant du Maroc au cours de la première moitié du siècle  : sa cartographie, qui illustre si bien les directions spatiales de l’émigration en provenance du sud et l’attraction exercée par Casablanca, et son matériau collecté. Cette enquête meuble tout développement consacré à l’habitat et au mode de vie des néo-citadins. D’une certaine manière, elle n’est plus un essai sur le sujet de l’exode rural et de l’urbanisation au Maroc, mais une source dans laquelle puiser une large panoplie d’exemples monographiques topiques, de coups de crayon suggestifs et de croquis parlants. À ce titre, elle mérite amplement de devenir consultable grâce à son accès sur la toile à un lectorat étendu, qui devait se contenter jusque-là de la lire sur place dans de trop rares bibliothèques de recherche.

Lexique

Amines  : les hommes de confiance, les syndics des corps de métiers, ici les représentants des ouvriers cooptés dans leurs entreprises par leurs patrons en lien avec les services de la Municipalité.

Attar  : marchand d’épices, par extension épicier grossiste.

Beqqal  : tenancier d’une échoppe, regrattier.

Derb  : ruelle en impasse.

Halaqqa  : le cercle des apprenants autour d’un expert en écritures islamiques dans une mosquée ou une médersa.

Haratines  : descendants d’esclaves dans les oasis du Sud, hommes semi-libres.

Khalifa  : en l’occurrence, l’adjoint du pacha en ville.

Kissariya  : local clos où les boutiquiers sont spécialisés dans la vente de produits textiles.

Moqaddem  : représentant du pouvoir à l’échelon d’un quartier ou d’un douar, chef d’un quartier chargé de l’exécution des ordres du makhzen.

Taleb  : petit lettré de village ou de quartier.

Notes

1 J’ai conservé les transcriptions usuelles adoptées dans L’Enquête sur la naissance du prolétariat marocain, qui se rapprochent du parler marocain (la darîja).

2 Centre des hautes études d’administration musulmane.

3 A. Adam, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Paris, éditions du CNRS, 1968, 2 vol.

4 Le docteur Mathieu est cité dans la liste des collaborateurs de l’Enquête, mais pas M.H. Maury, sur lequel on ne sait rien. Le parcours de ces deux médecins du service de santé publique férus de sciences sociales et de littérature avant-gardiste mériterait une recherche biographique. Leur enquête sur le « quartier réservé » de Casablanca a été rééditée avec un avant-propos par Abdelmajid Arrif, Bousbir : la prostitution dans le Maroc colonial : ethnographie d’un quartier réservé, Rabat, La Croisée des chemins, 2013.

5 Jacques Berque à Robert Montagne, 28-12-1951, dossier Jacques Berque, archives du CHEAM.

6 Comme le fait ressortir Lucette Valensi dans La Sociologie musulmane de Robert Montagne sous la direction de François Pouillon et Daniel Rivet, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000 : v. « Savoir, décision, action : la méthode de Robert Montagne », p. 27 et p. 36.

7 Sur Marcel Vallat, homme de l’ombre de la Résidence, voir la présentation très critique portée par Charles-André Julien, Le Maroc face aux impérialismes, Paris, éditions J-A, 1978, p. 247-248.

8 Robert Montagne à Jacques Berque, 13-12-1951, dossier déjà cité : « J’avais espéré intéresser l’Algérie à des enquêtes analogues (sur la formation d’un prolétariat urbain, ndlr), mais l’esprit conservateur de l’administration et de l’opinion des possédants ne se prête pas, paraît-il, à la conduite d’enquêtes objectives. On a peur de découvrir le mal dont on est atteint et l’on pense qu’il vaut mieux le recouvrir pudiquement par un voile de propagande. »

9 « Geyser d’idées » : l’expression appartient à l’arabisant Philippe Marçais et est corroborée par Roger Le Tourneau et André Adam dans le numéro spécial de la revue Les Cahiers de l’Afrique et l’Asie consacré à Robert Montagne (1er trimestre 1955).

10 O. Carlier (communication orale au Centre de recherches africaines de Paris 1) et Geneviève Guillebaud Massart, Des Algériens à Paris : de Lyon au Front Populaire, Paris, l’Harmattan, 2000.

11 J.L. Loubet del Bayle, Les Non-conformistes des années 30 : une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969.

12 R. Montagne, « En marge de la crise marocaine. Les plans de Lyautey ont-ils fait faillite ? » dans Les Etudes, juin 1951, p. 305-330.

13 F. Colonna et C. Haïm Brahimi, « Du bon usage de la science coloniale » dans Le Mal de voir, Cahiers Jussieu, n° 2, Université Paris VII, Paris, 10/18, 1976, p. 221-241.

14 « La ville de Marrakech a malheureusement échappé complètement à nos enquêtes », relève Montagne, p. 77.

15 Sur la pratique de l’histoire « par en bas », cf. la mise au point de Simona Cerutti, « Who is below ? E.P. Thomson, historien des sociétés modernes : une relecture », Annales, Histoire, sciences sociales, n° 4, octobre-décembre 2015, p. 931-956.

16 Le volume 1 des Cahiers de l’Afrique et l’Asie consacré à l’évolution sociale du Maroc ouvre en 1950 cette collection. Il comporte une monographie familiale réalisée à Casablanca (Jean d’Etienne), une étude sur le vêtement, l’habitat et les genres de vie des bourgeois à Fès et Casablanca (Louis Villème : pseudonyme du contrôleur civil Roger Gruner) et une analyse statistique et morphologique des quartiers informels à Port Lyautey (Stéphane Delisle) qui constituera un solide point d’appui à l’enquête conduite par Robert Montagne.

17 Mise en garde contre le berbérisme par Robert Montagne dans Les Etudes, juin 1951 : « Aucune chimère n’est plus redoutable à chevaucher », p. 324.

18 Carrières centrales pointées comme le laboratoire du Maroc néo-citadin, c’est bien vu. Les émeutes ouvrières des 7 et 8 décembre 1952, sur fond de syndicalisme transversal au Maghreb et de nationalisme plébéien, partirent de ce bidonville et ce ne fut pas un effet du hasard.

19 Je renvoie aux thèses de géographie et tables rondes pluridisciplinaires publiées sur l’habitat informel par le Centre de recherches sur l’urbanisation du monde arabe (Urbama de 1982-1996) sous la direction de Jean-François Troin, professeur de géographie à l’université François-Rabelais, à Tours.

20 Sur Michel Ecochard au Maroc, Jean-Louis Cohen et Monique Eleb, Casablanca : mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, éditions Hazan, 2004, p. 289-332.

21 Les docteurs du service de Santé publique, Jean Mathieu et P.H. Maury, coécrivent La Prostitution surveillée à Casablanca : le quartier réservé qui, bien plus qu’un mémoire de stage, est un livre de microsociologie (CHEAM, n° 2542, 1951) réédité aux éditions Paris-Méditerranée, 2003, 213 pages. Jean Mathieu conduit une autre enquête sur un groupe social : Les Employés musulmans à l’hôpital Gaud à Casablanca : contribution à l’étude de la famille marocaine ; la famille musulmane chez les employés à faibles salaires dans un hôpital de Casablanca (n° 2542, 1951).

22 A.M. Baron, « La famille prolétarienne » dans Faits et idées, n° 1, 1955.

23 J. Couleau, « Essai de sociologie rurale dans la région de Fès », CHEAM, n° 1.971, 1952 (de précieuses statistiques dérivées de l’exploitation du tertib – impôt en vigueur au Maroc dans la première moitié du XXe siècle – par le meilleur connaisseur des campagnes du Maroc atlantique à l’époque).

24 J. Berque, La Question agraire au Maroc : nouvelle politique rurale de la France au Maroc, conférence au stage du CHEAM, Paris, 8-10-1945 (mémoire n° 749).

25 P. Pascon, avec la collaboration de Negib Bouderbala et Abdallah Hammoudi, est le maître d’œuvre de deux forts numéros spéciaux du B.E.S.M. (n° 123 à 125 en 1974 et n° 133-134 en 1977 consacrés à la question agraire au Maroc).

26 J. Pelletier, Alger 1955, essai de géographie sociale, Cahiers de géographie de Besançon, n° 6, 1959, 146 p.

27 R. Montagne, dans « Méthodes de travail », un cours délivré le 11-9-1945 aux stagiaires du CHEAM (document n° 720), se réfère aux Règles élémentaires de la sociologie de Durckheim « qui veulent être une sorte de réplique au Discours de la Méthode de Descartes appliquée aux sciences sociales conçues dans l’esprit d’Auguste Comte ».

28 Sous l’impulsion de Georges Friedmann, qui publie Problèmes du machinisme industriel chez Gallimard en 1946, puis Où va le travail humain ? en 1950.

29 On pouvait être contemporain du Protectorat et garder une distance critique, comme le prouve l’exemple du sociologue trop oublié de nos jours, Charles Le Cœur : cf. Abdelkabir Khatibi, Bilan de la sociologie au Maroc, publications de l’Association pour la recherche en sciences humaines, Rabat, 1967, p. 14-15. Pour une mise en perspective de l’œuvre de Robert Montagne dans la construction des sciences sociales au Maroc, je renvoie à la belle synthèse d’Hassan Rachik, Le Proche et le lointain : un siècle d’anthropologie au Maroc, Marseille, éditions Parenthèses-MMSH, 2012.

Auteur

Historien, professeur émérite à l’université de Paris 1

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable