Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Regard oblique sur la face cachée des 98,5 %

Bernard Cubertafond

Texte intégral

Hypothèse

198,5 % de oui, 73 % de participation, les résultats officiels du référendum constitutionnel de juillet 2011 ont surpris. Retour aux temps anciens après une phase d’ouverture et de débat ? Faute d’observations systématiques, impossible de prouver quoi que ce soit. En partant de l’hypothèse, ou du préjugé, que les résultats réels restent secret d’Etat, ne peut-on pas avancer que les chiffres proclamés sont factuellement improbables mais métaphoriquement plausibles ?

2Ces résultats sont peu vraisemblables, tout d’abord parce qu’ils contrastent avec la nouvelle culture électorale, moins opaque, qui semblait s’amorcer. Les élections législatives de 2007 avaient en effet été marquées par l’aveu, par le pouvoir, d’une participation faible (37 %), et l’ouverture du débat politique pouvait faire croire à l’enracinement de la sincérité électorale. On ne peut certes pas comparer l’élection de représentants très suspectés avec un référendum constitutionnel proposé par un roi doté d’une aura et d’une popularité certaines, mais, compte tenu de 2007, quelque 50 % d’abstentions et, surtout, quelque 60 % de oui auraient été, sans doute, plus crédibles.

3De plus, le pourcentage de « non » ne correspond pas aux désaccords profonds sur la nature même du régime exprimés par les islamistes radicaux considérant notamment que le roi ne peut demeurer « Commandeur des croyants » (5 à 25 % ?), par les laïcs qui veulent desserrer l’emprise du religieux et constitutionnaliser la liberté de conscience (5 à 15 % ?) ou encore par les citoyens de gauche et d’extrême-gauche trouvant les inégalités et les modes de domination insupportables (10 à 20 % ?). A moins, bien sûr, d’avancer que quasiment tous ces opposants chroniques ont boycotté, qu’il y a donc eu beaucoup d’abstentions militantes et peu d’abstentions par indifférence.

4Enfin, les résultats ne correspondent pas à la courte séquence politique qui a précédé, marquée par l’ouverture des débats et l’effervescence sociale. Après avoir parlé du statut du roi, du type de régime, des inégalités et de la laïcité et avoir pu imaginer des changements sur presque tout, l’unanimité se ferait sur des changements limités et octroyés. Après les défoulements, retour à l’ordre ancien un peu aménagé et très large allégeance du « cher peuple » ou de la « grande famille » à nouveau réunie et forte parce que réunie derrière son roi ? Cette mythologie de la bay‘a présentée par Hassan II lors de chacun de ses référendums plébiscites est en parfait décalage avec l’époque qui a donné, et pourrait redonner, le printemps ou les révoltes arabes (et berbères).

5Et pourtant, on peut aussi avancer que ces pourcentages peu vraisemblables sont passés sans trop de sarcasmes parce qu’ils expriment aussi une forme d’adhésion – minimale, partielle, implicite, refoulée – au régime. Tout d’abord parce que la nouvelle Constitution est un attrape-tout, chacun pouvant y trouver son intérêt, les partis avec l’approfondissement du régime parlementaire, la « société civile » avec la multiplication d’instances de représentation, les libéraux avec la constitutionnalisation de la gouvernance, les régionalistes ou les dissidents avec la reconnaissance du berbère et la prise en compte du hassani, les démocrates avec les droits fondamentaux et l’approfondissement de la décentralisation, la bourgeoisie cosmopolite avec la reconnaissance de l’enseignement des langues de la mondialisation et même les islamistes avec le primat maintenu de l’islam. Chacun peut adhérer dans la mesure où la nouvelle Constitution lui garantit quelque chose, peut lui faire croire que le jeu reste ouvert et que l’évolution dans son sens reste possible.

6De plus, alors que chaque groupe craint avant tout d’être écrasé par un autre groupe, que ce soit dans une vraie monarchie parlementaire, dans une république islamiste ou un régime socialiste, la nouvelle Constitution maintient le roi dans sa position en surplomb d’arbitre décideur répartiteur et de patron sacralisé. Le roi, en tenant compte (mais pas trop) des pulsions électorales, répartit les places en n’écartant que les extrêmes, en cherchant constamment à les réintroduire dans le jeu, en présidant aux équilibres politiques, en parcourant le terrain, en reconnaissant les différences et en faisant office d’ultime recours.

7Avec ce type de roi représentant partiel pour chacun, décideur en dernier ressort et correcteur en cas d’abus excessifs et de crises, personne n’est tout à fait content, mais chacun croit que, sans lui, il risque de tout perdre et qu’avec lui, il gagne ou peut gagner quelque chose. Le Commandeur des croyants est considéré comme un rempart par les laïcs. Les Berbères veulent, à travers lui, se protéger de l’hégémonie des Arabes. Les déshérités apprécient, sur place, l’efficacité sociale intermittente du roi milliardaire, etc. Dans ce jeu paradoxal, chacun craint, sans le roi, de tout perdre. Et chacun peut empocher, dans la nouvelle mouture constitutionnelle, telle avancée (même minime) le concernant. Si bien que beaucoup de Marocains pourraient être, comme Raouf Oufkir, des « royalistes par défaut ».

8Et chacun pourrait donc, aussi, d’ailleurs, avoir une très bonne raison de voter oui, et il serait alors malveillant de ne pas croire au formidable résultat ! Mais restons sur notre préjugé : ambiguïtés politiques marocaines, on peut très bien tout à la fois ne pas croire aux 98 % et finir par les admettre en considérant que, somme toute, ce régime reste, pour le Maroc, « le pire des régimes à l’exception de tous les autres ».

Confirmations ?

9Les deux événements politiques majeurs de 2013 – le remaniement ministériel, la grâce royale – nous semblent confirmer l’hypothèse d’un attachement fort, diversifié et sans trop d’illusions à ce pouvoir pourtant si manifestement imparfait, dans la mesure où il garantit un accès au pouvoir, assure les arbitrages, protège de l’écrasement par d’autres forces et peut servir d’ultime recours.

10L’affaire du remaniement ministériel a commencé le 3 janvier 2013 par la publication d’un mémorandum dans lequel le nouveau secrétaire général de l’Istiqlal, Hamid Chabat, réclame au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane (PJD) la refonte des politiques publiques, une meilleure cohésion de la majorité et un remaniement ministériel. Après le retrait de l’Istiqlal du gouvernement, le 11 mai, officialisé par la démission de cinq ministres, le 9 juillet, apparaît plus nettement l’appel paradoxal de l’Istiqlal nouvelle manière au roi tuteur et arbitre en surplomb. En effet, ce parti majeur, affichant une triple légitimité, historique, religieuse et gouvernementale, s’estime, au sein du gouvernement du nouveau venu Benkirane, mal traité et sous représenté, notamment compte tenu des résultats obtenus aux législatives et de la place donnée au PPS.

11Alors que pendant la crise partisane ainsi provoquée le palais fixe le tempo et oriente les alliances, l’affaire s’achève en octobre avec la constitution d’un gouvernement Benkirane II sans l’Istiqlal mais incluant fortement le RNI (Rassemblement national des indépendants). Entrent notamment au gouvernement son président, Salahedinne Mezouar (Affaires étrangères), qui était pourtant donné comme chef du gouvernement si la coalition proche du palais avait remporté les législatives de 2011, et Mohamed Boussaïd (Economie et Finances), qui est, certes, étiqueté RNI mais qui est avant tout un de ces grands technocrates en service aux postes que le roi veut bien leur confier.

12L’Istiqlal des années 60 entendait subordonner le pouvoir royal. Ses dirigeants actuels ont au contraire renforcé le Roi en rejouant l’appel à l’arbitrage royal, pratiqué alors par voie de mémorandum, à l’attention des conseillers du roi, sous Hassan II. Craignant d’être supplantés par des forces concurrentes agissant également sur le terrain de l’islam, de la morale et du nationalisme, ils ont préféré se retirer d’une coalition gouvernementale dirigée par le PJD rival. Parce qu’ils craignaient, au gouvernement, l’étouffement et l’impopularité et qu’ils attendent, sous la protection et le contrôle du roi qui, donc, continue à garantir la rotation au gouvernement, voire les équilibres politiques, des jours électoraux et politiques meilleurs et un retour en grâce. Turbulente soumission.

13Retour, aussi, dans l’affaire de la grâce scandaleuse, à l’indispensable pouvoir suprême, tuteur bienveillant, et alors même qu’il a failli. En effet, à la suite d’une visite du roi Juan Carlos d’Espagne, le roi accorda le 30 juillet 2013 sa grâce à 48 détenus espagnols, dont un pédophile récidiviste condamné à trente ans de prison. Révélée par les réseaux sociaux qui, démocratiquement, veillent et contrôlent, la grâce provoque des manifestations, réprimées. Mais, très vite, le Palais prend la mesure du courroux populaire, annule la grâce (le 4 août), négocie avec l’Espagne le ré-emprisonnement de l’ex-gracié, qui s’était empressé de rejoindre l’Espagne. Le roi destitue un directeur du ministère de la Justice, rendu responsable de la bévue, reçoit les familles des enfants victimes du pédophile en leur présentant des excuses. On fera donc comme si aucune faute ne lui incombait.

14Quel rapport avec l’attachement de tous les Marocains, traduit par l’acceptation des 98 %, à un roi recours ultime, nécessaire pouvoir arbitral et rassembleur en surplomb ? Les manifestants ont signifié au roi qu’en accordant sa grâce, en suscitant le scandale, il a trahi cette mission, qu’il doit donc se reprendre, qu’il est, de fait, politiquement scruté, pleinement responsable, qu’il lui faut s’occuper, aussi, des détails, s’ils touchent à la sensibilité nationale. On sait qu’il nomme aux plus hauts emplois et qu’il prend les décisions principales. On préfère, sans doute, que ce soit lui, et non les partis en rivalité, qui accomplisse ces fonctions primordiales. On ne pensait pas qu’il pouvait agir, dans ses activités souveraines, avec tant de légèreté. Parce qu’on a besoin du garant, on veut bien croire au roi trompé par ses services (comme on feint de croire aux 98 % ?), mais on peut aussi penser que rééditer une ou deux fois une telle bévue pourrait être fatale au régime.

Objectivité ?

15L’histoire de la démocratisation relative couronnée par une si belle approbation populaire, la question de l’Istiqlal, parti issu du Mouvement national hésitant entre légitimité historique et légitimité démocratique, et l’affaire de la grâce ratée révéleraient donc l’existence d’une démocratie despotique baroque en évolution : régime parlementaire en lente maturation, prise en compte des manifestations et mouvements populaires, veille des réseaux sociaux, émergence d’une opinion publique, mais, en même temps, appels et rappels au roi, besoin du recours-arbitre, persistante guerre larvée des « segments » appelant un pacificateur décidé.

16Reste qu’on est ici bien loin des sciences exactes et tout près de la libre opinion ; par exemple, l’affaire de la grâce royale peut aussi être lue comme une victoire de la démocratie participative et un ébranlement du despotisme éclairé. Déceler dans un pourcentage de « oui » (pré) jugé anachronique et dans deux appels consécutifs au roi la persistance du vieux système, propos subjectifs destinés à combiner Thomas Hobbes et John Waterbury ? Arrêts sur image au travers de vieilles lunettes embuées par de vieilles analyses, myopie du photographe ?

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable