Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 8. Tendances économiques et pratiques de travail

Faire pâturer des chèvres dans un cimetière à Chefchaouen

Isabelle Jabiot

Texte intégral

Sidi Abdelhamid, Chefchaouen, mai 2011. © Jabiot.

1Multiples sont les voies humaines qui font raisonner l’adan d’Al-’asr. Cet appel à la prière est aussi celui de la sortie de pâture de fin d’après-midi. Comme les éleveuses de chèvres, je m’apprête à prendre le chemin de Sidi Abdelhamid, vaste cimetière surplombant la ville à son nord. Chefchaouen, petite ville d’environ 35 000 habitants, est un fait urbain au cœur de la chaîne rifaine, en zone rurale et montagnarde jbala. C’est une « ville blottie contre les gorges et les sommets des montagnes » (Mohamer, 1994) et « l’unique médina de situation intra-montagnarde » (Mamourn, 1988) perchée entre 600 et 800 mètres d’altitude. Que Chefchaouen soit une ville rurale est à la fois une réalité historique, démographique, sociologique et ethnographique et le statut que lui confère bon nombre de ses habitants. La présence et l’imbrication du monde rural dans cet univers citadin se remarquent sur divers plans : par l’origine des habitants, les niveaux de langue et en termes d’identité, par la culture matérielle, les techniques et la circulation des produits et des hommes et par la présence d’activités agricoles et pastorales dans et autour de la ville. L’élevage caprin est là un des éléments qui participent de cette qualification de ville rurale du fait de l’activité en elle-même et de l’origine rurale des praticiens, origine qui, si elle n’est pas de naissance, l’est d’ascendance.

2En pénétrant dans l’espace du cimetière, je distingue au loin une silhouette, petite et robuste, enroulée d’un mendil rayé bleu et blanc et surmonté d’un chechiya. Quelques chèvres l’entourent et la devancent. Je devine qu’il s’agit d’Hajja Rachida qui, tout juste sortie de l’une des portes de la médina, longe les murailles pour se rendre au sommet du site, là où la végétation est la plus dense et offre un peu de fraîcheur en cette chaude fin de journée d’été. Le site est communément appelé « Sidi Abdelhamid » du nom du saint enterré sur les hauteurs du cimetière. L’histoire particulière de ce saint ne semble connue de personne, de même qu’il n’est, d’après mes observations, l’objet d’aucun rituel ou quelconque célébration. S’il s’agit d’un saint, c’est, dit-on, parce que l’homme devait être savant, un homme de foi, capable de miracles et surtout porteur de baraka. Le site offre une vue imprenable sur la ville et le dédale des montagnes l’entourant, ce qui est l’un des atouts de l’hôtel 4 étoiles avec piscine construit en surplomb du cimetière. Ce cimetière, qui fait aussi office d’espace vert public, s’étend de Bab el Mahrouq (porte du brûlé) à Bab Souk et est limité au sud par les murailles de la cité, au nord par une route récemment goudronnée, de l’autre côté de laquelle commence la forêt.

3Le troupeau d’Hajja Rachida est modeste, une quinzaine de têtes au plus parmi lesquelles deux boucs, modestie qui est d’ailleurs partagée par la plupart des éleveuses que j’ai rencontrées. L’élevage caprin diminue au rythme de l’urbanisation de la ville et des ajustements en termes de réglementation. Au début des années 80, la ville ne comptait plus que 58 éleveurs producteurs de lait (El Dahan, 1997). De nos jours, une dissociation existe entre l’élevage urbain et l’élevage péri-urbain. L’élevage caprin urbain est une activité familiale de petite ampleur avec une forte implication des femmes, alors que l’élevage péri-urbain est une activité essentiellement masculine en voie de professionnalisation. La configuration sociologique actuelle de l’élevage à Chefchaouen est ainsi schématiquement la suivante : d’une part, quelques individus, surtout des femmes, habitant en ville et dont l’étable est l’une des pièces de leur demeure, maintenant une activité familiale jouant un rôle complémentaire dans les ressources du foyer, et, d’autre part, des hommes qui habitent en ville mais dont les chèvreries sont à l’extérieur du périmètre urbain. Les pratiques masculines de l’élevage incarnent un mouvement de professionnalisation de l’activité (organisation institutionnalisée) et de spécialisation vers la production laitière. Cette configuration actuelle est le fruit de divers changements initiés dans les années 80. En 1982, sous l’influence du pacha, le conseil municipal décide d’interdire la présence des chèvres et des chèvreries en ville pour des questions d’hygiène, de salubrité publique et d’aménagement urbain. Cela suscite une nette réduction de l’élevage et une dynamique d’extériorisation de l’activité. Il est à noter également que l’urbanisation grandissante et l’étalement de la ville ont progressivement contraint les éleveurs et leurs troupeaux à parcourir des distances toujours un peu plus longues pour rejoindre les zones de parcours, éloignement qui s’accompagne d’une masculinisation de l’élevage. Une dynamique associative et développementaliste s’est alors mise en place autour de l’élevage de chèvres (ANOC, ADL, ACEC, etc.). Divers projets de développement se sont intéressés à la question de la chèvre, notamment pour la gestion et l’amélioration des races et pour la valorisation des produits issus de l’élevage. Dans cette optique a été créée une fromagerie à laquelle la majorité des éleveurs péri-urbains revendent l’ensemble de leur production de lait pour la confection d’un fromage frais de chèvre, « jben d’Chaouen », exporté pour l’essentiel dans les grandes villes du royaume. Si ces diverses initiatives témoignent d’une dynamique de patrimonialisation de la chèvre à Chefchaouen, elles poussent les éleveurs et les éleveuses à renouveler leurs pratiques. Malgré l’interdiction des chèvreries dans la ville, la tolérance est forte, de sorte que quelques éleveuses peuvent encore pratiquer l’élevage. Ainsi des quartiers historiques aux petites fermes autour de la ville en passant par les quartiers récents de la ville extra muros, les bêlements des chèvres et des boucs font partie de la trame urbaine et du paysage sonore et architectural de Chefchaouen.

4Originaire de la région des Ghzawa, cela fait quarante-cinq ans qu’Hajja Rachida habite à Chaouen, trente ans qu’elle y a des chèvres. A la question de savoir comment elle en est venue à être une éleveuse en ville, Hajja Rachida explique : « Ceux qui font de l’élevage sont ceux qui ont l’esprit de l’agriculture. L’élevage est un loisir, comme le loisir de la photographie. Parmi les loisirs, il y a celui qui aime l’élevage, celui qui aime la photographie, celui qui aime le commerce. Jusqu’à que je me marie, nous avions des animaux d’élevage chez nous : des poules, des vaches et des chèvres. Après, je me suis mariée et je suis venue à Chaouen. Je suis restée à la maison avec les enfants durant dix ans. Mais les conditions ne me plaisaient pas, et je suis tombée malade et j’ai eu des allergies. J’ai essayé plusieurs médicaments mais sans succès. Je suis allée consulter un médecin espagnol. Il m’a conseillé de prendre des animaux d’élevage, car mon loisir à moi c’est l’élevage. J’ai acheté une chèvre, ensuite une brebis et le troupeau s’est développé. »

5Pour cette éleveuse, la reprise de l’élevage ne constitue pas en soi la volonté de réifier un mode de vie ou une identité rurale mais plutôt un mode d’être pensée et vécue comme une nécessité vitale pour son existence individuelle puisqu’il est ici associé à une guérison. Être éleveuse est, dans ce cas précis, un moyen de déjouer un mode de vie urbain auquel tous les individus ne peuvent s’acclimater. Certes, l’explicitation des raisons d’être éleveuse sous le registre de la maladie lui est spécifique, mais les vertus médicinales des chèvres, notamment sur l’asthme et les allergies respiratoires, sont largement reconnues dans la ville, et nombreuses sont les éleveuses à exprimer le bien-être et les bénéfices de l’activité sur leur santé. Ce qui, sans aucun doute, est commun à l’ensemble des praticiens de ce métier, est que le troupeau s’apparente à un « compte en banque sur pattes ». C’est une ressource potentiellement traduisible en monnaie sonnante et trébuchante et dans laquelle il est possible de puiser ponctuellement selon les besoins du moment. Si pour tous les éleveurs et les éleveuses rencontrés élever des chèvres et les faire grandir a une résonnance forte en termes de responsabilité et implique un rapport spécifique à l’environnement et à l’animal, les raisons qu’ils énoncent d’être éleveurs sont diverses et liées aux trajectoires de vie individuelles. Rachid, ancien boucher devenu éleveur et artisan tisserand, a pris des chèvres le jour où il a arrêté de fumer du cannabis et exprime son rapport à l’élevage et aux animaux sous forme de dépendance ; pour Aïcha, venue de l’un des villages voisins avec son mari, ses enfants et ses chèvres il y a plus de vingt-cinq ans, être éleveuse en ville est clairement une réactualisation du mode de vie rural en ville ; pour Fatima, avoir quelques chèvre constitue une survie matérielle et symbolique face à la modestie de son foyer et à la marginalité sociale dont elle est l’objet ; pour Zohra, prendre des chèvres est un moyen de gagner en autonomie. Dès lors que son mari a pris une seconde épouse plus jeune, son statut familial s’en est trouvé modifié. Gérer elle-même son propre troupeau lui a ainsi permis de s’autonomiser et de « s’affranchir ». Mohamed, quant à lui, a choisi de poursuivre l’activité parentale par amour du métier et des bêtes tout en étant professeur. Entre une valorisation du statut d’enseignant et une dévalorisation de l’activité d’élevage et du statut de berger, il fait figure d’équilibriste entre ces valeurs sociales contradictoires. Si les pratiques associées à l’élevage sont globalement partagées au sein de la dichotomie urbain-féminin / périurbain-masculin, l’hétérogénéité est de mise sur ce qui pousse à être éleveur aujourd’hui à Chefchaouen.

6Tout en suivant ses chèvres qui la devancent, Hajja Rachida ne se lasse pas de me faire partager son expérience. Être éleveuse n’a pas toujours été son unique activité. Aujourd’hui retraitée, elle a longtemps travaillé dans l’administration, organisant ses journées entre recherche de fourrage le matin, éducation des enfants, travail salarié et pâture des chèvres en fin de journée. Ses deux filles sont aujourd’hui mariées, seul son fils vit encore avec elle. Elle déplore son inactivité domestique et professionnelle. Inactivité certes due à l’ampleur du chômage des jeunes au Maroc mais qu’elle regrette profondément concernant l’élevage. Comme les autres jeunes hommes de sa génération, il refuse d’être éleveur. Le métier est aujourd’hui dévalorisé. « Seules les vieilles femmes comme nous le font, car c’est éreintant, les jeunes ne veulent pas assumer cette responsabilité, et ils se plaignent des mauvaises odeurs, des mouches et de la saleté. Avant, à Chaouen, beaucoup de personnes avaient des chèvres, c’était presque comme à la campagne. Maintenant cela devient rare, plus personne ne s’intéresse aux chèvres. » Tous les individus rencontrés et interrogés au sujet de l’ancienneté de l’élevage en ville en font une activité ancestrale, ce qui est tout à fait probable au regard des caractéristiques de la ville, de son histoire et de son isolement géographique. Ils ajoutent que l’élevage caprin en ville était bien plus présent hier qu’il ne l’est aujourd’hui. Malgré l’ancrage historique de l’activité, son importance est aujourd’hui minimisée et son image dévalorisée. D’une activité dont la légitimité citadine était autrefois acquise, elle est devenue une activité gênante, bruyante et empreinte de ruralité. Cette perte de légitimité citadine et l’exacerbation du caractère rural de l’élevage sont à mon sens le fruit d’un processus qui fait évoluer la ville d’un modèle citadin vers un modèle urbain et illustre l’émergence d’une nouvelle urbanité, bien plus qu’un caractère propre à l’élevage par essence. Il existe actuellement de fortes variations quant aux images véhiculées de l’activité pastorale. Quand bien même l’activité peut être discursivement valorisée en référence à Dieu et au prophète qui fut lui-même gardien de troupeau, l’ambivalence est permanente sur la valeur donnée à cette activité souvent perçue de manière péjorative. Certes, cela est dû au milieu social et au faible niveau de vie auquel elle est rattachée, mais cela est plus précisément lié à son caractère laborieux et au référent paysan auquel elle renvoie, avec tout ce que cela peut contenir de moquerie et de mépris. Bien que cette ambivalence soit résolue dans l’assiette des urbains qui reconnaissent et valorisent par leur pratique alimentaire les savoir-faire des éleveurs, l’élevage reste une activité non enviable pour soi ou pour ses proches. Être berger est en effet la seule chose qu’un mauvais élève ou un cancre pourront faire : « Sir d’raha ! », voici l’exclamation répétée sur les bancs de l’école à ceux qui ne sont pas faits pour y apprendre quoique ce soit. Autre aspect qui pèse sur la figure des éleveuses : une ruralité qui semble ne plus avoir sa place aujourd’hui en ville. Au-delà d’un lien plus ou moins fort avec le monde rural, les caractéristiques des pratiques quotidiennes de l’élevage sont en effet comparables au quotidien des femmes en zone rurale. Chaque jour, elles vaquent à l’extérieur de la maison et de l’espace bâti entre recherche de fourrage et pâture des troupeaux. Quant au monde animal, il fait partie intégrante de l’univers domestique puisque l’étable est une pièce de leur maison. L’extériorité de leurs pratiques et la proximité avec le monde animal les distinguent des autres habitantes de la ville qui, quand bien même elles travaillent, restent dans la ville, dans l’espace urbanisé. Ces traits sont, en quelque sorte, l’opposé du type citadin féminin et de son idéal maîtrisant les codes de l’urbanité.

7Hajja Rachida distingue d’autres chèvres, celles de Zohra me dit-elle. Quelques secondes plus tard, nous l’apercevons assise sur une pierre à l’ombre, surveillant du regard son troupeau. « C’est pour cela que les chèvres ont foncé, dit-elle, elles ont vu les chèvres de Zohra. Elles ont l’habitude d’être ensemble. » Zohra, aujourd’hui seule, est normalement accompagnée de Leïla. À la différence d’Hajja Rachida, aujourd’hui veuve, l’élevage est pour Zohra une activité qui concerne plusieurs membres de sa famille avec une répartition des tâches selon les espèces élevées et leurs propriétaires : les chèvres sont à Zohra, les poules et les ânes au chef de famille dont les fils ont la charge, les vaches à la seconde épouse. Bien que les sorties de pâture ne soient pas collectivement organisées selon leurs affinités, les éleveuses se retrouvent presque chaque jour. Les habitudes et les rythmes de chacune sont connus de toutes, et il existe des préférences individuelles concernant les trajectoires empruntées et les points d’arrêt même s’ils sont peu nombreux. Les éleveuses constituent parfois des petits groupes de sociabilité lors des pâtures : parfois certaines se regroupent à deux ou trois et restent ensemble, mais le plus souvent chacune évolue à son rythme, et les éleveuses se rencontrent et partagent un moment ensemble au détour des rencontres. Cette organisation, ni vraiment collective, ni vraiment individuelle, diffère des pratiques plus anciennes. Aujourd’hui, la répartition des zones de pâturage au sein du cimetière parmi les éleveuses semble répondre à une organisation non formelle et sous-jacente avec une forme d’individualisation des zones de parcours et une connaissance fine des habitudes de chacune. Après de brefs échanges de nouvelles et face à l’auditrice attentive que je suis, les deux femmes évoquent le temps des sorties collectives en montagne. Les éleveuses encore en activité et celles aujourd’hui à la retraite font à ce sujet un récit nostalgique du temps où elles sortaient pour la journée entière en forêt par petits groupes, partageant la garde du troupeau, leurs repas et des moments de sociabilité prolongés. A cette teinte nostalgique se mêle l’image d’abondance qu’offrait alors la forêt en termes de diversité des ressources végétales disponibles. Le site de Sidi Abdelhamid n’offre que de modestes ressources alimentaires aux chèvres, et les compléments industriels sont une nécessité quotidienne. Mais ce site est le seul espace où les femmes peuvent encore évoluer avec leurs bêtes, la dernière frange qui leur est accessible et à laquelle elles doivent, par défaut, se cantonner. On assiste aujourd’hui à un double mouvement concernant les espaces de parcours : une rétractation des zones de pâtures aux proches abords de la ville et, inversement, un éloignement vers les espaces forestiers concomitants, voire au-delà du péri-urbain. Que le cimetière de Sidi Abdelhamid soit devenu un espace de pâturage est un fait récent, approximativement une dizaine d’années. Cela est lié notamment à l’interdiction des pratiques pastorales en forêt suite à la création du Parc national de Talassemtane en 2004. Voué notamment à la préservation de la biodiversité, le parc débute au pied de la ville, juste de l’autre côté de l’hôtel. Les éleveurs et les éleveuses qui avaient pour habitude de faire pâturer leur troupeau dans ce secteur ont été contraints soit de s’éloigner davantage et d’installer leurs chèvreries en montagne, configuration improbable pour des femmes gérant seules leur troupeau, soit de se cantonner à l’espace entre la forêt et la ville, entre la route et les murailles de la cité, le cimetière.

8Le cimetière de Sidi Abdelhamid fait figure d’espace vert public bien plus que d’espace sanctuaire. Les éleveuses ne sont pas les seules à évoluer sur ce site, d’autres pratiques et activités y prennent place. Par définition c’est un espace d’ordre religieux (inhumation et visites hebdomadaires aux défunts). C’est également le lieu de diverses sociabilités qui soit se font à la marge du cimetière (sociabilité féminine de quartier le long des murailles et jeux d’enfants) soit sont socialement en marge (lieux de rendez-vous des jeunes couples et de retrouvailles entre amis venant parfois y consommer des substances illicites tels l’alcool et le cannabis), ou encore d’individus errants qualifiés de majnun. A Chefchaouen comme dans le reste du Maroc, les cimetières sont des espaces rituels et des espaces publics. Alors qu’à Salé, par exemple, les cimetières urbains ont été et sont encore des espaces forts de sociabilité lors des visites familiales aux défunts ou lors d’activités de loisirs (Philifert, 2002), les pratiques décrites en amont sont certes diversifiées, mais elles sont loin d’être communes à l’ensemble des habitants de la ville. Elles sont ponctuelles et ne concernent que quelques individus, réunis en petit groupe, qui, quand ils ne cherchent pas à être spécifiquement à l’abri des regards pour échapper au contrôle social, ne s’inscrivent pas dans le cimetière à proprement parler. Les femmes du quartier restent à proximité de la muraille, à l’ombre, pendant que les passants ne font que passer. Quant aux visites aux défunts, c’est une pratique qui se raréfie et qui ne concerne que quelques femmes, le plus souvent venues seules, le temps d’une prière et du nettoyage des tombes. L’activité pastorale est donc la seule activité répétée et régulière qui s’inscrit dans la durée et dans le quotidien du cimetière. Ainsi, bien que d’autres activités et d’autres individus soient amenés à être dans le cimetière pour divers motifs, la pratique du cimetière comme espace de pâture se distingue des autres ; en somme, elle est singulière.

9Que le cimetière soit un espace de pâturage semble être une configuration originale par rapport aux autres pratiques pastorales décrites dans la littérature consultée sur les cimetières au Maroc. En tant que lieu des morts, c’est un espace rituel d’ordre religieux, ce qui détermine un certain nombre de bonnes pratiques faisant écho à des valeurs et à des normes collectives d’appréhension du lieu (état de propreté rituelle pour la visite aux défunts, prononciation de phrases rituelles en entrant dans l’espace du cimetière, interdiction de marcher sur les tombes, etc.). Que l’argument soit posé en référence à l’islam (seul l’entretien des tombes est autorisé par exemple) ou aux aspects néfastes pour les caprins (espace restreint et rareté des ressources non diversifiées), une diversité de discours répandus dans la ville font de cette pratique pastorale dans le cimetière une activité pas tout à fait légitime, sans pour autant qu’elle soit l’objet de contestations ouvertes ou de conflits avérés. Cette illégitimité sous-jacente agissant comme un non-dit est incorporée par les éleveuses elles-mêmes. Conscientes que cette situation est loin d’être idéale pour elles comme pour leurs chèvres, elles n’ont pas d’autres solutions. Les politiques et les projets menés en matière de chèvres ne leur en offrent aucune : la forêt leur est interdite, et l’installation des chèvreries en zones péri-urbaines est synonyme d’arrêt imminent de leurs activités : sans autres membres de leur famille prêts à prendre le relais, elles ne peuvent faire seules d’aussi longs trajets. Pour pallier leur présence quotidienne dans le cimetière, je vois dans leurs discours et dans leurs actes deux manières de réguler cette question de la norme. C’est à la fois à travers les trajectoires qu’elles empruntent chaque jour et en désignant l’illégitimité sur d’autres individus qu’elles repoussent un peu plus loin les frontières du normé. Au vue de l’étroitesse de l’espace, les parcours empruntés sont pluriels mais restreints et sont distincts selon les femmes, les moments et les heures de la journée. Plusieurs circuits sont ainsi empruntés, et de par la nature de l’activité pastorale, les éleveuses sont continuellement en mouvement. C’est là l’argument systématique pour légitimer leur présence dans le cimetière quand je les interroge à ce sujet : elles ne font que passer, que circuler. Elles ne sont pas pour autant continuellement en mouvement. Bien qu’elles s’arrêtent à plusieurs reprises, elles prennent soin de ne pas s’asseoir à proximité des tombes mais uniquement aux abords du cimetière, à proximité de la route, de l’hôtel, des murailles ou encore en surplomb. En somme, elles ne font que traverser le cimetière. Quand bien même elles s’arrêtent le temps que les chèvres broutent, elles restent debout lorsqu’elles sont au cœur du cimetière. Un jeu sur les lieux d’arrêt et sur les trajectoires empruntées permet en somme de réajuster ce qui est considéré comme légitime et socialement acceptable. Il s’agit au final d’être dans le cimetière sans vraiment y être puisqu’il s’agit de le traverser, de le parcourir en permanence. Bien plus, réajuster la norme pour légitimer une pratique qui au départ ne l’était pas, c’est aussi redéfinir la marginalité ou ce qui est illégitime pour s’en distinguer. Elles font reposer le caractère illégitime sur les couples d’amoureux, les petits groupes de jeunes hommes et les enfants jouant à proximité des tombes. Elles, en tant qu’éleveuses, ont au contraire un bon prétexte, un prétexte légitime d’être là puisqu’il s’agit de faire pâturer leurs bêtes. Et parmi les éleveuses, l’une en particulier est désignée comme bouc émissaire permettant au reste du groupe de négocier sa place face à la norme et d’être du bon côté de la frontière de ce qui est tolérable ou non. Il s’agit de Fatima, que nous apercevons au loin alors que nous prenons doucement le chemin du retour. Zohra, un tant soit peu virulente, s’exclame : « Ah, tu as vu Fatima ? Elle monte là-bas alors que ces chèvres sont ici. Elle reste tout le temps à une même place pendant que ces chèvres vont un peu partout. Elle reste assise ici ou là, juste avec son bâton qu’elle agite. Les chèvres mangent et ensuite elle retourne chez elle. Toujours au même endroit, et elle ne surveille pas ce que mangent les chèvres, ici il y a les déchets. La dernière fois, j’en ai vu une manger un sac en plastique. Je lui ai dit mais elle n’a rien changé depuis. » Les critiques qui lui sont là adressées valent à la fois pour la bonne santé des bêtes et pour sa pratique même du cimetière. Faisant preuve de peu de mobilité au sein de cet espace, ses trajectoires sont réduites et systématiquement les mêmes. Ses chèvres vont et viennent alors qu’elle reste des heures durant assise sur une tombe ou à proximité de l’une d’entre elles.

10Le maghrib approche, je salue Zohra et Hajja Rachida pour aller rejoindre Fatima. Elle disperse les derniers morceaux de pain sec pour être sûre que ses bêtes rentrent repues. Ses moyens sont si modestes qu’elle est obligée de donner à ses chèvres ce que d’autres réservent aux poules. C’est aussi un moyen de rassembler le troupeau avant de regagner la ville. Alors que les autres éleveuses ne sont plus que des silhouettes franchissant les portes de la médina, Fatima est comme chaque fois la dernière à rentrer. Elle maximise le temps de parcours car elle n’emmène pâturer ses chèvres qu’une seule fois par jour. Ses douleurs articulaires l’empêchent de faire plus, et son statut social de femme veuve la contraint à assumer seule sa fille devenue mentalement malade après la mort de son mari et de ses deux enfants causée, dit-on, par le mauvais œil. Fatima survit grâce à l’aide d’un fils militaire dans le sud du Maroc et aux quelques ventes ponctuelles de ses chèvres. Une partie du troupeau a déjà rejoint les ruelles de la médina, alors que Fatima tente de rameuter les retardataires. Elle ne peut attendre plus, elles retrouveront seules le chemin de l’étable m’assure-t-elle. Nous pressons désormais le pas pour rejoindre les chèvres déjà bien avancées. A peine franchie Bab el Mahrouq, des voix de femmes insultant les chèvres se font entendre. Certaines se sont encore une fois empressées d’aller manger les feuilles de figuier de l’un des derniers jardins intra muros. Ce soir encore, les insultes fusent, et le mécontentement se déverse sur Fatima à qui il est reproché de ne pas savoir tenir ses bêtes. La tension est vive, Fatima s’excuse et réplique, agacée, tout en reprenant la directive du troupeau. Des enfants du voisinage se chargeront de ramener les dernières chèvres, alors que Fatima continue sa marche pour aller ouvrir la porte de l’étable aux chèvres qui l’y attendent déjà.

11L’investigation des cimetières par les éleveuses et leurs chèvres est une image forte à l’heure de la régression voire de la mort de l’élevage caprin féminin et intra-urbain à Chefchaouen. La pâture dans ce cimetière est une belle illustration de cette pratique qui se donne à voir comme une survivance. Si le cimetière est un espace de parcours pas tout à fait légitime, il n’est pas non plus un espace viable et pérenne pour l’élevage. Les éleveuses sont lucides, peut-être encore quelques années de répit, mais la dégradation des ressources et les nouveaux aménagements en cours dans le cimetière (clôture en cours, goudronnage, réaménagement d’espaces viables pour de nouvelles inhumations) ne leur laissent comme espoir que celui de poursuivre l’activité tant que la nécessité les y poussera. Les usages faits du cimetière par les éleveuses de chèvres sont également révélateurs de processus de positionnement social et de négociation de la norme sociale. Le réajustement de la marge permet ici le maintien d’une certaine légitimité. De plus, les pratiques qui se laissent entrevoir dans ce cimetière sont certainement aussi le révélateur de logiques urbaines et de nouvelles définitions du rapport aux espaces, aux morts et à l’urbanité. Néanmoins, si les chèvres n’ont plus leur place au sein même de la ville, leur participation à l’économie et à l’image de la ville est quant à elle certaine. L’élevage de chèvres à Chefchaouen a de beaux jours devant lui si l’on porte attention aux divers projets dont il est l’objet. Il se joue désormais à l’extérieur de la ville, les acteurs étant essentiellement des hommes et la visée, celle du fromage qui peu à peu participe de la renommée de la ville et de la région jbala. À travers ce focus sur l’élevage urbain se dessinent également les dynamiques propres au développement économique et urbain ainsi que l’évolution des représentations collectives en matière animale : d’un côté, le rapport à l’animal tend à se spécialiser et à se confiner aux seuls praticiens désormais professionnalisés, de l’autre côté, les habitants de la ville semblent être de plus en plus éloignés et déconnectés de cette activité qui, bien qu’elle se joue toujours dans le périmètre de la ville, se profile comme un univers à part.

Bibliographie

El Dahan M., « Chaouen et sa région », thèse de géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université de Tours, 1997.

Mohamer J., « Les transformations sociales et spatiales d’une petite ville marocaine : exemple de Chefchaouen », thèse de géographie sous la dir. De J.P. Laborie, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994.

Mamourn N., La Médina de Chefchaouen : étude architecturale, Rabat, Direction de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’environnement, 1988.

Philifert P., « Aller au cimetière à Salé (Maroc) : les nouvelles dimensions de pratiques sociales en déclin », Espaces et sociétés, n° 108-109, 2002, p. 197-215.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable