Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 3. Les rapports sociaux de genre

Genre et reconfiguration de la société marocaine

Rahma Bourqia

Texte intégral

1En se référant aux indicateurs socio-économiques concernant les femmes dans la société marocaine, on peut faire le constat du changement qu’a connu la situation de la femme depuis l’Indépendance. Bien que les déficits demeurent, le taux de scolarisation et le niveau d’éducation atteints par les femmes par rapport à la génération de leurs ainées, la mixité à l’école, leur implication dans la vie professionnelle et leur rapport à l’espace public attestent de ce changement survenu en un demi-siècle. Ce constat a pour toile de fond la dynamique sociale d’une société en changement. L’accélération du rythme de cette dynamique, ces dernières décennies, due à plusieurs facteurs, à la fois externes et internes, entraîne un processus de reconfiguration de la société. C’est la relation entre genre et société en reconfiguration qui interroge, en lien avec les changements de la structure familiale, les temporalités multiples des différents niveaux de la réalité sociale, le champ politique et les transformations de la société dans son ensemble.

Processus de reconfiguration de la société et contextualité des rapports de genre

2Les rapports de genre au Maroc s’inscrivent dans le contexte d’une société en reconfiguration. Plusieurs facteurs y contribuent : l’ouverture de la société par la mobilité physique et virtuelle des individus, l’exposition des Marocains à l’offre d’un paysage médiatique pluriel, la montée progressive d’une culture des droits humains dont font partie les droits des femmes, une conscience féminine qui s’accroît sur le rôle de la femme dans la société, autant de facteurs qui déroutent toute tentative de figer la société marocaine dans un modèle déterminé. Les tenants de la thèse de l’existence d’une dualité qui fait coexister tradition et modernité, ou de celle d’une « société composite » (Pascon, 1983) rendent peu compte, aujourd’hui, des configurations sociales changeantes et de leur complexification.

3La reconfiguration n’est pas nécessairement un processus linéaire ; elle peut comporter des ruptures tout aussi bien que des allées et venues entre le passé et le présent, des déconstructions et reconstructions des différents niveaux de la réalité politique, sociale et culturelle. C’est dans ce cadre qu’il faut analyser les facteurs contribuant à déconstruire et à reconstruire les rapports de genre.

4L’égalité entre les hommes et les femmes est posée au nom des droits humains. L’apport du paradigme du genre a changé l’analyse des rapports hiérarchiques de pouvoir entre les hommes et les femmes, ainsi que celle du statut de la féminité et de la masculinité au sein de la société marocaine. Le genre et ce qu’il englobe comme statuts et rôles assignés à chaque sexe ne sont point un épiphénomène, mais un édifice où se sont accumulés des éléments appartenant à l’histoire la plus lointaine des sociétés islamiques, à une interprétation de la religion, aux représentations sociales, aux valeurs, aux rapports de pouvoir et à l’imaginaire culturel. L’effet des changements que cet édifice est en train de subir actuellement au Maroc témoigne des changements profonds de la société dans sa globalité. En se référant aux théories et aux concepts sociologiques, l’approche analytique sur la situation des femmes au sein de la société marocaine met en évidence les particularités de la construction du genre dans une aire culturelle non occidentale.

5Une abondante littérature sur les femmes dans la société arabo-musulmane a montré que les rapports sociaux des sexes ont été historiquement et culturellement régis de manière hiérarchique, à l’intérieur d’un système patriarcal. Cette hiérarchie transparaît dans les modes de socialisation qui établissent une hiérarchie entre les deux sexes et assignent à chacun un rôle social. Le langage, les traditions, les normes sociales et les représentations culturelles œuvrent à confiner chaque sexe dans son statut, dans une configuration hiérarchisée. La tradition orale et les coutumes attribuent au féminin la faiblesse, l’émotion et la pudeur, et au masculin la force, la raison et la hardiesse. Ce modèle, spécifiant les rôles des sexes au sein de la famille, dans une différenciation hiérarchisée, construit par la culture, canonisé par l’exégèse jurisprudentielle des foqaha, véhiculé par les représentations sociales, constitue le référent de l’imaginaire culturel. Les études anthropologiques montrent que ce modèle de construction des rapports sociaux de sexe comme rapports de pouvoir fonctionne sans empêcher les stratégies féminines de résistance, latentes ou manifestes. Par la ruse, les femmes contournent la violence symbolique et résistent au pouvoir et font de la soumission un consentement (Handman, 1983).

  • 1 Ce modèle est relaté dans la littérature jurisprudentielle transmise par la chaîne des savants reli (...)

6Le modèle normatif de l’organisation familiale traditionnelle1 et son corollaire, le modèle de la famille étendue, sont organisés selon le principe hiérarchique qui attriue au masculin un statut privilégié. L’environnement, le système économique, agraire ou pastoral, l’espace urbain ou rural justifient la nuance, sans qu’il ne s’agisse pour autant de modèles distincts. Un certain nombre de valeurs renforcent et légitiment ce modèle. L’obéissance (ta‘a) est une valeur qui régit les relations et fait que les enfants obéissent aux parents, les sœurs aux frères et les épouses aux maris. La femme est tenue d’obéir à son époux par le fait qu’il est le chef de la famille, le pourvoyeur de ressources matérielles et le détenteur d’un pouvoir sur la famille. Le code de la pudeur (hchouma) encadre le comportement des femmes par rapport aux hommes et par rapport à l’espace (Naamane-Guessous, 1988). A travers le mode de socialisation familiale, les coutumes, les rites de passage et le mariage, les valeurs qui différencient les filles des garçons se transmettent et se reproduisent. La division sexuelle du travail n’est pas une simple répartition des tâches, mais aussi un marqueur de genre qui établit une hiérarchie entre le féminin et le masculin.

7C’est ainsi que la situation de la femme et le rôle qui lui est assigné au sein de la famille par la société s’inscrivent dans la construction d’une hiérarchie soutenue par la valeur d’obéissance ; une valeur qui ne se limite pas au niveau micro-sociologique, celui de la famille, mais s’étend aux rapports entre les aînés et les cadets, entre les maîtres et les disciples, les détenteurs d’autorité et les subordonnés, et entre gouvernants et gouvernés (Bourquia, 2010). C’est cette configuration du modèle traditionnel qui, progressivement, se transforme durant les quatre décennies suivant l’Indépendance. Plusieurs facteurs l’érodent, et les prémisses d’un nouveau paradigme émergent.

Le genre et les multiples temporalités de la réalité sociale

8Les changements survenus au niveau des rapports sociaux entre les sexes peuvent être analysés à partir des paliers de la réalité sociale qui sont multiples. Il faut noter que le rythme de ces transformations se caractérise par plusieurs temporalités, chacune étant propre à un niveau de réalité.

Une temporalité rapide

9C’est au niveau de la famille que surviennent les grandes transformations qui ont un impact notoire sur les rapports sociaux de genre. La maîtrise par les femmes de leur fécondité, notamment par la contraception, leur accès à l’éducation, à l’espace public et à l’emploi contribuent à cette transformation.

10La contraception et le planning familial ont entraîné la transition démographique au Maroc, avec une baisse, en quelques décennies et de manière substantielle, du taux de fécondité. Comme l’écrivent Courbage et Todd : « L’indice de fécondité est passé entre 1982 et 2004 de 5,5 à 2,5 enfants par femme. La même évolution avait eu lieu en France entre 1760 et 1910, en Russie entre 1928 et 1958. La population marocaine vient de faire, en vingt-deux ans, ce que la France avait mis cent soixante ans à réaliser, selon un rythme proche de celui de la Russie à laquelle il avait fallu trente ans (Courbage, Todd, 2007). Ce phénomène n’est pas sans effet significatif sur la situation des femmes.

11Dans la société traditionnelle, la fécondité représentait un atout majeur pour les femmes. Jusqu’à il y a quelques décennies, grâce à la fécondité, la femme réalisait son intégration au sein du groupe familial, acquérait un nouveau statut au sein de la famille et voyait son existence reconnue. Rien n’était plus humiliant pour une femme que de se trouver stérile (‘agra) et de se faire nommer comme telle par les autres. L’acte d’enfanter accordait une valeur à la femme aux yeux des siens, lui offrait un moyen permettant de négocier sa position au sein de la famille, son rapport avec le mari, avec la belle-mère, avec le clan familial étendu et lui garantissait un capital de considération pour la vieillesse. Le corps féminin était ainsi un corps procréateur au service de la famille. Par le passé, la femme sans enfants se trouvait sous la menace de la polygamie ou de la répudiation.

12Aujourd’hui, ce modèle de famille traditionnelle sans complètement disparaître est en train de connaître de grandes transformations. C’est ainsi que la femme qui enfante beaucoup, s’entourant de bazz (un terme péjoratif en arabe vernaculaire qui signifie « la marmaille »), est dévalorisée du moins lorsque le terme est utilisé pour désigner une femme appartenant aux couches défavorisées et ayant enfantée plusieurs enfants. La norme sociale tend à favoriser deux ou trois enfants (Bourquia, 1996), aux besoins desquels il est possible de subvenir et auxquels toute l’attention qu’exigent l’enfance et les obligations des parents peut être fournie. Pour ces derniers, le souhait de voir leurs enfants réaliser une mobilité sociale explique également l’incitation à limiter le nombre de la fratrie. Il est certain que plusieurs facteurs ont favorisé cette transition. Sans négliger « l’action spontanée, autonome des populations concernées » (Courbage, Todd, 2007), on ne peut occulter la contribution de la politique volontariste de l’État qui, dès l’Indépendance, a favorisé par une politique de planning familial et mobilisé, dans sa mise en œuvre, les moyens d’atteindre les objectifs de cette transition. Les femmes et les familles ont été également réceptives à cette politique. Malgré la pression sociale et culturelle qui les confinait à un rôle de procréation, les femmes ont, en un temps court, adopté la contraception ; la transition démographique a ainsi été rendue possible progressivement grâce à la maîtrise des femmes de leur propre corps et à leur accès à la prise de décision de l’acte d’enfanter.

13D’autres atouts, qui constituent un capital valorisant pour la femme, ont émergé, tels que l’éducation et l’emploi rémunéré qui, même s’ils ne sont pas entièrement généralisés, permettent aux femmes de sortir de chez elles et ne plus être uniquement des femmes au foyer. L’éducation acquiert une valeur au sein de la société par le fait qu’elle ouvre la perspective d’une mobilité sociale aux enfants issus de classes défavorisées et de milieu rural et l’accès à une meilleure position sociale que celle des parents.

14Le phénomène de l’implication des femmes dans la sphère économique et la progressive augmentation des femmes actives sur le marché du travail sont devenus un acquis de l’évolution sociale et culturelle et des rapports de genre dans la société. Même si les statistiques montrent des différences significatives entre les hommes et les femmes quant à l’activité, il n’en demeure pas moins que le taux d’activité des femmes a évolué : il est passé de 13 % à 23 % entre 1994 et 2000 (Haut Commissariat au Plan, 2006), pour atteindre 25,5 % en 2011, contre 74 % pour les hommes (HCP, 2011). Bien que le taux d’activité des femmes n’atteigne pas encore celui des hommes, cette entrée des femmes sur le marché du travail est socialement significative, même si elle ne touche pas la majorité d’entre elles et qu’une bonne partie est active dans l’économie informelle. En effet, la recherche de moyens pour subvenir aux besoins des familles incite de nombreuses femmes, surtout dans les couches défavorisées, à travailler dans le secteur informel, où les activités ne sont pas toujours déclarées par les intéressés et ne sont, par conséquent, pas recensées par les statistiques. Production artisanale au foyer destinée à être commercialisée, travail domestique, vente à la sauvette de différents produits dans les rues des grandes villes sont autant de formes et de moyens procurant un revenu pour les femmes et leurs familles. Il est à noter qu’un ménage sur cinq est entretenu par une femme. Cette implication des femmes dans la vie active ne les dispense pas des responsabilités domestiques traditionnelles. Dans le contexte actuel, la femme idéale est celle qui est une bonne professionnelle procurant un revenu à sa famille, une bonne épouse, une bonne maîtresse de maison et une bonne mère, cumulant ainsi tous les rôles joués par les femmes à travers l’histoire. L’accès des femmes à l’emploi et leur contribution dans le revenu de la famille ont une répercussion sociologique profonde sur le rapport des femmes à l’espace privé et public, dans la mesure où les femmes ne sont plus confinées à l’intérieur de l’espace domestique mais brouillent les frontières qui les séparent.

15La famille nucléaire, constituée des seuls parents et enfants, représente 60,3 % des familles, dont 63,9 % en milieu urbain et 59,2 % en milieu rural, alors qu’en 1982, elle ne représentait que 51,1 %. D’autres types apparaissent : la famille monoparentale ; la famille dont le mari est émigré ; les femmes célibataires résidant seules dans les grandes villes ; les mères célibataires, etc. (HCP, 2006).

16L’âge au mariage augmente de manière sensible sous l’effet de facteurs éducatifs, culturels et économiques. L’âge moyen au mariage connaît une élévation importante. De l’ordre de 24 ans pour les hommes et 17 pour les femmes, en 1960, il est passé à 31 ans pour les hommes et 26,8 pour les femmes, en 2000, pour se stabiliser au dernier recensement de 2004 à 31,2 ans pour les hommes et 26,3 pour les femmes (HCP, 2004). Bien que certains cas de mariage forcé de petites filles existent toujours, notamment en milieu rural, les jeunes filles, en général, surtout en milieu urbain, commencent à maîtriser le choix de leur vie. Il devient difficile d’accepter les mariages arrangés ou de se soumettre aux décisions arbitraires des parents.

17Dans le cas où la fille dispose d’un emploi, elle devient une source de revenu pour la famille. Elle y acquiert de ce fait un statut élevé, par rapport à celles qui ne sont pas éduquées et n’ont pas accès à l’emploi. Dans les familles défavorisées, elle peut même déstabiliser le pouvoir d’un père chômeur.

18Par ailleurs, les changements de la situation des femmes, au niveau de la famille, se sont accompagnés d’un changement du statut de l’enfant. Aujourd’hui, la centralité de l’enfant au sein de la famille entraîne un changement dans l’investissement en sentiment, en éducation, en santé et en loisir.

19C’est ainsi que la contraception offre aux femmes un moyen de maîtriser leur corps et l’éducation, l’opportunité de la mobilité au-delà de l’espace domestique. Par conséquent, un processus de changement de leur position au sein de la famille et de la société est enclenché. Nous sommes témoins d’une mutation de la famille qui se passe dans l’espace privé mais s’étend à l’espace public, à la vie collective et au politique.

20D’autres facteurs viennent renforcer le changement des rapports au sein de la famille, qui touche essentiellement les couches moyennes et leur accès aux technologies de l’information. Par le passé, les connaissances acquises et transmises de génération en génération faisaient des aînés les détenteurs de l’information du savoir-faire, avec une répartition des rôles selon le sexe. À l’ère numérique, une rupture est en train d’avoir lieu dans la transmission des connaissances. Il est certain qu’il s’agit d’un phénomène émergeant, mais qui nous semble significatif pour l’évolution future. À travers l’accès à l’éducation et au numérique, les jeunes adolescents et adolescentes disposent de plus d’informations que leurs parents sur le monde et leur environnement. Tant et si bien qu’un fossé générationnel entre les jeunes et leurs aînés est en train de se creuser, un fossé qui se réduira certainement avec les générations suivantes. Analphabètes ou non, les parents ne peuvent concurrencer leurs enfants qui sont nés à l’ère digitale et, pour la plupart, sont familiarisés avec l’utilisation des plateformes numériques.

21La famille demeure, dans la perception commune, une institution protectrice pour l’individu et un rempart contre les aléas de la vie. Comme le montrent les données de l’enquête mondiale sur les valeurs, 96 % des enquêtés déclarent que, pour eux, « la famille est très importante » dans leur vie (World Value Survey, 2007-2008). L’introduction des nouvelles technologies de l’information au sein des familles, sans affaiblir les liens familiaux, offre une autonomie aux enfants et surtout aux jeunes filles, qui subissent plus que les garçons les restrictions familiales. Les filles sont membres de leur famille mais ont aussi la liberté d’engager des relations avec d’autres garçons et filles et de faire partie de réseaux sociaux. Le lien de pouvoir entre les hommes et les femmes est reconsidéré de manière accélérée par l’accès à l’autonomie à travers les technologies de l’information en milieu urbain, même si cette autonomie est virtuelle.

22C’est ainsi que la maîtrise par les femmes de leur fécondité, leur implication dans la vie active et publique, l’accès de nombre d’entre elles au travail rémunéré dans le secteur formel ou informel, ajoutés à la montée d’une conscience féminine d’être un individu, soutenue par un discours sur le droit des femmes, ne vont pas sans bouleverser les rapports au sein de la famille et déstabiliser l’autorité de l’époux et du père, les rapports de génération et de genre.

L’évolution des lois : une temporalité liée à la volonté du politique

23Le code du statut personnel (Moudawana), élaboré en 1957, a constitué une rupture par rapport au passé où concourraient à la fois la doctrine islamique (fiqh) et le droit coutumier (‘orf), avec toutes ses variantes locales, en instaurant un seul code de droit positif en conformité avec la loi islamique (chari‘a). Malgré cette rupture, qui canonisait les rapports régissant les relations au sein de la famille, ce code s’inscrivait dans la doctrine malékite. Il faut noter que la doctrine malékite a reproduit, dans des ouvrages de références comme celui du Sheikh Khlil, le même idéal de famille musulmane. Se présentant comme issu de la loi musulmane (chari‘a) et se basant sur la tradition du Prophète (sunna) et sur le Coran, en tant que livre saint et parole sacrée de Dieu, ce code du statut personnel a été associé à une sorte de sacralité.

24En fait, ce cadre légal ne fait que cristalliser le patriarcat. L’inégalité entre l’homme et la femme, codifiée par la loi, est fondée sur un paradigme qui correspond à une société que la fidélité au rite malékite a immobilisée. À travers la définition du mariage transparaît cette inégalité qui place la famille sous la direction du mari à qui elle doit obéissance en échange de son obligation de subvenir à ses besoins (qiwama). La femme n’exprime son consentement au mariage que sous la tutelle patrimoniale qui fait du tuteur, quel que soit l’âge de la mariée, le mandataire contractant le mariage. Le droit de répudiation se trouve placé entre les mains du mari, ce qui se traduit souvent dans la réalité par des abus. C’est ainsi que l’image de la famille que reflète ce code est une famille où les membres ont des statuts inégaux sans refléter une réalité sociale en plein changement.

25Pendant trois décennies, ce code du statut personnel est la cible des critiques, focalisant les tensions entre les « modernistes » et les « traditionalistes ». Associé à la religion, il a acquis une sacralité pour devenir « une citadelle imprenable » (Moulay R’chid, 1991). La résistance du code du statut personnel au changement traduit la résistance d’une structure juridico-culturelle à se réformer. Le paradigme autoritaire traversait les structures de la société et constituait un cadre où se sont construits les rapports de genre. Dans ce cadre, la temporalité de la déconstruction a été lente, et elle était étroitement liée à la volonté politique. Il a fallu un travail soutenu du mouvement associatif, un changement de règne et une nouvelle volonté politique pour réformer le code de la famille, en 2004, et y introduire le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes à travers la définition du mariage.

L’imaginaire collectif : une temporalité longue durée

26Cet imaginaire, formé par les représentations sociales, est une véritable mémoire de la société. S’inscrivant dans un continuum, les représentations sociales résistent au changement. Elles sont constituées d’images et de stéréotypes sur les femmes, véhiculés par le langage et par le discours du sens commun. Difficilement discernables et saisissables, elles se logent dans la tradition orale, dans le corpus des proverbes marocains et dans le langage quotidien. Bien qu’ambiguës et contradictoires, elles sont traversées par la tendance à conférer un statut inférieur à la femme ou à lui attribuer le statut d’« une réalité biologique sentimentale ou psychologique » (Bourquia, 1990 ; Lamothe, 1990), l’infériorité étant ainsi légitimée par le biologique. C’est parce qu’elles sont émotives et sentimentales que les femmes ne sont pas à la hauteur du courage des hommes. Il n’y a pas de nuance entre la faiblesse physique de la femme et son infériorité. Le biologique n’est plus une différence de la nature, mais il se trouve idéologisé pour devenir aussi un élément de la culture.

27Souvent associée au bavardage et aux commérages (hadra dl’ayalat), la parole des femmes se trouve dénigrée et réduite à du verbiage. Ne dit-on pas que la parole forte qui a du sens et de la puissance est celle des hommes (kalma drjal), alors que celle des femmes est associée à des espaces tels que le bain maure (hamam) et les salons de coiffure ?

28Les représentations sociales qui nourrissent le sens commun sur le féminin et le masculin sont partagées et intériorisées par les hommes et les femmes. Bien que les femmes disposent d’une parole féminine sur le masculin – « avec un homme, il faut que la femme soit patiente » ; « avec les hommes, la femme devrait s’armer de retenue » –, elles ne produisent pas nécessairement une parole dissidente qui remettrait en cause l’ordre social. Par ailleurs, au niveau de la culture populaire, les femmes reproduisent souvent dans leur discours cette infériorité, en disant « nous ne sommes que des femmes » (hna ghir ‘yalat) ou encore « le bien est une femme et le mal est une femme » (lkhair mra wa shar mra), ou encore « les femmes font tomber l’humiliation sur les hommes » (la’yalat qaytayhou dal ‘ala rjal).

29De ce réservoir d’images qui infériorisent la femme, on pourrait tirer des images réductrices à chaque fois qu’on voudrait discréditer une femme pour lui rappeler sa différence idéologisée. C’est en se référant à ces représentations que le chef du gouvernement, en 2012, en répondant à un journaliste qui lui demandait pourquoi il n’y avait qu’une seule femme au sein du gouvernement, a répondu que les partis n’avaient pas présenté de femmes et qu’il ne pouvait rien faire contre cela, en ajoutant : « Dois-je aller tirer les femmes par les cheveux comme elles le font entre elles au hamam ? » En août 2013, la présidente du Parti socialiste unifié (PSU) déclare que son parti ne peut pas faire alliance avec l’Union socialiste des forces populaires (UFSP) à « cause de son leadership actuel ». En réaction, l’organe de ce parti publie un éditorial réduisant la culture politique de cette femme à celle des salons de coiffure et des magasins de bijoux. Nous retrouvons là le substrat social et culturel de la culture politique. La réponse de l’éditorialiste à la critique ne procède pas des normes de la critique politique, mais à celles de l’androcentrisme idéologique, qui ne considère la parole politique de la femme qu’associée aux accessoires féminins, rangés du côté de la futilité. Cela en une d’un journal appartenant à un parti politique qui prétend défendre la cause des femmes.

30Les représentations sociales évoluent, entre autres du fait de la montée d’un discours qui prône l’égalité entre les hommes et les femmes, mais continuent toutefois d’agir de manière souterraine et resurgissent à chaque fois que le besoin se fait sentir de rappeler aux femmes leur infériorité.

Les valeurs et leur circulation

31Avec la mobilité des personnes et les moyens de communication, les valeurs circulent et s’ouvrent au monde et à l’universalité. D’après les données de l’enquête sur les valeurs, menée dans le cadre du Cinquantenaire du développement humain au Maroc, en 2005 (Rachik, 2005), les valeurs rattachées à la famille traditionnelle sont en train de connaître des changements importants.

Enquête sur les valeurs au Maroc 2005

Ceux qui approuvent

Urbain

Rural

Moyenne nationale

Le dialogue dans l’éducation des enfants 

79,7

64,6

73,8

Sévérité, autorité dans l’éducation des enfants 

3,7

13,8

7,7

Epoux et épouse décident conjointement du nombre des enfants

77,9

64,9

72,8

Autonomie du logement pour le couple

61,0

50,0

56,7

Autonomie dans le choix de l’épouse 

82,1

74,6

79,2

Autonomie dans le choix de l’époux

71,5

59,5

66,8

32La valeur de l’obéissance des femmes à l’autorité de l’époux ou du père est en train d’être remplacée par une valorisation du dialogue et de la concertation. Ceci témoigne des changements profonds des rapports de genre à l’échelle de la famille, et cela implique une reconfiguration des relations de pouvoir. Par ailleurs, l’attitude générale à l’égard de la participation de la femme à la politique est positive. Dans la même enquête, 82 % des répondants se disent prêts à voter pour une femme si elle se présente dans leur circonscription.

33Dans cette enquête, aux côtés des valeurs qui, traditionnellement, sont propres à la société marocaine – mariage, solidarité familiale, religion (prière) – on retrouve des valeurs nouvelles qui encadrent la reconfiguration des rapports de genre, à savoir le dialogue dans l’éducation des enfants (filles ou garçons), l’autonomie du couple, la famille restreinte, la décision conjointe au sein du couple sur l’éducation des enfants et la participation de la femme à la politique. Sans faire disparaître entièrement les rapports de pouvoir entre hommes et femmes, la famille change progressivement, par l’émergence des valeurs du dialogue, de l’égalité et de la démocratisation des rapports, ainsi que par la revendication des femmes de leurs droits.

34La temporalité propre à la mutation des rapports de genre, qui a vu se déconstruire progressivement l’édifice patriarcal et s’éroder les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, est doublée par une autre temporalité lente, perceptible à travers le rapport des femmes à l’espace public.

35Le terrain réalisé pour cette même enquête montre un changement en faveur des femmes et de leur émancipation au sein de la société. C’est d’ailleurs ce que montre aussi l’enquête mondiale sur les valeurs (World Value Survey, 2007-2008) : lorsqu’on demande aux enquêtés d’indiquer sur une échelle de 10 si les droits des femmes sont importantes ou non pour la démocratie (10 = très important pour la démocratie ; 1 = pas du tout important), 70,2 % des répondants pensent que les droits des femmes sont importants.

36Toujours dans l’enquête sur les valeurs du World Value Survey, à la question : « est-ce qu’aller à l’université est plus important pour le garçon que pour la fille ? », seuls 29,7 % pensent que oui, alors que 70,3 % pensent le contraire. Autrement dit, la majorité estime que les études supérieures sont importantes aussi bien pour les garçons que pour les filles. Le travail de déconstruction progressif de l’ordre traditionnel est soutenu par ailleurs par un travail intellectuel sur la condition des femmes.

Apport intellectuel et processus de déconstruction des rapports de genre

37Quel rôle a joué le savoir dans la déconstruction des rapports de genre ? C’est dans le cadre de l’équipe de Paul Pascon, composée de sociologues qui ont travaillé auprès de ce sociologue vers la fin des années 60 et au début des années 70 à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II à Rabat, qu’une première enquête sociologique de terrain fut publiée. Elle constitue le début d’une sociologie sur les femmes au Maroc (Belghiti, [1969] 1978 ; Belghiti, Tamou, 1971). Dès la fin des années 70, une réflexion, animée par un groupe d’universitaires est menée autour de la problématique du statut juridique et du code de la famille. La sociologue Fatima Mernissi, avec ses écrits sur les femmes en relation avec la pensée musulmane et le politique, inspire beaucoup de chercheurs et suscite l’intérêt autour de la question féminine. C’est ainsi que le sujet « femmes » émerge comme un thème de recherches dans la sociologie marocaine.

38Il faut aussi noter le rôle joué par les financements des organismes internationaux de certaines de ces études et recherches, ainsi que la demande explicite ou implicite des ONG de femmes en demande de données et d’analyse nécessaires pour entreprendre le travail de « plaidoyer scientifique » et convainquant destiné aux décideurs. Une littérature grise est produite sous forme de rapports fournissant des données sur les femmes en matière d’éducation, de santé, d’emploi, etc.

39C’est ainsi que le travail intellectuel des trois dernières décennies accompagne l’évolution de la situation de la femme et contribue à analyser le construit du féminin et du masculin dans une société en plein changement ainsi que l’idéologie qui les fonde. On note aussi une prise de conscience des chercheurs, femmes et hommes, de la nécessité d’un travail de déconstruction du genre. Le travail intellectuel est prolifique et se ramifie en plusieurs tendances.

  • 2 Les principaux travaux sont ceux des chercheurs Abderrazak Moulay R’chid et Ahmed al Khamlichi.

40La première tendance s’est focalisée sur le droit, la loi et la politique de l’État, considérés comme des clés pour changer la situation des femmes et initier une réforme de leur statut au sein de la société. Les recherches et les publications, de teneur scientifique mais aussi politique, se multiplient dans ce domaine. Le champ de la recherche juridique s’est focalisé sur la construction du code du statut personnel pour déconstruire sa philosophie juridique, son référentiel religieux et l’image qu’il renvoie de la femme2. Si la recherche critique cible ce code, c’est parce qu’en tant que loi il fossilise les rapports sociaux de sexe dans un ordre patriarcal et les rend imperméables aux changements de la réalité sociale.

  • 3 Les travaux de Fatima Mernissi s’inscrivent dans cette tendance.

41La deuxième tendance s’intéresse à l’histoire et à la religion, soit pour soustraire certaines figures féminines de l’oubli, soit pour mener une analyse critique sur les interprétations de la religion. Il s’agit de faire parler les silences de l’écrit et de mettre l’accent sur l’invisibilité des femmes. Cette tendance revendique le projet de rendre les femmes visibles dans un savoir qui a été, à travers l’histoire, androcentré3. La troisième tendance, ayant comme assises la sociologie et l’anthropologie, interroge les faits sociaux se rapportant aux relations de genre, décode la réalité sociale des femmes, les rituels de la tradition et mène des recherches sur les rapports de pouvoir, les rapports au sein de la famille et les représentations sociales sur les femmes. Des auteurs explorent d’autres domaines comme celui de la sexualité (Dialmy, 1988, Naamane-Guessous, 1988), du pouvoir et de l’emploi des femmes (Bourquia, 1996 ; Mahfoud Draoui, 1994). Ces recherches analysent dans le contexte marocain la construction des différences identitaires du féminin et du masculin, les rapports sociaux de sexe et la hiérarchisation de genre (Bourquia, Charrad, Gallagher, 1995).

  • 4 Parmi les sociologues et les anthropologues qui ont participé aux publications du collectif : Aïcha (...)
  • 5 Aux éditions Le Fennec, avec pour directrice de collection Aïcha Belarbi.

42Sous la direction de Fatima Mernissi et d’Aïcha Belarbi, une vingtaine de chercheurs appartenant à différentes disciplines sont les auteurs d’une série d’articles sur les femmes4. Neuf livres collectifs sont publiés entre 1987 et 1999 dont les contributions sont rédigées, soit en arabe soit en français, dans le cadre d’une collection appelée « Approches5 ». Les titres sont révélateurs des thèmes abordés : Portraits de femmes (1987), Femmes et pouvoirs (1988), Femmes partagées, famille-travail (1989), Corps au féminin (1991), Couples en question (1992), Être jeune fille (1994), Femmes rurales (1995), Femmes et islam (1998), Initiatives féminines (1999). Ceci témoigne d’une volonté intellectuelle de mobiliser les différentes disciplines pour décoder le féminin et le masculin comme des constructions sociales.

43Une quatrième tendance correspond à des études sur la réalité vécue des femmes. Elles ont souvent été commanditées par les ONG de femmes pour être utilisées dans les plaidoyers. Ces études associaient le travail analytique et la prise de position en faveur des femmes (Collectif 95, 2003).

  • 6 A travers leurs écrits et leurs interventions dans des colloques et des conférences, Ahmed al Khaml (...)

44Une cinquième tendance interroge la question du statut des femmes à travers un débat, parmi les chercheurs, autour de l’interprétation de la religion, et particulièrement du fiqh et de la notion d’ijtihad, par l’organisation de colloques et de conférences animés par des intellectuels musulmans connus pour leur clairvoyance, leur ouverture d’esprit et leur compétence en matière doctrinale, tout en faisant appel à une réforme de la pensée religieuse6. Ceci offre des arguments en faveur de la réforme du statut juridique de la famille, arguments repris par les ONG pour revendiquer l’amendement du code du statut personnel de 1957. Cette tendance, qu’on peut qualifier de féminisme intellectuel musulman, est portée par des chercheurs qui avancent sur le terrain du fiqh pour lui contester les images qu’il véhicule sur la famille et la femme et critiquer le corpus sur lequel il fonde ses conceptions. C’est ainsi que progressivement, au cours des trois dernières décennies, les thèmes des femmes et du genre acquièrent une place de choix dans la production du savoir.

Le combat pour les droits : le mouvement des femmes

45La question de la critique du statut des femmes dans la société est soulevée par les voix de précurseurs, comme le leader du Mouvement national et l’association Akhawat Assafa, sans que ce ne soit un thème majeur dans l’agenda politique des deux premières décennies après l’Indépendance. Ce n’est qu’à partir des années 70 que des partis politiques commencent à créer des cellules ou « secteurs » réservés à la question des femmes. Ces cellules, animées par des militantes, confinent toutefois la question des femmes à un espace marginal au sein du parti par rapport aux grandes questions politiques. C’est ainsi que les militantes constatent progressivement que les revendications pour l’émancipation des femmes et l’égalité ne constituent pas des questions centrales au sein des programmes politiques des partis. Certaines d’entre elles déplacent alors leur action de l’espace des partis à celui de la société civile, pour s’engager dans le combat pour l’amélioration du statut de la femme et pour l’égalité.

46C’est à partir de cette période que quelques ONG commencent à opérer. Leur travail s’intensifie avec la décennie de la femme décrétée par les Nations Unies (1976-1985) et la promulgation de la Convention pour la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW, 1979). Les débats se focalisent sur la réforme du code du statut personnel (Moudawana).

  • 7 La première association féministe ayant vu le jour est l’Association démocratique des femmes du Mar (...)

47En trois décennies, une floraison d’organisations féminines émerge, revendiquant l’inscription de la question des femmes sur leur agenda et déployant des stratégies de plaidoyer visant la réforme des lois discriminatoires7. Un consensus se fait progressivement autour de la nécessité de réformer la Moudawana, soutenu par un réseau d’associations. Ce mouvement se caractérise par son indépendance à l’égard des partis politiques. Bien que se réclamant des droits des femmes, les partis sont perçus par la société civile comme des structures n’œuvrant pas suffisamment dans le sens d’une inscription de la question des femmes au cœur du projet politique. C’est ainsi que le mouvement des femmes est devenu, dans le champ de la société civile, une nouvelle force dynamique porteuse d’un projet d’émancipation s’inscrivant dans le processus de démocratisation.

48Cette évolution contribue à créer un vivier pour le leadership féminin. Plusieurs militantes d’ONG féministes acquièrent une grande expérience de terrain, à travers l’implication dans un travail de proximité, et se dotent d’une expertise procurée par l’ouverture sur la société civile internationale.

49Par ailleurs, à travers les débats et le plaidoyer pour les droits des femmes, ce mouvement contribue à la démocratisation du champ politique, à interpeller les décideurs et à pousser les partis politiques à inscrire la question des femmes et de leurs droits dans leur projets politiques et à prendre position par rapport à des questions telles que le travail domestique des petites filles, le statut des mères célibataires, les violences à l’égard des femmes et, plus particulièrement, la violence conjugale et le harcèlement sexuel, la pédophilie et le viol des petites filles ainsi que le mariage précoce. Le mouvement des femmes contribue également à interpeller les intellectuels et les chercheurs pour débattre des thèmes en rapport avec la situation des femmes et pour faire du travail de déconstruction un outil du plaidoyer.

50Le féminisme marocain, qu’il soit de posture intellectuelle ou militante, tout au long de son évolution, revendique l’égalité entre les hommes et les femmes contre l’infériorité et la discrimination de la femme dans le code du statut personnel avant la réforme de 2004. Il inscrit ses revendications dans une rupture avec une certaine interprétation de la religion, sans pour autant revendiquer une sécularisation totale des lois de la famille et toucher par conséquent aux lois de l’héritage. Le débat critique est mené contre l’argument des foqaha, qui ont figé la famille musulmane dans une structure hiérarchique inégalitaire, érigeant la suprématie du masculin à travers une certaine lecture du Coran et du corpus de la tradition prophétique, perpétuée à travers des siècles et présentée comme irréfutable. Ceci donne au féminisme marocain son caractère spécifique par rapport au féminisme occidental. La revendication d’une loi positive égalitaire perçue comme conforme à l’islam l’emporte sur la revendication séculariste exprimée par certains intellectuels. Posture stratégique conjoncturelle ou choix théorique ? Tout en se positionnant sur le terrain du droit, le féminisme marocain œuvre stratégiquement dans le sens de la recherche du compromis. Tout en revendiquant l’égalité, il cherche à pacifier, à neutraliser voire à contourner la discrimination que reflète l’exégèse musulmane.

Le volontarisme politique : de la réforme du code de la famille à la Constitution de 2011

51La question des rapports de genre se trouve au cœur de l’action de l’État. Inutile de rappeler que la question des femmes est un sujet de grande controverse entre les « islamistes », qui la lient à la religion, et les « modernistes », qui en font une question de droit. Les premiers se font défenseurs de la cause de la famille, les seconds défenseurs de la cause des femmes. En 2001, c’est devenu une affaire d’État mise entre les mains du roi, en tant que Commandeur des croyants. En nommant une commission pour présenter un projet de réforme de la Moudawana et en annonçant, après que cette commission eut achevé ses travaux, la soumission du projet au parlement, en octobre 2003, le volontarisme politique du roi renforce le processus de changement engagé au sein de la société, mais enclenche aussi une rupture avec une perception qui a figé le code de la famille dans les méandres d’un fiqh ne reflétant plus la réalité sociale des femmes et l’évolution de la famille.

52Par cette réforme du code de la famille, l’axe principal du patriarcat est ébranlé, ouvrant la voie au principe de l’égalité entre les hommes et les femmes. En plaçant le mariage sous la direction des deux époux, en instaurant le même âge au mariage pour la fille et le garçon, en offrant la possibilité aux femmes autant qu’aux hommes d’avoir recours au divorce et en réformant une terminologie qui portait, dans l’ancien code, atteinte à la dignité des femmes, le nouveau code de la famille démystifie la sacralité de l’ancienne loi et ouvre des perspectives susceptibles d’accompagner au mieux une réalité sociale changeante.

53Cette expérience et l’approche utilisée pour réformer le code de la famille montrent que l’ijtihad, cet effort humain pour interpréter la religion, n’est pas uniquement l’apanage des hommes de religion (foqaha), mais qu’il est du ressort de toute forme de pensée rationnelle. On ne peut, en la matière, ignorer l’apport de disciplines comme la psychologie, la sociologie, l’économie, le droit et la jurisprudence.

54Cette réforme juridique, qui touche un secteur qui fut durant quatre décennies le plus récalcitrant au changement, se prolonge dans la Constitution de 2011, qui consacre près du tiers de ses 180 articles aux droits de l’être humain. Les événements qui secouent le Maghreb et le Machrek accélèrent le rythme de l’agenda de ces réformes. Bien que la revendication de la réforme constitutionnelle ait été inscrite à l’agenda politique de quelques partis, le climat de tension créé par les soulèvements dans les pays de ces régions impose une réforme constitutionnelle rapide.

55La Constitution stipule clairement l’interdiction de toutes formes de discrimination en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou régionale, de la langue ou du handicap. Les droits des femmes ouvrent la partie de la Constitution consacrée aux droits et libertés. L’égalité hommes-femmes en termes de droits et libertés civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux est acquise constitutionnellement. La Constitution impose la création d’une « Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination ». Le fait d’entreprendre, par la loi, des mesures affirmatives au profit des femmes en matière d’accès aux fonctions publiques et électives est constitutionnellement assuré. La Constitution s’adresse aux citoyens et aux citoyennes. Ainsi, la Constitution de 2011 constitue une référence pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Il est évident qu’en faisant référence aux constantes de la Nation et d’un islam même modéré, la Constitution laisse la porte ouverte au retour à une interprétation rigoriste de la religion. Il n’en demeure pas moins, toutefois, que la référence à l’égalité entre les hommes et les femmes, stipulée par cette même Constitution, offre la possibilité d’un débat sur la scène publique.

Le genre et le champ politique

56La Constitution de 2011 peut être considérée comme une avancée en ce qui concerne l’égalité entre les hommes et les femmes. Néanmoins, c’est au niveau de sa mise en œuvre politique que l’esprit de la Constitution est mis à l’épreuve.

57Dans le cadre du « printemps arabe », le Mouvement du 20 février mobilise des hommes et des femmes d’horizons variés : une jeunesse active de la société civile, des partis politiques et des réseaux sociaux. Les revendications visent l’État et les partis politiques, et force est de constater que la question des femmes n’en constitue pas l’essentiel. Ensemble, des femmes et des hommes revendiquent la réforme du système politique, la lutte contre la corruption, l’indépendance de la justice, la liberté d’expression, le développement et les droits socioéconomiques. L’espace public qui accueille les manifestations n’est pas discriminatoire envers les femmes. Les manifestations rassemblent des jeunes sans différences de classe sociale, d’idéologie ou de sexe.

58Créé dans la mouvance des soulèvements dans les pays arabes et dans la spontanéité imposée par la vague de protestations, ce mouvement n’est pas conçu et pensé pour être organisé. Sans une plateforme conceptuelle sur le système à mettre en place, sans leadership et sans organisation formelle, le mouvement n’est pas appelé à concourir au sein du champ politique formel. Une fois la Constitution adoptée par référendum le 1er juillet 2011 et les élections organisées en septembre de la même année, le Parti de la justice et du développement (PJD) arrive en tête aux élections et fait alliance avec deux autres partis pour former un gouvernement de 35 ministres, dont une seule femme. Bien que lors des campagnes électorales, les partis politiques affichent un discours en faveur de l’émancipation des femmes, une fois les élections passées et le choix de marginaliser les femmes concrétisé dans les faits, des leaders politiques avancent des arguments d’ordre culturel et social pour justifier les difficultés d’émergence de femmes compétentes dans le champ politique.

59Le fait qu’une seule femme soit nommée ministre constitue un « acte manqué » qui ne peut se comprendre qu’au regard de la lutte pour le pouvoir que se livrent les candidats ministrables des partis politiques et de leur positionnement dans la sphère du pouvoir. C’est dans le champ politique que le genre acquiert sa signification primaire comme rapport de pouvoir et, par conséquent, résiste au travail de déconstruction enclenché par la réalité sociale, par les valeurs, par la loi et même par la Constitution.

60Dans une société en pleine reconfiguration, le champ politique et les prises de décision qui lui sont corollaires sont assimilés à un champ de pouvoir où la culture démocratique n’est pas entièrement établie. Si la politique est, pour certains de ses acteurs, un engagement au service de la nation et du citoyen, elle est perçue par la plupart comme une rente qui permet l’accès au pouvoir et aux postes de prestige social (ministre, parlementaire, élu local). À chaque fois qu’il y a formation d’un gouvernement, les partis politiques sont traversés par une effervescence, une tension et une course pour l’accès aux postes de ministre. Quelques femmes ont pu réaliser une percée dans ce champ, mais elles ne sont pas nombreuses

61Les femmes, même lorsqu’elles reçoivent une éducation supérieure et sont bien intégrées dans la vie professionnelle, ne sont pas, pour la majorité, socialisées par une éducation les préparant à la compétition pour le pouvoir. Par ailleurs, la génération actuelle des femmes professionnelles, qui a dû composer avec des contraintes sociales et culturelles pour y arriver, est peu disposée à entreprendre la lutte pour le pouvoir, d’autant qu’elle demeure liée aux tâches qui sont traditionnellement l’apanage des femmes : éduquer les enfants et veiller au travail domestique.

62À cet état de fait s’ajoutent la pratique politique et ce qu’elle comporte comme tractations et réunions masculines se passant dans des maisons d’hommes politiques et dans des cafés, laissant les femmes peu informées sur les soubassements de la vie politique, sur les alliances, les réseaux. Elles ne disposent par conséquent que de peu des « atouts » qui font « un être politique » dans le contexte marocain.

63Durant les deux premières décennies après l’Indépendance, les femmes étaient exclues de certains secteurs publics, considérés comme masculins, tels les métiers de facteur, policier, juge, ainsi que des postes de responsabilité et de décision : ministre, ambassadeur, secrétaire général de ministère ou parlementaire. Cette exclusion ne se limitait pas aux fonctions de l’État mais aussi aux partis politiques et syndicats, même pour les partis qui revendiquaient l’émancipation des femmes. Aucune femme n’a eu accès au poste de présidente de parti politique ou secrétaire générale de syndicat. Ce n’est qu’à partir des années 90 que quelques femmes commencent à avoir accès progressivement à ces postes ; une période qui coïncide avec la montée des revendications du mouvement des femmes. Si cette tendance se renforce avec l’adoption de la liste nationale aux élections pour permettre que 16 % des parlementaires soient des femmes en 2011, le fait de ne nommer qu’une seule femme ministre dans le gouvernement de 2011 a symboliquement freiné l’élan. Et pourtant, la Constitution a intégré l’idée du genre et le principe de l’égalité et de parité. L’écart entre l’égalité de droit stipulée par la Constitution et la réalité du champ politique reflète paradoxalement la précarité du droit. Celui-ci, dans une société en reconfiguration, subit le risque de se réduire à des textes qui n’ont pas toujours une grande résonance dans la réalité.

64Bien que la femme ait eu accès à l’espace public à travers l’éducation et l’emploi, en raison des retombées de cet accès sur le bien-être matériel de la famille, l’espace politique résiste à lui faire une place. Seule la politique volontariste de l’État à opter pour une liste nationale aux élections de 2011 a permis d’avoir 16 % de parlementaires femmes. Des constructions mentales sexuées et l’éthos d’une culture masculine, partagés généralement par les hommes et les femmes, tend à éloigner les femmes de la sphère politique. Ce fait pousse beaucoup de femmes militantes, ayant la volonté de s’engager par l’action dans la vie citoyenne et de s’investir dans les domaines associés au social, à devenir actives au sein de la société civile, œuvrant, généralement, en dehors de l’emprise des partis politiques. L’associatif, ce terrain de prédilection pour les femmes actives, est plus inclusif. Cette mobilité de certaines femmes actives du champ politique vers la société civile offre l’occasion à ces femmes d’exercer la politique autrement.

65En définitive, il est indéniable que relève de la tautologie le fait d’affirmer que la société marocaine et la situation de la femme au sein de cette société ont subi des changements d’envergure et que les rapports de genre ont connu des transformations notoires depuis le début du siècle dernier. La notion de changement social ne rend pas compte ainsi de la complexité de ces changements qui obéissent à la cadence des multiples paliers de la réalité sociale, politique, culturelle et économique ainsi qu’à leurs temporalités.

Bibliographie

Belarbi A. (dir.), Portraits de femmes, Casablanca, Éditions le Fennec, 1987, coll. Approches.

Belarbi A., Le Salaire de madame, Casablanca, Éditions Le Fennec, 1993.

Belghiti M., « Les relations féminines et le statut de la femme dans la famille rurale dans trois villages de la Tessaout, Études sociologiques sur le Maroc », 1969, Bulletin économique et social du Maroc, 1978, p. 289-361.

Belghiti M., Tamou A., « La ségrégation des garçons et des filles à la campagne », Bulletin économique et social du Maroc, vol. XXXIII, n° 120-121, 1971, p. 81-144.

Bourqia R., « La femme et le langage », dans F. Mernissi (dir.), Femme et pouvoirs : approches, Casablanca, Le Fennec, 1990, p. 11-25.

Bourqia R., Hopkins N. (dir.), Le Maghreb : approches des mécanismes d’articulation, Rabat, Éditions Dar al Kalam, 1991.

Bourqia R., El Harras M., Bensaïd D., Jeunesse estudiantine marocaine : valeurs et stratégies, Rabat, Éditions de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 1995.

Bourqia R., Charrad M., Gallagher N. (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, Casablanca, Afrique-Orient, 2 vol. , 1996.

Bourqia R., Femmes et fécondité, Rabat, Afrique-Orient, 1996.

Bourqia R., Emploi féminin et discrimination salariale, Genève, Rapport pour l’United Nations Institute for Social Development (UNRISD), 1996.

Bourqia R., El Ayadi M., El Harras M., Hassan R., Jeunes et valeurs religieuses, Casablanca, Éditions Eddif, 2000.

Bourqia R., « Valeurs et changement social au Maroc ». Quaderns de la Mediterrània, n° 13, 2010, p. 105-115.

Collectif 95 Maghreb-Égalité, Auto-portrait d’un mouvement des femmes pour l’égalité au Maghreb, Casablanca, Imprimerie El Maârif Al Jadida, 2003.

Courbage Y., TODD E, « Révolution culturelle au Maroc : le sens d’une transition démographique » Paris, Institut national d’études démographiques, 2007, [en ligne] URL : www.fondation-res-publica.org

Courbage Y., TODD E., Le Rendez-vous des civilisations, Paris, Editions du Seuil, 2007, coll. la République des idées.

Dialmy A., Sexualité et discours au Maroc, Casablanca, Afrique-Orient, 1988.

Dialmy A., Féminisme soufi : conte fassi et initiation sexuelle, Casablanca, Afrique-Orient, 1991.

Dialmy A., Logement : sexualité et islam, Casablanca, Éditions Eddif, 1995.

Dialmy A., Féminisme : islamisme et soufisme, Paris, Éditions Publisud, 1995.

El Ayadi M., « La femme dans le débat intellectuel au Maroc », Prologues : revue maghrébine du livre, hors série, n° 3, 2002, p. 9-38.

Haut Commissariat Au Plan, Prospective « Maroc 2030 » : dynamique sociale et évolution des statuts des femmes au Maroc, Rabat, 2006.

Haut Commissariat Au Plan, Activité, emploi et chômage, Rabat, 2011.

Handman M.E., La Violence et la ruse : hommes et femmes dans un village grec, Aix-en-Provence, Edisud, 1983.

Lamothe J., « Femme et langage : représentations sociales d’une différence, Verena Aebischer, 1985 », Revue québécoise de linguistique, vol. 19, n° 1, 1990, p. 167-171.

Mahfoud Draoui D. (coord.), Femmes diplômées du Maghreb, Rabat, FNUAM, IREP, 1994.

Mernissi F., Sexe, idéologie, islam, trad. de Diane Brower et Anne-Marie Pelletiern, Paris, Librairie Tierce, 1983.

Mernissi F., « Préface », dans A. Belarbi, Portraits de femmes, Casablanca, Le Fennec, 1987, coll. Approches,

Mernissi F., Le Monde n’est pas un harem : paroles de femmes du Maroc, Paris, Éditions Albin Michel, 1991.

Moulay R’chid A., La Femme et la loi au Maroc, Casablanca, Le Fennec, 1991.

Naamane-Guessous S., Au-delà de toute pudeur : la sexualité féminine au Maroc, Casablanca, Éditions Eddif, 1988.

Naamane-Guessous S., Printemps et automne sexuels : puberté, ménopause, andropause au Maroc, Casablanca, Éditions Eddif, 2000.

Pascon P., Le Haouz de Marrakech, 2 tomes, Rabat-Tanger, Editions marocaines et internationales, 1983.

Rachik H., Rapport de synthèse de l’enquête nationale sur les valeurs : cinquantenaire de l’Indépendance du Maroc, Comité scientifique : Rahma Bourqia, Abdellatif Bencherifa et Mohamed Tozy, 2005, [en ligne] URL : http://www.rdh50.ma/pdf/rapports_transversaux/valeursa474pages.pdf

World Value Survey, Wave 2007-2008 : Data for Morocco, WVS, Michigan University.

Notes

1 Ce modèle est relaté dans la littérature jurisprudentielle transmise par la chaîne des savants religieux (foqaha) depuis des siècles. Ce modèle se fissure du fait des grandes mutations des sociétés patriarcales depuis le siècle dernier.

2 Les principaux travaux sont ceux des chercheurs Abderrazak Moulay R’chid et Ahmed al Khamlichi.

3 Les travaux de Fatima Mernissi s’inscrivent dans cette tendance.

4 Parmi les sociologues et les anthropologues qui ont participé aux publications du collectif : Aïcha Belarbi, Fatima Mernissi, Mohamed Alahyane, Mokhtar El Harras, Fatima Zohra Zryouil, Fatima Hajjarabi, Naima Chikhaoui, Rahma Bourqia, Anissa Benzakour Chami.

5 Aux éditions Le Fennec, avec pour directrice de collection Aïcha Belarbi.

6 A travers leurs écrits et leurs interventions dans des colloques et des conférences, Ahmed al Khamlichi et Abdelahdi Boutaleb ont contribué et animé le débat sur l’interprétation de la religion.

7 La première association féministe ayant vu le jour est l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM, 1985) suivie par l’Union de l’action féminine (UAF, 1987), l’Association marocaine des droits des femmes (AMDF, 1992), la Ligue démocratique des droits des femmes (LDDF, 1993) et par Joussour, Forum des femmes marocaines (1995).

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable