Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 8. Tendances économiques et pratiques de travail

Parcours d’un artisan en quête du statut d’entrepreneur : un cas d’entreprenariat informel sous l’ère néolibérale

Saâdeddine Igamane

Texte intégral

1Voilà ce que de me dit l’entrepreneur dont je voudrais, dans cet article, rapporter l’histoire et à partir de laquelle j’entends décrire sa filière informelle développée au cœur du secteur textile à Casablanca. L’objectif est de comprendre comment compétences, stratégies, mais aussi d’autres éléments ont réussi à réaliser une activité informelle dans une économie ouverte et concurrentielle.

2L’entrepreneur interviewé a pu créer son entreprise (dans l’informel) dans la période qui a suivi le Plan d’ajustement structurel (PAS), au moment où étaient promus la libéralisation de l’économie et l’esprit d’entreprise. Les entrepreneurs qui se lancent et s’engagent dans un processus entrepreneurial de ce type évoluent dans un contexte particulier, qui se veut, a priori, propice au développement de l’initiative privée (programmes d’accompagnement, accès au financement bancaire, etc.), mais qui connaît également le dilemme de la lutte contre l’informel, qui certes échappe au fisc mais constitue un mode de survie pour une tranche importante de la population marocaine.

Parcours de l’entrepreneur et description de la filière

3L’entrepreneur dont il est question est un cordonnier qui a intégré le métier à l’âge de dix ans. A Derb Sultan à Casablanca, un très grand marché où se développent plutôt des activités informelles, il passe du stade d’apprenti chez différents artisans musulmans et juifs au grade de maâlem (maître de métier). Depuis 2000 et à l’âge de quarante ans, il achète la matière première, fait le tissage et toutes les tâches relatives au processus de production en imitant des modèles existants. « J’ai fait le tout, j’ai réalisé des bénéfices importants, parfois des faillites. Je fabrique parfois en très grande quantité alors que parfois je diminue la production. J’ai suivi le marché et j’imite les modèles qui fonctionnent, explique-t-il. » Sans aucune formation scolaire, il a appris le « abc » du commerce par la pratique.

4L’idée d’entreprendre a germé dès son jeune âge et s’est développée à mesure que d’anciens amis réussissaient à passer à une activité légalement reconnue. De plus, ses frères ont trouvé dans l’affaire une opportunité d’emploi avant d’être une occasion de se faire de l’argent, et ils ont apporté aide et soutien à différents moments de l’histoire de l’entreprise. Aujourd’hui, ses usines continuent à produire grâce, surtout, au réseau développé tout au long de son parcours.

5L’entreprise dispose de deux locaux et produit des chaussures, pour le marché marocain, « au noir ». Ses unités de production sont dispersées, non déclarées, une partie de la production se fait d’ailleurs « à la maison ». Des machines et d’autres matériels nécessaires à la fabrication sont achetés aux usines qui veulent renouveler ou liquider leur matériel de production. En raison du budget, acheter le matériel neuf ou de nouveaux magasins est inenvisageable. Les quatorze salariés, non déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), sont obligés de s’adapter aux conditions de travail. A part la patente, aucun impôt n’est payé.

6Si on prend la production à base de cuir des chaussures, par exemple, chacun a un poste selon sa formation et sa spécialité. Il y a ceux notamment qui font les tissages et d’autres qui conçoivent les modèles. Et il y a même ceux qui peuvent travailler chez eux. D’autres sont des représentants qui se chargent de la prospection en continu et cherchent de nouveaux marchés.

7L’entrepreneur produit des chaussures pour femmes, selon les saisons : en été, des sandales et le reste de l’année, des bottes ou demi-bottes. Cette flexibilité de la production s’accentue avec l’apparition de la nouveauté, même au niveau international, « sur les catalogues des top-modèles, sur internet même, des modèles qui peuvent bien marcher au Maroc » précise-t-il.

8Il dit lui-même de son entreprise que « ce n’est pas tout à fait une entreprise » : elle est enregistrée au registre du commerce, mais « les autres formalités ne sont pas remplies ». Il préfère imiter les modèles existants plutôt que d’en inventer d’autres. Ce qu’on peut inventer avec un coût important peut être facilement imité sur un marché qui dispose de ses propres règles de concurrence. Le rapport qualité-prix demeure déterminant. Il ajoute, dans le même sens : « Les créations et les inventions sont très rares, et même quand elles existent, elles sont propres aux grandes entreprises qui font de l’export. » Il s’agit, selon lui, des entreprises délocalisées, qui bénéficient d’une main-d’œuvre bon marché et d’un capital important.

9La qualité qu’il peut produire dépend souvent de la saison et des petites économies qu’il peut constituer. Il arrive qu’il attribue son nom de famille à des modèles de sandales pour femmes. Une marque qu’il ne peut protéger du moment où son travail est au « noir » et qui peut être elle-même imitée, mais il estime conserver ce qu’il appelle lui-même « la touche personnelle ».

10En ce qui concerne le travail formel, le circuit de distribution est complexe. Le produit peut être distribué à travers les représentants ou les courtiers, par les grossistes du grand Casablanca, tout comme il peut être vendu directement aux différentes boutiques des quartiers populaires dans différentes villes du Royaume. Il avance à ce propos : « Pendant une longue période, je ne dépassais pas Rabat. Si je dépasse Rabat, je suis sûr d’avoir d’autres clients. Rabat, Casablanca et à la limite El Jadida ». La qualité des produits fabriqués et la mobilité ou non de l’entrepreneur raccourcissent souvent le circuit de distribution.

11En plus, il ne dispose pas d’une chaîne de production en continu pouvant approvisionner les marchés conquis en produits dont ils auraient besoin. Et il ne peut non plus continuellement s’y adapter. C’est pourquoi il préfère limiter la distribution à ces quelques villes. Il arrive parfois qu’il expose ses produits dans des foires ou mieux encore qu’il les vende à des « courtiers » qui les distribuent à leur tour en contrepartie d’une commission plus ou moins importante.

12Pour un revendeur des produits fabriqués par notre entrepreneur et qui dispose d’une boutique à Rabat, le cheminement est le suivant : « En général, une marchandise peut arriver chez nous de deux manières : de l’usine, elle passe par les grossistes puis arrive à ce qu’on appelle les représentants ou courtiers qui nous donnent des échantillons, et c’est à nous de décider d’acheter ou non selon les modèles demandés et les besoins des clients. Soit on achète chez les grossistes ou directement chez le fabriquant. » Bien que les grossistes offrent une possibilité de choix plus large, le fabriquant, lui, se distingue par des facilités de paiement plus avantageuses. Ajouter à cela que le nouvel arrivé sur le marché de gros doit payer en espèces plutôt que par chèque, qui est considéré par plusieurs intervenants dans le processus de distribution comme une source de problème en cas de non-paiement.

13Tous les intervenants dans le processus de distribution font remonter l’information nécessaire pour suivre l’actualité du marché, satisfaire la nouvelle demande et contrecarrer la concurrence de plus en plus acharnée. La faiblesse des barrières à l’entrée en est une cause. L’entrepreneur se base donc sur des techniques de marketing et de prospection informelles pour réguler le rythme de sa production.

Stratégie de repli face aux défis de la concurrence internationale et de la faiblesse des financements

14Actuellement, la production des usines a significativement baissé. La concurrence, surtout chinoise, et la mauvaise exploitation des gains réalisés en haute saison limitent la capacité de réinvestissement de l’entreprise. Il faut ajouter à cela que l’entrepreneur fait travailler deux de ses frères, un qui partage avec lui la responsabilité de la gestion et l’autre comme « représentant » qui touche une commission Aussi ses frères partagent-ils avec lui les bénéfices de l’entreprise. Il s’agit d’un argent rarement transformé en investissement productif, et cela a des conséquences sur la capacité de production de l’entreprise et le circuit de distribution correspondant.

15Désormais, ce dernier devient plus court. L’entreprise ne vend plus aux grossistes et préfère être en relation directe avec les vendeurs, pour des produits de modeste qualité. Les grossistes règnent sur le souk et disposent d’un pouvoir supérieur à celui du fabriquant lui-même. Ils n’acceptent pas n’importe quel modèle ou n’importe quelle commission, « ils veulent du nouveau et de l’original, tout ce qui marche bien ». Un grossiste du quartier de Lekriâa distingue deux types : « Ici à Lekriâa, des boutiques sans formalisme quelconque, ni comptabilité, ni CNSS, vous pouvez trouver la marchandise que vous voulez. Mais, c’est à Derb Omar que vous pouvez trouver de vrais grossistes organisés dans le cadre de sociétés et qui ouvrent aussi des boutiques de vente sur place. Là-bas, ils tiennent une comptabilité et vous pouvez avoir des factures si vous voulez. »

16Dans cette situation difficile que vit l’entreprise, selon notre entrepreneur, éviter l’intermédiation permet à son produit d’arriver avec un prix abordable sur le marché. Le lieu de production devient un point de vente, surtout pour les revendeurs qui sont en contact direct avec le consommateur. La présentation du produit se fait au stock des locaux de production et aussi à la maison d’habitation personnelle en cas de besoin. A quoi on peut ajouter les visites qu’il peut rendre, lui ou un des représentants, aux boutiques, essentiellement à Casablanca et à Rabat.

17Pour gagner du temps et de l’argent, il préfère pour l’instant contracter avec ceux qu’il connaît, ce qui lui permet d’éviter les coûts de prospection des clients et des fournisseurs. Il s’agit des partenaires historiques avec qui il a une sorte de pacte tacite basé sur la confiance et des relations commerciales privilégiées. Ce sont généralement des boutiques et des ferrachas (vendeurs à la sauvette). Contrairement à ces derniers, les boutiques n’échappent pas totalement au fisc et payent au moins la patente.

18Ce sont des rapports gagnant-gagnant avec un code particulier. L’achat à crédit sur un, deux ou trois mois, la vente ou encore les crédits se font sans recours à aucune formalité écrite. En cas de conflit, le recours à la justice est évité puisqu’il peut nuire à la réputation du commerçant et à sa crédibilité sur le marché.

19Les barrières à l’entrée semblent complexes. Si le capital argent, le matériel et la main-d’œuvre sont accessibles, le réseau, lui, ne peut être tissé que grâce à une longue présence sur le marché ou au parrainage par quelqu’un de reconnu. La production d’une marque permet d’être plus reconnu et demandé sur le marché et d’élargir le circuit de distribution. Bien que rien ne soit déclaré auprès des autorités, la reconnaissance de ceux qui achètent le modèle demeure importante. Actuellement, l’entrepreneur distribue à tout le monde, car en période de récession, « l’important c’est de gagner le marché » avance-t-il.

20Des normes et des valeurs particulières régissent le métier et les relations, parfois à l’encontre de la règle de droit. Elles permettent à l’entreprise de survivre et d’espérer un développement. Les leçons du rapport aux profits, aux faillites et à l’argent en général ont permis de développer un esprit de capitalisme particulier. La motivation centrale demeure la recherche du statut d’entrepreneur légalement établi. Le profit et son réinvestissement en continu sont une obligation pour pouvoir passer au formel.

21Entreprendre en artisanat demeure une question de lien social. Au départ artisan, cet entrepreneur a gravi les échelons par des rencontres, des appuis, des liens tissés avec un propriétaire d’usine formelle (revente du matériel usé, écoulement de marchandises, etc.), un patron et par la suite des partenaires appréciant son honnêteté et ses compétences. Un jour, il décide de prendre en mains le fonctionnement de plusieurs usines. L’existence ou non d’un contrat semble accessoire, c’est le relationnel qui a permis de franchir les étapes. Dans un souci de confiance, trois frères de la même famille travaillent dans cette entreprise, ils veillent au bon fonctionnement de la production et de la distribution des articles produits. Cela constitue aussi une contrainte si le profit est distribué plutôt que réinvesti. Une erreur dont l’artisan et ses frères ont tiré la leçon ; ils espèrent à présent amener leur entreprise familiale vers la formalité. Désormais, la recherche du « statut » d’entrepreneur est l’objectif central.

Un entrepreneur de deuxième degré, une éthique informelle

22En effet, même si notre entrepreneur se considère plutôt comme un « simple » artisan qui dispose de compétences, il espère néanmoins passer à un plus haut degré de formalisme afin d’éviter la stigmatisation et le manque à gagner sur le marché national et international.

23Selon lui, l’entrepreneur est celui qui dispose d’une entreprise « formelle ». Il n’est lui-même qu’un entrepreneur de deuxième degré, légalement non reconnu, puisqu’il ne fait qu’imiter les entreprises légalement établies en utilisant leurs machines obsolètes en liquidation. Il considère son activité comme une « entreprise à l’état embryonnaire ». Il voit dans l’informalité un obstacle à l’accès à des ressources financières « formelles » ou encore humaines capables de permettre le développement de sa production. Il faut ajouter à cela l’absence d’encadrement de la part de l’Etat et du tissu associatif.

24Malgré ses difficultés, il croit en ses compétences personnelles et relationnelles. Ce qui lui permet de survivre sur un marché très concurrentiel, grâce à « sa touche personnelle ». Il affirme à ce propos : « On a ici à Derb Sultan un souk de l’artisanat (des boutiques et des usines assez nombreuses), on peut travailler le même modèle mais chacun a sa manière de travailler. On peut parfois prendre un produit quelconque et je peux vous dire à qui il appartient. Ma touche personnelle à moi, c’est moi qui l’ai créée. » Il attend seulement d’atteindre une masse critique à la suite d’accumulation des profits futurs qui, à ses yeux, va lui permettre d’accéder au statut d’entrepreneur « reconnu ». La « reconnaissance » légale permet de s’ouvrir à d’autres marchés (nationaux et internationaux) jusque-là trustés par les entreprises légalement établies.

25Dans la filière informelle, on évoque comme modèles de réussite des chefs d’entreprises « reconnues » qui ont démarré dans les réseaux et les modes de production « au noir » et qui, un jour, ont créé leur propre marque « reconnue ». On nous explique que pour en arriver là, il faut disposer d’un gros capital. Finalement, la distinction entre acteurs de filière formelle et acteurs de filière informelle tient au fait que certains réussissent à s’établir alors que d’autres restent dans un fonctionnement instable et mouvant, inconfortable et finalement beaucoup plus contraignant, mais seul à même de leur permettre de jongler avec les petits capitaux dont ils disposent.

26Quant au recours à la justice, s’il est carrément impossible dans le cas de la production non déclarée où aucun contrat n’existe, il est également très dénigré dans le cadre d’accords formels et de contrats écrits. Régler une affaire en justice, c’est tuer la confiance, ruiner sa réputation, et l’on préfère perdre une affaire plutôt que d’hypothéquer sa place sur le marché qu’on a construit au fil du temps et de relations entretenues. Et quand, en dernier recours, on envisage de se tourner vers la justice, on affirme que l’on préfère que cela se règle avec la justice marocaine, si peu fiable soit-elle, plutôt qu’avec la justice étrangère, car « au Maroc, on connaît le système ». Notre entrepreneur considère que la formalité et le respect de la loi sont le propre des grandes sociétés qui, dans certains cas, sont aussi passées par l’informalité. Il associe ce qu’il fait à l’artisanat qui, à ses yeux, devrait être plus encouragé par les pouvoirs publics. Être imité, dans l’informel, n’est pas une mauvaise chose selon lui. La différence se fait plutôt au niveau de la qualité du produit. Etre imité veut presque dire qu’on a réussi, que son modèle marche. L’imitation fait partie des instruments de la concurrence sur le marché. Elle semble faire partie du jeu : imiter ou être imité, c’est une pratique « normale », contrairement aux marchés « formels » où l’imitation est une pratique illégale.

L’entrepreneuriat informel dans l’économie marocaine à l’ère néolibérale : réalités et conditions de réussite

27Une bonne partie de la production nationale échappe à l’analyse. Il s’agit de l’informel qui réalise un chiffre d’affaires annuel qui dépasse les 45 milliards de dirhams, selon le ministère du Commerce et de l’Industrie (2012). Un chiffre supérieur à la somme des chiffres d’affaires des trois opérateurs de télécommunication au Maroc. Selon le Haut Commissariat au Plan, en 2007, l’informel, tel qu’il est officiellement défini (un secteur qui échappe à l’impôt), emploie 238 000 marchands ambulants et constitue une source de subsistance pour 1 300 000 familles. C’est Casablanca qui occupe la première place dans ce secteur. Si l’on compare avec le nombre d’emplois créés dans les secteurs publics, l’informel occuperait la deuxième place, juste derrière le ministère de l’Education nationale.

28Bien qu’il soit défini par le fait qu’il échappe au fisc, qu’il se développe à la marge des activités formelles ou qu’il ne tient pas une comptabilité conforme à celle en vigueur, l’informel, au contraire de ce que l’on peut croire, dispose de ses propres codes de fonctionnement. Il est souvent organisé et peut connaître des investissements importants. Les opérations d’intermédiation et de courtage y sont très fréquentes. Le niveau de vie des intervenants concernées oscille entre la misère et la bourgeoisie, au sens marxiste du terme. Ce secteur n’échappe pas à l’exploitation, ni à la coopération, ni à l’économie de rente, ni à l’économie solidaire ou productrice de valeur ajoutée.

29Comme pour le secteur formel, ce sont les activités de commerce qui sont les plus importantes. Le secteur s’est développé depuis les années 80. C’était l’une des solutions pour atténuer les problèmes du chômage et de la pauvreté. Deux fléaux qui ont été accentués par un exode rural sans précédent vers les grandes villes, dont Casablanca. C’était une des conséquences néfastes du Plan d’ajustement structurel. Incapable de s’introduire dans le formel (à cause de son verrouillage par des monopoles, des barrières à l’entrée et des restrictions bureaucratiques), une catégorie d’entrepreneurs de différentes tailles s’est introduite dans différents secteurs de l’économie informelle.

30Chaque secteur et chaque environnement disposent de leurs propres normes et déclinent des perceptions et des représentations personnalisées de ce qu’est un « entrepreneur ». L’entrepreneur de l’informel est celui qui recourt à son réseau relationnel pour échapper aux formalités (administratives, organisationnelles, coutumières, etc.). Un produit de la filière informelle peut passer, au cours de son circuit de distribution, par des points de vente du secteur formel. Les deux peuvent être complémentaires plutôt que concurrentiels. Une entreprise du formel peut elle aussi recourir à des pratiques informelles. C’est le cas quand, par exemple, une entreprise établie dans le formel ne respecte pas une loi en vigueur, quand elle vend une partie de sa production sans facture, recrute son personnel sans passer par la procédure prévue par ses textes, prend des décisions en dehors des modalités fixées par ses statuts, ou encore, résout un problème avec un client sans recours à la procédure administrative prévue, etc.

31L’échec de la lutte contre l’informel est en partie inhérent à la difficulté de déplacer, en totalité ou en partie, ce réseau de relationnel entre acteurs qui s’est constitué au fil du temps, grâce à des rapports de confiance et à des compétences spécifiques.

Les compétences de l’entrepreneur de l’informel

32Si la création d’entreprise est souvent présentée par la plupart des économistes comme une aventure personnelle et « héroïque » vantant le talent de l’entrepreneur solitaire, à travers le cas présenté, je montre au contraire son enchâssement dans un ensemble de relations sociales (relation de confiance avec son patron, avec ses anciens collègues, etc.) sur un marché qui connaît un continuum entre le formel et l’informel plutôt qu’une dichotomie pure et simple.

33La réalité du marché de l’informel exige plusieurs compétences qui constituent par la même des conditions de réussite dans ce type d’entrepreneuriat. La motivation finale est généralement la recherche du statut d’entrepreneur formel. Cette motivation intervient une fois l’entreprise informelle mise en place, au moment où l’acteur n’est plus animé par la seule recherche d’emploi, par la saisie d’une opportunité, etc. L’argent, au cours de la vie de l’entreprise, n’est plus qu’un moyen pour capitaliser suivant une éthique et un esprit de capitalisme quelconques. Cela constitue pour certains la voie vers une promotion sociale réussie.

34Comme tout autre entrepreneur, l’entrepreneur de l’informel doit disposer de l’esprit d’entreprendre. C’est un preneur de risques du moment où il intervient « hors du formel » et qu’il investit en temps et en argent dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Cet environnement dispose certes de ses principes de fonctionnement mais il reste non protégé légalement. C’est pourquoi on y trouve plus des adaptateurs que des innovateurs en termes de produits fabriqués et de services offerts. C’est en effet l’imitation qui y reste monnaie courante. Cela permet aux intervenants sur ce marché la limitation des risques et surtout la flexibilité.

35Plus que dans tout autre type d’entrepreneuriat, la compétence sociale de l’entrepreneur de l’informel demeure déterminante, même si sa production est de qualité et sa main-d’œuvre particulière. Les acteurs sur ce marché sont enchâssés dans des relations sociales. Du producteur bien établi au plus petit revendeur de table à Souika, en plus de la qualité et du capital argent qu’on peut avoir, un même code de conduite semble présider au succès dans les affaires : la réputation, la confiance, la sincérité et l’honnêteté sont des mots que l’on entend de la bouche de tous nos interlocuteurs. C’est ce qui permet de se sentir engagé dans une affaire.

36Etre enchâssé dans des relations sociales peut aussi être nuisible pour l’entreprise (lorsqu’on est obligé de recruter de la famille ou de partager ses bénéfices en fonction de ses liens sociaux, etc.). L’entrepreneur doit être doté d’une aptitude à créer et à gérer un niveau optimum de l’encastrement de son commerce dans ses liens sociaux. Une mission qui ne peut être remplie sans une capacité d’établir la confiance au sein de son cercle de connaissances et de pouvoir pérenniser l’esprit du don. Il doit donner afin de recevoir l’équivalent ou plus en dons utiles pour l’entreprise. Recevoir et estimer le don reçu pour le rendre permet d’assurer la continuité du don. Cela détermine la nature de la relation avec la clientèle qui peut être transformée en un lien de domination des clients.

37L’aptitude de gérer son relationnel, d’établir la confiance et de pérenniser l’esprit du don est la compétence sociale que chaque entrepreneur doit avoir. L’entrepreneur doit être capable de convaincre ses salariés et ses différents partenaires de travailler avec lui. Il doit disposer de compétences politiques, de communication et de persuasion.

Bibliographie

Affaya N., Guerraoui D., « L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs », Paris, l’Harmattan, 2009.

Al Aoula, Société nationale de radiodiffusion et de télévision marocaine, Emission Echo Eco sur le secteur informel au Maroc, 2 juillet 2012.

Benhaddou A., Maroc : les élites du Royaume, essai sur l’organisation du pouvoir au Maroc, Paris, l’Harmattan, 1997.

Catusse M., Le Temps des entrepreneurs : politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Editions de l’IRMC et Maisonneuve et Larose, 2008.

Centre des Jeunes Dirigeants, « L’Entrepreneuriat au Maroc : étude de marché », Rabat, Rapport de synthèse, 2009.

El-Malki H., Doumou A., « L’interventionnisme de l’Etat marocain à l’épreuve de l’ajustement », dans H. El-Malki, J.C. Santucci (éd.), Etat et développement dans le monde arabe : crises et mutations au Maghreb, Paris, Ed. CNRS, 1990.

Madoui M., Les Entrepreneurs issus de l’immigration maghrébine, Paris, Ed. Aux lieux d’être, 2008.

Tangeaoui S., Les Entrepreneurs marocains : pouvoir, société et modernité, Paris, Karthala, 1993.

Clement J.F. « Les effets sociaux du programme d’ajustement structurel marocain », dans Politique étrangère, n° 4, 60e année, 1995, p. 1003-1013.

Mejjati Alami R. « Le secteur informel au Maroc, 1956-2004 », dans Royaume du Maroc, 50 ans de développement humain et perspectives 2025, cinquantenaire du Royaume du Maroc, 2006, p. 419-453, [en ligne] URL : http://europemaroc.com/files/Secteur%20informel.pdf

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable