Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 4. Cultures et langues

La gargoulette de Bouchra : le Maroc dans un nouveau quartier urbain des Pays-Bas1

Marjo Buitelaar

Texte intégral

  • 1 Publié à l’origine dans M. Buitelaar (dir.), Le Maroc de près et de loin, Marsam, 2010.

1Plusieurs femmes parmi celles qui ont collaboré à mon projet « Récits d’une vie » m’ont invitée chez elles pour une ou plusieurs interviews. L’une d’entre elles est Bouchra El-Morabet. Elle habite une maison splendide dans un nouveau quartier urbain de standing où la plupart des familles sont d’origine néerlandaise. Bouchra et son mari ont choisi de vivre dans ce quartier parce qu’ils ont eu tous deux, d’emblée, l’impression qu’ils s’y sentiraient à leur aise. Je suppose que par son aménagement et sa décoration leur maison ne se distingue pas des maisons voisines. Selon Bouchra, ses origines marocaines ne jouent aucun rôle dans ses choix de décoration d’intérieur.

2Dans son séjour, on ne voit pratiquement pas de trace de ses « racines ». A une exception près qui saute immédiatement aux yeux : une cruche à eau de presque un mètre de hauteur. Elle se dresse, solitaire, dans un coin de la pièce sur un support en métal que Bouchra a fait confectionner tout exprès. Lorsque je fais une remarque à ce propos, Bouchra éclate de rire. « Ah ! ne m’en parle pas. Ce machin m’a valu des tas d’histoires ! Ma mère en a honte et elle veut que je le sorte de là ! »

3La mère de Bouchra est très fière de la belle maison de sa fille et du quartier chic où elle habite. Mais elle ne comprend pas pourquoi Bouchra a mis cet affreux objet dans son séjour. Dans la campagne marocaine, ces gargoulettes se mettent dans la cour et servent à garder l’eau au frais. Mais les maisons néerlandaises sont dotées d’eau courante et de réfrigérateurs, un tel objet ne peut donc être qu’encombrant. Que penserait la belle-famille si elle voyait cette vieillerie trôner dans le séjour ? Bouchra a dû promettre à sa mère qu’elle ferait disparaître la gargoulette lorsque ses beaux-parents ou d’autres Marocains de leur génération viendraient visiter sa maison.

Les objets et ce qu’ils disent sur le « chez-soi »

4L’histoire de la gargoulette de Bouchra montre que pour les migrants, la création d’un « chez-soi » mobilise une énorme énergie : il leur faut donner une nouvelle place à toutes sortes d’objets, usages, noms et histoires qui ont été arrachés à leur contexte original (Ahmed et al., 2003, p. 9). L’importance que Bouchra attribue à la cruche qu’elle a ramenée de ses vacances au Maroc montre que se sentir « chez-soi » est, certes, lié au temps présent mais que l’endroit où l’on se sent chez-soi abrite toujours d’autres lieux du passé et de l’avenir. Ceci est surtout valable pour les migrants et leurs descendants : ils relient « ici » et « là-bas » et juxtaposent les différents mondes dans lesquels ils se sentent à l’aise en structurant et en meublant leurs maisons d’une manière qui leur est propre et en se créant un rythme personnel dans l’exécution des tâches ménagères (Brah, 1996, p. 193 ; Rapport, Dawson, 1998, p. 10).

5Le fait que Bouchra et sa mère aient une opinion différente sur la gargoulette indique que, d’une génération à l’autre, les significations que le pays d’origine prend dans la vie des immigrés marocains aux Pays-Bas peuvent évoluer. Bouchra et sa mère gardent au cœur le même amour pour le Maroc, mais leurs associations avec le pays d’origine diffèrent.

6Pour la mère de Bouchra, la gargoulette est un objet utilitaire qui lui rappelle la dureté et la pauvreté de sa vie dans la campagne marocaine, une existence dont elle a su s’arracher au prix de grands sacrifices. Pour Bouchra, la cruche est, certes, un objet utilitaire, mais elle n’a, en tant que telle, qu’un rapport indirect avec sa propre vie. Elle avait quatre ans quand elle est arrivée aux Pays-Bas dans le cadre du regroupement familial. Elle n’a que peu de souvenirs de sa vie au Maroc. Elle connaît le pays par les récits de ses parents et par les vacances d’été qu’elle y passait dans son enfance et son adolescence.

7Pour Bouchra, la cruche est un témoin de l’histoire de sa famille, de ses racines et, plus particulièrement, de son identité berbère. Tandis que la mère déteste cet objet rustique, la fille le trouve justement splendide par sa simplicité. Pour elle, la cruche est le symbole de « l’authenticité » de la culture rifaine de ses grands-parents qu’elle associe avec ce qui, à ses yeux, est une vie « pure », inaltérée et harmonieuse. De plus, elle trouve que la cruche s’harmonise parfaitement avec la décoration moderne des maisons aux Pays-Bas.

8Les divergences d’opinion de Bouchra et de sa mère témoignent du fait que les projets de vie des migrants et de leurs descendants ne sont plus les mêmes. Les travailleurs migrants sont par définition orientés vers la mobilité sociale. La première génération de migrants avait surtout comme objectif l’amélioration de sa situation économique et une meilleure position pour ses enfants. On constate en effet que les enfants de migrants turcs et marocains sont souvent très ambitieux. Par leur désir de gravir l’échelle sociale, ils ressemblent plus aux enfants néerlandais du baby-boom d’après la Seconde Guerre mondiale qu’à leurs camarades de classe (Ledoux, 1996). Pour les descendants adultes de migrants, les soucis économiques sont généralement moins urgents que pour leurs parents. En revanche ils sont, plus que leurs parents, préoccupés par la question de savoir qui ils sont et quel est leur vrai pays.

9Tandis que pour la mère, la maison de sa fille témoigne de son ascension sociale, pour Bouchra elle-même, elle est un lieu qui reflète sa manière de vivre et sa personnalité : tandis que la cruche indique ses origines, une bibliothèque bien fournie traduit, par exemple, les intérêts intellectuels et culturels qu’elle partage avec son mari et le coin réservé aux jeux et les dessins d’enfants fixés au mur, l’importance qu’elle attache à la vie de famille et au développement de la personnalité de ses enfants. Son intérieur témoigne d’un intérêt pour le caractère personnel et l’individualité plutôt que pour les symboles de standing interchangeables qui dominaient dans l’intérieur des premières générations de migrants (Dibbits, 2005).

  • 2 Selon cet auteur, l’absence de jouets d’enfants est caractéristique de la campagne dans tout le Moy (...)

10Je dois avouer qu’avec Bouchra je n’ai parlé que de la signification qu’elle attribue à la cruche. Les remarques que je fais sur le reste de son intérieur sont basées uniquement sur mes observations personnelles. Il n’est donc pas dit que Bouchra soit d’accord avec mon interprétation. Il se peut qu’elle trouve agréable d’avoir des livres dans le séjour et qu’elle expose les dessins de sa progéniture uniquement parce qu’elle en est fière. Il est à relever également que dans le Maroc où a grandi sa mère, on n’avait pas l’habitude de stimuler par le dessin la créativité des enfants, et les jouets étaient pratiquement inconnus (Gregg, 2005, p. 2230-22342). Au cours des années, j’ai perdu l’habitude d’apporter de trop beaux jouets pour les enfants du Maroc : à plusieurs reprises j’ai constaté qu’on les leur confisquait immédiatement et qu’ils étaient exposés comme des objets précieux sur les étagères ou tout en haut d’une vitrine. Les dessins et le coin de jeux dans le séjour de Bouchra indiquent donc des glissements dans l’éducation des enfants d’une génération à l’autre.

Décoration du « chez-soi » et histoire de la migration

11Il ne fait pas de doute que l’aménagement du séjour de Bouchra répond à son goût et à celui de son mari. Cependant, comme le dit Pierre Bourdieu dans son fameux essai La distinction, le goût n’est jamais fondamentalement personnel, et les membres de différentes catégories sociales développent des « dispositions esthétiques » divergentes. Le travail de Bourdieu insiste surtout sur les différences de classe dans ce que l’on considère comme de bon goût, mais le différend entre Bouchra et sa mère sur la beauté d’une cruche à eau marocaine met en lumière le fait que d’autres facteurs, dans ce cas une histoire de migrants, peuvent aussi marquer un intérieur de leur empreinte.

12La recherche de Hester Dibbits et d’autres chercheurs sur les intérieurs de Néerlandais d’origine méditerranéenne et d’Hindoustanis du Surinam confirme ce point de vue. Elle montre que les migrants turcs et surinamiens hindoustanis de la première génération choisissent de s’entourer d’objets nouveaux, de préférence des meubles de grandeur imposante et d’ustensiles ménagers rutilants. L’acquisition de ces biens leur permet de prendre ce que Dibbits appelle « un acompte sur le futur », de bannir de leur vie toute association avec la pauvreté et leur donne l’illusion d’être arrivés à bon port. En règle générale, le groupe de chercheurs autour de Dibbits décèle, parmi les descendants des migrants, une tendance à placer dans leur maison des « symboles ethniques » qui témoignent de leur attachement à leurs racines.

13Pour les migrants marocains et leurs descendants, les choses sont un peu différentes : d’un côté, les Marocains émigrés de la première génération ont, plus que les migrants turcs, tendance à investir dans des ustensiles ménagers et des meubles pour leur maison secondaire dans le pays d’origine. De l’autre, la mode actuelle veut, aussi bien parmi les migrants marocains que parmi leurs descendants adultes, qu’on décore une pièce ou un coin du séjour avec des sedader marocains. Ce mot désigne le plus souvent des bancs étroits en bois décoré recouverts de brocart sur lesquels on pose des coussins pour soutenir le dos et les bras.

14Il est encore trop tôt pour dire s’il s’agit là d’un processus général de retour à la tradition ou d’une mode passagère. Sans une recherche plus approfondie, il m’est impossible de faire des généralisations sur cette question. Je suis donc obligée de me baser sur des observations personnelles fortuites qui montrent que les mêmes objets peuvent impliquer des répertoires utilitaires et sémantiques différents. Comme je l’ai dit plus haut, la maison de Bouchra n’a pratiquement pas d’objets qui rappellent le Maroc. Mais Khadija Bezzazi, une Marocaine que je fréquente également, en a rempli sa maison.

15Khadija a, elle aussi, emménagé récemment dans un nouveau quartier urbain, et Madame Bezzazi-mère est, elle aussi, fière comme un paon du bien-être évident de sa fille. Mais ce qu’elle ne supporte pas, c’est la cuisine ouverte : quel ennui qu’on puisse voir ce qui se passe dans la cuisine à partir du séjour !

16Dans sa propre maison à double exposition solaire, Madame Bezzazi a partagé le séjour en deux en tendant un rideau en travers de la pièce. Normalement, les rideaux drapés en plis élégants sont retenus par des embrasses, mais lorsque la compagnie est formée d’hommes et de femmes, les rideaux sont fermés. Les hommes s’installent sur les deux divans du salon – côté rue, et les femmes, côté jardin, sur des chaises de cuisine ou de jardin. De cette manière, la mère et les sœurs de Khadija peuvent se rendre dans la cuisine sans être obligées de passer par l’espace réservé aux hommes.

17Aussi longtemps que les sœurs et le petit frère de Khadija vivront sous le toit paternel, la table de la salle à manger restera du côté du jardin mais, comme l’explique Madame Bezzazi, « dès que les jeunes auront quitté la maison, je descendrai les sedader qui se trouvent maintenant à l’étage dans la chambre d’amis ». Des sedader en permanence du côté du jardin offriront aux femmes plus de confort que les chaises qu’il faut sans cesse trimballer et en outre, c’est plus joli.

18Sa fille Khadija a aussi l’intention de s’en acheter, même si elle se demande où elle pourra bien les mettre, car ses fauteuils et divans actuels sont très confortables. La raison pour laquelle elle veut de tels meubles n’est donc pas liée à leur fonction, c’est tout simplement qu’elle les trouve beaux : « J’adore cette atmosphère marocaine autour de moi ! »

19De fait, cela saute aux yeux. Contrairement à Bouchra, Khadija s’est entourée, dans son séjour, de toutes sortes d’objets marocains. Mais ceux-ci n’évoquent pas pour elle le même Maroc que la gargoulette rifaine de Bouchra. Sur son buffet, ses petites tables et sur le rebord des fenêtres sont disposés des pots, des coupes et des assiettes en terre cuite de couleurs vives, et des lampes en cuivre et verre coloré sont suspendues à différents endroits de la pièce.

  • 3 Le plus bel exemple de souvenirs destinés exclusivement aux touristes (ces objets ont par ailleurs (...)

20Aucun de ces objets ne vient de la région natale des Bezzazi, le Rif. Ce ne sont pas, non plus, des objets utilitaires que l’on trouve ordinairement dans une maison au Maroc. Ce sont des souvenirs orientalistes spécialement conçus pour le marché touristique que l’on trouve dans tous les souks des grandes villes comme Marrakech et Fès et dans les boutiques marocaines des Pays-Bas. Bien que ces poteries soient inspirées d’objets utilitaires, elles n’ont ici qu’un but décoratif et évoquent des images du Maroc qui n’ont rien à voir avec un vrai intérieur marocain3.

21Ceci dit, je dois avouer que, depuis quelques années, je vois de plus en plus de ces poteries folkloriques dans les maisons de la classe moyenne du Maroc, un exemple magnifique d’appropriation d’une tradition inventée importée de l’étranger. La raison pour laquelle les gens choisissent de décorer leurs maisons avec de tels souvenirs pourrait être liée à une identification au goût occidental. Pourrait-il s’agir aussi, quand même, d’un besoin de s’entourer de symboles typiquement marocains autres que le drapeau marocain ou un portrait du roi du Maroc ?

22Quoiqu’il en soit, je pense que les deux motivations jouent un rôle dans le goût de Khadija pour les souvenirs marocains destinés au marché européen. Ils font bel effet dans son intérieur occidental, et leur caractère marocain indéfini s’accorde avec l’attitude de Khadija envers son pays natal. Malgré son intérêt pour le Maroc, elle n’a aucun lien avec sa région natale. Chaque fois qu’elle va au Maroc avec sa famille, elle essaie de convaincre ses parents ou ses sœurs de visiter Fès ou Marrakech. Il lui est même arrivé de refuser de se rendre au Maroc parce qu’aucun autre membre de la famille n’avait envie de faire autre chose que de se reposer dans leur maison du village natal et de faire le tour des parents. Khadija trouve cela inintéressant : elle a encore tant de choses à découvrir de ce qu’elle considère paradoxalement comme sa culture marocaine.

23Contrairement à Bouchra, qui s’intéresse d’une manière spécifique à la manière de vivre de la tribu berbère à laquelle elle appartient, Khadija semble vouloir embrasser indistinctement tout ce qui lui semble être marocain. C’est ce que confirment les toiles suspendues aux murs de son séjour. Son grand violon d’Ingres est la peinture. Dès son adolescence elle remplissait des carnets de dessins de vêtements excentriques de jeunes filles. A mesure qu’augmentait son intérêt pour sa propre histoire, elle s’est de plus en plus orientée vers des thèmes marocains, et actuellement elle s’inspire d’albums de photos du Maroc pour peindre des représentations idylliques de la vie quotidienne au Maroc.

La quête d’un « chez-soi » à l’ère de la mondialisation

24Ces remarques sur la place réservée au Maroc dans les maisons de Bouchra et de Khadija s’inscrivent dans le cadre d’une fascination croissante des anthropologues pour le sentiment de « chez-soi » à l’époque de la mondialisation. La mobilité croissante des gens, de l’information et des objets fait que les identités socioculturelles ne sont plus enracinées dans une gamme spécifique de relations sociales à l’intérieur d’un espace bien délimité et immuable. Il y a de moins en moins de gens qui occupent un endroit fixe où ils habitent longuement et où ils retournent régulièrement. Et ceci est valable tout particulièrement pour les migrants et leurs descendants : ils ne sont plus automatiquement liés à un endroit spécifique. Comme l’ont montré les discours de Bouchra et de Khadija sur le sens qu’ont, pour elles, certains objets marocains, les habitants néerlandais d’origine marocaine se sentent liés à plusieurs lieux en même temps. C’est ce qui rend plus complexe le sentiment du « chez-soi » et lui donne plusieurs dimensions.

25Reste que la plupart des gens éprouvent le besoin de se sentir chez-soi quelque part, d’avoir des attaches spécifiques avec certains lieux et certaines personnes. C’est pourquoi ils se créent ce que Arjun Appadurai appelle « des mondes imaginaires » ; ils s’adonnent à des activités et s’entourent d’objets autour desquels ils se racontent à eux-mêmes et aux autres des histoires sur des homes symboliques restés dans leur mémoire ou inventés (Appadurai, 1996).Les images et les motifs significatifs de ces mondes, ils les puisent non seulement dans leurs souvenirs, les histoires de famille et les objets associés à cette « odeur du nid » mais aussi à d’autres sources : télévision, films, publicité, revues, romans.

26De même, il y a aux Pays-Bas des auteurs tels que Abdelqader Benali et Hafid Bouazza dont l’imagination prend son essor à partir de souvenirs marocains. Dans Un ours en manteau de fourrure, Bouazza dit de ses histoires fantastiques qu’elles « n’émanent pas du pays d’origine, mais qu’elles sont nées dans le pays où il s’est établi. […] L’imagination, comme la vie, est généreuse. Elle se laisse emporter par les objets qu’elle rencontre sur son passage, et le résultat ne livre que des bribes et des franges de faits réels ( Bouazza, 2001). »

27Dans l’étude de Rubah Salih sur les liens transnationaux de jeunes femmes adultes (surtout marocaines) vivant en Italie, les objets jouent un rôle prépondérant dans l’effort des femmes pour créer un chez-soi. Pour se sentir « chez elles » au Maroc, il est très important qu’elles apportent là-bas des objets qui symbolisent « leur maison » en Italie. En s’entourant de ces articles italiens de consommation courante qu’elles offrent aussi à leurs familles et vendent à leurs connaissances, les femmes montrent qui elles sont et se positionnent par rapport à celles qui sont restées au pays. À l’opposé, elles donnent à leur maison italienne un caractère personnel en introduisant dans leur intérieur des objets qui témoignent de leurs attaches avec le Maroc et l’islam. Les femmes interviewées créent ainsi leur chez-soi en échangeant et en combinant des objets qui expriment leurs liens avec le Maroc et avec l’Italie (Salih, 2002).

28Il faut dire que Salih s’est intéressé surtout aux jeunes femmes qui sont venues seules en Italie tenter leur chance comme ouvrières. La circulation dans les deux sens de grandes quantités d’articles européens et marocains rapproche ces femmes de la première génération de migrantes marocaines plus que des jeunes marocaines de leur âge grandies aux Pays-Bas.

29Avant de partir pour un de mes voyages au Maroc, je demande à une amie de m’accompagner pour mes emplettes au marché du samedi de Rotterdam. Je veux apporter des cadeaux à la famille qui me loge à Sidi Slimane. Elle éclate de rire lorsque, posant trois gros sacs remplis entre autres de coupons de tissus, de parfums, de napperons, de torchons, je vérifie sur ma liste si je n’ai oublié personne. « Tu es comme ma mère, dit-elle, elle aussi elle commence à stocker des marchandises bien des mois avant son départ pour le Maroc. »

30Mon amie emporte certes quelques cadeaux pour les membres les plus proches de sa famille du Maroc, mais elle refuse de charger sa voiture de gadgets à distribuer. Elle dit que sa mère ramène aux Pays-Bas des kilos de produits alimentaires marocains : lentilles, thé, épices, etc. « Comme si ces denrées ne se trouvaient pas ici ! Mais là n’est pas la question : il faut qu’elles viennent du Maroc. » Elle-même ramène du Maroc le khôl que sa grand-mère prépare spécialement pour elle, et souvent elle ne peut pas résister à la tentation de se faire faire une robe ou d’acheter un bijou en or, mais elle n’éprouve aucun besoin de ramener des denrées alimentaires. Compte tenu de l’importance de la nourriture pour les liens avec le pays d’origine, les produits locaux et les plats régionaux jouent un plus grand rôle dans la vie de la première génération de migrants que dans celle de leurs enfants, qui ont passé la plus grande partie de leur vie aux Pays-Bas.

31Bien que, comme le montre le comportement de mon amie, l’étude de Salih confirme le fait que les migrants doivent faire des efforts importants pour se créer un chez-soi, je n’irai pas jusqu’à dire que la migration a produit des hommes et des femmes radicalement différents. Créer un chez-soi n’est pas l’apanage des seuls migrants. Pour de nombreuses personnes qui n’ont pas connu de migration, se sentir chez-soi n’est pas associé à un endroit unique et fixe que l’on partage avec d’autres. Se sentir chez-soi est un sentiment généralement plus individualisé qu’autrefois et plus en accord avec l’identité flexible et plurielle des gens (Rapport, Dawson, 1998, p. 7).

32Se sentir chez-soi est un sentiment qui est plus fortement lié aux histoires que les gens fabriquent sur ce qu’ils sont devenus à partir de leurs origines et de leur parcours personnel. Bouchra, par exemple, a transformé ce que sa mère racontait sur les cruches à eau en un récit qui lui permet de donner dans sa vie actuelle une place à son identité berbère, et Khadija s’entoure d’objets qui renvoient à une réalité imaginaire de son pays d’origine qu’elle n’a pas encore entièrement découvert.

33La cruche qui symbolise les liens de Bouchra avec le Maroc est un ancien objet utilitaire, tandis que les symboles ethniques dont s’entourent Khadija sont le fruit de son imagination. Cela ne signifie pas que les liens de Bouchra soient plus « authentiques » que ceux de Khadija. D’un point de vue anthropologique, se sentir chez-soi et avoir des liens ethniques n’ont rien à voir avec l’authenticité. Depuis le travail de défrichage sur l’ethnicité entrepris par Frederik Barth à la fin des années 60, la plupart des anthropologues ont abandonné l’idée que les revendications ethniques renvoient à des faits historiques objectivement contrôlables (Barth, 1969). Il est impossible de dissocier ce qui relève de la fiction de ce qui relève des faits réels dans les récits de groupes ethniques sur leur histoire et leur identité.

34Pour les anthropologues, cette question est d’ailleurs beaucoup moins intéressante que celle de savoir dans quel contexte les gens attribuent une signification à des symboles ethniques et aux histoires sur leur identité ethnique. Quel rapport ceux-ci ont-ils avec les questions vitales qui les préoccupent ? Avec la situation sociale et culturelle dans laquelle ils vivent ? Et les rapports de force dans lesquels ils s’inscrivent ? Dans quelle mesure ces symboles et ces histoires jouent-ils un rôle dans l’inclusion ou l’exclusion d’autrui dans un groupe, et quel est leur rapport à l’accès personnel dans certains milieux ?

35Une simple gargoulette symbolise pour Bouchra son identité berbère, en particulier le lien avec sa grand-mère restée au pays et avec son village natal dans le Rif. Il n’y a pas longtemps encore, les autorités marocaines désavantageaient la région du Rif par rapport aux autres régions et réprimaient les manifestations d’identité berbère. C’est justement dans la diaspora que les descendants des migrants berbères ont pris conscience de leur identité. Comme Henk Driessen le déclare, les manifestations culturelles qui, sous le régime de feu Hassan II, étaient interdites au Maroc pouvaient se déployer librement en Belgique et aux Pays-Bas (Driessen, 2010). Il n’est donc pas impensable que les liens de Bouchra avec son passé berbère soient déterminés par sa vie aux Pays-bas plus que par les histoires de ses parents.

36L’intérieur de Khadija ne réfère pas seulement à son origine berbère mais reflète une identification plus étendue qui englobe tout le Maroc. Il est tentant d’expliquer les différences entre Bouchra et Khadija par le fait que la première a grandi dans une famille qui parle le berbère, tandis que Khadija descend d’une famille berbère arabisée.

37Les vingt-huit « Récits d’une vie » de filles adultes de migrants que j’ai rassemblés dans le cadre de cette recherche ne donnent pas une image univoque de pareilles différences entre berbérophones et arabophones. Il est vrai qu’il s’agit de femmes âgées de trente à quarante-cinq ans, qu’elles sont les « pionnières » des descendants de migrants marocains ; que chacune d’elles a été souvent dans sa classe la seule élève d’origine marocaine et la première à occuper un échelon supérieur sur le marché du travail. Entre temps, le pourcentage des élèves et des étudiants d’origine marocaine a augmenté. Cette situation contribue au développement d’une identité berbère commune, ce qui explique l’accroissement de l’intérêt que les jeunes ressentent pour leur identité berbère.

38Ce que les premiers migrants ont en commun avec leurs descendants, c’est l’association qu’ils font entre le Maroc et « l’odeur du nid ». Les bruits, les odeurs et les images qu’ils emmagasinent pendant leurs vacances au Maroc et au sein de leur famille sont des renvois concrets à un passé commun. Mais rentrés aux Pays-Bas, leurs chers souvenirs et leurs objets marocains deviennent les marques symboliques d’un paysage marocain imaginaire dont l’importance est déterminée par leur vie aux Pays-Bas.

Bibliographie

Ahmed S. et al., Uprootings/Regroundings : Questions of Home and Migration, Oxford/New York, Berg, 2003.

appadurai A., Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis/Londres, University of Minnesota Press, 1996.

Barth F., Ethnic Groups and Boundaries : The Social Organization of Culture Difference, Oslo, Unversitetsforlaget, 1969.

Bouazza H., Un Ours en manteau de fourrure, (en néerlandais), Amsterdam, Prometheus, 2001.

Bourdieu P., La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Brah A., Cartographies of Diaspora : Contesting Identities, Londres, Routledge, 1996.

Dibbits H., « Nouveau mais familier : les migrants intérieurs, la classe sociale et l’ethnicité », (en néerlandais), Sociologie, 1(2), 2005, p. 143-159.

Driessen H, « Le mystère du pirate rifain et de la culture rifaine », dans M. Buitelaar (éd.), Le Maroc de près et de loin : regards d’anthropologues néerlandais, Rabat, Marsam, 2010.

Gregg G., The Middle East : A Cultural Psychology, Oxford University Press, Oxford, 2005.

Ledoux G., « L’influence du “milieu social” chez les Turcs et Marocains en ascension sociale », Sociologische Gids, 43(2), (en néerlandais), 1996, p. 114-131.

Rapport N., Dawson A. (éd.), Migrants of Identity : Perceptions of Home in a World of Movement, Oxford/New York, Berg, 1998.

Salih R., « Shifting Meanings of “Home” : Consumption and Identity in Moroccan Women’s Transnational Practices between Italy and Morocco », dans N. Al-Ali., K. Koser (éd.), New Approaches to Migration ? Transnational Communities and the Transformation of Home, Londres, Routledge, 2002, p. 51-67.

Notes

1 Publié à l’origine dans M. Buitelaar (dir.), Le Maroc de près et de loin, Marsam, 2010.

2 Selon cet auteur, l’absence de jouets d’enfants est caractéristique de la campagne dans tout le Moyen-Orient. Certes, cela ne signifie pas que les enfants ne jouent pas, bien que les filles disposent très tôt de moins de temps et de liberté pour le jeu que les garçons. Toujours selon Gregg, le jeu des filles consiste souvent à imiter le travail de leur mère : faire le pain, aller chercher de l’herbe et de l’eau, faire la lessive, etc. Le jeu des garçons entre eux est surtout un jeu compétitif dans lequel les vainqueurs sont applaudis et les perdants humiliés. Ces jeux sont censés préparer les garçons à l’acquisition d’une place dans la hiérarchie sociale, à un comportement viril et à la domination des subordonnés.

3 Le plus bel exemple de souvenirs destinés exclusivement aux touristes (ces objets ont par ailleurs peu à voir avec la culture marocaine) est donné par les narghilés qui ont envahi les souks depuis quelque cinq ans. Or, le narghilé ne fait pas partie de la tradition culturelle du Maroc. C’est le seul pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient qui n’ait jamais fait partie de l’Empire ottoman et qui, par conséquent, n’a pas connu le plaisir du narghilé, du café turc et de l’araq (alcool d’anis) si répandu dans le reste du Moyen-Orient. La plupart des touristes ne le savent pas. Le narghilé fait partie intégrante de l’image que l’Occident se fait du Moyen-Orient. Aussi les narghilés importés au Maroc sont-ils vendus comme des petits pains aux touristes. À son tour, l’introduction du narghilé a eu des retombées dans les habitudes, au café : depuis quelques années, on voit, dans les cafés des grandes villes, des jeunes qui fument le narghilé.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable