Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 4. Cultures et langues

Riad, médina, Marrakech, Maroc : ajustements d’une expérience touristique « authentique »

Anna Madoeuf

Texte intégral

1Cet article propose une visite des riads de Marrakech, tels qu’ils sont de nos jours médiatisés comme hébergements touristiques par les voyagistes et sites de réservation hôtelière, et une exploration des mises en scène et en pratiques de ces lieux représentatifs de la fabrique d’un exotisme touristique spécifique. Les riads sont présentés par la vulgate comme des « demeures traditionnelles » marocaines, soit des propositions particulières de résidence touristique, en général répertoriées comme chambres d’hôtes. Ce type de séjour, depuis une intrusion consentie et tarifée dans la maison, espace domestique privé, intime et fantasmé, suggère l’accès à un univers singulier et dissimulé : « chez les autres ». Là, le mode de vie et la culture locales sont donnés in situ comme observables, accessibles, imitables et appropriables un temps. Les propositions d’accueil en riad sont en effet assorties de commentaires et de notices explicatives présentant un abécédaire des décors, rituels, tenues et accessoires, soit une grammaire des usages adéquats des lieux et des modèles de comportements symbiotiques. La maison est un espace étrange, un objet de convoitise, lié à l’idée qu’elle est le réceptacle et l’observatoire privilégiés des us et coutumes des autochtones, une incomparable et unique clé d’un monde différent, en somme tant une solution à son opacité qu’une illustration de celle-ci. À l’inverse, les inventions, médiations, interprétations et usages de ces lieux par des visiteurs extérieurs s’avèrent des révélateurs du regard porté sur leurs occupants virtuels et leur univers.

2Si le voyage semble être fondamentalement une quête – renouvelée et peut-être même exacerbée à l’époque contemporaine – d’exotisme et d’insolite, cette appétence peut s’assouvir en la contrée connotée en ce sens qu’est le Maroc. Offensif sur le terrain de la promotion touristique, avec comme objectif affiché d’attirer vingt millions de touristes par an à l’horizon 2020 (avec une fréquentation de plus de huit millions en 2012), le pays use d’ailleurs à des fins de marketing de cette représentation : « Maroc. Travel for real », tel est le slogan de sa campagne touristique promotionnelle lancée en 2011, déclinée également depuis des villes « appâts » comme Marrakech : « Marrakech. L’énergie qui voyage en vous. » Le Maroc, proche de l’Europe, sa source principale de visiteurs, cible la singularité de voisinage et l’authenticité et s’affirme comme voyage véritable et unique et non destination commune du pourtour méditerranéen. Ces orientations s’alimentent, tout en les accentuant, de présupposés inscrits dans une image convenue du Maroc, laquelle est également la matière promue par la littérature associée au voyage.

Les riads : configurations, modulations et mots

3L’étymologie du terme riad renvoie à une habitation construite autour d’un patio-jardin central. Dans les années 60, des étrangers commencent à acheter des riads comme résidences dans la médina de Marrakech ; le phénomène s’accentue à partir de la fin des années 90 où ces maisons, restaurées et transformées dans une perspective hôtelière, deviennent des maisons d’hôtes. La diffusion, sur la chaîne française M6, en 1999 d’une émission de la série Capital sur les riads (pointant leur prix dérisoire comparativement à celui du marché immobilier français) semble avoir amplifié le processus. Aujourd’hui, l’appellation de riad s’est banalisée et est utilisée de manière générique, en vertu de son image valorisante et de sa connotation typique, par nombre d’hôtels et résidences qui ne sont pas des riads au sens littéral du terme. Aussi ceux dont il est ici question relèvent-ils de cette catégorie et désignent-ils une fabrique allogène récente visant principalement une clientèle exogène. Ils sont en général tenus par des étrangers, européens essentiellement et français notamment, et fréquentés principalement par des touristes étrangers et accessoirement marocains. Ils sont proposés sur catalogue, sur internet et distribués par des voyagistes et tour-opérateurs.

4Investir un univers, en apprendre les composantes, dispositions, codes et gestes : la découverte et l’appropriation des lieux supposent la connaissance de termes spécifiques (patio, hammam, moucharabieh, henné, zellige, tajine, etc.). S’impose un lexique succinct qui anticipe et accompagne l’usage et fait de celui qui va fréquenter les lieux quelqu’un qui comprend et interprète des vocables à l’aune de leurs pratiques, en fait un averti, voire un pré-initié. L’authenticité de l’expérience est aussi attestée par la présence de ces mots récurrents, semblant garantir l’existence d’un cadre ad hoc, termes qui appartiennent essentiellement au registre architectural et décoratif et sont des gages du dispositif spatial et de services que l’on est en mesure d’espérer. Par ailleurs, les sites dédiés évoquent d’emblée et systématiquement l’origine étrangère (en général européenne) des maîtres de céans (propriétaires ou gestionnaires), comme argument de garantie et référence implicite de la qualité du lieu.

5« Ils sont tous différents et tous sont l’œuvre de passionnés, généralement français, qui ont largement investi temps et moyens pour faire des petits bijoux au cœur de la médina. » (www.directours.com/ (riads Angsana, Marrakech))

6Un riad idéal est donc un « bijou », restauré par des artisans marrakchis (selon des « savoir-faire ancestraux », avec des « techniques et matériaux traditionnels »), qui présente une gamme précise d’espaces d’agrément (terrasse, hammam, solarium), est meublé et décoré de façon locale (beldi), mais est esthétisé, agencé et géré par des étrangers garants, lesquels sont animés de leur « passion ». Enfin, si le riad idéal est situé en médina, cette localisation peut cependant s’avérer problématique, d’un point de vue pratique (accès, circulation), mais également au regard de normes et représentations ethnocentriques et de classe.

7« La quasi-totalité des riads est située dans un quartier calme, plutôt bon chic bon genre, toutes proportions gardées, de la médina. Ici les commerces sont des boutiques, personne n’est assis dans la rue. C’est sans doute moins typique mais c’est beaucoup plus tranquille. Et la propreté est assurée. » (www.directours.com/ (riads Angsana, Marrakech))

8Réactivant les stéréotypes orientalistes du xixe siècle, les images récurrentes sont celles des « bijou caché » et « trésor dévoilé ». Le terme de palais se confond souvent avec celui de riad, et la mono-référence aux Mille et une nuits est un leitmotiv tous azimuts associé à la chambre, au riad, à la médina, à Marrakech et au Maroc, tous les contenants et contenus étant estampillés de ce label incantatoire, de même que les décors et atmosphères. Enfin, comme dans les maisons closes d’autrefois, l’on peut souvent, dans les riads, choisir une chambre ou une suite référée à un univers, une couleur ou un prénom féminin : « Mille et une nuits », « berbère », « douceur orientale », « perle du désert », « Salwa », « Chadia », etc. L’immortel et fécond couple modernité et tradition est ici convoqué à l’envi pour évoquer notamment le professionnalisme des employés et les équipements (modernes) et l’accueil, la décoration ou le thé à la menthe (traditionnels), ou la fusion heureuse des deux univers putatifs. Les riads s’offrent comme des lieux où les désirs des clients sont satisfaits, il est possible d’en privatiser l’accès, de dîner dans sa chambre ou dans le patio, de choisir son menu, de s’offrir les services d’une cuisinière ou d’un guide, d’y faire venir des personnes extérieures pour des soins du corps, ou encore d’y organiser des spectacles et réceptions. Les éventuels désagréments mentionnés sont liés à l’accès aux riads et à l’environnement de la médina, lequel « peut laisser à désirer », on peut s’égarer facilement ou encore être troublé dans son sommeil par les appels à la prière nocturnes Mais pour qui sait adapter sa posture et affronter les contingences, ces faux inconvénients seront partie prenante de l’aventure :

9« Il faut néanmoins prendre conscience que le choc culturel peut être rude, que les ruelles étroites et surchauffées de la médina encombrées de badauds, charrettes, carrioles, bicyclettes, vélomoteurs et autres mulets constituent un univers très attachant, certes, mais aussi parfois un peu oppressant […]. Résider dans la médina suppose donc une certaine ouverture d’esprit et une réelle volonté de s’imprégner de l’atmosphère ambiante. » (http://www.marrakech-charm-and-chic-hotels.com/​)

10Une fois surmontés quelques pseudos-travers attendus, la pratique du riad est ajustable, et les exigences des hôtes y sont assouvies dans les limites floues d’un possible sans cesse réinventé. « Vous aurez l’impression d’être, l’espace d’une nuit, prince et princesse d’un conte des Mille et une nuits ! (Riad Turquoise). »

Marrakech, ville de référence en majesté

11Si l’on trouve des riads dans de nombreuses villes du Maroc, c’est cependant à Marrakech, ville locomotive de l’attractivité du Maroc, que ce choix semble prévaloir, et c’est cette même cité, première destination nationale en termes de nuitées touristiques, qui a initié la formule. « Noyés dans le lacis des ruelles étroites, les fameux riads sans lesquels Marrakech ne serait pas... Marrakech ! » (http://www.marrakech-charm-and-chic-hotels.com/.) Les riads incarnent, par analogie et dans une logique systémique, les propositions supposées les plus performantes, les plus adéquates au regard de la cité, elle-même quintessence de l’esprit et de la culture du Maroc. Là, les riads sont des espaces de médiation, des intermédiaires, validant et labellisant les lieux, notamment par le biais de rencontres avec des personnages mythiques, celle, assurée, avec de « vrais » habitants saisis dans leur vie quotidienne : » découvrir la vraie Marrakech et approcher au plus près ses habitants » (http://www.marrakech-charm-and-chic-hotels.com/​), et celle, plus aléatoire, avec des figurants spécifiques. Si vous logez dans un riad de la médina, vous verrez peut-être des gnawas : apparitions rares, escomptées et suspenses de safari. Les riads sont alors des promesses, des seuils d’univers, leur choix est celui de l’opportunité de découvrir la vraie Marrakech : « Les riads présentent l’avantage d’offrir une immersion complète dans la Marrakech éternelle et donc la garantie d’un dépaysement total à quelques heures seulement de l’Europe. » (http://www.marrakech-charm-and-chic-hotels.com/​)

12S’il semble désormais avéré que l’authentique qui se dit tel est souvent simulacre, demeure cependant l’expérience authentique, et celle-ci se situe hors des parcours usuels et des cadres d’un hébergement ordinaire. De fait, les riads, énoncés comme maisons d’hôtes, sont des fragments conformes de l’authenticité d’une expérience. Celle-ci est également un choix de distinction, valorisé par le souci de se démarquer, par le désir de ne pas être un touriste traversant les contrées en apnée, mais un voyageur, un hôte, accédant à des possibilités autres, à des attendus inattendus. Être un touriste différent et, par là-même, ne plus vraiment en être un – la figure du touriste ordinaire étant péjorativement connotée – passe, pour ceux qui sont soucieux de l’image reflétée par leurs voyages, par maintes stratégies, notamment d’évitement et de choix alternatifs pour contourner le banal. De plus, loger en riad permet de vivre un voyage intégral et permanent. Les moments et lieux obligés de l’hébergement ne sont plus des espaces-temps morts et insignifiants, ils deviennent eux aussi performants, vecteurs d’une illusion d’ubiquité : vivre simultanément une double expérience, celle de Marrakech et celle du riad. Dans le cas des riads, la distinction induite est associée également au fait que nombre de personnalités publiques, françaises notamment, possèdent un riad marrakchi. S’essayer à la vie en riad est aussi s’essayer à la vie rêvée des people. Le magazine Gala, dans un article intitulé « De Jamel à bhl », validait la ville comme « spot de stars » et proclamait : « La Perle du Sud est le nouveau Saint-Tropez marocain ! » La liste des célébrités fréquentant la cité est proprement impressionnante et poursuit une tradition légendaire établie dès le début du xxe siècle. Cette expérience est aussi une des possibilités induites par Marrakech et ses riads. L’on peut en effet y côtoyer la jet set ou en approcher les hauts-lieux et obtenir service et cadre aux coûts modérés au regard de la prestation, comparativement à l’Europe (plus des quatre-cinquièmes des visiteurs sont Européens), sans oublier les lieux et événements festifs, qui foisonnent à Marrakech et contribuent fortement à son succès.

13Le riad sont des artifices subtils permettant de permuter d’un monde à l’autre, d’accéder au sur-réel : « faire l’expérience de la vie en médina » ou « goûter au mode de vie traditionnel de Marrakech » (riad Olema). C’est donc in fine cette notion magistrale de « la vie locale », accessible via le riad et la ville de référence, aux qualités d’authenticité distinguées et reconnues, attestées et labellisées, qui est la valeur ajoutée de ces formules. Cette dimension fondamentale, occultée aux ordinaires, et de ce fait dé-banalisée, sera dévoilée aux usagers des riads, à qui seront révélées simultanément les deux dimensions parallèles de la vie locale : celle, mystérieuse, de la maison et celle, dissimulée, de la ville, articulées dans un système dont la cohérence est accentuée par le contexte même de la cité et de ses qualités. Enfin, le riad est l’instrument d’une approche intrusive panoptique : voir et savoir depuis ces lieux, sans être vu et visible comme l’est un touriste ; pouvoir s’introduire légitimement et impunément au sein du sanctuaire de la secrète maison marocaine, pouvoir demeurer incognito, confondu au cœur même de l’énigmatique ville orientalo-arabo-islamique.

14Les riads, suggérés comme de véritables expériences culturelles singulières à référent spatial, permettent, depuis une perspective homothétique, de combiner et d’articuler quatre niveaux constitutifs d’une situation expérimentale de découverte : le pays à ethos prononcé, la ville authentique et historique, la demeure traditionnelle et les autochtones afférents. Cette tétralogie systémique repose sur une conjonction de conformités, sur la cohérence de l’ajustement d’une contrée singulière, d’une cité de référence, d’un quartier emblématique, d’un habitat phénotype et de l’habitant idoine. De fait, les riads sont énoncés comme indissociables de leurs sites privilégiés d’inscription, tout particulièrement la médina de Marrakech. Marrakech, cité impériale fondée au xie siècle, fut successivement la capitale des Almoravides et des Almohades, puis des Saâdiens du xvie à la fin du xviie siècle, et elle fut aménagée comme station climatique durant le Protectorat français, période où elle accueillait l’élite de la société coloniale en villégiature. Aujourd’hui, la cité est doublement distinguée par l’Unesco : sa médina figure à l’inventaire du patrimoine mondial depuis 1985, et l’espace culturel de la place Jemaa el-Fna est inscrit depuis 2008 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité : cadre et figurants, trame paysagère et animation de premier plan, tous les référents y sont ajustables, assortis et garantis.

15Au sommet des lieux et images incarnant la cité, la médina, généralement évoquée et symbolisée par son « cœur », et la place Jemaa el-Fna, qualifiée souvent de « cour des miracles ». Sur cette vaste place, qui a connu de nombreux réaménagements, le show labellisé est continu ; la rumeur veut que les serpents, soumis à excès de charme permanent, y succombent d’épuisement… À Marrakech, la police touristique veille : une brigade d’une centaine d’agents, patrouillant principalement dans la médina, y traque les mendiants, les faux guides et solliciteurs importunant les touristes. La médina enchantée de Marrakech est un territoire ludique et sensoriel, où se pratiquent notamment des « chasses au trésor », proposées par pléthore de voyagistes et comités d’entreprise, fleurons du tourisme incentif (voyages offerts par les entreprises à leurs employés et clients), dont Marrakech est une destination privilégiée. Ces divertissements très prisés sont proposés par nombre de riads et promus par l’Office national marocain du tourisme, lequel organisait, en 2010, un « éductour » en faveur d’agents de voyages français (la clientèle française de Marrakech représente les deux tiers des nuitées). Au cours de ce périple, les voyagistes étaient conviés à tester la chasse au trésor dans la médina, basée sur une investigation sensorielle déclinée depuis le triptyque « couleurs, odeurs, saveurs », supposé s’y incarner magistralement. Associant découverte exploratoire, énigmes, épreuves (« orientation », « marchandage », « prise de photos » et « port du chèche à la façon touareg ») et concurrence entre équipes de participants, plus ou moins déguisés en locaux ou supposés tels, la chasse au trésor fusionne des inspirations mâtinant imaginaires orientalisants et intrigues à suspense de jeux télévisés et promeut une certaine forme d’exaltation de groupe à caractère régressif. La médina y est un terrain d’aventure jeté en pâture aux participants :

« La chasse aux trésors : quoi de mieux pour découvrir la médina de Marrakech ? À la découverte des Mille et une nuits, à vos chèches, prêt … ! En famille, entre amis, entre collègues […] Chaque équipe aura […] une couleur de foulard oriental (chèche) attribuée. Une fois les teams au complet, les road books et explications donnés, 3, 2, 1 TOP c’est parti ! […] L’aventure commence […] D’échoppe en échoppe auprès des artisans et artistes […] ; il faut sentir, il faut goûter et réfléchir pour passer à l’étape suivante. De sites historiques en places artisanales vous découvrez la magie de l’Orient […] La chasse aux trésors au milieu de la médina, une expérience unique pour découvrir les charmes de Marrakech, ses couleurs, sa culture (Sahara Expérience Events). »

16Encore bien d’autres divertissements s’offrent depuis Marrakech. En compulsant à titre d’exemple l’offre du riad Taj Omayma, il s’avère que l’on peut skier dans les montagnes de l’Atlas après une dépose en hélicoptère, bondir d’un jet ski sur un cheval, foncer en 4x4 ou en quad, bivouaquer dans une tente berbère dans le désert éclairé aux chandelles, nager dans une piscine d’oasis, plonger dans un lac, passer des grands espaces aux petits villages typiques, fréquenter un marché local et ses artisans, choisir une randonnée en canyon ou préférer un raid, faire un parcours de golf et terminer par un coucher de soleil mirifique, sans oublier le sempiternel massage conclusif pour se délasser après tant de sensations et d’émotions, estampillées comme autant de souvenirs mémorables avant même d’avoir été vécues. Enfin, voyage rime à l’évidence avec massage et barbotage ; le touriste est un corps sans cesse sollicité, invité à être manipulé, pétri, enduit, à se délasser, se prélasser et se détendre, notamment dans une piscine, un jacuzzi ou un hammam, ou, au contraire, à s’engager frénétiquement dans des activités physiques intenses « extrêmes », tout en absorbant un flot ininterrompu de thé rituel, lequel rythme et ponctue chaque moment et lieu de pause et de pose.

Marrakech, ville promise

17Lorsque Marrakech s’égrène en lieux communs, elle est la « perle du désert », la « ville rouge » ou la « cité ocre ». Elle est aussi « Kechmara », ou son diminutif en « Kech », pour les fêtards et les initiés. Elle reste, selon la formule prêtée à Winston Churchill, « le Paris du Sahara », une extension de la capitale française en un « vingt-et-unième arrondissement ». Les fêtes de la fin d’année 2010 en attestaient : « C’était “the place to be”. Le président, la droite, la gauche, le centre, les Verts, des patrons… Tout le microcosme a réveillonné au Maroc (L’Express, 13/01/2011). » Les célébrités y évoluent en toute quiétude, les journalistes importuns sont neutralisés ; Marrakech est une vitrine contrôlée du Maroc et une chasse gardée du pouvoir royal. Nicolas Sarkozy, qui était l’hôte de Mohammed vi dans la résidence de Jnan Lekbir, pour les fêtes de fin d’année en 2010, s’en félicitait : « C’est le seul endroit où il n’y a jamais de paparazzis, se réjouissait le président avant son départ (L’Express, 13/01/2011). »

18Dans leur ouvrage d’investigation paru en 2012, Paris-Marrakech : luxe, pouvoir et réseaux, les journalistes Ali Amar et Jean-Pierre Tuquoi pointaient la ville comme lieu central des liens et complaisances réciproques entre dirigeants français et marocains du monde des affaires et de la politique. Marrakech serait une alcôve où se joueraient et se noueraient des intérêts, des alliances, ou encore des drames de people. De même, les largesses royales régalent, en cette cité de cocagne, gîte, couvert et agapes aux importants et célèbres, faisant d’eux autant de thuriféraires. Les batifolages des notoriétés, relayés via des magazines et des vidéos sur YouTube, sont autant de publi-reportages pour la ville et d’échos pour sa renommée festive. Représentation plus sulfureuse de la cité, celle de ville de stupre, de « nouvelle Sodome », en lien avec le développement du tourisme sexuel dont Marrakech semblerait être une destination patente. Les allusions en ce sens sont courantes au Maroc, mais furent publiquement affichées par les déclarations retentissantes du ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, également un des responsables du Parti de la Justice et du Développement, en visite dans la cité en 2012 : « Des touristes originaires de plusieurs continents [y] viennent pour passer beaucoup de temps à commettre des péchés et s’éloigner de Dieu. » Le ministère du Tourisme dut alors rétorquer que « les touristes visitent le Maroc pour y vivre l’expérience d’un pays authentique à la culture vivante […] basée sur les richesses naturelles et culturelles », tandis que la maire de Marrakech, Fatima Zahra Mansouri, jugeait les propos « blessants pour la ville et ses habitants et indignes d’un responsable gouvernemental » (demainonline.com/2012/04/02). Signalons que cette polémique se situait dans le contexte perturbé de l’après-attentat à la bombe du 28 avril 2011 contre le café Argana place Jemaa el-Fna, ayant causé la mort de 17 personnes et perpétré, selon les autorités marocaines, par des terroristes se réclamant d’al-Qaïda.

19À l’évidence, la réputation trouble de la ville se gonfle également de manipulations et de rumeurs ; le phénomène des riads tenus par des étrangers est ainsi disproportionnellement médiatisé au regard de sa faible importance quantitative. Un autre paradoxe s’illustre, par exemple, dans le fait que Marrakech puisse être considérée comme une destination gay friendly, alors qu’au Maroc, l’homosexualité est un délit. Autre interprétation subjective, celle du jeu de la mise en visibilité réciproque induite par les aménagements des riads, notamment ceux effectués sur les terrasses (solariums, jacuzzis, piscines et espaces de détente), qui ne sont pas toujours du goût des Marrakchis voisins. Le chassé-croisé des regards est problématique. Ne pas être vu mais aussi ne pas être en mesure de voir ce qui ne doit pas être vu participe du respect mutuel et est un souhait verbalisé par l’intermédiaire des plaintes abondant en ce sens ; un malaise se fait jour : « L’atteinte aux valeurs morales par le comportement de certains propriétaires, employés et clients des maisons d’hôtes, constitue une image négative à destination de la jeunesse musulmane et porte atteinte aux règles de bon voisinage. » (« Étude sur les maisons d’hôtes et leur impact sur la médina », Agence urbaine de Marrakech, 2007.)

20Une des recommandations générales de cette étude, semblant exprimer la voix officielle d’un débat polémique relayé par les médias locaux, était de « pacifier les relations sociales tendues issues de la mixité des populations et des différences de comportement et de mœurs ».

21Manipulations et modelages parodiques d’images, de lieux, de modes de faire et d’attributs symboliques et identitaires des autochtones : certains usages qui participent du jouer à se faire plaisir à Marrakech équivalent à se jouer d’un univers et de ceux qui l’habitent, à faire fi de toutes formes de considération. L’univers tel que donné à voir au travers de ce prisme apparaît comme évanescent. Le riad et ses mondes articulés sont des objets fantasmés, produits composites d’un Orient expérimental, tant plastiques qu’inconsistants, ils semblent perpétuer la représentation de cet orientalisme défini par Edward Saïd comme une forme de « domestication de l’exotisme ». La domestication ne signifie-t-elle pas conjointement apprivoiser, mettre à son service, changer la nature de l’être ou de l’objet domestiqué ? L’imaginaire construit et véhiculé par ces types de situation et d’expérience nous informe sur les regards (trans)portés sur l’ailleurs et l’altérité. Les registres de ces espaces multiscalaires d’un baroque Maroc de composition nous renseignent sur les formes contemporaines de représentation de l’autre, sur comment s’imaginer chez les autres, mais en dépit d’eux-mêmes.

Bibliographie

Amar A., Tuquoi J.P., Paris-Marrakech, Paris, Calman-Lévy, 2012.

Borghi R., Geografia, postcolonialisme e costruzione delle identità : Una lettura dello spazio urbano di Marrakech, Milan, Unicopli, 2008.

Kurzac-Souali A.C., « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech : l’étranger où on ne l’attendait pas », Hérodote, n° 127, 2007, p. 64-88.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable