Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Les ouvrières chefs de foyer : entre « la modernité » du réel et le souhaitable « traditionnel »

Leïla Bouasria

Texte intégral

Hafida : sur les traces de la femme au foyer

1Hafida se tenait immobile devant la grande mosquée du kariyan (bidonville) Toma de Sidi Moumen, lieu prévu de notre rencontre. En me voyant arriver, elle me fait un petit signe de la main et avance vers moi d’un pas décidé. Vêtue d’une djellaba marron, son foulard noir laissait échapper quelques mèches de cheveux teintes en blond. Elle esquisse un sourire forcé que dément son regard hagard et ses traits épuisés. Soulagée de la voir, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’elle allait encore une fois s’excuser en prétextant le manque de temps comme lors de chacun de nos rendez-vous. Hafida a un emploi du temps chargé d’ouvrière dans une usine de confection. Après avoir échangé quelques formules de politesse, elle s’empresse de me préciser qu’elle était en mise à pied de trois jours pour absence injustifiée. Elle ajoute, en feignant l’indifférence, que ce genre de sanctions met une trêve à son rythme de vie effréné. Devant mon insistance pour l’accompagner chez elle au bidonville, Hafida me fait comprendre clairement que les conditions d’habitat rendraient impossible une discussion à deux. Nous avons vite pris la décision de nous rendre au local d’une des associations du quartier.

2En rentrant dans une des salles où sont données d’habitude des cours d’alphabétisation, Hafida m’indique du doigt une rangée de chaises en me proposant de les rapprocher pour s’asseoir l’une à côté de l’autre. Elle s’empresse de préciser, comme pour s’excuser d’avoir décliné ma proposition de nous rendre chez elle, qu’elle continue de rêver d’un logement décent mais qu’elle n’arrive pas à épargner pour payer une avance de 30 000 dirhams nécessaire pour l’acquisition d’un appartement dans un des lotissements voisins. Les jeux sociaux d’acquisition de logement ainsi que tous les subterfuges qui les entourent sont l’un des sujets favoris de Hafida. Les lotissements font rêver tout le monde : leur avènement a fait naître des espoirs chez tous ceux qui vivent dans l’attente des projets de relogement qui tardent à se concrétiser.

3Tout en secouant la tête comme pour chasser ses soucis, Hafida pose son sac à main sur la table et poursuit avec ses problèmes d’argent. Elle raconte comment elle a pris entièrement en charge son ex-mari au chômage pendant plusieurs années, alors qu’ils étaient encore mariés :

« Je faisais tout pour que mon mari ne se sente pas redevable ou rabaissé (Maihesch benneqs), pour qu’il n’ait besoin de rien […] il n’avait même pas à demander, je lui donnais même l’argent de poche pour qu’il sorte au café avec ses copains. Quand on recevait du monde à la maison et qu’on avait besoin de quelque chose de l’épicerie, je lui donnais de l’argent discrètement pour qu’il crie tout haut devant les autres “ramène telle ou telle chose” (a flan jib). Pour la fête du mouton (‘aid leqbir), j’attendais que tout le monde achète le mouton, avant de lui donner de l’argent pour aller en acheter un plus grand que tous. »

4Leur vie prend une nouvelle tournure lorsque son mari réintègre le marché du travail : en effet, dès que ce dernier trouve du travail comme chauffeur-livreur dans une société, le conflit éclate :

« Quand mon mari a trouvé un emploi, je fus déçue de l’entendre me demander de partager les dépenses à moitié, […] moi qui avais passé plus de cinq ans à l’entretenir en attendant le jour où il allait sortir de cette situation et me reposer un peu. Je peux dire que c’était l’une des causes principales du divorce, son manque de reconnaissance. Il a osé me dire “maintenant c’est 50/50”, alors que je l’ai entretenu pendant toutes ces années sans contrepartie. »

5Hafida a fait preuve de générosité exempte de tout calcul durant la période de chômage de son mari, et au moment où ce dernier trouve un emploi, elle ne se contente pas de rééquilibrer la balance des contributions conjugales mais exige plutôt un droit de reconnaissance en exigeant qu’il reprenne à sa charge la totalité des dépenses.

6Hafida s’est trouvée obligée de travailler à l’âge de 19 ans, après maintes tentatives de décrocher le bac. Elle prend alors la place de sa sœur, après le départ de celle-ci pour la Libye. Cette dernière, en lui cédant son poste d’ouvrière, lui passe la relève de l’entretien financier du foyer. Autrement dit, bien avant les responsabilités inhérentes au mariage, Hafida a dû affronter la dépendance de ses parents à son égard. Elle espérait peut-être, en se mariant, se soustraire à cette pression, mais son mariage n’a fait que perpétuer voire accentuer ce modèle de dépendance.

7Il est intéressant de noter que, alors que Hafida s’est battue pour subvenir aux besoins de sa famille puis à ceux de son mari, cette autonomie par rapport à toute forme de dépendance financière ne correspondait, pour elle, qu’à une période provisoire du cycle de vie. Elle guettait toujours l’occasion de se conformer à un rôle conventionnel de femme au foyer, qui ne lui a, paradoxalement, jamais été assigné.

8En réintégrant la catégorie des couples à deux contributeurs, Hafida ne souhaite d’ailleurs pas réajuster uniquement son organisation financière en l’équilibrant, mais refuse catégoriquement que son salaire soit mis en commun en insistant pour retrouver les rôles “suspendus” de l’homme principal pourvoyeur et de la femme au foyer. La rupture du lien sanctionne clairement le non-aboutissement de ce projet de vie, qui signait pour elle la possibilité de réintégrer son rôle traditionnel.

9Ainsi, pendant toute la période de chômage du mari de Hafida, des efforts ont été consentis pour le soutenir tout en ménageant sa susceptibilité. Les expressions dans le récit de Hafida traduisent fortement la mise à mal identitaire qui accompagne ce processus de renversement de rôle : « Maihesch benneqs : ne se sente pas rabaissé ». 

Hanane : salaire d’appoint et stratégies de renégociation

10Alors que Hafida, insatisfaite du renversement du modèle traditionnel, s’accroche à des marques identitaires ne serait-ce que pour maintenir l’illusion d’une répartition de rôles indépassable, Hanane, également ouvrière dans une grande société de confection à Ain Sbaâ, évite de mettre en scène cette réversibilité afin de rendre moins visible l’écart entre le souhaitable et le réel.

11Le jour où Hanane, profitant de l’absence de son mari, m’a invitée chez elle, elle parlait à voix haute en agitant les mains dans tous les sens comme pour prendre sa revanche sur une parole ordinairement feutrée. Son fils, âgé de 12 ans, la regardait du coin de l’œil, feignant ne pas prêter attention à notre conversation :

« Mon mari est peintre (sebbagh) et travaille plus souvent l’été, l’argent lui sert juste pour acheter les cigarettes (‘iseur ghir bach iqmi’). La vérité, je suis fatiguée de vivre dans les problèmes alors que lui n’est pas là. Au début je lui disais “sois un homme” (qoun rajel) cherche un autre boulot en parallèle, quitte à vendre des cigarettes au détail […] mais maintenant je veux juste la paix. Je lui demande d’ailleurs de se prendre juste en charge. »

12C’est ainsi que Hanane finit par appréhender le salaire masculin comme un salaire d’appoint qui permet au mari de couvrir ses dépenses personnelles. Ainsi conçu, c’est plutôt le salaire de l’ouvrière qui est défini comme le salaire familial de base. Dès lors, Hanane, à l’instar de beaucoup d’autres ouvrières, finit par accepter que l’argent de son mari constitue plus une économie pour elle qu’un surplus pour le ménage.

13Selon Hanane, l’injonction signifiée à son mari d’être « un homme » implique qu’il prenne en charge a minima ses propres dépenses. Pour faire face à ce brouillage identitaire, les ouvrières jonglent entre stratégies de dissimulation et attachement aux attributs “indépassables” d’une identité masculine.

14L’idée qui émane des propos des ouvrières semble parfois moins tenir à une catégorie d’identification interne qu’elle ne semble obéir à un cadre social qu’elles prennent soin de perpétuer à travers des gestes subtils. Ces différentes formes de dissimulation (donner l’argent sans que le mari ait à le demander, donner l’argent pour qu’il dépense directement, donner l’argent pour acheter le plus grand mouton) demeurent un puissant régulateur des interactions dans la gestion des rôles investis par chacun. La sauvegarde du secret familial (ster) et les négociations de rôles non conventionnels ou hors normes deviennent le recours ultime, non seulement pour sauver la face, mais aussi pour ne pas exposer une pratique en la publicisant. Le statut de pourvoyeuse, en restant confiné dans le privé, ne donne pas l’impression d’un renversement de rôle définitif qui risque d’ébranler l’édifice identitaire masculin.

Fatima : les attributs infranchissables du féminin et du masculin

15Ceci dit, la maîtrise des formes d’identification et des attitudes à tenir est déterminante dans la légitimation d’une identité. Hafida donne un exemple très intéressant concernant l’achat du mouton de l’aïd, qui demeure à forte spécialisation sexuelle. Ses propos renvoient à d’autres qui mentionnent l’achat du mouton (ou l’achat de l’aïd comme elles disent) en tant que dernier bastion masculin des dépenses, notamment à ceux de Fatima. Cette dernière est chef de ménage et dit s’occuper de tous les frais sans exception, sauf de l’achat du mouton qui fait partie des obligations financières masculines incompressibles et non négociables.

« Je m’occupe de presque tout à la maison (ana hazza leham koullou), sauf le mouton […]. C’est mon mari qui achète le ‘aïd et moi je m’occupe des épices. Il n’a qu’à se débrouiller par n’importe quel moyen sinon il ne reste plus d’hommes (mabqa rajel). »

16Il est intéressant à relever ici que, malgré la non-conformité du couple aux rôles « traditionnels », certains attributs « fixes et restrictifs » demeurent fortement associés à la définition du féminin et du masculin. C’est comme si Fatima était à l’affût de « marques identitaires » qui confirment l’impossibilité d’une circulation de rôles entre elle et son mari. Autrement dit, s’accrocher aussi obstinément (d’une façon ou d’une autre) à une dimension indépassable de cette différenciation (dans ce cas, l’achat du mouton) est une manière de décréter l’écart infranchissable des rôles.

17Le deuxième extrait de l’entretien avec Fatima est ponctué de références à la question identitaire :

« Je suis l’homme de la maison (ana rajel dial dar), ils ne font rien sans me le dire et je m’occupe de tous les frais de la maison. J’achète même au mari ses vêtements (ana lli qanqssih). Je l’ai même beaucoup aidé dans ses débuts et j’ai même puisé dans mes épargnes pour lui acheter une voiture et la marchandise pour commencer à vendre. Après, comme il n’arrivait plus à gérer et qu’il ne s’en sortait plus, il l’a vendue. Il me doit au moins 60 000 dirhams. Là, je suis fatiguée, je fais exprès parfois de limiter ma contribution dans les courses quotidiennes pour le pousser à se débrouiller un peu tout seul, […] je me suis épuisée de le voir compter sur moi, […] d’ailleurs ma belle-famille aussi reconnaît ce que je fais et les gens disent « elle l’a soutenu comme un homme l’aurait fait » (uqfat m’ah uqfa derrjal). »

18En établissant un parallèle entre le soutien économique et le devoir de l’homme, Fatima remet en question le fondement identitaire masculin et rabaisse ainsi son mari à une position infantile (« je lui achète ses vêtements », « le pousser à se débrouiller tout seul »). Les dépenses sont ainsi très liées aux identités qui sont dévalorisées ou dénigrées selon l’usage fait de l’argent. L’image de la virilité masculine patriarcale étant fortement liée à « la puissance économique » et la féminité au statut de consommatrice, les renversements de rôle sont toujours sources de conflits quand ils s’avèrent non conformes aux images associées aux identités masculines et féminines.

19Ces récits montrent à quel point le processus d’autonomisation est en négociation, à l’image non seulement des parcours professionnels discontinus des ouvrières, mais aussi des représentations upersonnelles qu’elles se font des rôles non conventionnels assumés mais perçus toujours comme transitoires. En effet, les représentations des ouvrières traduisent souvent une envie de rester fidèles à un rôle traditionnel. A travers leurs différentes façons de justifier ce renversement de situation, les ouvrières cherchent à rétablir l’homme dans son rôle de pourvoyeur et soulignent le caractère temporaire de l’inversion de rôle actuelle.

Samira : la dimension genrée du salaire féminin et « l’hybride insolent »

20Il serait intéressant d’évoquer le cas de Samira qui, contrairement à Hafida, a accepté de prendre en charge une partie des dépenses du foyer, même après le retour de son mari au travail. La contribution de Samira aux finances familiales, par contre, a pris une dimension genrée et elle insiste, à travers son récit, sur l’allocation de son salaire à des dépenses domestiques servant à couvrir les frais d’école, les heures supplémentaires et les frais personnels des enfants.

« Moi je m’occupe des filles […] je paye leur école, leurs livres, les heures supplémentaires […] je me sacrifie pour mes enfants, je veux qu’ils aillent à l’école […] je ne veux pas qu’ils souffrent comme moi. […] Au fait, je suis plus à l’écoute de leurs besoins. […] Mon mari me dit “tu fais quoi avec ton argent ?” […] Il aurait aimé peut-être que je mette tout mon salaire entre ses mains. […] Il me dit souvent “tu aurais pu rester à la maison et t’occuper de tes enfants […] ça aurait été mieux”. Je lui réponds justement que c’est pour mes enfants que je supporte tout ça. »

21Le mari de Samira dénonce le travail professionnel de la femme « au nom de l’intérêt de l’enfant » mais, aux yeux de Samira, c’est bien au nom de son intérêt aussi que le travail se retrouve valorisé. En minimisant ainsi le rôle du salaire féminin dans l’économie familiale, le mari rend la fonction remplie par l’épouse à travers sa contribution financière subalterne au regard de la fonction de mère/épouse. L’ouvrière, par contre, précise que son travail sert à couvrir les besoins de ses filles et à leur assurer un meilleur avenir. Ce glissement du sens conféré à la maternité, du caregiving au breadwinning, peut être interprété comme le moyen de résoudre l’équation de cette « ubiquité impossible » (Chekroun, 1996).

22En ce sens, bien que certaines ouvrières assument le rôle de principales pourvoyeuses, leurs efforts ne sont toujours pas versés au registre de leur féminité. Et pour cause : la reconnaissance conceptuelle de cette réversibilité des rôles équivaut à remettre en évidence la dissymétrie identitaire entre les sexes. Le rôle de pourvoyeur de revenus est donc au centre de la construction de l’identité masculine et le fondement même d’un contrat de mariage.

23Samira habite le quartier Moulay Rchid et a deux enfants. Son mari a quitté l’usine dans laquelle elle travaille suite à une mise à pied qu’il n’a pas accepté. Il n’a trouvé un poste qu’au bout de trois ans, en tant que gérant d’un restaurant où il travaille surtout le soir :

« La famille de mon mari avoue que je suis « une femme et demi » (mra uness), même si je travaille à l’extérieur, ma maison est toujours bien rangée, mes enfants sont propres, (…) je trouve même le temps de repasser les chemises de mon mari, je n’aime pas qu’il parte au travail avec des habits froissés. »

24Le regard d’autrui est encore une fois le témoin qui renforce les différenciations et rend légitime la répartition inégalitaire des charges domestiques. De prime abord, la manière dont Samira insiste sur l’importance de rendre « visible » ou théâtraliser son rôle de « fée du logis » (hadga) aux yeux des autres renvoie à la notion d’honneur féminin, dont la déchéance peut être occasionnée par la défaillance de l’ouvrière à son devoir de maîtresse de maison.

25Revenons à l’expression mra uness qui témoigne de la surcharge assumée par Samira. Cette expression traduit également le passage à un nouveau modèle de conciliation entre les responsabilités externes liées au travail et celles liées au foyer ainsi qu’à la multiplicité des rôles féminins. L’analyse de l’expression mra uness est d’autant plus intéressante qu’elle traduit le renforcement d’une identité féminine d’emblée mise en évidence par les pratiques. L’homme qui travaille en s’attelant aux tâches féminines risque de « devenir une femme », mais la femme qui assume les deux rôles, si elle ne devient pas « un homme », tombe dans une catégorie intermédiaire.

26Samira n’oublie pas qu’elle a dû assumer pendant trois ans le rôle de pourvoyeuse de revenus au moment où son mari était au chômage. Cela ne l’a pas empêchée de continuer à assumer son rôle « féminin » avec brio. Ceci dit, la transformation du contexte qui a poussé Samira à assumer le rôle de « pourvoyeuse », tout en restant fidèle à son rôle féminin de bonne maîtresse de maison, risque de stimuler un processus de réorganisation identitaire que l’identité féminine figée et unifiée semble incapable d’assumer, d’où l’émergence d’une nouvelle catégorie, mra uness, où va se loger toute cette dynamique identitaire. Ce dédoublement étant étranger à la conception de l’identité féminine, il est schématisé comme un débordement qui doit verser dans une nouvelle catégorie.

Contraintes et illusions dans l’entre-deux de l’autonomie féminine

27Les images que nous renvoient Hafida, Hanane, Fatima et Samira fourmillent d’indications sur un renversement de rôles transitoire. L’analyse des négociations de rôles dans le cas de l’ouvrière principale pourvoyeuse de revenus exige de prendre en compte simultanément les injonctions sociales contenues dans un jeu de rôles conventionnel et les stratégies déployées pour le renforcer, le reproduire ou le remettre en question. De ce point de vue, il est intéressant de relever la manière dont les ouvrières essayent de se conformer aux attentes de genre, même si, dans la pratique, elles ne sont plus des « soutiens économiques secondaires ». Il faut, néanmoins, se garder de deux écueils : considérer les stratégies féminines comme partie intégrante d’un processus d’émancipation des rôles dits « traditionnels » et concevoir le processus d’autonomisation comme un processus linéaire et continu. En ce sens, certaines ouvrières maintiennent l’illusion d’un renversement de rôles transitoire, à l’image du travail perçu également comme provisoire dans l’attente d’une réhabilitation de l’ordre conventionnel. D’autres s’affranchissent définitivement de toute éventuelle dépendance, dans la mesure où la finalité de leurs efforts n’est plus à inscrire dans (ou encore : la finalité de leurs efforts ne se comprend plus selon des logiques…) des logiques propres aux rôles sociaux traditionnels. Si processus d’autonomisation il y a, il se heurte au nombre de contingences rencontrées par les familles : contexte économique du pays, aléas du marché de l’emploi, prégnance des normes sociales, etc. Dans ces conditions, l’entre-deux à l’intérieur duquel se déploie l’autonomie féminine, entre « la modernité » du réel et le souhaitable « traditionnel », constitue un espace d’expression privilégié pour la négociation des rôles au sein des couples.

Bibliographie

Bouasria L., Les Ouvrières marocaines en mouvement : qui paye ? Qui fait le ménage ? Et qui décide ?, Paris, l’Harmattan, 2013.

Chekroun M., Famille : état et transformations socioculturelles au Maroc, Rabat, CERED, 1996.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable