Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 7. Le droit et le rapport à la norme

Le code de la famille, entre évolution des rôles sociaux de sexe et résistance au genre

Wassila Benkirane

Texte intégral

1Le code de la famille est sans conteste une référence incontournable pour parler des avancées juridique et sociale dans le domaine de l’égalité entre les hommes et les femmes au Maroc. Ce code s’appuie sur une philosophie égalitaire qui vise à remettre en question la subordination féminine à travers la suppression de la tutelle maritale qui oblige la femme à obéir à son époux, après la libération de la tutelle parentalequi oblige la fille à obéir à son père dans l’ancien code du statut personnel. Ainsi la domination masculine est révolue sur le plan légal, car la famille est placée sous la responsabilité conjointe des deux époux. Malgré l’abolition de cette tutelle « juridique » qui perpétuait les inégalités juridiques entre les hommes et les femmes, une autre forme de tutelle « économique » se maintient du fait des inégalités économiques entre les deux sexes. Cette inégalité économique s’accentue en raison notamment du recul notoire du taux de participation économique des femmes actives, puisque le taux d’activité de la population féminine âgée de 15 ans et plus est passé de 30,4 % en 1999 à 25,1 % en 2013 (HCP, 2013).

2L’emploi féminin reste un indicateur important dans l’analyse des rôles sociaux, puisque l’activité économique rémunérée dans l’espace public bouscule l’unique fonction traditionnelle de la femme gestionnaire du foyer dans l’espace privé. La redéfinition des rôles sociaux de sexe dans ces deux espaces opposés est confrontée non seulement au déterminisme social, mais aussi à une logique individualiste qui varie d’un individu à un autre. Afin de comprendre la logique des acteurs dans la répartition des rôles sociaux, nous nous baserons sur une enquête qualitative menée dans la capitale économique portant sur les « valeurs du couple après le code de la famille ». Cette enquête a pour objectif d’analyser les perceptions et les représentations des droits et devoirs en fonction des modèles de couple. Malgré la diversité des activités économiques dans la région du Grand Casablanca et l’amélioration du taux de scolarité féminine, le taux de femmes actives reste faible : il a régressé de 25,6 % en 2006 à 19,1 % en 2012 ; ce qui représente une différence de 6 % en comparaison avec la moyenne nationale pour la même année 2012. Cette inégalité économique entre les hommes et les femmes se traduit, entre autres, par la coexistence de différents modèles de couple où les degrés d’autonomie et de dépendance financière féminine sont variés.

3Selon l’article 51 du code de la famille, les droits et devoirs réciproques sont les suivants : la fidélité, le respect mutuel, le consentement dans la prise des décisions relatives à la vie sociale, la cogestion ou le partage des tâches relatives au foyer, la coresponsabilité dans l’éducation des enfants et, finalement, l’entretien de bons rapports avec les belles-familles respectives. Le seul droit et devoir non réciproque, dans ce code, est celui de la responsabilité financière (art. 194) qui reste un devoir masculin et un droit féminin.

4Pour qu’un droit et devoir soit réciproque, la femme et l’homme doivent accomplir le même devoir en contrepartie du même droit. Or, si l’homme est responsable financièrement des dépenses relatives au foyer et que la femme ne contribue pas aux mêmes dépenses, nous ne pouvons pas parler d’un droit et devoir réciproque ; il s’agit dans ce cas d’un devoir masculin indépendant et d’un droit féminin indépendant. Pour que ce devoir matrimonial soit réciproque, l’homme et la femme devraient partager les mêmes dépenses relatives au foyer. Vu les différentes combinaisons entre les droits et devoirs réciproques et indépendants, nous avons choisi de vérifier, à travers des entretiens semi-directifs, l’impact de la gestion financière sur la gestion domestique entre les époux.

Les modèles de couple et la dynamique des droits et devoirs

5Le travail féminin constitue un indicateur important pour la classification des modèles de couple, sachant que l’autonomie ou la dépendance financière totale ou partielle influe sur la dynamique des droits et devoirs entre les conjoints. Il est évident que le travail rémunéré permet une indépendance économique et facilite l’accès à la propriété. Dans le cas du Maroc, nous assistons de plus en plus à une féminisation de la propriété ou à sa mixité à travers le partage des frais du logement ou du crédit-logement, option de plus en plus en plus répandue chez les nouveaux couples, alors que jadis l’accès à la propriété était l’apanage des hommes. Nous avons ainsi vérifié dans les entretiens semi-directifs l’impact du pouvoir économique et du patrimoine immobilier sur les relations de genre lorsque l’homme et/ou la femme accèdent à la propriété. Nous avons également analysé l’incidence du pouvoir économique sur les autres droits stipulés dans l’article 51.

6De l’analyse des entretiens, nous avons repéré trois principaux modèles de couple : le couple égalitaire, le couple compensatoire et le couple non compensatoire. Le premier modèle est celui dans lequel l’homme accomplit le même devoir que la femme en contrepartie du même droit. À titre d’exemple, l’homme contribue financièrement aux dépenses du foyer tout comme la femme. Dans ce modèle, les hommes et les femmes partagent les mêmes droits et devoirs, y compris les dépenses. Il est surtout valorisé par les hommes et les femmes célibataires ou par les nouveaux couples qui appartiennent à la même catégorie socioprofessionnelle et qui optent pour le partage des frais des dépenses du foyer, soit à travers le partage des frais du logement à travers le crédit de couple « spécial logement », soit à travers le partage des frais du loyer ou l’achat en commun de la propriété immobilière. Voici le témoignage d’un homme et d’une femme ayant une vision égalitaire des rôles dans les tâches domestiques et dans le partage des dépenses courantes :

  • 1 Terme utilisé en français.

7Acteur 1 : Homme marié, âgé de 32 ans, employé dans une banque : « Actuellement, les conditions de vie sont devenues difficiles zman sʿab, l’homme se voit obligé parfois d’épouser la femme qui travaille… Du moment qu’elle travaille et qu’elle participe aux dépenses du logement et des dépenses courantes, c’est normal qu’elle soit fatiguée, donc l’homme doit aussi l’aider yʿawunha à la maison… Non, je n’y vois pas d’inconvénient, c’est une mentalité dépassée1maintenant !… Moi-même, j’aide ma femme dans la cuisine, la vaisselle… et elle aussi participe avec moi aux frais relatifs au crédit de l’appartement, au crédit de la voiture, le supermarché, les dépenses en général… Pour la garde du bébé, une semaine chez ma mère et une semaine chez sa mère. »

8Acteur 2 : Femme célibataire, âgée de 30 ans, médecin dans le secteur public : « Si la femme travaille comme l’homme, chacun doit aider yʿawun à la maison en fonction de son emploi du temps… Je ne vous parle pas des femmes au foyer ! Pour nous, les médecins, nous n’avons pas fait des études pour rester à la maison. Moi, personnellement, je n’accepterai pas que mon mari ne puisse pas m’aider surtout si je contribue aux dépenses au foyer. »

9Suite à ce regard croisé, nous retenons la notion commune d’entraide taʿawun qui représente le principal argument pour justifier le partage des dépenses et des tâches domestiques. Dans cet extrait, l’homme met en miroir le travail et les dépenses de la femme et les siens, ainsi que l’aide dans les tâches domestiques. Même la garde de l’enfant est partagée d’une manière égalitaire entre les belles-mères. Par conséquent, l’entraide est réciproque ; c’est la raison pour laquelle il s’agit d’un modèle égalitaire. La femme a utilisé comme arguments les dépenses de la femme contre les dépenses de l’homme, et la nature de son travail qui ne lui permet pas de faire des concessions, par opposition à la femme au foyer qui s’occupe exclusivement des tâches domestiques. La nécessité de l’entraide domestique est justifiée par le fait que la femme participe aux frais comme l’homme, donc en contrepartie l’homme doit participer aux tâches domestiques comme la femme. Le couple est égalitaire, puisqu’il y a une réciprocité dans les droits et devoirs, comme dans les dépenses et l’implication dans les tâches domestiques ; c’est-à-dire que les dépenses et les tâches domestiques sont à la fois un droit et un devoir.

10Le deuxième modèle est celui du couple compensatoire dans lequel l’homme contribue financièrement aux dépenses du foyer en contrepartie de la gestion féminine du ménage. Il est basé sur la compensation d’un devoir masculin (la dispense masculine du devoir des tâches domestiques) par un droit féminin (la dispense féminine du devoir d’entretien économique nafaqa). Le cas du couple compensatoire où la femme est pourvoyeuse de revenus et l’homme au foyer est rare, et il est contraire aux normes sociales.

11Acteur 3 : Homme marié, âgé de 54 ans, commerçant : « Même la femme qui reste à la maison travaille : elle s’occupe des enfants, du mari et de la gestion du foyer. Il n’y a pas mieux que la femme qui reste à la maison surtout si l’homme assure le côté financier, c’est comme ça, c’est une chose naturelle mas’ala tabi’iya… Au contraire, la femme à la maison éduque des générations et elle fait beaucoup d’économies ; c’est mieux que de ramener une femme étrangère braniya pour t’éduquer tes enfants !... En plus, la femme à la maison est respectueuse muḥtarama ».

12Acteur 4 : Femme mariée, âgée de 46 ans, femme au foyer : « Depuis qu’on a ouvert nos yeux, nos parents nous ont inculqué les bonnes manières et ils ont défini nos rôles. La femme doit s’occuper de la maison, et l’homme est chargé des dépenses relatives au foyer, c’est une chose naturelle tabi’iya… Si la femme ne manque de rien et qu’elle n’obéit pas aux règles domestiques, qu’est-ce qu’elle cherche ? Qu’on la batte lʿṣa ! »

13Suite à ce deuxième regard croisé entre ces deux acteurs qui adhèrent au modèle de couple compensatoire, nous avons soulevé la notion commune, « nature », qui a été utilisée pour justifier la répartition des rôles. Le naturel des tâches est invoqué par l’acteur 3 pour justifier les rôles traditionnels, il valorise ainsi le travail domestique de la femme, surtout l’éducation des enfants par la mère plutôt que par une personne étrangère. Dans le deuxième témoignage, la femme se dit satisfaite des rôles traditionnels « naturels », elle respecte les normes sociales perpétuées de mère en fille, et elle critique aussi les femmes qui n’obéissent pas aux normes traditionnelles et qui mériteraient, selon elle, d’être sanctionnées, « battues ». Dans ce modèle compensatoire, les acteurs sont satisfaits de la complémentarité des rôles traditionnels dans lesquels l’homme est pourvoyeur de revenus et la femme gestionnaire du foyer.

14En ce qui concerne le troisième modèle non compensatoire, l’homme ou la femme profitent de plus de privilèges (les droits du code de la famille et les privilèges des normes sociales) sans accomplir de devoirs en contrepartie. Nous allons commencer par les témoignages des acteurs qui donnent leur perception de la femme qui bénéficie du droit d’entretien économique en plus du droit de partage des tâches domestiques. Il s’agit du modèle de couple non-compensatoire avec des privilèges féminins.

  • 2 Terme utilisé en français.

15Acteur 5 : Homme célibataire, âgé de 28 ans, téléconseiller : « La femme d’aujourd’hui est devenue très exigeante ! L’homme doit avoir le logement, partir au marché, payer l’école pour les enfants, et la femme te dit : « C’est l’homme qui doit tout payer ! L’homme doit pourvoir aux revenus de la femme ariǧalu qawamuna ʿala nisaʾ (sur un ton moqueur). » Tu ne vois pas que les femmes sont devenues plus riches que les hommes ? Ce sont les femmes qui ont les plus belles voitures ! Elles travaillent plus facilement que les hommes. Et c’est l’homme qui doit payer le logement et les dépenses importantes, et la femme part chez le coiffeur, l’esthéticienne (en utilisant le langage de préciosité féminine et les gestes de coquetterie)… Et si tu ne l’aides pas à la maison, elle te dit : « Mais toi, tu n’as pas l’esprit ouvert2 ! Les femmes sont vraiment incroyables, les femmes font preuve d’une grande machination ! Ina kaydahuna la ʿaẓim (sur un ton ironique). »

16Actrice 6 : Femme célibataire, âgée de 21 ans, étudiante : « Pour le partage des biens. Ah oui, je n’y vois pas d’inconvénient ! Je trouve que c’est une bonne chose, c’est une reconnaissance pour la femme… Même si la femme ne travaille pas, l’homme doit aider sa femme, c’est bien ! Pourquoi pas ? Après tout, c’est sa femme. Donc, il doit l’aider à la maison et prendre soin d’elle ythala fiha… Mais c’est très rare de trouver des hommes qui aident leurs femmes à la maison dans notre société, on trouve ça malheureusement que dans les pays du Nord ! »

17Dans le premier entretien, l’homme fait la satire de la femme coquette et exigeante qui profite de l’avantage féminin du code de la famille pour ne pas dépenser d’argent pour le foyer, même si elle travaille. Et en même temps, elle réclame le partage des tâches domestiques ; même si elle n’aide pas financièrement le mari. D’après l’interviewé, la femme s’enrichit grâce à cet avantage du code de la famille, car elle ne dépense ses revenus que pour son confort personnel, sans penser à partager ses ressources pour la gestion financière du foyer. Il énumère aussi le nombre de devoirs qu’un homme marocain doit accomplir pour pouvoir se marier et le nombre de droits dont la femme bénéficie. Cet acteur utilise le procédé d’énumération des différents avantages dont bénéficie la femme (l’« exonération » de la femme de la contribution financière relatives aux charges du foyer, la dispense du logement et d’autres frais relatifs à l’entretien des enfants). Ce procédé d’énumération est utilisé pour critiquer les nombreuses injustices féminines. Ce plaidoyer illustre le modèle non compensatoire selon lequel la femme bénéficie d’un double droit contre l’homme qui subit un double devoir.

18Dans le deuxième entretien, la femme est très passionnée par ce modèle de couple où la femme ne travaille pas et bénéficie des avantages de l’homme pourvoyeur de revenus et du mari qui aide sa femme dans les tâches domestiques. Elle a présenté ce modèle comme étant souhaitable mais rare dans la société marocaine. La situation familiale et le sexe influent sur la perception de ces jeunes célibataires ; le jeune homme critique les privilèges féminins alors que la jeune femme souhaite ce modèle avantageux. Ce modèle qui présente des privilèges féminins est généralement désapprouvé par les hommes, car la domination féminine n’est pas une norme sociale, elle ne pourrait faire l’objet que d’un souhait ou d’un rêve, comme l’a signalé l’acteur 6.

19Après avoir analysé la perception du modèle de couple non-compensatoire avec des privilèges féminins, nous allons passer au modèle de couple non-compensatoire avec des privilèges masculins. À titre d’illustratiion, l’homme profite des avantages de la femme pourvoyeuse de revenus et de la femme gestionnaire des affaires du foyer, comme dans les exemples qui suivent :

20Acteur 7 : Homme marié, âgé de 45 ans, fonctionnaire : « L’homme reste un homme. Que la femme travaille ou qu’elle reste à la maison, la nature tabi‘a a voulu ainsi ! C’est comme ça ! Si la femme veut travailler, donc elle doit assumer son travail à l’extérieur et à l’intérieur de la maison. […] L’homme pourrait l’aider parfois quand elle est malade, par humanité ou lorsqu’elle est absente. […] Est-ce un devoir ? Non, ce n’est pas un devoir (sur un ton moqueur, rires) ! »

21Actrice 8 : Femme mariée, âgée de 38 ans, enseignante dans le secteur privé : « C’est moi qui m’occupe de tout ; des enfants pour les emmener à l’école, les aider à faire les devoirs, la cuisine, les tâches domestiques, le marché avec mon propre argent ! Et l’homme retourne du travail et te dit : « Aujourd’hui, le repas est salé. Une autre fois, le repas est peu salé. » Chaque fois une critique… L’homme te dit : « Moi, j’ai le crédit du logement et de la voiture, et toi (la femme) tu t’occupes du reste, les habits des enfants, la scolarité et les frais de tous les jours ! C’est tout ! (ton ironique) ». Et il ne t’aide jamais dans les tâches domestiques, il te dit : c’est l’affaire des femmes chġul lʿyalat ! »

22Dans le premier entretien, l’homme n’adhère pas au principe du partage des tâches, malgré le fait que la femme travaille à l’extérieur. Il justifie les tâches domestiques féminines comme étant naturelles, et il se moque du devoir masculin du partage des tâches domestiques. L’aide occasionnelle dans les tâches domestiques est justifiée en cas d’absence de l’épouse ou si elle est malade. Dans le deuxième entretien, la femme fait la satire de l’homme qui veut que sa femme fasse tout. D’après l’interviewée, l’homme s’enrichit grâce à cet avantage social de la femme qui travaille et qui dépense ses revenus pour la gestion financière du foyer. Ce plaidoyer confirme le modèle non compensatoire ou inéquitable de la domination masculine, selon lequel l’homme bénéficie d’un double avantage contre la femme qui bénéfice d’un double inconvénient.

23Suite à l’observation des modèles de couple non compensatoires, nous avons retenu que le modèle qui présente le plus de devoirs masculins et le plus de droits féminins était non compensatoire dans la mesure où il présente plus de privilèges féminins. Nous avons aussi soulevé le modèle de couple non compensatoire où l’homme profite de la femme pourvoyeuse de revenus sans apporter de l’aide aux tâches domestiques. Ceci dit, ce dernier modèle n’est pas équitable en termes de droits dans la mesure où un acteur profite de plus de droits et de moins de devoirs, contrairement au modèle compensatoire qui présente une complémentarité au niveau des droits et devoirs ou le modèle égalitaire caractérisé par une réciprocité au niveau des droits et devoirs.

24La pluralité des modèles de couple dans la capitale économique en particulier et dans la société marocaine en général reflète la coexistence des « rôles modernes égalitaires » et des « rôles traditionnels complémentaires » au sein du couple. Certes, la valeur économique est une donnée importante dans la classification des modèles de couple, mais elle n’est pas suffisante pour bousculer la fonction « traditionnelle » à cause des coutumes ancestrales ou des valeurs traditionnelles inculquées. À cela s’ajoutent d’autres facteurs pour le maintien des normes traditionnelles, comme l’argument majoritaire du « naturel » des rôles sexués qui implique, d’une part, la dispense sociale des hommes du devoir de partage des tâches domestiques, et, d’autre part, la dispense légale des femmes du devoir de partage des dépenses (article 194 du code de la famille). Cette vision traditionnelle se perpétue avec l’inégalité économique et la défense du « naturel » des rôles sexuels au sein du couple. Alors que la vision moderne promeut un partage plus égalitaire au niveau des dépenses et suppose une ouverture vers une approche plus égalitaire au niveau de la gestion du foyer.

25En définitive, chaque acteur décrit le modèle qui convient le plus à ses intérêts selon sa situation matrimoniale et en fonction de son statut socioprofessionnel. Bien qu’il y ait une « égalité » entre les hommes et les femmes sur le plan juridique, l’inégalité économique perpétue les rôles sociaux traditionnels où l’homme est le principal pourvoyeur de revenus et la femme la principale gestionnaire du foyer. En plus des réformes juridiques « égalitaires », l’émancipation économique et culturelle des femmes constitue un élément déterminant pour la redéfinition des rôles sociaux de sexe au Maroc.

Bibliographie

Alami M’chichi H., « Changement social et perceptions du nouveau code de la famille », dans M. Benradi (dir.), Le Code de la famille : perceptions et pratique judiciaire, Rabat, Friedrich Ebert Stiftung, 2007.

Haut Commissariat au Plan, « Activité, emploi et chômage du Grand Casablanca », Casablanca, Direction régionale de Casablanca, 2012.

Haut Commissariat au Plan, « Enquête nationale sur l’emploi », Rabat, Direction de la statistique, 2013.

Naji R., La Moudawana (Code de la famille) : le référentiel et le conventionnel en harmonie, t. 1, Le Mariage et la filiation, Rabat, Ed. Bouregreg, 2009.

Notes

1 Terme utilisé en français.

2 Terme utilisé en français.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable