Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 8. Tendances économiques et pratiques de travail

L’état de l’économie marocaine : un potentiel de développement réel mais contraint

Fouzi Mourji et Hicham Masmoudi

Texte intégral

1La démarche globale que nous adopterons dans ce chapitre est positive et non normative dans le sens où nous nous efforçons de nous baser sur les faits. Quatre sections composent ce chapitre, pour donner une vision globale de l’économie marocaine et de ses perspectives, des politiques qui sont mises en œuvre et des défis à relever. La première se situe d’abord au niveau macroéconomique et discute des composantes de la croissance et de leur évolution ainsi que de celles de la contribution des secteurs. Elle observe ensuite comment les fruits de cette croissance sont répartis et présente alors les caractéristiques du marché du travail pour mieux examiner les indicateurs de développement humain et les inégalités. Le dernier volet porte sur le secteur informel qui vient se greffer sur les insuffisances des rythmes de croissance et sur la persistance des poches de pauvreté. La seconde section décrit la position extérieure du Maroc et la qualité de son insertion dans les échanges internationaux ; la troisième est consacrée à la situation budgétaire avec ses enjeux et les défis qui lui sont inhérents. Enfin, la dernière traite de la politique monétaire.

2Ainsi, la logique générale de la trame de ce chapitre consiste à décrire dans un premier temps les diverses réalités de l’économie marocaine et, dans un second, les politiques qui en sont à l’origine et qui visent à en pallier les lacunes. Dans cet ouvrage qui traite de plusieurs domaines, l’espace dédié à chacun est nécessairement limité, ce qui ne permet pas toujours d’analyser en profondeur les raisons des réalités décrites.

La situation macroéconomique et sociale

Les caractéristiques de la croissance économique du Maroc

3Il s’agit, ici, de mettre successivement l’accent sur les tendances du rythme de la croissance économique, de voir la contribution différenciée et évolutive de ses composantes et, enfin, d’expliciter les nouveaux secteurs qui en sont les principaux moteurs.

  • 1 Selon les dernières statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP), le PIB au Maroc s’est établi à (...)
  • 2 L’output gap est le pourcentage d’écart entre le PIB réel et le PIB potentiel. Celui-ci est estimé (...)
  • 3 Cette volatilité a pendant longtemps été nuisible à la stabilité socio-économique et a contribué co (...)

4Durant les deux dernières décennies, l’économie marocaine1 a été marquée par d’importantes transformations structurelles, qui se sont manifestées par des changements du rythme, et un nouveau palier de croissance semble être atteint. Sur la période 2003-2013, la croissance s’est située en moyenne à 4,6 % par an, à comparer au taux de 3 % enregistré en moyenne entre 1992-2002, et ce, en dépit des contraintes inhérentes aux années de sécheresse (2005 et 2007) et aux perturbations au niveau international (HCP, 2013). On peut affirmer que l’activité économique s’est inscrite dans un cycle de croissance de longue période, soit près de 54 trimestres successifs de hausse, contrairement à la décennie 1990 connue par ses cycles courts. Notons par ailleurs que l’estimation de l’output gap2 non agricole continue de donner des valeurs négatives, dénotant ainsi que la croissance non agricole se situe en-dessous de son potentiel. Nous relevons que la consolidation de la croissance s’est accompagnée d’une baisse notable de sa volatilité3 ; ainsi, l’écart-type du taux de variation du PIB trimestriel est revenu de 6,3 sur la période 1992-2002 à 1,6 sur la période 2003-2013.

Graphique 1 : Croissance économique (en %)

Graphique 1 : Croissance économique (en %)

Source : Graphique élaboré à partir des données du HCP et d’Eurostat.

5Nous relevons également que la croissance économique a connu sur la deuxième partie des années considérées une sensibilité de plus en plus forte aux fluctuations cycliques des principaux partenaires européens (France, Espagne, Allemagne, Italie et Grande-Bretagne). Le cycle économique au Maroc est de plus en plus synchronisé avec celui de ces pays. Cet arrimage s’explique par leur importance dans les flux des échanges commerciaux, des transferts et des investissements ; ils sont les premiers clients, fournisseurs, investisseurs, partenaires en matière de coopération financière et pourvoyeurs de touristes.

6Ainsi, la crise financière et économique de 2008-2009 a affecté la croissance au Maroc (revenue de 5,6 % en 2008 à 4,8 % en 2009 et à 3,6 % en 2010). La dégradation de l’activité économique chez les pays partenaires, s’est transmise avec un décalage via quatre principaux canaux, à savoir la demande étrangère adressée au Maroc, les recettes touristiques, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et les investissements directs étrangers (IDE). Le décalage dans la transmission a pu faire croire à une meilleure capacité de résilience de l’économie marocaine ; il nous semble qu’il s’explique davantage par le caractère encore abrité du tissu productif marocain (agriculture, bâtiment et travaux publics (BTP) et services) et par le marché financier, non encore interpénétré avec l’international. En fait, la première phase de la crise s’est accompagnée d’une baisse des prix des matières premières et de l’énergie, à côté de la dynamique désinflationniste des principaux partenaires du Maroc ; les prix à l’importation avaient donc baissé. L’amélioration « mécanique » des termes de l’échange a permis de compenser en partie au moins les effets récessifs de la crise. Il ne s’agit donc pas à proprement parler de résilience mais plutôt un signe d’une encore faible intégration de l’économie.

7Pour les perspectives, dans sa mise à jour des prévisions d’avril 2014, le Fonds monétaire international (FMI) table sur un rétablissement continu de l’activité économique au Maroc. Il prévoit une légère décélération de la croissance à 3,9 % en 2014 (corrigée en octobre à 3,5) avant d’augmenter à 4,9 % en 2015 (ramenée en octobre à 4,7) et de poursuivre la hausse pour atteindre 5,6 % en 2019. Selon l’institution, l’activité économique au Maroc restera soutenue par la performance progressive des secteurs non agricoles en relation avec les réformes mises en œuvre pour soutenir la diversification économique. Ces rythmes demeurent inférieurs à celui requis pour atténuer le chômage et que nous estimons à 7 % : 3 % pour absorber le flux des personnes qui arrivent sur le marché du travail (effet démographie et tendance à la hausse du taux d’activité), 2 % compte des gains de productivité et 2 % pour entamer la résorption du stock des chômeurs et sous-employés.

8La transition de l’économie marocaine vers un sentier de croissance plus élevé est attribuable, notamment, au rôle moteur de la demande intérieure (consommation des ménages) et à l’effort d’investissement des secteurs privé et public.

  • 4 Le salaire minimum interprofessionnel garanti.

9Le dynamisme de la consommation des ménages est, notamment, expliqué par les augmentations du salaire minimum garanti (SMIG)4, les retombées des bonnes campagnes agricoles, la progression des transferts des MRE (ils représentent 9 % du PIB et sont particulièrement importants pour une strate de la population dont plus de 2 % passe au-dessus du seuil de pauvreté, du fait des bénéfices et des transferts) et la maîtrise de l’inflation. Ainsi, la consommation des ménages a enregistré une croissance moyenne de 4,7 % par an entre 2003 et 2013 contre 2,3 % entre 1992 et 2002. Elle s’est élevée en 2013 à près de 420 milliards de dirhams en nominale, soit 60 % du PIB (HCP, 2013).

10Pour ce qui est de l’investissement, le dynamisme de sa composante publique est lié à la politique budgétaire expansionniste qu’a connue le Maroc durant ces dernières années. De plus, le développement du secteur financier, l’amélioration progressive du marché des capitaux et la libéralisation du mode de financement du Trésor ont contribué à la hausse de l’investissement public et privé. Ce contexte favorable a donné lieu à un accroissement important des crédits bancaires à l’économie pour atteindre, à la fin 2013, un total de 747 milliards de dirhams, soit près de 85 % du PIB (Bank Al-Maghrib, 2013). Mais pour une appréciation correcte de cette tendance, il nous semble nécessaire d’analyser le fonctionnement de l’effet de levier que constituent les fonds propres des banques et leurs réserves à la banque centrale : cela aiderait à mieux évaluer l’effort réel des banques dans le financement de l’économie.

11La progression annuelle de la formation brute du capital fixe est passée de 4 % en moyenne entre 1992 et 2002 à près de 6 % entre 2003 et 2013, pour atteindre 203 milliards de dirhams à fin 2013 (23 % du PIB). L’épargne nationale a progressé de 10 % du PIB, pour passer de 24 % en moyenne durant la période 1992-2002 à 32 % du PIB entre 2003 et 2013. Cette évolution annonce une réduction du gap (qui était structurel) en besoin de financement (investissement) et capacité de financement (épargne).

12Le rythme relativement plus soutenu de la croissance économique s’est accompagné d’une diversification accrue de ses sources, avec notamment une tertiarisation progressive du tissu productif. En effet, les activités de service se sont renforcées ces dernières années, leur part dans la valeur ajoutée réelle totale passant de 52 % à la fin de la décennie 1990 à près de 57 % en 2013. La part de la valeur ajoutée des secteurs primaire (agriculture et pêche) et secondaire dans la production totale est revenue respectivement de 20 % et 28 % en 1998 à près de 19 % et 24 % en 2013 (HCP, 2013).

13Cette assez profonde transformation de l’économie marocaine recouvre des rythmes et des sens d’évolution différenciés, avec une forte volatilité du secteur primaire due aux différentes années de sécheresse qu’a connues le Maroc, une quasi-stagnation du rythme de croissance du secteur secondaire (près de 3,2 % en moyenne sur les périodes 1992-2002 et 2003-2013), alors que les activités tertiaires ont connu une accélération du rythme de progression, passant d’une moyenne de 3,5 % à 4,8 % sur les mêmes périodes (HCP, 2013).

Graphique 2 : Ventilation sectorielle du PIB entre 1980 et 2013 (en %)

Graphique 2 : Ventilation sectorielle du PIB entre 1980 et 2013 (en %)

Source : Graphiques élaborés à partir des données du HCP.

  • 5 On relève, par exemple, que les chiffres d’affaires des médecins progressent les semaines qui suive (...)

14La baisse de la contribution du secteur primaire, notamment l’agriculture, explique en partie la réduction de la volatilité de la croissance économique globale. Le PIB global a augmenté de 4,6 % en moyenne, entre 2003 et 2013, et de 5 % si l’on exclut les années 2005 et 2007 (mauvaises campagnes agricoles). La persistance de la sensibilité du PIB aux performances agricoles et par conséquent aux aléas climatiques est inhérente à plusieurs facteurs : i) l’importance de la population vivant en milieu rural, ii) un effet « psychologique », qui induit des comportements de thésaurisation pour précaution, même en milieu urbain5, avec des effets néfastes à la fois sur la consommation et sur l’investissement. Ces effets sont aggravés si l’on prend en compte les anticipations. En effet, du fait des relations inter-branches et inter-agents, l’ensemble des secteurs est impacté.

  • 6 Concernant plus particulièrement l’automobile, la signature, en janvier 2008, d’un accord-cadre ent (...)

15Le secteur secondaire a été, quant à lui, soutenu par le développement des activités manufacturières, et plus particulièrement les « nouveaux métiers mondiaux du Maroc » suite à la délocalisation de la sous-traitance dans les secteurs de l’automobile6, de l’aéronautique et de l’électronique. La condition concerne l’appropriation par les industriels marocains de la technologie du savoir, pour un impact réel sur la valeur ajoutée globale (et pas seulement sur l’emploi d’une main-d’œuvre peu ou pas qualifiée). Ce secteur a bénéficié également de l’essor de la branche minière, notamment les phosphates, principal produit d’exportation du Maroc, dont le cours international du brut a augmenté de 44 dollars la tonne en 2006 à 150 dollars en 2013, soit une hausse de 240 % (Banque mondiale, 2013). Avec des réserves équivalant à plus de la moitié des réserves mondiales, le Maroc reste le premier exportateur dans le monde et le troisième producteur de phosphate après les États-Unis et la Chine.

16Sur l’ensemble de la dernière décennie, le secteur des BTP a profité du lancement de programmes d’infrastructures de grande envergure : construction de logements avec des avantages fiscaux incitatifs pour les promoteurs immobiliers dans l’habitat social en particulier, réalisation d’autoroutes, de ports, de zones industrielles et touristiques, etc. De même, la production en habitat a marqué une progression importante, notamment au niveau des unités d’habitat social et économique.

  • 7 La stratégie Tourisme vision 2010 portait principalement sur la libéralisation du transport aérien (...)
  • 8 L’accord Open-Sky a été signé en 2006 entre le Maroc et l’Union européenne afin de permettre la lib (...)

17L’amélioration de la croissance du secteur tertiaire durant ces deux dernières décennies a concerné la plupart des branches d’activité. Le secteur touristique a connu un réel essor avec une progression des arrivées de touristes, atteignant plus de 10 millions de visiteurs (objectif annoncé dans le cadre du plan Tourisme vision 20107). La croissance des activités tertiaires a été également tirée par le secteur des transports qui a fait l’objet de différentes réformes, dont une au niveau du transport aérien qui a bénéficié de l’accord Open-Sky8 entre le Maroc et l’Union européenne (UE). Quant au secteur Postes et télécommunications, il a enregistré également de bonnes performances tirées par l’essor important des nouvelles technologies de l’information. Cette performance est attribuable en grande partie à la vision stratégique pour le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) 2006-2012, qui a permis d’intégrer les TIC au sein d’un grand nombre d’entreprises pour améliorer leur compétitivité et d’augmenter considérablement le nombre d’abonnés à l’internet.

  • 9 La stratégie Plan Maroc Vert, lancée en avril 2008, a pour objectif de répondre aux enjeux stratégi (...)
  • 10 La nouvelle stratégie d’accélération industrielle prévoit la mise en place d’un fonds de développem (...)
  • 11 Initié par le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies (MICNT), le Plan (...)

18Sur les moyen et long termes, la consolidation de la performance des différentes branches d’activité reste conditionnée par la poursuite, le renforcement et l’accélération de l’ensemble des réformes et stratégies sectorielles. Le secteur primaire, avec sa composante agricole et élevage, est en passe d’être moins sensible aux aléas climatiques, si les stratégies annoncées dans le Plan Maroc Vert9 sont mises en œuvre de façon rigoureuse et efficace, pas uniquement en assurant les dépenses prévues mais également au niveau des procédures d’application. Ceci devrait concerner également les programmes de protection du cheptel, les actions engagées dans le cadre du projet de modernisation de la pêche côtière et la mise à niveau des industries de transformation des produits de la mer. Le maintien et le renforcement des activités manufacturières demeurent tributaires des conditions d’élaboration et de mise en œuvre des engagements annoncés dans le cadre de la nouvelle stratégie d’accélération industrielle10, qui s’inscrit dans la continuité du Plan Emergence, ainsi que de la poursuite du soutien aux « nouveaux métiers mondiaux du Maroc », notamment par la création de nouvelles zones spécifiques pour ces activité, avec un dispositif incitatif attrayant. Par ailleurs, le développement du secteur des phosphates reste dépendant de l’efficacité de la nouvelle stratégie engagée par de l’Office chérifien des phosphates (OCP) et qui vise à faire passer la production de phosphate brut de 28 à 47 millions de tonnes à l’horizon 2020, dont environ 80 % (34 millions de tonnes contre 13 actuellement) sera transformé localement. Quant à la stratégie Tourisme vision 2020, elle devrait capitaliser sur les acquis et l’expérience de la Vision 2010, afin de faire progresser considérablement les arrivées touristiques tout en augmentant la capacité d’hébergement. De même, la croissance des activités liées au commerce devrait se poursuivre en cas d’accélération de la mise en œuvre de la stratégie Plan Rawaj vision 202011. Notons cependant que la qualité de la coordination et, surtout, la recherche de complémentarité entre ces programmes constituent (comme le stipulent les théories de la croissance) une condition primordiale pour réaliser des rendements croissants qui permettraient le passage à un palier de croissance plus élevé.

Les indicateurs relatifs au développement humain et aux inégalités sociales

19En dépit du passage à un pallier plus élevé de performance économique et de l’atténuation de la volatilité du PIB, la croissance demeure insuffisante pour, d’une part, résorber le volume important des chômeurs, notamment parmi les jeunes et, d’autre part, favoriser le développement humain et réduire significativement la pauvreté et les inégalités.

20Le taux de chômage a enregistré une baisse au cours de la dernière décennie ; mais le marché du travail connaît la persistance de déséquilibres inquiétants. L’emploi des jeunes en général et des jeunes diplômés en particulier reste pour les autorités marocaines l’un des défis majeurs à relever.

21A l’instar des pays en transition démographique, la population marocaine reste composée essentiellement de jeunes, ceux ayant entre 15 et 34 ans représentent en 2013 près de 40 %. Si l’on retient le seuil de 25 ans comme seuil entre les adultes et les jeunes, il apparaît que 46 % de la population marocaine peut être considérée comme jeune. Les dernières données disponibles de l’enquête de l’emploi du HCP (2013) montrent que la population active totale est de l’ordre de 11,7 millions de personnes, dont 74 % des hommes et seulement 26 % des femmes. La tranche des 15-24 ans représente près de 18 % de ce total. En moyenne, sur la période 1999-2013, la décomposition de la population active donne une répartition quasi égale entre milieu urbain et milieu rural. On relève aussi sur la décennie un recul de la part de l’emploi agricole au profit des activités de services et des BTP.

22En 1999, le nombre de personnes au chômage s’élevait à 1 432 000, dont plus des deux tiers d’hommes, étant donné leur taux de participation au marché du travail plus élevé. En l’espace de 13 ans, cet effectif s’est réduit du tiers pour atteindre à peine 1 million en 2013. De ce fait, le taux de chômage est revenu de près de 13,9 % en 1999 à 9,2 % en 2013, avec un rythme de baisse comparable pour les hommes et les femmes (HCP, 2013). Mais, comme le suggère Y. Tamsamani (2014), il convient d’observer en parallèle le taux d’activité pour éviter le risque d’un biais d’approche inhérent à l’effet d’inflexion (la sortie du marché du travail des « découragés », par exemple, baisse artificiellement le taux de chômage).

Graphique 3 : Evolution du taux de chômage global (en %)

Graphique 3 : Evolution du taux de chômage global (en %)

Graphique 4 : Evolution du taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans (en %)

Graphique 4 : Evolution du taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans (en %)

Source : Graphiques élaborés à partir des données du HCP.

23L’investissement en capital humain ne semble pas avoir les retombées usuellement escomptées (Becker, 1993). En effet, le marché du travail au Maroc reste caractérisé par un niveau élevé du taux de chômage des diplômés : autour de 19 % pour les diplômés ayant au moins le DEUG et près de 15 % pour le niveau moyen, contre seulement 4 % pour la population active sans diplôme. En outre, les parts des chômeurs n’ayant jamais travaillé et ceux de longue durée (douze mois et plus) restent élevées, soit près de 52 % et de 65 % respectivement en 2013 (HCP, 2013).

24Le nombre de chômeurs âgés de 15 à 24 ans s’est établi aux alentours de 400 000 personnes, ce qui représente près de 40 % de l’ensemble de la population active. L’incidence du chômage parmi les jeunes s’est intensifiée ces dernières années, le taux de chômage de la tranche d’âge 15-24 ans passant de près de 15 % en 2005 à un peu plus de 19 % à la fin 2013 (HCP, 2013). Le ratio du taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans sur celui des adultes âgés de 25 à 44 ans est de l’ordre de 2,16 en moyenne sur les dix dernières années. Ainsi, un jeune a deux fois plus de chances de se retrouver au chômage par rapport à un adulte, ce qui reflète les problèmes de l’insertion des jeunes sans expérience professionnelle.

25L’exacerbation du chômage des jeunes est le corollaire du taux de chômage plus élevé chez les diplômés. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte : i) la croissance économique insuffisante ; ii) la faible adéquation des cursus de formation et des compétences aux besoins des opérateurs économiques ; et iii) un cadre légal pas assez souple et des institutions d’intermédiation peu développées.

  • 12 Nous ne disposons pas encore des résultats du recensement de la population de 2014.

26Les perspectives pour 2020 montrent que la population du Maroc s’élèvera selon le HCP à 35,4 millions d’habitants, soit 5,4 millions de personnes de plus par rapport au recensement12 de 2004. Malgré un net ralentissement (1,2 % par an en moyenne contre 1,5 % avant 2004), le rythme d’accroissement de la population sera encore assez soutenu durant les deux prochaines décennies. La structure par âge de la population, actuellement très jeune et recelant un potentiel d’accroissement, va continuer à se transformer sous l’effet des changements du niveau de la mortalité et surtout de la fécondité. Les projections établies par le HCP (cf. tableau 1) indiquent que le nombre de jeunes devrait atteindre 5,7 millions en 2020, contre seulement 4,2 millions en 1982. Cette configuration démographique présentera des avantages certains, à savoir la persistance d’une offre abondante de travail par les jeunes. Mais elle implique par là même des défis à relever : a-t-on les moyens d’adapter notre système de formation pour une meilleure insertion des jeunes et une productivité plus forte ? C’est à cette condition que le Maroc pourra mettre à profit les effets des externalités.

Tableau 1 : Effectifs des jeunes âgés de 15 à 24 ans

Groupe d’âge

1982

1994

2004

2020

Masculin

Féminin

Masculin

Féminin

Masculin

Féminin

Masculin

Féminin

15-19 ans

1101

1134

1409

1433

1576

1583

1432

1374

20-24 ans

997

1000

1248

1287

1479

1522

1477

1421

Total

2098

2134

2657

2720

3055

3105

2909

2795

Source : Tableau élaboré à partir des données du HCP.

27Les transformations qu’a connues le marché du travail au Maroc sont attribuables non seulement aux évolutions économiques, mais également à des facteurs institutionnels. Ces derniers concernent l’ensemble des réglementations et politiques publiques qui impactent l’offre et la demande de travail.

  • 13 Parmi les études qui ont démontré l’effet négatif du salaire minimum sur l’insertion des jeunes dan (...)

28S’agissant plus particulièrement du salaire minimum, plusieurs études empiriques ont démontré son impact négatif sur l’emploi en général et sur l’emploi des jeunes en particulier13. Suite au dialogue social entre le gouvernement, les syndicats et le patronat, le SMIG nominal a connu 4 revalorisations depuis 2008 : trois revalorisations de 5 % ont pris effet au troisième trimestre de 2008, 2009 et 2012, et une de 10 % au troisième trimestre de 2011. Le SMIG est ainsi passé de 7,98 dirhams de l’heure au début de la décennie 2000 à près de 12,24 dirhams en 2013, soit une hausse de 53 % sur la période et de 3,2 % en moyenne annuelle. Précisons que, si l’on tient compte du rythme d’inflation au Maroc, le salaire en termes réels a augmenté de près de 20 %, soit 0,3 % en moyenne annuelle. Maintenant, pour vérifier l’existence d’un impact sur les niveaux de l’emploi (via la compétitivité), il importe de mesurer les tendances parallèles de la productivité (Agénor, El Aynaoui, 2003).

Graphique 5 : Evolution du SMIG nominal horaire et dates de révision au Maroc en dirhams/heure (1981-2013)

Graphique 5 : Evolution du SMIG nominal horaire et dates de révision au Maroc en dirhams/heure (1981-2013)

Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales.

29A côté de la politique des salaires, les pouvoirs publics ont entrepris des mesures et des réformes afin de réduire le chômage, notamment celui des jeunes. Signalons que depuis 2006, trois programmes destinés à promouvoir l’insertion des chômeurs ont été mis en œuvre. Ils concernent la promotion de l’emploi salarié (Idmaj), l’adéquation emploi-formation (Taehil) et l’appui à la création des petites entreprises (Moukawalati).

30Le programme Idmaj, lancé en janvier 2006, a pour but l’amélioration de la compétitivité des entreprises et le développement des compétences des jeunes diplômés, à travers une première expérience professionnelle sous forme de stage au sein d’une entreprise. Il s’est traduit par l’intégration de 222 277 jeunes chercheurs d’emploi sur la période 2009-2012, volume d’emploi qui avoisine l’objectif y afférent de 230 000. Le programme Taehil, lancé en janvier 2007, consiste à améliorer l’employabilité des jeunes chômeurs en leur offrant des formations de perfectionnement adaptées aux besoins du marché du travail. Ce programme a concerné un total de 65 681 jeunes à fin 2012, soit 65,6 % de l’objectif annoncé en 2007. Le programme Moukawalati, lancé en mars 2007, vise le soutien de l’auto-emploi, à travers l’incitation des jeunes à créer de très petites entreprises en leur assurant l’accompagnement nécessaire afin de les pérenniser. Il a permis sur la période 2009-2012 la création de 3 423 entreprises ayant généré un total de 9 684 emplois et ce, pour un objectif de 3 000 entreprises et une création de 15 000 nouveaux emplois.

Tableau 2 : Bilan du deuxième plan Initiative d’emploi 2009-2012

Programmes

2009

2010

2011

2012

Total

Objectif

Moukawalati

Entreprises créées

1 012

1 029

633

749

3 423

3 000

Emplois générés

3 566

2 566

1 582

1 970

9 684

15 000

Idmaj

52 257

55 881

58 740

55 399

222277

230 000

Taehil

14033

15199

18136

18313

65 681

100 000

Source : Graphique élaboré à partir des données de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences.

31Ces programmes ont été complétés en octobre 2011 par la mise en place de nouveaux dispositifs « Formation insertion améliorée » et « Contrat d’intégration professionnelle » avec pour objectif de dynamiser l’emploi des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur les plus difficiles à insérer. Parallèlement, les autorités ont engagé d’autres mesures permettant : i) le renforcement de l’emploi dans l’économie sociale, services sociaux éducatifs et de proximité (Moubadara) ; ii) la reconversion et la requalification des diplômés chômeurs de longue durée (Taetir) ; et iii) la mise en place du dispositif incitatif pour l’intégration du secteur informel dans l’économie formelle (Istiaab).

32Les intermédiaires public et privé ont eu pour objectif de favoriser l’insertion des chômeurs, en croisant les offres et les demandes d’emploi. Ils contribuent à atténuer les effets d’asymétrie de l’information sur le marché du travail. Au niveau public, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) est chargée de procéder à la prospection, à la collecte des offres d’emploi auprès des employeurs au niveau national, et même récemment à l’international, et à la mise en relation entre l’offre et la demande d’emploi émanant des personnes inscrites et qui fournissent des détails sur leurs profils et compétences. Toutefois, l’intermédiation de l’ANAPEC reste insuffisante aussi bien sur le plan quantitatif (la proportion de la population bénéficiant de ses services) que qualitatif (ciblage des interventions). Avec 300 000 inscrits en 2008 et seulement 150 000 bénéficiaires d’un programme, l’ANAPEC n’a touché que 10 % des chômeurs (Bougroum et Ibourk, 2011). Quant au système des agences privées d’intermédiation, il apparaît comme trop fragmenté et sans coordination avec le gouvernement, ce qui empêche la coopération avec l’ANAPEC (Ghada, 2011). Il est également reproché à ces agences de se contenter d’exercer leur rôle seulement au niveau des emplois de courte durée.

33L’inégalité devant l’accès à l’emploi est l’un des facteurs explicatifs de la persistance des poches de pauvreté et de vulnérabilité.

34La dynamique de croissance et les programmes visant le développement humain (accès aux soins médicaux, éducation, etc.) ont permis d’enregistrer un progrès en matière de lutte contre la pauvreté, mais les résultats restent en deçà des attentes, notamment en matière de réduction des inégalités (graphique 6). Conforté par la maîtrise de l’inflation, le pouvoir d’achat s’est amélioré annuellement grâce en partie au maintien des prix des produits de base (grâce au système de subvention), à la politique salariale et à l’élévation du seuil d’exonération de l’impôt sur le revenu (IR).

  • 14 Les conclusions à tirer de l’évolution du taux d’incidence de la pauvreté sont à considérer avec pr (...)

35Dans ces conditions, le taux de pauvreté a été réduit à 8,8 % en 2008 contre 16,2 % une décennie plus tôt. Dans les villes, ce taux est revenu de 7,8 % en 1999 à 4,7 % en 2008, et de 22 % à 14,2 % en milieu rural. L’incidence de la pauvreté a baissé de 6,8 % en 1999 à 2,5 % en 2008, selon le seuil international de pauvreté monétaire de 1,25 dollars par jour et par personne (en parité des pouvoirs d’achat), et a été réduite de près de moitié par rapport au seuil de 2 dollars14. Signalons, cependant, que ces divers taux portent sur des volumes en croissance de la population. Cela signifie qu’en absolu, la baisse est moindre mais également que des poches semblent incompressibles.

  • 15 L’indice de Gini mesure la répartition des revenus entre les individus ou les ménages au sein d’une (...)

36Quant aux inégalités sociales, mesurées par l’indice de Gini15, elles ont stagné, ce qui indique que la progression du niveau de vie durant cette décennie a bénéficié beaucoup plus aux classes aisées et modestes qu’aux classes moyennes (Ez-rari, 2011).

37L’amélioration relative des conditions de vie s’est manifestée également par l’augmentation du niveau du revenu moyen par habitant, de l’espérance de vie et de l’accès à la scolarisation, à la santé et aux infrastructures de base. La progression constante de l’allocation budgétaire aux secteurs sociaux s’est traduite par une grande diversité de programmes et d’actions visant l’extension des infrastructures sociales et l’accès aux soins médicaux, à l’éducation et à l’habitat.

Graphique 6 : Evolution du taux de pauvreté relative par milieu de résidence et de l’indice de Gini (en %)

Graphique 6 : Evolution du taux de pauvreté relative par milieu de résidence et de l’indice de Gini (en %)

Source : Graphique élaboré à partir des données du HCP.

  • 16 Ces données sont à nuancer quand on considère l’abandon scolaire, notamment des filles en milieu ru (...)

38Suite aux efforts déployés, l’accès des populations aux services sociaux de base a connu quelques améliorations. S’il est déjà généralisé en milieu urbain, l’accès à l’électricité en milieu rural est passé de 9,7 % en 1994 à 83,9 % en 2009, et l’accès à l’eau potable de 14 % à 90 % (HCP, 2009). En matière de santé, le nombre d’habitants par médecin s’est amélioré de 2 933 en 1994 à 1 611 en 2008. Quant à l’espérance de vie à la naissance, elle s’est accrue, passant de 67,9 ans en 1994 à 72,9 en 2009. Ces évolutions confirment les progrès réalisés en matière de nutrition et de santé publique. Dans le secteur de l’enseignement, le taux net de scolarisation des enfants de 6 à 11 ans a progressé de 60,2 % en 1994 à 90,5 % en 2009. Il a presque triplé en milieu rural et quadruplé parmi les filles qui vivent dans ce milieu. De ce fait, le rapport fille/garçon dans l’enseignement primaire est passé de 66 % à 89 %, et l’indice de parité a plus que doublé en milieu rural16 (HCP, 2009).

  • 17 Régime d’assistance médicale aux économiquement démunis.
  • 18 Signalons que les deux dernières décennies ont vu la progression du « développement décentralisé ». (...)

39L’Initiative nationale pour le développement humain, lancée en 2005, a contribué à l’amélioration de l’accès notamment aux soins médicaux (infrastructures de santé, couverture médicale RAMED17, ambulances pour les communautés enclavées) et à l’éducation (distribution de cartables). L’amélioration des conditions de vie de la population vivant dans la précarité est appuyée par les projets permettant la création de l’Agence de développement social (ADS)18.

40Dans ces conditions, l’indice de développement humain s’est amélioré depuis les années 80, en s’établissant à 0,61 en 2013 au lieu de 0,49 en 1999. Entre 1999 et 2013, l’indice de développement humain (IDH) a progressé en moyenne de près de 2,5 %, rythme qui reste inférieur à celui des années 90 (PNUD, 2013). Malgré les progrès de l’IDH, le rang mondial du Maroc n’a pas changé de manière significative, du fait non seulement de la persistance des déficits sociaux mais également de la progression des autres pays à des rythmes comparables ou supérieurs à ceux du Maroc.

41Globalement, nous pouvons affirmer que : i) le taux de pauvreté a sensiblement diminué sur le long terme, 13 % à 8 %, mais ce taux concerne un volume de population plus important (donc en termes d’effectif de pauvres, il n’y a pas une régression de même ampleur, des poches de pauvreté subsistent ; ii) la croissance n’est ni « pro-pauvres » ni « contre-pauvres » car les inégalités ont stagné. Cela veut dire que le rythme d’enrichissement des riches est analogue à celui des pauvres ; la répartition n’a pas donné lieu à un « jeu à somme nulle », ce qui a joué, c’est l’augmentation des richesses à partager.

42Les rythmes insuffisants de croissance qui constituent le premier facteur explicatif du volume du chômage induisent par là même la persistance de la pauvreté qui incite alors à l’auto-emploi. Celui-ci est le corollaire de la progression des activités informelles (comme dans tous les pays en développement). Notons dès à présent que la présence de ce secteur contribue à expliquer la non-exacerbation du taux de chômage lors des crises, à côté des aspects « d’hystérésis » et des comportements du taux d’activité, qui augmentent en situation de reprise économique et baissent en cas de crise.

Le secteur informel : importance dans l’économie, potentiel fiscal et stratégies de formalisation

43Plusieurs travaux fondés sur des approches différentes ont appréhendé le poids de l’économie informelle, au sens d’économie non enregistrée. A partir de la consommation d’électricité, Schneider et Enste (1998) évaluent ce poids à 39 % pour le Maroc entre 1989 et 1990 et à 37 % sur la période 1990-2005. Il relève que le taux de pression fiscale (directe et indirecte), le poids de la régulation gouvernementale et le chômage augmentent significativement la taille de l’informel au Maroc, tandis que l’augmentation du revenu par tête le réduit. Elgin et Öztunah (2012) relèvent qu’au Maroc, la part de l’informel passe de 59,42 % du PIB en 1950 à 32,58 % en 2009. Ils ont travaillé sur un panel de 162 pays. Lacine Diomandé (2014), quant à lui, estime que de 46 % en 1985, le poids de l’informel serait passé à 33 % en 2012.

44L’approche directe concerne la production de biens et services des unités de production informelle (UPI). Ainsi, la part des activités informelles, telles qu’observées par l’enquête de la Direction de la statistique, s’élève à 15 % du PIB, tout en assurant plus du tiers de l’emploi non agricole. Sur la base des enquêtes de 2007 et 1999, la Direction de la statistique recense 1,23 million d’UPI en 1999 et 1,5 million en 2007, soit 40 000 nouvelles unités en moyenne par année. Leur activité est dominée par le commerce (57,4 %), suivi des autres services (20 %), de l’artisanat et de l’industrie (17,2 %) et des BTP (5,4 %).

45Pour se développer, comme toutes les unités de production, les UPI ont besoin de financement. Or, sur la plupart des marchés, elles ne peuvent s’adresser au système formel, faute de garanties notamment. Mais aussi parce que les montants requis sont trop faibles pour intéresser les banques ; et cet aspect est accrû par les coûts disproportionnés de l’information et des transactions. Enfin, plusieurs travaux soulignent les coûts exorbitants supportés par les UPI pour accéder aux services financiers sur le marché informel du crédit (crédit fournisseur avec des majorations de prix, usuriers et prêteurs à gage) (Rutherford, 2000).

46Au Maroc, l’enquête de la Direction de la statistique qui, par ailleurs, traite de biens d’autres aspects caractérisant les UPI, montre qu’en 2007, soit une décennie après l’émergence du microcrédit, les sources de financement auxquelles accèdent les UPI restent encore des plus coûteuses. En effet, l’épargne personnelle représente encore 56 %. Or, Davanne et Mourji (1992) montrent les forts liens entre la part de l’épargne dans le financement et le coût de celui-ci.

47La formalisation de leur activité est un moyen de favoriser le développement de ces unités et, au-delà, des emplois qu’elles génèrent. Plusieurs études mentionnent leur rôle dans l’amélioration de la productivité, grâce à leur forte flexibilité. La priorité des politiques d’encouragement à la formalisation se situe à ces niveaux plus qu’à celui de la fiscalisation.

48Pour réussir, les mesures d’encouragement à la formalisation devraient, dans la première phase, cibler les TPE de faible niveau d’informalité. En effet, seul l’enregistrement à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) leur manque. En le réalisant, elles peuvent mieux développer leurs activités en accédant directement aux marchés officiels, publics ou privés (et non par une sous-traitance peu rémunératrice). L’effet de démonstration jouant, celles des segments plus bas (avec une plus forte informalité) seront incitées à entreprendre les démarches. Parmi les mesures envisageables (développées dans d’autres pays), il y a la mise en place d’organismes d’accompagnement pour l’accomplissement des procédures, les dispositions qui réservent aux UPI 20 % des marchés publics des communes, l’amnistie fiscale pour celles qui viennent de s’inscrire (Mourji, 2010). Certaines des mesures ont commencé à être mises en œuvre au Maroc.

Les échanges extérieurs : de forts handicaps à surmonter

  • 19 Un autre accord de libre-échange est en cours de finalisation avec le Canada.

49À l’instar de plusieurs pays émergents et en développement, le Maroc s’est engagé durant les deux dernières années dans une politique d’ouverture de l’économie. Le taux d’ouverture commerciale est passé de 46 % en 2003 à près de 67 % en 2013. Ce gain traduit la libéralisation progressive du commerce extérieur qui s’est faite avec l’adhésion aux accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et, plus spécifiquement, à travers plusieurs accords de libre-échange bilatéraux et multilatéraux (Union européenne, Pays arabes, États-Unis d’Amérique et Turquie)19. Mais l’ensemble de ces mesures n’a pas permis d’améliorer la situation de la balance commerciale, avec un déficit qui a continué à se creuser.

La situation de la balance des paiements

  • 20 Les réformes économiques entreprises durant les années 80 et 90, notamment le glissement puis la dé (...)

50Sur le plan du commerce extérieur, l’analyse de la structure des exportations marocaines montre la prépondérance des produits finis de consommation (principalement produits textiles et d’habillement), des demi-produits20 (principalement produits chimiques) et des produits alimentaires. Quant aux importations, elles sont dominées par les produits finis de consommation, l’équipement industriel, les demi-produits et les produits d’énergie et lubrifiants. Le volume des produits alimentaires importés reste conditionné par les besoins en céréales, en fonction de la pluviométrie et la qualité de sa répartition.

51L’orientation géographique a connu quelques changements, mais l’Union européenne demeure le principal client, soit une part de 70 % en moyenne dans les exportations totales (Office des changes, 2013). La transformation observée est attribuable principalement à la multiplication des accords de libre-échange conclus par le Maroc de manière bilatérale ou multilatérale. Même si sa part dans les exportations a baissé ces dernières années, la France demeure le premier client du Maroc avec 26 % en moyenne sur la période 2003-2013, suivie par l’Espagne (19 %) et l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Inde (5 % chacune). Les expéditions vers le continent américain demeurent concentrées sur les Etats-Unis qui représentent une part avoisinant 3 %. Pour ce qui est des importations, la France et l’Espagne restent également les principaux fournisseurs, 16 % et 12 % respectivement en moyenne entre 2003 et 2013. Par ailleurs, le poids de la Chine a quasiment doublé, passant de 3 % en 2003 à 5,9 % à fin 2013. De même, les produits provenant de l’Arabie saoudite se sont inscrits en hausse continue pour se situer à la fin de 2013 à près de 6 %, sous l’effet essentiellement du renchérissement des produits énergétiques importés principalement de ce pays (Office des changes, 2013).

52Les échanges avec l’Afrique ont connu un accroissement continu, notamment avec l’Afrique subsaharienne, mais demeurent toutefois à un niveau relativement faible. Ainsi, les exportations du Maroc vers les pays de la région ont atteint 11,6 milliards de dirhams (2,2 milliards en 2003). Représentant seulement 6,3 % du total des exportations marocaines en 2013, elles étaient destinées principalement aux pays de l’Afrique de l’Ouest, en particulier le Sénégal (17 %), la Mauritanie (10 %) et la Côte d’Ivoire et la Guinée (8 % chacune).

Graphique 7 : Répartition géographique des exportations en moyenne 2003-2013 (en %)

Graphique 7 : Répartition géographique des exportations en moyenne 2003-2013 (en %)

Graphique 8 : Répartition géographique des importations en moyenne 2003-2013 (en %)

Graphique 8 : Répartition géographique des importations en moyenne 2003-2013 (en %)

Source : Graphiques élaborés à partir des données de l’Office des changes.

53En valeur, les exportations marocaines ont progressé ces dernières années à un rythme inférieur à celui des importations et en décélération par rapport à celui de la décennie précédente. En effet, après un taux de 9 % en moyenne par an sur la période 1992-2002, les exportations ont accusé une légère décélération (8 % entre 1993 et 2013). Quant aux importations, leur rythme de croissance s’est accéléré d’une moyenne de 7,7 % par an entre 1992 et 2002 à 11 % entre 2003 et 2013. Cette accélération est attribuable essentiellement à la hausse des achats des biens d’équipement et au renchérissement des matières premières, notamment énergétiques.

54L’accroissement plus important des importations par rapport aux exportations s’est traduit par un repli continu du taux de couverture, qui s’est établi à 49 % à fin 2013, contre 61 % en 2003. Par conséquent, le solde commercial s’est creusé significativement, passant de 11 % du PIB en 2003 (52 milliards de dirhams), à 22 % en 2013 (195 milliards). Rappelons qu’il était de 8 % seulement au début de la décennie 1990.

Graphique 9 : Evolution de la balance commerciale (en % du PIB)

Graphique 9 : Evolution de la balance commerciale (en % du PIB)

Source : Graphique élaboré à partir des données de l’Office des changes.

  • 21 Nous entendons ici la compétitivité globale. Elle concerne : i) l’insuffisante qualité de l’inserti (...)

55Cependant, l’impact négatif de l’accentuation du déficit commercial sur la balance des paiements est relativement atténué par la performance enregistrée par les autres composantes du compte courant, dont principalement les transferts des MRE et les recettes de voyage, ainsi que par les IDE au niveau du compte capital. La contribution des transferts des MRE a dépassé celle de plusieurs secteurs exportateurs. Ils forment également une source importante de capitaux, peu volatile et relativement moins influencée par l’environnement international que les autres flux. Ainsi, les recettes MRE ont progressé de 6,8 % par an en moyenne entre 2003 et 2013 (5,9 % pour les recettes de voyages). De même, les flux d’IDE ont progressé à un rythme très rapide et proviennent principalement de la France qui demeure le premier investisseur, avec une part de 36,8 % en 2013, suivie par les Émirats Arabes Unis. En dépit de ces évolutions, le solde du compte courant est resté déficitaire de 2,9 % du PIB en moyenne durant la dernière décennie, avec une accentuation marquée à partir de 2008, traduisant un affaiblissement de la compétitivité du Maroc21 (Office des changes, 2013).

État des lieux relatifs aux accords de libre-échange : le déficit chronique avec les différents partenaires concernés

  • 22 Ces années concernent les dates d’entrée en vigueur et non pas celles de la signature des accords.

56Le choix d’ouverture de l’économie marocaine s’est concrétisé par la signature d’un grand nombre d’accords de libre-échange, bilatéraux ou multilatéraux. Ces accords stipulent des réductions tarifaires ou préconisent des arrangements commerciaux préférentiels. Ainsi, le Maroc a conclu des accords avec l’Union européenne (2000), les Etats-Unis (2006), la Turquie (2006) et plusieurs pays arabes via l’Accord d’Agadir (2007)22.

57Dans le cadre du renforcement de ses relations bilatérales avec son principal partenaire commercial, à savoir l’Union européenne (UE), le Maroc s’est vu accorder en 2008 « le statut avancé », et il est devenu le premier pays de la région sud-méditerranéenne à bénéficier de ce statut. Les dispositions de l’Accord portent essentiellement sur la mise en place d’un espace économique commun entre l’UE et le Maroc, ainsi que sur le rapprochement du cadre législatif marocain de l’acquis communautaire. Un accord agricole Maroc-UE a été également signé, avec l’augmentation des quotas des exportations, l’élargissement de la liste des produits bénéficiant du libre accès sans contingentement et sans limitation des quantités dans les pays de l’UE, mais avec un maintien du niveau de protection des filières marocaines « sensibles ». De ce fait, le Maroc s’est engagé dans un processus de convergence réglementaire, notamment, par rapport aux normes industrielles, sanitaires et phytosanitaires. Dans ces conditions, le Maroc reste déficitaire par rapport à l’UE, avec un solde négatif de 71 milliards de dirhams en 2013 et un taux de couverture de 61 % (Office des changes, 2013).

58L’accord de libre-échange avec les États-Unis concerne tous les domaines, en l’occurrence le libre accès aux marchés des produits agricoles, industriels et, pour la première fois, les services. L’accord a entraîné une hausse importante des échanges commerciaux entre les deux pays. Toutefois, les exportations marocaines vers les États-Unis ont progressé à un rythme largement inférieur à celui des importations. Ainsi, le déficit s’est creusé pour atteindre plus de 20 milliards de dirhams en 2013, avec un taux de couverture de seulement 27 % (Office des changes, 2013). Ce déséquilibre est attribuable en grande partie à la rigueur des règles et des normes d’exportation vers les Etats-Unis, ainsi qu’à la faible diversité des produits exportés, et probablement à l’incapacité de l’offre marocaine (dispersée) à satisfaire les volumes de demande très élevés.

59Les échanges commerciaux avec les pays arabes demeurent faibles comparativement à ceux effectués avec l’Union européenne. L’Accord d’Agadir, avec la Tunisie, l’Égypte et la Jordanie, se situe dans la logique d’une intégration Sud-Sud. Mais, cet accord n’a pas eu d’effets significatifs sur le volume des échanges entre les pays signataires. De plus, le déficit du Maroc vis-à-vis des autres pays de l’accord s’est accentué, principalement avec l’Egypte et la Tunisie, et atteint 3,7 milliards de dirhams en 2013 (Office des changes, 2013).

60Un accord a également été signé entre le Maroc et la Turquie, qui prévoit l’accès immédiat des produits industriels d’origine marocaine au marché turc, alors que les droits de douane et les taxes sur l’importation des produits turcs seront éliminés progressivement sur une période de dix ans. Cet accord a favorisé l’augmentation du volume global du commerce bilatéral, avec cependant une croissance des importations marocaines en provenance de la Turquie à un rythme largement plus rapide que celui des exportations vers la Turquie, ce qui s’est traduit par un creusement du déficit, qui a atteint 8,2 milliards de dirham et à un taux de couverture de seulement 30 % (Office des changes, 2013).

61En conclusion, nous relevons que cet ensemble d’accords de libre-échange n’a pas permis de développer significativement les exportations marocaines. La balance commerciale reste déficitaire vis-à-vis de tous les partenaires signataires d’accord d’association ou de libre-échange. Si les accords devaient être révisés, ils devraient mieux prendre en compte les avantages comparatifs du Maroc en considérant la nature des produits à libérer. Seul aspect positif, le déficit commercial enregistré avec certains de ces pays est compensé par l’afflux massif des recettes de voyage, des transferts des MRE et des investissements étrangers, notamment de France et d’Espagne et, dans une moindre mesure, des États-Unis.

62Le déficit commercial que connaît le Maroc est attribuable dans une large mesure à la diversification limitée de l’offre exportable. L’orientation géographique reste concentrée pour près des deux tiers sur les marchés de l’Union européenne et ne bénéficie guère des opportunités offertes dans d’autres régions, du fait des accords mentionnés auparavant et de ceux de l’OMC, et aussi en Afrique. Ceci rend les exportations marocaines vulnérables aux effets de retournement du cycle conjoncturel dans la zone euro. Si les exportations n’ont pas pu constituer un véritable moteur de la croissance économique, c’est parce qu’après les progrès réalisés à la fin des années 80 et au début des années 90, elles restent dominées par un nombre limité de produits dans des secteurs à forte intensité en travail et souvent à très faible contenu technologique. Si les différents plans sectoriels mentionnés vont au-delà des effets d’annonce et réussissent avec un souci de complémentarité, ils pourraient amener à une diversification de l’offre du Maroc.

La situation budgétaire : avancées, contraintes et limites des stratégies palliatives

Le diagnostic et les tendances sur les vingt dernières années

63La situation budgétaire a été caractérisée durant les deux dernières décennies par des évolutions divergentes selon, d’un côté, le degré de l’assainissement des finances publiques engagé par les autorités et, de l’autre côté, l’impact des chocs endogènes et exogènes.

64A partir de 2006, les finances publiques ont été marquées par une politique budgétaire expansionniste, avec une hausse considérable des dépenses d’investissement (graphique 10), accompagnée d’une accélération de celles liées aux dépenses de la caisse de compensation suite notamment au renchérissement des matières premières au niveau international. Cette politique conjuguée à la décélération de la croissance, avec son impact sur les recettes fiscales, a contribué au creusement du déficit budgétaire à partir de 2008 ainsi qu’à la hausse de l’endettement public. Celui-ci demeure tout de même à un niveau maîtrisable et devrait rester soutenable à moyen terme (Mourji, 2013).

Graphique 10 : Evolution des dépenses d’investissement (en millions de dirhams)

Graphique 10 : Evolution des dépenses d’investissement (en millions de dirhams)

Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Économie et des Finances

  • 23 Le taux d’encadrement est mesuré par la part du personnel appartenant aux échelles 10 et plus dans (...)

65Sur le plan des dépenses, la dernière décennie a été marquée par une progression notable des charges au titre des biens et services. Cette évolution est attribuable principalement à l’augmentation des charges de personnel suite à l’importante appréciation qu’ont connue les salaires publics ces dernières années. En effet, selon les données du ministère de l’Économie et des Finances, la masse salariale a progressé au Maroc de 86 % entre 2003 et 2013, alors que l’effectif du personnel de la fonction publique n’a augmenté que de 7 % durant la même période. Ainsi, le salaire brut moyen des fonctionnaires s’est apprécié de plus de 73,1 %, soit une hausse de 6,2 % en moyenne par an. Cette progression s’explique également par l’amélioration du taux d’encadrement23 qui est passé de 41 % en 2003 à 60,3 % en 2012 (ministère de l’Économie et des Finances, 2012).

  • 24 Il nous semble opportun de préciser que, historiquement, il était légitime de parler de « compensat (...)
  • 25 En 2012, les produits pétroliers se sont accaparé 32,3 milliards de ces dépenses, le gaz butane 15, (...)

66Pour ce qui est des charges de la Caisse de compensation24, elles ont enregistré une progression considérable, passant d’un milliard de dirhams en 1990 à près de 41 milliards en 2013 (de 0,4 % à 4,8 % du PIB). Les produits pétroliers et le gaz butane absorbent une grande part de ces dépenses25. Cette évolution est attribuable principalement au renchérissement continu des matières premières au niveau international. Toutefois, l’année 2013 a connu un changement de tendance avec une baisse de 24,2 % de ces dépenses, du fait principalement du relèvement des prix à la pompe en juin 2012 et de l’adoption du système d’indexation partielle en septembre 2013 (Ministère de l’Économie et des Finances, 2013). La même dynamique a été constatée au niveau des dépenses d’investissement qui ont marqué une accélération (10 % en moyenne par an sur la dernière décennie).

  • 26 Décembre 2012 : 1 milliard de dollars sur 10 ans à 4,25 % et 500 millions de dollars sur 30 ans à 5 (...)
  • 27 Mai 2013 : 500 millions de dollars sur 10 ans à 4,216 % et 250 millions de dollars sur 30 ans à 5,5 (...)

67Parallèlement, on relève une reprise de l’endettement public, surtout pour la composante intérieure de la dette dont l’encours a atteint 424,5 milliards de dirhams en 2013, soit 48 % du PIB, au lieu de 44 % en 2003. La reprise de la dette extérieure est récente (décembre 201226 et mai 201327). Sa structure par créancier fait ressortir la prédominance des institutions internationales (50,6 % en 2013), suivies des créanciers bilatéraux (23,7 %), tandis que la composition en devises montre que l’euro continue de prédominer (77,2 %), suivi du dollar américain (13 %).

68La charge de la dette publique globale a progressé de 2,7 % en moyenne par an entre 2003-2013, mais avec une accélération considérable en 2012 et 2013 (une hausse de 10,2 % et 12 % respectivement, contre seulement 3,8 % en 2011 et 1,4 % en 2010). A côté de l’effet stock, il y a l’effet taux qui explique en partie cette évolution.

Graphique 11 : Evolution de la dette intérieure et extérieure du Trésor (en millions de dirhams et en % du PIB)

Graphique 11 : Evolution de la dette intérieure et extérieure du Trésor (en millions de dirhams et en % du PIB)

Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Économie et des Finances.

69En ce qui concerne les recettes, elles sont composées principalement des recettes fiscales (86 % en 2013). Les impôts directs rapportent 34 % du total (dont 53 % pour l’impôt sur les sociétés (IS) et 43 % pour l’impôt sur le revenu (IR). Les impôts indirects représentent encore 43 % des recettes globales (dont 77 % de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), 23 % de la taxe intérieure de consommation et 8 % des droits de douane). Durant la dernière décennie, le rythme de croissance des recettes ordinaires a baissé, passant de 14,3 % en moyenne par an entre 1992 et 2002 à 7,8 % entre 2003 et 2013. Ce sont les composantes IR et dans une moindre mesure IS qui expliquent la tendance (dont les rythmes passent respectivement de 18 à 7 % et 15,3 à 12,5 % sur les mêmes périodes).

70Parallèlement, les recettes non fiscales se sont considérablement contractées, notamment depuis 2007, du fait principalement du repli des recettes des privatisations. Rappelons qu’entre 1993 et 2005, le Maroc a procédé à la privatisation de plusieurs établissements opérant dans le secteur bancaire, hôtelier, des télécommunications et de l’industrie.

71Du fait de ces évolutions, le déficit budgétaire s’est accentué, passant de 3,1 % du PIB en 2003 à 5,5 % en 2013, soit une moyenne de 2,8 % sur l’ensemble de la période, avec des excédents en 2007 et 2008 et un creusement du déficit à partir de 2009, sous l’effet d’une conjoncture internationale défavorable et d’une élévation des cours mondiaux des matières premières, notamment énergétiques. L’Etat a dû augmenter les dépenses pour atténuer l’impact sur le plan intérieur alors même que ses recettes fiscales marquaient un retournement. Pour les années à venir, le FMI prévoit une atténuation continue du déficit budgétaire à moyen terme, de -4,9 % en 2014 à -4,3 % en 2015 puis à -2,7 % en 2019 (World Economic Outlook, avril 2014), alors que l’endettement public devrait rester soutenable à moyen terme (62 % du PIB en 2014 à 61,9 % en 2015, avant de baisser à 56,7 % en 2019).

Les réformes mises en place et les chantiers à tenir

72Au niveau de la fiscalité, les mesures ont porté sur la simplification, notamment à travers la réduction du nombre des taux et la modernisation via l’introduction d’un identifiant fiscal unique. Toutefois, les défis anciens persistent et concernent essentiellement l’élargissement de l’assiette, surtout par la réduction de l’évasion fiscale et le renforcement du rendement de la fiscalité (locale en particulier) (Mourji, 2009). Si elles sont bien mises en œuvre, les réformes sectorielles mentionnées plus haut devraient engendrer une croissance qui consoliderait naturellement les recettes publiques.

  • 28 Les prix relatifs jouant, on a observé que des agriculteurs adaptaient leur moteur d’irrigation pou (...)

73Au niveau des dépenses, la réforme des finances publiques a concerné principalement les charges de la caisse de compensation. Le mécanisme a eu le mérite de soutenir les consommateurs et indirectement la compétitivité de l’appareil productif (en atténuant les revendications salariales) face au renchérissement et à la volatilité des prix des matières premières. En revanche, les dépenses occasionnées ont impacté négativement l’équilibre des finances publiques. L’expérience des années récentes montre qu’outre le recours à l’endettement (la charge a atteint 55 milliards de dirhams en 2012), le renchérissement des produits pétroliers et agricoles conduit à un arbitrage entre investissement public (indispensable pour le Maroc) et soutien à la consommation. Il nous semble que le défi majeur consiste à aller vers une vérité des prix (qui devrait rationaliser les achats des produits concernés28) sans compromettre l’équilibre social. Plus précisément, il s’agit de cibler les catégories sociales fragiles et de concevoir les moyens efficaces pour les soutenir sans risque de détournement.

74La première mesure a été le relèvement des prix à la pompe en juin 2012, suivie par l’adoption en septembre 2013 du système d’indexation partielle. L’objectif est que le budget de l’État supporte un montant fixe de subvention (à hauteur des crédits ouverts par la loi de finances), et le consommateur paye ou gagne l’écart selon les variations des cours à l’international.

Les enjeux de l’efficacité de la politique monétaire et le financement de l’économie

La politique monétaire : quelles réalisations ?

  • 29 La Banque centrale du Maroc.
  • 30 L’agrégat M3 représente la masse monétaire au sens large et comprend la monnaie fiduciaire, la monn (...)

75Tout au long de la dernière décennie, Bank Al-Maghrib29 (BAM) a engagé plusieurs mesures avec, comme objectifs annoncés, la stabilité des prix et le bon fonctionnement des marchés monétaire et financier, pour un financement adéquat de l’économie. Dans ces conditions, la masse monétaire M330 a connu un taux de croissance moyen de 10 % par an (s’établissant à 1 023 milliards de dirhams à fin 2013 au lieu de 411 milliards en 2003). Cette évolution recouvre une accélération au début de la décennie avant d’amorcer un ralentissement à partir de 2009 sous l’effet de la décélération des concours à l’économie et de la baisse des réserves internationales nettes, qui ont chuté de 10 à 4 mois d’importation entre les années mentionnées. Le directeur de la BAM donne un signal sur les orientations que vont prendre ses interventions (avance ou retrait sur le marché monétaire). Ce taux a été augmenté de 3,25 % à 3,5 % en 2008, ramené à 3,25 % en 2009, puis à 3 % en 2012 et enfin à 2,75 % en septembre 2014. Il a également décidé de réduire graduellement le taux de la réserve monétaire pour le ramener de 16,5 % en 2008 à 4 % en 2012.

76La liquidité du système bancaire a été marquée par le passage d’un fort excédent, qui a caractérisé la première moitié de la décennie 2000, à une relative pénurie, qui s’est creusée de façon graduelle à partir de 2008. Ainsi le solde, évalué en moyenne hebdomadaire, est passé d’un surplus de près de 2,5 milliards de dirhams à un manque de 67,5 milliards en 2013. Ce déficit de liquidité durable a nécessité l’augmentation des interventions répétées de la Banque centrale pour alimenter le secteur ; le volume des injections de la BAM est passé de 2,9 milliards de dirhams en moyenne hebdomadaire en 2000 à 70,2 milliards en 2013, sous forme principalement d’avances à 7 jours (BAM, 2013).

77Tel que le graphique n° 12 le montre, le crédit bancaire a connu durant la dernière décennie une croissance à un rythme rapide, au taux moyen de 12 % par an (avec un pic de 27 % en 2007 et 2008 en relation avec l’essor du marché de l’immobilier et donc du crédit à l’habitat), avec une décélération à partir de 2009 pour atteindre un taux de croissance de près de 3 % en 2013. Ce ralentissement est attribuable principalement au repli du crédit immobilier et, dans une moindre mesure, au repli du crédit à la consommation. En même temps, le stock des créances en souffrance est resté maîtrisé, son taux de croissance n’ayant pas dépassé 1 % en moyenne sur la dernière décennie.

Graphique 12 : Evolution du taux de croissance du crédit bancaire (en %)

Graphique 12 : Evolution du taux de croissance du crédit bancaire (en %)

Source : Graphique élaboré à partir des données de Bank Al-Maghrib.

78Globalement, les réformes du statut de la BAM depuis le début des années 90, avec la loi de 2006, ont abouti à la maturité et à l’efficacité de son action. Ses interventions ont contribué au bon fonctionnement du marché interbancaire, révélé par l’alignement du taux interbancaire sur le taux directeur, avec une volatilité faible sur l’ensemble de la dernière décennie (le taux moyen pondéré sur le marché interbancaire s’est établi à près de 3,1 en moyenne). Elle a permis la maîtrise de l’inflation. La variation de l’indice des prix à la consommation s’est maintenue aux alentours de 1,7 % en moyenne par an sur la dernière décennie et ce, malgré le contexte caractérisé par la consolidation de la demande intérieure suite à la hausse des salaires, par la forte volatilité des produits alimentaires et aussi par la réduction des subventions aux produits énergétiques.

79Au niveau du marché des changes, le taux de change du dirham reste indexé sur un panier composé de l’euro et du dollar américain, dont les parts fluctuent légèrement autour de 80 % et 20 % respectivement. De ce fait, l’évolution de la valeur du dirham reflète les fluctuations des cours euro/dollar US ; et comme l’euro s’est apprécié face au dollar, le dirham s’est déprécié face à l’euro de 9,8 % durant la dernière décennie (passant d’une moyenne de 10,19 dirhams en 2003 à 11,19 en 2013). Mécaniquement, face au dollar américain, le dirham s’est apprécié de 28,8 % sur la même période, revenant de 11,53 à 8,2 dirhams (BAM, 2013). Ces tendances sont favorables pour les importations de pétrole, mais défavorables pour le service de la dette libellée en euros et les échanges avec les partenaires émergents du Maroc, du fait la forte appréciation induite du dirham contre leurs monnaies.

Les marchés financiers : un satisfecit de la finance indirecte et un espoir déçu de la finance directe

80Les réformes du secteur financier marocain ont débuté pour la composante bancaire durant la seconde partie du Plan d’ajustement structurel (1988) et ont accéléré dans les années 90 avec le premier renouveau du statut de BAM (1994), la mise en place du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) et une nouvelle forme de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC), et par la suite avec la libéralisation progressive des taux d’intérêt. La performance du secteur financier en général et surtout du secteur bancaire a été relevée par plusieurs institutions internationales, notamment le FMI, le plaçant « parmi les secteurs financiers les plus performants dans la région sud-méditerranéenne ». On loue la qualité des règles prudentielles, l’amélioration des performances des autorités de supervision et la modernisation du système d’information.

81La consolidation du système bancaire a notamment consisté en l’alignement du cadre réglementaire sur les standards internationaux. La dernière appréciation sur la stabilité du système financier marocain, réalisée conjointement par le FMI et la Banque mondiale (Financial System Stability Assessment, 2008), a conclu que « le système bancaire marocain est stable, bien capitalisé, profitable et résiliant face aux chocs et peut être considéré comme un benchmark de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ». Les banques marocaines réalisent des bénéfices importants. Par exemple, le ratio de rentabilité des capitaux propres durant la dernière décennie a atteint 12 %. Le taux des prêts non performants reste à un niveau faible, soit 5 % en 2013 (BAM, 2013). L’importante marge qu’elles réalisent (au moins 7 % = 12 – 5) et leur rentabilité plus élevée que la croissance sont-elles le résultat d’un marché qualifié souvent d’oligopolistique, ou tiennent-elles à l’asymétrie de l’information sur le marché du crédit qui accroît la frilosité des banques qui, d’un côté, réduit leurs risques et, de l’autre, limite leur rôle dans le financement de l’économie ?

  • 31 Cette baisse est liée au fait que l’accès à l’information sur les clients réduit le coût du risque (...)

82La mise en place par Bank Al-Maghrib d’une centrale des risques a également contribué à la consolidation et à la modernisation de l’infrastructure existante par la globalisation de l’information et l’amélioration du taux d’accès au financement bancaire, tout en participant à la baisse du coût des crédits31. Le développement d’une certaine concurrence a favorisé une meilleure inclusion financière (60 % à la fin 2013), mais cette proportion reste en deçà de celle des pays émergents, et elle augure d’un potentiel de développement réel pour le secteur bancaire.

83L’activité du marché boursier, malgré certaines performances permises par les réformes mentionnées plus haut et matérialisées par quelques introductions en bourse (après notamment des privatisations), demeure modeste. La capitalisation boursière a progressé à 450 milliards de dirhams en 2013, mais elle représente 52 % du PIB seulement. Bien qu’au-dessus de la moyenne (34 %) d’un échantillon de pays comparables au Maroc en termes de développement financier (Jordanie, Egypte, Slovénie, Croatie, Roumanie), elle reste en deçà du rôle dévolu à la finance directe pour faciliter efficacement l’investissement. Le volume des transactions s’est établi en 2013 à 22 milliards de dirhams sur le marché des actions et 26,5 milliards sur le marché central. Sur la tendance longue, l’indice de la BVC a enregistré une croissance moyenne de 11,4 % sur la dernière décennie, avec des pics de 71 % et 34 % respectivement en 2006 et 2007, et des chutes à partir de 2008, soit -13,5 %, -4,9 %, -12,9 % et -15,1 % respectivement en 2008, 2009, 2011 et 2012. La récente contreperformance de la Bourse et la faiblesse du volume de transactions relativement à plusieurs pays émergents ont abouti, en 2013, au reclassement de la BVC de la catégorie « marché émergent » à celle de « marché frontières ».

Réformes et chantiers en cours en matière de financement de l’économie

84Les principales questions qui subsistent concernent la poursuite de la réforme du secteur des assurances et des régimes de retraite, l’élargissement de l’accès aux services financiers pour les PME et TPME ainsi que pour les particuliers. La mise en place d’un fonds de soutien financier à ces entreprises est en cours, ainsi qu’un observatoire dédié au financement de la TPME. La récente expansion du secteur bancaire marocain en Afrique aura un impact positif sur son potentiel de développement, mais elle appelle un renforcement de l’infrastructure de surveillance et de supervision.

85L’ouverture de l’économie requiert une stratégie pour soutenir la compétitivité et notamment une politique de changes adaptée, avec un régime de plus en plus flexible, un compte capital plus ouvert pour les résidents et peut-être la convertibilité du dirham marocain, au lieu d’un contrôle aux effets pervers contre-productifs.

86Une nouvelle loi bancaire vient d’être promulguée (octobre 2014) dont les principaux apports sont la consolidation de l’autonomie de la banque centrale et de ses pouvoirs en matière de supervision et de surveillance. Elle prévoit également le renforcement de la protection de la clientèle. Une des principales nouveautés concerne les activités liées à la finance islamique qui, à l’instar d’autres pays, requiert des compétences nouvelles pour le contrôle.

87Dans le sillage des réformes menées sur le plan monétaire et financier, les autorités ont mis en œuvre des mesures et actions avec pour objectif de renforcer l’attractivité de l’économie marocaine et assurer « la transformation du Maroc en plateforme financière internationale ». C’est dans ce cadre que s’inscrit le grand projet de Casablanca Finance City (CFC) dont l’objet est de conférer à la ville, à l’horizon de dix à quinze ans, le statut de « hub financier régional ». Il desservirait les régions du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest ainsi que leurs partenaires et a pour ambition de servir d’interface entre les pays du Nord et ceux du Sud. Un texte légal relatif aux activités de CFC a été promulgué. En parallèle, plusieurs accord de coopération ont été conclus avec les régulateurs de certains pays africains dans le cadre d’une stratégie de partenariat Sud-Sud. Ce processus est encouragé par le resserrement, au cours des dix dernières années, des relations politiques du Maroc avec ces pays (Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal, Guinée Equatoriale, Cameroun). Pour réussir l’intégration de l’économie marocaine au sein de son environnement mondial, ce projet nécessite un approfondissement des réformes amorcées, à l’instar d’autres places financières.

88L’ensemble de ces réformes et les actions en cours devraient contribuer à la modernisation et au développement du secteur et accroître l’efficience en matière de financement des secteurs productifs. Néanmoins, un effort additionnel reste à déployer afin de garantir un arrimage du secteur financier aux meilleurs standards internationaux.

Conclusion

89Au terme de cet aperçu de l’économie marocaine, deux questions nous semblent demeurer saillantes. La première revêt un aspect technique ou d’orientation méthodologique et la seconde relève davantage de « l’économie politique ». Nous avons observé que la croissance, certes insuffisante, est moins erratique qu’auparavant et que les voies de son accélération en cohérence avec les besoins de la démographie sont discernables. Des progrès sont perceptibles, notamment en matière d’infrastructures. Il reste que le potentiel de développement est contraint par les tares qui caractérisent le développement humain. Dans le domaine de la santé, les déficiences handicapent le bien-être des populations et le rendement du travail et altèrent la confiance qui à son tour ne favorise pas l’investissement, au sens large du terme. Dans le domaine de l’éducation, d’un côté, le poids des nombreux exclus compromet les possibilités d’accroître la productivité. De l’autre côté, pour ceux qui accèdent à l’éducation et à la formation, il faut remarquer les imperfections dans la qualité pour le plus grand nombre et, pour l’élite, de réelles faiblesses dans la capacité à la rentabiliser. Globalement, nous constatons une sous-utilisation du capital humain.

90Bien que les solutions relevant du potentiel du pays existent, il semble vital de s’inspirer des modèles ayant réussi ailleurs, mais aussi de développer au préalable des outils pour analyser et évaluer leur probabilité de transposition réussie. Si l’on décompose bien les champs d’intervention, des analyses méthodiques et approfondies constituent une étape importante pour amorcer un autre rythme de développement.

91Au niveau politique, cela requiert du courage et de la méthode pour envisager toutes les réformes possibles. Par exemple pour les dépenses publiques, il n’y a pas que celles relatives à la compensation qu’il faille considérer, mais aussi celles relatives au train de vie de l’administration, à la sous-utilisation des compétences au sein de celle-ci, etc.

92Plus généralement, il nous importe de définir les moyens de réduire autant que possible les rentes de situation, dans le but que chacun gagne selon son travail pour être incité à y être le plus performant.

Bibliographie

Agénor P.R. El Aynaoui K, « Labor market Policies and Unemployment in Morocco: a Quantitative Analysis », Working paper n° 3091, Washington, Banque mondiale, 2003.

Bank al Maghrib, Rapport trimestriel sur la politique monétaire, n° 10, Rabat, mars 2009.

Bank al Maghrib, Rapport annuel et rapport sur le contrôle : l’activité et les résultats des établissements de crédit, Rabat, 2013.

Banque Mondiale, 2006 : Rapport final : analyse de l’impact social et sur la pauvreté. Programme Villes sans bidonvilles, 2006, [en ligne] URL : http://siteresources.worldbank.org/INTMOROCCOINFRENCH/Resources/AISP_.pdf

Becker G., Human Capital: a Theoretical and Empirical Analysis, with Special Reference to Education, Chicago, University of Chicago, 1993.

Bougroum M., Ibrouk A., Une analyse de la flexibilité du marché du travail au Maroc, European Training Foundation, 2011.

Centre Marocain de Conjoncture, Evaluation de l’impact de la crise, Rabat, CMC, 2009.

Conseil Déontologique des Valeurs Mobilieres, Rapport annuel et rapport sur les investissements étrangers, Rabat, CDVM, 2013.

Conseil Economique, Social et Environnemental, Emploi des jeunes, Rabat, CESE, 2011.

Cousineau J.M., « L’impact du salaire minimum sur le chômage des jeunes et des femmes au Québec », Actualité économique, vol. 67, n° 2, 2011, p. 144-165.

Davanne O., Mourji F., « Productivité marginale des facteurs et déterminants de la croissance », dans Les Nouvelles théories de la croissance : développements récents et applications, Marrakech, CDC et CDG, avril 1992.

Dimonde L., « Demande de monnaie et économie informelle : le cas du Maroc », Rapport de stage, Master 2, Finances publiques, CERDI (Centre d’études et de recherches sur le développement international), Université d’Auvergne et document de travail au Lasaare, 2014.

Elgin C., Oztunah O., « Shadow Economies around the World: Model Based Estimates », Working Papers, Bogazici University, Department of Economics, 2012.

Ez-Rari A., « La pauvreté au Maroc : approches, déterminants, dynamique et stratégies de réduction », 2011.

Mourji F., Sagou M., « L’expérience du Maroc dans les politiques d’ajustement structurel au Maroc », dans FMI, Les Politiques pour la croissance dans les pays en développement, 1988.

Mourji F., « Projet de développement du « FOGARIM » : étude pour la mise en œuvre d’une formation des ménages pauvres au crédit pour le logement », Rabat, Rapport Banque mondiale et ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, 2005.

Mourji F., « Participation : décentralisation et efficacité des dépenses publiques », dans R. Roy A. Heuty (éd.), Fiscal Space : Policy Options for Financing Human Develpment, New York, Routledge, 2009.

Mourji F., « La TPE au Maroc : modalités d’intégration dans le secteur formel », étude pour le compte du ministère des Affaires économiques et de la Coopération allemande GTZ, document de travail Lasaare, décembre 2010.

Mourji F., « Quelles stratégies de soutenabilité de l’endettement public au Maroc ? », Communication à la 7e édition du Colloque international des finances publiques co-organisé par l’Association pour la Fondation internationale des finances publiques et le Ministère de l’Economie et des Finances du Maroc, Rabat, 13-14 septembre 2013.

Fonds Monetaire International, Perspectives économiques mondiales, Washington, FMI, 2014.

Fonds Monetaire International, Rapport des services du FMI pour les consultations de 2013 au titre de l’article IV pour le Maroc », Rapport du FMI, n° 14/65, 2014.

Ghada A., Private employment agencies in Morocco, Genève, Working Papers, n° 283, International Labor Office, 2011.

Haut Commissariat au Plan, Les Indicateurs sociaux, Rabat, 2011.

Haut Commissariat au Plan, Le Maroc en chiffres et les jeunes en chiffres, Rabat, 2012.

Haut Commissariat au Plan, Point de conjoncture : rapport emploi et chômage et Rapport des comptes nationaux, Rabat, 2013.

Ministere de l’Économie et des Finances, « Datation du cycle d’affaires de l’économie marocaine », Rabat, 2009.

Ministere de l’Économie et des Finances, Compétitivité des exportations marocaines : quel bilan ? Rabat, Direction des études et des prévisions financières, 2013.

Ministere de l’Économie et des Finances, Rapport économique et financier, Rapport sur la compensation et Rapport sur la dette, Rabat, 2014.

Ministere de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, « Maroc : économie ouverte et plateforme d’exportation », Rabat, Département du commerce extérieur, 2012.

Office des Changes, Rapport annuel du commerce extérieur : balance des paiements et position extérieure globale du Maroc, Rabat, 2013.

Pnud, Rapport du développement humain, New York, 2014.

Schneider F. Enste D., Increasing Shadow Economies All over the World Fiction or Reality, Institute for the Study of Labor Discussion Paper, n° 6, 1998.

Rutherford S., The Poor and their Money, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Tamsamani Y., « Le mythe des équilibres macro-économiques et la double facette de la conjoncture économique au Maroc », Editons du CJB, 2014.

Notes

1 Selon les dernières statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP), le PIB au Maroc s’est établi à 872,8 milliards de dirhams en 2013, soit 104,4 milliards de dollars, classant l’économie marocaine au 6e rang en Afrique, derrière le Nigeria, l’Afrique du sud, l’Algérie, l’Égypte et l’Angola.

2 L’output gap est le pourcentage d’écart entre le PIB réel et le PIB potentiel. Celui-ci est estimé sur une base trimestrielle. Plusieurs méthodes sont utilisées pour son estimation, ici nous recourrons au filtre Hodrick-Prescott (avec un paramètre de lissage de 1600).

3 Cette volatilité a pendant longtemps été nuisible à la stabilité socio-économique et a contribué considérablement à un exode rural disproportionné par rapport aux capacités d’absorption des villes (cf. la nécessité de mettre en place le vaste programme « Villes sans bidonvilles »/Banque mondiale (2006) et Mourji, 2005), ainsi que l’aggravation des inégalités.

4 Le salaire minimum interprofessionnel garanti.

5 On relève, par exemple, que les chiffres d’affaires des médecins progressent les semaines qui suivent les pluies. Cela signifie que les agents économiques thésaurisent, même pour des questions de santé, et dépensent après les pluies, qui les mettent en confiance.

6 Concernant plus particulièrement l’automobile, la signature, en janvier 2008, d’un accord-cadre entre Renault-Nissan et le gouvernement marocain pour la réalisation à Tanger d’une usine représentant un investissement de 600 millions d’euros (avec une participation de la Caisse de dépôts et de gestion (CDG) à hauteur de 47 %) et une capacité de production annuelle de 400 000 véhicules a permis d’impulser la croissance du secteur.

7 La stratégie Tourisme vision 2010 portait principalement sur la libéralisation du transport aérien avec comme objectif d’atteindre 10 millions de touristes en 2010. Elle a été renforcée par une nouvelle Vision 2020 ayant pour ambition de positionner le Maroc à cette date parmi les 20 premières destinations mondiales touristiques et comme une destination touristique de référence en matière de développement durable dans le pourtour méditerranéen.

8 L’accord Open-Sky a été signé en 2006 entre le Maroc et l’Union européenne afin de permettre la libéralisation réciproque des marchés aériens des deux parties, tout en alignant la réglementation marocaine régissant l’aviation civile sur celle de l’Union européenne. Cet accord entre dans le cadre de la stratégie marocaine de libéralisation du transport aérien nécessaire pour bien mener le programme du développement du secteur touristique.

9 La stratégie Plan Maroc Vert, lancée en avril 2008, a pour objectif de répondre aux enjeux stratégiques du secteur agricole, tout en limitant l’impact des changements climatiques et en préservant les ressources naturelles. Elle vise à l’horizon 2015 à faire du secteur agricole un moteur de croissance de l’économie marocaine, notamment à travers le renforcement des investissements et une meilleure intégration des filières amont et aval.

10 La nouvelle stratégie d’accélération industrielle prévoit la mise en place d’un fonds de développement industriel tout en poursuivant la consolidation des « métiers mondiaux du Maroc » (MMM). Elle devrait capitaliser sur les résultats du Plan Emergence, lancé en 2006, qui avait pour objectif de repositionner le tissu industriel marocain sur les métiers dans lesquels le Maroc pourrait être performant.

11 Initié par le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies (MICNT), le Plan Rawaj vision 2020 vise à inciter les opérateurs, à travers des subventions, à moderniser les circuits de distribution.

12 Nous ne disposons pas encore des résultats du recensement de la population de 2014.

13 Parmi les études qui ont démontré l’effet négatif du salaire minimum sur l’insertion des jeunes dans le marché du travail, J.M. Cousineau (2011) a montré qu’au Québec l’augmentation du salaire minimum de 10 % contribue à accroître le chômage des jeunes de l’ordre de 1,3 %.

14 Les conclusions à tirer de l’évolution du taux d’incidence de la pauvreté sont à considérer avec précaution car il est sensible aux données de la conjoncture.

15 L’indice de Gini mesure la répartition des revenus entre les individus ou les ménages au sein d’une économie. Il est compris entre 0 (égalité parfaite) et 100 (inégalité absolue).

16 Ces données sont à nuancer quand on considère l’abandon scolaire, notamment des filles en milieu rural.

17 Régime d’assistance médicale aux économiquement démunis.

18 Signalons que les deux dernières décennies ont vu la progression du « développement décentralisé ». Cf. le cas de l’ADS (Mourji, 2009, qui montre comment les communes et la société civile sont mises à contribution et comment les populations locales participent) et celui des agences de développement des grandes régions : Nord, Est et provinces du Sud.

19 Un autre accord de libre-échange est en cours de finalisation avec le Canada.

20 Les réformes économiques entreprises durant les années 80 et 90, notamment le glissement puis la dévaluation du dirham, avaient précisément pour objectif d’encourager les exportations en accroissant la compétitivité des produits (effet prix) et en réorientant l’appareil productif vers les activités exportatrices (effet volume et diversification des produits) (Mourji, Sagou, 1988).

21 Nous entendons ici la compétitivité globale. Elle concerne : i) l’insuffisante qualité de l’insertion dans le commerce international (des exportations moins axées sur les produits dont la demande mondiale est progressive et des prix relatifs non stimulants pour accroître les ventes et défavorables pour les producteurs nationaux, d’où la forte progression des importations) et ii) l’insuffisante attractivité des investisseurs.

22 Ces années concernent les dates d’entrée en vigueur et non pas celles de la signature des accords.

23 Le taux d’encadrement est mesuré par la part du personnel appartenant aux échelles 10 et plus dans l’ensemble de la fonction publique.

24 Il nous semble opportun de préciser que, historiquement, il était légitime de parler de « compensation ». En effet, d’un côté, le budget de l’Etat tirait des revenus substantiels des droits et taxes sur les hydrocarbures, et de l’autre, il « compensait », dans une optique redistributive, les populations moins favorisées en subventionnant les produits de première nécessité. Il utilisait ainsi une partie de ces revenus pour soutenir les prix de la farine, du sucre, de l’huile et du lait (plus tard les prix de ces deux derniers produits ne seront plus subventionnés mais resteront « administrés », contrairement à l’ensemble des produits dont les prix sont libérés). Dans une autre étape (avec le début de l’augmentation des prix des produits pétroliers au niveau international), le gaz butane a commencé à figurer parmi les produits subventionnés, et il en sera de même plus tard pour l’essence et le gasoil. Nous discutons dans une autre section des effets pervers de ces politiques ; notons seulement qu’à l’heure actuelle, il est moins approprié de parler de « compensation » car la caisse en question n’a plus de ressources autres que celles provenant du budget général de l’Etat. Il n’y a plus de « gains » d’un côté et de « dépenses » de l’autre.

25 En 2012, les produits pétroliers se sont accaparé 32,3 milliards de ces dépenses, le gaz butane 15,7 milliards et les denrées alimentaires 5,4 milliards.

26 Décembre 2012 : 1 milliard de dollars sur 10 ans à 4,25 % et 500 millions de dollars sur 30 ans à 5,5 %.

27 Mai 2013 : 500 millions de dollars sur 10 ans à 4,216 % et 250 millions de dollars sur 30 ans à 5,567 %.

28 Les prix relatifs jouant, on a observé que des agriculteurs adaptaient leur moteur d’irrigation pour utiliser les bonbonnes de gaz dont le soutien du prix est sensé atténuer les dépenses de consommation des ménages pauvres ; de même, les éleveurs achètent pour leur bêtes le pain dur, jeté en grande quantité dans les centres urbains, à cause de son bas prix.

29 La Banque centrale du Maroc.

30 L’agrégat M3 représente la masse monétaire au sens large et comprend la monnaie fiduciaire, la monnaie scripturale, les placements à vue et les autres actifs monétaires, dont notamment, les placements à terme, les OPCVM monétaires et les dépôts en devises.

31 Cette baisse est liée au fait que l’accès à l’information sur les clients réduit le coût du risque qui constitue l’une des composantes du taux d’intérêt.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Croissance économique (en %)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données du HCP et d’Eurostat.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 2 : Ventilation sectorielle du PIB entre 1980 et 2013 (en %)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Source : Graphiques élaborés à partir des données du HCP.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 3 : Evolution du taux de chômage global (en %)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 4 : Evolution du taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans (en %)
Légende Source : Graphiques élaborés à partir des données du HCP.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 5 : Evolution du SMIG nominal horaire et dates de révision au Maroc en dirhams/heure (1981-2013)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-6.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphique 6 : Evolution du taux de pauvreté relative par milieu de résidence et de l’indice de Gini (en %)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données du HCP.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Graphique 7 : Répartition géographique des exportations en moyenne 2003-2013 (en %)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 8 : Répartition géographique des importations en moyenne 2003-2013 (en %)
Légende Source : Graphiques élaborés à partir des données de l’Office des changes.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 9 : Evolution de la balance commerciale (en % du PIB)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données de l’Office des changes.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 10 : Evolution des dépenses d’investissement (en millions de dirhams)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Économie et des Finances
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 11 : Evolution de la dette intérieure et extérieure du Trésor (en millions de dirhams et en % du PIB)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données du ministère de l’Économie et des Finances.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 12 : Evolution du taux de croissance du crédit bancaire (en %)
Légende Source : Graphique élaboré à partir des données de Bank Al-Maghrib.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1139/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable