Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Ouvrières marocaines : fragments de vie quotidienne et stratégies d’autonomisation

Gaëlle Gillot, Latifa El Mahdati, Andrea Martinez et Kenza Oubejja

Texte intégral

1La zone industrielle de Rabat a perdu de son activité. La crise se fait sentir dans les usines de textile. Il n’en reste que six en activité, bâtiments bas souvent bien cachés derrière leurs murs et portails d’enceinte. Rien ne perce de l’activité qui règne à l’intérieur, les longues heures de travail des ouvriers, en écrasante majorité des femmes. Or, le calme de la zone est trompeur. Une usine est ainsi à l’arrêt depuis trois mois, et une commande importante pour une société de sport française est bloquée à l’intérieur, gardée jour et nuit par des ouvrières en grève, déterminées à revendiquer autant le respect des lois non appliquées que leurs droits fondamentaux.

2Situées au cœur des processus de mondialisation des marchés, ces ouvrières écrivent chaque jour leur histoire. A la fois singulières et semblables, les expériences, intrinsèquement liées au travail, à la vie familiale, à la ville, à l’accès à la santé et aux droits civiques, socioéconomiques et juridiques d’une quinzaine d’ouvrières nous parviennent au gré de leurs confidences. Recueillis entre août 2012 et mars 2013, leurs récits de vie témoignent de la géographie du travail genré et des inégalités des systèmes économiques dont elles sont les rouages aussi élémentaires qu’indispensables.

Dégradation de la santé et insécurité au travail

3Partout dans la zone industrielle, on rencontre les mêmes yeux cernés de femmes qui, avant même d’atteindre la trentaine, souffrent de varices, de maux de dos, d’allergies, de surdité, de rhumatismes, de migraines ou de maladies psychiques. Toutes ont des maladies chroniques étroitement liées au climat et aux conditions inadaptées de travail : station debout ou assise prolongée, bruit assourdissant des machines sans casques de protection auditive, sans masque ni gants, humidité étouffante, pollution atmosphérique provoquée, entre autres, par des particules de tissu en suspension, produits désinfectants hautement toxiques et fatigue. Une enquête récente effectuée auprès de 1 197 ouvrières de Casablanca confirme que « 57 % d’entre elles considèrent que le travail qu’elles effectuent est au-delà de leur capacité physique » (Khalil, 2013). Lasses d’exercer un emploi aussi contraignant, elles partagent un rêve commun : » arrêter de travailler ou trouver un travail plus reposant ».

4Aujourd’hui âgée de 42 ans, Rachida, mère de trois filles aux études est à nouveau enceinte. Frêle malgré ses huit mois de grossesse, elle appréhende la période post-accouchement, d’autant que l’usine n’offre pas de salle d’allaitement. Une situation largement répandue, en dépit de l’obligation faite par l’article 163 du code du travail aux entreprises qui emploient 50 femmes et plus. À écouter les ouvrières, il est difficile d’imaginer que le nouveau code du travail marocain ait pu faire passer le congé de maternité de 12 à 14 semaines (sept semaines avant l’accouchement et sept semaines après), qu’en cas de problèmes pathologiques il puisse être prolongé à 20 semaines et qu’il protège de tout licenciement pendant cette période. Nadia, chargée du repassage, « a accouché dans un taxi parce que l’administration de l’usine l’a obligée à finir la commande ; elle avait des jumeaux : un est mort-né et l’autre est décédé à l’hôpital ».

5Rares sont par ailleurs les ouvrières ayant accès à une formation en santé sexuelle et reproductive. Celles qui ont des enfants disent néanmoins avoir fait des consultations prénatales payées sur leurs maigres ressources. Mais l’accès à la médecine moderne demeure pour beaucoup un luxe inaccessible. Surtout que l’absentéisme pour visite médicale peut conduire à la perte de son emploi. « Lors de la pression (pressage) des vêtements, explique Fadela, célibataire de 26 ans, des incidents surviennent et l’ouvrière est transportée aux urgences de l’hôpital sans aucune prise en charge de l’usine. » De fait, la cadence au travail et le caractère souvent vétuste des machines sont source de nombreux accidents qui, en raison de formalités jugées trop compliquées par les ouvrières, ne sont pas déclarés. Une situation que confirment une fois de plus les résultats de l’enquête de Casablanca selon laquelle « 59 % des ouvrières ne vont chez le médecin que quand c’est grave, et 18 % n’y vont que quand la maladie dure longtemps ». En témoigne Touria dont la mère, aveugle des suites d’une cataracte depuis sept ans et atteinte de problèmes rénaux qui la font saigner, refuse d’aller à l’hôpital. Ce qu’elle hésite à avouer c’est sa propre situation. Mais elle finit par déclarer : « Non, je n’ai pas vu le médecin, j’ai deux lunettes : une pour voir de loin et une pour voir de près. Je dois changer maintenant mes lunettes, mais je n’ai pas les moyens de le faire. »

6Même son de cloche du côté d’Ahlam, 26 ans, qui nous confie d’un air résigné ne pas avoir les moyens de voir un psychiatre pour traiter sa dépression. « Même en cas d’urgence, c’est difficile d’être hospitalisée ; il faut consulter un médecin privé. » Au risque de perdre la vie.

7« Trois filles de l’usine sont mortes d’un cancer. La matière première donne des allergies. Il y a un dermato, mais il n’y connaît rien et ne nous donne rien. Le mois de ramadan, on a le droit d’aller prendre le f’tour et on revient travailler. On termine à l’aube à 5 heures 30. On peut venir ensuite à peu près avec deux heures de retard (vers 10 heures) mais ces deux heures doivent être faites plus tard. Par exemple, au lieu de terminer à 3 heures, on va terminer à 5 heures l’après-midi. On a nos 10 heures à faire, avec le surplus de la nuit. C’est un esclavage. »

8Des conditions qui se doublent parfois de harcèlement et de violences, tel le cas d’Ibtihâj, 22 ans, célibataire qui, comme beaucoup de ses collègues, craint d’être violée ou frappée : « Un monsieur m’a promis de me trouver un travail, il m’a donné un rendez-vous et m’a proposé de me prostituer, j’ai refusé, et à ce moment, il a essayé de me violer. J’ai résisté toute seule. […] Il n’y a que les filles qui sont source de déshonneur ; par contre, les garçons ont droit à tout, rien ne les menace. »

9Malgré les aléas de la vie quotidienne, seule Hafida n’est pas prête à céder au sentiment d’insécurité qui habite les ouvrières après huit heures le soir : « Une fois un type avec un très grand couteau m’a demandé de lui donner mon argent. Mais je lui ai dit que non, quand je viens ici au travail, je n’emporte pas d’argent, je n’apporte que de quoi manger et je suis comme toi, ma situation est misérable comme toi, qu’est-ce que tu veux de moi ? Je lui ai parlé avec diplomatie et amicalement que nos situations étaient les mêmes, et j’ai gagné la bataille, et le type a demandé des excuses. Il a dit je m’excuse et tout… Mais quand même, pendant le moment où j’ai négocié, je n’ai pas eu peur, mais quand ça s’est fini, j’avais vraiment très, très peur. »

10Consciente que sa négociation avec l’assaillant aurait pu mal finir, Hafida enchaîne aussitôt sur d’autres formes de violence, institutionnelle cette fois, à laquelle chacune s’expose dès lors que la santé vient à manquer. « Si une fille par exemple a une crise de nerfs, on la fait sortir de l’atelier et ils lui mettent un carton par terre sur le trottoir et attendent qu’elle ait fini sa crise. Quand elle a fini sa crise, alors elle reprend son travail. » Cette déshumanisation des rapports sociaux qui brime le droit fondamental à la santé finit par réduire les travailleuses au statut de simples marchandises jetables après usure : « Tu n’as pas le droit de tomber malade. Tu n’as pas le droit de dire que tu as un problème. Tu es là juste pour le travail, tu n’as le droit de rien, tu dois travailler en silence. Tu dois être performante, c’est tout. »

Combat pour les droits et la dignité

11Les ouvrières en sit-in devant l’usine depuis décembre 2012 racontent avec amertume, mais détermination, la dureté de leurs conditions de travail et leur lutte pour faire respecter leurs droits. C’est aussi pour elles un combat pour la dignité et la recherche d’une reconnaissance.

12L’usine est une entreprise familiale. Les ouvrières se souviennent avoir connu le patron actuel tout jeune lorsqu’il accompagnait son père. Aujourd’hui il veut les écraser parce qu’elles revendiquent leurs droits. Avant 2009, année d’élection des délégués de l’usine, les conditions de travail étaient particulièrement mauvaises. Les ouvrières n’étaient pas payées pour les heures supplémentaires. Elles pouvaient travailler jusque tard dans la nuit, parfois jusqu’à minuit, ce qui les exposait à de multiples agressions. Leurs plaintes auprès de la police restaient toujours sans suite. Elles devaient parfois payer les délinquants pour retrouver leur sécurité.

13Pire encore, une absence au travail, même pour motif légal, était refusée. Bouchra ajoute qu’il faut « corrompre nos responsables pour s’absenter en cas de maladie, de mariage, de décès ou autres ». En 2012, le patron a cessé de payer les cotisations à la CNSS et a abaissé le nombre de jours travaillés déclarés : sur 26 jours travaillés mensuellement, il ne déclare que 16 à 20 jours. De surcroît, pendant la crise, et à leur grande surprise, le patron les a réunies en leur demandant de l’aider à rembourser une dette de 35 millions de dirhams et éviter la faillite de l’entreprise. Il prélèvera deux jours de travail sur leurs salaires, leur demandera de travailler dix heures au lieu de neuf et d’augmenter la production de 500 pièces à 700 sans hausse salariale. En dépit de toutes ces violations du code de travail, les ouvrières ont continué à travailler.

14« C’est indigne, humiliant et dégradant, ajoute Khadija, de se sentir exploitée par des responsables qui ne s’occupent jamais de l’amélioration des conditions de travail. Cette situation a poussé nos délégués à essayer d’ouvrir un dialogue avec le patron qui a refusé en les renvoyant à l’Inspection du travail. Cette dernière s’est contentée d’adresser un blâme à la responsable qui nous maltraitait, mais notre patron a refusé la sanction et affiché un avis de ce refus de la décision de la délégation en nous rappelant de continuer le travail dans les mêmes conditions. Face à cette stigmatisation, notre réaction la plus naturelle était d’entamer une grève pour réclamer nos droits et rétablir notre dignité. »

15Un syndicat s’est constitué. Une rencontre a eu lieu à la préfecture réunissant le sous-préfet, le patron de l’usine, le directeur des ressources humaines et les représentants syndicaux pour convenir d’une solution. Le patron a refusé toute forme de négociation avec le syndicat, précisent les ouvrières. Après l’échec de cette première tentative de réconciliation, il a demandé la démission des délégués.

16Les ouvrières, fatiguées après trois mois de grève, se relaient par groupes, 24 heures sur 24, à l’entrée de l’usine, afin d’interdire la livraison d’une grande commande prise « en otage » par les ouvrières pour revendiquer leurs droits à un contrat de travail, au paiement des heures supplémentaires, au congé de maladie, au syndicat et aux conditions humaines de travail tels que prévus par la loi. Elles demandent en somme le respect et l’application stricte du code de travail.

17Le patron a porté l’affaire devant la justice pour demander l’évacuation de l’usine. Les ouvrières, de leur côté, ont chargé un avocat de demander une saisie pour garantir la paye de leurs salaires. Devant la lenteur des procédures, l’absence d’une quelconque assistance et malgré l’impact de cette situation sur leur quotidien et leurs besoins vitaux, elles restent déterminées mais lucides : « Dans une usine voisine, signale Habiba, le tribunal a rendu sa décision il y a deux ans de cela en faveur des ouvriers, concernant un conflit qui les opposait à leur patron, mais l’exécution de cette décision n’a jamais eu lieu. Je quitterai Rabat pour aller travailler à Tanger si l’affaire n’est pas gagnée et le jugement exécuté. »

Revenus, dépenses et accès aux services publics

18Les ouvrières prennent en charge les besoins de leur famille, leur salaire étant une composante principale, parfois unique, dans le revenu du ménage. Quand leur mari a un revenu, elles consacrent souvent une partie du leur à l’achat d’équipements. Certaines paient longtemps une dette contractée pour prendre en charge les soins de santé d’un parent, palliant ainsi la faiblesse des services publics. D’autres, faute de garanties, ont recours au crédit à la consommation aux intérêts élevés pour l’acquisition ou l’aménagement du logement, à l’instar d’Aïcha : « J’ai emprunté 25 000 dirhams pour aider mon mari à payer les frais de relogement, car nous avons bénéficié d’un petit appartement. J’ai encore six mois à payer, et je ne sais pas encore quoi faire car cela fait quatre mois que nous sommes sans travail et donc sans salaire. »

19Depuis trois ans, les salaires des ouvrières, qui atteignaient 3 000 dirhams, ont baissé à 2 000 dirhams avec la chute de l’activité dans le textile. Elles compriment donc les dépenses qui peuvent l’être. L’alimentation est réduite au minimum vital : les repas des ouvrières, qu’elles préparent chez elles, sont constitués principalement de féculents, parfois de légumineuses, d’un peu de poulet en sauce et très rarement de viande rouge. La consommation des fruits est très réduite. Elles ne fréquentent pas les grandes surfaces qui, selon elles, incitent à trop dépenser. Les sorties et déplacements en ville sont rares et trop coûteux déclarent les ouvrières. Seule Rachida, célibataire et vivant encore à 38 ans chez sa famille relativement à l’aise financièrement, déclare se permettre quelques sorties avec ses amies. Elle est par ailleurs la seule à épargner une partie – 1 000 dirhams par mois – de son salaire. La course à la survie conduit certaines ouvrières à la pluriactivité, malgré les longues journées de travail.

20Naïma, veuve, vivant seule à Rabat, se plaint d’avoir dû réduire à une fois par mois ses voyages à Khemisset, sa ville d’origine à 75 kilomètres de Rabat, pour voir sa fille de 13 ans restée avec sa famille. Avant la crise, elle allait la voir chaque semaine. Elle paie un loyer de 500 dirhams pour une chambre qu’elle occupe seule pour pouvoir recevoir ses sœurs. Elle envoie 600 dirhams à sa sœur qui s’occupe de sa fille et donne 200 dirhams à sa mère. Elle rembourse, à raison de 250 dirhams par mois, un crédit contracté pour payer les soins de santé de sa mère. Elle regrette surtout de ne pouvoir payer à sa fille des cours de soutien en mathématiques dont elle a pourtant besoin. « Heureusement, dit Naïma, que j’habite près de l’usine ; cela m’évite de payer des frais de transport qui sont hors de ma portée et que ma sœur garde ma fille. Mes amies qui ont des enfants et qui habitent Salé ou Temara ont des journées autrement plus pénibles que les miennes. »

21Zahra habite Temara avec son mari, gardien de voiture, donc aux revenus irréguliers, et ses deux garçons de 10 et 7 ans. Pour prendre en charge sa famille et sa mère, elle ne peut se passer du complément de revenu que lui apporte sa deuxième activité de tapisserie à domicile. Elle y travaille la nuit et les fins de semaine. Elle paie chaque mois 800 dirhams pour le loyer, 100 dirhrams pour l’eau et l’électricité, 200 dirhams pour les médicaments de sa mère diabétique, au moins 400 dirhams pour le transport, et ce qui reste de ses revenus pour la nourriture, la santé et la scolarité de ses enfants. Zahra raconte que le transport est « mon enfer quotidien, tant mon trajet vers l’usine est long et compliqué, les bus peu fréquents et bondés, je me retrouve collée aux hommes, et le coût élevé ; j’y dépense 20 dirhams par jour. »

22Outre les transports urbains, les ouvrières rencontrent quotidiennement des obstacles pour accéder aux autres services publics. Elles affichent une certaine satisfaction en ce qui concerne la santé publique, même si le temps d’attente pour voir un médecin peut se révéler long, ce qui peut conduire les ouvrières à se contenter, faute de temps, de voir l’infirmière. « Chaque fois que mes enfants tombent malades, c’est ma voisine qui les emmène au dispensaire. Car cela prend du temps et moi je ne peux pas m’absenter de mon travail », raconte Aïcha.

23L’accès aux documents administratifs semble plus problématique, les ouvrières y étant plus exposées à la corruption et à la lenteur des procédures. « J’ai la carte d’identité biométrique. Vous ne pouvez pas imaginer combien elle m’a coûté en temps et en argent. J’ai fait un certificat médical de trois jours. Un marathon pour obtenir un certificat de résidence et des extraits d’acte de naissance. Si je n’avais pas donné de l’argent, je l’aurais obtenue en plus d’un mois. Elle m’a couté plus de 300 dirhams », enchaîne Fatima.

Le logement, la pratique réduite de la ville

24La grande majorité des ouvrières qui occupent l’usine habitent à proximité. Leur lieu d’habitation a souvent été choisi pour limiter le temps et le coût des trajets domicile-travail. Ces femmes habitent notamment à Youssoufia, un quartier qui s’est construit dans le plus grand désordre, sur les pentes de la vallée du Bouregreg, et a bénéficié à partir de la fin des années 90 de plans de restructuration étatiques visant à les équiper en services essentiels tels que l’eau courante et l’électricité. Le paysage urbain est maintenant composé de petits immeubles en parpaings de deux ou trois étages (qualifiés de « maisons » par les ouvrières), parfois très serrés, laissant entre eux juste la place à une ruelle en terre praticable uniquement à pied. Là, les ouvrières de l’usine ont trouvé à se loger dans une grande diversité de statuts résidentiels.

25Bouchra loue pour 700 dirhams par mois une chambre au rez-de-chaussée d’une maison de trois étages où elle habite depuis deux ans. Elle a arrangé sa chambre avec un rideau pour créer « un coin » pour ses trois garçons de 13, 15 et 21 ans. La cuisine composée d’un réchaud à gaz et d’un évier sous lequel elle range son matériel se trouve à l’entrée de la pièce. Elle dispose dans le couloir de l’entrée de l’immeuble d’une petite « salle de bain », une pièce minuscule sans ouverture avec des toilettes à la turque. Bouchra a fixé un petit miroir et une patère sur la porte. Elle y fait aussi la lessive dans une grande bassine stockée debout contre le mur. L’espace est exigu, et elle se désole de ne pas avoir de logement qui lui appartienne : « La question du logement est le cimetière de ma vie, dit-elle, ça me rend malade. Mes enfants grandissent et sont toujours dans une seule pièce. Tu vois, ils regardent à la télé [l’émission] Maison et décor et ils me demandent : pourquoi ils ne viennent pas chez nous ? »

26Depuis la grève, elle ne paye plus son loyer et redoute de devoir partir de cette chambre qui, malgré son étroitesse, lui garantit son autonomie, puisqu’elle dit « vivre seule ». Le rêve de Bouchra est de devenir propriétaire, ce qui serait pour elle le meilleur moyen de créer un peu de sécurité et de stabilité dans sa vie.

27Touria, elle, est devenue propriétaire d’une partie de son logement après le décès de son mari d’une crise cardiaque en jouant au football il y a dix-huit ans, alors qu’ils avaient deux petites filles de deux et trois ans. Cependant, elle n’a hérité que de deux chambres, une cuisine et une salle de bain sur l’ensemble de la maison que son mari avait construite : « C’est tout ce que j’ai eu dans la maison avec l’héritage, mais c’est propre à moi », dit-elle en relevant la tête. En effet, mère de deux filles, sans fils donc, Touria a dû partager l’héritage avec les frères de son mari.

28À quarante ans, Hafida habite une chambre avec son petit garçon de quatre ans. Son mari réside dans un village à une trentaine de kilomètres de Rabat. Ils ne se voient qu’en fin de semaine. Hafida, tout en souhaitant gagner la grève et en étant très active dans l’occupation de l’usine, rêve en réalité que l’usine ferme pour pouvoir aller rejoindre son mari à qui sa famille prête une maison dans le village. Elle voudrait maintenant vivre avec lui. Ils n’ont jamais habité ensemble depuis leur mariage, il y a cinq ans. Mais il lui semble qu’elle a depuis toujours travaillé à l’usine, puisqu’elle y est entrée à l’âge de quatorze ans, avant que le code du travail n’interdise l’embauche avant quinze ans.

29Aucune des ouvrières ne semble envisager de quitter le quartier. Elles disent s’y sentir bien, à l’aise, et il couvre leurs besoins essentiels : épiceries, four, vendeurs de légumes ambulants, hammam où elles se rendent chaque semaine, et même un parc, elles trouvent tout ce dont elles ont besoin. Tous les prix ici correspondent au pouvoir d’achat de la population qui y habite, et il n’est pas nécessaire de chercher à faire de meilleures affaires ailleurs. Ainsi, elles sortent peu du quartier. D’ailleurs, elles n’en ont pas le temps durant la semaine et, pour la plupart, n’en ont pas envie au moment du repos de fin de semaine. Hafida semble la plus mobile dans la ville et saisit les visites de son mari pour sortir de l’espace familial et de l’interconnaissance du quartier pour aller dans d’autres quartiers. Elle voit la médina comme un lieu dépaysant tout en ayant les mêmes codes de conduite qu’à Youssoufia, grâce à l’entre-soi populaire qui y règne. Touria, par contre, ne sort jamais du quartier. L’impossibilité pour sa mère aveugle de se débrouiller seule lui impose de rester à ses côtés. Elle va cependant occasionnellement au « Mini parc Youssoufia », le seul jardin public du quartier où elle « change de la routine » et rencontre ses voisines et sa famille. Mais elle considère que cette activité n’est ni un loisir ni une visite, il est juste un moment avant d’être un espace.

Stratégies d’autonomisation

30La pénibilité et l’incertitude du travail en usine, dans des conditions souvent proches de l’esclavage, ont des répercussions déterminantes sur l’équilibre précaire des ouvrières. Conscientes de l’exploitation de leur force de travail, elles s’accrochent toutefois à leur emploi pour faire face aux charges familiales qu’elles sont souvent seules à assumer. Malgré l’abandon précoce de l’espoir d’une vie meilleure pour elles-mêmes, toutes rêvent encore d’un avenir heureux pour leurs enfants ou ceux qu’un jour elles auront. Entre-temps, elles déploient des stratégies pour gagner des parcelles de liberté au travail, à la maison et dans la ville. Leur quête d’autonomie passe par un double processus : la sécurisation de la vie familiale, par l’obsession d’accéder un jour à la propriété d’un logement, et la revendication de travailler dans le respect de leurs droits. Pourtant, elles acceptent des doubles ou triples journées pour un salaire de misère, aspirant pour certaines à (re)devenir femmes au foyer afin de s’épanouir et de préserver leur santé. En somme, les ouvrières semblent résignées à vivre la fatigue, les pressions et les vexations, mais à condition de ne pas voir leur dignité déniée. Ce n’est pas seulement travailler davantage et être payées moins qui a déclenché la grève, mais surtout les insultes et la maltraitance. « Nous avons beau être des “filles des usines”, nous voulons qu’on nous respecte quand même. »

Bibliographie

Bouasria L., Les Ouvrières marocaines en mouvement, Paris, l’Harmattan, 2013.

Jamal K., « Corps, santé et pénibilité du travail des ouvrières à Casablanca », Rabat, Centre Jacques-Berque, février 2013, [en ligne] URL : http://farzyat.cjb.ma/corps-sante-et-penibilite-du-travail-des-ouvrieres-a-casablanca

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable