Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Le mouvement du 20 février, une révolte virtuelle ?

Montassir Sakhi

Texte intégral

1Quand on leur demande de raconter la genèse de leur engagement dans le Mouvement du 20 Février qui a entraîné le pays dans une dynamique protestataire inédite et étalée sur deux ans, plusieurs jeunes militants affirment avoir commencé leur activisme dans et par le web. Selon eux, leurs premiers pas dans l’action politique ont consisté à participer à ces débats ininterrompus sur la chose publique dans les blogs et les pages des réseaux sociaux, Facebook en particulier. L’un des animateurs du mouvement à Casablanca explique ainsi :

« Tout d’abord, je suis venu du monde de la blogosphère et d’internet. J’avais un blog qui s’appelait « Gandhi le fils » et j’étais membre d’une académie virtuelle s’intitulant « l’académie de la science et de la paix ». Dans mon blog, j’expliquais aux gens des livres, notamment ceux de Gandhi, Ché Guevara… et surtout les expériences du militantisme non violent. En même temps, je produisais des articles satiriques sur la situation au Maroc, des articles politiques et d’autres sur la non-violence… Quand le monde de la blogosphère est né, je m’y suis engagé à travers la lecture et les débats. Par la suite, la question de la relation entre le monde réel et le monde virtuel a commencé à se poser. Les valeurs nobles que nous défendons, les droits de l’homme, le militantisme non violent, le respect des minorités, etc. n’étaient pas palpables dans le monde réel. Ceux qui débattent sur internet ne se connaissaient même pas entre eux. Quand sont venus le Printemps arabe et le Printemps démocratique dans la région, ils ont constitué une force et une poussée pour nous, afin de participer en premier lieu dans le débat (entretien avec H.M, 12/2012). »

2Ce n’est que dans un deuxième temps, poussé par des questions insistantes, que ce jeune militant reconnait avoir été membre d’un groupe politique réel dès son jeune âge. Ce groupe a joué un rôle prépondérant dans sa formation politique qui s’est affermie dans le monde du web.

3Le constat partagé par les médias et qui affirme le rôle central des réseaux sociaux dans la dynamique protestataire est adopté, parfois comme une vérité, par des militants qui ont existé sur le terrain des mouvements sociaux avant même 2011. Cette nouveauté technologique a pu les aider, des fois, à comprendre l’épanouissement inattendu du mouvement social et l’installation surprenante de la protestation. Souhaïl, militant du Parti socialiste unifié (PSU) qui a soutenu fortement le mouvement de 2011, déclare :

« Mon premier contact avec le mouvement a commencé sur internet, le jour même de la création du premier groupe appelant à manifester dans tout le Maroc. Je peux vous dire que le Mouvement du 20 Février est avant tout un mouvement de Facebook. Internet a joué un rôle extraordinaire dans le processus du mouvement, et cela depuis la naissance du 20 Février. Facebook est le moyen le plus efficace utilisé par les jeunes du mouvement. Bien que nous soyons descendus dans la rue pour mobiliser les gens, les réseaux sociaux nous permettent plus que n’importe quel autre moyen de communiquer entre nous, les jeunes militants. Il nous permet de communiquer également avec l’opinion publique nationale et internationale. Il faut aussi souligner qu’aujourd’hui, les journaux s’alimentent en information depuis les pages et les groupes créés par les jeunes du mouvement sur Facebook et où des informations et débats de grande importance circulent (entretien, 07/2012). »

4Pourtant, au cours de l’entretien, ce militant reconnaît qu’il est « vrai en fin de compte, que c’est bien nous, les militants et activistes des partis politiques, des associations et des syndicats, qui avons investi la rue et qui nous sommes saisis de Facebook pour seulement communiquer entre nous et avec le monde ». Il signale avec une voix découragée que « aujourd’hui, avec le recul du mouvement, nous peinons à remobiliser les foules malgré l’usage de Facebook et des autres technologies » !

5Selon le rapport de l’Arab Social Media publié en mai 2011 par la Dubaï School of Government, le Maroc enregistre la quatrième plus grande progression en nombre d’utilisateurs de Facebook depuis le début des révolutions fin 2010. Il connaît une progression de + 590 360, derrière la Turquie (+ 3 645 649), l’Égypte (+ 1 951 690) et l’Arabie saoudite (+ 845 620). Ainsi, le nombre des Marocains ayant un compte Facebook s’élève à plus de 5 millions fin 2012, soit 10 % de la population. 80 % des utilisateurs ont moins de 30 ans (voir : Arab Social Media Report, mai 2011, vol. 1, n° 2, www.dsg.ae/portals/0/ASMR2.pdf).

6Il est vrai, des centaines de « pages » et groupes de débat politique se créent au Maroc dès les premières manifestations tunisiennes. Des appels à manifestation sont lancés et diffusés sur le web, et des militants s’y engagent pour « convaincre les gens, communiquer avec eux et exploiter leur présence et mobilisation sur internet pour diffuser les articles qui étaient sur des blogs » comme nous l’affirme H.M, le jeune militant de la section de Casablanca du M20F. Cette « prolifération » du débat sur les réseaux sociaux liée à une conjoncture régionale n’est pas une première au Maroc. La blogosphère a connu son apogée pendant la guerre menée par les Etats-Unis et leurs alliés contre l’Irak en 2003. Après l’invasion américaine et devant l’effervescence des mouvements contre la guerre, plusieurs jeunes ont fondé des blogs qui, très vite, se sont détachés de l’actualité de la guerre en Irak pour débattre de la chose publique et de la politique au Maroc, créant ainsi un espace de débat alternatif aux médias monopolisés. Cet espace était trop restreint puisque le pays enregistrait un taux de pénétration d’internet des plus faibles. Facebook, à travers les « options » développées qu’il offre à ses utilisateurs, constitue un dépassement des blogs traditionnels. Non seulement il offre aux usagers la possibilité de publier des articles, opinions et illustrations, mais il permet également de les partager, d’échanger publiquement sur « les murs », interagir, constituer des « pages » et des « groupes » de dialogues thématiques et organiser des « campagnes » de mobilisation tout en « invitant »/recrutant de nouveaux adhérents.

7Depuis le déclenchement de la révolution tunisienne, des jeunes militants et des étudiants non- affiliés à des organisations politiques ont créé des « pages » et des « groupes » sur le réseau social Facebook pour appeler à sortir dans les rues afin de revendiquer des droits et des réformes profondes de l’État et de la société : changement de la Constitution, séparation des pouvoirs, réforme de l’éducation nationale, droits sociaux et économiques, etc. Au début, deux jeunes étudiants créent, le 14 janvier 2011, depuis la ville de Meknès, un groupe sur Facebook intitulé « Pour un dialogue libre avec le roi, pour la démocratie ». En moins de trois jours, le nombre des adhérents à ce groupe dépasse les 6 000 personnes. Cela motive les deux administrateurs à appeler à une manifestation à l’échelle nationale le 27 février 2011. Très vite, le débat sur la manifestation ne se limite plus à cette page. Il s’élargit à d’autres groupes comme une spirale. On pourrait voir là un « simple » effet des réseaux sociaux. Or, la réalité est plus complexe tant il est vrai que ce débat est déjà porté par des acteurs et des organisations d’opposition. A ce moment-là, les services secrets de l’État s’activent sur le net pour contrecarrer ce mouvement sur les réseaux. Au lieu d’interdire l’accès à Facebook ou encore à internet comme en Egypte et en Tunisie, la stratégie étatique au Maroc consiste à permettre le débat sur les réseaux sociaux pour mieux contrôler et mesurer les capacités de mobilisation des acteurs de l’opposition. Les manœuvres étatiques restent fidèles à une ouverture libérale entamée dès le début des années 90 et contrôlée aujourd’hui par une société civile et notamment par des ONG porteuses de revendications libérales : ces organisations sont prêtes, suivant les objectifs des bailleurs de fond – l’Union européenne et la United States Agency for International Development, entre autres – à monter au créneau dès que les libertés d’expression et d’opinion et les libertés individuelles sont menacées (ce n’est pas le cas quand il s’agit des questions de redistribution et d’égalité sociale, ceci est une autre affaire).

8Tout au long de l’hiver 2011, la stratégie des autorités consiste à infiltrer les débats et investir les réseaux sociaux dans une course effrénée avec les cyber-activistes pour occuper l’espace de la toile et créer des contre-publics. Ainsi, ces services créent des pages et groupes avec des intitulés propagandistes tels « Les jeunes marocains royalistes », « Pour la monarchie et la stabilité du royaume », « Tous derrière Sa Majesté le Roi », etc. La police du net attaque également l’image des cyber-activistes et celle des militants qui critiquent la politique interne ou appellent à manifester. Dans cette optique, elle diffuse sur les réseaux sociaux des photos privées ou encore truquées des militants dans l’objectif de nuire à leur vie privée et de les stigmatiser. Ainsi, devant « l’opinion publique », ils sont présentés comme des « athées, déjeûneurs du ramadan, homosexuels, chrétiens, pro-Polisario, traître ou infiltrés des forces politiques occidentales, etc. ». La rumeur peut circuler sur le web affirmant que le 27 février, date prévue pour les manifestations, coïncide avec l’anniversaire de la constitution du front Polisario, revendiquant l’indépendance du Sahara occidental et se présentant comme le représentant légitime des populations sahraouies. Une « preuve » suffisante pour nuire à l’image des jeunes militants et leur coller l’étiquette d’« ennemi de l’intérieur ». Pour échapper à cet étiquetage, les acteurs du mouvement, actifs sur Facebook et Tweeter, changent la date et la fixent au 20 février 2011 comme rendez-vous des manifestations à l’échelle nationale.

9Par ailleurs, des pages et groupes sont créés pour véhiculer les propos étatiques. La presse nationale, arabophone et francophone, partisane et indépendante (à l’exception de quelques rares journaux tels que Akhbar Al Yaoum ), se transforment en organes de propagande en relayant des propos autour de « l’exception marocaine ». Ce thème est repris abondamment par des ministres, notamment ceux qui se présentent comme « jeunes ministres » tel Moncef Belkhayat, ministre de la Jeunesse à l’époque. Ils créent leurs propres groupes et pages Facebook afin de « débattre avec la jeunesse » et de la convaincre de renoncer à l’option de la rue et à la manifestation. C’est ainsi que le terme de « l’exception marocaine » s’impose à nouveau.

10De leur côté, les médias audiovisuels, encore sous contrôle étatique malgré la loi de la « libéralisation du secteur audiovisuel de 2003 », relayent des informations incitant à boycotter les appels à manifestation. Les jeunesses partisanes, les groupes politiques alliés de la monarchie et des groupes dominants économiquement et culturellement se mobilisent activement pendant cette période pour appeler au boycott des manifestations du M20F. Les panneaux de publicité privés, dont on dit qu’ils sont propriété d’un conseiller du roi, diffusent pendant toute la période le slogan « touche pas à mon pays » (matq’ich bladi). Le secteur informel est mobilisé au côté du système dominant : les chauffeurs de taxi affichent les photos du monarque et les drapeaux sur leur lunette arrière. Les médias audiovisuels se focalisent plus que jamais sur les violences et les conflits armés qui marquent les processus révolutionnaires en Tunisie, en Libye et en Égypte tout en vantant « l’exception marocaine » et mettant en garde contre les dérives possibles. Paradoxalement, c’est précisément ce traitement de l’information qui participe à la médiatisation du M20F et à la date de la manifestation, notamment dans les grandes villes.

Les réseaux politiques et le poids des socialisations

11La dynamique protestataire et celle des réseaux sociaux au Maroc proviennent avant tout du recours des militants et des personnes politisées à ces réseaux pour mener leurs actions. Cette dynamique vient également consolider et relayer auprès d’autres publics une action entamée et forgée au sein des espaces militants ayant leurs propres lois, leurs propres socialisations et leurs propres modes de fonctionnement. Ces espaces permettent de représenter et d’accélérer la revendication du changement social.

12Le mouvement tel que nous l’avons observé ne peut se résumer à une forme de protestation construite et conçue sur des réseaux sociaux par des jeunes révoltés et non-organisés. Il n’est pas non plus un espace tout nouveau où il y a absence de hiérarchie ou pour le moins une organisation réseautique horizontale. Bien au contraire, le mouvement est doté d’une organisation rassemblant d’autres organisations. Il s’agit d’une forme d’action collective protestataire dotée d’une forme organisationnelle. Cette dernière prend en compte certaines conditions structurelles et les alliances et coalitions possibles ou en cours de formation entre les différents acteurs politiques – y compris au sein du pouvoir – pour orienter l’action protestataire. Cette organisation décide de ses mots d’ordre, de ses revendications et du choix des moyens du répertoire d’action collective mobilisés. De cette organisation nous pouvons citer les assemblées générales et les différents comités et commissions qui se réunissent à l’échelle nationale et locale. Au-delà de cette organisation, le mouvement s’étend à d’autres groupes et « champs ». Autrement dit, il faut considérer les différentes formes d’action collective protestataire se déroulant dans cette période (2011-2013) comme relevant du M20F. Ainsi, le M20F peut être vu comme « un mouvement des mouvements » ou bien une intersection des différents mouvements sociaux n’ayant pas forcément les mêmes revendications, ou, parfois, ayant des revendications sectorielles et à caractère corporatistes. Dans cette conception globale, les réseaux sociaux jouent un rôle à l’intérieur de l’organisation du mouvement et à l’intérieur des groupes mobilisés sans qu’ils soient, du coup, le déclencheur ou le facteur déterminant dans la mobilisation.

13La « fièvre » Facebook de 2011 (et qui se poursuit au Maroc jusqu’aujourd’hui) est représentative d’une relance générale de la critique sociale portée par des militants et des organisations politiques au sein de la société. Face à l’exclusion de l’espace médiatique monopolisé par l’État et les groupes privés dominants, les réseaux sociaux sont un nouvel espace public alternatif. Cet espace représente l’alternative et parfois le parallèle des partis politiques traditionnels d’opposition incapables de renoncer à une hiérarchie et à une bureaucratie classique qui censurent l’expression de leurs militants et leurs subjectivités. Ces militants trouvent dans les réseaux un espace de liberté et d’expression qui leur permet même des fois de briller et d’accumuler des capitaux permettant d’avancer dans la hiérarchie de ces partis. Les réseaux participent aujourd’hui à la politisation de nouveaux militants prédisposés à intégrer l’espace militant. C’est ce qui peut ressortir de plusieurs témoignages, dont celui d’un professeur de philosophie au lycée (militant de 45 ans, il a évolué dans différents partis de la gauche avant de démissionner et revenir en fin de compte à la participation politique protestataire avec le M20F) : « Je pense que le mouvement provient de la révolution technologique qui a bouleversé notre manière de communiquer. Les partis politiques sont figés et ne veulent aujourd’hui qu’étouffer le mouvement et l’instrumentaliser. Certains parmi ces partis y trouvent un espace pour exprimer leurs revendications radicales islamistes ou gauchistes. Ces partis sont à la base des mouvements d’exclusion qui ne diffèrent pas beaucoup du système politique marocain absolu et tyrannique. Bien que ces partis utilisent des slogans pour maquiller leur réalité, ils restent très limités et loin d’être convainquants dans leurs pratiques… Ceci diffère du Mouvement 20 Février qui est sorti spontanément d’un espace qui ne connaît pas de limites. Celui des réseaux. Il a réussi de ce fait à libérer momentanément la parole et l’expression sur la chose publique. Ce débat n’est plus limité aux représentants des partis et à leurs sièges et cercles fermés (entretien, avril 2012). »

14Or, ici nous ne pouvons nous limiter à ce que le M20F laisse apparaître : une spontanéité, un mouvement déclenché suite à un effet domino (après les révolutions tunisienne, égyptienne et libyenne) et une absence d’organisation. La structure du mouvement laisse voir que ce sont des militants aguerris qui le composent et décident de ses mots d’ordre dans le cadre d’une alliance tacite entre différents mouvements jugés exclusifs et restreints (des partis, des associations et des syndicats encore).

15Quand ce sont de « nouveaux militants » qui adhèrent au mouvement, la spontanéité de l’engagement à travers les réseaux sociaux est également à nuancer. Dans le cas de plusieurs militants dits « indépendants » nous pouvons observer le poids des transmissions et de la politisation préalable à l’acte de l’engagement. Salim parle clairement de cette frontière entre la prédisposition à l’engagement et les réseaux sociaux qui l’ont motivé à passer à l’acte et participer aux manifestations :

« Lors du 20 février, je commence à me poser les questions : pourquoi ces gens sortent dans les rues ? C’était mon année de baccalauréat. C’est bien cette année qui a constitué un tournant. Je vois les gens sortir manifester, j’entends et je vois des informations sur le Printemps arabe, la chute de Ben Ali, de Moubarak, et je me dis : pourquoi ces gens sortent ? Je me pose des questions, et je cherche, je cherche. À un moment, j’ai senti une conscience sociale et politique monter en moi. Je commence à me documenter, à suivre l’actualité sur les réseaux sociaux pour savoir les demandes et revendications des gens qui sortent (entretien, janvier 2014). »

16La « conscience sociale et politique » trouve sa résonance dans l’engagement du père, les débats au sein de la maison, les lectures et l’ensemble des valeurs inculquées à travers l’éducation. Son engagement en 2011, au moment où il suit l’actualité à travers son compte Facebook et Tweeter, ne peut être dissocié d’un long processus de socialisation commencé au sein de sa famille dès son enfance. Salim reconnaît en guise de conclusion, après un long retour sur les valeurs véhiculées au sein de sa famille et l’histoire de l’engagement de ses parents :

« D’abord, il y a une éducation et un esprit hérités de mon père, et ensuite parce que je croyais à ce que scandaient les manifestants (j’ai rejoint le mouvement). D’autres amis à moi, qui étaient dans le voisinage, n’ont pas participé et n’ont pas rejoint le mouvement parce qu’il n’y a pas cette liaison… (silence) Je pense que c’est indirect, quand je pense à tout ça... Il y a le fait de revenir chaque soir de l’école et de trouver sur la table dans le hall de la maison les journaux d’Al Ittihad Ichtiraki (journal du parti Union socialiste des forces populaires, journal de l’opposition de longue date, avant l’entrée de l’USFP au gouvernement), Al Ousbouâ (journal hebdomadaire critique à un moment de l’histoire du Maroc), la photo d’Omar Benjelloun sur le journal. Le martyr Omar Benjelloun… (fondateur du syndicat Confédération démocratique du travail, opposant au régime, il a été assassiné par des membres d’un groupe islamiste) ce sont des choses qui te marquent ! Je pense que quand tu as un père qui fait partie du mouvement Ittihadi, il y a la littérature à la maison. Je me rappelle qu’il avait une série de revues en permanence à la maison... il avait des ouvrages comme ceux de Najib Mahfouz et un livre que j’ai lu cet été Saison de l’immigration au nord de l’écrivain soudanais Tayeb Salih. Mon père m’avait conseillé de le lire depuis toujours. Donc voilà, la littérature, la musique sont des choses qui participent à la formation de chacun d’entre nous… »

17Les jeunes qui se saisissent des réseaux sociaux pour appeler à manifester et à se mobiliser sont en majorité des personnes ayant déjà des liens avec le militantisme ou au moins la politique dans leur entourage proche. Ils disposent également de propriétés sociales, culturelles, économiques, politiques et scolaires situées. Ce sont avant tout des militants ou des personnes intéressées par la politique et ayant des propriétés socioculturelles situées : jeunes de milieu urbain, très diplômés, adhérant à des organisations politiques ou, le cas échéant, à des associations locales ou nationales intéressées par la chose publique, ouverts sur les nouvelles technologies, etc.

Articulation entre réseaux sociaux et réseaux politiques

18Les réseaux sociaux, sans être le facteur déterminant de l’engagement et de la protestation en 2011, constituent un moyen et une capacité importante pour l’épanouissement du mouvement. En 2011, un débat politique sans précédent s’est déclenché sur la toile. Il est représentatif de l’élargissement du débat lancé par les jeunes et les structures politiques dans des espaces publics classiques : des conférences-débats, des réunions intenses, des assemblées générales ont lieu afin de préparer la contestation, négocier les coalitions et préparer le recrutement de nouveaux adhérents. Une période intense qui se prolonge pour toucher d’autres publics à travers les réseaux. Ces réseaux vont permettre également de consolider la communication entre les militants appartenant à des mouvements d’orientation idéologique différente. Un rapprochement nécessaire pour la cohésion et l’existence du mouvement.

19Depuis le déclenchement des manifestations en Tunisie suite à l’immolation de Mohamed El Bouazizi en décembre 2010, les militants marocains, d’abord ceux et celles évoluant dans des organisations de gauche, se sont organisés en solidarité avec les manifestants et contre la répression et crimes perpétrés par le régime de Ben Ali. Les organisations de gauche, rejoints par les groupes islamistes, ont gelé leurs activités diverses et se sont mobilisées pour soutenir les manifestants dans le monde arabe. Différentes associations, jeunesses de partis politiques de gauche et syndicats ont donné naissance à la « Coordination marocaine d’appui aux peuples arabes » (CMAPA) dès la première semaine de janvier. La Coordination a appelé dès les premiers jours des manifestations dans les pays arabes à des sit-in de solidarité devant l’ambassade de Tunisie à Rabat. Certains ont été réprimés et interdits, d’autres ont été tolérés. Ils ont connu la participation d’une centaine de militants seulement. Certains parmi eux sont venus d’autres villes comme Tanger et sont devenus par la suite des membres actifs du M20. Ce sont des étudiants, des membres d’associations des droits humains, des syndicalistes, etc. Les slogans de solidarité et de dénonciation du régime de Ben Ali (« Ben Ali, dégage, la Tunisie restera libre ; Ben Ali, lâche, défenseur des intérêts sionistes ; etc. ») se sont dissipés pour laisser la place à d’autres revendiquant la démocratie au Maroc et appelant les citoyens à se révolter pour défendre leur dignité contre la tyrannie ( Liberté, dignité pour le peuple marocain » ; « Allez, peuple du Maroc, jusqu’à la libération et la victoire », etc.).

20Avec les évolutions régionales et suite au déclenchement des manifestations en Egypte, les mouvements islamistes marocains, notamment le groupe, officieusement toléré, Al ‘Adl Wal Ihssan (Justice et Bienfaisance) puissante organisation islamiste, et la jeunesse du Parti Justice et Développement (PJD) entrent en scène et participent aux sit-in de solidarité organisés devant les ambassades des pays arabes révoltés. Une ancienne organisation créée au début des années 90 se réactive après plusieurs années d’inaction, l’Association marocaine de solidarité avec le peuple palestinien. Cette organisation pan-arabique, qui a rassemblé dès sa naissance islamistes et gauchistes autour de la cause palestinienne, joue un rôle de rapprochement entre les militants des deux idéologies distinctes. Elle appelle, aux côtés de la Coordination marocaine d’appui aux peuples arabes, à soutenir les luttes des peuples arabes. Malgré le rôle de médiateur joué par l’association pan-arabique, les différences sont palpables et considérables lors de ces sit-in. Bien que les militants appartenant aux mouvements islamistes et ceux des mouvements de gauche soient côte-à-côte, les slogans scandés ne reflètent pas les mêmes positions. La connotation religieuse est forte dans les slogans des militants du PJD ou d’Al ‘Adl Wal Ihssan, alors que la terminologie puisant dans le langage révolutionnaire socialiste est présente chez les militants de gauche. Quand des slogans se radicalisent et menacent l’unité du mouvement, des groupes de militants lèvent la voix pour appeler à l’union face au système désigné par le mot « makhzen ».

21Malgré les distances idéologiques, des militants islamistes et socialistes se rapprochent et commencent à échanger autour de la nécessité de saisir cette occasion régionale et lancer « le printemps marocain ». Après la fin de chaque manifestation de solidarité avec les peuples arabes, les discussions continuent dans des arènes publiques. Les sièges de partis politiques, des syndicats ou des associations des droits de l’homme, notamment l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), le Parti de l’avant-gardiste démocratique et socialiste (PADS), ATTAC-Maroc et l’USFP, abritent ces réunions entre les jeunes et les anciens militants. Ces discussions et débats s’intensifient et finissent par gagner et animer la toile et les réseaux sociaux pour toucher une bonne partie de jeunes actifs sur Facebook. Ce dernier devient un médium et un espace d’expérimentation de ce dialogue : des militants de gauche et des islamistes deviennent « amis » sur le réseau social. Chacun peut accéder aux publications de l’autre ; « des groupes » rassemblant les deux tendances idéologiques connaissent des débats fertiles sur des sujets de divergence, etc. De surcroît, les réseaux sociaux et de nouveaux journaux électroniques deviennent un espace alternatif où des citoyens ordinaires peuvent diffuser des discours, images et vidéos interdits dans les médias de masse. En définitive, ni entièrement le fait d’internet, ni complétement le produit d’une action pérenne et continue des organisations militantes traditionnelles, le Mouvement du 20 Février s’est nourri de la rencontre des deux dynamiques. Si internet a habilité, il a aussi soutenu ce qui existait.

Bibliographie

BENNANI-CHRAÏBI M., JEGHLLALY M., « La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5, 2012, p. 867-894.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable