Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Clic clic, ana nabghik ! L’entremetteuse remplacée par un site web

Ellen Van De Bovenkamp

Texte intégral

1« Bientôt la trentaine, j’ai passé ma vie entre les études et le travail. Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer quelqu’un dans la vie réelle. Je souhaite me rattraper à travers Analik. Je souhaite rencontrer l’homme de ma vie et fonder une famille. » C’est ainsi que « Maria1982 », une cadre supérieure de Casablanca, s’était présentée sur le site de rencontre Analik. Clic clic, ana nabghik ! – Clic clic, je t’aime ! Avec ce slogan, le site de rencontre Analik, le premier site de rencontre marocain, s’était manifesté aux internautes marocains en 2012. Une année plus tard, il y avait plus de 16 000 personnes inscrites. Mais encore une année plus tard, le site n’est plus en ligne. Qu’est-ce qui explique l’engouement soudain pour ce site novateur, et pourquoi cet intérêt s’est estompé aussi vite ? Dans quelle mesure ce site était-il différent des sites de rencontre d’autres pays ? Est-ce que le succès initial d’Analik indique un changement dans les mœurs marocaines concernant les rencontres hommes-femmes et le mariage ?

Profils aux particularités marocaines

2Au vu de la page d’accueil d’Analik, il était difficile de s’apercevoir d’emblée qu’on était sur un site de rencontre. Le site, en grande partie francophone, affichait des articles généraux, tels qu’on en trouve aussi sur les pages d’accueil des moteurs de recherche ou des médias sociaux, présentées dans un cadrage aéré, avec des couleurs vives et gaies. On y trouvait des nouveautés sur des stars marocaines, un article informatif sur le bien-être nutritionnel et quelques annonces publicitaires. A droite de la page, l’onglet Célibataire, inscrivez-vous ! indiquait à quel genre de site on avait affaire, mais ce n’était qu’une fois inscrit que l’on pouvait consulter les profils des autres membres et que l’on trouvait la bande déroulante affichant les photos des membres inscrits que d’autres sites de rencontre placent habituellement sur la page d’accueil. Analik se présentait plutôt discrètement.

3Le site d’Analik avait été élaboré en prenant le site de rencontre français Meetic comme exemple, mais quelques spécificités marocaines y avaient été introduites. Quand on devait choisir son style de musique favori, en complétant son profil, on avait les options aiayta, aïssaoua, andaloussi, blues, chaabi, chanson française, charqi, chelhaoui, chikhate, classique arabe, dance, electronic, ghiwani, gnaoui, khaliji, raï, rap maghribi, rock, house, chill out ou classique.

4Nommer son origine ethnique était une autre particularité marocaine. A priori, en France, peu de gens se préoccuperait de la provenance de leur partenaire éventuel. Au Maroc, par contre, la région d’origine joue encore un rôle important dans le choix d’un partenaire. C’est pourquoi les créateurs du site avaient supposé que les adhérents aimeraient savoir si leur partenaire potentiel serait un Doukkali ou bien un Soussi, un Rifain ou au contraire un Sahraoui.

5C’est universel : toute personne qui drague fait attention au physique. Analik ne fournissait pas seulement une rubrique spéciale pour indiquer la couleur des cheveux, mais aussi une rubrique pour indiquer la longueur et la texture des cheveux. La couleur et la taille des yeux (petit, normal, grand) avaient également de l’importance. Toutefois, les descriptions physiques restaient pudiques. Dans la rubrique Le plus attirant chez vous, la caractéristique la plus osée qu’on trouvait parmi les options était buste ou jambes. Ce qui ne veut pas dire que les Marocains soient trop timides pour évoquer le sexe, puisque sous Plaisirs partagés, on trouvait, à côté, entre autres, Une partie de scrabble, de Faire du jardinage ensemble ou Une soirée gala, l’option Notre vie sexuelle sera torride !

6Par ailleurs, Analik ciblait aussi un public ouvert d’esprit. Pour Religion, on n’avait pas seulement le choix entre Musulman(e) pratiquant et non pratiquant, mais aussi entre croyant, juif, chrétien et athée.

7Qu’Analik visait une clientèle plutôt aisée se remarquait dans les choix offerts dans la rubrique Fonction : salarié, fonctionnaire, cadre supérieur, freelance, chef d’entreprise ou autres. Les indications de salaires y correspondaient : entre 5 000 et 10 000 dirhams jusqu’à plus de 30 000. Est-ce que cette option assez particulière est révélatrice du matérialisme des jeunes Marocains, relatif au coût de la vie élevé dans les grandes villes marocaines, ou est-ce qu’il s’agit plutôt d’un attachement au mariage traditionnel, dans laquelle la sécurité financière était aussi importante, voire plus importante, que l’affection entre les mariés ?

Cadre supérieur cherche cadre supérieur

8Cependant, on n’avait pas besoin de remplir toutes ces rubriques pour s’inscrire sur Analik : son pseudo, sa date de naissance, sa région et sa ville suffisaient. Dans la sélection destinée aux hommes, on trouvait par exemple une dame de 33 ans, qui se nommait Gloria. Elle n’avait pas rempli les différents indicateurs qui devaient donner aux hommes en quête d’une rencontre une idée de sa personne et de son physique, mais elle s’était contentée de placer une brève description dans la case destinée à cet effet : « Je suis célibataire, médecin dans le secteur public, je cherche à travers ce site quelqu’un de sérieux pour mariage. » Il semble qu’elle était réticente à en dire plus.

9Ce n’est pas le cas de Mouslima78, qui n’avait pas hésité à mettre sa photo. Cadre supérieur de 35 ans avec une personnalité généreuse, elle vit avec ses parents à Casablanca, est à la recherche d’un autre cadre supérieur, musulman pratiquant, qui soit sociable, ne fume pas et ait un style traditionnel. « Peu importe ce que les autres te voie le plus important d’être fière de soi » a-t-elle ajouté comme description.

10Beaucoup de membres, aussi bien les femmes que les hommes, choisissaient de remplir juste quelques cases du profil. Nombreux étaient ceux qui pensaient que c’était plus simple et plus pratique de remplir juste la case Description. C’est ce que Thebadboy8963, 26 ans, salarié à Casablanca, avait fait : « Je un simple meme trop simple m occupe de ce qui me regarde. serieux avec les gens sérieux je n aime pas qu on essaye de me mamadouyer cherche une fille qui soit un tout petit peut attaché a la religions jene veut pas une fille qui met le voile biensure mais fille qui sauras adopter mes comportement voila et merci. »

11Thebadboy8963 ne correspondait pas aussi bien au public ciblé par Analik que Gloria et Mouslima78. Jeune salarié qui visiblement maîtrisait mal le français, ce qui indique qu’il n’avait pas fait des études très avancées, comme les deux jeunes femmes.

12En 2012, je me suis longuement entretenue avec Hicham Mounib, le fondateur d’Analik, dans le cadre d’un article pour le quotidien néerlandais Trouw (Van de Bovenkamp 2012). Mounib est un quadra sportif qui s’est lancé dans le relationnel après une carrière dans le corporate business. Il assouvit son intérêt pour les relations humaines en suivant une formation de coaching et en fondant Analik. Il m’a décrit ses motivations pour créer ce site et les changements qu’il observe dans la société urbaine marocaine.

13Analik ciblait les jeunes professionnels âgés de 25 à 45 ans. Le site était surtout destiné aux personnes au-delà de 30 ans, qui ont sacrifié une bonne partie de leur vie à leurs études, puis à l’obtention d’un travail et enfin à la réalisation de leur carrière professionnelle. En somme, des personnes instruites vivant dans un milieu urbain. Selon lui, ces derniers se disent : « Maintenant, j’ai besoin d’une âme sœur, qui puisse m’accompagner, que je puisse mériter, mais qui, en même temps, puisse mériter les sacrifices que j’ai faits. Cela vaut autant pour les hommes que pour les femmes. » Toujours selon lui, le changement de mœurs au Maroc a causé un changement dans les attentes que l’on a vis-à-vis d’un partenaire potentiel. « Autrefois, il y avait tant de distance entre les hommes et les femmes, quand il y avait un rapprochement, il y avait très vite de l’alchimie et cela pouvait aboutir à un mariage. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Maintenant, les couples se forment parce qu’ils ont des affinités. Et on pose des exigences. »

Une jeunesse de moins en moins jeune

14L’âge au mariage continue d’augmenter au Maroc. En 1982, il était en moyenne de 24,6 ans. En 2004, lors de la dernière étude à ce sujet réalisée par le Haut-Commissariat au Plan, il était de 28,7 ans (31,2 ans pour les hommes et 26,3 ans pour les femmes). La jeunesse est une période qui se prolonge de plus en plus. On finit ses études à un âge assez avancé et on habite plus longtemps au foyer parental. La distance entre vie amoureuse et vie conjugale devient plus grande. En 2011, le mensuel L’Economiste a publié une grande enquête sur la jeunesse au Maroc, qui donne une vision globale des circonstances dans lesquelles elle vit, mais aussi de ses espoirs, craintes et rêves : « La vie en famille n’empêche pas les jeunes d’avoir une vie sexuelle et une vie sentimentale. [...] La première relation sexuelle a lieu, pour 40 % des interrogés entre 14 et 16 ans, et pour 45 % entre 17 et 19 ans. Les jeunes draguent, couchent et aiment, mais ils hésitent à se marier. »

15Selon Mounib, les trentenaires marocains d’aujourd’hui ont beaucoup d’exigences : « Ils veulent un contrat de mariage en bonne et due forme, qui est un contrat d’engagement de vie, mais qui a aussi des aspects techniques. Pour un homme, par exemple : si je suis francophone, j’aimerais bien qu’elle parle français. Si je suis de culture francophone couplée avec ma culture islamique, j’aimerais une femme qui puisse un peu me comprendre dans les deux sens. Côté technique : je ne pourrai pas prendre en charge toutes les dépenses, donc j’aimerais une femme qui travaille et qui ne me dis pas que son argent, c’est juste pour elle ; c’est aussi pour aider, ou bien pour les enfants, pour le loyer, pour la voiture... J’aimerais aussi peut-être, si je suis financièrement à l’aise, une femme qui soit éduquée, qui soit diplômée, qui ait un certain niveau universitaire et qui peut accepter de rester à la maison. Inversement, pour les femmes, la première chose qu’elles cherchent chez l’homme, c’est l’ouverture d’esprit et l’attention, un homme qui puisse la protéger, mais qui en même temps, respecte le fait qu’elle a sacrifié des années dans les études, dans sa carrière professionnelle et qu’elle n’est pas prête de s’arrêter. Ce n’est pas parce qu’elle va se marier que sa vie va complètement basculer. »

16Les considérations décrites par Mounib sont confirmées par Jamila, qui explique aux lecteurs de L’Observateur qu’elle prépare son mariage, mais qu’elle se pose encore plein de questions : « Mon mariage sera-t-il réussi ? Serons-nous heureux, mon mari et moi ? La routine et les problèmes de la vie quotidienne ne tueront-ils pas nos sentiments ? Mon mariage ne sera-t-il pas affecté par mon travail et par ses horaires inhabituels ? Mon mari comprendra-t-il mes contraintes professionnelles ? »

Nouveau moyen de rencontre

17« Oh là, la gazelle, ça va ? Quelle beauté… ! Je peux t’accompagner ? Tu vas où ? » Même si des invitations de ce genre accompagnent chaque jeune femme qui se promène dans les rues d’une des grandes villes marocaines, une bent n-nas, une fille sérieuse, ne se fait pas accoster dans la rue. Elle peut éventuellement faire des rencontres à la fac ou dans la vie associative, mais pour beaucoup de familles des classes moyenne et supérieure, l’idéal est qu’elle se lie à quelqu’un qui fait partie de l’entourage familial. Bien que les vraies entremetteuses se fassent rares, il arrive encore souvent qu’un garçon demande à sa mère de lui chercher une épouse. Est-ce qu’une rencontre par internet peut constituer un moyen de rencontre alternatif ?

18Facebook connaît un grand succès au Maroc. Il n’est donc pas étonnant que la première activité sur le net soit le chat. A peu près la moitié des jeunes passe plus de dix heures par semaine devant l’écran (L’Economiste, 2011).

19Depuis plusieurs années, des sites de rencontre tels Muslima.com ou Meetarabic.com visent un public transnational musulman ou arabophone. Il n’y avait pas encore un site de ce genre pour un public strictement marocain. Pourtant, le succès de ces sites de rencontres transnationaux ou la popularité de la rubrique Rencontres, dans le magazine Telquel par exemple, montrent qu’il y a un marché pour des rencontres par l’intermédiaire des médias.

20Internet offre aux jeunes Marocains un moyen bon marché et accessible pour élargir leur monde. Dès l’introduction d’internet dans le royaume chérifien, les cybers se sont multipliés. Les jeunes, surtout les garçons, mais aussi les filles, y passent des heures entières. Le chat est leur passe-temps favori. Le Maroc compte 4 millions de facebookers dont 80 % sont des jeunes. On estime que les trois quarts des Marocains âgés entre 16 et 29 ans sont sur Facebook. La quasi-totalité (90 %) de ce groupe est sur MSN.

21Dans le programme de télévision Qissat Annas « Histoires de gens », Nezha raconte qu’elle reste souvent assise devant l’ordinateur de quatre heures de l’après-midi jusqu’aux petites heures du matin, au point qu’elle a du mal à se lever pour aller à l’école le lendemain. Adolescente, le world wide web lui offre la possibilité de rencontrer des gens avec qui elle peut parler de tout ce qui la préoccupe. Des choses qu’elle ne peut partager avec ses copines ou avec sa famille. « On peut parler de n’importe quoi. Je parle pendant un certain temps avec quelqu’un. S’il se connecte encore plus tard, on peut continuer de parler, sinon ce n’est pas grave. » Elle n’accepte pas forcément chaque personne qui lui envoie une invitation à se connecter, mais admet que cela la flatte quand on lui envoie une invitation. Un jour, la jeune fille de Marrakech fait la connaissance d’un Marocain résidant en France. Ils communiquent pendant huit heures, d’abord par chat, puis par Skype. Pour elle, c’est le coup de foudre. Pour lui, pas tout à fait, apprend-elle quelques jours plus tard. Sa déception est grande. Finalement, pour elle, on trouve beaucoup de menteurs sur internet. Kdoub, kdoub, kdoub, que des mensonges, résume-t-elle. Est-ce qu’il s’agit de mensonges délibérés, ou est-ce que l’on joue juste un peu avec son identité ? Nezha mentionne aussi qu’elle a fait elle-même des profils sous des noms différents.

Connotation négative

22De fait, les rencontres sur le net souffrent d’une connotation négative. On n’y trouverait que des garçons et des filles aux mœurs légères ou des gens qui cherchent juste un peu de distraction. L’Economiste (2011) analyse la drague sur internet ainsi : « Une fois le tour dans la cour des miracles d’Internet fait, on revient à la réalité. Pas de mecs (et de nanas) sur Internet, que des bouts d’âme qui essaient de vendre des bouts d’eux, le meilleur en général – ou le mensonge en fonction de ce qu’ils recherchent. Ce n’est pas net-net ces histoires. On ment et tout le monde sait qu’on ment. Tout le monde se parle, mais personne ne croit en personne. »

23Quelques couples qui se sont mariés grâce à une rencontre sur Analik ont envoyé une lettre de remerciement à Mounib, mais ils ne voulaient pas se manifester et participer à une campagne publicitaire. « Les gens sont mal à l’aise. Ils n’ont aucun souci à étaler toute leur vie sur Facebook. La seule différence est que sur Facebook, c’est une rencontre sociale, sur Analik, c’est une rencontre intime on va dire, et donc les gens pensent que c’est parce qu’on n’a pas pu trouver, on n’a pas pu se marier, qu’on vient en désespéré sur Analik. » Mounib, qui préfère parler de site de mariage à la place de site de rencontre, souligne qu’il s’agit juste d’un moyen pratique : on peut tranquillement consulter sa messagerie après une longue journée de travail, on a plus de choix, et on peut prendre le temps pour se connaître.

24Dans une discussion portant sur l’internet dating sur Yabiladi, Myriam dit qu’elle est d’accord avec cela : « Quand cela fait plusieurs années que vous cherchez à vous marier et que vous n’avez personne de votre entourage qui vous plaît et que vous ne vous imaginez vous marier avec l’un de ces tchatcheurs de rue, je suis désolée, c’est un moyen comme un autre. »

25Néanmoins, beaucoup d’autres internautes restent méfiants. Dans la discussion sur les rencontres sur le net, Ilham dit : « Comment on sait si quelqu’un est honnête dans son profil ? Qu’importe la durée durant laquelle tu chatches avec quelqu’un, tu ne vas jamais savoir s’il ne se présente pas différemment de ce qu’il est. J’espère à la fin rencontrer quelqu’un par mon travail, ou dans mon entourage, par l’intermédiaire des amis, de sorte que je sais d’où il est et de quelle famille il vient. »

26Elle relève un point important. Dans la société marocaine, le contrôle social joue un rôle important. Il y a beaucoup de méfiance et on a peur d’être trompé par quelqu’un qui cache ses vraies intentions. C’est pourquoi de bonnes références sont importantes. Celles-ci peuvent être constituées par le fait d’être élevé au sein d’une famille qui a une bonne réputation.

27Ce qui n’aide pas non plus à améliorer la réputation d’un site de rencontre est que beaucoup de Marocain(e)s utilisent quand même le net pour organiser une rencontre qui sert uniquement des buts physiques. Même si, selon les dires de Mounib, ce n’est pas le but d’Analik, on y trouve plusieurs profils de personnes qui ne sont clairement intéressées que par une relation sexuelle.

28Wiwa17, par exemple, se montre avec une épaule nue sur sa photo de profil et se décrit ainsi : « libre comme l’air, j’adore la nature et les gens qui lui ressemblent ». Dans le contexte marocain, cela risque d’être vu comme une invitation à une rencontre sexuelle éphémère.

29Le petit scandale qui eut lieu en 2011 en France a été néfaste pour la réputation des sites de rencontre musulmans : des internautes ont découvert que le site web Inchallah.com (Une rencontre, si Dieu le veut.com), qui se présente comme un site de rencontre destiné aux musulmans pieux, est géré par une entreprise qui exploite également des sites web échangistes, homosexuels et pornographiques.

Nouveaux modes de rencontre, anciennes valeurs

30Tous ces flirts sur internet n’aident pas non plus à avoir confiance en l’autre. Dans sa grande enquête sur la jeunesse marocaine, L’Economiste (2011) a inséré quelques questions sur les attentes qu’on a du sexe opposé. A la question « Qu’est-ce qui vous empêche de vivre tranquillement une relation amoureuse ? » la réponse le plus souvent donnée est « manque de confiance en la personne concernée », suivie par « manque de fidélité ». Pour la question « Qu’est-ce qui vous gêne chez l’autre ? » c’est le même son de cloche : 44 % des garçons considèrent les filles indignes de confiance, menteuses et pas sérieuses ; 43 % des filles considèrent que les garçons sont infidèles et ne pensent qu’au sexe.

31Cette méfiance n’est pas très étonnante quand on sait que les jeunes ne sont pas très honnêtes avec eux-mêmes. Tandis que 85 % des jeunes trouvent les relations sexuelles hors mariage inacceptables (L’Economiste 2011), il est estimé que la majorité des Marocains a eu des expériences sexuelles avant le mariage.

32La jeunesse marocaine des classes moyennes citadines semble souffrir de plusieurs maux sociétaux. Dans la presse marocaine, on peut lire de nombreux articles sur la schizophrénie des Marocains, le retour au conservatisme de la jeunesse marocaine ou les angoisses des jeunes Marocains. Il semble que l’on soit témoin d’une vraie crise sociétale. « Il est difficile de dénicher le compagnon de vie idéal, dans une société patriarcale où la place économique et politique grandissante des femmes et leurs revendications égalitaires déstabilisent les hommes et perturbent les codes de genre et les rôles traditionnels. Il est ensuite onéreux de fonder une famille, d’élever des enfants, et compter sur eux pour entretenir ses vieux jours comme dans le Maroc de nos aïeux frise l’utopie (L’Observateur, 2011). »

33Quand je demande à Mounib si la génération actuelle de trentenaires ne risque pas de se perdre entre un nouveau et un ancien système de valeurs, il sourit ironiquement : « C’est déjà le cas ! Le Marocain moyen et la Marocaine moyenne sont entrés dans la mondialisation par effraction, en utilisant pleins de raccourcis. Ils se retrouvent avec une offre énorme de connexions, et pour l’instant, on est dans une transition très perturbante pour beaucoup de Marocains et Marocaines. Ecoutez ce qu’ils disent : Zwaj f-internet (« le mariage est sur internet »). Le fait de dire cela montre que les idées ne sont pas claires. On ne se marie pas sur internet. Internet est un premier contact qui permet d’augmenter le choix d’une manière pratique. »

Le virtuel reflète le réel

34Mais rares sont les Marocains qui utilisent internet de cette façon, avec un but bien précis, soutenu par une stratégie bien précise. « Tu essayes le net, puis tu laisses tomber, puis tu reprends espoir de rencontrer quelqu’un de bien, “juste quelqu’un de bien”, et tu t’y remets, et puis ça te re-dégoûte, puis tu acceptes ton temps, ton propre changement. Plus fort que toi. Mais plus fort que tout : Internet, tu t’y remets, et tu abandonnes et finis par t’y remettre comme tout le monde (L’Economiste, 2011). »

35Nezha, une autre participante au programme de télé Qissat Annas, décrit l’internet comme un moyen idéal pour passer du temps. Il semble que les Marocains se soient rués en masse sur le web pour y faire de longs voyages de découverte. Après ces premières expériences assoiffées, on commence maintenant à réfléchir sur les effets de l’internet sur la société. Des codes sociaux pour l’utilisation du net commencent à s’installer, et l’internet devient de plus en plus un reflet de la société réelle.

36Les sites de réseautage tels LinkedIn et Facebook sont des environnements clos où se créent des petites communautés qui ont souvent un lien direct avec le monde réel. Ils permettent de voir avec quelles personnes on est déjà en contact et si on a des connaissances en commun. Sur Facebook, on trouve souvent beaucoup d’informations personnelles qui peuvent donner une image assez complète de la personne en question. Ainsi, la nécessité de se renseigner dans son entourage pour savoir à qui on a affaire se fait moins sentir.

37Par contre, les sites de rencontre et les forums de discussion ouverts sont une projection virtuelle de la rue. Finalement, l’ambiance n’y diffère pas beaucoup du boulevard Mohammed V, un soir d’été. On se parle brièvement, on échange quelques mots, pour continuer ensuite vers une autre personne, en espérant qu’il y a un poisson qui mord – voire plusieurs. On y trouve de tout, mais pour éviter les garçons qui draguent de façon agressive et incivile, ou les filles qui ne sont pas sérieuses, il vaut mieux se diriger vers un café où on a rendez-vous avec des collègues – ou sur sa page Facebook, qui peut ressembler à un café ou un salon privé où on se rencontre pour une soirée conviviale mais décente. Internet a élargi le monde, mais au final, la plupart des jeunes des classes moyenne et supérieure semblent vouloir respecter les normes conservatrices en vigueur dans la société marocaine. Un époux (ou une épouse), on le trouve de préférence dans la vie réelle, où son « profil » a été testé par des proches fiables.

38Lorsque je parlais avec Hicham Mounib en 2012, il me confiait que son projet Analik ne se portait pas très bien. Il estimait que son idée avait peut-être été trop en avance. Effectivement, le site n’est plus en ligne depuis le début de l’année 2014, puisque les résultats ont été décevants. Pourtant, les gérants du site Inchallah semblent avoir appris quelque chose de l’exemple posé par Analik : le slogan « Une rencontre, si Dieu le veut » a récemment été changé pour « Un mariage, si Dieu le veut ».

Bibliographie

Van de Bovenkamp E., « Marokkanen huiverig voor datingsite », Trouw, 18 septembre 2012.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable