Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Les nouvelles modalités du travail agricole dans le Saïss au Maroc : l’émergence des inégalités identitaires entre l’ouvrier et l’ouvrière ?

Lisa Bossenbroek, Mostafa Errahj et Najoua El Alime

Texte intégral

Région du Saïss, Maroc, 11 octobre 2013. © Bossenbroek.

1Depuis les années 80, la région du Saïs connaît des transformations agraires importantes, se manifestant, entre autres, par une intensification de l’accès aux eaux souterraines, des changements dans les systèmes de production, l’utilisation de nouvelles technologies agricoles et une intégration aux nouveaux marchés dans un contexte de politiques de plus en plus libérales. Ces changements importants affectent inévitablement les rapports de travail dans l’agriculture, dont les acteurs centraux sont les ouvriers et les ouvrières. Les recherches scientifiques dans ce domaine et dans ceux concernant les rôles des hommes et des femmes dans les dynamiques locales sont rares. Plus encore, l’intérêt accordé aux recherches sur les femmes et les relations de genre concerne surtout le milieu urbain et périurbain, les femmes rurales demeurent peu visibles, et leurs efforts ne sont reconnus ni sur le plan institutionnel ni sur le plan psychologique.

2Nous analyserons les changements précédemment cités selon la perspective de genre et procéderons à une réflexion critique des nouveaux rapports de travail émergents et leur signification quant à l’équité de genre dans le travail agricole. Nous démontrerons que les nouvelles opportunités de travail bénéficient surtout aux hommes, en contribuant positivement à leur identité masculine. Parallèlement, en analysant l’occupation de l’espace, les comportements, les gestes ainsi que les valeurs véhiculées par les paroles des différents protagonistes, nous verrons que les ouvrières doivent renégocier continuellement leur identité d’ouvrière, afin de préserver leur honneur et celui de leur mari, ou encore pour échapper aux médisances des voisins. Leurs activités et leurs mobilités ne sont, en effet, pas compatibles avec les notions de féminité communément admises dans la société rurale du Saïss.

Le contexte du Saïss : dynamisation du secteur agricole

3La plaine du Saïss, située entre les villes de Meknès et de Fès, couvre une superficie de 220 000 hectares dont 49 677 irrigués (ministère de l’Agriculture, 2012). Ce territoire est une mosaïque de statuts fonciers, dont quatre principaux : 1) le melk, représentant les terres en propriété privée ; 2) les terres guich, attribuées par le pouvoir central à des tribus pour des raisons sécuritaires ; 3) les terres faisant partie du domaine privé de l’Etat ; 4) les terres de la réforme agraire, terres des anciens colons redistribuées à des Marocains. En 2006, l’État donne aux membres des coopératives de la réforme agraire le droit de melkiser (privatiser) leur terre pour un prix symbolique. La raison principale de la privatisation de ces terres est de mieux valoriser ce qui était souvent perçu comme sous-exploité. Lorsque la somme est payée, le membre devient alors propriétaire, et sa terre change de statut foncier, devenant une terre melk. Dans la région du Saïss, quatre-vingt-treize coopératives furent créées entre 1969 et 1977, ce qui représentait environ 12 % des coopératives créées à l’échelle nationale (Mahdi et Allali, 2001). La privatisation des terres des coopératives de la réforme agraire ouvrit la voie à d’importantes transactions foncières contribuant fortement à la dynamisation du secteur agricole.

4L’agriculture, activité principale de cette région, connaît dès les années 80 un développement accéléré et une modernisation encouragés par des politiques agricoles ambitieuses. Ce processus commence en partie par l’accès à l’eau souterraine et l’augmentation du nombre de puits et de forages qui se multiplient rapidement. À partir de là, les cultures pluviales, notamment les céréales et les légumineuses, sont progressivement remplacées par des cultures irriguées, plus consommatrices en eau. En 2005, l’occupation des sols laisse percevoir des cultures nettement dominantes : l’arboriculture (43 %), suivie par le maraîchage (35 %), les cultures fourragères (14 %) et enfin diverses autres cultures (9 %) (Agence du bassin hydraulique, 2008).

5La dynamique naissante autour des changements fonciers et des systèmes de production accélère l’évolution des rapports du travail agricole. Depuis 2005, l’arboriculture, particulièrement la production de raisin de table, a considérablement augmenté la vente des terres favorisant l’installation de nouveaux projets agricoles modernes et intensifs. Ces changements ont eu pour conséquence une forte augmentation de la demande de main-d’œuvre agricole, particulièrement qualifiée et spécialisée.

6Une tendance à la prolétarisation d’une partie de la population rurale naît de ces changements fonciers : certains paysans ayant vendu leur terre deviennent ouvriers sur la terre qui, auparavant, leur appartenait. Le prix de la location de la terre augmentant parallèlement à la hausse du marché foncier. Cela contraint les paysans sans terre, ne pouvant assurer les frais d’une location potentielle, à travailler comme ouvriers agricoles. Une nouvelle classe d’ouvriers, hommes et femmes, ainsi qu’un nouveau marché du travail apparaissent ainsi dans le Saïss.

7Dans la majorité des cas d’ouvriers et ouvrières ne possédant pas de terre ou seulement une petite parcelle de moins de 2 hectares, certains travaillent sur les terres des familles les plus riches ou dans les grandes fermes avoisinantes. D’autres sont obligés de se présenter sur le marché du travail, le mouquéf, situé dans les grands villages agricoles de la région. Là, exploitants agricoles, ou intermédiaires, leur proposent une journée de travail. Force est de constater que cette manière de faire concerne beaucoup plus les femmes que les hommes.

8La majorité de ces ouvriers n’effectuent qu’un travail saisonnier et trouvent des difficultés à travailler tout au long de l’année. Ils ne sont ni déclarés ni organisés en syndicat ou toute autre organisation. Leur statut n’est en rien comparable à celui des ouvriers permanents et non permanents engagés dans les grandes fermes de la région. Ils font partie de la main-d’œuvre rurale ayant le moins de privilèges (Pascon et Ennaji, 1985).

L’émergence d’une nouvelle hiérarchie du travail : le travail à la tâche, le travail permanent et le travail journalier

9Le passage aux cultures maraîchères, à l’arboriculture et à la production de raisin de table change le mode de travail des ouvriers. De nouveaux rapports et opportunités émergent concernant particulièrement une demande croissante de travailleurs qualifiés, spécialisés et journaliers. Parallèlement, une nouvelle hiérarchie basée sur les compétences, la rémunération et sur les relations de genre se développe (voir tableau 1).

10Depuis environ quize ans, le travail à la tâche se développe surtout autour de la culture de l’oignon. Les agriculteurs et les ouvriers indiquent qu’il s’accomplit sous plusieurs formes, la plus courante étant menée par des groupes de 6 à 8 ouvriers (des hommes majoritairement jeunes). Ils s’organisent entre amis pour exécuter une tâche bien définie durant plusieurs jours. C’est alors l’agriculteur ou le gérant de l’exploitation qui déterminent le travail devant être fait par le groupe ainsi que son délai d’exécution. Il s’ensuit une négociation du prix prévu pour exécuter cette tâche.

11Les jeunes ouvriers qui optent pour ce genre d’arrangement insistent sur les avantages du travail à la tâche par rapport à celui du travail journalier. La rémunération à la tâche est plus élevée de 20 à 50 dirhams par jour. En travaillant à la tâche, les jeunes ouvriers conservent aussi leur autonomie et leur indépendance, comme l’indique ce témoignage : » Dans le travail à la tâche, tu peux choisir les horaires de travail, ce n’est pas comme le travail journalier où tu es fixé par un horaire. Et personne n’est sur ton dos pour te contrôler (entretien avec Hakim, 30 juin 2013). »

12Une forte demande de main-d’œuvre qualifiée et permanente est une des conséquences de ces nouveaux projets agricoles modernes et intensifs. Beaucoup de jeunes ouvriers considèrent ce développement comme ouvrant de nouvelles perspectives d’emploi dans le secteur agricole : gérant d’exploitation, gardien, technicien ou responsable de la conduite des machines. Leurs avantages sont non seulement un travail et un salaire fixes mais aussi une possibilité de se hisser professionnellement en acquérant de nouvelles connaissances. Ces nouvelles opportunités sont toutefois réservées aux hommes, nous n’avons par ailleurs rencontré aucune ouvrière permanente.

13Les ouvriers travaillant à la tâche ou occupant des emplois permanents constituent une minorité privilégiée. Leur position sociale est plus enviable que celle des ouvriers les moins favorisés : les journaliers, en majorité des femmes. A l’aube, les ouvriers et ouvrières journaliers se regroupent au mouquéf et attendent de trouver une opportunité de travail pour la journée. Les activités dépendent du cycle des cultures et sont exécutées selon une division sexuelle du travail, division socialement construite – attribuant certaines compétences à l’ouvrier et d’autres à l’ouvrière. Les tâches des ouvrières sont le désherbage, la plantation, le repiquage et la récolte. L’ouvrier masculin se charge du labour, de l’irrigation, du portage des caisses lors de la récolte et de la taille sur les exploitations plantées d’arbres fruitiers, tâches qui demandent plus d’effort physique ou une « certaine » technicité. Un « caporal » masculin surveille l’exécution des travaux. Il peut s’agir aussi d’un travail journalier ponctuel au niveau d’une exploitation, par exemple un intermédiaire amène des ouvriers (hommes et femmes) du mouquéf pour remplir un camion d’oignons, les femmes remplissent les caisses que les hommes entassent, pèsent et chargent.

14Tous les ouvriers journaliers ne passent pas forcément par le mouquéf pour trouver un travail. Certains, pour des raisons pratiques ou de contrôles sociaux expliqués ci-dessous, préfèrent travailler sur les exploitations du douar ou des douars avoisinants.

Type d’ouvrier (homme/femme)

Modalité de travail

Travail à la tâche

Travail permanent

Journaliers

Douar H

x

x

x

Douar F

xxx

Mouquéf H

x

Mouquéf F

x

xxx

Tableau 1 : les nouvelles modalités de travail selon le genre et l’origine.

15La « force » de l’ouvrier et la « finesse » de l’ouvrière : stéréotypes et négociations de l’identité ouvrière

16En observant la vie quotidienne des ouvriers et des ouvrières, on note des différences et des inégalités entre le travail fait par les femmes et celui fait par les hommes. Elles se manifestent dans les tâches agricoles, la rémunération du travail, les problèmes rencontrés mais surtout dans la perception sociale des ouvriers et des ouvrières. A la base de ces inégalités on trouve des notions de féminité et masculinité socialement et culturellement construites, propres à une société donnée, notions définissant le « bon » comportement et la « bonne » conduite pour l’homme et la femme en encadrant étroitement l’organisation du travail agricole et l’espace social des activités.

17Le travail à la tâche, perçu comme physiquement dur et nécessitant une certaine rapidité, est dans la majorité des cas réservé aux ouvriers. Les nouvelles opportunités de travail permanent reviennent surtout aux hommes, offrant une certaine sécurité financière et d’emploi, comme en témoigne Mohammed. Il travaille depuis deux ans sur un nouveau projet de 8 hectares de raisin de table : « C’est beaucoup mieux de travailler sur un tel projet. Avec les petits agriculteurs on travaille juste un jour. Mais pour le raisin il faut avoir de l’expérience et savoir comment tailler et quel produit utiliser (entretien avec Mohammed, 19 juin 2013). » Ainsi, les compétences requises pour les nouveaux emplois demandent un certain savoir-faire, un goût et des connaissances techniques, une bonne résistance physique pour supporter de lourdes tâches, qualités et compétences attribuées plutôt aux hommes qu’aux femmes.

18On reconnaît aux ouvrières plus de patience et de souplesse. Perçues comme dociles, elles montrent plus de finesse et de précision dans le travail. Les entretiens avec les ouvrières démontrent que le travail est souvent dur, fatigant et pénible. Leur rémunération est souvent inférieure de 30 à 50 % à celle de leurs collègues masculins. Le travail des hommes, considéré comme plus difficile et nécessitant plus de force physique, justifierait la différence de salaire. Selon certaines interviewées, les ouvrières rencontrent des problèmes de paiement ou doivent attendre leur rémunération pas toujours versée à temps ou pas selon le tarif convenu. Comme le précisent Zohra et Mona : « Parfois les agriculteurs payent moins. Tu fixes le prix à 70 dirhams, finalement ils ne te donnent que 60 dirhams et tardent à te payer (entretien avec Zohra, 22 juin 2013). » « Le jour du paiement ils nous font souvent attendre. Parfois je travaille plusieurs jours avec l’agriculteur et il ne m’en paye qu’une partie (entretien avec Mona, 26 juillet 2013). » Aucun ouvrier interrogé n’a mentionné ce problème.

19Les témoignages sur les expériences des ouvrières et des ouvriers mettent à jour « les pratiques réelles » du travail agricole. En étudiant les comportements, gestes et paroles des différents protagonistes, on s’aperçoit que les hommes arrivent à socialiser leur nouveau statut d’ouvrier, alors que celui des femmes est valorisé différemment de ce à quoi elles voudraient s’identifier. Plusieurs exemples démontrent comment l’identité d’ouvrière est négociée de différentes manières et dépend de l’âge et de la position sociale.

20Nous nous sommes entretenues avec des veuves, des femmes divorcées ou mariées à des hommes ne contribuant pas aux dépenses du foyer. Nous avons rencontré peu de jeunes mariées, ce qui pourrait se justifier par la signification socioculturelle du mariage et au fait qu’une femme mariée doit être entretenue par son mari. Pour ces dernières, le travail agricole exécuté en dehors de la famille élargie est souvent péjorativement connoté : il signifie une incapacité des maris à pourvoir aux besoins de leur épouse et de leur famille.

21Le cas de Hada, 45 ans, illustre bien cette situation. Au fur à mesure des entretiens nous avons découvert qu’elle travaille comme ouvrière, fait qu’elle nous avait tout d’abord caché, nous expliquant qu’elle est femme au foyer. Un jour, l’apercevant rentrant chez elle vers 17 heures, le visage voilé ne laissant voir que les yeux, portant une casquette, une grosse veste, un tablier un peu plus grand qu’un tablier de maison, de petites bottines en caoutchouc et deux sacs remplis d’oignons, nous comprenons qu’elle revient d’une journée de travail. Nous saluant, elle explique que son mari est soufrant et ne peut pas travailler. Pourtant, chaque fois que nous passons la voir son mari est absent. Après plusieurs visites, Hada nous confie que son mari est lui aussi ouvrier mais dépense son argent pour acheter des cigarettes ou aller dans les cafés. Il n’a donc pas la possibilité d’entretenir le ménage. Hada est obligée d’y contribuer. Son fils, 22 ans, travaille lui aussi comme ouvrier et aide financièrement. Sa fille, 16 ans, est scolarisée. Hada travaille donc comme ouvrière, et le fait de nous avoir caché sa situation démontre sa volonté de préserver son image de « femme de maison » et de sauvegarder la fierté de son mari.

22Dans le cas des femmes divorcées ou veuves, le travail comme ouvrière est un moyen de survie. Une femme divorcée est généralement forcée de retourner chez ses parents et retombe ainsi sous leur responsabilité. Lorsqu’elles ont la garde des enfants, les dépenses du foyer augmentent, et le travail agricole devient une obligation pour survivre. Cependant, les ouvrières divorcées et veuves interrogées expliquent que toutes les femmes ouvrières ne sont pas perçues de la même manière.

23Le statut matrimonial est important et détermine la position sociale, comme le démontre le cas d’Aziza, 45 ans, veuve depuis dix ans environ. Au décès de son mari, ses cinq enfants sont trop jeunes pour travailler, du coup Aziza est forcée de trouver un emploi. Elle commence comme ouvrière sur les grandes exploitations du douar où elle habite. Le travail agricole représente pour elle un moyen pour survivre et entretenir ses enfants. C’est aussi une façon d’échapper aux médisances des voisins prouvant qu’elle ne gagne pas son argent de manière déshonorante : « La femme divorcée est différente de la femme mariée. Les gens disent hadi berajel ou hadi hajjela. Si elle est veuve et qu’elle reste à la maison, ils penseront du mal d’elle, même si elle a un fils en âge de se marier. Même moi qui suis veuve, si je ne travaille pas ils vont dire que je gagne ma vie d’une autre manière. C’est la mentalité marocaine. Même s’il n’y a rien, les gens me prennent pour une femme divorcée (entretien avec Aziza, 26 juin 2013). »

24Le cas d’Aziza indique que les ouvrières peuvent être perçues différemment : celles qui sont mariées, sont désignées par hadi berajel, « celle avec mari », les veuves ou divorcées par hadi hajjela, ce qui signifie littéralement « celle qui n’a pas d’attache familiale ». Ce terme hadi hajjela comporte une connotation négative et peut être utilisée aussi comme une insulte. Aziza poursuit que malgré son statut de veuve et bien qu’ayant un fils en âge de se marier, ayant ainsi atteint l’âge du respect, elle ne peut rester à la maison pour ne pas entretenir les commérages des voisins. En travaillant, elle s’assure un statut honorable : celui de veuve assumant la charge de cinq enfants.

25En observant les comportements et interactions entre les différents ouvriers, ouvrières et gérants, on remarque une hiérarchisation des relations sociales et un comportement bien précis surtout par rapport aux femmes. Celles-ci mentionnent une violence orale et/ou physique de la part des agriculteurs et/ou des caporaux. Toutefois, en leur demandant de relater leurs expériences vécues, elles répondent ne pas en avoir, ou ne connaître personne ayant subi des violences physiques. Après plusieurs entretiens et visites personnelles, nous avons finalement commencé à recueillir des témoignages plus détaillés sur les abus sexuels. Ainsi Zohra qui, en raison de la maladie de son mari, a dû reprendre un travail agricole. Au fil de nos visites successives, elle n’avoue jamais avoir été confrontée à un harcèlement sexuel. Nous lui avons demandé si elle autoriserait sa fille de 17 ans à aller travailler. Sa réponse est non, expliquant : « Les filles se font sexuellement harceler par des ouvriers, les gérants ou caporaux. Elles ne portent pas plainte par ce que c’est leur réputation qui est en jeu. Donc pour ne pas prendre de risque elles ne partent pas travailler (entretien avec Zohra, 25 septembre 2013). » En approfondissant le sujet avec d’autres ouvrières, toutes faisaient référence à leur comportement personnel « correct », « sérieux » et « honorable » : « Il n’y a jamais eu de problème, ni avec les ouvriers, ni avec les agriculteurs. Mais je ne leur parle pas, ne blague pas, ne plaisante pas et ne dépasse pas le stade du respect. Tu ne dois pas devenir familière avec eux (entretien avec Hada, 30 juin 2013). » Une autre explique : « Personne nous embête. En général, si la femme se respecte, les gens la respectent. Mais l’homme qui laisse travailler sa femme à l’extérieur doit s’attendre à ces problèmes (entretien avec Fatima, 26 juin 2013). » Ces témoignages révèlent une représentation bien particulière attribuée à l’ouvrière victime de harcèlement : elle ne peut partager son histoire sans être victime d’un jugement social préétabli, car « de toute façon elle est celle par qui le mal arrive ».

26Afin d’éviter ces problèmes, plus fréquents pour les ouvrières qui passent par le mouquéf et susceptibles de se produire en raison des contraintes de transport dans des camionnettes ou pick-ups non bâchés où ouvriers et ouvrières sont entassés, les femmes choisissent plutôt de travailler sur les exploitations du douar où elles habitent ou ceux avoisinants, sans passer par le mouquéf. Les relations de communauté, de parenté ou de connaissances sont importantes pour le contrôle social et protègent la femme, comme le souligne Halima : « Dans cette région on n’a pas ce problème (harcèlement sexuel) parce que nous travaillons entre nous. On rencontre de tels problèmes avec des gens de l’extérieur. Avec des femmes et des hommes qui viennent de Haj Kaddour (à 20 kilomètres de la localité). Personne ici va t’embêter. Ils nous considèrent comme des sœurs (entretien, 30 juin 2013). » Celles, moins chanceuses, obligées de passer par le mouquéf pour trouver du travail, essayent d’assurer leur sécurité en partant travailler en compagnie d’une autre ouvrière de la même famille (sœur, cousine, mère) ou d’une voisine. Le mouquéf offre toutefois certains avantages, tels que la négociation des prix de travail, l’anonymat à double tranchant comme le démontrent les exemples ci-dessus.

27Ces derniers témoignages démontrent que dès leur sortie de la maison et du douar, les ouvrières sont jugées. D’autres travaux, comme notamment celui de Bourqia (2000), indiquent que le contraire de « la femme à la maison » est « la femme de rue » ce qui évoque la prostitution. Dans notre cas, le douar, les terres familiales ou des voisins sont en quelque sorte un prolongement de l’espace domestique. Par contre, les ouvrières qui passent par le mouquéf se trouvent dans un espace public ouvert au regard des autres et où les femmes ne sont donc plus dans les normes sociales.

28En dépit des conditions précaires, les expériences des ouvrières ne sont pas seulement négatives. Bien que beaucoup trouvent leur travail pénible, certaines y voient une occasion de retrouver des amies, d’échanger avec elles et de « fuir » le joug familial. Le travail offre aussi à leurs yeux une indépendance financière, surtout pour les ouvrières divorcées ayant des enfants ou celles dont le mari est absent ou ne contribue pas aux dépenses du foyer. L’apport de salaire peut renforcer la participation dans la prise de décisions familiales. Les ouvrières sont ainsi porteuses de projets de vie, l’argent gagné étant souvent investi dans l’éducation des enfants, leurs assurant « un meilleur futur et une possibilité de faire un travail honorable plus tard ».

29Par contre, le travail offre peu de perspective d’évolution et de reconnaissance sociale. Les ouvrières voient leur futur d’un œil plutôt pessimiste : elles préfèreraient échapper au travail agricole pour retourner aux tâches du foyer traditionnel, cuisine, ménage et éducation des enfants, se débarrassant ainsi de l’identité « d’ouvrière » à connotation peu valorisante dans la société rurale du Saïss.

Bibliographie

Bourquia R., « Habitat, femmes et honneur : le cas de quelques quartiers populaires d’Oujda », dans R. Bourqia, M. Charrad et N. Gallagher (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, I : culture, femme et famille, 2e édition, Casablanca, Afrique-Orient, 2000.

Mahdi A., Allali A., « Les coopératives de la réforme agraire : trente ans après », Bulletin économique et social du Maroc, Rabat, Société d’études économiques sociales et statistiques, 2001, p. 109-125.

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime (MAPM), Situation de l’agriculture marocaine, Rabat, 2012.

Pascon P., Ennaji M., « Les paysans sans terre au Maroc », dans collectif, Etudes et recherches interdisciplinaires pour le développement rural, Rabat, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, Direction du développement, 1985, p. 155-141.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable