Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Les rapports entre générations dans le mouvement du 20 février

Joseph Hivert

Texte intégral

1Suite à un appel à manifester lancé sur internet par des jeunes issus de divers réseaux sociaux et militants, le 20 février 2011, des milliers de personnes manifestent dans plus d’une cinquantaine de villes du Maroc. Elles revendiquent l’instauration d’une constitution démocratique rédigée par une assemblée constituante élue, la justice sociale (accès aux soins, à l’école, à l’emploi, etc.), le refus du clientélisme, de la corruption et de la privatisation des services publics, la reconnaissance de la pluralité culturelle du pays, etc. Déclinaison marocaine des soulèvements populaires arabes, la séquence protestataire qui s’ouvre avec la marche du 20 février est inédite tant du point de vue de sa durée que de son ampleur. Elle l’est aussi au regard de sa composition : si les protagonistes et instigateurs du « Mouvement du 20 février », nommé ainsi en référence à la marche éponyme, sont « jeunes » – on parle des « Jeunes du 20 Février » (Chabab ‘achrin fabrayir) –, le mouvement protestataire a également rassemblé des classes d’âge différentes ainsi que des générations familiales successives. En s’appuyant sur l’exemple de deux générations familiales engagées dans la protestation selon des modalités différentes, il s’agit ici d’illustrer cette dimension intergénérationnelle de la mobilisation, trop peu prise en compte jusqu’à ce jour.

Des alliances entre les âges dans le Mouvement du 20 Février

2De nombreux militants politiques des années 70 et 80 soutiennent la protestation en participant aux manifestations à titre individuel et/ou en rejoignant le Comité national de soutien au M20F (CNSM20F), créé le 23 février 2011 à l’initiative de différents collectifs partageant les revendications émises par les jeunes. Constitué de partis politiques issus de la gauche non gouvernementale (Parti socialiste unifié (PSU), La Voie démocratique, le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS), le Congrès national Ittihadi (CNI)) et aussi de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui a accueilli la conférence de presse en soutien à la marche du 20 février, du Forum Vérité et Justice (FVJ) et d’ATTAC-Maroc, ce comité de soutien présente « son rôle comme celui d’un simple appui logistique et financier auprès des jeunes en se joignant aux marches dominicales et aux autres manifestations publiques, mais en laissant les premiers rôles aux jeunes » (Desrues, 2012, p. 4). La consigne officielle que se donnent les « aînés » militants est en effet de ne pas s’ingérer dans les décisions prises par les jeunes protestataires. A travers ces organisations, ce comité offre un appui au M20F en mettant à disposition de ses militants des locaux, du matériel, des ressources, etc. L’AMDH-Rabat prête ainsi ses locaux aux militants du M20F et soutient la protestation en publiant des circulaires et communiqués de soutien, en mobilisant ses membres et ses réseaux dans les manifestations et en appuyant publiquement les revendications politiques du mouvement. De la même manière, le siège du PSU à Casablanca et celui de l’Union marocaine du travail (UMT) à Rabat constituent des lieux à la fois « d’assemblées générales et de production politique et des points de départ de marches et de manifestations » (Vairel, 2012). Au-delà d’un appui politique et logistique, ce sont aussi les compétences et savoir-faire militants des aînés, acquis généralement au cours de longues carrières militantes, qui sont mis au service des plus jeunes. Les militants discutent des tactiques à adopter pour l’organisation des manifestations, des stratégies à suivre à l’égard des militants islamistes d’al ‘Adl wal-ihsan, etc. Au travers de ces discussions et de ces échanges que la mobilisation occasionne entre générations, le M20F se présente comme un moment privilégié de formation de la relève militante.

3Si les militants politiques de la génération 70 apportent un soutien aux jeunes tout en restant en dehors des organes du mouvement, d’autres militants, qui se situent dans un entre-deux générationnel, se sentent autorisés à participer aux AG et à s’engager dans les comités de travail du mouvement lorsque de jeunes militants déclarent que la mobilisation n’est pas seulement une mobilisation de « jeunes ». C’est par exemple le cas de Brahim, né en 1971 dans une famille militante de l’extrême-gauche, qui a actuellement deux enfants en bas-âge. Plus vieux que les « jeunes » du M20F et plus jeune que les « vieux » de la « génération 70 », Brahim appartient à une génération intermédiaire. Il explique à propos de son engagement :

« Parce qu’au début, bon, c’était un mouvement de jeunesse, j’estimais qu’à 40 ans passés j’allais pas les agacer, donc je me suis occupé à la marge de les soutenir et à travailler sur tout ce qui pouvait se monter […] j’ai bossé sur la commission, sur la constitution et j’ai fait toutes les manifestations […] le principe à la base c’était que je participais aux manifs, puis à un moment donné quand les militants eux-mêmes ont déclaré que c’était un mouvement général, que c’était pas un mouvement de jeunes uniquement, j’estimais que j’avais le droit d’y participer, et donc j’ai commencé à m’impliquer dans la coordination, j’étais dans la commission communication. »

4Cet exemple signale que les limites d’âge de participation à la mobilisation, qui, sans être explicitement fixées par les militants, existent néanmoins, se déplacent au cours des premières semaines de la contestation, venant rehausser la pyramide des âges du M20F. De ce point de vue, il est significatif que les appellations « Jeunes du 20 Février » ou « Mouvement des jeunes du 20 Février » se soient vues remplacer par celle de « Mouvement du 20 Février ». Enfin, le cas de Brahim attire l’attention sur le fait qu’on ne peut réduire les rapports entre générations dans la protestation à des rapports entre « jeunes » et « vieux », à des rapports entre deux groupes d’âge qui seraient homogènes.

Le soutien des familles militantes à leurs « enfants » engagés et à la protestation

5Outre l’appui apporté au Mouvement du 20 Février à travers le Comité de soutien, les militants politiques des années 70 et 80 soutiennent également la mobilisation indirectement, par procuration, en encourageant l’engagement de leurs enfants. Le M20F a en effet rassemblé de nombreux « enfants » de militants qui appartiennent à des familles au sein desquelles un des parents au moins s’était engagé, au cours des années 70, dans le mouvement d’opposition au régime, notamment au sein de l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM), principal syndicat étudiant alors dominé par les organisations marxistes-léninistes. Au regard des positions sociales qu’ils occupent et de leurs engagements politiques actuels au sein d’organisations situées à la gauche ou à l’extrême-gauche du champ politique (Voix démocratique, PSU, PADS) mais aussi dans la sphère associative (AMDH) et syndicale (UMT, CDT), les parents appartiennent en grande partie à une élite militante et sociale. Les enfants de ces familles ont souvent compté parmi les pionniers de la protestation, à tout le moins pour la Coordination de Rabat, lieu privilégié de notre enquête de terrain. En 2011, le soutien qu’apportent ces familles à leurs enfants au cours de l’action protestataire prend diverses formes. A la fois d’ordre financier et logistique, le soutien est aussi moral et affectif. Cet extrait d’entretien avec le père d’un des enquêtés reflète bien le rôle que peuvent jouer les familles dans le soutien à l’engagement des jeunes adultes :

« Nous, le travail qu’on a fait pour les accompagner, c’est de se préparer aux changements constitutionnels, d’organiser les rencontres pour aider les jeunes à cerner la chose, à comprendre la complexité des dossiers. Et ça a donné lieu à des échanges qui étaient à mon avis… même si le résultat direct n’a pas été palpable, ça a permis la naissance d’une conscience mûre chez ces jeunes. […] On a gagné beaucoup d’amitiés avec ces jeunes, ma maison regorgeait de jeunes à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, et ça coûtait cher : la bouffe, la logistique, le soutien financier, le transport. On était à leur service, c’était vraiment une expérience exceptionnelle. »

6Le coût économique pour les familles est d’autant plus élevé que l’engagement des enfants s’inscrit dans la durée et que ces derniers sont encore étudiants.

7A un autre niveau, le soutien des parents intervient également quand les enfants choisissent de donner la priorité au militantisme sur l’école, en décidant d’interrompre leurs études pour se consacrer à temps plein à la mobilisation ou en laissant déborder l’engagement sur le lycée ou l’université jusqu’à engendrer des difficultés scolaires. Le parcours d’Abdelhamid illustre ce genre de situation.

8Ses parents se sont rencontrés à l’UNEM à la fin des années 70 et se sont mariés non seulement pour vivre ensemble mais aussi au nom de l’engagement : ils partagent un idéal de société, des luttes politiques communes, des appartenances organisationnelles (La Voix démocratique, AMDH, UMT). Depuis sa petite enfance, Abdelhamid est inséré dans le réseau militant d’interconnaissance rapprochée auquel ses parents appartiennent. Il compte parmi ses amis essentiellement des enfants de militants dont les parents sont eux-mêmes amis avec ses propres parents. Ils se rendent visite à leur domicile respectif et participent ensemble aux activités mises en place par le syndicat (UMT) ou l’association (AMDH) au profit des enfants de militants. Suite à sa première colonie de vacances réalisée avec l’AMDH à l’âge de 15 ans, il devient coordinateur du club des jeunes de l’AMDH. En 2010, il obtient son baccalauréat et s’inscrit en classe préparatoire pour intégrer une école d’architecture en France. Début 2011, avec l’émergence du Mouvement du 20 Février et son engagement au sein de celui-ci, il se rend de moins en moins en cours et décide finalement d’interrompre son cursus scolaire pour se consacrer pleinement à la contestation. C’est donc aussi son projet de mobilité étudiante qu’il abandonne, temporairement au moins. Il explique à ce propos : « En fait, avant, je me concentrais plus sur mes études, et après le 20 Février, j’ai complètement laissé tomber mes études ; y’avait des réunions tout le temps, fallait tracter, fallait toujours faire des trucs, y’avait toujours plein de détenus qui fallait faire connaître. » Ses parents, qui sont par ailleurs tous les deux investis dans le Comité de soutien et qui soutiennent intensément le M20F, n’opposent pas de résistance à son choix. Sa mère signale à ce sujet :

« Il était toujours dans le Mouvement du 20 Février, il ratait beaucoup de cours, mais je le laissais faire quand même, parce que j’ai compris, j’aurais peut-être fait la même chose. Donc on n’a rien dit. L’essentiel c’est de ne plus rater d’année, il avait déjà raté deux années. […] Mais ce n’est pas pour rien, je lui ai dit : « Tu n’as pas fait les études comme il faut, mais essayer de faire la révolution c’est bien [rire]. On ne l’a pas fâché, on n’a rien dit. »

9Cet exemple illustre comment la famille, au-delà d’un simple soutien financier, peut constituer une véritable ressource affective et cognitive pour les jeunes adultes engagés, ressource qui permet de maintenir l’engagement dans la durée, et ce malgré les contraintes objectives (reprise des études, nécessité économique, etc.) qui pèsent en faveur de la défection militante (Hivert, 2013).

10Ce soutien des aînés aux plus jeunes, et donc des parents aux enfants, renvoie à une dimension intergénérationnelle des mouvements sociaux bien établie par la littérature : à savoir que les parents constituent des ressources pour les mouvements sociaux, en particulier lorsque ceux-ci se voient refuser des soutiens institutionnels. Dans cette perspective, la famille représente une ressource d’autant plus importante pour les militants que la protestation en est à ses débuts, qu’elle n’est pas encore perçue comme une expression politique légitime et qu’elle manque de soutiens extérieurs et de reconnaissance sociale. Situation qui reflète bien le commencement du M20F, lorsque les suiveurs n’avaient pas encore anticipé les chances de succès de la protestation et pas encore rallié le mouvement (Bennani-Chraïbi, Jeghllaly, 2012). Qui plus est, dans ces familles militantes, le soutien apporté aux jeunes adultes perdure au-delà des périodes de reflux militant et de perte de légitimité sociale du mouvement. Dans un contexte où les appuis publics se raréfient, comme après le référendum sur la Constitution voté à 98,5 % le 1er juillet 2011, ou suite à l’annonce des résultats des élections législatives de novembre 2011 qui conduit Al-‘Adl wa Al-Ihsâne (Justice et Bienfaisance) à se retirer du mouvement, le soutien de la famille devient de plus en plus précieux. Ceci explique sans doute que les enfants de militants issus de ces familles sont restés engagés plus longtemps que d’autres activistes. Les familles militantes fournissant les ressources (matérielle, cognitive, affective etc.) nécessaires au maintien de l’engagement.

11Au final, on voit comment des alliances entre cohortes militantes s’établissent à la faveur de ce contexte protestataire sur la base d’affinités politiques entre les groupes. Car si la famille ou si le Comité de soutien au M20F peuvent fonctionner comme une ressource pour les protestataires, c’est au nom de la proximité des appartenances politiques entre générations. Enfin, la question de la socialisation politique intergénérationnelle dans le cours de l’action protestataire se pose d’autant plus que cette dernière (l’action protestataire) vient multiplier les occasions de « discuter politique » et d’intensifier les temps d’échanges familiaux consacrés au militantisme. C’est d’ailleurs en raison de cette intensification des échanges, durant cette séquence protestataire, que les jeunes militants voient s’ouvrir des opportunités de socialisation, mais également, et ceci étant lié à cela, des occasions de démarcation de cet héritage militant.

Se démarquer de la « génération militante » des années 70

12En dépit des alliances entre groupes d’âge développées dans le M20F, ce moment protestataire est aussi marqué par des rivalités entre générations. En effet, les jeunes se démarquent de la génération militante des années 70 sur un certain nombre de pratiques et de discours qu’ils jugent dépassés.

13Une première ligne de démarcation entre les plus jeunes et les plus vieux apparaît dans les modes de fonctionnement et les modalités d’organisation promues et mises en place par le M20F. Ce dernier repose sur un type de fonctionnement marqué par l’absence de dispositif contraignant la participation des militants mais aussi sur des modalités d’organisation horizontales et décentralisées, privilégiant l’autonomie des coordinations et l’absence de représentation du collectif à l’échelle nationale. Ces modes d’organisation et de fonctionnement traduisent la volonté des jeunes militants de se démarquer des formes traditionnelles du militantisme incarnées par les partis politiques (jugés trop hiérarchiques, inégalitaires, bureaucratiques et donc dépassés) et fortement associées aux « vieux militants », ceux de la génération « passée ». Ils fonctionnent comme des marqueurs de distanciation à l’égard des aînés. Dans cette optique, les discours de certains jeunes autour des mérites de la démocratie directe et des bienfaits de l’absence de leadership participent, indirectement ou non, à la disqualification des pratiques des « anciens » militants.

14Disqualification qui est accentuée par les discours dominants sur la jeunesse et les nouvelles technologies, sur le rôle joué par les outils numériques (Facebook et Twitter notamment) dans la protestation. Un enquêté évoque à ce propos : « La génération de mes parents c’est encore le papier et le crayon en réunion, ils sont un peu dépassés avec les nouvelles technologies. » Propos qui, par extension, font écho à l’idée selon laquelle il existerait un fossé générationnel entre les plus jeunes supposés rôdés à la pratique des médias sociaux et les plus vieux maîtrisant peu ou mal ces nouveaux outils. Dans cette approche « moderniste », le changement social s’accélèrerait avec l’apparition des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), la jeunesse serait « connectée », « mondialisée », à l’avant-garde du changement, alors que les plus âgés, dépassés par ces nouvelles technologies, resteraient en dehors du changement, voire de l’histoire.

15Dans ce contexte, certains parents militants ont le sentiment, temporairement au moins, d’être dépassés non seulement par les événements mais aussi par leurs propres enfants, d’être devancés par eux. C’est ce qu’exprime Imane, mère de trois enfants, ancienne détenue politique et militante d’Ila Al Amam, aujourd’hui membre du bureau politique de la Voix démocratique : « C’est la première fois que je me sens en dehors du coup, en dehors de ce qui se passe au niveau du militantisme. […] Quelque chose d’important est en train de se passer et je suis à côté… C’est un mouvement de jeunes et moi je suis une vieille (rire) (entretien mars 2011). » Elle prend toutefois le train en marche au bout de quelques mois et entre de plain-pied dans le mouvement en le soutenant à travers le Comité de soutien (CSNM20F) et en participant à toutes les manifestations. Dans les entretiens avec les parents, c’est aussi le sentiment d’être « hors-jeu » politiquement, d’être en dehors du « coup » politique qui transparaît. Hicham, militant du PSU et père de deux enfants engagés dans le mouvement, explique ainsi : « Pour la première fois dans ma vie j’étais en face d’un événement majeur, politique, sociétal… et c’est la première fois que j’ai pris la place de l’homme qui accompagne, qui ne décide pas ! »

16En retour, il faut souligner que les aînés militants tendent eux aussi, à certains moments, à disqualifier les jeunes, en les renvoyant à la jeunesse, c’est-à-dire à l’âge des illusions, de l’inexpérience, de l’immaturité (politique), de l’empressement. Ce procédé s’est intensifié à la faveur de l’essoufflement de la contestation, l’« échec » du mouvement ou la démobilisation devenant la preuve de l’inexpérience de la jeunesse. Parlant des jeunes et du climat de démobilisation en 2012, Mustapha, militant de l’AMDH et ex-détenu politique de l’extrême-gauche, souligne : « Je savais qu’ils n’étaient pas prêts, qu’ils n’étaient pas préparés, ils ont fait beaucoup de choses, ces jeunes, ils ont beaucoup appris […], mais ils ont fait des erreurs de jeunesse, de stratégie, ils manquaient d’expérience. » Ainsi, c’est une manière de signifier que les « jeunes » sont encore trop jeunes pour prétendre à la succession.

Des enjeux de lutte entre générations

17Au bout du compte, cette dynamique de disqualification mutuelle renvoie à des luttes entre générations qui sont liées, en partie, aux positions différenciées qu’occupent les jeunes et les aînés au sein de l’univers politique. Car si les jeunes occupent le devant de la scène protestataire du M20F, ils sont en revanche sous-représentés dans les organisations politiques traditionnelles et leurs instances décisionnelles. En marge de la protestation, certains jeunes expriment ainsi des griefs et du mécontentement à l’égard des aînés et des organisations politiques qui les caractérisent, en particulier au sujet de la sous-représentation des jeunes dans les instances de décision et de l’accaparement du pouvoir par les aînés. Autrement dit, les « jeunes » ne font pas que se démarquer, ils revendiquent aussi. En sorte que l’on voit émerger, aussi bien chez des jeunes mobilisés dans le M20F au nom de leur organisation que chez des militants multipositionnés ayant mis en veille leur appartenance politique actuelle ou passée, des revendications qui ont pour enjeu les rapports de pouvoir et de transmission entre générations. Certains jeunes militants du PADS, par exemple, alliés à des militants de base de l’organisation, en sont venus à revendiquer auprès du bureau politique l’intégration de plus de jeunes dans les instances décisionnelles. Si l’entreprise a rencontré un succès très relatif, elle a eu le mérite de faire ressortir un des enjeux de lutte entre générations. Ainsi, on voit bien que les rapports entre générations sont conflictuels non pas en raison de différences entre les âges mais parce qu’ils ont pour enjeu la transmission du pouvoir et des positions qui y sont associées.

18En revanche, au sein des familles militantes, les rapports entre générations se révèlent plutôt consensuels quand bien même les « enfants » émettent des critiques à l’encontre des organisations politiques auxquelles appartiennent leurs parents. Au cours de la protestation de 2011, Khalid, militant actif du M20F, a intégré la jeunesse du Parti socialiste unifié (PSU), parti dans lequel son père milite. Il quitte le parti en 2012 et évoque à ce propos :

« J’ai beaucoup appris, mais je trouve que le parti est trop conservateur, conservateur de l’opposition, il a boycotté les élections législatives alors qu’il aurait dû y participer... il faut accéder au pouvoir, il faut se salir les mains, accepter que le jeu politique c’est aussi recevoir et donner des coups… Et puis c’est pas possible de faire de l’opposition quand on n’a aucun parlementaire. […] Mon père c’est un apparatchik, donc il restera toute sa vie dans le parti. »

19Malgré ces démarcations qui opèrent parfois entre parents et enfants dans le domaine politique – les parents étant alors jugé tantôt trop conservateurs, tantôt trop radicaux –, les relations entre générations familiales restent dans l’ensemble consensuelles. Ceci s’explique sans doute par le fait que la famille constitue, par excellence, le lieu de transmission entre générations des valeurs et des comportements politiques. La socialisation familiale et les stratégies de reproduction qui opèrent dans la famille produisant de la continuité et du consensus entre générations.

20Au final, le M20F se caractérise par une forte dimension intergénérationnelle, de multiples rapports entre générations s’étant déployés au cours de l’action protestataire, donnant lieu à des alliances entre les groupes d’âge tout en réactivant des enjeux de lutte entre générations. Si des rivalités entre générations se sont manifestées dans le contexte d’action du M20F, il n’en demeure pas moins que les conflits de génération n’ont pas compté parmi les revendications du M20F. En ce sens, nous sommes loin d’un mouvement social comme celui de Mai 68, qui plaçait au-devant de ses revendications la question des rapports de pouvoir entre générations.

Bibliographie

Bennani-Chraïbi M., Jeghlally M., « La dynamique protestataire du Mouvement du 20 Février à Casablanca », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5, 2012, p. 867-894.

Desrues T., « Le Mouvement du 20 Février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 359-389.

Hivert J., « Se désengager du « mouvement du 20 février » : le cas des étudiants du supérieur de la coordination de Rabat », European Journal of Turkish Studies, n° 17, 2013.

Vairel F., « Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? » Militantismes marocains, du 23 mars (1965) au 20 février (2011) », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 219-238.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable