Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 7. Le droit et le rapport à la norme

Un comité islamiste de lutte contre la débauche à Aïn Leuh : radioscopie du règlement d’un conflit ordinaire

Ahmed Aghbal et Aziz Hlaoua

Texte intégral

1Depuis que les islamistes du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont remporté les élections législatives du 25 novembre 2011, on assiste à la prolifération de polices locales des mœurs dans de nombreuses régions (Aïn Leuh, Kénitra, Témara, Sidi Kacem, Martil, Tanger, etc). A Aïn Leuh, le phénomène a pris une ampleur sans précédent, comme le constatèrent les auteurs de cet article quand, le 22 octobre 2012, ils visitèrent le vilage afin d’observer les effets d’une année d’activisme islamiste pour l’éradication de la prostitution.

Voyage à la Source des Madriers

2Il est 14 heures. Des ânes chargés de bois de chauffage, essentiellement des vieux troncs de chêne vert provenant de la forêt d’Aïn Leuh, arrivent à l’entrée ouest du village. Ils connaissent le chemin. Au lieu de continuer leur marche sans danger sur la route, après leur descente verticale du flanc de la montagne, ils s’arrêtent brusquement devant un escalier comportant plusieurs dizaines de marches. Tête baissée, les yeux rivés sur les marches de l’escalier difficilement praticable même par les bipèdes, ils descendent prudemment les marches avec le fardeau qui les entraîne vers le bas.

3Nous sommes là en train de contempler ce spectacle alors qu’une vieille femme assise sur le seuil d’une porte nous examine attentivement. Elle nous adresse la parole comme si elle avait deviné nos pensées : « C’est la volonté de Dieu, le malheur qui s’abat sur les hommes se répercute sur leurs bêtes. Que voulez-vous qu’ils fassent ? Les gens se contentent de vivre de ce que Dieu leur donne. » Avec ces expressions concises et chargées de significations, elle nous décrit les mauvaises conditions de vie de la plupart des villageois et leurs dimensions existentielles : fatalisme et résignation liés à la rareté des activités économiques légales, recours à toutes sortes d’expédients pour survivre et habitude de ne pas espérer plus que le nécessaire vital.

4Le village d’Aïn Leuh est suspendu à flanc de montagne, d’anciennes maisons au style simple et montagnard, construites en pierres et plafonnées de troncs d’arbres, y côtoient de nouvelles constructions en béton. Les quartiers sont composés d’un dédale de ruelles escarpées avec des portes souvent ouvertes qui laissent échapper une odeur de moisi. En ce mois d’octobre, cette odeur nauséabonde emplissait déjà les ruelles exiguës du village.

5De nombreuses maisons sont mises en vente, il s’agit pour la plupart de vieilles habitations insalubres. Quelques chiffres avancés par la presse permettent de comprendre les raisons de ce phénomène : 800 femmes ont été chassées du village par les « milices privées » d’obédience islamiste, représentant 15,18 % de la population du village s’élevant à 5 270 habitants selon le dernier recensement de la population (2004). Il convient de signaler à ce propos que le taux de femmes divorcées ou veuves est l’une des caractéristiques saillantes de la structure démographique du village. Avec un taux exceptionnel de 20,2 %, la commune rurale d’Aïn Leuh figure parmi les 34 communes et municipalités du Maroc (sur un total de 1 518) qui enregistrent des valeurs extrêmes ou aberrantes. A l’échelle nationale, la proportion médiane des femmes divorcées ou veuves se situe à 12,40 %, les premier et troisième quartiles s’élèvent respectivement à 10,70 % et 14,42 %.

6A Aïn Leuh, la prostitution est devenue une activité économique importante par son ampleur et sa persistance. Elle est surtout devenue un phénomène presque ordinaire qui prend l’allure d’une institution assurant une multitude de fonctions dont la sexo-thérapie, si l’on en croit le poète amazigh Hammou Oulyazid qui dit dans l’un de ses poèmes :

Ô Aïn Leuh

Ton hôpital me plaît

Sept filles y transportent l’amoureux

Frappé de plaies

Un village sous haute surveillance

7Descendant une ruelle, nous atteignons la place centrale du village, une plateforme pavée d’une superficie d’environ 3 000 mètres carrés entourée de petites boutiques qui proposent des produits de première nécessité et de grande consommation. Les gens déambulent sans trop se soucier de nous, donnant l’impression de ne pas avoir de but précis. Nous nous rendrons compte par la suite qu’un personnage hors du commun est déjà présent à l’affût de » l’étranger ».

8En descendant une ruelle, un jeune homme d’une trentaine d’années, le visage dissimulé sous sa casquette, le téléphone portable à l’oreille, nous emboîte le pas. On emprunte une ruelle, il fait un détour pour nous rejoindre immédiatement au prochain carrefour. C’est un membre du fameux « Comité local pour la lutte contre la débauche » (CLLCD), comme nous allons l’apprendre dans un instant. Il marche à quelques mètres derrière nous, communiquant à haute voix avec les membres du comité : » Ils montent l’escalier, je suis derrière eux. » Comme nous ne réagissons pas, il active le mode talkie-walkie, nous entendons alors des paroles que nous ne distinguons pas. Il paraît de plus en plus agité, visiblement incapable de se maîtriser.

9Remontant une ruelle étroite, nous aboutissons à ce qui donne l’impression d’être une impasse. Des femmes sont adossées au mur et entourées de leurs enfants profitant des derniers rayons de soleil. Nous leurs demandons si cette ruelle débouche quelque part. Elles répondent par l’affirmative. Au moment où nous leur tournons le dos pour continuer notre chemin, le jeune homme surgit brusquement et hurle à notre visage, les yeux dissimulés sous sa casquette : « Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? ». Nous demandons calmement : « Mais à quel titre te permets-tu de nous interroger sur nos identités ? » Alors que nous restons calmes, il explose de colère et crie : « Je suis membre du comité de surveillance, allah ina’al dîn muk (« que la religion de ta mère soit maudite »), allez, dégagez d’ici maintenant ! » ; puis les coups s’abattent sur l’un de nous. Nous reculons à bonne distance sans dire un mot. Il s’arrête soudain, met la main dans sa poche comme pour sortir une arme blanche. Il semble trouver notre absence de réaction surprenante et finit par prendre la fuite. C’est à ce moment-là que nous prenons la décision d’enquêter sur la réalité de ce comité qui prend l’allure d’un phénomène de société.

10Les femmes qui ont assisté à ce spectacle se précipitent vers nous pour nous consoler. « Qu’est-ce qui se passe ? », demande une femme qui vient d’arriver. « C’est Bougrine Ould El Houcine qui a frappé cet homme », répondent d’autres femmes en même temps. Quand elles apprennent que nous allons déposer plainte auprès de la gendarmerie, elles nous supplient de lui pardonner. Devant notre insistance, elles acceptent finalement de témoigner pour nous. Celui d’entre nous qui est victime de l’agression se rend alors à la gendarmerie pour porter plainte, tandis que l’autre reste sur place aux côtés des témoins.

11Une fois arrivé au poste, la victime se rend compte que la tâche n’est pas facile. L’officier se met en colère, enlève et remet machinalement son blouson, dit en haussant de plus en plus le ton : « Qu’est-ce que tu es allé foutre dans ces ruelles ? Qu’est-ce que tu cherches ? Il me semble que tu es venu pour tout autre chose que la balade. Nous sommes en période sacrée, délivre-nous de cette poisse. Par le nom de Dieu, je t’implore de retourner chez toi, ce sera beaucoup mieux pour toi. » Et quand celui d’entre nous qui a été victime reste factuel en insistant sur la nécessité de l’accompagner sur le lieu de l’agression pour prendre acte de ce qui s’est passé, il fait une mauvaise tête en s’exclamant : « Est-ce qu’il est de mon devoir d’accompagner n’importe qui ? Tu dis qu’il y avait des témoins, des femmes, est-ce que tu les connais ? Est-ce que tu connais celui qui t’a frappé ? Qui est-il ? Comment s’appelle-t-il ? »

12Devant l’insistance de la victime, l’officier recourt au discours religieux constitué de hadith du Prophète et de versets coraniques mal récités, qui tournent autour du thème du pardon : « Notre Prophète a toujours été indulgent, même envers ses ennemis les plus acharnés que sont les juifs. Alors que toi, tu refuses de pardonner à un musulman comme toi. » Ce discours religieux approximatif marque un tournant dans l’interaction entre l’agent d’autorité, qui n’a probablement pas l’habitude de renoncer à la supériorité que lui procure son statut face aux citoyens ordinaires, et le plaignant, qui avait la certitude que la plainte allait être rejetée, parce que nous savons de la lecture des journaux que les plaintes déposées par d’autres personnes victimes des abus du CLLCD n’ont pas eu de suite. Ainsi, lorsque l’un de nous veut lui rappeler délicatement son rôle par cette phrase un peu hésitante : « Il s’agit bien d’un acte criminel, n’est-ce pas ? », l’agent se révèle incapable de répondre et finit par accepter de se rendre sur le lieu de l’agression, tout en rechignant à y aller en voiture de service pour ne pas donner, nous semble-il, un caractère officiel à cette action.

13Irrité, il monte dans notre voiture et continue à marteler son discours de supplications et d’intimidations. En arrivant au centre du village, sa mauvaise humeur devient explosive, comme s’il se sentait offensé. A peine sorti de la voiture, il dit d’un air dégouté et plaintif : « Où est cette ruelle ? Je suis ici depuis plusieurs années et c’est la première fois que je vais mettre les pieds dans ce milieu-là. »

14Une heure environ s’est écoulée avant que l’adjudant de gendarmerie accompagné d’un subalterne arrive sur les lieux de l’agression. « Que s’est-il passé ? » nous demande-t-il, le regard ailleurs. « Un jeune homme qui se dit membre du comité de surveillance a frappé ce monsieur – De qui s’agit-il ? – Il s’agit de Bougrine Ould El Houcine. » La réponse provient de l’un d’entre nous. Surpris d’apprendre que nous connaissons le nom de l’agresseur, il répète presque machinalement une phrase à la fois interrogative et exclamative : « Qui vous a donné le nom ? ! Qui vous a donné le nom ? ! » Déconcerté, voire agacé par la réponse que nous venons de lui donner, il nous demande crûment : « Mais où sont ces témoins ? » Lorsque nous lui indiquons une femme qui est encore là, il lui adresse la parole en prenant dans ses mains les deux parties avant de son blouson comme s’il voulait l’enlever : « D’abord, est-ce que tu es mariée ? – Oui, répond la femme. – Est-ce que tu as vu quelqu’un frapper cet homme ? Où étais-tu quand il l’a frappé ? Y avait-il d’autres personnes qui l’ont vu ? » Elle répond qu’elle était tout près de nous avec deux autres femmes et qu’elles ont tout vu. Il ordonne aux trois femmes, sur un ton menaçant, de rejoindre immédiatement la gendarmerie. Il appelle ensuite les membres du Comité local pour la lutte contre la débauche (CLLCD) de son téléphone portable pour leur demander de faire venir Bougrine à la gendarmerie.

Au cœur de l’establishment sécuritaire

15A la brigade, tout le monde est là, y compris le caïd et le moqaddam, sauf Bougrine et les femmes témoins de l’agression. Celles-ci doivent parcourir à pied une distance d’environ un kilomètre pour y parvenir. Trois hommes, âgés de la quarantaine, tous barbus, se tiennent debout près de la porte. Ce sont les membres du CLLCD. Après quelques poignées de mains ordinaires, ils passent à l’exécution d’un long rituel de supplication pour nous apitoyer et obtenir ainsi le pardon. Tout le monde y participe, les membres du comité, les gendarmes et les témoins arrivés, chacun en fonction de ses soucis, ses préoccupations et ses affinités avec le coupable. Ces longues tractations ont lieu devant la porte de l’établissement.

16Deux techniques de persuasion sont systématiquement utilisées par le chef de brigade du début à la fin. Sans transition, il passe de l’intimidation à la supplication pour nous faire reculer. Ses subalternes adoptent plutôt une attitude souple et pragmatique. L’un d’entre eux dit : « Cette affaire risque d’entacher gravement la réputation du CLLCD qui a déployé de formidables efforts pour nettoyer le village. Auparavant, nous étions obligés d’effectuer des descentes dans la rue à chaque heure de la nuit, suite aux actes de violence liés à la prostitution et au trafic de drogue. Maintenant nous pouvons dormir plus tranquillement la nuit. »

17Les femmes qui ont reçu l’ordre de se présenter à la brigade invoquent la malheureuse condition de la mère de Bougrine. « Avant de venir, nous sommes allées voir sa mère pour l’informer de ce qui s’était passé. Nous lui avons dit que nous allions témoigner contre son fils. Nous jurons devant Dieu que lorsque nous l’avons quittée à la tombée de la nuit pour venir témoigner, nous l’avons laissée en pleurs. Nous vous supplions au nom de sa pauvre mère de lui pardonner… » On ne peut s’empêcher de sympathiser avec ces femmes qui ont parcouru une distance d’un kilomètre dans la nuit pour venir témoigner en faveur d’un étranger. Acte rare dans une société où les gens évitent généralement de témoigner contre un proche. Elles craignent aussi l’autorité, car l’ordre leur a été donné de se présenter à la gendarmerie.

18En ce qui concerne les membres du CLLCD, la stratégie adoptée consiste à attirer notre attention sur le cas particulier de Bougrine. En entrant dans l’enceinte de la gendarmerie, l’un d’entre eux nous explique : « En adhérant à notre comité, nous l’avons aidé à rompre avec la drogue. Il vit avec sa famille dans une misère absolue. Nous essayons de leur apporter le soutien dont ils ont besoin de temps en temps. Ces jours-ci, il s’est remis à consommer de la drogue à la suite d’une expérience traumatisante : nos adversaires ont publié une vidéo truquée sur internet montrant sa sœur en train de forniquer avec un animal. Il a vu la vidéo, il ne s’en remet pas, et il s’est enfoncé davantage dans la drogue. » Ils nous supplient alors avec insistance de retirer la plainte, sinon, disent-ils, les efforts déployés pendant une année entière pour nettoyer le village seront réduits à néant.

19En voyant que ce long et complexe rituel de supplication n’a pas entamé notre volonté de mener l’affaire jusqu’au bout, les membres du CLLCD changent brusquement d’humeur. Ils s’isolent et se tiennent à l’écart en adoptant une attitude visiblement hostile. L’expérience nous montre que, dans le contexte de la société marocaine, il existe une forme de médiation spontanée ayant pour fonction le règlement des litiges entre deux personnes par l’obtention du pardon de la partie offensée. Une médiation qui pèse lourdement sur la personne qui a subi un préjudice ou une injustice. La personne responsable du préjudice ne demande pas elle-même à être pardonnée, c’est son entourage qui intervient et s’interpose en sa faveur. Dans ce processus de médiation, l’accent est plutôt mis sur le pardon au détriment du tort, la recherche de ce type de pardon sans responsabilisation s’impose comme une obligation morale. Si les tentatives de médiation échouent, si le pardon n’est pas accordé après tant d’efforts, c’est que la personne offensée est anormale, par son entêtement, elle manque de respect aux représentants d’un certain ordre moral et social.

20Vus de loin, ces islamistes paraissent idéalistes ou moralistes. En les examinant de plus près, on s’aperçoit qu’ils font preuve d’une moralité familialiste inclusive qui ne permet pas d’étendre le principe de solidarité au-delà de leurs frontières. On ne doit donc pas s’étonner de les voir obéir scrupuleusement aux règles qui régissent ce type de médiation : de la sollicitation du pardon gratuit auprès de la victime, ils passent brusquement à la défense du coupable qu’ils considèrent comme leur frère. Ce sont donc les dispositifs culturels et pragmatiques de la vie courante que les islamistes mettent à profit dans le cadre d’une éthique fondée sur des principes de ségrégation et sur la règle informelle de « trouver soixante-dix excuses à son frère » pour résoudre les dilemmes moraux concrets dans lesquelles des personnes qui ne sont pas considérées comme des frères sont impliquées.

Les retournements de situation

21On voit à quel point il est difficile pour un individu non impliqué dans un réseau clientéliste quelconque de faire reconnaître formellement un préjudice ou une injustice. Dans ce contexte où les individus paraissent motivés davantage par le désir d’arracher le pardon à la victime pour effacer le préjudice qu’elle a subi, les sentiments peuvent facilement se retourner contre celui qui réclame justice.

22Convaincus que le dispositif mis en place pour nous faire plier est voué à l’échec, les gendarmes entrent dans la brigade, et tout le monde les suit. Franchissant la porte, nous nous retrouvons dans la salle d’attente. Bougrine, arrivé depuis quelque temps, est maintenant enfermé dans une pièce sur ordre du procureur, avisé par l’adjudant après l’échec des négociations. Mais nous ne savons pas si le procureur a été mis au courant de cette affaire avant le déclenchement du processus de médiation. Les dernières tractations pour sauver Bougrine ont lieu au sein de la brigade. Tout le monde y participe, sans succès. Ce n’est que vers 20 heures que le procureur, toujours en contact avec l’adjudant, donne son accord pour ouvrir une instruction. A ce moment, le plaignant se voit attribuer le statut de personne lésée.

23Le gendarme chargé de dresser le procès-verbal initial invite le plaignant à faire sa déposition. C’est ensuite au tour des femmes, impatientes de rentrer chez elles après tant d’attente, de faire de même. Le gendarme consigne le tout dans un petit cahier d’écolier, la porte du bureau ouverte. Dans le vestibule, non loin de cette porte, les membres du CLLCD, les uns debout, les autres assis, suivent l’événement avec attention. Ils se retrouvent en réalité dans une situation où leurs nerfs sont soumis à rude épreuve. Tout à coup, un membre du comité se dresse sur la pointe des pieds, lève la main droite en haut, l’index pointé vers le ciel et crie : « Je jure devant Dieu que nous allons continuer à le défendre quoi qu’il fasse. » Nous apprendrons ultérieurement qu’il est âgé de 45 ans, professeur d’anglais, membre du PJD et l’un des fondateurs du CLLCD. On dirait qu’il réagit selon la maxime « assiste ton frère, qu’il ait tort ou qu’il ait raison ».

24C’est à ce moment-là que l’adjudant se met en colère contre Bougrine. Il entre dans la pièce où Bougrine est enfermé en criant : « Pourquoi tu as fait ça ? » Bougrine reste muet. L’adjudant sort de la pièce en laissant la porte ouverte, fait quelques pas dans le vestibule, s’arrête devant la porte en répétant sa question qui sonne comme une exclamation. Bougrine ne répond pas. Après ce va-et-vient, l’adjudant reprend sa manipulation en essayant cette fois-ci de rendre son interrogation suggestive plus compréhensive : « Pourquoi tu as fait ça ? Est-ce qu’ils ont harcelé ta sœur, ta cousine, ou quelqu’un d’autre de tes proches ? » Bougrine sort de la pièce, se tient devant la porte les yeux fixés au sol et murmure : « Ils ont harcelé une fille voilée âgée de quinze ans qui était assise à côté de sa mère devant la porte de leur maison. » L’adjudant accueille cette diffamation comme le messie et en informe immédiatement le procureur. Celui-ci demande à faire entendre la prétendue victime du harcèlement. Le plaignant se retrouve maintenant exposé à la violence de l’establishment sécuritaire.

25Un gendarme est alors chargé d’aller chercher la fille à laquelle on veut faire jouer le rôle de victime. Dans l’angoisse, sous l’emprise de l’indignation et du dégout, nous avons passé en revue tout ce que nous avons lu dans la presse et sur internet à propos de la police des mœurs mises en place à Aïn Leuh : l’affaire d’une femme mariée qui a porté plainte contre certains membres du CLLCD pour diffamation et qui a été condamnée à deux mois de prison ferme, 500 dirhams d’amende et 1 000 dirhams d’indemnité pour de prétendues injures à l’encontre de l’un d’entre eux, qui avait déposé une contre-plainte ; l’affaire de Fatima Boungab, qui a accusé Bougrine et deux autres activistes du CLLCD d’avoir mis le feu à sa maison, une affaire qui traîne devant les tribunaux ; l’affaire du président de la section régionale du Moyen Atlas de l’Association des populations des montagnes du monde, auquel on a refusé le dépôt de plainte, etc. Le souvenir encore frais de ces événements suscite en nous la peur d’être accusés à tort de harcèlement sexuel.

26Lorsqu’un quart d’heure plus tard, une fille arrive accompagnée par sa mère, l’adjudant la montre à Bougrine devant tout le monde : « C’est elle ? » Bougrine approuve en hochant la tête. Aussitôt, l’adjudant conduit les deux accusés et la fille dans son bureau. Impatient d’obtenir la réponse attendue, il interroge brusquement la fille : « Qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? » Par cette question, il tente de compromettre, cette fois-ci, le plaignant et le témoin. Terrorisé par son ton sévère, la fille, qui est en réalité une étudiante en langue et littérature arabes, les mains sur son visage agité de gauche à droite, dit d’une voix coupée par l’émotion : « Rien… rien… ils n’ont rien fait. Ils sont passés dans la rue comme tout le monde… ils n’ont rien fait à personne. » Elle s’exprime en déployant un énorme effort pour articuler les mots qui peinent à sortir de sa bouche. C’est avec soulagement et reconnaissance que nous avons accueilli ses déclarations.

27L’adjudant lui tourne le dos, il se penche sur son téléphone au moment où la fille quitte la pièce. Au bout du fil, le procureur reçoit l’information suivante : « Elle dit qu’ils n’ont rien fait de mal. » On imagine la réaction du procureur. C’est à ce moment-là que nous jugeons opportun de mettre fin à cette situation, qui nous a déjà permis de recueillir suffisamment d’informations pour en tirer quelques conclusions et de garder le contact avec les membres du CLLCD afin de mener des entretiens avec eux sur les circonstances de création du comité, ses liaisons et ses différentes activités. Mais la décision de mettre fin à la procédure n’est pas une décision totalement libre : s’il est vrai que nous avons pris la décision dès le départ d’investiguer sur cette affaire, tout en étant conscients du risque que nous courions, il n’en reste pas moins vrai que le fait de voir le processus que nous avons enclenché se retourner contre nous nous a également poussés à adopter une démarche de prudence.

28Dans le vestibule, les membres du CLLCD se sont regroupés dans un coin et l’atmosphère est tendue. Nous brisons le silence en faisant la proposition suivante : « Nous retirerons la plainte à la condition que celui qui a juré de défendre Bougrine jusqu’au bout retire ses propos et présente ses excuses. » Assis sur le banc, la tête penchée vers le sol, il s’exécute immédiatement : « Je retire… et je m’excuse. » Nous demandons alors à l’adjudant de mettre fin à la procédure. « Impossible, le procureur ne peut pas revenir maintenant sur sa décision », dit-il. Mais les autres gendarmes semblent extrêmement satisfaits. Nous comprenons que c’est à notre tour de supplier, sans doute une question d’orgueil. Alors nous lui disons : « Mon adjudant, que Dieu lui pardonne. » Cette petite phrase suffit à rendre la liberté à Bougrine. Dehors, celui-ci nous prend dans ses bras en pleurant comme un enfant et nous dit à voix basse : « Cela fait maintenant trois jours que je n’ai pas dormi. Ils ont publié une vidéo qui montre ma sœur… » Nous ne le laissons pas terminer ses justifications, puisque nous avons déjà entendu cette histoire. Bougrine est le dernier à présenter ses excuses. Il s’agit là d’une règle tacite qui régit la ligne de conduite du coupable au cours du processus de médiation que nous avons décrit : « Tu me pardonnes d’abord et je te présente mes excuses par la suite. »

29Vers onze heures du soir, ce mélodrame en plusieurs actes se termine paradoxalement sur une note positive qui enchante tout le monde.

Réflexion sur l’expérience vécue

30L’expérience que nous avons vécue durant notre bref séjour à Aïn Leuh se révèle riche d’enseignements. Elle a surtout permis de lever le voile sur la réalité des relations entre les membres du CLLCD et les agents de l’autorité publique aux échelons local et régional. De manière générale, la démarche que nous avons adoptée pour relater cette expérience offre l’opportunité d’appréhender les relations subtiles entre les institutions formelles et les institutions informelles telles qu’elles se déploient dans la vie quotidienne.

31A partir des pratiques observées, il semble évident qu’une forme d’alliance et de coopération tacite entre les acteurs des institutions formelles et les activistes des mouvements islamistes de prédication existe. Ces derniers, tels que le Mouvement Unicité et Réforme (MUR) proche du PJD ou encore l’Association Justice et Bienfaisance (Jama‘at al-‘adl wa-l-ihsan), association toujours illégale mais tolérée par le pouvoir, ont pignon sur rue. Il est en effet devenu manifeste que des acteurs non étatiques de l’islam politique, qu’ils soient légaux ou illégaux, sont en connivence avec les agents de l’administration locale. La question qui se pose désormais est de savoir comment les prédicateurs dogmatiques et les acteurs du système politique sont parvenus à cette tacite entente pratique ?

32Cela tient à l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques dans le monde arabe et islamique, officialisée dans le cas du Maroc par le discours prononcé par le Roi Hassan II en 1974 à l’intention des élèves et des étudiants séduits par les idéologies marxistes et laïques : « Nous tenons à dire à notre jeunesse […] que notre Prophète, notre religion musulmane ou les préceptes de Mohammed n’ont pas besoin de leçons à importer de l’extérieur. Il suffirait d’un minimum de réflexion à chaque Marocain, à chaque musulman pour donner des leçons à Lénine, à Mao Tsé-Toung… » L’objectif est d’amener les jeunes générations à percevoir et pratiquer la politique en partant des postulats de base du fondamentalisme musulman devenu partie intégrante de la doctrine officielle de la monarchie. Comme le dit Hassan II dans un entretien accordé à la Revue des deux mondes, en avril 1986 : « Il est facile dans notre religion d’être intégriste ou fondamentaliste, parce que la laïcité n’existe pas […]. Fondamentaliste je le suis, parce que je n’abandonne pas les piliers fondamentaux qui constituent les fondements de notre religion. »

33La prolifération, depuis l’arrivée au pouvoir du PJD, des comités de lutte contre la débauche participe de l’obsession islamiste à lutter contre la prostitution là où elle était pratiquée à grande échelle depuis de nombreuses décennies. Il est important de noter que l’initiative volontariste des groupes islamistes en vue d’enrayer ce phénomène n’est pas une réponse à la demande sociale de protection face à la nuisance que constituerait la prostitution ou le trafic de drogue. A vrai dire, une grande partie de la population locale, dominée par les questions de survie, n’était pas encore en mesure de changer d’attitude face à la prostitution. Il s’agit tout au contraire d’un problème structurel auquel les islamistes au pouvoir, soutenus par les institutions informelles, apportent des réponses à l’échelle individuelle, en combinant prédication religieuse et répression. Leur action vise davantage les prostituées et leurs clients que la prostitution elle-même, l’objectif apparent étant de réduire la visibilité du phénomène en intimidant la population.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable