Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

La polygamie au quotidien. Notes d’un observateur dans une maison pleine de femmes1

Léon Buskens

Texte intégral

  • 1 Publié à l’origine dans M. Buitelaar (dir.), Le Maroc de près et de loin, Marsam, 2010. La traducti (...)

1La polygamie dans le monde musulman est un sujet qui excite depuis des siècles l’imaginaire occidental. Force est de constater que cette fascination se manifeste beaucoup moins dans la littérature scientifique. C’est à peine si l’on sait comment les hommes marocains vivaient et vivent encore avec plus d’une femme. La polygamie ne se laisse pas facilement observer, ne serait-ce que parce qu’elle est rare. En 1992, 5,1 % des femmes marocaines faisaient partie d’un mariage polygame (Moulay Rchid, 1985 ; Varea et al., 1997). La plupart des Marocains ne connaissent la polygamie qu’à travers les récits qu’on leur en fait. Comme me le disait un jour un ami historien de Rabat en rigolant : « Nos grands-pères avaient du mal à vivre avec plusieurs femmes, tandis que nous y arrivons à peine avec une seule épouse. »

2Pendant mes deux années (entre 1988 et 1990) de recherche sur le droit islamique et les rapports familiaux au Maroc, j’ai eu le privilège d’être hébergé par une famille polygame de la ville de Salé (Buskens, 1999). La décence m’a évidemment interdit de poser des questions trop directes à mes hôtes et donc de faire une étude systématique de leurs rapports conjugaux. Mais ma présence constante parmi eux m’a permis de noter plusieurs faits et d’entendre pas mal de récits. En outre, j’ai pu affiner mon observation en suivant les aléas de la famille durant les visites annuelles que j’ai faites chez eux après ce premier séjour.

3Dans ce qui suit, je raconte l’histoire de Driss, de ses deux épouses Myriam et Hind, de leurs enfants et du reste de la maisonnée jusqu’à ma visite de juin 2006. Je ne prétends pas présenter un cas moyen de polygamie, si toutefois il existe. Je voudrais plutôt insister sur le fait que, dans la pratique, les Marocains ont de cet aspect spécifique de la Moudawana, le code de la famille marocaine, des interprétations assez divergentes.

Driss et les tentations de la grande ville

4Driss Bnadem est né en 1952 au sein d’une petite communauté de nomades sédentarisés de la plaine située entre Salé et Kénitra, sur la côte atlantique. Pour pouvoir faire ses classes secondaires à Salé, Driss a dû aller habiter chez la sœur de sa mère et son deuxième mari. Son premier mari était mort en 1956, six mois après la naissance de leur fille, Hind. À sa mort, le mari avait laissé à sa fille des biens immobiliers assez importants. Driss s’entendait très bien avec sa cousine, mais Hind ne tenait pas à se marier si jeune. Le père adoptif ne voit pas d’un bon œil l’amour naissant entre les deux jeunes. Il préfère garder un droit de regard sur l’héritage de sa belle-fille. Driss, qui n’a plus le temps de suivre ses cours tant le mari de sa tante le charge de tâches ménagères, se dispute avec ses hôtes et va habiter chez Paul, un Européen célibataire qu’il a rencontré sur les vastes plages vastes de son village natal, et peut ainsi poursuivre ses études.

5À la même époque, Driss fait la connaissance de Myriam, née en 1951 dans une famille de maraîchers de la ville de Salé. Myriam étant tombée enceinte, Driss doit l’épouser. Le jeune couple s’installe chez Paul, et c’est là que nait leur première fille, Kenza. Les familles respectives des nouveaux mariés ne sont pas particulièrement heureuses de cette union, mais ils ne peuvent qu’accepter le fait accompli. Driss et Myriam se disputent souvent. Peu après la naissance de l’enfant, la situation s’envenime à tel point que Myriam quitte la maison avec sa fille et va s’installer chez ses parents. Au bout d’un an environ, il y a une réconciliation et elle revint dans l’appartement de Paul. En 1977, elle donne naissance à une deuxième fille, Najat, et en 1979, à une troisième, Saïda.

6Entre-temps, Hind s’est rendu compte qu’elle ne peut pas oublier son cousin Driss. Elle insiste auprès de sa mère et de sa tante pour que Driss la prenne elle aussi comme épouse. Au début de 1978, Hind quitte la maison de son père adoptif et s’installe chez les parents de Driss. Elle n’accepte de retourner à Salé que comme femme de leur fils. Incapable de résister à la pression de sa mère, Driss finit par épouser sa riche cousine, pour qui il a gardé de l’affection. Le mariage a lieu le 25 juillet de la même année. Myriam, désespérée, reste avec ses deux filles dans l’appartement de Paul.

7Hind s’installe avec sa mère dans une maison qu’elle a héritée de son père. La nouvelle épouse donne le jour à un garçon de santé précaire qui meurt au bout de quelques mois. En mars 1980, Driss la répudie. En août de la même année, ils se remarient. Et en 1982 naît leur première fille. Nouvelle répudiation en avril 1983, troisième mariage en novembre 1984. En 1985 et 1987 naissent encore deux filles.

Une maison pour huit femmes

8La situation de Driss, qui doit partager ses nuits entre ses deux épouses et donc faire la navette entre les deux maisons, devient de plus en plus insupportable. Il veut voir ses six filles grandir ensemble dans la même maison et pouvoir suivre leurs études. Grâce à l’aide financière de Paul, Driss peut acheter un immeuble pour y loger sa nombreuse famille. Les deux femmes disposent, chacune avec ses trois filles, d’un appartement particulier aux premier et deuxième étages. Paul s’installe au troisième, et peu après le déménagement, j’occupe une chambre chez lui. Au rez-de-chaussée, près du garage, Driss aménage une sorte de salle de cours où il donne des leçons à ses filles, le soir et pendant le week-end. Les deux jeunes frères de Driss, Miloudi et Majid, venus à Salé à leur tour pour faire leurs études secondaires, disposent d’un lit à deux places dans la chambre du fond.

9La cohabitation se révèle moins idéale que ne l’avait espéré Driss. Les enfants font leurs devoirs et jouent ensemble. Mais les deux mères s’évitent le plus possible. Leurs rapports se caractérisent par une méfiance à peine cachée, la compétition et la jalousie. La porte de l’appartement de Hind reste généralement fermée. Elle tient beaucoup à sa vie privée et redoute de faire entrer chez elle tout autre personne que ses enfants et Driss. En revanche, il y a beaucoup de va-et-vient entre l’appartement de Myriam et celui de Paul. C’est que Myriam s’occupe depuis des années du ménage de Paul, et elle compte sur son appui financier et moral. Driss est, en fait, le seul contact entre les deux femmes. Il mange et dort à tour de rôle tantôt chez l’une, tantôt chez l’autre.

10Le week-end, Myriam se rend régulièrement avec ses filles chez son frère qui vit dans la maison paternelle située dans un autre quartier de Salé, tandis que Hind rend visite à sa mère ou va loger chez sa tante et belle-mère à la campagne. Myriam, citadine, trouve la vie rurale beaucoup trop primitive et incommode. Elle entretient avec ses beaux-parents des rapports formels, et elle n’encourage pas ses filles à leur rendre visite. L’absence temporaire de ses femmes soulage visiblement Driss. Il jouit de sa liberté et passe sa soirée du samedi à boire de la bière avec ses frères, à jouer aux cartes et à raconter des blagues.

Pouvoir masculin et armes féminines

11Dans la vie courante, Driss se pose en chef de la maison, comme l’appelle sa famille. Le matin tôt, il signifie à tue-tête qu’il est réveillé, à son retour du travail il manifeste avec moult tapage qu’il est rentré. Il exige une obéissance absolue et qu’on le serve au doigt et à l’œil. Il ramène de son village des légumes et des fruits qu’il vante avec emphase pour montrer qu’il est allé aux provisions en bon chef de famille. Il consomme avec dévotion les repas que lui prépare Myriam. Puis il s’allonge sur le lit ou le divan pour se remettre de toutes ses fatigues. Il se montre extrêmement méfiant envers tous ceux qui n’appartiennent pas à sa propre famille et est obsédé par la sécurisation de sa maison. Le soir, il verrouille la porte d’entrée et s’assure que l’entrée de la terrasse, dont le mur est hérissé de tessons de bouteille, est bien barricadée.

12Cependant, le pouvoir de Driss n’est pas aussi absolu qu’il en a l’air au premier abord. Ses femmes et ses filles recourent à toutes sortes de subterfuges pour limiter son pouvoir. Elles rient dans son dos de son comportement rustaud et tentent continuellement d’élargir le champ de leurs droits. Hind est clairement mécontente de la situation polygame et veut avoir Driss pour elle toute seule. Elle abandonne régulièrement, pour une assez longue durée, le toit conjugal pour aller habiter chez sa mère avec ses filles. Driss remplit scrupuleusement ses devoirs de soutien de famille : il rend visite à ses filles, les accompagne à l’école et entretient la famille. Quoique contrarié par le chantage de Hind, il a peu de moyens socialement acceptables pour la contraindre à l’obéissance. Il l’a déjà répudiée deux fois et deux fois, il l’a reprise comme femme. Selon le code islamique de la famille, la Moudawana, une troisième répudiation est définitive, et un nouveau mariage ne peut se faire sans une procédure humiliante et onéreuse. En outre, Hind peut compter sur le soutien de la mère de Driss, qui préfère de loin sa nièce à la citadine Myriam. Driss est donc obligé d’accepter les caprices de Hind.

13Myriam et Hind veillent scrupuleusement à ce que leur mari se tienne au devoir prescrit par la loi de traiter ses deux femmes de la même manière. Ce droit va, selon elles, bien au-delà du partage équitable des nuits, comme j’ai pu le déduire d’un certain nombre d’incidents. Par exemple, peu de temps après le déménagement, Paul décide d’acheter une machine à laver pour Myriam parce qu’il trouve inadmissible que Myriam continue à laver à la main son linge à lui et celui de toute la famille. Dès qu’elle a vent de cet achat, Hind exige de Driss une machine à laver pour elle-même en se prévalant de son droit au traitement égal.

14À la première fête du mouton, l‘aid el-kbir, fêtée en commun dans la nouvelle maison, le même conflit se répète. Selon les femmes, le droit au traitement égal des deux femmes exige que chaque femme ait son propre bélier. La fête du sacrifice devient, pour les deux femmes, une affaire de prestige personnel où s’exprime le désir de puissance de chacune d’elles. Quelques jours avant la fête, Driss ramène de son village deux béliers qu’il parque sur la terrasse. Le jour de la fête, le voisin d’en face vient avec son coutelas égorger les deux bêtes et les découper. Les deux femmes se tiennent à l’ombre d’une toile de tente qu’on a tendue pour l’occasion. Elles passent toute la journée à préparer la viande et à l’offrir à leur mari et à leurs enfants. Si cela est nécessaire, elles s’entraident, mais en même temps elles ne quittent pas des yeux leur propre viande, veillant à ce que Driss, Paul et moi-même nous nous régalions autant des plats succulents de l’une que de l’autre.

15Cette fête qui, selon la norme, doit se dérouler sous le signe de la communauté, est, à plus d’un titre, le reflet des rapports dans la maison de Driss. Au premier abord, on a l’impression d’avoir affaire à une certaine harmonie, mais vue de près, cette coexistence pacifique s’avère bien superficielle. Au début de 1990, les tensions entre les deux femmes débouchent sur un affrontement dramatique.

La lutte pour donner naissance à un fils

16A la fin du mois de janvier 1990, Myriam, proche de la quarantaine, découvre qu’elle est enceinte. Driss est dans tous ses états et manifeste clairement qu’il ne veut pas d’un autre enfant. Il déambule dans la maison avec un air épouvanté en criant : « Je suis foutu ! » Il trouve que six filles sont largement suffisantes. Myriam a une grossesse difficile. Ses filles doivent la remplacer pour presque toutes les tâches ménagères. Mais elle reste ferme sur sa décision de mettre cet enfant au monde.

17Contrairement à ses habitudes, Hind monte plusieurs fois au deuxième étage pour s’enquérir de la santé de Myriam et propose même de s’occuper de ses filles. Myriam regarde d’un œil méfiant l’intérêt de sa voisine du bas et se garde bien de confier ses filles à sa rivale. Elle a peur que Hind leur jette un mauvais sort. J’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de constater que les femmes croient dans la magie, entre autres lorsque Driss a acheté une nouvelle voiture. Au bout de quelques jours, je vois qu’il a accroché un curieux petit paquet à son rétroviseur. Je demande à Driss ce que c’est, et il m’explique sèchement que Hind et sa mère veulent qu’il protège ainsi sa voiture contre le mauvais œil.

18Par ses visites indésirables, Hind se lance dans un jeu subtil de chantage et de manipulation. Elle n’a pas l’intention de laisser Myriam prendre un avantage sur elle en mettant au monde le garçon si attendu. Dans l’esprit de Hind, le droit au même traitement implique aussi le droit au même nombre d’enfants, et elle exige de Driss qu’il l’engrosse. Comme il refuse catégoriquement, elle le place devant une alternative plus claire : faire avorter Myriam ou la mettre enceinte, elle aussi. Une fois de plus, elle prend ses quartiers dans sa propre maison. Driss jure et tempête mais rien n’y fait. Hind a finalement gain de cause et tombe enceinte quelques mois plus tard.

19A mon retour aux Pays-Bas en septembre 1990, le résultat de la rivalité entre les deux femmes est encore en suspens. Quelques semaines après, Myriam accouche d’une quatrième fille. Apparemment, Hind a gagné la manche en donnant le jour à un garçon. La tradition veut que l’aîné des garçons porte le nom du prophète Mohamed. Mais Hind en décide autrement et choisit le nom de Hbib, « le bien-aimé ».

L’exode des femmes

20Finalement, le désir de Driss de vivre avec ses deux femmes et tous ses enfants sous un même toit s’avère être une utopie. Hind continue de se réfugier régulièrement chez sa mère, et elle finit par ne plus réintégrer le toit conjugal. Elle peut se permettre une telle insubordination grâce à son héritage. L’appui que Hind trouve auprès de sa tante et les limites posées par le code de la famille au Maroc contraignent Driss à se plier à la situation. Il va régulièrement voir ses enfants et les ramène dans sa salle de cours pour leur donner des leçons supplémentaires. Entre-temps, profitant d’un prêt favorable de son employeur, il achète un deuxième immeuble avec deux appartements dans un quartier populaire de Salé, avec l’intention de les louer jusqu’au moment où ses filles auront besoin d’un toit pour leurs propres familles. Mais il ne lui est pas facile de trouver les locataires fiables qu’il désire.

21Au cours des années suivantes, la maison de Driss commence à se vider. Son frère Majid est le premier à partir : au début des années 90, il va aux Pays-Bas pour y étudier l’architecture. Mais il passe le plus clair de son temps à se faire de l’argent en vendant des pizzas. En 1996, il épouse une Néerlandaise et ouvre une pizzeria dans la campagne de Groningue (Buskens, 2000). Kenza et Najat, les deux filles aînées de Driss et Myriam, le suivent quelques années plus tard et épousent, elles aussi, des Néerlandais. Après l’échec de ses études universitaires, leur oncle Miloudi s’est marié à Salé, est allé habiter chez sa femme puis s’est rendu en Espagne où il mène la vie d’un travailleur clandestin. La troisième fille, Saïda, se marie en 2004 avec un agent de police et donne naissance, en mai 2005, au premier petit enfant, un garçon. Asmae, l’enfant née en 1990, vit encore chez ses parents, après s’être mariée en 2013 avec un gendarme qui travaille comme garde du corps dans un pays du Golfe.

22Par la suite, Myriam ne cesse de renforcer sa position vis-à-vis de son mari. En fin de compte, la naissance du fils de Driss n’a pas mis en danger la position de Myriam, parce que, avec ses nombreux départs et les confrontations qu’elle suscite, sa rivale s’est aliéné l’amour de Driss. Le départ de Hind permet à Myriam d’aménager toute la maison à son goût. Au rez-de-chaussée, elle ouvre un petit atelier, annexe boutique, où elle crée et coud des vêtements de femme. Elle est très fière de son travail même, s’il n’est pas tellement rentable. En 2004, Kenza vient avec son époux néerlandais, relativement aisé, fêter en grand son mariage selon la coutume marocaine. Myriam met tous ses moyens et toutes ses forces à en faire un festin.

23L’été suivant, c’est au tour de sa fille Najat de fêter son mariage avec son époux néerlandais. Myriam en profite pour transformer la maison de fond en comble. Lorsque je revins à l’automne, j’ai eu du mal à reconnaître l’ancien domicile. Myriam a fait repeindre le deuxième étage et l’a rempli de pseudo-chapiteaux, de lustres et de draperies luxueuses. Elle me précise avec orgueil qu’elle a tout imaginé toute seule. Driss, en bon paysan, ne comprend rien à rien, mais il est évident qu’il a dû céder aux exigences de sa femme. Le premier étage, l’ancien appartement de Hind, a été rénové sobrement par Myriam et fait office d’habitation de tous les jours. Myriam a aussi pris une bichonne qu’elle laisse circuler dans toute la maison.

24Quand je revins en 2006, le bel appartement est occupé par Saïda, son mari et leur fils. Pourtant, la grande maison dans laquelle Driss et Paul et les huit femmes s’étaient installés pleins de fierté et d’espoir en 1988 donne l’impression d’être vide. Au lieu du grouillement des enfants, on n’entend plus désormais que les aboiements du petit chien. Je remarque que Myriam se permet envers Driss beaucoup plus de libertés qu’en 1988, lorsque j’avais fait leur connaissance. Elle plaisante et est clairement consciente de la position sociale que lui confèrent son titre de première épouse, de mère et de grand-mère. Elle n’a pas l’air de craindre Driss. Malgré ses coups de gueule, celui-ci, vieux et épuisé avant l’âge, aimerait prendre sa retraite anticipée. C’est à peine s’il s’occupe encore des choses courantes de la vie. De temps à autre, il va chercher en voiture son fils Hbib pour lui donner des leçons particulières dans la vieille salle de cours. Son rôle de chef a fait long feu. Il a élevé des enfants qui ont eu une bonne éducation, des filles qui se sont entre-temps mariées et ont leur propre maison et l’une d’elles a même déjà assuré la postérité. En outre, l’exode de ses deux frères et de deux de ses filles a jeté un pont vers l’Europe où la famille peut toujours se réfugier.

La Moudawana et la polygamie

25J’ai déjà fait allusion, dans ce qui précède, au code de la famille du Maroc, la Moudawana. La loi en vigueur jusqu’en 1993 permettait à l’homme musulman d’avoir quatre femmes officielles au maximum (art. 29, alinéa 2). Lors de l’élaboration de la loi, en 1957, certains savants s’étaient déjà prononcés contre la polygamie. Mais, contrairement aux autorités tunisiennes qui, à la même époque, l’avait interdite, le législateur marocain jugea qu’une telle interdiction était encore prématurée. Cependant, la loi laissait ouverte la possibilité de réduire les privilèges des hommes. En règle générale, il était stipulé que la polygamie n’était pas permise « lorsqu’une injustice est à craindre envers les épouses » (art. 30, alinéa 1). L’article 31 offrait à la femme la possibilité de faire inscrire dans l’acte de mariage une condition « en vertu de laquelle l’époux s’engage à ne pas lui adjoindre une coépouse ». Au cas où il ne se tiendrait pas à cet accord, elle pouvait demander au juge la dissolution du mariage. C’est un droit dont les femmes se prévalaient rarement dans la pratique. Dans le deuxième alinéa de l’article 30, la loi autorisait le juge à dissoudre le mariage même si la femme n’avait pas posé cette condition, dans les cas où le nouveau mariage portait préjudice à la première femme. En cas de polygamie, l’article 35, alinéa 2 stipulait que les femmes avaient droit à un traitement égal et équitable de la part du mari.

26Durant les dernières décennies, le Maroc a été le théâtre de débats passionnés sur la réforme du code de la famille. La polygamie est, avec la répudiation et la tutelle matrimoniale, un des points chauds du code de la famille (Moulay Rchid, 1985 ; Buskens, 2003). Pour les tenants de la réforme, l’abolition du droit de l’homme à avoir plusieurs épouses est un symbole important de l’amélioration de la position juridique des femmes. A l’opposé, les orthodoxes et les islamistes considèrent ce droit comme un privilège que Dieu a accordé aux hommes et auquel le législateur n’a pas le droit de toucher. Un de mes amis marocains défendait, par exemple, la polygamie en affirmant que celle-ci au moins donnait à la femme une excellente position juridique, ce qu’on ne pouvait pas dire des liaisons extraconjugales acceptées en Europe.

27Fait curieux, dans tout le monde musulman la polygamie est rare, alors qu’elle a une grande signification symbolique aux yeux de ceux qui la combattent comme de ceux qui la défendent. Cette reconnaissance de la valeur symbolique de la polygamie est commune aux sociétés islamiques et aux sociétés occidentales, de même que les rapports familiaux et les femmes s’avèrent être d’excellentes catégories à penser. La Tunisie est, jusque-là, le seul pays arabe à avoir promulgué une loi qui interdit absolument la polygamie. Quelques autres pays islamiques tels que la Turquie ont aussi choisi cette solution.

28La polygamie était de nouveau à l’ordre du jour lors de la réforme, en 1993 et en 2004, du code de la famille. Mais le législateur a encore montré des réserves quant à son interdiction. Les réformes ont pour but de multiplier les obstacles au mariage polygame en exigeant, par exemple, une autorisation juridique. En même temps, les nouvelles clauses de la Moudawana offrent à la femme plus de possibilités de faire dissoudre par le juge des mariages polygames.

De l’équilibre des pouvoirs et de la manipulation

29Cette histoire est la reconstruction de biographies basées sur des fragments de vie et des observations secondaires, rassemblées par un étranger qui a eu, de temps à autre, le privilège de jeter un coup d’œil derrière les coulisses. En l’écrivant, j’ai rendu explicite ce que les gens concernés ne veulent pas exprimer. Il est fort probable que ma version des événements ne corresponde pas à celle que Driss, Myriam et Hind donnent de leurs rapports.

30Driss a tendance à se présenter comme une victime : il ne peut pas échapper à la pression sociale qui le contraint à épouser sa cousine. En même temps, il est fier d’avoir tant d’enfants. Il soupire sous le poids de ses responsabilités de chef mais se consacre corps et âme à ce rôle. Myriam ne peut faire autrement qu’accepter le deuxième mariage de son mari. Mais elle n’accepte pas la situation passivement, essayant de la tourner à son avantage. Hind jouit d’une fortune personnelle et du soutien de sa mère et de sa tante, ce qui lui permet de faire ce qu’elle veut tout en gardant son statut juridique d’épouse. Paul a, en fait, adopté la famille de Myriam. C’est grâce à son appui financier que Driss a pu entretenir deux familles et que son frère Miloudi et ses deux filles aînées ont pu émigrer aux Pays-Bas. Paul est très concerné par les heurs et malheurs de la famille, mais il sait qu’il n’a pas le droit de se mêler directement de la plupart des conflits intimes de la maison.

  • 2 C’est à peu près ce qui s’est passé dans le ménage des parents de Driss. Aziza, la mère, se moquait (...)

31Entre Driss, Myriam et Hind, c’est un perpétuel rapport de force en partie latent. Soumis à une observation indiscrète, les rapports réels entre les composantes de la famille se sont révélés autres que ceux que laissent entendre les clauses du code de la famille au Maroc et les fantasmes des Néerlandais sur la polygamie. Le premier article de l’ancienne Moudawana stipulait que l’homme était le chef de famille. L’article 36, alinéas 2 et 4, développait cette règle primordiale en exigeant de la femme qu’elle obéisse « conformément aux convenances » à son époux qui a « la charge de veiller à la marche du foyer et à son organisation ». Driss avait beau remplir consciencieusement ses devoirs d’entretien et de gestion des affaires du foyer, les femmes et les filles n’en essayaient pas moins d’arriver à leur fin par toutes sortes de moyens, ceux que l’on appelle « les armes des faibles », tels que l’ironie à peine voilée, ricanements, manipulation, sabotage et magie. En conséquence des pourparlers et des luttes intestines entre tous les intéressés, l’équilibre des forces de la maison Bnadem subit constamment des modifications. A mesure qu’elles vieillissent et que leurs enfants grandissent, les femmes renforcent leur position aux dépens du pouvoir de Driss2. L’histoire de cette famille est l’illustration de la conviction sociologique selon laquelle le pouvoir n’est pas la « propriété » d’une personne en particulier mais une notion relationnelle et dynamique.

32Les Marocains interprètent les clauses de la Moudawana de manière très différente. Les règles concernant la répudiation prirent dans le cas de Hind un cours particulier à cause des idées que se faisaient la mère et la tante de Driss sur le droit et la bienséance. Son indépendance matérielle lui permettait d’expérimenter jusqu’où elle pouvait imposer sa volonté à Driss. Le contrôle social se trouve être une source de normativité au moins aussi grande que les interprétations solennelles du droit islamique. Pour les acteurs principaux de cette histoire comme pour de nombreux autres Marocains, le code de la famille est une source de moyens à laquelle ils puisent dans leur propre avantage et de limites dont ils doivent tenir compte, plutôt qu’un système de normes immuable auquel ils veulent obéir à la lettre.

Bibliographie

Ascha G., Mariage, polygamie et répudiation en islam : justifications des auteurs arabo-musulmans contemporains, Paris, l’Harmattan, 1998.

Buskens L., Droit musulman et relations familiales au Maroc, Amsterdam (en néerlandais), Bulaaq, 1999.

Buskens L., « Sultan d’un jour », dans H. Driessen, H. de Jonge (dir.), Miniature etnografiche, (en néerlandais), Nijmegen, sun, 2000, p. 114-118.

Buskens L., « Recent Debates on Family Law Reform in Morocco : Islamic Law as Politics in an Emerging Public Sphere », Islamic Law and Society, 10(1), 2003, p. 70-131.

Chafi M., La Polygamie : étude des législations des pays islamiques et africains, Marrakech, Imprimerie Papeterie El Watanya, 2000.

Mernissi F., Dreams of Trespass : Tales of a Harem Childhood, Addison-Wesley Publishing Company, Reading Mass, 1994.

Moulay Rchid A., La Condition de la femme au Maroc, Rabat, Editions de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat, 1985.

Peets L., Women of Marrakech. Record of a Secret Sharer 1930-1970, Londres, C. Hurst & Company, 1988.

Varea C., « Polygynie et fécondité au Maroc : l’effet de l’instabilité matrimoniale » dans C. Varea et al., Conception : naissance et petite enfance au Maghreb, Aix-en-Provence, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, 1997, p. 105-112.

Notes

1 Publié à l’origine dans M. Buitelaar (dir.), Le Maroc de près et de loin, Marsam, 2010. La traduction française a été réalisée par Anita Concas.

2 C’est à peu près ce qui s’est passé dans le ménage des parents de Driss. Aziza, la mère, se moquait ouvertement de son mari Kabir que, dans sa jeunesse, elle craignait pour les formidables raclées qu’il donnait à ses enfants. Aziza disait que Kabir n’était plus rien parce qu’il n’apportait pas assez d’argent à la maison. Désormais, disait-elle, c’était Driss qui était le nouveau chef de la famille Bnadem. Kabir riait jaune et poursuivait son petit bonhomme de chemin.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable