Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 4. Cultures et langues

L’expérience de DabaTeatr Citoyen à Rabat (2009-2013)

Catherine Miller et Selwa Abou El Aazm

Texte intégral

Scène 1 : vendredi 11 mars 2011, 19h 30

1Queue devant la salle Gérard Philippe à Rabat. Une foule compacte de jeunes et de quelques moins jeunes attend pour pouvoir acheter le billet d’entrée pour le spectacle de Lkhbar f’lmasrah (Les infos au théâtre) qui clôture la semaine mensuelle d’activités artistiques Dabateatr Citoyen (DTC). On y retrouve des jeunes étudiants de l’ISADAC (Institut supérieur d’Art dramatique et d’animation culturelle), amis des comédiens, de jeunes acteurs, de jeunes activistes politiques, des responsables d’association, quelques intellectuels et spectateurs ordinaires et parfois même des Casablancais attirés par le thème de la semaine. Le billet se vend 10 dirhams pour les étudiants, 20 pour les autres sans aucun passe-droit, ce qui au Maroc relève de l’exploit ! Les membres de la compagnie qu’ils soient acteurs, metteurs en scène, scénographes, administrateurs, régisseurs, photographes ou bénévoles, se relaient à toutes les tâches : tenir la caisse, faire l’ouvreur/se ou servir le thé derrière la cafète improvisée avec les moyens du bord. Ambiance joyeuse et brouhaha. On se salue, on s’embrasse, on rit. La salle s’ouvre enfin, vite remplie, les derniers arrivés s’entassent sur les marches en essayant de laisser un passage aux comédiens. Comme à chaque fois, le même petit rituel, Jaouad Essounani, metteur en scène et directeur artistique de la compagnie, résume rapidement la philosophie du projet (un work in progress) et rappelle qu’il y a un débat après le spectacle.

2Les lumières s’éteignent, le spectacle commence, 3 ou 4 saynètes rédigées en darija (arabe marocain) lors d’un week-end d’atelier d’écriture dirigé par Driss Ksikes (dramaturge et journaliste-chercheur) à partir du thème du mois (les événements en Libye, les manifestations au Maroc). La mise en scène a été confiée à un metteur en scène de 26 ans (Ghassan el Hakim) qui a carte blanche et qui a eu à peine deux semaines pour travailler le texte avec les comédiens. Sur la scène minuscule (les membres de DTC l’appellent l’frimija, le petit fromage, référence à un bout de camembert auquel elle ressemble), avec un décor minimal, les jeunes comédiens bougent, sautent, dansent, improvisent, interpellent et font beaucoup rire le public. Ton incisif, dérision, humour, sur un mode commedia dell’arte, les textes et les corps flirtent allègrement avec les lignes rouges et les tabous de la société marocaine : religion, sexualité, népotisme et corruption. Les actrices prennent des poses suggestives, le pouvoir est moqué et encore plus les tenants d’un islam rigoriste. Au détour d’un dialogue, quelques mots crus font rire ou rougir. Au bout de 45 minutes, une heure maximum, le spectacle se termine, le public applaudit, enthousiaste, en appelant leurs acteurs et actrices préférés. Les lumières se rallument, les comédiens, les participants à l’atelier d’écriture, le metteur en scène saluent en faisant le salut rituel de Dabateatr, un geste ample du bras et de la main qui touche le front, le cœur et s’élargit vers le public. Ce salut est inspiré du salut amazigh « az’ul » qui signifie « proche du cœur », incarné par ses trois mouvements « tête-cœur-eux » ; il se veut symboliser l’intelligible et le sensible, le politique et le poétique. Il se fait debout, sans prosternation.

3Le débat commence, toujours un peu timide au début, puis très vite s’installe et peut parfois durer presque autant que le spectacle. Les questions fusent, ceux qui sont choqués par tel ou tel mot, telle ou telle posture (une actrice voilée ne portant en haut qu’un soutien-gorge), ceux qui ont aimé, ceux qui n’ont pas compris, qui demandent des éclaircissements, ceux qui remercient émus, qui saluent le courage des jeunes comédiens, ceux qui sont déçus par la prestation de cette semaine, etc. Au fil des spectacles, des séances, les deux co-fondateurs de cette expérience, Jaouad Essounani et Driss Ksikes, ont l’occasion de répéter encore et encore leur crédo et leur philosophie visant à remettre la culture et le débat citoyen au centre de la société, à faire du théâtre un lieu de controverse publique. Ce qui frappe, c’est l’enthousiasme sans cesse renouvelé, l’envie du débat qui se manifeste dans toutes les activités proposées, qu’il s’agisse d’une lecture de texte, de la projection d’un film, d’un spectacle de danse, d’un concert de musique, de la présentation d’un spectacle de fin d’études ou de la présentation de blogs par des jeunes activistes à l’automne 2010, quelques mois avant le « printemps arabe ». Derrière le rire et la dérision, on perçoit un investissement et un engagement importants, non seulement des membres de Dabateatr, mais aussi d’une partie de leur public. Une volonté de s’exprimer, de se faire entendre, de refuser un art aseptisé, de créer, de suivre les changements de la société. Pour un observateur attentif, on y pressent les frémissements de 2011. Telle la première séance de Dabablog, le 7 octobre 2010, avec Najib Chaouki, devenu par la suite un des leaders du Mouvement du 20 Février, où la salle bondée et parfois divisée discute avec passion de sujets pris éminemment au sérieux comme la liberté d’expression, la liberté de conscience individuelle ou la place de la religion dans la société marocaine.

4Mais que viennent donc faire des bloggeurs dans une résidence culturelle hébergée par l’Institut français ? Comment le théâtre, qu’on disait sinistré et absent du renouveau culturel (Belghali, 2010 ; Touzany, 2003), a-t-il pu susciter un tel engouement pendant presque quatre ans, même à une micro-échelle ? Présenté comme un laboratoire, porté par des jeunes artistes et attirant principalement un public marocain jeune, dTC est à la fois le fruit d’un projet longuement mûri, d’une rencontre entre deux fortes personnalités et le reflet d’une évolution sociétale qu’accompagne l’émergence d’une nouvelle génération de metteurs en scène et de comédiens dont plusieurs (mais pas tous) ont été formés à l’ISADAC.

Du théâtre amateur au théâtre professionnel : l’effet ISADAC

5Jusqu’au milieu des années 80, et malgré la présence de quelques fortes personnalités qui ont marqué la scène théâtrale marocaine des années post-indépendance comme Tayeb Sadikki, Ahmed Tayeb el-Alj, Abdallah Chakroun, le théâtre marocain fut principalement un théâtre amateur développé dans les maisons de jeunes, les lycées et les universités (Ikken, 2006 ; Ouzri, 1997). Fortement politisé dès le Protectorat, le théâtre amateur devient dans les années 70 un haut lieu de revendication politique et sociale, un lieu d’expression indépendante face à un théâtre officiel fonctionnarisé et politiquement aligné. Considéré par le pouvoir marocain comme un nid gauchisant de potentielle insurrection, le théâtre amateur passe de la tutelle du ministère de la Jeunesse à celle du ministère de l’Intérieur à la fin des années 70 et se trouve de plus en plus confronté à un problème de censure. Les années 70 voient également l’essoufflement d’une génération de pionniers du théâtre marocain qui avaient pu bénéficier d’un certain soutien institutionnel mais ne se sont jamais préoccupés de construire des structures permettant d’assurer l’indépendance des artistes. La célèbre troupe de la Maamora, qui fait plus ou moins office de troupe nationale, est dissoute en 1974, et une partie des membres fonctionnaires sont mis à la disposition du théâtre Mohamed V, qui ne parvient pas à recréer une troupe nationale. Tayeb Sadikki quitte en 1977 le théâtre municipal de Casablanca qu’il avait dirigé pendant onze ans. Sa compagnie ne survit pas à ce départ, et, en 1984, le théâtre de Casablanca est détruit. Pour M. Ouzri (1997, p. 44) il y a bien eu marginalisation et essoufflement de cette première génération sans qu’aucune relève ne soit assurée.

6L’année 1985-1986 marque une étape importante vers la professionnalisation, avec la mise en place effective à Rabat (l’idée remonte à l’année 1968) du premier institut de formation aux arts dramatiques, l’ISADAC, destiné à renforcer la formation professionnelle. Cet institut propose plusieurs formations (interprétation, dramaturgie, scénographie, animation culturelle) et allie en principe enseignement théorique et enseignement pratique. Il délivre un diplôme de licence professionnelle (Bac+4) permettant à ses lauréats de poursuivre des études universitaires ou d’être éventuellement employés par le ministère de la Culture, mais la plupart se retrouvent confrontés à la dure réalité du marché artistique marocain. Unique institut public de formation à l’échelle nationale, il recrute chaque année une promotion de 20 élèves venus de tout le Maroc. Malgré ses ambitions initiales, l’enseignement de l’ISADAC est souvent vivement critiqué tant par les connaisseurs du domaine, comme Abdelouahed Ouzri (1997), que par les anciens élèves. Ces derniers reprochent l’académisme et le manque de créativité de certains enseignements, l’absence de suivi du répertoire contemporain international, l’esprit étriqué de quelques professeurs : « Le Théâtre du Soleil a travaillé sur Visniec dans les années 90, mais nous on ne le connaissait pas, il n’y avait rien à l’ISADAC, tous les contemporains, ça manque, il n’y a pas de département qui cherche les nouveautés, les nouvelles dramaturgies sur la scène internationale, c’est cette ouverture qui manque, il faut être dans l’action, pas derrière (interview de A. Hammoud, 20 avril 2012). » Mais plusieurs lauréats gardent un souvenir ému des stages animés par des metteurs en scène étrangers célèbres (tel Peter Brook ou Richard Brunel) qui ont été pour certains élèves une véritable révélation et le début d’une aventure personnelle avec tel ou tel metteur en scène : « à l’ISADAC, le plus important ce n’est pas dans les salles de cours mais dans les rencontres » (interview de G. El Hakim, 7 mars 2012). Malgré ses lacunes évidentes, l’ISADAC a contribué à une meilleure formation des artistes et a permis l’éclosion de nouvelles générations d’acteurs et metteurs en scènes professionnels dont plusieurs sont aujourd’hui des personnalités reconnues au théâtre ou au cinéma, comme Naïma Zitan (lauréate 1994, fondatrice du théâtre de l’Aquarium), Faouzi Bensaïdi (première promotion de l’ISADAC 1990, réalisateur), Latifa Ahrare (lauréate 1995, actrice), Saïd Bey (lauréat 1997, acteur). Certains lauréats sont allés créer des troupes en province, comme la troupe Tensift à Marrakech.

7Mais comme le souligne Amel Abou El Aazm (2012) : « Une formation aux métiers du théâtre, sans lieux pour jouer, ne permet pas une pratique théâtrale durable. Or, un des gros nœuds est le manque d’infrastructures culturelles fonctionnelles et le peu de lieux de représentation répondant aux normes techniques d’un théâtre. » En dehors du théâtre Mohammed V à Rabat, placé depuis 1974 sous la direction du ministère des Affaires culturelles et ouvert en principe aux diverses troupes et compagnies, la plupart des structures culturelles sont gérées par les collectivités locales, c’est-à-dire par le ministère de l’Intérieur, et gardent un aspect administratif peu propice à la création ; d’où le recours aux salles proposées par les instituts culturels étrangers, y compris à Casablanca et Rabat. Les politiques étatiques de soutien financier aux troupes et aux créations restent dérisoires et prisonnières de logique et réseaux d’allégeance. Malgré un Fonds de soutien à la création instauré par l’Etat en 1998, les projets de réhabilitation de plusieurs salles et la mise en place de festivals de théâtre, la scène théâtrale marocaine reste particulièrement fragile et offre très peu d’opportunités aux jeunes artistes pour vivre de leur art. Fort de ce constat, quelques initiatives privées s’appuyant sur du sponsoring et de l’entreprenariat privé essaient de soutenir une dynamique artistique, comme la Fondation des arts vivants à Casablanca, créée en 2004 par le publiciste Nourredine Ayouch, qui organise des festivals et des formations, ou bien le Studio des arts vivants à Casablanca, créé en 2011 et dirigé par Sophie Vaïse, qui gère une salle de spectacle et une école de formation (Amel Abou El Aazm, 2012).

8Dans l’axe Casablanca-Rabat, c’est principalement autour des jeunes lauréats de l’ISADAC que l’on voit se développer, depuis le milieu des années 2000, plusieurs associations et collectifs d’artistes professionnels qui entendent rester indépendants, créatifs et engagés et promouvoir « une manière de faire du théâtre différente, ouverte sur le public qui puisse apporter une vision nouvelle de la création artistique au Maroc et établir des rapports stimulants avec un public jeune avec qui la compagnie partage les mêmes inquiétudes et les mêmes espoirs » (compagnie Dahawassa, interview Le Soir, 24 mars 2011). Même si ces compagnies se sont construites en rébellion contre l’enseignement prodigué par l’ISADAC, leurs premières mises en scène sont souvent une reprise des projets de fin d’études. C’est ainsi que la companie NJ (Nous jouons pour les arts) a été créée en 2006 avec 16 lauréats de la même promotion de l’ISADAC. Elle mettra en scène plusieurs textes adaptés en arabe marocain, comme Noces de sang de Lorca et Fin de partie de Beckett, et sera également à l’initiative d’un festival de théâtre (Thé’Arts), en 2007 à Rabat, dont l’objectif initial était de faire tourner les jeunes troupes sortant de l’ISADAC. Mais sous le patronage de l’ONA, cette initiative a évolué vers un festival plus ambitieux qui se déroule chaque année dans la prestigieuse Villa des arts de Rabat et qui invite aussi des spectacles venus de l’étranger. De même, Ahmed Hammoud, de la promotion 2007, fera l’adaptation en arabe marocain de la pièce Trois nuits avec Madox, puis celle de Le Spectateur condamné à mort de Visniec et créera la compagnie Dahawassa en 2006 à partir de l’ISADAC, même si ses membres n’en sont pas tous issus. Et c’est également au sein de l’ISADAC, fin 2004, que le projet de compagnie Dabateatr a vu le jour, « portée par un collectif de personnes passionnées d’art et de savoir afin de promouvoir une action culturelle citoyenne artistique libre (projet ACCAL) tout en gardant le principe d’un théâtre élitaire pour tous, c’est-à-dire un théâtre qui ne se rabaisse pas, redonne une certaine place à l’artiste et aide le public, par la voie du spectacle, à réfléchir et réagir » (Charte de Dabateatr).

Naissance et mûrissement d’un projet (2004-2009)

9Natif de Sefrou, Jaouad Essounani est très tôt initié au théâtre par son frère aîné et une compagnie locale se produisant à la Maison des jeunes. Intégrant l’ISADAC en 1999, souvent en rupture et en révolte contre l’enseignement prodigué, il est inspiré par ses rencontres avec Peter Brook, Fadel Jaibi et surtout Richard Brunel : « Brunel me fait comprendre dès les premiers jours qu’un projet artistique ce n’est pas seulement un spectacle, c’est une carrière (entretien, 30 mai 2012). » Il mûrit dès 2000 l’idée de créer une compagnie regroupant des jeunes artistes de sa génération partageant son idéal d’un engagement total dans un projet théâtral et l’envie de tisser des liens avec d’autres jeunes compagnies et avec le public. Après s’être penché sur l’histoire du théâtre marocain, il en conclut que l’une de ses principales faiblesses internes est la conception trop égocentrique et individuelle du théâtre de grandes personnalités comme T. Sadikki, incapables de créer des structures stables et de tendre la main aux générations suivantes : « Ce qui ne marche pas, c’est simple, il n’y a jamais eu dans le théâtre marocain un projet de territoire, un théâtre territorialisé, un projet de génération, de transmission, de symbolique de transmission de feu. […] Sadikki a eu des dons mais il n’a jamais su investir dans un théâtre avec une équipe, un foyer. A la fin de sa vie, il est en train de galérer pour construire un théâtre. Pourquoi il n’a pas fait ça avant, dans les années 70 ? Il avait énormément de moyens, c’était le metteur en scène. » D’où, selon lui, l’absence de tout projet théâtral durable et indépendant, ancré dans un lieu qui aurait pu contrebalancer l’absence d’une politique culturelle étatique digne de ce nom, voire le climat franchement hostile à la création qui a prévalu pendant les années de plomb. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, Jaouad Essounani estime qu’il n’y a rien à attendre ni des institutions étatiques, ni des générations précédentes, d’où l’idée d’une rupture générationnelle. Il se fait connaître par des spectacles novateurs (« Cham3a », adaptation en arabe de La jeune fille et la mort de Dorfmann, Cosmoprophètes, Crashland, D’Hommages !) et sélectionne les premiers compagnons de route de son projet (Jamila el Haouni, Amine Naji, Iman Reghay) visant à construire « une mouvance marocaine, un mouvement social » et refusant de se contenter de faire de l’événementiel. Pour ces premiers compagnons de route, c’est la chaleur des liens humains et la confiance respective qui font la force de ce groupe et qui permettent d’inclure des nouveau-venus : « On peut tout partager. On est très solides entre nous, malgré les disputes, on connaît le fond intérieur de chacun d’entre nous, et le fond il est beau. Quelque chose de plus fort qui nous rassemble : le cœur. De là vient le salut. “Comprend” et “sent” (entretien, Iman Reghai, 6 juillet 2012). »

10Malgré plusieurs séjours en Europe où il travaille avec de grands metteurs en scène, J. Essounani décide que c’est au Maroc qu’il veut s’investir et continuer à développer ses projets d’association théâtrale. En 2006, il rencontre Driss Ksikes dans le cadre de la première version marocaine du Bocal Agité (un concept créé par Gare au Théâtre de Vitry-sur-Seine depuis 1998 et qui aura deux sessions au Maroc, en 2006 et 2007). Surtout connu à l’époque en tant que journaliste, D. Ksikes a toujours eu une passion pour le théâtre, au contact de son oncle Nabil Lahlou (réalisateur et metteur en scène). Il écrit plusieurs pièces de théâtre en français dans les années 1994-2000, dans ce qu’il considère être « sa phase exploratoire du théâtre ». Plusieurs ont été mises en scène par Imane Zerouali et présentées à l’Institut français de Rabat. Ayant quitté le journalisme en 2005-2006, il éprouve « l’envie folle de retrouver l’écriture théâtrale » et entre dans ce qu’il considère « sa phase d’approfondissement du théâtre ». Sollicité par Nourredine Ayouch, il participe au lancement de la Fondation des arts vivants, projet dont il écrit la chartre mais qu’il quitte assez rapidement, en désaccord avec des choix qu’il juge trop médiatiques. Intellectuel et habitué des médias, D. Ksikes revendique depuis plusieurs années une conception politique et indépendante de la culture et considère que le théâtre reste « le seul lieu qui te permet de voir des êtres vivants sur scène, te montre ce que c’est la réalité, dans un souci de te faire toucher l’essentiel. Et donc il y a quelque chose de politique derrière, dans le sens noble de la cité, il y a un partage du sensible comme le dit Jacques Rancière (entretien, D. Ksikes, 11 juin 2013). » Séduit par le travail de Jaouad Essounani, il lui propose de faire la mise en scène de sa pièce inédite IL/Houwa, écrite initialement en français mais adaptée ensuite en darija, pièce considérée par l’auteur comme « ma première tentative, manière de m’exprimer par le théâtre au cœur de la cité sur une question fortement politique ». Présentée en première en octobre 2008 à la salle Bahnini à Rabat, la pièce obtient le grand prix et le prix de la mise en scène du 11e Festival national de théâtre de Meknès en 2009, tourne un peu au Maroc (Rabat, Casablanca, Tanger, Larache, Agadir) et est également jouée à l’étranger (Constantine, Ramallah et Marseille). Confortés par cette expérience réussie, partageant une admiration réciproque et des envies communes, D. Ksikes et J. Essounani décident de continuer leur collaboration et fondent ensemble le projet Dabateatr Citoyen.

Les heures de gloire : un développement tous azimuts (2009-2012)

11En 2009, le directeur de l’Institut français de Rabat, François-Xavier Adam, leur propose une résidence : hébergement et financement d’une partie de l’activité du projet Dabateatr Citoyen pour une durée de deux ans (octobre 2009-2011 qui sera renouvelée de 2011 à juin 2013) afin d’animer une semaine d’activités culturelles chaque mois dans la salle Gérard Philippe. Les deux initiateurs du projet insistent sur son aspect expérimental (work in progress) : il ne s’agit pas de présenter des spectacles aboutis, mais bien d’expérimenter de nouvelles formules, de dénicher des jeunes talents, de donner l’occasion à des jeunes artistes d’horizons divers de se produire sur scène, même si cette scène reste largement confidentielle, et surtout d’établir une interaction avec le public autour de propositions artistiques parfois provocantes. L’idée est de créer une dynamique témoignant que l’on peut, à partir d’un petit lieu avec très peu de moyens mais beaucoup d’enthousiasme et de créativité, présenter des spectacles de qualité allant au-delà du divertissement et interpellant la société, fidéliser un public et, selon les termes fétiches des deux principaux animateurs, « ritualiser » l’activité culturelle et « prouver que le théâtre est le lieu de la controverse publique ». Le succès de la formule est rapidement au rendez-vous. Le premier cercle des proches de Dabateatr s’élargit à un large panel de jeunes musiciens, comédiens, photographes et metteurs en scène ; certains déjà reconnus, d’autres jeunes débutants.

12DTC veut avant tout partager, fédérer, agir comme un catalyseur et aider à développer la création. Il instaure ainsi dès le départ de nombreuses collaborations, y compris avec des troupes établies, comme le théâtre de l’Aquarium et des compagnies de sa génération comme Dahawassa et NJ ou encore Spectacle pour tous à Tanger du jeune Hamza Boulaiz. Outre l’animation de la semaine culturelle qui implique déjà un investissement en temps et en énergie considérable, la compagnie poursuit des créations théâtrales (« 180° » de D. Ksikes, mise en scène par J. Essounani et dont la première est présentée le 13 octobre 2010 au Théâtre Mohammed V de Rabat), se lance dans l’organisation de plusieurs rencontres-festivals (« DIR Théâtre », 8-12 novembre 2010), organise des collaborations avec le cirque Shemsy de Salé, donne des ateliers dans le cadre de Nouzha Fennia du Festival de Casablanca (été 2011). A partir de novembre 2011, Dabateatr met en place des ateliers dans sept structures (écoles primaires, collèges, lycée et maison de jeunes à Rabat, Salé et Témara) pour assurer « la transmission » du théâtre. La mise en place de ce volet emblématique ne va pas sans difficultés pour convaincre les structures éducatives impliquées de l’importance de la pérennité du projet et de responsabiliser les comédiens-animateurs dans le suivi régulier de ce projet. Ces ateliers financés par la fondation suisse DROSOS ont permis de salarier plusieurs comédiens permanents de la troupe, renforçant ainsi le projet de formation-transmission et la structuration de la compagnie. Trois autres petits partenariats voient le jour autour d’événements musicaux, avec des acteurs culturels tels que le restaurant-hôtel Pietri (Dabaoff du Piétri), le Cotton Club (Dabachnou) à Rabat et l’association L’Boulevard (Daba 36) à Casablanca. En janvier 2012, un partenariat avec le Goethe-Institut, dirigé à l’époque par M. Meissner, se concrétise autour d’une résidence artistique mensuelle (La3bodaba). Elle permet d’accueillir un artiste ou un collectif d’artistes auxquels une carte blanche est donnée pour créer en trois semaines un projet artistique présenté dans la minuscule salle du Goethe-Institut où l’on retrouve le public fidèle de Dabateatr. L’une des premières résidences accueillera de jeunes artistes tunisiens.

13Bref, en un peu moins de trois années, Dabateatr développe et assure de très nombreuses activités (120 animations en un an, bien plus que le théâtre Mohammed V). Revendicant un discours très politique et articulé sur la culture et la place de la création théâtrale au Maroc, Dabateatr est rapidement perçu comme un des acteurs importants de la scène culturelle de l’axe Cablanca-Rabat par les médias mais également par les institutions culturelles marocaines. Leurs actions et propos sont relayés par une partie de la presse marocaine arabophone et francophone, et ils attirent de plus en plus l’attention des journalistes, documentaristes et chercheurs étrangers. Les représentants de la compagnie sont régulièrement invités aux tables rondes portant sur la place de la culture au Maroc et deviennent, avec la Fabrique des abattoirs et L’Boulevard, des éminents représentants de la nouvelle scène culturelle marocaine.

14Le 9 juin 2012, DTC présente son dernier Lkhbar f’lmasrah devant une salle comble, émue, les larmes aux yeux de quitter ce rendez-vous devenu rituel. Au-delà des inévitables conflits et divergences internes, Dabatear Citoyen a bien réussi à impulser une nouvelle dynamique, à instaurer de nombreux partenariats, à fédérer un large groupe de jeunes artistes pour qui il a représenté une opportunité formidable, en particulier les comédiens qui ont pu pratiquer de façon régulière. Cette expérience a inspiré d’autres compagnies qui reprennent l’idée d’une activité régulière et d’un débat avec le public. Sur le plan créatif, elle a laissé se développer différentes sensibilités offrant de nouvelles propositions artistiques plus ou moins réussies, plus ou moins acceptées par le public. Elle est parvenue à instaurer la controverse et le débat. Même si l’ouverture vers le public reste plus que limitée, l’expérience DTC semble alors avoir rempli une partie de ses promesses, et les bougies allumées à la fin du spectacle symbolisent cette idée du passage du feu et de la transmission chère à ses membres.

15Mais ces succès artistiques et médiatiques masquent une réelle fragilité et ne peuvent occulter certains problèmes structurels liés à un développement trop rapide, une gestion trop informelle, des soutiens financiers trop ponctuels et un environnement institutionnel peu propice. Les difficultés rencontrées soulignent l’une des principales questions qui aura tout autant enthousiasmé et divisé les participants de DTC : est-il envisageable, aujourd’hui au Maroc, de prétendre pouvoir concilier création artistique et animation culturelle, tout en voulant garder une certaine indépendance et une certaine souplesse ?

Embûches et pièges. 2012-2013 : une crise formatrice ?

16Portée par une structure associative très souple et accueillante, où tout un chacun est supposé remplir à tour de rôle différentes fonctions, Dabateatr Citoyen démarre en octobre 2009 avec une équipe de gestion bénévole, sans réelle connaissance et formation dans le domaine. La situation évolue à partir de fin 2011 où la compagnie reçoit des subventions plus importantes (Fondation DROSOS, Ambassade des Pays-Bas) lui permettant pour la première fois de commencer à salarier une partie de son personnel administratif et d’assurer une mensualité aux comédiens-animateurs d’ateliers. Il s’agit là d’un premier pas important en vue d’une professionnalisation et d’une stabilisation. Mais ce financement n’est pas suivi par la mise en place d’une structure réellement professionnelle. D’où la difficulté à stabiliser un personnel administratif compétent et l’épuisement progressif de certains compagnons de route, dont quelques comédiens qui ne se retrouvent plus toujours dans ce développement tous azimuts et ce pilotage à vue. Une succession de crises internes fin 2012-début 2013 fragilise la compagnie mais permet également de mettre à plat les problèmes, dont celui, crucial, du management, de la répartition des tâches et des responsabilités mais également la question des priorités.

17Succès médiatique oblige, Dabateatr est de plus en plus sollicitée pour participer à des événements et des festivals à l’étranger, qui privent la compagnie de ses forces vives pendant parfois plusieurs semaines. Tel fut le cas lors de la participation à Dabamaroc en Belgique, à l’automne 2012, au moment où DTC expérimente une nouvelle formule de work-in-progress (Maline Leblad, en partenariat chaque mois avec une association différente) qui ne parvient pas à fonctionner durablement dans un contexte où la nouvelle direction de l’Institut français semble moins convaincue par ce partenariat. Les activités de DTC sont interrompues en décembre 2013. Lorsque le programme reprend, trois mois plus tard, de nombreux ex-admirateurs, incluant des artistes qui ont largement profité de l’ouverture du Dabateatr à leur égard, délaissent les activités du Dabateatr, voire commencent à le critiquer ouvertement. Dans le premier cercle, les avis sont partagés sur les priorités et la politique à suivre, tant au niveau de la création, de l’animation, de la structuration interne de la compagnie que des liens institutionnels avec les autorités marocaines. Les débats sont vifs qui pointent la dispersion des activités au détriment de la création, l’impossibilité de poursuivre ce rythme infernal, le fossé entre les ambitions et les moyens réels.

18Car, à ce stade, Dabateatr est confrontée aux contraintes et difficultés qui, depuis des décennies, plombent les initiatives culturelles marocaines qui veulent demeurer indépendantes : comment parvenir à maintenir une structure stable et solide en l’absence d’un contexte institutionnel adéquat et sans pouvoir s’appuyer sur un lieu stable ? Sa relation avec les institutions marocaines et le ministère de la Culture est tendue et ambiguë. En 2012, les encouragements et les éloges prononcés par le ministère ne débouchent sur rien de concret : ni soutien financier à la création, ni proposition acceptable pour aider à trouver un lieu indépendant et stable dans la ville de Rabat. En l’absence de mécènes, Dabateatr demeure encore et toujours tributaire du soutien que lui apportent ses principaux partenaires étrangers, soutien pour un temps limité (entre un et trois ans), sur des activités très spécifiques (formation, ateliers, structuration, une partie des créations) et dépendant fortement des personnalités, intérêts et objectifs des directeurs qui se succèdent dans ces institutions étrangères. Son combat pour ancrer durablement son action reste donc encore à l’état embryonnaire et expérimental, et son contact auprès de la population demeure très élitiste, alors que d’autres compagnies (Aquarium à Rabat, Théâtre nomade à Salé) peuvent faire prévaloir leur expérience d’animation dans des milieux très populaires. A l’été 2013, Dabateatr décide de réduire ses activités, et à la veille de son 10e anniversaire, décide de passer à la formalisation écrite, rédigeant une charte et des contrats d’engagement. La compagnie aménage un petit ryad des Oudayas, Dabajar’t, pour y proposer une nouvelle programmation mensuelle accueillant un public restreint (pas plus de 40 personnes). Elle poursuit ses ateliers de transmission dans les écoles, les projets de résidence avec le Goethe-Institut et la valorisation de ses dernières créations (Hadda, texte et mise en scène de Jaouad Essounani, février 2013 ; « Chkoun ghaytfi ltelfaza (Qui va éteindre la télé ?) », écrit par Iman Reghay, mis en scène par Jaouad Essounani, janvier 2014). Début 2014, la compagnie est en pourparlers avec l’un des nouveaux espaces culturels du centre-ville de Rabat, le Centre culturel de la Renaissance, pour participer à la programmation (la pièce Hadda y sera jouée en janvier 2014, et le Dabateatr y assurera une nouvelle activité d’animation culturelle tous les jeudis).

19La salle de la Renaissance est, à elle seule, tout un symbole des ambiguïtés du contexte culturel marocain. Une des premières salles de spectacle de la capitale pendant le Protectorat, devenue une salle de cinéclub pendant les années 60, tombée plus ou moins en décrépitude, la salle est rachetée en 2006, rénovée grâce à des financements royaux et gérée par la fondation Hiba. Cette dernière, dirigée d’abord par le PDG de la télévision marocaine (F. Laraïchi) puis par le PDG de Hitradio (Y. Bouhmedi), est présentée comme « l’expression concrète de la volonté de sa Majesté d’encourager la création culturelle et artistique marocaine et les jeunes talents marocains […]. Cette fondation, qui a le statut juridique d’une simple association, n’est évidemment pas une instance officielle […] (interview de F. Laraïchi dans Le Matin, 15/ 01/ 2010). » Devenu « le Centre culturel Renaissance », le lieu accueille depuis septembre 2013 différents types de spectacle (musical, théâtral, cinématographique, etc.). La fondation Hiba apparaît donc, à l’instar de nombreuses autres initiatives et dons, comme un de ces gestes royaux qui visent à donner un léger souffle à la création, mais qui ne permet pas l’émergence de réelles structures alternatives. Bien au contraire, le business des fondations royales, comme le titrent Souleiman Bencheikh et Myriam Khrouz (2011), participe d’une « véritable stratégie de reconquête du champ social ». Comme dans le domaine musical, il semble ici difficile à l’artiste de s’émanciper totalement du fait du Prince.

20Abou El Aazm A., « Les théâtres marocains ou un work in progress », Afkar/Ideas, n° 34, 2012, p. 1-4.

21Belghali M., « A quand la Nayda dans le théâtre contemporain ? », Le Magazine littéraire du Maroc (mlm) n° 3-4, 2010, p. 97-98.

22Bencheikh S., Khrouz M., « Le business des fondations royales », l’Express (Maroc), 14 mai 2011.

23Ikken A., Le Jeune, le théâtre et le ministre, Kénitra, Boukili Edition, 2006.

24Ouzri A., Le Théâtre au Maroc : structures et tendances, Casablanca, Toukbal, 1997.

25Touzany A., La Culture et la politique culturelle au Maroc, Casablanca, La Croisée des chemins, 2003.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable