Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

La réapparition du drapeau de la République du Rif
lors du printemps arabe au Maroc

Yousra Abourabi

Texte intégral

1Le 20 février 2011, une grande manifestation rassemblant près de 30 000 personnes (Daum, 2012) a lieu dans la ville d’Al Hoceïma : des milliers de citoyens entament une marche pacifique pour réclamer plus de justice sociale et de libertés individuelles. Or, dans la même journée, plusieurs banques sont pillées, des établissements publics, hôtels et voitures de police saccagés. Le lendemain, la presse fait état d’un bilan de cinq morts, retrouvés dans l’une des agences bancaires de la ville. Ces cinq personnes sont accusées par les forces de police d’avoir participé aux actes de vandalisme. Dans le Rif et au sein du Mouvement du 20 Février, on affirme au contraire qu’il s’agit de civils envoyés par le gouvernement, la « baltajiya », venus perturber la marche pour discréditer les manifestants.

2Les manifestations dans le Rif sont nombreuses en 2011 : Aït Bouayach, Imzouren, Ajdir, Boukidan, Al Hoceima, Nador, Taza, etc. Elles comptent parmi les plus violentes et surtout les plus symboliques : on peut voir une partie des manifestants brandir le drapeau de la République rifaine, d’autres le portrait d’Abdelkrim al-Khattabi. Ces images sont évidemment plus frappantes que celles du drapeau amazigh, beaucoup moins considéré comme une menace par l’Etat, en particulier depuis la création de l’Institut royal de la culture amazighe, qui a su intégrer la question de la diversité culturelle et linguistique au Maroc. A l’inverse, la République du Rif (1921-1926) est un court épisode de l’histoire durant lequel Abdelkrim al-Khattabi, chef guerrier et leader politique rifain, mène une guerre contre l’occupation espagnole et française, en même temps qu’il met en place une république autonome vis-à-vis du pouvoir central de Fès.

3Pourquoi ces références symboliques ressurgissent-elles lors du printemps marocain ? La République du Rif est-elle un modèle de gouvernement que certains groupes veulent réinstaurer ? Est-elle l’illustration d’un séparatisme, soutenu par le Mouvement pour l’autonomie du Rif (MAR) ? Est-elle plutôt un idéal historique mythifié, facteur de cohésion, dans lequel les manifestants puisent leur inspiration politique ? Le propos dans cet arrêt sur image est d’examiner les transformations sociopolitiques du Rif et leurs conséquences sur le plan des idées politiques au Maroc.

La particularité de l’histoire rifaine face au pouvoir central

4Depuis la guerre du Rif et le court épisode de la création de la République du Rif, la région est marginalisée par le makhzen, ce qui se traduit par un manque d’infrastructures, d’écoles et de développement économique. Une révolte d’envergure a lieu de 1957 à 1959, suite à l’intronisation de Mohammed V et surtout à la fermeture des frontières avec l’Algérie où des milliers de Rifains avaient l’habitude de travailler. Cette révolte démarre lorsque le corps d’Abbas El Messaadi, chef de l’Armée de libération nationale rifaine (ALN) est exhumé à Fès pour être inhumé à nouveau à Ajdir (ancienne capitale de la République du Rif). Les hommes de l’ALN soupçonnent les membres du gouvernement istiqlalien d’avoir assassiné leur chef et souhaitent transférer sa dépouille dans sa ville natale. Bien que les fonctionnaires de l’Istiqlal refusent de donner l’autorisation, le Dr Khatib et Aherdane procèdent au transfert et organisent de grandes funérailles, qui tournent très vite à la manifestation. Selon les témoignages de Mohand Sillam Ameziane (1926-1996), l’un des dirigeants de la révolte de 1958 dans le Rif (Aarab, 2010), le parti de l’Istiqlal utilise régulièrement la torture et les enlèvements pour affaiblir les activistes rifains, et plus particulièrement ceux qui sont en contact avec Abdelkrim. En effet, depuis son installation en Egypte en 1947, Abdelkrim al-Khattabi se montre très actif : il soutient l’ALN à ses débuts et diffuse également des lettres et des articles, qu’il fait publier dans des journaux du Machrek, comme le magazine al-Musawwar du Caire.

5Lorsque les révoltes d’Ajdir s’amplifient, les Forces armées royales entrent en action : près de 30 000 hommes (Iskander, 2010) sont envoyés par le futur roi Hassan II, qui est alors chef des armées, causant la mort de près de 8 000 Rifains. Les insurgés rifains de l’ALN sont équipés d’armes modernes et occupent des bases aménagées dans le Rif central, plus précisément dans le triangle Aknoul-Tizi-Ouzlil-Boured. Cependant, ils ne sont pas suffisamment nombreux (Gaudio, 2000). En guise de renfort, huit tribus du Rif, dont les Beni Ouriaghel (tribu d’Abdelkrim al-Khattabi), tuent par balles des émissaires du makhzen. Ameziane, l’un des leaders du PDI (Parti démocratique de l’indépendance) et membre de la tribu des Beni Ouriaghel, ainsi que deux autres membres de la famille des Khattabi présentent alors un programme en 18 points au roi Mohammed V, afin de faire part de leurs revendications, parmi lesquelles : le retour de Abdelkrim al-Khattabi au Maroc, la création d’emplois et la réduction des impôts. L’année d’après, constatant que ces revendications ne sont pas prises en compte, le soulèvement s’amplifie. En 1959, la révolte est finalement matée par les Forces armées royales, annonçant une marginalisation importante du Rif de la part du gouvernement pour les décennies suivantes.

6Un autre soulèvement rifain a lieu en 1984, suite à des protestations contre la hausse des prix des denrées alimentaires. Les tensions se sont exacerbées lorsque le roi Hassan II a qualifié les gens de la région de voyous, « awbach », lors d’un discours télévisé en 1984, annonçant une violente répression. De fait, le Rif et les Rifains peuvent être considérés comme une menace sécuritaire potentielle pour la monarchie : le Rif ne fait-il pas partie de Bled el-Siba, des zones de tribus berbères historiquement dissidentes ? Abdelkrim al-Khattabi n’a-t-il pas revendiqué un Etat indépendant du makhzen en 1923 ? Le général Mohammed Medbouh et le lieutenant-colonel Ababou, commanditaires de la première tentative de putsch militaire de Skhirat en 1971, ne sont-ils pas Rifains ? Hassanl II identifie dans son discours les zones les plus menaçantes à Nador, Al Hoceima, Tetouan et Ksar el-Kebir : « Ce sont des voyous attardés qui vivent de terrorisme et de vol […], qui utilisent les plus jeunes pour commettre leurs crimes […]. Ce sont ces jeunes qui sortent dans la rue. […] L’ordre a été donné pour qu’ils subissent la même punition que leurs ainés. » Il déclare également que tant qu’il y aura une majorité qui dirait « à bas le roi » et une minorité « vive le roi », il n’ira pas leur rendre visite. Entre 1987 et 1991, le roi annonce plusieurs fois une tournée officielle dans le Rif, mais cette visite n’a jamais eu lieu. Le sentiment naît, chez certains Rifains, d’être des laissés-pour-compte du royaume.

7A partir des années 90, l’ouverture du régime permet la prise de parole sur des sujets tabous, notamment ceux relatifs à l’histoire du Rif : artistes, syndicalistes, acteurs associatifs et étudiants se mobilisent pour défendre leur identité historique. Pour s’adapter à cette nouvelle génération de la société civile et pour se démarquer de son père, Mohammed VI inaugure un style plus populaire, notamment à travers un assouplissement remarquable de la sécurité royale autour de sa personne. Lors de ses visites dans les différentes provinces du pays, il prend pour habitude de se rapprocher physiquement des classes populaires et de s’entretenir personnellement avec les ouvriers, les jeunes, les femmes ou les enfants défavorisés. Son premier voyage officiel est pour le Rif, où il reçoit un accueil triomphal de la part des Rifains dont la majorité n’a jamais vu un roi en chair et en os. Il se rend également à Ajdir pour s’entretenir avec la famille d’Abdelkrim, acte symbolique de réconciliation avec la mémoire de la guerre du Rif. Depuis, il s’emploie à renouveler l’attitude de la monarchie face à cette région, en multipliant les visites autour de ce que le ministère des Transports dénomme « la rocade méditerranéenne » : un nouvel axe routier qui traverse les régions du Rif central et oriental, un littoral méditerranéen à falaises jusque-là encore vierge, mais qui présente un avantage économique pour les investisseurs. Dans la région montagneuse, il inaugure également de nombreux projets de développement : stations d’épuration des eaux usées, abattoirs, équipements agricoles, centres sportifs, usines de couture pour les femmes, etc.

8Cependant, cet effort diplomatique ne réconcilie qu’un court instant le Rif avec la monarchie, car les changements attendus ne sont pas aussi profonds que le laissait envisager l’arrivée du « roi des pauvres ». Actuellement, l’économie dans le Rif dépend en grande partie de l’extérieur, et les jeunes se désintéressent de l’agriculture. Ils aspirent à l’émigration ou à l’exode rural, à défaut d’avoir des écoles supérieures, des services publics et des emplois sur place. Or, la construction de cette fameuse route sur le littoral constitue une erreur d’aménagement majeure selon certains sociologues et géographes. Son objectif est d’attirer les populations montagnardes vers le littoral. Or, d’une part, si ce projet permet l’accélération de l’urbanisation et la périurbanisation de cette bande, ce peuplement reste artificiel puisqu’il n’engendre pas le développement d’activités touristiques (Gauché, 2010). D’autre part, cette réorganisation de l’espace provoque une crise environnementale, qui se traduit par la diminution des ressources du territoire, en particulier l’eau, ainsi que la dégradation des terres et du paysage.

9C’est ainsi que des franges variées de la société rifaine ont participé au Mouvement du 20 Février 2011 : diplômés-chômeurs, syndicalistes, mais aussi artisans, artistes, étudiants, instituteurs et ouvriers. Le mouvement d’Aït Bouayach fut sans doute l’épisode le plus marquant du « printemps rifain » : plusieurs manifestants ont tenu un sit-in qui dura près de six mois dans le siège de l’ONEP (Office national l’eau potable) pour protester contre les mauvaises conditions d’accès à l’eau. L’histoire de ce sit-in très médiatisé a été parsemée d’épisodes de violence entre groupes civils et forces de l’ordre, qui ne manquèrent pas d’être instrumentalisés par chacune de deux parties : les premiers dénonçant la violence et l’illégalité des répressions policières, les seconds, la « fawda » (anarchie) qui règne dans le Rif.

Le Mouvement pour l’autonomie du Rif et les revendications rifaines depuis 2011

10Au cours de plusieurs manifestations du Mouvement du 20 Février dans le Rif, on peut lire sur de grandes banderoles : « Le mouvement culturel amazigh au Maroc revendique l’autonomie du Rif » (al-hukm al-dhati bil-Rif). Dans l’une d’entre elles, on pouvait voir un enfant assis sur les épaules de son père, qui scandait dans un haut-parleur : « Autonomie pour le Rif ! » Les manifestants qui portaient ces banderoles sont des adhérents du Mouvement pour l’autonomie du Rif (MAR). Ce petit collectif sans reconnaissance légale ouvre sa première page Facebook le 23 septembre 2011. Karim Masslouh, docteur en sciences sociales et chercheur universitaire, en est le coordinateur général jusqu’au 20 octobre 2013, où il est remplacé par Abdelilah Alstito. Masslouh annonce le 25 octobre 2008 dans l’enceinte de la Chambre de commerce de Nador la constitution du mouvement, puis l’organisation d’une conférence préliminaire en été 2010, afin de définir l’identité et les objectifs du mouvement. Une autre réunion fut annoncée pour le 10 avril 2010 à Louvain, en Belgique, pour coordonner les différentes communautés rifaines vivant en Europe. En 2011, le MAR annonce son association au Mouvement du 20 Février et plaide contre le projet de nouvelle Constitution qui interdit les partis régionalistes. D’autres réunions sont organisées dans plusieurs villes du Maroc, dont Nador (le 24 décembre 2011). On peut voir des extraits vidéo de cette rencontre sur le site Nador City, où Karim Masslouh explique les objectifs du mouvement en langue rifaine, parmi lesquels l’instauration d’un système fédéral au Maroc avec la possibilité pour le Rif de contrôler ses ressources et de ne pas subir le découpage administratif de l’Etat qui divise la région en deux.

11Cependant, le MAR ne réussit pas à avoir l’ampleur escomptée : la plupart des adhérents du mouvement en 2011 sont des étudiants et universitaires rifains (université de Nador Selouane, Oujda), des acteurs du monde associatif ou des personnes de la diaspora rifaine à l’étranger, qui sympathisent également avec d’autres associations militantes amazighes. Or, la population visée par le MAR, c’est-à-dire les familles d’agriculteurs ou d’ouvriers rifains, ne se reconnaissent pas dans ce mouvement. Le groupe Facebook du MAR ne compte actuellement que 187 participants, alors que le groupe Facebook de la République du Rif compte 6 000 personnes, personnes les plus susceptibles d’être proches du mouvement. De même, les associations proches des idéaux du MAR sont nombreuses : « Association histoire du Rif », « Mémoire du Rif », « Collectif Abdelkrim al Khattabi », « Agraw N’ARif », « Taghrast-Espai Amazic », etc. Certaines d’entre elles contribuent au rapprochement du MAR avec d’autres mouvements autonomistes ou fédéralistes, comme en Catalogne ou en Belgique. D’autres ont des revendications différentes : il y a celles qui réclament la reconnaissance du particularisme culturel et de la mémoire historique du Rif, celles qui réclament une régionalisation avancée et d’autres qui ont des positions fédéralistes ou autonomistes. Le MAR représente la branche la plus nationaliste des mouvements rifains.

12Un même sentiment, qui s’est exprimé dans la « déclaration du Rif » publiée en février 2005 par une partie de ces acteurs, rassemble cependant tous ces collectifs : celui que le Rif ne s’est toujours pas réconcilié avec l’Etat central. La déclaration demandait la reconnaissance des pratiques répressives contre la population rifaine dans les années 1958, 1984 et 1987, ainsi que la réparation de ces préjudices. Or, si l’Instance Equité et Réconciliation répondit à cette demande en recommandant la création d’un musée du Rif (faisant état de près de 200 sites rifains mémoriaux, initiative soutenue par Mohammed VI et Driss al Yazami en 2011), le colloque destiné à débattre sur les objectifs et les archives à mettre en valeur ne fit pas participer les acteurs locaux ou les associations autonomistes. Il fut qualifié par Mimoun Charqui, co-auteur de La guerre chimique contre le Rif, de simple coup de communication des institutions officielles. De fait, le MAR ne fut pas non plus invité à participer à ce projet.

13L’année 2013 s’achève ainsi par un bilan négatif dans la région. D’une part, le réseau du 20 Février est étouffé : à titre d’exemple, les autorités locales d’Al Hoceima ont interdit une rencontre organisée par l’AMDH (Association marocaine des droits de l’homme) portant sur l’emprisonnement politique et « les martyrs » du 20 Février. De même, à Chefchaouen, une manifestation célébrant le deuxième anniversaire du 20 Février est réprimée. Depuis 2011, plusieurs Rifains ont trouvé la mort : on se rappelle des cinq jeunes tués par balle puis brûlés en 2012, suite à une répression policière. On se souvient également des quatre activistes Rifains tués par la police en mars 2013, et sur lesquels on trouva des marques de torture. Les chantiers inaugurés par l’Etat, bien que destinés au développement socio-économique de la région, provoquent de nouvelles formes de menaces liées à des facteurs environnementaux. Tout cela offre un terrain propice aux autonomistes qui cherchent à élargir leur cercle local d’adhérents : mais pourquoi utiliser les référents symboliques de la République rifaine ?

La signification du mythe de la République rifaine

14L’intérêt porté aux symboles de la République rifaine par ces quelques groupes d’acteurs nous amène à nous interroger sur l’image construite par certains Rifains, en particulier les jeunes étudiants de Nador et Oujda et les autres franges de la société qui militent auprès des associations regionales, autour d’Abdelkrim et de sa république. Est-elle un âge d’or idéalisé par les Rifains ? On le sait : l’idéalisation d’un âge d’or perdu n’est pas simplement une forme de consolation pour échapper à la réalité, elle est en fait une réalité. N’importe quelle identité est fondée sur une mémoire conçue comme le souvenir de formes d’État précédentes ou de l’activité et des actions ou discours d’un personnage historique. Ainsi, les identités culturelles reposent sur une mémoire collective et un mythe commun. Cette mémoire collective peut renvoyer à un mouvement religieux, à une guerre et son héros, à une découverte, à une dynastie et son roi, à un code de loi et ses législateurs. L’aspect le plus frappant de cette mémoire collective est qu’elle repose souvent sur un mythe qui renvoie à un âge d’or perdu, caractérisé par la vertu, l’héroïsme, la sagesse, le pouvoir et le prestige. Il est toutefois difficile de distinguer, dans cette glorification d’un âge d’or perdu, les éléments réels de ceux qui ont été exagérés.

15Il est certain que la République du Rif fut un événement inédit et fascinant de l’histoire marocaine : la naissance d’un gouvernement dans un contexte de guerre, la naissance d’un Etat dans l’Etat, lui-même sous protectorat de deux puissances européennes, la naissance d’une république à l’intérieur d’un régime sultanien sont des particularités qui lui confèrent son caractère heuristique. L’autonomie gouvernementale a constitué une réponse à la quête de reconnaissance recherchée par les Rifains. La bataille d’Anoual en 1921, guerre asymétrique durant laquelle une poignée de montagnards battit une armée espagnole moderne forte de 30 000 hommes, a fait de son chef Abdelkrim un héros. Les tactiques de guérilla inventées par Abdelkrim ont suscité l’intérêt de Che Guevara, Ho Chi Minh et Mao-Tsé-Toung. La création progressive d’une république a constitué ainsi une opération symbolique accompagnant l’entrée en guerre. Mais c’est surtout la particularité de cette république, façonnée par l’influence des courants moderniste et réformiste, tout en étant proche de l’organisation sociétale rifaine, ainsi que sa capacité de diffusion internationale qui ont fait de son chef un référent prestigieux à son époque.

16Ainsi se construit le mythe : l’âge d’or perdu devient un référent en termes de norme et de code définissant ce qui distingue la communauté des autres communautés, construisant un idéal à atteindre tiré du passé et qui doit être recréé selon les conditions de la modernité. L’autre aspect de cet âge d’or perdu est l’impression qu’il stimule la population et crée une régénérescence de la communauté. La plupart des nationalismes naissent d’un sentiment de déclin ou d’aliénation. De la constante référence à la République du Rif, dirigée par un « chef guerrier », peut naître le sentiment de pouvoir être comme cet ancêtre glorifié. L’histoire politique du Rif démontre également cet aspect, puisque depuis les différentes révoltes et mouvements créés à l’époque où il était dénommé bled siba jusqu’à aujourd’hui, il y a toujours eu une conscience d’unité régionale.

17L’avantage de la construction du mythe est qu’il offre des ressources profondes sur lesquelles la communauté peut fonder un discours idéologique et maintenir sa lutte. Ce genre de communauté se maintient malgré les circonstances et disparaît rarement. Or, le problème du mythe de l’âge d’or perdu, est qu’il implique aussi que les symboles et les valeurs reposent sur des exploits héroïques que la communauté doit accomplir, déformant ainsi la réalité. Dans le cas du Rif à l’heure du printemps marocain, l’appropriation des ressources idéologiques de la République rifaine par le MAR est frappante. Le MAR réclame l’officialisation de la langue rifaine, l’instauration d’un système judiciaire propre au Rif, le droit à la création de banques rifaines, au prélèvement d’un impôt local et à l’instauration d’un tribunal financier sous autorité locale. Il réclame également la possibilité pour le Rif d’avoir une politique étrangère, « en concertation avec le gouvernement marocain ». Tout cela dépasse le simple fédéralisme. Cela rappelle la création de la monnaie rifaine par Abdelkrim al-Khattabi, le « riffan » dans les années 20, l’abolition du système des vendettas entre tribus pour l’instauration d’un nouveau système judiciaire, le prélèvement d’impôts locaux et la désignation progressive de ministres. Or, le contexte du printemps marocain n’est pas le même : il ne s’agit pas d’une guerre contre un occupant étranger, et cela ne suppose pas que la communauté rifaine accomplisse des exploits héroïques en prenant les armes. De plus, le MAR réclame l’autonomie et non l’indépendance. Ainsi, l’utilisation du drapeau de la République rifaine prête à cette confusion. Cette confusion est particulièrement frappante lorsque les associations défendant l’amazighité (berbérité) se joignent au mouvement et que les drapeaux marocain, rifain et amazigh sont brandis dans une seule et unique manifestation populaire.

Les effets du mouvement rifain sur la redéfinition de l’identité nationale du Maroc

18Nous assistons aujourd’hui à une résurgence progressive des régionalismes au Maroc : nous connaissons ceux du Sahara occidental et du Rif, mais il existe aussi un mouvement d’autonomie du Souss. Afin de calmer les régionalismes, l’Etat doit redéfinir l’identité nationale. La définition de l’identité nationale, aussi vaste que celle de l’idéologie, renvoie pourtant à une simple question : qui sommes-nous ? La réponse à cette question appliquée à l’Etat est généralement forgée par un ensemble de normes, de valeurs, de croyances, d’attitudes et de perceptions de soi, qui doivent être partagées par les membres de la nation en question, et, par conséquent, ne sont pas aussi simples à définir. Au Maroc, c’est en 2001 qu’est souligné pour la première fois le « caractère pluriel de l’identité nationale », dans le discours royal du 17 octobre 2001 à Ajdir, une ville à forte connotation symbolique s’il en est. Les événements de 2011 ont fini par susciter une définition plus large de l’identité nationale inscrite dans la nouvelle Constitution : « État musulman souverain, attaché à son unité nationale et à son intégrité territoriale, le Royaume du Maroc entend préserver, dans sa plénitude et sa diversité, son identité nationale une et indivisible. Son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen. » Ainsi, le Maroc est en train de passer d’une conception de l’identité nationale dans laquelle il y avait une superposition claire entre monarchie, religion et nation à une remise en question de la définition de cette identité, impulsée par les mouvements actuels, notamment le mouvement rifain, dans lequel revendications sociales et critiques politiques se confondent.

19Ce constat confirme que l’utilisation par le MAR des référents symboliques de la République du Rif et de son chef Abdelkrim, bien qu’elle ne débute pas en 2011, a trouvé au sein du Mouvement du 20 Février un bon terrain d’expression. Ces références symboliques sont dotées d’un sens très fort pour les Rifains, dont l’histoire est marquée par des conflits récurrents avec le pouvoir central et qui peuvent resurgir à tout moment. Reste que ce constat démontre également le changement d’attitude de la monarchie face au Rif et l’évolution de la définition de l’identité nationale, qui ont contribué à la marginalisation du MAR. En effet, si les références du MAR sont idéologiquement fortes, elles sont encore peu soutenues : les actions du mouvement se cantonnent à l’heure actuelle à une participation timide à des colloques d’associations régionalistes européennes ou encore au soutien d’une équipe de football rifaine pour participer à la coupe du monde des peuples minoritaires.

Bibliographie

Daum P., Daum A., « Les jeunes du Rif renouent avec la révolte », Le Monde diplomatique, octobre 2012.

Aarab M., Le Rif entre le palais : l’armée de libération et l’Istiqlal, Mohammadia, Éditions Fedala, (en arabe), 2002.

Iskander N.N., Creative State : Forty Years of Migration and Development Policy in Morocco and Mexico, Cornell University Press, 2010.

Gaudio A., Guerres et paix au Maroc : reportages, 1950-1990, Paris, Karthala, 2010.

Gauché E., « Le désenclavement des territoires ruraux marginalisés du nord du Maroc : les conséquences de la nouvelle route côtière méditerranéenne dans le Rif oriental (territoire des Beni Saïd) », Norois, n° 214, 2010, p. 67-84.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable