Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Logique des diplômés-chômeurs : l’intégration directe et le durcissement des revendications

Nadia El Baoune

Texte intégral

Marche des quatre coordinations des diplômées chômeurs du troisième cycle (Al Oula, Al Mowahhada, Al Wataneya, Al Mourabita), boulevard Mohammed V, Rabat, 5 mars 2013. @ El Baoune.

« Mercredi 13 juillet 2011, 17 heures, rue Mehdi Ibn Toumert, Rabat. Quatre coordinations relevant du mouvement des diplômés-chômeurs – la première, la coordination nationale, la coordination unifiée et Al Mourâbita – investissent et occupent le siège central du parti de l’Istiqlal. Certains d’entre eux subissent des violences. A l’intérieur, ils sont près de 1 500 protestataires à scander des slogans revendiquant l’intégration directe dans la fonction publique, conformément aux dispositions de l’arrêté ministériel n° 2-11-100. Le samedi suivant, 16 juillet 2011, des militants entament une grève de la faim. Dans la cour intérieure du bâtiment, les groupes installés là scandent toujours leurs slogans : « Réprimés dans l’État des lois ; Titulaires de doctorat, mais toujours sans emploi dans l’État de droit ; Halte à la répression des cadres ; Gouvernement, cesse donc de raconter des blagues ! C’est pour nous que Bouazizi est mort ! C’est pour notre cause que bien des cadres ont trouvé la mort ! Ô Maroc de l’attente, revendiquons jusqu’à la victoire ! Jamais nous ne renoncerons à notre droit à l’emploi ! »

Mardi 19 juillet, 11 heures 30. Un responsable de la Sûreté de la wilaya de Rabat essaie de pénétrer à l’intérieur. Il veut parlementer avec les protestataires et annonce qu’il a des solutions à proposer. Les chômeurs assignés à la garde de l’entrée lui interdisent le passage, l’accusant de chercher uniquement à étudier les lieux en préparation d’une attaque. Peu après son départ, on voit arriver sur la rue Ibn Toumert deux bus chargés de militants de la Jeunesse du parti, accompagnés de jeunes délinquants qui, aussitôt arrivés s’attaquent au portail du siège, essayant de le forcer, tout en lançant des pierres par-dessus le mur. À l’intérieur, les groupes de protestataires lancent des slogans revendiquant le « départ des corrompus » et demandant l’intervention du roi. À l’extérieur, la presse étrangère, notamment espagnole, campe sur les lieux et recueille des déclarations des militants se tenant sur le toit du bâtiment. Une altercation éclate entre ces derniers et les jeunes du parti qui assiègent l’entrée principale et qui essaient de la forcer, tandis que de jeunes délinquants se faufilent par la porte arrière. Les forces de l’ordre interviennent alors, formant un barrage entre les belligérants. Peu après, des éléments de la Sûreté, des Forces auxiliaires et des Services secrets escaladent le bâtiment et, parvenus sur la terrasse, se mettent à observer la scène tout en prenant des photographies. Voyant cela, les protestataires pensent qu’il s’agit d’une attaque. Les uns courent se mettre à l’abri, tandis que des représentants du mouvement, prenant une initiative stratégique, montent sur la terrasse, menaçant de se donner la mort si les forces de l’ordre lancent une attaque. Dans la cour, des protestataires scandent toujours leurs slogans.

A la tombée de la nuit, le secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme arrive. Il pénètre à l’intérieur et exhorte les protestataires à évacuer les lieux. Il leur explique les conséquences juridiques de leur acte, ajoutant qu’il n’est pas de mouvement de protestation qui ne jouisse au moins d’un minimum de soutien et que jamais des revendications n’ont pu être satisfaites suite à l’occupation illégale d’un lieu public. Jugeant que leur protestation a bénéficié d’une large couverture médiatique et que le contexte politique est favorable, les protestataires décident de poursuivre leur sit-in, qu’ils ne lèvent que lorsque les représentants viennent annoncer à leurs camarades que les revendications vont être satisfaites. Un de ces représentants informe un cercle d’auditeurs que la solution est venue du Palais, sur intervention d’un conseiller du roi. Minuit passé, le siège est évacué. Le lendemain, les représentants des différents groupes signent avec ceux des autorités le procès-verbal du 20 juillet. Comme celui-ci n’inclut pas les diplômés de 2011, ces derniers se ruent vers la wilaya de Rabat. Là, sept d’entre eux, mettant à exécution une stratégie établie, se procurent une corde et menacent de se donner la mort. » (Chroniques de terrain, juillet 2011).

1Ce sont là quelques notes que nous avions prises lors de notre participation au mouvement au sein du groupe Takaddoum de la coordination unifiée, durant la période allant de février 2011 à mai 2012.

2Ces jeunes revendiquent une intégration directe au sein de la fonction publique, conformément aux dispositions du décret n° 2-11-100 en date du 8 avril 2011 qui autorise les administrations publiques et les communes locales, de façon exceptionnelle et transitoire, à recruter directement, en les nommant à l’échelle 11 sur la base des diplômes et à l’encontre des dispositions organiques, les candidats titulaires de diplômes supérieurs, et ce, jusqu’au 31 décembre 2011. Ce décret a été émis par l’État à titre exceptionnel suite au déclenchement de la révolution tunisienne. En effet, l’orientation auparavant était d’abroger le recrutement direct, par la promulgation de la loi 05-50 qui stipule que le recrutement ne peut se faire que par concours. Or, les jeunes rejettent toute alternative au recrutement direct dans le secteur public. Pour parvenir à leurs fins, ils adoptent cette forme de protestation qu’est l’escalade, consistant à pousser toujours plus loin les protestations et à élever toujours plus haut la barre des slogans, étant convaincus de l’efficacité de cette méthode. Il s’agit là, en fait, d’une étape supplémentaire dans l’échelle des formes de lutte adoptées par le mouvement, qui contraste avec le pacifisme adopté par le passé. Pour les militants du mouvement, le durcissement, ou l’escalade, selon le terme consacré, consiste à investir les lieux publics, coordonner les formes stratégiques de protestation avec le Mouvement du 20 Février, organiser des marches aux heures de pointe pour gêner la circulation et attirer ainsi l’attention sur leur cause, occuper la place de Bab Soufara, non loin du Palais royal, menacer de se donner la mort, l’immolation (un militant qui menace de s’immoler par le feu) et enfin à hausser le plafond des slogans, faisant passer les revendications sociales à des revendications politiques.

3Qu’est-ce qui préside donc à cette obstination des jeunes à s’accrocher au recrutement direct et à rejeter toute autre option que celle du recrutement dans le secteur public ? Ensuite, qu’est-ce qui peut bien expliquer le durcissement délibéré de leur position ?

4La revendication du recrutement direct repose sur un ensemble de convictions, dont en premier lieu celle se rapportant à la légitimité de la revendication concernant le recrutement direct sans concours écrit, considéré comme étant un « droit acquis aux enfants du peuple ». Par ce discours, les diplômés-chômeurs établissent l’aspect juridique de la décision. En second lieu, le recrutement direct est lié, pour ces jeunes, au secteur public, qui représente pour eux un moyen de s’assurer une carrière stable. Aussi, l’antécédent du recrutement direct déjà décrété par l’État constitue-t-il pour eux une donnée objective à exploiter, eu égard aux contraintes que les autres alternatives imposent.

5Tout au long du parcours du mouvement, le durcissement de l’action militante a toujours été lié aux convictions des leaders bien plus qu’au contexte politique. L’opportunité politique offerte par la révolution tunisienne en 2011 a certes instauré un climat favorable au développement de formes plus dures de protestation et a incité les gens à descendre dans la rue ; elle ne peut en revanche être considérée comme étant le facteur décisif dans ce durcissement. De fait, la stratégie du durcissement est toujours accompagnée d’un climat favorable au sein même du mouvement. L’observation des formes d’action entreprises par le mouvement entre 2008 et l’après 2011, de même que les conversations avec les leaders du mouvement, montrent en effet que le durcissement des formes de protestation est lié à un système de convictions propres à ces leader et que le contexte du Printemps arabe a seulement contribué au développement de ces protestations.

6Pour les dirigeants du mouvement, le durcissement constitue un processus objectif lié aux aspects pragmatiques de la lutte aux parcours de vie des leaders et, enfin, à la constitution même du mouvement en réaction aux décisions de l’Etat. Ce processus est vécu différemment par le reste des protestataires, à savoir la base, chez qui il est plutôt lié aux sentiments qui se conçoivent tout au long de la lutte et que l’on peut résumer en la hogra, ou sentiment d’injustice, qui finit par générer une hostilité et une rancœur vis-à-vis de l’Etat. La différence de point de vue entre la base et le bureau quant à ce processus s’explique par l’expérience militante dont ce dernier dispose. L’importance capitale du durcissement dans la lutte et le recrutement direct en tant que droit juridique, droit légitime et droit acquis, sont les deux principes de base qui encadrent l’action du mouvement et qui déterminent sa logique militante.

L’intégration directe en tant que revendication légale et en tant que droit acquis : encadrer un droit accordé par l’État

7La revendication relative à l’intégration directe est liée, pour les jeunes chômeurs, à ce qu’ils pensent être un droit légitime. Au sein du mouvement, les leaders accordent la légitimité selon l’assiduité de chacun à prendre part aux sit-in. Les quatre coordinations exigent la mise en œuvre de l’accord du 20 juillet et se prévalent du décret 2-11-100 en tant que base de légitimité de cette revendication. Il en est de même des cadres de 2011. Ceux de 2012, par contre, étant descendus dans la rue après l’expiration, au 31 décembre 2011, du délai fixé pour ledit décret, assoient la légitimité de leurs revendications sur les dispositions prévues par la Charte nationale de l’éducation et de la formation en matière d’ouverture de l’université sur le marché de l’emploi.

8Encadrée par le discours, la légitimité est consolidée par l’action stratégique. Les leaders déploient en effet un effort oratoire à répétition lors de chaque forme de protestation, afin de rappeler à la base la légitimité de la revendication. Ils usent à cette fin de termes comme « droit légitime », « revendication légale » ou encore nos revendications sont légitimes ». Ils évoquent également les décisions de nomination directe émises par l’État jusqu’en 2011. Le deuxième volet de cet encadrement consiste à considérer cette revendication comme étant « un héritage des enfants du peuple et un droit acquis pour les enfants du peuple » (par « enfants du peuple », il faut entendre les jeunes issus des classes nécessiteuses et, plus généralement, des classes populaires, par opposition à ceux qui appartiennent à l’élite). Par « droit acquis », on entend un droit conféré, en vertu d’une sorte de loi coutumière contestataire, par l’action du tout premier groupe de protestataires sortis dans la rue. Cette coutume s’est établie sur la base des deux premiers décrets ministériels émis par le gouvernement d’alternance, tout comme ce droit est acquis en vertu des engagements que l’État signe avec les leaders (procès-verbaux de recrutement).

9La revendication relative au recrutement direct est de fait liée aux convictions et représentations établies tout au long du parcours contestataire du mouvement et héritées à travers une génération de protestataires. Cette transmission se fait grâce aux contacts entre les leaders du mouvement et les anciens activistes, qui maintiennent ce contact par souci de transmission du flambeau. Ainsi, on peut dire que les groupes ne sont pas nés d’une manière mécanique suite à des décisions ministérielles ; ils ont au contraire donné un sens à ces décisions, y voyant, d’une part, un droit acquis des enfants du peuple et, d’autre part, un engagement légal de la part de l’État. C’est cette conviction qui explique le durcissement des actions du mouvement : pour les leaders, l’État est tenu, par la force de la loi, de recruter directement les titulaires de diplômes supérieurs, membres du mouvement, conformément aux décisions qu’il a lui-même prises.

10L’encadrement de la revendication comprend aussi une stratégie d’action, qui constitue le renforcement de ce droit acquis. La forme de contestation le plus souvent adoptée est celle du boycott des concours, en réaction à toute décision ou orientation de l’État vers l’abrogation du recrutement direct. Ceux qui se portent candidats aux concours sont immédiatement rayés des listes. Cette disposition concerne les concours pour des postes aux échelles 10 et 11 de la fonction publique, notamment ceux qui attirent de grands nombres de candidats et qui risquent de ce fait de « disperser les forces combatives de la rue ». La deuxième forme consiste à se liguer entre groupes pour revendiquer à travers les sit-in et en faisant front commun face aux force publiques. Quant à la stratégie de consolidation, elle consiste également à exiger l’annulation des décisions abrogeant le recrutement direct. Les cadres de 2012 adoptent quant à eux une autre stratégie, consistant à lever le plafond des revendications (indemnités de chômage, gratuité des soins médicaux, etc.), afin d’obtenir le minimum, entendre le recrutement direct.

11Cette insistance des jeunes du mouvement sur l’intégration directe est également lié au fait que c’est l’État qui a lui-même instauré cette solution en traitant avec les groupes lors de leur formation. Les jeunes chômeurs de 2011 disent en effet être descendus dans la rue pour « répondre à l’appel de l’État ».

« L’intégration directe s’impose par la force des choses, par une réalité qui peut être discutée d’un point de vue logique, mais qui n’est pas acceptable humainement, étant donné qu’on vous impose de passer un concours pour obtenir un droit. C’est inadmissible. La réalité n’est pas saine. Le jour où l’Etat adoptera une manière saine d’agir, la réalité sera également saine » (Walid, dirigeant de groupe, 30 ans, Chefchaouen).

12De plus, ces jeunes s’accrochent au principe du recrutement direct car leur expérience dans le domaine des concours lie ces derniers à l’insuffisance des postes, à l’absence de la transparence et au fait que ce ne sont pas les plus méritants qui sont admis : « Même sans ce décret, je ne passerai jamais un concours, vu l’absence de transparence (Ghizlaine, 27 ans, El-Jadida). » D’autres boycottent les concours afin, selon le langage protestataire, de s’accrocher à un droit acquis. Ce n’est pas l’avis de tout le monde : « En nous accrochant à ce doit acquis, nous laissons passer des opportunités (Mohammed, 31 ans, Tétouan). » En s’accrochant à ce droit acquis, les jeunes contribuent en effet à réduire les opportunités alternatives d’emploi qui pourraient s’offrir à eux. En restant dans la rue durant deux ans, ils réduisent sérieusement leurs chances d’être recrutés par le secteur privé, car ils n’auront pas développé et enrichi leur expérience professionnelle entre-temps. Pour d’autres, enfin, le recrutement direct constitue tout simplement un moyen d’obtenir facilement un poste d’emploi, au lieu de passer les concours : « Jamais vous ne proposerez deux solutions au citoyen, sans qu’il choisisse la plus facile. Du moment qu’on peut être intégré directement, pourquoi perdre du temps à passer des concours ? (Abdelilah, Meknès, 31 ans). » La recherche de la facilité s’associe ainsi au peu de crédibilité qu’ils accordent à la manière dont les concours se déroulent au Maroc.

Raisons pour lesquelles les jeunes n’acceptent aucune alternative au recrutement dans le secteur public

« Le poste public vous garantit une certaine stabilité, comme tout le monde le dit. De plus, le diplôme et la formation dont je dispose ne me qualifient guère à travailler ailleurs que dans le secteur public (Zineb, 27 ans, Tétouan). »

« Je suis passée par le secteur privé. On ne saurait leur faire confiance. Un collègue a été renvoyé. De même, les heures supplémentaires ne sont pas payées, sans parler des avantages sociaux, totalement absents (Ghizlaine, 27 ans, El-Jadida). »

« Pour moi, la fonction publique représente une garantie contre la vieillesse et la maladie, d’autant plus que je suis une femme. Cela me convient parfaitement. Par contre, dans le secteur privé, tu peux très facilement être mis à la porte (Fadwa, 31 ans, Qsar Elkebir). »

« L’emploi dans la fonction publique n’est pas une option ; c’est un moyen d’avoir une vie digne, de bâtir une famille. Ce n’est pas une fin en soi, mais un simple moyen. Tout autre alternative qui m’assurerait les mêmes avantages et les mêmes garanties serait la bienvenue (Mohammed, 30 ans, Ouarzazate). »

13C’est là un échantillon de réponses tirées de discussions que nous avons eues avec 24 participants aux sit-in place de la Poste et dans les rues de Rabat, entre février et avril 2013. Leur moyenne d’âge est de 30 ans. Les données ainsi réunies donnent à conclure que les raisons qui les poussent à s’accrocher à l’option du recrutement dans le secteur public se résument en deux éléments : la réalité de l’emploi au Maroc et leurs propres origines sociales. La réalité du marché de l’emploi les pousse à chercher un poste dans la fonction publique, en l’absence d’alternative aux avantages offerts par le secteur public (la stabilité du poste et de la rémunération, en plus de la retraite confortable). De même, cette tendance peut être expliquée par leurs origines sociales en tant que personnes issues de catégories sociales vulnérables, qui ont bénéficié de la gratuité de l’enseignement, étudié dans des établissements publics et obtenu des diplômes qui ne les qualifie pas à travailler ailleurs que dans le secteur public.

14Le secteur public constitue ainsi pour ces jeunes la garantie d’un emploi stable et de garanties légales au travail, en plus de la retraite confortable. C’est ce qui les pousse à toujours chercher l’embauche dans le secteur public, afin de s’assurer une sûreté et une stabilité au travail. Ils préfèrent les garanties du secteur public aux salaires nettement plus élevés qu’offre le privé. Ces raisons sont plutôt liées à une réalité vécue qu’à des représentations culturelles qui accordent une valeur symbolique majeure à la fonction publique dans la pensée sociale et dans la culture populaire marocaine : « Pour moi, la fonction publique n’est pas une fin en soi, mais seulement un moyen. Je ne comprends pas qu’on lui donne plus de valeur qu’elle n’en a ! (Asmae, 26 ans, Casablanca). »

15Bien que ce soit le secteur privé qui offre les meilleurs salaires pour les cadres supérieurs, c’est le secteur public qui connaît paradoxalement un engorgement, avec plus de 80 % des salariés, 60 % des cadres supérieurs, le triple de ce que compte le privé (L’Economiste, décembre 2012). De même, la retraite offerte par le secteur public est meilleure que celle qu’offre le privé. La moyenne des pensions de retraite versées par le privé est en effet inférieure au SMIC (La Vie économique, 2014). La moyenne de la pension vieillesse versée par la CNSS est de 2 124 dirhams par mois, contre 2 282 pour la CIMR. 75 % des adhérents de la CIMR perçoivent une pension inférieure ou égale à 2 500 dirhams. La moyenne des salaires des adhérents aux trois caisses marocaines de retraite (CNSS, CMR et RCAR) est de 4 959 dirhams par mois, avec une moyenne de pension égale à 2 912 dirhams. Cependant, la moyenne des salaires pour les caisses où souscrivent les salariés du privé est plus élevée : 7 470 dirhams par mois pour la CMR, qui gère les épargnes des salariés du public (La Vie économique, 2014).

16Les jeunes chômeurs se font une idée du secteur privé grâce à une expérience personnelle dans ce secteur, ou bien à travers leurs propres observations et évaluation de la situation. Pour ceux qui, ayant eu une expérience au privé, l’ont quitté pour rejoindre le mouvement et revendiquer un poste dans le secteur public, le travail dans le privé est lié à l’absence de garanties de stabilité, au risque de licenciement, à l’exploitation et à l’abus (heures supplémentaires non rémunérées). De même, ajoutent-ils, le secteur privé ne reconnaît pas les diplômes et recrute les gens à des grades inférieurs à ce à quoi leur diplôme les habilite.

17Asmae, 26 ans, de Casablanca, est venue se joindre au mouvement des chômeurs, revendiquant elle aussi un poste au sein du secteur public, après avoir vainement essayé d’intégrer le privé : « Je me rabats sur la fonction publique après que le secteur privé m’ait fermé ses portes. » Après avoir eu sa licence, elle a en effet postulé pour un emploi dans le privé, pour découvrir qu’elle serait embauchée sur un contrat de l’ANAPEC, d’une durée de deux ans. Déçue, elle a alors décidé de poursuivre ses études, de s’inscrire à un master en droit du transport, avant de revenir vers le privé, pour travailler et étudier en même temps. Là aussi, elle se heurte au fameux contrat de l’ANAPEC. C’est ainsi qu’une fois passées les deux années de stage, qui devaient se terminer par la signature d’un CDI, elle a été informée qu’on avait décidé de se séparer d’elle : « Il est injuste de dire que j’ai moi-même choisi le secteur public ! J’ai opté pour le privé, étant sûre de mon niveau et de mes compétences, mais me suis heurtée à un mur ! On vous dit que vous devez vous contenter d’abord d’un contrat d’ANAPEC de deux ans, mais une fois les deux ans passés, on refuse de vous embaucher. Autre chose, dans le secteur privé, dès que vous déclarez que vous disposez d’un master, on vous tourne le dos. Les responsables vous opposent alors des prétextes comme la crainte de ne pas pouvoir vous accordez le grade que vous méritez. En fait, ce qu’ils cherchent, c’est à vous sous-payer, vous exploiter, quoi ! »

18L’expérience d’Asmae diffère de celle de Walid, jeune homme de 30 ans, originaire de Chefchaouen, à qui la municipalité de Martil a accordé une autorisation d’exploitation de la propriété publique, en l’occurrence la gestion d’un kiosque à photocopie en face de la faculté. Mais l’autorisation ne tarde pas à être retirée, dans le cadre d’une restructuration de certains bâtiments de la faculté et de son jardin externe.

19Walid et Asmae ne sont que des exemples, parmi d’autres, de jeunes qui ont quitté le secteur privé ou semi-public et sont venus, bien malgré eux, grossir les rangs des protestataires revendiquant un poste dans le secteur public.

20La recherche de stabilité est partagée par les deux sexes, même si les femmes le reconnaissent moins facilement : « Il y a parmi nous des cadres de 30 et même 34 ans, des hommes surtout. Que veut-on ! Ils ne vivront donc jamais leur vie ? Nous sommes dans un Etat marocain, un Etat arabe qui n’a aucune compassion pour les individus ! La fille devient « vieille-fille » dès qu’elle a passé les trente ans, et le garçon incapable de gagner sa vie à cet âge est un « incapable » ! Je veux juste comprendre… (Asmae, 26 ans, Casablanca). »

21Les propos d’Asmae expriment une réalité au sein du mouvement des jeunes chômeurs : la proportion élevée des célibataires des deux sexes. Une autre donnée à noter est que les filles sont majoritaires dans certains groupes. Ce facteur participe lui aussi à la représentation que les jeunes se font de l’emploi, comme moyen d’échapper au fantôme de l’âge, et on comprend qu’il est encore plus déterminant pour les filles. Le célibat constitue de ce fait une sorte d’épreuve liée à une contrainte sociale.

22Leurs origines sociales communes ou proches font que ces jeunes épousent des valeurs partagées, qui lient le poste d’emploi à la participation aux charges financières de la famille et à la possibilité de poursuivre le parcours universitaire. Ces mêmes origines sociales interviennent également dans la nature de la formation dont ils ont pu bénéficier, formation qui n’offre que bien peu de débouchés : « Une formation académique purement théorique, qui n’ouvre pas sur d’autres aspects de l’emploi que le travail au sein de la fonction publique. » Cela les conduit fatalement à vouloir occuper des postes publics. Plus encore, ces origines sociales, de l’avis de certains d’entre eux, contribuent également à l’absence d’objectifs de formation, le but primordial étant de décrocher un poste dans le secteur public. Les jeunes ne refusent pas les alternatives aux secteurs public et privé, mais ces alternatives exigent une formation particulière. Là, ils se heurtent à un obstacle subjectif, à savoir la question de l’âge, qui leur impose de se contenter de chercher un emploi stable, sans parler des moyens matériels nécessaires. À cela s’ajoutent leurs propres représentations de la réalité de ces alternatives : « Je suis pour le recrutement dans le secteur public et aussi pour l’alternative. Seulement voilà, quand bien même j’aurais eu un projet, il me serait impossible de le réaliser, vu le capital nécessaire. Quant aux petits projets qui se font avec l’aide de l’État, on voit bien qu’ils n’aboutissent que bien peu souvent. L’emploi dans le public reste donc, non pas une option, mais bien la seule option possible (Ikram, 30 ans, Tétouan). »

23L’absence d’alternative fait du recrutement dans le public une sorte de pis-aller et une donnée objective imposée par des contraintes non moins objectives.

Processus de durcissement chez les leaders du mouvement

24Ce processus se rapporte à trois éléments. Le premier est le parcours personnel de chacun, le passé de militant et l’expérience. Le second est lié à l’aspect pragmatique de la lutte : une lutte pour une revendication matérielle, non pour des convictions. Dans ce sens, le durcissement est utilisé comme stratégie visant à optimiser les chances d’atteindre l’objectif revendicatif principal du mouvement. Quant au troisième élément, il consiste en ce que le durcissement est une donnée objective, résultant de l’interaction avec la façon adoptée par l’État pour traiter avec le mouvement. Cela vient en réponse à la violence des forces de l’ordre, à l’indifférence des responsables et à l’absence de dialogue sérieux. Le fil conducteur entre ces trois éléments est cette conviction répandue parmi les leaders, selon laquelle à chaque fois qu’il y a un durcissement, il s’ensuit une séance de dialogue. Cette importance accordée au durcissement est primordiale pour les leaders comme pour les militants, qui se la transmettent de génération en génération.

25Au sein du mouvement des jeunes chômeurs, les formes de protestation sont inspirées de l’expérience militante de l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM). De même, l’action protestataire de cette organisation estudiantine a des prolongements au sein du mouvement. Les leaders des factions d’étudiants à l’université sont ceux-là même qui mènent les groupes de contestataires aujourd’hui. Certains d’entre eux sont militants dès le lycée. Quant aux autres leaders qui ne viennent pas de l’UNEM, ils ont pour leur part une expérience de militance sous d’autres formes, comme l’action associative. L’expérience ainsi acquise leur permet notamment d’orienter les actions de manière à économiser effort et temps : « Les leaders de l’UNEM qui dirigeaient les factions estudiantines à l’université sont les mêmes qui se trouvent à la tête des groupes et coordinations de cadres supérieurs en chômage. Leur expérience et leur héritage militant leur permettent de mieux lire les faits […]. Les actions militantes sont inspirées de celles qui étaient menées au sein de l’université (Ahmad, 28 ans, leader au sein du mouvement et représentant régional de l’UNEM, Tétouan). »

26Les membres du bureau qui ont été actifs au sein de l’UNEM avant de venir prendre la tête des groupes du mouvement sont foncièrement radicaux. Les slogans sont souvent puisés dans le répertoire de l’UNEM avant d’être transformés. De même, les formes de protestation sont, pour les contenus, inspirés du même répertoire. On note en effet des similitudes dans les actions entreprises (sit-in et résistance aux forces de l’ordre, boycottage des concours, sit-in de nuit, grèves de la faim, occupation des lieux publics, etc.). Par ailleurs, ceux qui viennent des zones géographiques qui connaissent une activité militante estudiantine particulièrement élevée (Kénitra, Fès, Marrakech, etc.) sont souvent les plus entreprenants, de même que les jeunes venus de la Région Tanger-Tétouan.

27Le pragmatisme consiste ici à utiliser le durcissement de l’action comme stratégie. Il s’agit d’actes qui visent à faire réagir les autorités, dont essentiellement les menaces de suicide, les sit-in avec résistance aux forces de l’ordre, les pressions et le chantage à travers l’occupation de lieux publics, pour obliger les autorités à négocier et, enfin, la coordination stratégique avec le Mouvement du 20 Février sur le plan des formes de protestation. La menace de suicide constitue un moyen de forcer les autorités à négocier ou à agir. Les cas les plus récents en la matière sont ceux d’Abdelouahab Zaydoune (secrétaire général) et de Mohammed Elhaouass (chargé de la commission du dialogue), qui se sont immolés lors de l’occupation de l’annexe du ministère de l’Education nationale au début de 2012. La stratégie des sit-in avec résistance vise, quant à elle, à s’assurer une couverture médiatique et à mettre l’opinion publique au fait de leur situation. Les leaders sont convaincus, de façon stratégique mais de manière intime aussi, que plus on subit de violence, plus on s’approche de la solution.

28Quant à la coordination avec le Mouvement du 20 Février, elle est due au fait que les militants voient en ce mouvement un autre moyen de forcer le gouvernement à trouver une solution, d’autant plus qu’ils ont, selon eux, une revendication commune, entendre celle de l’éradication du chômage. Le but escompté de cette coordination est de forcer le gouvernement à interagir avec leur cause, étant donné qu’il essayera forcément, pensent-ils, d’empêcher que les deux mouvements se rejoignent et qu’il n’a d’autre issue, dans ce cas, que de trouver une solution. Une autre stratégie consiste à occuper la voie publique pour gêner la circulation. Là aussi, l’action est dictée par cette conviction selon laquelle le gouvernement ne réagit qu’aux formes les plus extrêmes de l’action militante et doit donc être toujours poussé dans ses derniers retranchements pour être forcé à négocier.

29Hausser le niveau des slogans constitue également un durcissement au niveau du discours. L’utilisation de l’art oratoire a en effet toujours fait partie de l’arsenal militant au sein du mouvement. Pour les leaders, plus on hausse le niveau des slogans revendicatifs, plus le gouvernement et les services de l’État seront forcés de venir dialoguer. L’approche sécuritaire joue, pour ces leaders, un rôle promotionnel, étant donné que les rapports de la Sécurité font parvenir leurs revendications à l’État. Le durcissement du discours peut être résumé par ce slogan, souvent répété par les jeunes chômeurs : « Etre ou disparaître ». Enfin, un dernier élément qui explique le durcissement est qu’il vient en réponse à la manière dont l’État traite avec le mouvement. Il s’agit essentiellement de l’usage de la force, l’indifférence – entendre l’absence de dialogue sérieux visant à trouver une solution – ou encore une décision de l’État allant dans le sens de l’abrogation du recrutement direct. Le durcissement vient donc en réaction lorsque la voie du dialogue se trouve bloquée. « Lors des sit-in, nous demandons une audience au parlement ou devant la wilaya. Si le député ne répond pas, on va vers le ministre. Si celui-ci ne répond pas non plus, ou est acculé à concevoir des pensées vengeresses. C’est ce que nous avons justement fait en occupant le siège de l’Istiqlal : nous les avons tous privés de sommeil ! Tu m’ignores délibérément, alors je m’efforce de te créer des ennuis ; c’est là la logique du mouvement protestataire (Abdelilah, 31 ans, Meknès). »

30La stratégie du durcissement a cependant un plafond : les interdictions. Le mouvement obtempère en effet généralement aux décisions d’interdiction. Des limites spatiales sont également observées, les lignes rouges (telle la place Bab Soufara par exemple) ne sont jamais dépassées. Cette stratégie repose, pour les leaders, sur une logique simple : les bases sont fragiles, non préparées à une action militante de longue haleine. Elle est également liée au désir de ne pas trop s’écarter de la ligne dictée par les décisions des autorités, étant donné que « le mouvement s’efforce, dans ses rapports avec le régime, d’agir dans le cadre de l’entente réciproque » (remarque d’une participante à la réunion du bureau de la coordination Al-Mouahhada, tenue au sein de l’ODT, suite à l’interdiction du mouvement le 24 mai 2011). De même, les sit-in organisés sur la place Bab Soufara, qui peuvent sembler être des formes de contestation du pouvoir du roi, sont pour ces leaders, bien au contraire, des appels au soutien : le roi étant le détenteur du pouvoir suprême au sein de l’État, il est normal, expliquent-ils, que l’on finisse par recourir directement à lui, car « c’est lui qui détient les clefs de ces choses ».

Constitution de sentiments de rancœur et d’hostilité à l’égard de l’État

« De la rancœur, oui, sans aucun doute. Je ne pense pas qu’on puisse venir ici et endurer ce que nous endurons sans concevoir de rancœur. Cette dernière peut parfois prendre des formes déviées, prenant pour cible des proches même. Un frère qui t’aidait matériellement mais qui ne peut plus le faire devient l’objet de ta rancœur ! Que dire alors des personnes ou parties que nous jugeons être responsables de notre situation ? Oui, nous en voulons aux responsables ! (Fettah, 30 ans, Taounate). »

« Lors d’une marche pacifique, nous nous heurtons à un mur formé par les forces de l’ordre […]. Il lève sa matraque et m’assume un coup sur la poitrine, tandis qu’un autre vise d’un coup de botte mes parties intimes ! Vous vous rendez compte ! Viser votre dignité ! Pourquoi ? Que lui ai-je donc fait ? Je ne demande que la mise en œuvre d’un décret ministériel ! Le message que nous lisons là est que l’Etat ne nous accorde pas la moindre valeur. Tu te fais agresser par un individu chargé par l’Etat de te traiter ainsi. Comment veut-on qu’on ne conçoive pas de rancœur ? Cette rancœur commence par les forces de l’ordre, pour englober ensuite l’Etat tout entier. Tu te dis que l’Etat te hait en tant que citoyen, dans ton propre pays (Asmae, 26 ans, Casablanca). »

« Parfois, des nouvelles nous parviennent, selon lesquelles un tel, ou le fils de tel ou tel, a été recruté. Les étudiants sahraouis par exemple ont été recrutés. Cela vous donne le sentiment d’être un citoyen de second ordre. Normal qu’on conçoive un sentiment d’hostilité à l’égard de l’Etat et de tout ce qui le représente (Mohammed, 27 ans, Tiflet). »

31Les sentiments d’hostilité et de rancœur font que les jeunes finissent par se persuader que c’est l’État qui les pousse à sortir dans la rue et qu’il est de ce fait responsable de leur situation comme de leurs actions protestataires. Il faut dire que les groupes qui sortent sont ceux-là même qui comptent les proportions les plus faibles de recrutés en comparaison avec les autres groupes. De même, la démarche individuelle de demande d’emploi auprès des wilayas et des provinces ne trouve pas auprès des responsables l’intérêt que trouve un groupe de militants venus demander un visa pour leur liste. Il en ressort donc que les actions protestataires menées dans la rue créent la pression voulue. Ils en déduisent que l’État encourage en quelque sorte ces actions et que leur adhésion au mouvement leur a été bel et bien dictée par des contraintes objectives, dont le responsable n’est autre que l’État.

Bibliographie

Emperador Badimon M., « Les mobilisations des diplômés-chômeurs au Maroc : usage et avatars d’une protestation pragmatique », thèse de science politique, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, 2011.

Rachik A., « Les mouvements protestataires au Maroc contemporain à travers les rapports de l’Organisation marocaine des droits de l’homme », intervention au séminaire organisé par l’Association Ribat Al Koutoub le 24 octobre, Rabat, Faculté des lettres et des sciences humaines, 2009.

La Vie Eco, « Le public est plus généreux, même pas le SMIG pour les retraités du privé ! », n° 4741, du 21 au 27 février 2014.

Les documents de L’Économiste, « Public vs privé, haut fonctionnaire, un métier qui fait carrière », n° 1, décembre 2012.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable