Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Les municipales de 2009 : une ethnographie côté femmes

Yasmine Berriane

Texte intégral

1A l’entrée de la maison, Souad accueille ses invitées de manière chaleureuse. Elle porte un caftan noir et un foulard en couleurs et paillettes qui recouvre ses cheveux à la manière d’un turban. Dans ce quartier de la banlieue industrielle de Casablanca, elle est surtout connue pour ses talents d’organisatrice de mariages (naggâfa), mais, en ce mois de juin 2009, elle fait plutôt parler d’elle comme candidate aux élections locales. La liste électorale du parti de gauche qu’elle co-représente est composée de quinze hommes et de huit femmes. Ces dernières font toutes partie des invitées conviées à la rencontre que, ce jour-là, Souad a organisée dans le petit appartement de rez-de-chaussée qui lui sert de domicile et de lieu de travail. Dans le cadre convivial et informel qu’offre cette habitation, les huit candidates s’apprêtent, comme presque chaque jour depuis le 30 mai (début officiel de la campagne électorale), à convaincre les invitées de voter pour la liste qu’elles représentent.

2Souad et ses colistières font partie de plus de 20 000 candidates à se présenter lors des élections locales de 2009. Leur nombre est plus de trois fois supérieur à celui de 2003, année du précédent scrutin local. Cette hausse spectaculaire s’explique surtout par l’introduction d’un nouveau système de quota devant garantir une augmentation de la représentation féminine dans les conseils communaux. En plus des listes habituelles (dites « principales »), la loi prévoit dorénavant, dans chaque circonscription, une liste « additionnelle ». Or, à l’issue d’un accord informel conclu entre les partis politiques, cette dernière a été réservée aux candidates femmes. Un système semblable avait déjà été appliqué lors des élections législatives de 2002 et de 2007 : l’introduction de listes nationales réservées aux femmes avait alors permis d’atteindre une représentation féminine d’au moins 10 % au sein du parlement. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre des multiples réformes introduites cette dernière décennie pour améliorer le statut des femmes et promouvoir leur participation politique ; contribuant par-là à la construction de l’image d’un Maroc qui « change » et qui « bouge ». Au lendemain du scrutin de 2009, la stratégie semble d’ailleurs avoir abouti : le taux de femmes élues passe de moins 1 % à plus de 12 %, et certains commentateurs y voient même l’avènement d’un « temps des femmes ».

3Je propose ici d’aller au-delà de cette augmentation quantitative pour décrire, plus en détails, le processus qui a abouti à ce résultat. Pour ce faire, je me baserai sur des observations de type ethnographique faites durant la campagne électorale de trois partis politiques, à Sidi Bernoussi et Sidi Moumen (deux arrondissements populaires situés dans la périphérie de Casablanca). En partant d’exemples tirés de la campagne de Souad et de ses colistières pour lesquelles j’ai choisis ici des noms fictifs, j’illustrerai comment les candidates de ces partis ont été sélectionnées et ont fait campagne. Par la même occasion, je tenterai d’identifier ce que nous apprennent ces processus sur les reconfigurations effectives à l’œuvre durant cette période et, de manière plus générale, sur la manière dont le changement s’effectue aujourd’hui au Maroc.

Faire campagne « en privé »

4Le salon de Souad se remplit peu à peu. Les convives – des voisines, amies ou encore d’anciennes clientes – s’installent sur les matelas traditionnels drapés d’un tissu de couleur ou sur les chaises en plastique qui ont été rajoutées pour l’occasion. Au fond de la pièce exiguë, un rideau de fortune cache tant bien que mal le matériel que Souad utilise pour son travail : des caftans, des plateaux et toutes sortes de vaisselles et d’ustensiles. Deux tables sont dressées au milieu de la pièce. Elles sont garnies de jus de fruits et de friandises que des enfants accompagnant leur mère s’amusent à chaparder. Je suis assise près de Habiba, directrice d’une crèche et colistière de Souad. Autour de nous se sont installées les autres candidates. Nous faisons face au reste des convives. Certaines d’entre elles sont silencieuses, d’autres participent à une discussion conviviale et décontractée sur le mariage et les qualités que devraient avoir un bon mari. Pendant ce temps, Souad sert du café, du thé et des pâtisseries.

5Près d’une heure après notre arrivée, la deuxième partie de la rencontre peut commencer. Face à un auditoire composé d’une vingtaine de femmes, les candidates prennent une à une la parole pour promettre des changements de fond et encourager les convives à voter, le 12 juin, pour le symbole du parti qu’elles représentent. La tâche est loin d’être facile. Dès le début des discours, le ton de la rencontre change nettement. La tension est palpable, et les questions que les convives adressent aux candidates reflètent l’insatisfaction, la méfiance et parfois même la colère des femmes qui composent l’auditoire. Elles critiquent les précédents élus, rappellent les promesses non tenues, les affaires de corruption et les problèmes qui continuent à toucher le quartier : les routes non goudronnées, les poubelles qui ne sont pas régulièrement ramassées, la drogue qui circule dans les écoles, l’insécurité et surtout le chômage dont souffre chaque famille. Pourquoi les choses seraient-elles différentes cette fois-ci ? Pendant que les candidates s’évertuent à répondre aux questions et à essayer de convaincre l’auditoire, Souad garde un œil vigilant sur l’assiette et le verre des convives, resservant ces dernières au besoin.

6La discussion dure plus d’une heure. Petit à petit, la tension s’atténue. Elle laisse place au moment le plus convivial de la rencontre. Quelques convives s’approchent des candidates, les prenant à part pour décrire, en chuchotant, la situation difficile dans laquelle elles se trouvent et pour demander aide et conseils. Pendant ce temps, des instruments à percussion font leur entrée dans la pièce. L’ambiance se réchauffe. Les femmes chantent les slogans du parti, et Souad dance. Puis, petit à petit, la pièce se vide. La majeure partie des convives s’en va. Quelques-unes restent pourtant avec les candidates qui se sont rassemblées devant la maison de Souad, attendant l’arrivée du cortège des candidats hommes qu’elles accompagneront durant le restant de l’après-midi dans les rues du quartier. A la tête du cortège se trouve le candidat numéro deux de la liste principale. Il est entouré d’un groupe d’hommes qui marchent devant, interpellant les passants, distribuant les tracts et apaisant les tensions lorsque la rencontre avec le cortège d’un candidat adverse menace de se transformer en altercation violente. Quant aux candidates et leurs supporters femmes, elles marchent à l’arrière du cortège, chantant et clamant les slogans du parti.

7La scène qui se déroule dans le salon de Souad montre qu’au-delà des espaces publics de campagne, il existe des espaces alternatifs réservés aux femmes. Communément appelées « réunions féminines », ces rencontres représentent le principal cadre dans lequel s’est déroulée la campagne électorale des candidates que j’ai soit accompagnées soit rencontrées en 2009. Certaines d’entre elles (telles Souad et ses colistières) organisaient elles-mêmes et à domicile leurs réunions féminines. Les frais étaient pris en charge par les deux têtes de liste (hommes). D’autres – candidatant pour des listes aux moyens plus importants – faisaient le tour de réunions féminines organisées par des relais locaux payés par les principaux candidats de la liste pour identifier et engager des femmes (ou familles) pouvant prendre en charge, moyennant finances, l’organisation de telles rencontres. Certaines candidates se sont d’ailleurs limitées à ce type de réunions féminines, ne se joignant pas au cortège du parti qui traversait quotidiennement les quartiers de l’arrondissement. D’autres, comme Souad et ses colistières, accompagnaient les cortèges mais en marchant souvent en deuxième position et sans investir la place centrale de la procession réservée aux deux têtes de liste hommes.

8Le caractère privé de ces réunions féminines est indéniable. Elles se déroulent dans l’espace intérieur des maisons et rassemblent des femmes qui sont accueillies comme des connaissances proches, conviées à un moment d’échange convivial et de sociabilités quotidiennes. Les rafraîchissements, les friandises et les discussions informelles renforcent cette image. La dimension privée s’exprime aussi par le caractère genré de ces rencontres : en général, seules les femmes et les enfants sont conviés, et les très rares fois où des hommes étaient présents aux réunions auxquelles j’ai assisté, il s’agissait des « hommes de la maison » (mari, fils ou encore père de l’hôtesse). D’ailleurs, en l’absence d’hommes, certaines des convives n’hésitaient pas à retirer leur hijab pendant ces rencontres ; un geste qui indique qu’elles se trouvent dans un espace considéré comme étant intérieur et protégé du regard des hommes. Pendant ce temps, la campagne des candidats hommes se déroule à la fois dans des espaces publics (la rue, les cafés, les places publiques, etc.) et dans la sphère intérieure des maisons où ils s’adressent à des auditoires masculins, féminins ou mixtes.

9Cette distribution genrée du travail de propagande électorale nous permet d’identifier les mécanismes de reproduction des catégories et des hiérarchies de genre à l’œuvre pendant la campagne des trois listes observées. Alors que celle menée par les candidats hommes touche à l’ensemble de l’électorat (hommes comme femmes) et se déroule dans des espaces tant intérieurs qu’extérieurs, celle conduite par les femmes est avant tout une campagne sectorisée et invisible qui se déroule en privé et ne s’adresse qu’à une partie (féminine) de la société. Cette distribution vient renforcer l’idée très répandue selon laquelle la liste additionnelle, aussi appelée « liste féminine », serait hiérarchiquement inférieure à la liste principale, aussi appelée « liste des hommes ». Non seulement les candidates qui composent la liste additionnelle y auraient été catapultées pour « la seule raison » d’être des femmes, mais cette liste ne viendrait que « compléter » la liste principale. L’organisation genrée de la campagne électorale se retrouve aussi dans les discussions et argumentaires développés par les candidates durant les réunions féminines. Les caractéristiques féminines s’y transforment alors en ressources. Pour convaincre leurs auditrices, les candidates mettent l’accent sur les compétences spécifiques des femmes : leur soucis de la famille et de la communauté, leur sensibilité pour les problèmes affectant femmes et enfants et, enfin, leur intégrité et honnêteté. C’est en votant pour des candidates femmes, expliquent-elles, que la politique sera renouvelée et nettoyée des nombreux vices qu’y ont introduits les hommes. Cet argumentaire sert, certes, à convaincre leur auditoire à voter pour des candidates femmes, mais il tend, par la même occasion, à reproduire les stéréotypes qui sont à la base de la construction sociale des hiérarchies entre les sexes.

10Il serait toutefois réducteur de limiter les réunions féminines à leur caractère privé et sectorisé sans y voir (aussi) des rencontres qui, par leur objectif et leur portée, sont surtout d’ordre politique et public. En effet, la distinction faite habituellement entre espace privé et espace public masque la fonction éminemment politique de certains lieux intérieurs. Ainsi, le côté festif et informel de ces rencontres privées sert à inscrire la propagande dans des pratiques relationnelles de sociabilité quotidienne qui brouillent la dimension politique du moment électoral. Par conséquent, ces pratiques servent aussi à apaiser les tensions et à atténuer le rejet qu’engendre la politique partisane chez une grande partie de la population. Affaiblis par plusieurs décennies de restrictions et de fragmentation de la sphère partisane, les partis politiques ont en effet perdu de leur légitimité dès la fin des années 80 ; une tendance qui s’exprime, à chaque scrutin, par un faible taux de participation et un nombre important de votes blancs (Tozy, 2004). Les références aux qualités féminines ouvrent la possibilité d’un renouvellement de la politique qui passerait par l’inclusion des femmes (en tant que « nouvelles entrantes non corrompues ») à la prise de décision. En excluant les hommes, ces rencontres permettent, enfin, de créer des lieux de sociabilité dans lesquels les femmes qui n’ont pas l’habitude de fréquenter les espaces mixtes de la propagande électorale sont sensibilisées au déroulement des élections, encouragées à participer à ces dernières, invitées à discuter des problèmes et des besoins du quartier et confrontées aux discours diffusés par les formations politiques.

L’association comme tremplin

11Les femmes représentées sur la liste de Souad ont des profils très différents. Souad a la quarantaine. Elle est mariée et gagne sa vie en organisant des mariages. Habiba et Karima sont toutes les deux divorcées. L’une dirige une petite crèche de quartier, et l’autre enseigne la couture depuis qu’elle a perdu son emploi dans une usine de textile. Lhâjja est la plus aisée du groupe. Son mari est médecin et, avant de prendre sa retraite, elle travaillait comme infirmière. Alors que Souad vit dans la partie la plus pauvre du quartier, Lhâjja habite une petite villa dans la partie la plus cossue de l’arrondissement. Mais, malgré ces différences, les huit colistières ont plusieurs points communs.

12Elles sont quasiment toutes novices en politique. Mise à part Habiba, aucune des autres sept candidates n’était membre d’un parti avant le début de la campagne de 2009. Leur cas est loin d’être exceptionnel. La majeure partie des candidates, que j’ai rencontrées durant les élections municipales de 2009, venaient tout juste d’adhérer au parti qu’elles représentaient pendant la campagne. Le nouveau système de quota a joué un rôle certain ici : il a initié une réelle « course aux candidates » chez les partis manquant d’effectifs féminins suffisants mais soucieux de remplir leurs listes additionnelles. Par conséquent, en 2009, de nombreuses candidates en étaient non seulement à leur tout premier pas en politique, mais elles étaient nombreuses à avoir été sollicitées par plusieurs partis à la fois, avant de choisir la liste qui leur semblait la plus prometteuse. Cette situation contraste nettement avec les élections locales passées où les femmes avaient des difficultés à se faire une place sur les listes électorales.

13Le profil de Souad et de ses colistières présente une deuxième similarité : elles font toutes partie d’une association locale d’artisans dirigée par le candidat placé en deuxième position de la liste principale. Souad s’est jointe à cette association depuis qu’elle prend des cours de couture chez Karima, chargée d’encadrer les bénéficiaires femmes de l’organisation. Lhâjja emploie les femmes de l’organisation comme couturières pour réaliser des caftans qu’elle expose de temps en temps. Quant à Habiba, elle fréquente l’association depuis que cette dernière a élu domicile dans les locaux du parti dont elle est membre depuis 2004. Toutes ont été sollicitées par le président de l’association pour candidater au nom de ce parti : quatre d’entre elles sur la liste additionnelle et les quatre autres sur la liste principale. Ce deuxième point commun est loin de représenter une exception : en 2009, presque toutes les candidates interrogées étaient actives dans une (voire même plusieurs) associations. C’est ce que confirme la presse au lendemain du scrutin (Filali-Ansary, 2009) et ce que démontrent des études de terrain comme celle menée parmi les candidates qui ont remporté, en 2009, un siège dans les régions de Doukkala-Abda et Fès-Boulemane. Près de 60 % avaient été activement impliquées dans une association avant de se porter candidate (Royaume du Maroc et USAID, 2010, p. 46-47).

14Si le fait d’être une femme est une condition nécessaire lors de la formation des listes additionnelles en 2009, ça ne semble toutefois pas toujours être une condition suffisante. Très souvent, des ressources et des compétences additionnelles sont recherchées par les partis comme la capacité de mobiliser et de convaincre les populations locales ; un rôle que les représentants d’association (hommes comme femmes) sont considérés capables de remplir :

« L’association permet un travail de proximité, ce que ne peut faire le parti politique. Celui-ci suit une certaine ligne alors que l’association est libre de travailler et d’aider qui elle veut. Cela permet de côtoyer des gens qu’on ne pourrait pas côtoyer par le travail du parti. […] L’acteur associatif est une personne qui peut mobiliser les gens. En fait, ça fonctionne selon le principe de la tribu. Tu pars du fait que les gens qui sont avec toi dans l’association vont te suivre par la suite. » (Cadre actif du parti représenté, en 2009, par Souad et ses colistières. Entretien réalisé à l’occasion des élections législatives de 2007.)

15Ainsi, en temps électoral, le capital et les compétences acquis dans la sphère associative peuvent fonctionner comme tremplins pour qui désire se lancer dans une carrière politique. Dans le cas de Souad et de ses colistières, cette idée s’applique d’abord au président de l’association d’artisans. Ce dernier a non seulement pu négocier son accès à la deuxième position de la liste, en garantissant aux responsables du parti le soutien des membres (surtout féminins) de son association. Il a également utilisé la structure de l’association pour identifier et recruter toutes les candidates nécessaires à la formation de la liste locale de son parti. Elle s’applique, ensuite, aux candidates les plus impliquées dans l’association d’artisans. C’est le cas, par exemple, de Karima, qui est responsable du volet féminin et de la formation en couture de cette organisation, et de Habiba, qui est activement impliquée dans le travail de plusieurs associations de quartier. Quant aux candidates qui, telles Souad ou encore Lhâjja, ne fréquentent l’association que de manière ponctuelle, elles exercent des métiers qui nécessitent aussi un contact direct, continu et fréquent avec un nombre substantiel de personnes et qui reposent sur l’offre d’un service de base à la population (comme l’organisation de mariages et l’offre de soins médicaux).

16Je précise ici que l’insistance des cadres du parti et des candidates sur les compétences acquises par ces dernières dans la sphère associative joue un rôle d’autant plus important que les représentations dominantes considèrent que les femmes, contrairement aux hommes, ne disposent pas des qualités (naturelles) nécessaires pour investir des positions politiques. Ainsi, les qualifications acquises (en termes de communication, d’interaction avec les autorités, d’identification et de représentation des besoins de la population) par la voie associative contribuent ici aussi à forger l’image de candidates « capables » d’être des élues locales.

Lorsque l’associatif et le politique se superposent

17« Auparavant, je ne votais pas. Je me suis toujours dit que ça n’en valait pas la peine. Mais les choses ont changé aujourd’hui. Un nouveau programme a été lancé par Mohammed VI, et alors nous avons commencé à participer au développement du pays. Les temps ont changé. C’est important, aujourd’hui, de faire entendre votre voix et de voter pour le candidat qui vous semble le plus à même d’améliorer la situation dans le quartier. Notre association aide les gens. Nous proposons des cours de couture aux femmes. […] L’association a aidé beaucoup de femmes à recevoir des aides de l’Etat pour s’acheter un logement. Beaucoup de ces femmes travaillent aujourd’hui. » (Extrait du discours fait par Karima durant la réunion féminine organisée par Souad, juin 2009.)

18L’entrée des acteurs associatifs dans le jeu électoral n’est pas une tendance récente : elle a été observée dès la fin des années 90. Mais des changements de poids ont contribué à renforcer et diversifier ce processus durant les élections de 2009. Depuis le début des années 2000, les autorités publiques ont mis en œuvre plusieurs mesures et programmes pour promouvoir le développement local avec l’aide, notamment, des associations. Parmi ces programmes on compte surtout l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) lancée par le roi en 2005. Par conséquent, le nombre d’associations et donc d’acteurs associatifs a augmenté de manière notable. Cette tendance concerne surtout les associations dites de développement local et ou social qui proposent – telle l’organisation dans laquelle s’activent Souad et ses colistières – une large palette de services allant des cours d’alphabétisation à l’organisation de campagnes médicales, en passant par les formations professionnelles et l’octroi de microcrédits. Par la même occasion, la proportion de femmes représentées à la tête de ces organisations a aussi pris de l’ampleur, augmentant par là le nombre de représentantes d’association pouvant être sollicitées par les partis en lice (Berriane, 2013). La multiplication de sources publiques de financement et de subvention (tant nationales qu’internationales) consacrées au travail des associations locales s’accompagne, enfin, d’une nette augmentation des moyens dont disposent ces dernières pour offrir des services à la population locale. Par conséquent, ce processus a aussi permis aux acteurs qui représentent ces organisations de gagner en popularité, une ressource de poids en temps électoral.

19Il existe donc une nette continuité entre, d’une part, les programmes de développement local encourageant et renforçant les associations depuis le début des années 2000 et, d’autre part, la sélection d’une partie substantielle des candidat(e)s en 2009. Or l’intervention des associations reste largement subordonnée au contrôle du pouvoir central : tant le processus d’enregistrement des associations que celui d’attribution de subventions fonctionnent comme des filtres permettant d’exclure de la sphère associative reconnue (et donc soutenue) les individus et organisations qui ne sont pas tolérés par le régime, tout en renforçant ceux jugés souhaitables (Berriane, 2013). On pourrait donc émettre l’hypothèse que l’entrée massive de représentantes d’association dans la course électorale de 2009 est partiellement subordonnée à des tris effectués de manière indirecte et bien avant le début du scrutin par les autorités publiques.

20L’engagement au sein d’une association ne joue pas seulement un rôle décisif au moment de la sélection des candidat(e)s. Comme illustré par l’extrait du discours de Karima, les références à l’association prennent aussi une place centrale pendant la propagande électorale. Au grand désespoir de Habiba (seule militante partisane dans ce groupe de candidate), il est bien plus souvent question de l’association que du parti durant la campagne des huit candidates. En décrivant les services offerts par leur organisation, ces dernières font valoir leur capacité d’intermédiation avec les pouvoirs publics, leur engagement en faveur des habitants du quartier et leur volonté d’agir efficacement pour améliorer les choses. Par la même occasion, elles mettent aussi l’accent sur les moyens dont elles disposent pour « rendre service » à leur électorat : l’association permet alors aussi d’établir les fondements d’une relation clientéliste liant l’électeur au candidat.

21Par ailleurs, les nombreuses références aux activités de l’association permettent aux candidates de se distinguer de l’image que leur auditoire semble avoir des hommes politiques, jugés corrompus et motivés par leur seul intérêt particulier. Même hors campagne, l’idée selon laquelle les associations permettraient de « faire de la politique autrement » – plus intègre et plus proche du terrain – est très répandue chez les représentant(e)s d’association. Elle leur permet de se distancier des formations politiques tout en faisant valoir une légitimité politique alternative. Bien qu’en période de campagne l’acteur associatif et le candidat politique ne fassent plus qu’un, cette différenciation persiste. Les discours développés par Souad et ses colistières reprennent la distinction habituelle faite entre ces deux sphères : l’une (partisane) « corrompue » et l’autre (associative) « intègre ». Elles reproduisent par là – tout au long de la campagne – les représentations négatives qui nourrissent la méfiance qu’éprouvent les habitants vis-à-vis des partis, des élus et, d’une manière plus générale, du processus électoral. Enfin, les allusions aux associations passent très souvent par des références à l’Etat (voire au monarque) qui soutient les activités de ces dernières. Par conséquent, la campagne électorale, censée mettre en avant la contribution des élus et des partis politiques, tend parfois à se transformer en campagne d’éloge du pouvoir central relevant du Palais.

Des changements au caractère ambivalent

22L’observation de la manière dont Souad et ses colistières ont fait campagne en 2009 permet donc d’illustrer l’ambivalence qui caractérise les changements sociopolitiques observés aujourd’hui au Maroc. D’une part, l’entrée sur la scène électorale de ces huit femmes indique une nette ouverture du champ des possibles et la transformation des rapports de pouvoir entre les sexes. Le développement du champ associatif depuis le début des années 2000 a joué ici un rôle certain en permettant aux femmes de quartier d’acquérir en popularité, compétences et légitimité politique. D’autre part, leur participation au jeu électoral passe aussi par une nette reproduction des hiérarchies de genre. Quant à la participation électorale d’acteurs associatifs, elle contribue aussi à diffuser des discours qui décrédibilisent les partis politiques tout en renforçant le rôle joué par le pouvoir central.

Bibliographie

Berriane Y., Femmes, associations et politique à Casablanca, Rabat, Centre Jacques-Berque, 2013.

Filali-Ansary H., « Elles ont été candidates aux communales : elles racontent », La Vie économique, 13 juillet 2009.

Royaume du Maroc, Usaid, Rapport relatif aux résultats du diagnostic participatif sur l’état de l’exercice de la fonction d’élue et de la participation des femmes à la gouvernance locale, (rapport non publié), Rabat, 2010.

Tozy M., « Crise des élites et restructuration du champ politique par le haut », Les Cahiers bleus, n° 13, 2004, p. 6-16.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable