Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

La conception marocaine de l’ordre international et de la politique étrangère à travers le discours royal

Siham Belkhadir

Texte intégral

1Le 28 avril 2000, soit neuf mois après son accession au trône, Mohammed VI prononce un discours remarqué en ce qu’il sonne comme un manifeste qui donne son ADN à la politique étrangère à venir du Royaume. De fait, en plus de contenir certaines directives, cette profession de foi pose une définition claire de la perception que le pays se fait de sa position sur l’échiquier international. Une vision qui opère une synthèse entre acquis de ses prédécesseurs et volonté d’ouvrir une nouvelle ère avec une conception plus personnelle et plus « dans l’air du temps ». L’exercice est délicat, entre continuité et rupture, souplesse et contrainte au sommet de l’Etat, mais qui, ici, prend une résonance plus aiguë car adressée à un entre-soi, spécialiste des questions internationales. En effet, ce discours, prononcé lors de la Journée nationale de la diplomatie marocaine, sonne comme la locution inaugurale d’un vaste programme qui énonce de façon précise les ambitions internationales du jeune monarque.

2Devant un parterre de spécialistes, la langue se veut savante et précise, rappelant qu’à l’image de son père Hassan II, à qui il rend hommage, il sait maîtriser, au moins de façon discursive, une matière et une science, pourtant riches et mouvantes. Le roi y énonce également certaines intentions, y dévoile des espoirs et adjoint à son analyse une forme d’idéal à atteindre. De ce discours, il nous semble pouvoir tirer deux séries cohérentes et homogènes d’éléments qui permettent de comprendre la vision officielle de la politique étrangère et de l’ordre international. La première, qui est une situation réelle, héritée, et une seconde, qui condense les aspirations d’un pouvoir jeune, ambitieux et plein d’espoir, porteur de ce fait d’une forme réactivée d’idéalisme Le discours international marocain se construit dans une synthèse qui, d’un état des lieux factuel, évolue vers des aspirations, fragiles, car tenant plus d’une attitude que d’une construction tangible.

La conception héritée, entre réalisme et théories tiers-mondistes

3Si l’on considère le texte du discours du 28 avril 2000, on peut être troublé. En effet, d’une façon qui ne peut en aucun cas être fortuite, certains termes employés sont directement issus des champs lexicaux de deux courants d’analyse développés dans le champ des études internationales : le réalisme et la dépendance. Le reste est suggéré, voire paraphrasé, mais nullement explicité de manière aussi claire et tangible. Un syncrétisme qui peut paraître étonnant, voire détonnant tant il nécessite un étirement digne de Procuste pour réussir à concilier les deux approches. Pourtant, cela n’est pas si étonnant quand on considère qu’il s’agit là justement de la conception héritée et qui peut se comprendre par une position et une histoire qui ont rendu ce syncrétisme possible.

4Ainsi, si Mohammed VI n’oublie pas de rendre hommage à son père, artisan de cette vision hybride, c’est qu’il en mesure la justesse qui permit à l’Etat de garantir sa stabilité malgré un climat fragile et changeant. Cette conception héritée a été forgée au terme de la décolonisation et durant la guerre froide et a permis d’assurer une forme de non-alignement, en puisant tantôt dans l’idéologie et les théories d’un camp et tantôt dans ceux de l’autre. Ce faisant, le Maroc a pu se constituer une identité – on le verra – mais aussi mettre à jour ses spécificités propres concernant, notamment, la définition de ses intérêts nationaux et le meilleur moyen de les satisfaire.

5De manière réaliste, la politique étrangère marocaine se caractérise par sa souplesse et son ajustement aux données internationales (Hasbi, 2009), qui lui permettent de poursuivre comme dessein supérieur et prioritaire le parachèvement de son intégrité territoriale. Une position longtemps imposée par la bipolarité qui induit une lutte pragmatique pour faire bonne figure au sein du concert des nations. Le parachèvement de l’intégrité territoriale étant au rang des priorités pour satisfaire aux exigences de ce positionnement.

6Plus tard, alors que le système international glisse temporairement vers une forme d’hégémonie unipolaire, le Maroc fait preuve du même pragmatisme. Il s’attache ainsi davantage au pôle occidental, dans une forme de ralliement, tout en cherchant dans le même temps à se construire un rôle prépondérant dans la région. On peut citer à ce propos la tentative de construction de l’UMA (Union du Maghreb Arabe), dès 1989, mais qui fait long feu, notamment en raison des batailles d’ego entre les hégémons régionaux qu’auraient pu être le Maroc ou l’Algérie et de leurs crispations autour de l’affaire du Sahara occidental.

7Mais le paradigme réaliste seul ne suffit pas à expliciter la politique étrangère et la vision du monde du Maroc léguée par Hassan II à son successeur Mohammed VI, puisqu’il faut y voir aussi quelques résurgences d’analyse tiers-mondiste, notamment celle de la dépendance, courante dans les années 1960 et dont la coloration marxiste n’a pas empêché son emploi par certains dirigeants pourtant fort éloignés de la vulgate communiste.

Une conception héritée, mettant à jour des liens de dépendance

8Quand le Maroc accède à l’indépendance, en 1956, dans le tourbillon de la ferveur des solidarités nationalistes, différentes doctrines se mettent en place et se concurrencent. Néanmoins, il devient vite patent que le concept de dépendance permet de caractériser valablement la situation postcoloniale du Maroc et d’un certain nombre d’autres Etats du même rang. Le développement, dans son acception la plus large, n’est pas au rendez-vous, et, pire, les relations avec les anciennes puissances impériales les placent dans une situation peu confortable de dépendance. Cet état est permis par la détérioration des termes de l’échange entre les anciennes métropoles et ces nouveaux Etats que certains qualifient de périphériques. Il est aggravé par la dépendance financière et technologique.

9Très vite, des correctifs sont mis en place pour atténuer ce biais, dont les échanges Sud-Sud comme palliatif possible. Ainsi, malgré l’absence criante du Maroc dans l’organisation la plus emblématique du continent, l’Union Africaine du fait de son retrait en 1984 de l’Organisation de l’unité africaine, le discours officiel met en avant les tentatives de coopération en dehors du cercle des puissances classiques, tentatives accrues depuis la tendance vers la multipolarisation du système international.

10Ainsi, on le voit, la conception héritée dénote d’un équilibre fragile où il s’agit de tirer au mieux profit des différentes concurrences internationales. Une situation précaire qui handicape les tentatives pour se singulariser et faire entendre une voix propre. « C’est le prix que paient tous les pays de la catégorie du Maroc à leur dépendance. (Hasbi, 2009). » Soit une vision teintée de fatalisme qui dénote d’une forme d’impuissance quant à une influence possible sur l’ordre mondial. Une forme d’aveu de faiblesse, que le roi Mohammed VI essaie de dépasser en proposant de manière explicite, dans son discours, une vision certes idéalisée mais qui dénote d’une véritable volonté de corriger l’ordre réel, imposé, source de frustrations et d’un statu quo peu favorable au Royaume.

La vision personnelle et réactualisée de Mohammed VI : entre idéal et quête d’identité

11Pour corriger une situation chaotique, Mohammed VI déploie une rhétorique subtile qui appelle à des réajustements, entre aspirations humanistes et quête morale d’un ordre plus juste. Cette profession de foi décrit ce qui tient plus de l’ordre de l’idéal à atteindre, non sans donner quelques pistes pour sa réalisation. Cette dualité, subie, entre ce qui est de l’ordre du réel et de la pure volonté devant être atténuée par la mise en avant, comme nous le verrons, d’une certaine spécificité qui pourrait l’amener à séduire certains partenaires stratégiques.

12Très vite, dans son discours, le roi parle de la nécessité « d’un saut qualitatif fait d’audace, de créativité et d’innovations quant aux méthodes et objectifs ». En effet, face à une situation internationale inédite et nouvelle, le paradigme se doit de changer. Entre idéalisme et libéralisme, les perspectives et les pratiques mais aussi les buts à atteindre connaissent un souffle nouveau rendu possible par de nouvelles dynamiques internationales. Et même s’il s’agit plus d’un idéal à réaliser que d’une réalité tangible et concrète, il est intéressant d’étudier la vision portée par ce discours.

13Ainsi, les fondamentaux de la doctrine sont mobilisés : intégration régionale et internationale, coopération, coopération économique, légalité, promotion des droits de l’homme et rêve de paix universelle. Soit un panel quasi exhaustif des outils conceptuels supposés nécessaires à la réalisation de cet ordre souhaité, forgés cette fois-ci par les plus ardents opposants à la théorie réaliste.

Une vision personnalisée tendant vers le cosmopolitisme

14Car ce que le discours du roi réactive, c’est une volonté de réforme de l’ordre international, dont la nécessité transcende la seule ambition de Mohammed VI, pour converger vers des aspirations universelles et universalistes au cœur des préoccupations d’une certaine pensée qui se veut éclairée et positive. Soit un vaste projet qui vise à pacifier les relations internationales, notamment en institutionnalisant davantage la société internationale. Le recours à la force devient obsolète : à la place trône l’apologie du tout coopératif. Les bienfaits du commerce, longtemps prônés par les auteurs classiques de la doctrine libérale, sont de nouveaux considérés.

15Ainsi, notamment par peur du risque, un calcul rationnel pousse le Royaume à un apaisement stratégique. La tentation transnationale, évolution ultime du libéralisme, est même un temps considérée, puisque Mohammed VI assimile différentes composantes non étatiques à des acteurs utiles au façonnement de l’ordre mondial mais aussi de sa politique étrangère. Cette citation qui prend la forme d’une courte liste éclectique et non exhaustive montre bien, néanmoins, l’assimilation par le discours officiel des nouvelles contraintes internationales complexifiées par la multiplicité et l’hétérogénéité des nouveaux acteurs. Soit une interdépendance accrue du jeu de laquelle il peut parfois être difficile de tirer son épingle.

16On le voit, le discours royal multiplie les références mais peine tout de même à donner un poids suffisant à des ambitions qui sonnent parfois comme de simples vœux pieux. Le discours devient ainsi un palliatif à la dure réalité malgré la divergence entre les faits et les intentions. Il sert, dans ce contexte, autant à construire une image rassurante et fiable pouvant séduire les grands de la scène internationale, qu’à rassurer et mobiliser ses propres citoyens. Néanmoins, pour que cette construction théorique dépasse un simple cadre fictif et ne sonne plus comme une pure « fuite en avant », des pistes sont évoquées, à même de permettre une perception internationale plus favorable du Maroc, car faisant la part belle à sa singularité et améliorant ainsi sa visibilité.

17Même si le problème de l’intégrité territoriale est une constante qui biaise et hypothèque les différents positionnements du pays, l’identité que ce dernier déploie n’en est pas moins un outil valable de rayonnement. Un rayonnement et une position dus tant à des facteurs historiques que géographiques et culturels.

18La légitimité historique peut se déduire de la mise en avant, dès les prémices du discours, d’apports continus au gré des évolutions de la dynastie. Quant à l’environnement géographique immédiat, il permet un ancrage territorial séduisant et stratégique, car il multiplie les sphères potentielles d’influence : Afrique, Maghreb, Monde arabe, voire Europe. Ce qui place le Maroc à un carrefour foisonnant qui enrichit davantage son identité et la mixité de ses intérêts et des échanges qu’il peut développer. Ainsi, aux deux premiers ancrages géostratégiques dont se réclame le Royaume s’ajoute une culture partagée aspirant à l’universel grâce, notamment, au sentiment d’une appartenance collective. La religion, explicitement valorisée, peut à ce titre servir de dénominateur culturel commun supplémentaire permettant d’autres formes de solidarités et des attaches transcendant l’aspect purement territorial. La mise en avant de ces différents cercles, qui permettent d’établir des rapports fondés sur le partage d’idées, est importante pour saisir le changement subtil de dialectique, qui affirme ici la prééminence de l’identité sur l’intérêt national qui n’en devient qu’une émanation, un reflet qu’elle a façonné.

19Cette identité plurielle, qui influence la politique étrangère et lui donne son caractère évolutif, se compose de quatre unités différentes : l’identité de corps à laquelle peuvent être agrégées les revendications territoriales, l’identité de type qui pousse le Royaume à se présenter comme une alternative démocratique crédible, ce positionnement lui permettant de conforter son identité de rôle, celui d’un partenaire fiable et attractif ; enfin, l’identité collective, qui est convoquée de manière plus timide mais qui, on le verra, se développera davantage au cours du règne du monarque grâce, notamment, à divers partenariats et engagements internationaux.

20Ces constructions permettent in fine de d’atténuer les incertitudes du système international, en en proposant une tentative de structuration. On passe ainsi d’une vision réaliste, où les agissements du Maroc pouvaient être appréhendés comme étant dictés par la contrainte à une situation, sans doute transitoire, dictée par les intérêts. La notion de légitimité s’immisce ainsi dans le discours officiel, sans toutefois prendre le pas sur les paradigmes courants en la matière.

21L’analyse du discours officiel marocain s’avère délicat, car il mêle en permanence éléments tangibles et ceux encore fictifs d’un vaste programme international qui reste encore à mettre en place. Ce qui semble assez cohérent avec la teneur générale de l’exercice, à ce moment encore relativement nouveau pour le jeune monarque mais qui, nous le verrons, subira diverses modulations au gré de la décennie qui suivra.

22Notons néanmoins la disparité entre la portée effective des volontés formalisées dans ce discours et l’influence réelle d’un Etat comme le Maroc. Une disproportion frappante entre les mots et les faits. Une formulation hautement symbolique qui permet de ménager les différentes susceptibilités internes et externes et de redorer par la rhétorique une crédibilité souvent menacée.

23Ainsi, si ce discours, par lequel le Roi expose sa vision de l’ordre international, pose les jalons d’une nouvelle conception syncrétique entre continuité et souplesse accrue plutôt que réelle rupture, il est aussi fondateur, parce qu’il lui permet d’expliciter sa politique étrangère sur des soubassements clarifiés, marquant ainsi définitivement de son sceau le règne qui commence.

24Pour compléter notre propos, il semble intéressant, en partant de cet état des lieux initial, de donner également une brève lecture choisie de deux autres discours tout aussi emblématiques : celui du 30 juillet 2004, prononcé pour la Fête du Trône, qui permet de jauger de quelles évolutions la vision royale de l’ordre international et de la politique étrangère a pu s’enrichir ou tirer parti à mi-parcours du nouveau règne ; celui prononcé six ans après, le 30 juillet 2011, à l’occasion de la 12e Fête du Trône, et dont l’importance semble décisive, car il intervient après les remous agités apparus dans le sillage des revendications politiques et citoyennes du Mouvement du 20 Février, avatar marocain des protestations généralisées qui secouent le monde arabe qualifiées de Printemps arabe. Un mouvement dont l’intensité force l’Etat à réformer, en réaction, la Constitution.

25L’étude complémentaire de ces deux discours nous permettra de tirer des conclusions plus générales sur les événements qui sont intervenus depuis le discours inaugural du 28 avril 2000 et de voir en quoi cela a permis ou non une plus grande adéquation aux premières observations émises par le monarque.

26Au moment du discours intermédiaire du 30 juillet 2004, le cadre international a connu des métamorphoses patentes. On peut citer notamment les événements du 11 septembre 2001, survenus peu de temps après le discours du 28 avril, mais qui substantiellement changent les termes et les modèles désormais possibles. Cela ne fait finalement que conforter l’intuition marocaine qui transcende les données réelles en tentant de les soumettre par les techniques habituelles du softpower qu’il tente même de transformer de plus en plus en smartpower. Par ailleurs, les événements 11 septembre combinés à ceux intervenus à Casablanca en mai 2003 vont décomplexer l’alignement du Royaume sur la lutte contre le terrorisme international.

27Pour ce faire, le Roi semble conceptualiser un vaste programme qu’il déploie en trois volets : le voisinage, la solidarité et le partenariat. Cette vision réactualisée ne tranche pas les problèmes territoriaux, malgré la réaffirmation de la charge essentielle qui leur est dévolue, mais dénote une manière plus empirique dans la façon d’envisager leur résolution. Ainsi les trois cercles concentriques successifs que forment les relations de voisinage, de solidarité et de partenariat sont diversement instrumentalisés pour pondérer la fragilité structurelle. En fonction de l’intérêt national, l’Etat se réserve le droit d’activer de manière plus ou moins substantielle telle ou telle autre relation privilégiée, même si, dans les faits, ce sont souvent les rapports de partenariat qui dominent et permettent de tempérer des relations de voisinage demeurées difficiles pour ne pas dire problématiques. Les liens de solidarité venant, quant à eux, plus généralement renforcer une position parfois délicate dans le cadre des partenariats.

28Soit une conception médiane, entre réalisme et idéalisme, qui s’inscrit parfaitement dans l’héritage du premier discours, mais en analysant de manière plus fine et concrète les possibilités et les limites qui s’offrent ou au contraire se dressent devant le Maroc et qui lui permettent de préciser davantage sa politique étrangère et de la rendre encore plus efficiente face aux nouvelles dynamiques internationales. Donc une souplesse accrue, mais aussi un propos plus affirmé conscient des atouts glanés grâce à sa promotion d’un softpower éclairé.

29Plus tard, en 2011, les circonstances internationales ont été littéralement bouleversées. Le Maroc doit faire face à de nouveaux défis produits par un climat régional instable et une situation nationale volatile. Dans le sillage de ces différentes sollicitations et demandes inédites, la réponse marocaine est constitutionnelle. Peu après l’adoption de la loi fondamentale, le 1er juillet 2011, le Roi prononce le 30 juillet un discours qui choisit la voie du rassemblement et propose une vision qui réitère et réactive ses composantes élémentaires. Les éléments constitutifs de ce noyau irréductible se voient ainsi pérennisés durablement. Il s’agit, bien sûr, des préoccupations liées à l’intégrité territoriale qui demeurent centrales, la promotion des droits de l’homme, de la coopération économique et des différents partenariats, qu’ils soient régionaux ou au contraire qu’ils les transcendent, les vœux d’intégration – même s’ils demeurent souvent pieux – venant intensifier davantage encore ce positionnement. La valorisation de la culture et de l’identité hybrides dont se réclame le Maroc lui permet également de s’octroyer certaines prérogatives induites par d’autres appartenances construites sur des solidarités plus immatérielles. En témoigne, par exemple, l’évocation récurrente dans chaque discours de la cause palestinienne, dont le roi, à la suite de Hassan II, continue de porter la charge, notamment en raison de sa fonction de président du Comité Al Qods.

30En partant d’un programme initial qui souffrait d’un manque de relais et d’un étayement insuffisant, le Roi a finalement réussi, en quatorze ans de règne, à asseoir et à donner une vision qui donne corps à ses aspirations. En effet, tout au long de sa conduite des affaires internationales, le Maroc a pu gagner en crédibilité et en influence tout en jouissant d’une stabilité remarquable dans la région. Il reste à savoir comment le Royaume pourra capitaliser davantage sur son expérience dans ce nouveau panorama mouvant, porteur tout autant de germes potentiels d’amélioration que de déstabilisation.

31Avec des risques accrus concernant les problèmes liés à l’intégrité territoriale dont le traitement continuera de peser sur une politique étrangère pourtant déjà difficile et délicate à conceptualiser en raison des capacités et de la position épineuse du Royaume, sa politique étrangère, comme celle de tous les pays de sa catégorie, demeure hautement poreuse à des tractations qui pourtant la dépassent et qui sont le fait des grands de ce monde. Dans cette anarchie, même structurée, la position du Maroc fluctuera en fonction des concurrences et des manœuvres, dans un jeu qui lui échappe souvent. La seule solution qui reste est de tirer au mieux avantage des opportunités qui, ce faisant, pourraient s’offrir à lui.

32Néanmoins, il convient de noter que, paradoxalement, la situation internationale s’avère presque favorable à l’épanouissement de la perspective de Mohammed VI. Notons, par exemple, l’effet du Printemps arabe, dont il est encore prématuré de tirer des conclusions mais qui a, à court terme, plutôt renforcé la stature internationale du Maroc, l’érigeant en modèle de stabilité et en en faisant un interlocuteur à la crédibilité renforcée. De même, les turbulences que le Sahel continue de traverser semblent conforter l’importance de la stabilité de la région du Sahara. Ainsi, face à la menace du terrorisme, le Maroc pourrait constituer, sinon un rempart, du moins, de facto, un relais désormais indispensable.

33Ainsi, le Maroc réussit peu à peu à imposer sa singularité sur la scène internationale, notamment quand il s’agit de défendre sa cause suprême : l’intégrité territoriale. Malgré le manque d’outils habituels de la puissance, il sait faire preuve de résistance et continue à tenter de s’imposer au mieux des circonstances, malgré les différentes fluctuations internationales. Reste désormais à pousser plus loin « l’audace » dont le monarque s’était prévalu dès ses premiers discours, notamment celui du 28 avril 2000 au centre de notre étude.

Bibliographie

Hasbi A., « Les intérêts nationaux du Maroc par rapport au nouveau système international », Annuaire marocain de la stratégie et des relations internationales, Paris, l’Harmattan, t. 1, 2012.

Hasbi A., « Conceptions marocaines de l’ordre international et de la politique étrangère », La France, l’Europe et le monde : mélanges en l’honneur de Jean Charpentier, Paris, Editions Pedone, 2009.

Abouddahab Z., « Compétitivité globale et positionnement du Maroc dans le système mondialisé », exposé dans le cadre du séminaire de l’IRES, 2011.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable