Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 6. Diversité et contrastes religieux

Rituels de guérison et effet placebo : le cas de Ben Yeffou1

Philip Hermans

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Hilda Dorissen, Mustapha Hmimou et Dirk Dumon pour leur commentaire sur une pr (...)

Rituel d’exorcisme, Ben Yeffou (commune de Oualidia, province d’El Jadida, Maroc), 16 août 2002. © Hermans.

1Le matin du premier mercredi du moussem du mois d’août 2002 à la zaouïa de Ben Yeffou, une jeune femme, accompagnée de sa mère, s’évanouit durant sa visite et reçoit la bénédiction d’un guérisseur. Quand celui-ci prend sa main et récite le Coran, elle commence à crier et à hurler. Le guérisseur la pousse contre le sol. Avec l’aide d’un autre guérisseur il parvient à la tenir sous contrôle, mais elle continue de crier.

Le guérisseur : Va-t-en ! Au nom d’Allah, fous le camp tout de suite ! Pars ! Qu’est-ce que tu es en train de faire ? Va-t-en et ne reviens plus jamais ! Es-tu homme ou femme ?

La femme : Aïe, aïe !

Le guérisseur : Es-tu croyant ? Es-tu musulman, chrétien ou juif ?

La femme : Oui ! Aïe, aïe.

Le guérisseur : Va-t-en ! Quitte cette fille. Ne reviens plus ! Dépêche-toi ! Vite ! Par où veux-tu partir ? De ses mains, bouche ou pieds ?

La femme : Les mains ! (La femme continue à crier et à se lamenter)

2Le guérisseur frappe avec un bâton sur la poitrine et les mains de la femme.

La femme : Aïe, aïe !

Guérisseur : Fous-moi le camp ! Ceci n’est pas un jeu. Veux-tu qu’on te fasse souffrir encore plus ?

La femme : Non ! Non !

Guérisseur : Alors fiche le camp ! Je vais m’occuper de toi, je ne vais rien faire d’autre ! Va-t-en ! Laisse tes mains ! Dépêche-toi ! Tu rends les choses difficiles pour toi-même. Tu vas souffrir encore plus !

La femme : Ne me fais pas souffrir, ne me fais pas souffrir !

Le guérisseur : Alors fiche le camp. Maintenant !

3Le guérisseur continue à taper sans fin la main et le bras de la femme.

La femme : Aïe, aïe !

Le guérisseur : Si tu reviens je te promets une punition terrible.

4Le guérisseur arrête de frapper, et la femme se calme. Il tient la tête de la femme entre ses mains et récite le Coran. Elle semble endormie. Après quelques minutes, elle reprend connaissance et regarde autour d’elle.

5Au Maroc, la médecine traditionnelle, sous forme de techniques de guérison magico-religieuses, continue d’attirer beaucoup de gens, surtout des classes populaires. Ce n’est pas seulement parce que la médecine moderne n’est pas très accessible à tout le monde mais aussi parce que l’approche traditionnelle correspond encore à la conception du monde de beaucoup de gens. De plus, faire appel à la médecine traditionnelle n’exclut pas du tout l’usage du système moderne.

6Quoi qu’il en soit, beaucoup de Marocains croient en une explication personnaliste de leur destin et de leur santé. Ceci implique qu’ils considèrent que certaines maladies sont causées par l’intervention directe d’un être personnel. Il peut s’agir d’un être surnaturel, comme un jinn, ou d’un être humain, qui emploie des moyens surnaturels comme la magie (siher) ou le mauvais œil (l-‘ayn). Les jnun semblent constituer le facteur le plus important. Un jinn est une espèce d’esprit (féminin : jinniya ; masculin pluriel jnun, féminin pluriel jinniyat). Il s’agit d’êtres invisibles qui, selon le Coran (15 : 26-27), ont été créés de feu.

7Les croyances populaires marocaines ont développé un imaginaire très coloré de ces créatures. Ils vivent dans un monde parallèle à celui des êtres humains, mais ils peuvent y pénétrer et y user de leur puissance. Ainsi les jnun peuvent rendre les gens malades ou apporter le malheur comme vengeance pour un mal infligé. L’exemple donné le plus souvent est celui de quelqu’un qui les éclabousse d’eau bouillante sans prononcer la formule bismillah. Ils attaquent les gens aussi parce qu’ils désirent une relation sexuelle avec eux ou simplement à cause de leur caractère capricieux et impulsif.

8Toutes sortes de maladies sont imputées aux jnun. Les plaintes prolongées pour lesquelles la médecine officielle n’a pas de solution claire sont imputées tôt ou tard aux jnun. Ceci signifie que l’éventail entier des troubles psychiques, des plaintes et des douleurs vagues, des plaintes psychosomatiques, l’impuissance sexuelle, des maladies incurables, mais aussi beaucoup de problèmes de vie sont attribués à de tels facteurs personnels. En plus, tout autre malheur peut être attribué aux jnun, par exemple les problèmes d’amour et de couple, ainsi que le blocage au niveau du travail et des études. Plus spécifique et spectaculaire enfin est la possession par le jinn d’une personne.

9Au Maroc, toute une armée de guérisseurs traditionnels est active. Beaucoup de villages et de quartiers urbains ont leur scribe qui reçoit les malades, et le pays est parsemé de sanctuaires, avec leurs coupoles typiques (qubba), où les malades viennent implorer les saints.

Ben Yeffou

10La zaouïa est située dans le village du même nom, à 120 kilomètres au sud de la ville d’El Jadida. Au cours d’une journée ordinaire, ce sanctuaire reçoit une douzaine de visiteurs. Ils viennent implorer l’aide de deux saints (awliya), Sidi ‘Ali et surtout son frère Sidi ‘Abdel‘Aziz Ben Yeffou, appelé en général simplement Ben Yeffou. Selon la légende, ils vivaient dans un passé lointain et descendent du Prophète. Un groupe choisi de leurs descendants, dits chorfa, prend soin des pèlerins, les traite et reçoit en échange des revenus. Ben Yeffou n’est pas l’un des plus grands ou plus connus sanctuaires du pays, mais nous avons eu un bon rapport avec les responsables. De plus, nous avons trouvé que le sanctuaire, aussi bien que les rituels curatifs pratiqués là étaient typiques de ce que nous avions observé ailleurs dans le pays.

11Quand les gens ont recours au sanctuaire, ils suivent en général le parcours suivant. En arrivant, ils achètent d’abord quelques bougies dans un des petits magasins à l’extérieur du sanctuaire et se dirigent vers le mausolée du saint. A mi-chemin, ils passent par une salle mi-ouverte, la mahkama (le tribunal), où se trouvent quelques hufdan, descendants des saints et guérisseurs qui sont de service cette semaine. Les pèlerins leur laissent les bougies et quelques pièces d’argent et continuent leur chemin. Le plus souvent, ils visitent les deux saints. Ils posent les lèvres sur les styles du portail ou sur les pieux de coin des tombes et disent une oraison comme : « Ô Monsieur Sultan ! Ô Sidi ‘Abdel ‘Aziz ! Ô Terre Rouge ! Je viens vers vous mais Dieu est mon but. Je veux qu’avec votre force et la force de Dieu mes besoins soient satisfaits ! »

12Les gens s’adossent contre un mur du mausolée, s’assoient à côté du tombeau ou s’appuient contre le catafalque. Certains frottent leurs membres douloureux contre le tombeau ou amassent la poussière d’en-dessous du catafalque parce que cette dernière est réputée contenir beaucoup de baraka. Après la visite aux tombes, les gens se rendent de nouveau vers la mahkama. Là, ils sont bénis par un hfid. Celui-ci prend la tête du pèlerin dans ses mains et murmure quelques versets du Coran. S’ensuit alors un court rituel d’exorcisme allégorique pendant lequel le hfid frappe doucement le corps avec un bâton léger, soit « l’épée qui réprime le jinn ». Ensuite, il souffle sur son visage et dans ses oreilles. Une fois la bénédiction faite, le pèlerin embrasse le hfid sur le front, la main ou l’épaule comme signe de respect et lui glisse quelques dirhams. Le hfid murmure encore une supplication. Souvent, le pèlerin obtient encore un talisman ou un sachet de terre rouge pour tenir les jnun à distance. Cette terre rougeâtre provient d’une colline voisine et serait saturée du sang d’un sacrifice qui aurait mal tourné du temps de Ben Yeffou. Ainsi se déroule une bénédiction de routine. Pour un problème spécifique, le malade peut demander un traitement plus particulier.

Les thérapies

13Je donne ici quelques exemples de traitement que j’ai pu observer à Ben Yeffou. Quand une fille obèse reçoit une bénédiction au cours du moussem, la fête annuelle en l’honneur de Ben Yeffou, sa mère informe le hfid que sa fille souffre de l-‘kes, elle baigne dans le malheur constant. Le guérisseur prend la tête de la fille dans ses mains, récite quelque chose et souffle sur son visage. Il dit que Tab‘a, une jinniya dangereuse, est la cause de ses problèmes et que seul un sacrifice peut aider. « Quel sacrifice ? » demande la mère. « Un coq rouge chassera une fois pour toutes la jinniya », répond le hfid. Il ajoute qu’il suffit de lui donner l’argent pour qu’il achète l’animal et veille à ce que le sacrifice soit effectué de la manière correcte. Il obtient soixante dirhams et donne à son tour un talisman et un sachet de terre rouge. Ensuite, il commande de remplir une bouteille avec l’eau du puits du sanctuaire. Une fois à la maison, la femme doit ajouter du sel, de l’huile d’olive et de la terre rouge. Elle doit y dissoudre également l’encre du talisman. De ce mélange, elle doit donner à sa fille une gorgée après la prière du coucher du soleil, pendant sept jours consécutifs.

14Un petit garçon d’une dizaine d’années est amené par sa mère dans la qubba de Ben Yeffou. Il pleure et continue à sangloter bien que sa mère le console. Un chérif s’approche du garçon et commence à lui caresser la tête, mais le petit continue à pleurer. Le guérisseur souffle avec beaucoup de salive (bukh) sur son visage, ce qui fait que le garçon se lamente encore plus. Alors il le reprend, le porte vers la tombe du saint et le pousse contre celle-ci. Il continue à lui caresser la tête et lui souffle plusieurs fois dans le visage et les oreilles. En vain. Il rend le garçon sanglotant à sa mère. Il me dit que le garçon a été touché par un jinn et qu’il va prendre soin de lui plus tard dans la journée.

15Les problèmes de vue sont aussi « soignés » dans le sanctuaire. J’ai vu un hfid traiter une fille d’à peu près huit ans qui avait une mauvaise vue. Elle portait des lunettes avec des verres très épais. Le guérisseur a soufflé sur le visage de la fille et surtout sur ses yeux, puis il les a touchés doucement avec son kelkha, son bâton spécial, dit « l’épée qui réprime le jinn ». Lorsque je lui ai demandé plus tard comment il traite les gens mal voyants, il a répondu que les jnun peuvent se percher dans les yeux et que lui-même, grâce à la baraka de son ancêtre et à la volonté de Dieu, peut les chasser. La baraka était transmise par son souffle.

16Au cours d’une journée du moussem de 2002, le sanctuaire est rempli par la foule. Soudain, une femme d’une quarantaine d’années commence à se lamenter et à crier. Elle tombe sur le sol et reste couchée sur le dos. Deux hufdan la prennent par les mains et la traînent chez Si Hmed, le guérisseur le plus important parmi ceux présents. Il accepte un paquet de bougies, don qu’une accompagnatrice de la femme a apporté. Si Hmed se place derrière la tête de la femme et tient ses bras contre le sol. Il maintient de la terre rouge en-dessous du nez de sa cliente, prend sa tête dans ses mains et commence à réciter le verset du trône (Coran, 2 : 255). De temps en temps, il frappe doucement les tempes de la femme. Un autre hfid fait signe qu’un jinn est en train de circuler dans l’air et va descendre. Si Hmed le ressent aussi et commence à converser avec le jinn. Il apparaît qu’il s’agit d’une jinniya. Le hfid veut savoir son âge, son sexe, sa religion et autres particularités. Il s’avère assez vite que la femme est hantée par trois jinniyat. Si Hmed les interroge l’une après l’autre. Il essaye de comprendre pourquoi elles l’ont possédée, négocie avec ces êtres capricieux et récalcitrants, les cajole, les menace et les oblige à partir. Entre-temps il souffle (bukh) sur la femme. Son haleine ainsi que la récitation du Coran « brûlent » les jnun et les incitent à partir, m’a-t-il expliqué plus tard. D’une façon très étrange, les jnun répondent « de leur propre voix » par la bouche de la femme. Voici un extrait du dialogue entre Si Hmed et Mira, une des trois jinniyat :

Si Hmed : Que voulez-vous de cette femme ?

Mira : Elle pleure de trop !

Si Hmed : Vous l’avez frappée à cause de son chagrin ?

Mira : Oui, elle pleure beaucoup pour sa mère défunte.

Si Hmed : La pauvre ! Elle pleure beaucoup pour sa mère. Et vous, qu’avez-vous ? Assez ! Mon Dieu, pardonnez-la parce qu’elle est venue ici chez nous ! Nous lui conseillerons de ne plus pleurer et vous, vous devez la quitter.

Mira : Assez !

Si Hmed : Assez ! D’accord ?

Mira : D’accord !

Si Hmed : C’est promis !

17L’épisode se termine par une oraison commune pour la femme, à laquelle tous les présents participent.

La thérapie expliquée

18Les guérisseurs expliquent leur force de guérison surtout sur la base de la notion de baraka. C’est une force divine, une émanation du divin dans le monde. Certains objets et êtres possèdent cette force et, à cause de cela, peuvent apporter le bonheur et amener à la guérison. Ainsi, les récitations du Coran et des talismans contiennent beaucoup de baraka. C’est aussi grâce à la baraka qu’ils possèdent abondamment du fait de leur ancêtre qu’ils peuvent maîtriser les jnun qui sont à l’origine de nombre de maladies. Là où d’autres guérisseurs se prévalent de leurs connaissances coraniques et ésotériques, les descendants de Ben Yeffou sont fiers de leur force de guérison qui s’abrite entièrement dans la baraka de leur ancêtre et du fait que cette force travaille directement, même involontairement. Dans un poème, ils vantent Ben Yeffou comme le docteur qui guérit toutes les maladies avec la volonté de Dieu et sans recourir aux herbes, aux poudres ou au mercure et sans utiliser d’autres techniques.

19Il n’est pas facile de montrer que les gens guérissent effectivement par les mains des guérisseurs de Ben Yeffou, ni d’ailleurs d’autres guérisseurs traditionnels marocains. En général, leur succès est fort surestimé par ceux qui y croient. Une guérison après un traitement, quelles que soient sa cause et la nature de l’amélioration, bénéficie de toute l’attention et sera affichée. Tous les autres cas qui ne montrent aucune amélioration, et il y en a beaucoup, ne sont pas comptés.

20En anthropologie et en ethnopsychiatrie, beaucoup d’explications ont été formulées au sujet du fonctionnement et du succès des guérisseurs traditionnels. La plupart des approches avancent que ces traitements répondent de manière symbolique aux significations sociales et aux tensions qui sont exprimées dans les symptômes et les plaintes des malades. Les auteurs inspirés par la psychanalyse reconnaissent des principes psychanalytiques dans ces rituels de guérison, comme l’expression et le dénouement symbolique de conflits intrapsychiques refoulés, ainsi que la catharsis.

L’effet placebo

21L’inconvénient de ce genre d’explication réside dans le fait qu’il tient trop peu compte de la grande variété des plaintes, symptômes, maladies et problèmes qui se présentent. Ceux-ci ne peuvent donc pas être réduits à une seule problématique générale, sociale ou culturelle. En outre, les hufdan à Ben Yeffou ne s’efforcent pas de poser un diagnostic spécifique et n’arrivent ni à peser les facteurs possibles ni à interpréter les problèmes psychologiques ou sociaux. Chaque maladie, physique ou mentale, est considérée comme causée par un jinn qui doit être chassé avec la baraka de Ben Yeffou et grâce à la volonté d’Allah. Enfin, chaque bénédiction, traitement et rituel d’exorcisme connaît plus ou moins le même déroulement stéréotypé.

22Pour ces raisons, je n’ai pas cherché à expliquer le succès de ces guérisseurs par des processus psychanalytiques cachés ni par des transactions culturelles symboliques, mais bien par une interprétation non spécifique qui peut être comprise sous le dénominateur d’effet placebo. Cet effet implique que, quand une personne pense recevoir un médicament ou une autre forme de thérapie effective, elle peut guérir dans une certaine mesure, même si ce traitement ne contient aucun élément actif. La signification du traitement déclenche apparemment plusieurs processus psychologiques et biologiques qui favorisent une amélioration et même la guérison. Dans ce contexte, les symboles deviennent de nouveau importants à condition qu’ils étayent la conviction que le traitement en question est puissant. L’important est que le patient soit convaincu qu’il reçoit une thérapie efficace. C’est encore mieux si le thérapeute croit cela aussi.

23Il s’avère que les hufdan de Ben Yeffou se montrent des maîtres dans la gestion de l’effet placebo. Ils se présentent comme de grands guérisseurs – ils en sont convaincus – et ils haussent énormément l’espoir et les espérances de leurs patients. Pour commencer, ils s’associent avec toutes sortes de symboles de pouvoir et de force. Ils travaillent dans le contexte des croyances populaires et partagent la vision du monde de leurs patients. Ceci implique la possibilité de dépasser les lois naturelles ordinaires. De plus, ils utilisent dans leurs rituels le Coran, la parole de Dieu même. Ils prétendent en plus être les descendants de la lignée de saints les plus réputés au Maroc. Et selon eux, ceux-ci ont fait des miracles extraordinaires et descendent à leur tour de la personne la plus importante qui a vécu sur terre, le prophète Mohammed. Ils possèdent la baraka, soit la force divine. En général, des prières et des supplications aux saints et au Très-Haut font partie intégrante des interventions des guérisseurs, et par cela ils fusionnent traitement et religion. Ceci renforce à son tour la confiance dans la cure que l’on reçoit.

24Mais les hufdan s’associent aussi aux symboles du pouvoir séculier. Ben Yeffou est appelé Sultan, mais, d’après le mythe, il est un Sultan beaucoup plus puissant que le Sultan noir qui régnait à l’époque. Il est aussi un juge, mais un juge qui commande non seulement les êtres humains mais aussi les jnuns. Il est à relever qu’un rituel d’exorcisme prend souvent la forme d’un procès avec un interrogatoire, l’accusation et la punition du jinn qui possède.

25Les autorités reconnaissent et subventionnent le sanctuaire, sans doute pour sauvegarder cet aspect du patrimoine culturel et aussi pour des raisons politiques ; mais les guérisseurs de Ben Yeffou ainsi que le peuple considèrent toutefois ceci comme une homologation qui augmente encore leur prestige. Les bâtiments du sanctuaire sont grandioses et impressionnants, certainement par rapport aux habitations humbles du peuple. Ici, toutes les choses extraordinaires doivent être possibles. En plus, l’entourage entier de la zaouïa est chargé de symboles et témoigne du monde prodigieux de Ben Yeffou. L’histoire, les mythes et les rumeurs que l’on raconte sur Ben Yeffou et ses successeurs augmentent le prestige des guérisseurs ainsi que l’espérance de leurs patients. Une constante campagne de publicité est menée par les hufdan, leurs patients et d’autres gens qui racontent et confirment que leur monde est fantastique. A chaque fois que je montrais mon intérêt pour Ben Yeffou, quelqu’un me racontait avec force détails des guérisons miraculeuses et des exorcismes spectaculaires.

26Les techniques des hufdan sont aussi impressionnantes. Ils font un diagnostic rapide et certain qui correspond à l’image du monde du patient : tel jinn a attaqué pour telle raison. A Ben Yeffou, on ne dit pas qu’il faut encore des examens ou que l’on n’est pas certain. Etre touché, arrosé et frappé rituellement par un de ces personnages provoque des émotions intenses chez les gens qui les subissent. Si un exorcisme élaboré n’est pas agréable pour la personne en question, il reste toute de même très dramatique et impressionnant, y compris pour l’entourage dans lequel se trouvent probablement des clients futurs. En effet, les rituels se font presque toujours en public. L’évocation d’un jinn ainsi que l’adresse et la force de l’exorciste pour manier et finalement expulser le démon suscitent l’émerveillement et le respect. L’accroissement des espérances des clients est aussi réalisée par les suggestions qui sont faites à tout moment du traitement. Ceci se fait par exemple en déclarant très explicitement que le malade est guéri. Enfin, il y a toujours un message d’espoir. On ne dit pas que l’on ne peut plus rien faire, que le client a statistiquement dix pour cent de chances de survivre ou qu’il doit apprendre à vivre avec son affection. Ben Yeffou et ses descendants peuvent toujours aider, si Dieu le veut.

27Ressentir que l’on a un contrôle sur ses problèmes est aussi important pour augmenter les espérances du patient. Les hufdan réalisent ceci de différentes façons. Dans presque tous les cas ils « prescrivent » à leurs clients de prendre ou de faire quelque chose une fois qu’ils sont retournés à la maison. Le client doit par exemple porter un talisman protecteur, il doit boire une concoction faite d’encre dissoute d’un talisman, il doit verser de la terre rouge dans les coins de sa maison pour écarter les jnun, ou il doit organiser un sacrifice. De cette façon, le client ressent qu’il maîtrise ses difficultés. Les patients qui restent plus longtemps à la zaouïa obtiennent encore plus de compréhension du monde de la magie et des jnun. Ainsi ils peuvent devenir des spécialistes en la matière. Il est d’ailleurs frappant que beaucoup de guérisseurs et voyantes-thérapeutes ont commencé leur carrière comme malades ou désaxés.

28Est-ce que les guérisseurs de Ben Yeffou sont plus efficaces que les autres guérisseurs marocains ? Probablement pas. Mais leurs mythes et légendes racontent entre autres comment Ben Yeffou s’est emparé du monopole régional de l’exorcisme et comment il rusait avec les autres guérisseurs. Une fois de plus, les hufdan de Ben Yeffou se montrent les meilleurs guérisseurs.

Bibliographie

Le placebo peut donner un résultat important, mais, en fin de compte, les potentialités de cet effet sont restreintes. Il va de soi que l’effet est plus clair dans le cas de dysfonctionnements psychosomatiques, certains troubles mentaux et surtout les problèmes de vie ressentis comme maladies. L’effet sera également plus grand sur l’expérience subjective d’une maladie, ce qui est influencé par la culture, et moins sur le dysfonctionnement biologique de base. Pour cette raison, une amélioration temporaire des plaintes est typique de ce genre de traitement. Pour certaines personnes et certains problèmes, un traitement traditionnel peut apporter une aide importante, mais, pour beaucoup d’affections, elle ne peut rien faire.

Hermans P., De wereld van de djinn: traditionele Marokkaanse geneeswijzen, [Le monde du jinn: thérapies marocaines traditionnelles], Amsterdam, Bulaaq, 2007.

Maarouf, M. Jinn Eviction as a Discourse of Power: a Multidisciplinary Approach to Moroccan Magical Beliefs and Practices, Leiden, Brill, 2007.

Rhani Z., Le Culte de Ben Yeffou: sainteté, rituel et pouvoir au Maroc, thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, 2008.

Notes

1 Je tiens à remercier Hilda Dorissen, Mustapha Hmimou et Dirk Dumon pour leur commentaire sur une première version de cet article.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable