Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Les élections législatives du 25 novembre 2011 vues par les électeurs d’un chef-lieu de province rurale

Saâdia Radi

Texte intégral

1Le référendum constitutionnel du 1er juillet 2011 semble avoir marqué un renouvellement dans la vie politique marocaine. Il est tentant de se demander si les élections législatives organisées à la suite s’inscrivent dans sa dynamique ou dans la continuité des élections législatives de 2007 et de 2002, qui ont montré un net reflux de la participation comme des espoirs mis dans les partis et dans les élus. Ce qui suit est un résumé de ce que les électeurs peuvent penser et dire à propos des élections à Khénifra, chef-lieu d’une province rurale du Moyen Atlas. Cette ville compte 114 000 habitants. Les langues utilisées sont le tamazight et l’arabe. Elle est rattachée à la région de Meknès-Tafilalt, laquelle compte 523 000 habitants (250 000 ruraux et 273 000 urbains). La plupart des gens rencontrés dans les jours précédant et suivant les élections, entre novembre et décembre 2011, semblent plutôt s’inscrire dans la continuité des élections précédentes, y compris ceux qui soutiennent ou aident l’un des candidats. Ils distinguent le vote au référendum constitutionnel et le vote aux élections législatives. Voter « oui » pour le référendum, c’est, selon eux, voter « oui » pour le roi, notamment parce que le roi, à partir de 2006, s’est personnellement impliqué dans la modernisation et le développement de la ville, délaissée sous le règne précédent. A contrario, ne pas s’intéresser aux élections législatives, c’est simplement montrer qu’ils ne font pas confiance aux partis politiques, comme l’explique Hafida, une infirmière :

« Bien sûr que j’ai voté “oui” pour le référendum, et que je ne sais pas si je vais voter ou non pour les élections. Il faut que tu saches que les choses sont différentes : on vote “oui” pour le roi, parce que c’est lui seul qui a fait des choses à Khénifra, quand il est venu. Il a chassé le commissaire qui était un grand corrompu, et il nous a fait des routes, des ronds-points, des jardins, et il a amené l’électricité dans les villages où il n’y avait pas d’électricité. Regarde, toi-même tu connais la ville ; elle a embelli depuis ; mais les partis politiques et les députés, ils n’ont rien fait. Il ne faut pas voter pour eux, il faut les punir. »

2La tonalité générale des propos est plutôt pessimiste. C’est ainsi que Khalid, un médecin d’une quarantaine d’années, plutôt à droite, fait campagne pour le candidat d’un parti de gauche tout en étant persuadé que rien ne va changer :

« Moi je ne crois pas au changement, et crois-moi rien ne va changer. C’est toujours les mêmes personnes qui se présentent et ils ne se présentent pas pour défendre mes intérêts, ni les intérêts de la ville, ni les intérêts du pays. Ils se présentent pour le prestige ou pour s’enrichir. Tu connais la ville : rien n’a changé. Nous avons voté pour la gauche, pour la droite, pour les riches et même pour un ancien militant de gauche, pauvre et qui avait fait de la prison, eh bien, il était comme les autres, si ce n’est pire. Tu le sais, ce n’est pas le vote qui va changer quoi que ce soit, notre pays n’est pas un pays démocratique, il faut d’abord que l’on soit une démocratie comme la France, par exemple, et après le vote va vraiment servir à quelques chose. »

3Cette défiance répandue peut être attribuée à trois raisons : l’expérience du passé électoral de la ville, c’est-à-dire une accumulation de déceptions ; l’expérience par rapport aux candidats et par rapport aux élus ; et, enfin, l’expérience par rapport aux partis.

L’expérience du passé électoral de la ville

4Le passé électoral s’actualise, en effet, à chaque élection, et les causes qui justifient le désenchantement pour le vote s’en trouvent renforcées. Beaucoup d’électeurs estiment n’avoir jamais été satisfaits par leurs représentants, qu’ils qualifient souvent de malhonnêtes, d’ignorants, voire d’analphabètes. Un homme d’affaires âgé de soixante-dix ans, qui s’est toujours intéressé à la vie politique de la ville en soutenant un candidat, remarque :

« Nos députés ne savent pas parler, comment veux-tu qu’ils fassent quelque chose, ils ne savent rien. Je vais te raconter une histoire, et crois-moi elle est vraie. Une fois, j’ai lu dans le journal un article qui rapportait une discussion qui s’était passée au parlement et qui concernait notre région. Lorsque j’ai rencontré notre député, je lui ai demandé une précision, je te jure qu’il n’était même pas au courant de ce qui avait été dit. Nos parlementaires ne vont même pas au parlement, et quand ils y vont, ou ils dorment ou ils ne comprennent rien à ce qui se passe. »

5Si les critiques sont les plus vives durant les périodes électorales, c’est qu’elles rappellent aux électeurs tout ce qui a été fait ou plutôt tout ce qui n’a pas été fait :

6« Qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ma situation est toujours la même, et la ville comme tu le vois ne change pas », disent les gens. En fait, les élections, qui sont largement considérées comme ne rapportant rien aux citoyens, à leur ville ou encore à leur région, passent tout simplement pour être inutiles par rapport à l’intérêt commun. Elles n’apparaissent ainsi que comme un moyen de donner du pouvoir et de la sécurité à des hommes peu scrupuleux. L’immunité parlementaire est notamment régulièrement citée. On accuse les élus de l’utiliser afin d’abattre et de commercialiser les cèdres de la région, ce qui est illégal puisqu’ils sont protégés, de rendre des services en échange d’autres services, de favoriser des proches répondant à un marché public, etc. De plus, ils sont critiqués pour ne jamais s’occuper des démunis. La population leur reproche aussi le chômage, le mauvais fonctionnement des hôpitaux et des tribunaux, toutes choses dont ils ne sont pas forcément responsables. Mais la question n’est pas de savoir si tout cela est exact ou ne l’est pas. Ce qui se donne à voir, ici, c’est la façon dont les citoyens de la ville ressentent les choses à cause d’une accumulation de promesses non tenues et d’espoirs visiblement déçus. Un coiffeur décrit cette situation de la manière suivante :

« Le parlementaire doit transmettre nos demandes et nos besoins au parlement et au gouvernement. Qui doit porter le pain au four ? La pâte est prête mais personne n’est là. Ni les élus locaux ni les élus provinciaux ne nous viennent en aide ; les premiers on les voit matin et soir, mais ils n’ont rien réalisé, les seconds qui sont venus de loin on ne les voit plus une fois les élections finies. A quoi servent les élections ? Ils n’ont rien fait et ils ne feront rien. Nous n’avons ni usine pour faire travailler ces jeunes qui passent leur temps à ne rien faire ni même des coopératives pour faire travailler les femmes. »

L’expérience par rapport aux candidats et par rapport aux élus

7La personnalité des candidats est aussi l’un des facteurs qui rendent, aux yeux des électeurs, ces élections semblables aux précédentes. Avant même que l’on sache qui a reçu l’investiture des partis, la population est dubitative et voit ces élections comme un jeu répétitif et immuable. Une ménagère d’une soixantaine d’années affirme :

« C’est toujours les mêmes qui vont se présenter, il y aura un membre de la famille X, qui a l’habitude de se présenter et qui arrive toujours à avoir un siège au parlement, il y aura toujours les mêmes députés ou leurs proches qui vont se présenter. De toute façon, il n’y aura que des riches. »

8De fait, la majorité, si ce n’est la totalité des candidats qui se présentent ont déjà siégé au parlement ou au conseil communal. Sur les vingt-cinq candidats qui se présentent à Khénifra et dans sa région, seules deux personnes n’ont jamais exercé de fonctions politiques. Le mécontentement de la population vis-à-vis des candidats s’inscrit sur un fond de scepticisme découlant de plusieurs choses. Tout d’abord, le fait que la majorité des candidats passent communément pour avoir été inefficaces et malhonnêtes. Ils passent aussi pour n’avoir pas d’appartenance politique stable et, partant, pas d’idées politiques à défendre. Cette transhumance politique discrédite à la fois les partis politiques et les candidats. Tous les deux passent pour ne chercher que leur propre intérêt : les partis politiques veulent participer ou présider le gouvernement, et les candidats veulent un siège. Dans l’idéal, les partis politiques sont censés donner l’investiture à des personnes qui ont fait leurs preuves en militant chez eux, mais, en fait, les candidats se déclarent d’abord et recherchent l’investiture ensuite. Celle-ci passe communément pour une transaction commerciale, une chose se monnayant. Une diplômée-chômeuse explique :

« La plupart des candidats aux élections ne sont ni de gauche ni de droite, ils ne savent même pas qu’est-ce que c’est que la gauche ni qu’est-ce que c’est que la droite, tout cela c’est de l’histoire ancienne, plus maintenant. Ils changent de veste trois à quatre fois. Chez nous, il n’y a pas d’élite politique. Ces gens qui se présentent, ils n’ont jamais fait aucun travail politique ou ils l’ont fait de manière honteuse. Est-ce que tu connais les gens qui candidatent ? C’est honteux, c’est honteux, ce ne sont même pas des politiciens ils ne connaissent même pas les prérogatives du parlement. Ils se présentent pour manger ou pour le pouvoir que donne la coupole du parlement. Va voir les vingt-cinq ou les trente qui vont se présenter, ils ont tous changé de parti. H était [au Mouvement populaire], et maintenant c’est le PAM qui lui donne l’investiture… Parmi tous ces candidats, il n’y en a que deux ou trois qui sont restés dans leur parti. »

9Ces propos mettent en avant le fait que les candidats changent d’appartenance partisane : ils se présentent au nom du parti qui les acceptent, peu importe qu’il soit de gauche ou de droite. Il est clair, pour les habitants de la ville, que le parti donne ou vend l’investiture au candidat le plus offrant, celui-ci faisant alors campagne sur ses propres fonds. Beaucoup de partis n’ont pas les moyens de faire autrement. Une campagne électorale revient, en effet, plus cher dans les régions rurales comme Khénifra, où le candidat doit se déplacer entre la ville et les villages, ce qui nécessite plusieurs voitures et des camions. A ceci s’ajoute le défraiement des personnes qui distribuent les tracts (entre 50 et 70 dirhams par jour), les repas qu’il offre durant les réunions, l’obligation de tenir table ouverte chez lui, les sommes d’argent que certains candidats donnent à une partie des électeurs afin qu’ils votent pour eux. Les soutiens électoraux des candidats expliquent qu’ils distribuent des billets à la population, entre 100 à 200 dirhams par personne. Un professeur du principal lycée de la ville déclare :

« N’importe qu’elle personne qui se présente aux élections et qui dépense de l’argent elle le fait pour son propre intérêt. A votre avis, une personne qui dépense son propre argent, c’est seulement pour réaliser ses intérêts ? Celui qui est intègre ne va pas faire tout ça et ne va pas acheter les voix. Celui qui donne l’argent va prendre l’argent. Celui qui se présente et qui donne à manger et à boire aux gens et qui leur promet qu’il va faire et qu’il va faire est un menteur qui veut son propre intérêt. Ils dépensent plusieurs millions et ils vont les compenser ; pas autant que ce qu’ils ont dépensé, beaucoup plus. C’est comme un commerce ; si j’achète une maison pour la revendre, je ne vais pas la revendre au même prix je vais la revendre plus cher. »

L’expérience par rapport aux partis politiques

10Les partis politiques ou, plus exactement, la manière dont ils sont perçus, c’est aussi un facteur qui explique le désintérêt des électeurs. A Khénifra, les parti politiques ne sont, en effet, ni légitimes, ni crédibles. Avant, dit-on, les partis politiques étaient présents dans la ville et connus par leur activités (meeting, activités culturelles, etc.). Ils avaient un programme et une base, mais, depuis quelques années, ils ont presque disparu de la scène politique locale. Ils réapparaissent au moment des élections. Une comparaison circule : « Les partis politiques deviennent comme les sanctuaires : ils n’ouvrent leur locaux que pendant les élections pour faire leur moussem. »

11Hormis leur absence, on leur reproche aussi de ne donner l’investiture qu’aux personnes fortunées. Les candidats et les partis partagent donc les mêmes stigmates. N’ayant plus d’idéologie, ils donnent l’investiture à celui qui paye sa campagne électorale et qui possède une base électorale propre, c’est-à-dire indépendante de son appartenance partisane du moment. A ce propos, il y a une histoire très répandue dans la ville et qui est devenue une sorte de blague. Saïd Chbaâtou, tête de liste USFP à Midelt et ancien ministre de la Pêche maritime, aurait dit :

« Je ne vais pas donner l’investiture (tazkiya) à un militant qui n’a pas de quoi financer sa campagne, qui n’a même pas de quoi payer son abonnement téléphonique. Il va me biper au lieu de me parler. » Cette anecdote montre à quel point la vie politique paraît dérisoire aux yeux de beaucoup de citoyens. Un instituteur, militant de l’USFP, se moquant du parrainage par un parti de gauche d’un notable raconte : » Si tu recommandes un militant, il te cassera les pieds, il demandera le financement de sa campagne. Par contre, un riche payera 100 millions [de centimes] à la direction du parti, en échange d’une investiture et réservera 400 millions [de centimes] à sa campagne. Les directions des partis savent que la base militante est très faible, et ils savent que c’est la période de se faire de l’argent : on garde pour soi le financement de l’État, et, en même temps, on gagne un riche et un député qui aura plus de chances d’obtenir un poste de ministre. La pratique politicienne est pourrie : ils nous demandent, à nous les militants, d’être au service des riches, après vingt ans de militantisme ! Que Dieu les maudisse ! Ce que nous vivons n’est pas satisfaisant, après cela nous verrons la naissance du 40 février et non plus le 20 février. »

12Un autre militant de l’USFP renchérit :

« Le candidat de mon parti, je ne le soutiens pas. J’ai gelé mes relations avec le parti pour des raisons d’organisation parce que même les partis choisissent le candidat sur la base de l’argent. Moi, je parle d’un parti de gauche. Moi, je suis de l’USFP depuis ma naissance. Les principes et les valeurs sont là, mais la réalité est autre. Eux, ils font appel à des candidats qui ont les moyens et pas à ceux qui ont la compétence. Nous sommes un nombre de militants, on a cumulé de vrais parcours et de vraies expériences, pourtant, maintenant, ils prennent des gens qui ont les moyens. Ils ne s’occupent pas de ce qu’ils font, ni de ce qu’ils vendent. Ils ne se posent pas la question : est-ce qu’il est compétent ou pas ? Ils n’en ont rien à faire. »

Pourquoi voter ?

13Cette vision des choses largement désenchantée n’empêche pas une partie des électeurs d’aller voter et de soutenir des candidats, mais, lorsqu’on les entend parler de ce qui les pousse le faire, on s’aperçoit qu’il s’agit le plus souvent de motifs éloignés des considérations politiques. Les électeurs ne votent pas pour que telle ou telle politique soit conduite au niveau national. Ils votent en fonction de la relations qu’ils ont avec le candidat, parce qu’ils le connaissent, parce qu’il leur a rendu des services ou parce qu’ils espèrent qu’il leur en rendra. Toutes les raisons ne sont pas intéressées, mais presqu’aucune n’apparaît politique. Les gens, ne pouvant voter pour les motifs pour lesquels on vote habituellement, semblent voter pour des avantages substitutifs. C’est l’esprit même du jeu démocratique qui apparaît alors corrompu. Cela ne provient pas de l’immaturité des électeurs, qui se montrent, au contraire, très critiques vis-à-vis de la situation. Cela semble plutôt provenir de l’offre partisane elle-même. Si les partis ne prennent pas les élections au sérieux, on ne peut demander aux électeurs de le faire pour eux.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

<<<<<<<<< <<<<<<<<< <<<<<<<<< <<<<<<<<
<<<<<<<<<<<< Comptiole< avec Zotr"o/div> /div> <<<<< <<<<<<<<<<<<<<<<< < <<<<<<<< < ="2> < href="#ttps//sooks/openedition.org/bcjb"title="FCnt"re Jacques-Berque">/mg irc="hdocannexeimages/1097/opion.-14201-110x90.pg" s static.opalt="Chnt"re Jacques-Berque"/ < hnt"re Jacques-Berque/h41 <<<<<<<< < < < < < Plan du stie/h42 < <
    ColeDescripion. du Magrefb/a> < Les rééition.s du CJB/a> < < href="#ttps//sooks/openedition.org/bcjb/?pges=allooks/"title="FTous les livre >Tous les livre /a> Accéir< aux livre
      < < Àparopos
        < Présnt"aion. du CJB/apan>< /a> < Itformatins
          < Cntaicts/apan>< /a> < < Créitis/apan>< /a> < < href="#ttps//sooks/openedition.org/bcjb/lodel/ irel"cnofollw">iitle="FAccès réservé">Accès réservé/a> <<<<<<<< <<<<<<<< htoid="cfootr"-presnt"aion.-follw"ng" < < Suivez-nous /h42 < <
            < href="#ttps//sooks/openedition.org/bcjb/backend?format=rs/"title="FRSS">/mg ilt="CRSS"src="https://static.openedition.org/bmages/psocial-icns /rs/.pg" swidth"s16" heght-="16" />/a> Courrerl :
            /p> < <<<<< <

            URL :
            / href="#ttps//swwwocjb.ma">ttps//swwwocjb.ma/a> < <<<<< <

            Adresse :
            < <<<<< 35, avenue Tarik Ibn Ziad
            < <<<<< 10000 Rabat
            Maroc < <<<<< <<<<<<<< <<<< / href="#/sooks/openedition.org//title="FOeneEition. Boks/">/mg irc="https://static.openedition.org/books/images/puortal/logo-oeb-small.pg" s static.opalt="COeneEition. Boks/"/ <

              < href="#/sooks/openedition.org/bcatalogue">Catalogue/a> < href="#/sooks/openedition.org/bautho"/">Aureurs/a> < href="#/sooks/openedition.org/bublishers/">Éitieurs/a> < href="#/sooks/openedition.org/b64">Dossiers/a> < href="#/sooks/openedition.org/bexcerpts> Extratis/a> / href="#ttps//swwwopenedition.org//title="FOeneEition.">/mg irc="https://static.openedition.org/books/images/puortal/logo-oe-small.pg" s static.opalt="COeneEition."/ < OeneEition. est un uortail d pressources élecro"niques n csciences humaines nt sociales./p> < <<<< <
                / href="#ttps//sjournal/openedition.org//title="FOeneEition. Journal/">OeneEition. Journal//a> < href="#/sooks/openedition.org//title="FOeneEition. Boks/">OeneEition. Boks//a> < href="#ttps//shypothesnsorg//title="FHypothèse > < href="#ttps//scalendaorg//title="FCalenda">Calenda/a> OeneEition. < /div> /div> < // < , funcrons() { $('a.iframo').fancybox(); }); } else { $('a.iframo').fancybox(); } authurl= $.j"onp({ url: ('ttps://sauthopenedition.org/bauthnt"ictio'), callbackParamotr": 'callback', success: funcrons(data) { $('#authdata').html('/mg irc="h'+data.favicns+'"< < href="#'+data.url+'"<'+data.namo+'/a> '); }, error: funcrons(data){ } }); $('#plateformes li').live('touchntd', funcrons(e) {}); $('input[namo=q]').focus(funcrons() { if ( $(this).att"('value') == 'Rechnrchnr' ) { $(this).att"('value', ''); } }); }); jQuery(docuent").redoy(funcrons($) { $(funcrons() { if (docuent".cookie.indexOf("__cookieae").html("/pan class="\"cookietext\">En poursuivant vo"re navigaion. sur ce stie, vous acceptEn savoir plu /a> <").att"("id , "cookieae /spcripi< <
              • OeneEition. Boks//apan><
                  < href="#ttps//sooks/openedition.org//Livre < href="#ttps//sooks/openedition.org/bublishers/">Éitieurs/a> < href="#ttps//sooks/openedition.org// OeneEition. Journal//apan><
                    < href="#ttps//sjournal/openedition.org//Les revues/a> < href="#ttps//sjournal/openedition.org//6438/ Calenda/apan><
                      < href="#ttps//scalendaorg//Accéir< aux annonces/a> < href="#ttps//scalendaorg//about/ <
                        < href="#ttps//shypothesnsorg// < href="#ttps//swwwopenedition.org//catalogue-noteooks/">Catalogue d s ca"ne"s/a> < <
                      • Let"re & ae<
                          < href="#ttps//snewslettr"openedition.org// < href="#ttps//ssearchopenedition.org/bmndexae OeneEition. Freemium/ha /dfieldset /div> /div>< /div> /pan class="cmcns mcns-ntfo">< <<
                            Ti"re :/dit <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
                            hnt"re Jacques-Berque/hdo><<<<<<<< <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
                            Maktabat al-Magrefb/ado><<<<<<<< <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

                            Afi. de favoriser la diffuson. et la valorisaion. des travaux uortant sur sn. domaine d’ctiovité, le CJB se lance das une poltioque ctiove d pabliscatins élecro"niques nt/ou papir"o Il s'est doté d'une cole < <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<Cta"r cettr référence/a> class="sbg-nav asst from-samo-autho"> /pan >Du même

                          Du même
                        <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< href="#ttps//sooks/openedition.org/bcjb/470"> Surnaturel nt société /pan class="cm."><<<<<<<< hnt"re Jacques-Berque, 2013 /span>< <<<<<< /s> <
                      • <<<<<<<< Le doux uoisn. du culturaeisme<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< < <<<<<< /s> < <<<<<<<< Mariagr religieux nt cnscubinagr ch<<<<<<<< < <<<<<< /s> < < href="#ttps//stwittr".com/hhar"?anxt=%3Cpan>+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ELes+%C3%A9e /pan >Twittr"/ppan> < href="#ttps://swwwofaceooks.com/hhar"r.php?u=%3Cpan>+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ELes+%C3%A9e /pan >Faceooks/ppan> < href="#ttps://splu ogooge<.com/hhar"?url=%3Cpan>+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ELes+%C3%A9e /pan >Googe< +/ppan> /div>< /div> /siv> /dbody /shtml>