Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 5. Politique et relations internationales

Le Maroc en perspective : pensée et conceptualisation politique dans min diwan al-siyasa d’Abdallah Laroui

Juan A. Macias Amoretti

Texte intégral

1

2Né en 1933, Abdallah Laroui, lettré, politologue et historien formé à la Sorbonne et à l’Institut d’études politiques à Paris, a été professeur d’histoire à l’Université Mohammed V de Rabat. Membre de l’Académie du Royaume du Maroc et du Conseil consultatif des droits de l’homme, il est l’un des intellectuels les plus lucides de la contemporanéité marocaine (Mansouri, 1997) et représente la continuité et la confirmation de la ligne de pensée philosophique et politique inaugurée par Mohamed Aziz Lahbabi dans les années 60 au Maroc. Il adresse des questions directes aux intellectuels arabes et marocains : quant à leur rôle dans la société et quant à la nécessité d’accéder de plain-pied à la modernité dans tous les domaines, y compris politique. Laroui a situé ses recherches sur le terrain idéologique, en tentant d’apporter une vision indépendante et critique de cette pensée grâce à une méthodologie qui combine l’étude de l’histoire et l’analyse philosophique dans une approche marxiste – que certains analystes, dont Driss Mansouri, ont qualifiée de purement instrumentale. L’une de ses œuvres principales, L’idéologie arabe contemporaine – écrite à l’origine en français, dans un contexte de crise de l’arabisme après la défaite de 1967, et traduite peu après en arabe (Laroui, 1970) – affirme d’une manière directe et crue l’incapacité des intellectuels arabes à comprendre leur propre réalité et critique les adaptations d’idéologies occidentales au mépris de tout sens critique et de l’importance de l’histoire et de la culture. Pour lui, la pensée arabe est aussi ankylosée que ses penseurs (et le Maroc ne fait pas exception) en proie à une profonde crise idéologique.

3Dans une tentative visant à dépasser la pensée strictement salafiste, Laroui élargit la notion même de « politique » dans son sens le plus large, comme il l’avait déjà fait dans Mafhum al-idiyulujiya (Laroui, 1980) et Mafhum al-tarikh (Laroui, 1992). Le cadre culturel et social de la « politique » est fondamental dans son analyse conceptuelle : elle manifeste un certain nombre d’accidents qui sont propres à un contexte historique donné. On pourrait se demander si, d’une certaine manière, la politique est pour Laroui quelque chose d’objectif et d’universel, ou si c’est plutôt le résultat d’un certain nombre de relations sociales et culturelles au sein d’un contexte historique concret. C’est le Maroc qui dote la politique marocaine de tout son sens. La politique, quant à elle, se dote d’éléments propres qui en structurent les développements théoriques et idéologiques, ainsi que les applications pratiques dans le pays. Pour Laroui, il s’agit d’établir un référentiel théorique incontournable, suffisamment concret pour doter la théorie d’un sens historique et culturel qui lui soit propre et suffisamment générique pour être compréhensible par les citoyens.

4Le cadre théorique fourni par Laroui repose sur la pensée politique marocaine contemporaine. Voilà pourquoi, dès le départ, l’analyse historique s’érige en tant que méthode fondamentale pour dévoiler le véritable modèle épistémologique de la pensée politique. L’’importance de l’histoire en tant que concept et cadre fondamental d’analyse est l’un des trait qui sans doute définissent le mieux la pensée philosophique marocaine. Certains auteurs font d’ailleurs le lien entre le surgissement de la pensée philosophique au Maroc et l’analyse philosophique de l’histoire et cherchent à construire une relation dialectique et dynamique entre le passé et le présent en incluant le concept de « politique ».

5Une autre particularité de la pensée politique marocaine est évidente dans l’œuvre de Abdallah Laroui : l’interrelation entre les dimensions pratique/idéologique et théorique/conceptuel dans le domaine de la réflexion politique. Compte tenu de la situation de crise structurelle et de lutte politique qu’a traversée le Maroc depuis son indépendance en 1956, on peut considérer comme inattaquable l’engagement des penseurs, voire leur participation active et plus ou moins directe sur le terrain politique.

6Il existe deux autres concepts fondamentaux abondamment traités par Laroui, et dont les répercussions et les ramifications occupent une grande partie de ses réflexions : l’identité et l’idéologie. Ils impliquent une réflexion sur les réalités sociales, politiques, voire psychologiques très diverses, comme la nation, l’authenticité (asala), l’interprétation ou la réinterprétation de la culture, le changement social, la conscience, l’auto-perception du moi et la perception d’autrui.

Le Maroc en perspective politique

7L’ouvrage Min diwan al-siyasa publié en 2009 offre une perspective politique sur le Maroc du XXIsiècle. Cette approche lui permet de relier dialectiquement les différents concepts constitutifs de la « politique » au Maroc, et notamment ses origines et ses développements sociaux et culturels, qui se succèdent dans l’œuvre sous forme de brèves définitions. La proposition initiale de l’œuvre recourt à une anecdote dans laquelle un journaliste lui demande une interview pour traiter de « la politique actuelle dans le pays, la question du gouvernement et de ses expressions, celle des partis et de leurs programmes, la gauche et ses cliques, la droite et son avenir, le rôle de la religion dans la vie publique, etc. ». D’où la difficulté à répondre d’une façon concrète à des questions décontextualisées. Aussi Laroui préfère-t-il « s’interviewer lui-même » sur ces sujets, en partant de tranches de vie personnelles qui « dialoguent » avec l’exposé didactique de sa pensée et lui fournissent des cadres théoriques et des contextualisations historiques fondamentales. Laroui se montre intéressé par divers concepts qu’il juge fondamentaux, tels que la langue (lugha), la culture (thaqafa), l’éducation (tarbiyya) ou encore l’identité (hawiyya). Des concepts qui imprègnent la vie quotidienne des Marocains et sont, au bout du compte, fondamentaux pour comprendre les relations politiques et sociales au Maroc. C’est ainsi que l’œuvre, sous forme de petit manuel de référence conceptuelle, progresse à travers des micro-espaces de réflexion souvent illustrés par des anecdotes, en évoquant des aspects concrets de la réalité marocaine qui, peu à peu, tracent une vision de plus en plus complète et multidimensionnelle de la politique. Il ne s’agit donc pas d’un récit politique traditionnel, mais plutôt d’une « ascension » progressive qui démarre d’une approche quotidienne et sentimentale du politique. Pour ainsi dire, Laroui développe une écriture en minuscules de la politique qui mène peu à peu aux majuscules du politique. Il fait appel au récit quotidien pour configurer et ordonner des segments de réalité et proposer des éléments contribuant à répondre, finalement, à la question « et après ? ». C’est au lecteur qu’il incombe de trouver la réponse. Pour Laroui, l’œuvre se place essentiellement sur un plan didactique et descriptif, et il affirme lui-même la nécessité de contribuer à la citoyenneté sur le chemin de la réforme, de la modernité et de la démocratie, et non de la diriger.

8Les coordonnées de départ sont claires : la langue et le discours (khitab). La langue en tant que représentation des relations de pouvoir, comme expression d’une identité, comme reflet du « moi » et du « nous » collectif et social, toujours en termes de définition positive ; mais aussi la langue en tant qu’outil d’expression des êtres humains caractérisés par la diversité, y compris au sein d’un même pays comme le Maroc. Laroui analyse le rôle politique et identitaire des langues du Maroc (Laroui, 2009) : d’une part, l’arabe classique (fusha), langue politique par définition, langue de l’histoire et de la culture, langue du haut discours politique et institutionnel et, d’autre part, les langues véhiculaires, langues de l’intime et du collectif, la darija et le tamazight. Les langues reflètent l’unité identitaire et la diversité culturelle du pays, tout comme leur hiérarchisation montrent l’influence de la politique. Les conflits entre la langue en tant que capacité psychologique, sociale et politique, d’une part, et la politique comprise dans un sens moderne, comme une simple configuration institutionnelle, d’autre part, sont à l’origine de la tension entre conceptualisation politique et exercice de la raison en tant qu’outil permettant de la surmonter. Parmi eux, la tension provoquée par la peur ou suscitée par les différentes attentes au sein de la société, à l’origine d’alternatives et d’espoirs différents et opposés, ou encore celle dérivée des relations politiques et des liens de pouvoir entre les gouvernants et les gouvernés. La résolution des conflits est aussi la solution aux peurs psychologiques de la citoyenneté, la réponse à la question politique de la liberté : « Sommes-nous libres lorsque nous adoptons une position politique ? Le faisons-nous de notre plein gré ? Voilà les questions que je me suis moi-même posées à la fin du débat. » Pour Laroui, ce qui s’impose, c’est un travail didactique reposant sur l’éducation en termes généraux, mais encadrée par la culture marocaine. La tâche éducative vis-à-vis de la citoyenneté marocaine commence donc par une analyse des composantes sociales et culturelles de l’identité marocaine elle-même, au-delà des définitions surajoutées ultérieurement (aussi bien depuis le pays que depuis l’étranger) et imposées par l’éducation institutionnalisée. La « marocanité » se définit avant tout depuis le foyer marocain, à travers l’éducation reçue à travers la mère et la famille. L’éducation maternelle représente donc un lien fondamental entre la famille et la société ; elle conditionne également la réalité collective et sociale, ainsi que la définition même du concept de « peuple » (cha‘b). Quant à l’institutionnalisation de l’éducation à travers un système éducatif (ta‘lim), c’est un processus politique d’« élévation » qui configure certaines définitions politiques et identitaires du collectif et qui, pour atteindre la démocratie et la liberté, doit effacer progressivement l’analphabétisme (ummiyya). En ce sens, l’éducation est un outil d’humanisation qui permet à l’homme de s’éloigner progressivement d’un état primitif d’« animalité » pour atteindre pleinement son humanité – y compris dans le domaine politique. Tout ce qui empêche l’homme d’atteindre son plein développement relève de l’analphabétisme, du primitivisme et de l’obscurantisme, comme les idéologies salafistes et l’idée d’« État islamique » (dawla islamiyya). Pour Laroui, l’éducation est fondamentale pour dépasser l’opposition entre analphabétisme et connaissance, entre tradition et modernité et entre société primitive et État moderne. La position de Laroui est sans ambiguïté : de nouveau, à travers une anecdote concrète où il est interpellé au sujet de ses origines berbères, il n’hésite pas à se définir lui-même : « Tout ce que je sais, c’est que je suis Arabe par la langue (‘arabi l-lisan). » Dépassant ainsi la dichotomie identitaire entre l’arabe et le berbère, qu’il juge artificielle, la marocanité devient une unité plurielle de culture et d’histoire. Font aussi partie de cette unité d’autres institutions sociales très enracinées au Maroc, comme la tribu (qabila) ou la confrérie (zawiya). Dans les deux cas, des liens communautaires indissolubles sont tissés, mais qu’il s’agisse de liens du sang ou de liens de fraternité spirituelle, aucun n’est rationnel. Dans les deux cas, également, les Marocains se lient à leur communauté et tissent des liens politiques à travers une autre institution importante qui recouvre trois dimensions, économique, sociale, et politique : le makhzen. Surgit alors la nécessité d’« élévation » du récit du lien social le plus primitif – celui du sang et ou de la spiritualité irrationnelle – au plus élevé du politique, compris comme la gestion de l’autorité et le développement de la souveraineté. La démocratie (dimuqratiyya) façonne, en ultime recours, la modernité politique, et c’est là l’objectif du développement politique. La modernité – contrairement, de nouveau, à l’interprétation salafiste – fait partie de la définition même de l’interprétation démocratique de la politique et de l’État, et l’interprétation démocratique, c’est fondamentalement la libération de la politique ; c’est la sauver de tout ce qui n’en fait pas partie ; c’est en pondérer la valeur, forte ou faible ; c’est, enfin, la séparer de toute logique qui ne lui convient pas. Il s’agit, au final, d’un choix entre tradition et modernité, car, si on les retrouve souvent ensemble dans le discours politique, elles n’existent jamais conjointement dans la réalité : la tradition y est toujours liée au primitif, et la modernité à l’avenir démocratique. C’est aussi un reflet de la pluralité des lectures du terrain politique actuel au Maroc. Et le choix de Laroui est clair : il propose de progresser dans le domaine des libertés et de la réforme (islah), y compris sur le plan constitutionnel, d’élargir le rôle des corporations locales et la médiation entre celles-ci et l’État et, surtout, de comprendre la figure du roi (malik) en tant que citoyen, avec les mêmes droits et devoirs que n’importe quel autre Marocain. Il s’agit, par là même, d’« élever » le rapport à la démocratie, de la faire passer du plan du discours, déjà présent au Maroc, au plan de la pratique politique ; car, comme il l’affirme, les États démocratiques pratiquent beaucoup la politique mais n’en parlent guère.

9Ainsi, l’étude et l’analyse des principaux éléments qui façonnent la pensée politique d’Abdallah Laroui apportent des données essentielles pour comprendre les phénomènes sociopolitiques qui ont émergé ces dernières années au Maroc. La pensée de Laroui consiste en un équilibre entre la dimension personnelle et la dimension politique ou, en d’autres termes, entre l’élément humain, c’est-à-dire entre « l’être » individuel et collectif marocain, d’une part, et l’élément politique, de l’autre. La pensée politique de Laroui – telle qu’elle ressort de son ouvrage Min dîwân al-siyâsa – a essayé de souligner le « nous » du sujet collectif comme acteur fondamental de toute réforme politique. Laroui construit un récit d’élévation depuis la passivité instinctive jusqu’à une position consciente d’autonomie et d’humanité pleine.

Bibliographie

Mansouri D., « Laroui ou l’obsession de la modernité », dans Collectif, Penseurs maghrébins contemporains, Casablanca, Eddif, 1997, p. 197-225.

Laroui A., L’Idéologie arabe contemporaine, Beyrouth, Dar al-haqiqa, (en arabe), 1970.

Laroui A., Mafhum al-tarikh, Casablanca, Al-Markaz al-thaqafi l-‘arabi, 1992.

Laroui A., Min diwan al-siyasa, Casablanca, Al-Markaz al-thaqafi l-‘arabi, 2009.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable