Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Femmes et sida au Maroc : de l’inégalité biologique à l’inégalité sociale

Bouchaib Majdoul

Texte intégral

1« Personne n’est au courant de ma séropositivité, sauf ma sœur. C’est une fille comme moi et elle peut comprendre la situation. On a l’habitude de se confier nos secrets » me confie une jeune femme que je rencontre au service « 23 » des maladies infectieuses à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca. Je recueille des témoignages de la même teneur au sein de l’Association de lutte contre le sida, ce qui m’amène à m’intéresser à quelques traits d’inégalités et de discriminations à l’égard des femmes séropositives et leur entourage en comparaison avec leurs homologues de sexe masculin.

2Si le monde entier est concerné par l’expansion croissante de la pandémie sida, l’impact socio-économique pour le cas particulier de l’Afrique pèse très lourd sur les systèmes de santé ainsi que sur les populations les plus vulnérables. Le Maroc ne fait pas exception, et la pandémie a eu des conséquences graves sur les tranches de population vulnérables composées majoritairement des femmes démunies, au point de parler d’un processus de féminisation de la maladie. La part des femmes, qui ne représente que 18 % des cas entre 1986 et 1990, est passée à 42 % entre 2001 et 2005 (PNSL, 2007). Dès lors, les spécialistes, médecins, sociologues, anthropologues et épidémiologies se sont attelés à décortiquer les logiques biologiques et sociales qui sous-tendent ce processus de féminisation de la maladie et ses conséquences sur les vécus entachés de vulnérabilité économique et sociale.

Femmes et représentations du sida

3Les représentations multiples de la maladie ne sont pas sans connotations et incidences morales. Le sida a fait l’objet de nombreuses représentations en relation avec sa causalité, expliquant la nature des attitudes de rejet et de stigmatisation vis-à-vis des malades (Dyalmi, 2009). Les différentes études réalisées ont montré qu’aucune connotation valorisante n’existe autour de la maladie sida. Du fait de son lien avec des comportements relatifs à la sexualité, le sida est toujours considéré comme la conséquence du non-respect des normes sociales et religieuses, et les malades sont vus comme des coupables qui doivent supporter les résultats de leur inconduite (Dyalmi, 2009). Une personne est malade du sida parce qu’elle a eu « des écarts de conduite », écarts qui tombent forcément sous le coup des pratiques de « débauche » : prostitution, homosexualité, etc.

4Les pratiques de rejet, de réprobation et de blâme revêtent des aspects multiples : quelles que soient les causes invoquées pour justifier la maladie – causes qui peuvent être très différentes selon les cas (voie sexuelle, transfusion ou autre) – l’argument moral est souvent dominant. Les personnes séropositives ou malades du sida sont perçues plus ou moins comme « souillées », ce qui excuse, voire justifie en retour punition et rejet. Si les femmes mariées infectées, rencontrées lors de mon étude, rejettent la responsabilité sur leurs maris, les hommes ne doutent jamais de la responsabilité féminine quant à leurs infections. La femme infectée termine ainsi la chaîne de causalité pour arriver à accuser une autre femme d’avoir infecté son mari : « Il me disait qu’il ne m’avait jamais trompée, mais certainement il traîne avec les sales p. dans la rue », m’explique une femme mariée. Quand un enfant ou un nouveau-né sont touchés par le virus, c’est la culpabilité directe de la mère. La mère peut transmettre le virus au nourrisson soit pendant l’accouchement soit durant l’allaitement, le père disparaît du tableau. C’est ainsi que les femmes sont tenues pour responsables de la santé de leurs partenaires ou de leur famille. En tant que médiatrice de la culture, mais aussi de la société du fait de leur rôle dans la reproduction biologique, ce se sont les femmes et leur corps qui seront considérés comme les principaux agents de la contamination.

Inégalités biologiques, inégalité sociales

5Lors des rapports hétérosexuels, le risque de contracter l’infection à VIH est de deux à quatre fois supérieur pour les femmes que pour les hommes. Les raisons de cette plus grande efficience de la transmission hétérosexuelle chez les femmes résident dans le fait que les femmes ont une surface plus importante de muqueuse exposée aux sécrétions sexuelles que les hommes et que la concentration du virus est plus élevée dans le sperme que dans les sécrétions vaginales. Il est également bien établi que le risque d’infection à VIH est plus important chez les jeunes filles que chez les jeunes garçons (Himmich, 2001). Leur col utérin et la muqueuse vaginale, n’ayant pas encore atteint leur maturité physiologique et leurs sécrétions vaginales étant peu abondantes, font moins obstacle à l’entrée du VIH.

6Mais au-delà des facteurs biologiques de vulnérabilité qui exposent les femmes beaucoup plus que les hommes à l’infection par les IST, l’étude des parcours de vie de personnes des deux sexes vivant avec le VIH permet également de mettre le doigt sur les autres facteurs d’ordre social et culturel qui peuvent conditionner cette vulnérabilité face à la maladie sida mais aussi le vécu de la séropositivité. Chez les femmes interviewées, la vulnérabilité socioéconomique et les situations de précarité en sont les causes principales : absence de logement stable (changements fréquents de domicile) ; faible niveau des revenus (travail précaire) ; absence de travail ; tabagisme, alcoolisme, toxicomanie et autres dépendances ; le fait d’avoir plusieurs enfants à charge, etc.

7L’accumulation de situations de précarité accentue le risque de mauvais suivi du traitement, ce qui a pour conséquence d’aggraver l’état de santé et d’intensifier l’état de vulnérabilité. Et même si certaines femmes arrivent à adopter un strict suivi thérapeutique, elles ne peuvent pas échapper aux effets néfastes sur leur santé. Les femmes sous traitement antirétroviral souffrent d’effets secondaires plus fréquents et plus sévères que les hommes. Au-delà des toxicités, des troubles et des réactions allergiques, les femmes séropositives sous traitement antirétroviral peuvent présenter des anomalies apparentes sur leurs corps. En me parlant des effets du traitement, les femmes mettent beaucoup l’accent sur les anomalies d’ordre corporel comme l’accumulation de tissu gras sous-cutané au niveau du tronc : abdomen, partie supérieure du cou, dos en « bosse de bison », augmentation du volume des seins. Ainsi, en plus du fait que la découverte du sida est un des événements qui génèrent une image négative de soi chez la femme, en grande partie à cause des différentes représentations qui entourent le sida, l’imaginaire psychologique de la féminité qui associe la femme à son corps, à savoir la beauté et la santé ainsi que la rareté sexuelle, se brouille avec les effets du traitement. L’image qu’ont les femmes séropositives de leur physique renvoie à un corps déchiré, fautif, porteur de mal et qui n’est plus séduisant. Par conséquent, la majorité des femmes expriment une perte du désir sexuel, de l’estime de soi et trouvent dans l’abstinence une solution rassurante.

Difficulté de la reconstruction de l’identité féminine, mariage et procréation

8Dans la société marocaine, le mariage constitue une pièce maîtresse dans l’acquisition du statut d’adulte pour les hommes comme pour les femmes et un moyen d’accession à la reconnaissance sociale pour les deux sexes. Ainsi, les jeunes hommes et les jeunes filles sont constamment incités au mariage, avec une pression sociale accrue essentiellement pour les secondes (Bensaïd et Harras, 1996). Toutefois, de nos jours, la part des mariages précoces tend à diminuer en laissant le champ au libre arbitre, ce qui, associé à des facteurs comme la scolarisation des filles, le chômage, la précarité des moyens économiques, etc., contraint désormais au célibat prolongé (Aboumalek, 2011). Accéder au mariage ne dépend donc plus seulement de la volonté des uns et des autres mais se trouve soumis à une multiplicité de facteurs qui contribuent à réduire les chances des uns et accroître celles des autres. Même si elles sont confrontées aux mêmes difficultés que leurs congénères sur le marché matrimonial, la séropositivité introduit une différence qui affaiblit les chances de trouver un mari un jour. En ce qui concerne les filles célibataires, les choix sont beaucoup plus restreints : le célibat à vie ou le mariage avec un séropositif. Dans ce sens, certains membres de l’association ALSC jouent un rôle de médiation pour faciliter la rencontre entre les couples de même statut sérologique.

9La question de la procréation se pose elle aussi avec acuité lorsqu’une séropositivité est découverte. Sachant que les femmes marocaines font l’objet d’une éducation qui tend à les préparer à leur rôle de reproduction (Bensaid et Harras, 1996), l’infection par le VIH est conçue comme une blessure fondamentale de la féminité qui ne prendra forme qu’avec un mariage réussi assurant une reproduction. Dans une société où l’exigence sociale de procréation est très forte vis-à-vis des femmes et contribue à asseoir l’identité féminine, être une jeune fille séropositive remet en cause la capacité à remplir le rôle social auquel on est destiné. Même si elles sont conscientes de la possibilité d’accoucher d’un enfant sain à partir d’une prise en charge, la crainte d’accoucher d’un enfant infecté ou qu’elles risquent d’infecter subsiste. « J’ai avorté parce que je ne veux pas prendre de risque et reproduire le malheur deux fois dans ma vie » rapporte une jeune femme séropositive. Les filles infectées par le VIH sont ainsi dans des situations complexes où elles doivent gérer des contradictions, tiraillées entre le devoir et le désir d’enfanter et le risque d’accoucher d’un enfant malade. Autant de considérations qui finissent par rendre difficile et douloureuse la vie avec le sida.

« Aidants naturels » souvent au féminin

10Consciente du rôle important que peut jouer le partage de l’information sur la séropositivité dans le réconfort psychique et social des PVVIH (personne vivant avec le VIH), ainsi que dans leur bonne prise en charge, l’OMS ne cesse d’encourager et de promouvoir le partage du statut sérologique. Néanmoins, la décision n’est pas simple à prendre, le VIH étant une maladie sujette à la stigmatisation et aux jugements moraux, qui peuvent exposer la personne qui partage à diverses formes de rejet de la part de son entourage. Cela peut expliquer la prudence et les hésitations des personnes vivant avec le VIH lorsqu’elles décident un jour de révéler leur statut sérologique à une tierce personne.

11Les résultats de l’étude sur la question du partage, publiés en 2013, montrent que, parmi les 300 PVVIH enquêtées, 72 % partagent leur statut sérologique avec au moins une personne de leur entourage. Ce partage est volontaire chez 135 personnes, soit 62,5 % de l’échantillon. La divulgation par une tierce personne est mentionnée par 94 de ces enquêtés. La PVVIH dans notre pays semble davantage partager son statut sérologique avec son partenaire sexuel dans presque 58 % des cas. Les mères et les sœurs viennent après avec, respectivement, 43,2 % et 39,1 % des réponses (Loukid et Hilali, 2013).

12Les résultats de mon étude vont dans le même sens, avec une particularité concernant les femmes mariées et les filles célibataires. Si les hommes célibataires interviewées ne trouvent pas trop de difficulté à partager leur statut sérologique avec les proches du premier cercle, les parents, les sœurs et les frères, avec une acceptation qui s’installe au fil du temps, les filles se trouvent dans l’impossibilité de faire de même. Le fardeau que représente le secret pèse lourd sur les femmes séropositives et les pousse à choisir une personne de l’entourage pour leur confier l’information sur l’infection. Les mères et les sœurs sont au premier rang des personnes sollicitées pour la protection de ce secret. Le choix de la mère ou de la sœur est dicté d’abord par le fait qu’elles sont du même sexe et par l’habitude déjà établie de partager des secrets intimes. La fille a généralement recours à sa mère ou à sa sœur en cas de problème intime (relation d’amour, grossesse hors mariage ou perte de virginité).

13Du fait que la mère est souvent perçue comme la seule responsable de la conduite de ses filles et peut s’investir à tout prix pour sauvegarder son image de « veilleuse » et de « garante de la stabilité de la famille », les filles infectées peuvent y trouver une issue. Le partage avec une sœur se fait dans une logique d’empathie, c’est-à-dire que les filles séropositives partent de l’idée que leurs sœurs ont la capacité de se mettre à leur place tout en leur trouvant des excuses. Partager la séropositivité avec la mère ou la sœur est aussi une stratégie pour garantir la présence d’un aidant qui peut subvenir à leurs besoins multiples et participer à la prise en charge.

14Il est clair que pour l’aidant, mère ou sœur, l’annonce de la contamination d’un proche représente toujours un choc. C’est ainsi que les aidants souffrent fréquemment de dépression, d’anxiété, de frustration, d’impuissance, de perte du sommeil et autres. De tous les sentiments qui sont vécus par l’aidant à l’annonce de la maladie, la tristesse semble prédominer. L’impact sur les aidants ne se limite pas uniquement au niveau psychique (la présence de l’idée de la mort) mais intervient pour réorganiser leur vie avec cette nouvelle donnée. Cependant, bien que certaines vivent avec un sentiment de colère envers la fille atteinte et son mode de vie antérieur, jamais aucune ne considère cette raison suffisante pour justifier l’abandon. Cela n’empêche pas qu’il puisse exister des cas de rejet et d’abandon de certaines filles à l’annonce de leur séropositivité.

15Après cette réaction de choc, la mère et la sœur passent généralement outre leurs propres besoins pour aider la personne de multiples façons : la prise en charge d’une personne vivant avec le VIH peut représenter une implication qui occupe souvent une grande partie de l’horaire de l’aidant. L’accompagnement à l’hôpital pour les analyses ou pour la recherche du traitement, l’accompagnement à l’association, l’écoute en cas de besoin, le soutien pour garder le secret, l’accompagnement en promenade, l’entretien ménager et la cuisine sont autant de services rendus aux filles séropositives. La situation des aidants s’aggrave davantage s’il s’agit d’un cas de sida déclaré et qui nécessite une hospitalisation de la fille pour plusieurs jours voire pour plusieurs mois. La visite en fréquence rapprochée à l’hôpital s’avère nécessaire, et la prévision de frais supplémentaires pour le transport et la préparation des repas passe au détriment d’autres activités familiales, sociales et professionnelles.

16Les années sida s’éternisent sans échéance claire, et l’épidémie se féminise après avoir été une affaire purement masculine. En 2013, les femmes représentent presque la moitié des cas de séropositivité au Maroc (PNLS, 1001). Elles sont minoritaires, mais majoritairement silencieuses, souffrant dans l’ombre. Aux vulnérabilités de la condition féminine manifestées par des taux élevés de pauvreté, de chômage et d’analphabétisme s’ajoutent des discriminations spécifiques à la séropositivité. Rejetées sexuellement, plus malmenées par les traitements médicaux que les hommes, peu écoutées, que ce soit dans les sphères privées ou publiques, les femmes séropositives souffrent d’une véritable double peine. En l’absence d’une prise en charge convenable pouvant garantir la dignité, elles comptent en premier lieu sur la chaîne de solidarité familiale. Les mères et les sœurs représentant la pierre angulaire de ce réseau d’aide informelle. Ainsi, le processus de féminisation de la maladie entraîne en parallèle un processus de féminisation des aidants « naturels » des séropositifs.

Bibliographie

Aboumalek M., L’Ère de la débrouille : étude sociologique sur le célibat en milieu rural, Casablanca, Imprimerie Najah Al-Jadida, 2011.

Bensaid I., Harras M., La Culture et la fertilité : étude du comportement reproductif au Maroc, Beyrouth, Dar al-Tali’a, (en arabe), 1996.

Dialmy A., Sociologie de la sexualité arabe, Beyrouth, Dar al-Tali’a, (en arabe), 2009.

Himmich H., « Le sida au féminin : l’approche culturelle de la prévention et du traitement du VIH/Sida », Fès, intervention au colloque régional, 2001.

Loukid M., Hilali M., La Question du partage du statut sérologique des PVVIH au Maroc, Casablanca, rapport-partage, indd, ALCS, 2013.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable