Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 7. Le droit et le rapport à la norme

Revendiquer un droit en situation d’illégalité : étude des dynamiques d’installation dans un quartier
d’habitat informel

Soraya El Kahlaoui

Texte intégral

1Il est un phénomène qui est resté inaperçu, alors même qu’il a profondément transformé le paysage urbain du pays : l’explosion de « el ‘achwai », terme qui est utilisé pour nommer tous les types d’informalité (constructions illégales, commerce sauvage, etc.). Cette extension de l’affranchissement par certaines catégories de la population de tout respect des normes étatiques en vigueur a marqué l’année 2012. Cet article va porter sur une forme spécifique de conduite informelle : celle qui s’organise autour de la question de l’habitat.

Les quartiers d’habitat informel

2Début 2012, une rumeur laisse entendre que « el bni tatlak », c’est-à-dire que la construction est devenue libre. Cette rumeur, qui a été lancée au lendemain de la victoire du PJD aux élections législatives du 25 novembre 2011, affirmait qu’il n’y avait plus besoin d’autorisation pour construire ou même lotir un terrain. En quelques mois, le Maroc a alors assisté a une véritable prolifération du bni el ‘achwai (« l’habitat informel »), de sorte qu’en périphérie de toutes les villes marocaines, des quartiers entiers se sont construits sur des terrains qui n’étaient pas constructibles et sans respect des plans d’urbanisme. Ce phénomène, au départ toléré par les pouvoirs publics, a vite été à l’origine d’altercations entre les habitants de ces quartiers et les autorités publiques, lorsque ces dernières ont voulu intervenir pour stopper les constructions. Suite à ces incidents, ces quartiers se sont construits « de force », comme en atteste le nom d’un quartier situé à la périphérie d’Agadir que les habitants ont baptisé Derb bzzez – ce qui veut littéralement dire « quartier construit de force » – au lendemain des affrontements qui les ont opposés aux forces de l’ordre. En fait, si la pratique de la construction informelle implique toujours, à cause de son caractère illégal, un acte de force, c’est un phénomène organisé qui répond à une série de règles et suscite des négociations avec les autorités qui sont défiées.

3Pour saisir la complexité de ce phénomène, le mieux est de décrire l’installation et la vie quotidienne d’un de ces quartiers d’habitation informelle : Bir Jdid, située à 50 kilomètres au sud de Casablanca. Cette agglomération se trouve dans une zone rurale, à dominante agricole, dans laquelle il n’y a que peu d’industrie. Néanmoins, ces dernières années, du fait de l’expansion de Casablanca, Bir Jdid tend à se développer et à devenir une périphérie de grande ville. De ce fait, des plans d’urbanisation ont été mis en place, incluant le lancement de projets de logements sociaux. En pleine politique de restructuration urbaine, la ville a ainsi tenté de rationaliser la politique du logement pour mettre fin aux constructions anarchiques. Le quartier de construction illégale dont il est ici question se trouve sur les hauteurs de la ville. C’est un quartier ancien, appelé Douar Lota, qui a toujours été constitué d’habitations clandestines. Certains habitants, généralement issus des campagnes alentour, y résident depuis plus de dix ans et ont réussi à se voir installer l’électricité il y a cinq ans. Les maisons ont été généralement bâties de nuit, moyennant corruption et arrangement avec les autorités locales. Elles sont construites en dur, avec des matériaux de construction modernes. Parallélépipède à base carré ou rectangulaire, peu élevé, surmonté d’un toit en tôle posé à plat, ces habitats sont sommaires et précaires au départ, privés des équipements de base. Toutefois, ils sont conçus pour être évolutifs. Le plus souvent, les habitants ne construisent que les murs, le toit reste en tôle jusqu’au moment où ils réunissent assez d’argent pour pouvoir le construire en dur. Les rues sont étroites et les maisons collées les unes aux autres. Les habitants sont approvisionnés en eau grâce à une fontaine publique et à plusieurs puits qui appartiennent aux propriétaires des terres sur lesquelles le quartier s’est érigé. Avant le développement « en force » des constructions illégales de janvier 2012, ce quartier ne dénombrait qu’une centaine de maisons. Durant les trois années précédentes, aucune construction n’y avait vu le jour, les forces de l’ordre procédant à la destruction immédiate de toute nouvelle installation. Aujourd’hui, le nombre de maisons a été multiplié par dix. Contrairement aux anciennes habitations, les nouvelles constructions sont, d’après ce qu’en disent les habitants, « mieux construites », c’est-à-dire qu’elles utilisent des matériaux de construction plus sécurisés : usage du fer, de poutres en bois, de briques. Cet agrandissement du quartier a totalement bouleversé sa composition sociologique. En effet, les nouveaux arrivants proviennent de tout le Maroc. Généralement, ce sont soit des personnes qui n’avaient ni travail, ni logement dans leur région et qui s’assurent un logement peu cher dans ce quartier en attendant de trouver des « petits boulots », soit des personnes qui travaillent à Casablanca, Rabat ou encore El Jadida (les grandes villes aux alentours) et qui ne peuvent obtenir un logement sur place du fait de la flambée des prix des loyers.

4Cet élan collectif, qui a conduit un nombre considérable d’individus à entrer dans une action massive de construction de logements, a reconfiguré de manière tout à fait inattendue les rapports entre les habitants des quartiers informels et le pouvoir politique en place. Un développement de cette action a été l’expression d’une forme particulière de revendication : celle d’« un logement pour tous ». C’est ainsi que, en dépit de la violence de leur initiative, les habitants invoquent désormais un « droit » pour justifier leur installation et le caractère illégal de leur occupation. Et l’argument dont ils se servent dans leurs négociations avec les responsables des autorités locales est le suivant : « Mon voisin construit, dans toutes les villes on construit, alors pourquoi moi je ne le ferais pas ? »

La rumeur comme source de légitimité

5La caractéristique la plus surprenante des « nouvelles » constructions informelles de l’année 2012, nommées par les acteurs eux-mêmes « el bni el jdid » (l’habitat nouveau), est qu’elles se sont développées sur la base d’une rumeur. Lors d’entretiens menés dans différents quartiers ‘achwai, les habitants faisaient tous état du même ouï-dire : « el bni tatlak » qui veut dire « la construction s’est libérée ». De nombreuses origines sont attribuées à cette rumeur. Certains disent que c’est le Roi lui-même qui aurait annoncé l’autorisation généralisée de construire lors de son « grand discours ». Et lorsque l’on demande aux habitants de dater ce discours, les réponses restent toujours vagues. Il était d’ailleurs étonnant que personne ne fasse référence au discours du 9 mars 2011 relatif au changement constitutionnel. En réalité, personne dans ces quartiers n’était réellement au courant du fait que le Roi avait prononcé un discours qualifié d’historique ce 9 mars. Parfois, certains habitants se rapportaient à un certain discours de la « réforme », d’autres évoquaient la possibilité que ce soit le discours qui ait accompagné le vote du doustour (« Constitution »). En somme, si tous les habitants renvoient au moment du vote « pour le Roi », c’est-à-dire au référendum relatif au changement constitutionnel, personne ne fait précisément référence au discours du 9 mars 2011. Pour autant, en citant un certain « grand discours du Roi », leur parole s’inscrit malgré tout dans une réalité historique qui permet de fonder en véracité l’énoncé de la rumeur. Pour les habitants des quartiers informels, la « grande réforme » n’est bien évidemment pas le changement constitutionnel, qui n’a aucune incidence pratique sur leurs vies, mais bien la possibilité effective pour les plus démunis de se loger grâce à la libéralisation du « bni el ‘achwai ». Pour d’autres habitants, c’est suite à l’accession au pouvoir de A. Benkirane, actuel chef du gouvernement, que l’Etat a décidé d’offrir aux plus démunis la possibilité de se loger. Pour appuyer leurs propos, ils se prévalent de tous les discours que Benkirane a tenus sur la pauvreté, et notamment sur sa promesse d’aider les habitants des brarek, c’est-à-dire des bidonvilles qui sont clairement distingués de ces quartiers d’habitat informel. C’est ainsi qu’au début de l’année 2012, il arrivait fréquemment, lors des discussions avec les habitants de Douar Lota, que ceux-ci remercient le gouvernement du PJD d’avoir pensé aux « draouch », c’est-à-dire aux plus démunis. Pour les habitants de ce quartier, le changement politique était perceptible de manière tangible dans la possibilité désormais accordée aux populations marginalisées d’avoir accès à des droits sociaux.

6Pour les élus locaux et les fonctionnaires travaillant à la préfecture, comme le caïd, le cheikh ou le moqaddem, cette rumeur est directement liée aux événements du Printemps arabe. Pour ces professionnels de la politique, les structures de l’Etat ont été déstabilisées par les révolutions tunisienne et égyptienne. En particulier, l’exemple de Bouazizi, vendeur de rue informel qui s’est immolé à la suite d’une interdiction de poursuivre son activité, aurait, d’après eux, fait peur au makhzen, de sorte que pour éviter un soulèvement des plus pauvres, la surveillance de toutes les formes d’informalité a été relâchée : « La révolution en Tunisie leur a permis d’ajouter un deuxième étage, un autre printemps arabe et ils en construiront un troisième », dit un agent de l’agence de l’eau de Bir Jdid. Ainsi, du fait que cette rumeur trouve des points d’ancrage dans le contexte historique qui est expliqué, au niveau international, par les acteurs politiques et, à l’échelle nationale, par les habitants, elle acquiert de facto une force de légitimité suffisante pour asseoir la possibilité de revendiquer, à partir d’un état de fait institué en toute illégalité, la création d’un nouveau droit : celui de construire sa maison. Ce droit, décrété sur la base d’une rumeur, se fonde, dans la réalité des acteurs, sur une instance de légitimité supérieure à n’importe quelle instance juridique, puisqu’il émane directement des plus hautes sphères du pouvoir : le roi ou le chef du gouvernement, selon les versions. La rumeur, à laquelle est conférée une origine étatique et royale, se transforme en source d’un droit inaliénable du point de vue des habitants. Malgré l’illégalité formelle, elle fonde la possibilité d’exiger le droit de construire, puis le droit d’habiter.

7En somme, toute la subtilité de ce bni el jdid est d’instituer un ordre de légitimité que les habitants en situation d’illégalité mobilisent pour revendiquer un « droit » au nom d’un principe incontestable : tout être humain peut exiger d’avoir un toit. Et disposer de ce droit veut dire, pour les habitants de l’informalité, cesser d’être « illégaux ».

Revendiquer le droit de construire en situation d’illégalité

8Dès lors que les habitants des quartiers informels ont fondé leur action collective sur la revendication d’un droit, toutes les pratiques de clandestinité jusqu’alors usitées dans l’habitat informel ont été remises en cause. Ainsi, contrairement à ce qui se passait auparavant, les nouvelles habitations de Douar Lota ont été construites à la vue de tous. Les acteurs n’ont pas essayé de cacher leur activité, bien au contraire. Les matériaux de construction ont été acheminés en plein jour, par la route principale jusqu’au quartier. Tous faisaient « comme si » ils avaient le droit de construire, « comme si » ils étaient dans leur droit. Cette attitude, qui pourrait passer inaperçue aux yeux de beaucoup d’observateurs, mérite pourtant une attention toute particulière. En effet, cette manière de faire usage d’un droit (qui n’est que le produit de la rumeur) est une manière pour les habitants de faire admettre leurs pratiques et de défier les autorités. En rompant avec toutes les formes de stratégie du « caché » et en annonçant que leur revendication du « droit de construire » a été satisfaite, les habitants imposent publiquement le fait que leur habitat n’est plus clandestin, mais bien approuvé par le pouvoir politique. Il était d’ailleurs frappant de voir l’effervescence de la construction en cours : les matériaux allaient et venaient, acheminés des camions vers le quartier par des carrioles, les hommes poussaient des brouettes pleines de sacs de ciment, de sable ou de caillasse pendant que d’autres étaient attelés à la construction des maisons. Bref, dans ce quartier où chaque lopin de terre était en train d’être bâti, tout semblait tout à fait normal. Faire « comme si » on avait le droit de construire revenait à faire reconnaître publiquement la réalité de ce droit.

9Mais feindre l’existence d’un droit n’a bien évidemment pas suffi pour garantir durablement l’autorisation simulée de construire arrachée aux mains du pouvoir. C’est ainsi que lorsque les autorités ont décidé de rendre force à la loi et d’intervenir pour expulser les occupants illégaux et détruire leurs maisons, les habitants se sont opposés violemment aux interventions de la force publique. Alors que, jusqu’ici, toute visite des autorités locales dans le quartier suscitait crainte et soumission publique, notamment du fait de la corruption, cette fois-ci, leur tentative d’intervention a débouché sur une émeute. En mars 2012, les autorités locales décident d’établir un barrage sur la route pour interdire l’accès au quartier des camions acheminant le matériel de construction. Une vieille dame, ancienne habitante du Douar Lota, dont la maison était en cours de rénovation et d’agrandissement, raconte, le sourire aux lèvres, comment tous les habitants ont réussi à faire lever ce barrage et à chasser les mroud, le cheikh, le moqaddem et même le caïd à coup de pierres et d’insultes. Pour mener cette action, tout le quartier est accouru pour libérer les camions. Dès que la nouvelle leur est parvenue, en moins de dix minutes, les hommes et les femmes, des plus jeunes aux plus âgés, sont sortis de chez eux en courant pour « caillasser » les représentants de l’ordre public. En une demi-heure, le barrage a été détruit. Suite à cela, des rumeurs ont continué à courir laissant entendre qu’une lejna – une délégation des autorités publiques – allait intervenir pour détruire tout le quartier. Les habitants ont alors décidé de « s’armer » en prévoyant d’acheter des bidons d’essence et en menaçant de tout brûler si les autorités intervenaient à nouveau. Une femme, mère célibataire de trois enfants, nouvellement installée dans le quartier et dont la maison n’était pas encore terminée, annonça même que, en cas d’intervention, elle sacrifierait son dernier enfant en « martyr ». D’autres ont affirmé que : « s’ils reviennent, soit on tue, soit ils nous tuent ». Il faut noter que s’engager dans une forme d’action violente pour défendre ses constructions est une modification radicale des pratiques courantes dans l’habitat clandestin. Jusqu’alors, les relations avec les autorités locales étaient plutôt marquées par les tentatives d’arrangement et de compromis et non par une confrontation directe. S’engager délibérément dans une forme d’action violente revient à changer de logique : c’est, en quelque sorte, se battre pour défendre un droit dont on estime qu’il est désormais acquis.

Revendiquer le droit d’habiter : pérenniser son logement en situation d’illégalité

10Pérenniser son logement, c’est entrer dans un rapport complexe avec les autorités, jouant sur les limites, oscillant entre l’arrangement et le maintien d’un rapport de force. Et puisque la violence a été utilisée pour permettre la construction en force, il semble évident que l’action de pérennisation des logements va se poursuivre sur fond d’une menace perpétuelle de violence.

11Avec ce changement du rapport aux autorités publiques, les habitants ont radicalement modifié les modes d’interaction usuels entre eux et les agents du pouvoir. En premier lieu, les habitants ont adopté une attitude de nonchalance, comme en témoignent le cheikh et le moqaddem qui, suite à l’émeute, nous avouaient qu’ils revenaient dans le quartier avec prudence, nous confiant, alors qu’ils déambulaient dans les rues lors de l’une de leurs rondes : « Les rapports se sont inversés. Avant, ils avaient peur de nous ; maintenant, ils s’en foutent totalement de notre présence. Ils nous ont même attaqué : regarde les traces de jet de pierres sur la voiture, on vient à peine de remplacer la vitre. Il n’y a plus de respect pour l’autorité. Les gens construisent, on leur demande leur carte d’identité, on les prévient que ce qu’ils font est illégal, mais, sans même nous regarder, ils nous jettent leur carte et continuent à creuser la terre avec la pioche. Quand on leur délivre leurs moukhalafâtes (les contraventions) qui les somment d’arrêter, ils la plient, la mettent dans leur poche et continuent les travaux. » En rigolant, l’air un peu gêné, ils disent qu’après les incidents ils ont mis du temps à retourner dans le quartier car ils avaient peur de se faire agresser, mais qu’aujourd’hui les choses se sont calmées, ils sont simplement devenus « transparents » : « Les gens ont compris que d’un côté, nous, on ne pouvait rien pour eux : ni les aider, ni les déloger. On est de simples agents, les ordres ne viennent pas de nous. » Les habitants, eux, expriment leur défiance à l’égard de tout représentant du makhzen, affirmant que, désormais, il ne fallait plus les aider en acceptant leur corruption ou en allant voter pour eux : « Je le jure, je ne voterai plus jamais pour aucun de ces fils de pute », criait une vieille dame dans le quartier. Bien souvent, les habitants du Douar Lota racontaient avec fierté que désormais ils ne soudoyaient plus les autorités locales ou les mroud, mais qu’ils leur « jettent leur monnaie » : « ils sont comme des chiens, parfois ils nous font même pitié, alors on leur jette la petite monnaie quand on en a dans la poche » nous racontait fièrement un jeune homme, ancien habitant du quartier, qui, disait-il, avait bâti sa propre pièce, juxtaposée à la maison de son père, sans se préoccuper des autorités locales, sans même prêter attention à leur présence ou encore à leurs instructions visant à décrire leurs actions comme contraires à la loi et susceptibles de sanction, parce que, selon lui, comme pour tous les habitants, il existe un « droit à habiter » qu’ils traduisent par la phrase « ‘andna el haq nssouknou » (nous avons le droit d’habiter).

12Ce droit à habiter est la principale ressource à laquelle ont recours les acteurs pour justifier leurs actions : » si on ne va pas là, alors on ira où ? » disent-ils tous. En invoquant ce droit, sans pour autant faire appel à une quelconque charte des droits de l’homme, les habitants du quartier font ainsi référence à un droit qui leur semble inaliénable. Même s’ils n’utilisent pas le terme « houqouq el insan » (droits de l’homme), c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’ils disent « koul insan ‘andou el haq i skoun » (tout être humain a le droit d’habiter un logement). Tout à fait habilement, ils répètent cette maxime aux autorités locales en l’accompagnant d’un discours misérabiliste, se décrivant eux-mêmes comme des gens « pauvres », draouch, n’ayant pas d’autre endroit où habiter car n’ayant pas les moyens de payer un loyer. Leurs discours visent à discréditer l’image qui leur est renvoyée d’être des mafias de « riches » qui auraient profité de l’occasion offerte par la rumeur pour investir dans le quartier : « Il n’y a que des gens draouch ici, personne n’a réellement de travail formel, on vit au jour le jour, on travaille à la semaine, personne n’a les moyens de s’assurer un loyer. Au moins, en construisant sa maison ici, même si on na pas d’argent à la fin du mois pour vivre, on ne se retrouvera pas à la rue », nous racontait un des habitants du quartier.

13Ce droit à habiter est invoqué unanimement dans les descriptions des habitants, et il est toujours justifié de la même manière : un discours misérabiliste faisant de ce droit un droit intangible pour tout être humain. En se servant de ce type d’argumentation, les habitants parviennent à renouer avec le pouvoir en le plaçant face à sa responsabilité, tout en justifiant leurs actions, ce qu’ils font sous cette forme : « Nous remercions le gouvernement d’avoir pensé à nous en nous laissant construire, et on ne laissera pas les autorités locales nous priver de notre droit. » Une manière habile de ne pas remettre en cause l’origine de la rumeur et de s’en servir comme socle pour pérenniser leurs logements. En fin de compte, c’est au moyen de ce type de raisonnement qui se fonde sur la création d’un droit substantiel que les habitants peuvent affirmer : » L’Etat ne peut pas se permettre de détruire nos logements, c’est impossible, ce serait une injustice trop flagrante, et ni l’Etat ni le roi ne sont injustes. »

Enjeux de luttes et formes de contestation

14Les acteurs, du seul fait de formuler leur revendication sous forme « politique » ou en s’engageant dans une forme d’« action directe », démontrent, d’une part, qu’ils sont pleinement conscients de l’injustice qui leur est faite, d’autre part, qu’ils entendent obtenir la justice sociale et « la qualité économique ». La légitimité de cette action collective procède de l’expression de cette double revendication qui consiste à faire valoir, dans et pour l’action en cours, l’exigence d’un ordre social et moral plus conforme aux principes de justice et de dignité. L’exemple de la mobilisation des habitants de Douar Lota montre donc comment des individus en situation d’illégalité parviennent à mener, en dépit de leur marginalité et de leur vulnérabilité, une lutte en vue de la conquête d’un droit subjectif, en l’occurrence ici le droit à habiter. Et on peut dire que, même si elle ne se présente pas toujours sous ces termes, dès lors que des individus s’engagent dans une lutte de ce type, ils expriment, à son niveau le plus élémentaire, une revendication de démocratie.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable