Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Les zmagri et les illi : une relation d’amour-haine

Ellen Van De Bovenkamp

Texte intégral

Café Molen à Nador, lieu de rencontre pour des Néerlandais marocains, juillet 2011. © Bovenkamp.

1Une BMW 4x4 dernier cri passe pour la quatrième fois sur la corniche de la petite ville balnéaire Mdiq, sur la côte méditerranéenne. Au volant, un jeune homme qui porte une casquette Louis Vuitton et une paire de lunettes de soleil Ray Ban. La laque bleu foncé de la voiture brille tant qu’on croirait que le 4x4 vient tout juste de sortir de chez le concessionnaire. Pourtant, la plaque d’immatriculation jaune indique qu’elle a déjà fait tout le trajet de la Hollande jusqu’au Maroc. Deux garçons qui remarquent la voiture font des commentaires amers : « Il se prend pour qui, celui-là ? Il pense qu’avec cette grosse voiture, on ne remarque plus que sa gueule est trop moche ? » 

2Chaque été, on peut observer au Maroc un jeu particulier entre les habitants locaux et les Marocains résidant à l’étranger, les MRE, qui y reviennent pour les vacances. Ces derniers marquent leur différence en étalant leur richesse, en portant d’autres vêtements et en parlant une autre langue que les Marocains « locaux » ou autochtones. Dans les réactions se mêlent jalousie et admiration. Depuis que les premiers émigrants reviennent au pays avec une nouvelle Mercedes, les types de voiture que l’on ramène ont beaucoup changé, mais le rituel reste le même. Depuis toutes ces années, tout un schéma d’attentes et de préjugés s’est installé entre les Marocains de l’intérieur et ceux de l’extérieur, les Marocains autochtones et les allochtones.

3Dans cet article, je m’intéresserai notamment à la situation des Marocains néerlandais. Composée de plus de 350 000 personnes, c’est une des plus importantes populations de MRE. Relativement éloignés du Maroc, aussi bien géographiquement que linguistiquement et culturellement, les MRE néerlandais se distinguent à plusieurs niveaux de leurs pairs nés au Maroc.

Les préjugés les plus courants

4Trois millions de Marocains, soit 10 % de la population totale, vit en dehors du Maroc. Chaque année, à peu près deux tiers de ces MRE reviennent dans leur patrie d’origine pour un séjour de courte ou de longue durée. Quelques centaines de milliers d’entre eux sont des Marocains hollandais. Ils visitent surtout les villes balnéaires méditerranéennes, dans les régions dont ils sont originaires. Ainsi, la petite ville rustique d’Al-Hoceïma change complètement pendant l’été. A partir de juillet, elle prend des allures hollandaises. Des voitures immatriculées en Hollande bloquent la circulation dans les ruelles étroites du centre. On entend de la musique chaâbi provenant des fenêtres. Les rues du centre-ville, quasiment désertes pendant les autres saisons de l’année, sont envahies par les jeunes émigrés, qui s’y promènent jusqu’au milieu de la nuit. Les garçons portent des pantacourts et des sandales de la marque Birkenstock. Les filles portent une tunique au ton pastel, un foulard de la même couleur, un jeans serré blanc et des sandalettes élégantes, de préférence de la même couleur que la tunique et le foulard. Il ne s’agit pas ici d’une mode typique de la Hollande, mais d’un style propre aux MRE hollandais. Ces derniers ne se distinguent pas seulement par leur physique, mais aussi par leur attitude, plus bruyante et extravagante que les Marocains de l’intérieur. En outre, ils parlent souvent le hollandais entre eux.

5Le comédien maroco-hollandais Salaheddine a réalisé plusieurs vidéos dans lesquelles il montre la vie estivale au Maroc, à travers des petites interviews avec des Marocains de l’intérieur et de l’extérieur dans les rues des villes côtières telles que Nador, Tanger et Mdiq. Les vidéos ont été diffusées à la télévision nationale néerlandaise et peuvent toujours être regardées sur YouTube.

6Dans l’une d’entre elles, Salaheddine montre la vie nocturne à Martil, un soir d’été. Les habitants de Martil se promènent sur le boulevard au bord de la mer, les MRE sur le trottoir en face. Ces deux zones sont séparées par une route avec beaucoup de circulation. « Comment cela se fait qu’il y a une zone des passeports verts et une zone des passeports rouges ? », demande Salaheddine aux passants, en faisant référence aux couleurs différentes des passeports marocains et hollandais. La raison est simple : les MRE ont assez d’argent pour s’asseoir sur les terrasses des cafés, tandis que les autochtones se contentent de la corniche, où il n’y a rien à vendre sauf des sachets de graines de tournesol. « Eh, qu’est-ce que tu fais là, parmi les Marocains d’ici ? », demande-t-il à un jeune homme maroco-hollandais, qui se promène sur la corniche. « Je cherche à me marier. Les femmes de la Hollande sont trop chères, donc je cherche ici. Les Marocaines d’ici aiment bien les [Marocains] hollandais, avec l’argent des coffeeshops et tout. »

7Un Marocain qui peut se permettre un café à la terrasse trouve que les Hollandais se comportent de manière extravertie. « Fihum l’ay’aqa shwiya ? », demande Salaheddine, « est-ce qu’ils font beaucoup d’efforts pour se faire remarquer ? » « Ah, bezzaaaf : trop ! »

8Les Maroco-hollandais sentent qu’ils sont différents de leurs pairs du Maroc. Avant son départ au Maroc, Salaheddine a demandé aux Marocains rencontrés dans les rues de Rotterdam quelles sont les choses qui les embêtent le plus pendant leurs vacances. Un garçon a vite trouvé la réponse : « Le courant ne passe pas avec les Marocains de là-bas, on n’est pas sur le même niveau. » Un autre homme a la même expérience : « Je ne supporte pas les gens là-bas, ils te fixent avec leur regard... »

9Mais il y a aussi quelqu’un qui dit qu’il se plaît au Maroc, parce qu’il n’y est plus l’exception, mais juste « un des Marocains ». Sinon, la circulation et la bureaucratie marocaines, deux domaines qui sont plutôt bien organisés en Hollande en comparaison avec le Maroc, causent des irritations aux Marocains hollandais. En effet, chaque été, il y a des altercations entre fonctionnaires marocains et vacanciers hollandais. Quand ces derniers s’impatientent lorsque les documents dont ils ont besoin ne sont pas assez vite délivrés, les choses peuvent vite tourner au vinaigre. Parfois, les Néerlandais marocains n’hésitent pas à rappeler aux fonctionnaires qu’ils ont droit à ce qu’on leur donne tel ou tel document et font appel au consulat néerlandais en lui demandant de faire pression sur les autorités. Ils n’adaptent donc pas seulement une attitude beaucoup plus assertive que leurs compatriotes envers les autorités marocaines, mais estiment aussi que leur passeport hollandais leur donne un statut à part.

10Les autochtones et les allochtones sont deux groupes qui se distinguent clairement l’un de l’autre. Cela est illustré par les noms qu’ils se donnent. Quand ils parlent des MRE, les Marocains de souche utilisent souvent le terme zmagri, déformation de « les émigrés ». Le mot est parfois utilisé avec une connotation péjorative : le terme n’est pas très méchant, mais n’est pas forcément respectueux non plus. Dans quelques endroits, les Marocains allochtones sont tout simplement appelés « euros », une illustration remarquable du reproche qu’ils font aux autochtones de n’être intéressés que par l’argent qu’ils apportent.

11Inversement, les MRE français parlent de « blédards » à propos des Marocains autochtones. Les Marocains hollandais utilisent parfois le mot « ill’ » pour désigner les Marocains autochones. Ce mot est une abréviation d’illégal, mais connaît maintenant un usage plus large. Il a une connotation très négative. Dans une discussion sur YouTube, au-dessous d’un clip de Salaheddine, Ti-Amor s’offusque de la manière négative dont on parle des Marocains de l’intérieur : « Pourquoi on critique les « illi » ? Rien n’empêche d’avoir un mariage tout à fait normal avec. Aujourd’hui, il y a des gens qui se sentent mieux que leurs propres compatriotes. Ils oublient que si nos parents n’étaient pas venus ici, nous vivrions également au Maroc. »

12D’ailleurs, les associations évoquées par ces appellations fluctuent. « Zmagri » est parfois utilisé avec fierté par des Français marocains, comme un nom de gueux – il y a même un artiste qui s’appelle Sheikh Zmagri –, tout comme il y a des Marocains qui sont fiers de leur statut de blédard.

13L’État marocain s’est rendu compte que le terme MRE n’avait pas de connotations très positives et a voulu le remplacer par le terme « Marocains du monde ». L’appellation MRE a d’ailleurs été précédée de TRE, travailleurs résidant à l’étranger, en vigueur dans les années soixante-dix, et a été remplacé par MRE pour la même raison. « Marocains du monde » est maintenant utilisé dans tous les énoncés officiels du ministère des MRE, mais son utilisation n’est pas (encore) répandue en dehors des organes officiels.

14Ces différentes appellations illustrent le fait que les Marocains de l’intérieur et ceux de l’extérieur se distinguent clairement les uns des autres et se regardent avec un certain mépris. Pourtant, il y a aussi une forte attirance entre les deux populations et leurs pays respectifs. Les MRE aiment rentrer « chez eux », tandis que les Marocains autochtones aspirent à profiter des richesses accumulées à l’étranger.

L’intérêt économique à toutes les échelles

15« Maghribi hatta al-mout » [Marocain jusqu’à la mort], « 100 % Marocain », « Ou rien ou Marocain » : une petite boutique dans la Souiqa, la rue commerciale principale dans l’ancienne médina de Rabat, a un assortiment spécial pour l’été de T-shirts dans les couleurs du drapeau marocain avec des textes patriotiques, surtout destinés aux Marocains résidant à l’étranger en quête d’un beau souvenir d’été. Apparemment, les T-shirts sont à la mode : le rappeur MRE Kalsha en porte plusieurs (à la suite) dans son clip « Bienvenue au Maroc ».

16Ces T-shirts coûtent plus cher que ceux que les vendeurs de la Souiqa vendent d’habitude, et ce n’est pas parce que la conception du design est plus coûteuse. Pendant l’été, quand les MRE visitent le Maroc, les prix augmentent. Pour tout le monde. Mais en plus, il semble généralement accepté de demander des prix plus élevés aux MRE. Les autres clients à l’étal se taisent quand leur marchand fait payer trois fois le prix habituel aux compatriotes de l’étranger. Ces derniers sont au courant qu’ils sont souvent arnaqués par les Marocains autochtones, mais ils n’y peuvent rien.

17Les vendeurs marocains estiment que les augmentations sélectives de prix sont justifiées parce que les Marocains résidant en Europe ont plus d’argent à dépenser. Leur but principal en migrant était de s’assurer d’une vie meilleure en gagnant plus d’argent, et puisqu’ils ont réussi leur migration, un peu de solidarité financière va de soi. Tel semble être leur raisonnement.

18Chaque année, les MRE transfèrent de grandes sommes au Maroc. Entre 2000 et 2010, la moyenne annuelle des transferts était de 46,45 milliards de dirhams, un peu plus de 4 milliards d’euros. En 2011, ils ont transféré un total de 58 milliards de dirhams, plus que 5 milliards d’euros. Malgré la crise économique en Europe, le montant des transferts est toujours à la hausse.

19Outre cette somme faramineuse, il y a les cadeaux qu’on envoie et qu’on apporte chaque été. Leïla me raconte : « Ma belle-famille n’arrive pas à comprendre ou refuse de voir que mon mari, mes enfants et moi vivons de mon salaire, qui nous suffit à peine pour nos dépenses quotidiennes. Il ne nous reste quasiment rien comme budget pour les vacances. Acheter des cadeaux pour eux veut dire que je ne pourrai pas m’acheter de nouveaux vêtements cette année. Mais ils nous font carrément des commandes. Apportez-nous un moulinex, apporte-moi un jeans, etc. ». De même, Bouchra me confie : « Le jour où nous sommes arrivés chez nous au Maroc pour l’enterrement de mon grand-père, mes tantes ont directement commencé à commenter le survêtement que je portais pour me faire comprendre qu’elles voulaient avoir le même. »

20Les MRE ne parlent pas volontiers de cette pression familiale pour obtenir de l’argent ou des cadeaux. Quand Leïla essaie de discuter avec son mari de la liste des vœux communiquée par sa belle-famille, il esquive le sujet. Selon lui, il est normal que sa famille pense qu’ils ont beaucoup d’argent puisqu’ils vivent en Europe et il ne faut pas leur en vouloir. Bouchra, quant à elle, a choisi de garder ses distances avec la famille, puisqu’elle ne supporte plus leur attitude matérialiste et a l’impression qu’ils ne la voient que comme un pont vers l’Europe. Ses parents adoptent une attitude diplomatique : bien qu’elle soit célibataire, ils ont dit à la famille au Maroc qu’elle est fiancée, afin d’atténuer la pression exercée sur eux pour la marier à un de ses cousins.

21On ne parle pas volontiers de ce sujet. Dans la discussion sur les choses embêtantes qui peuvent gâcher les vacances, sur YouTube, Zitoena9 remarque qu’elle est étonnée que personne n’évoque la famille : « Ils fouillent ma valise plus rapidement et plus rigoureusement que les douaniers. »

Le mariage comme assurance-vie

22La famille de Bouchra est loin d’être la seule à mettre la pression sur les parents en Europe pour marier leur enfant à un cousin ou une cousine du bled. Le mariage est vu comme un moyen de sauvegarder les intérêts financiers de la famille. Avec l’arrivée estivale des MRE, le marché des mariages connaît un grand essor. On a le temps pour faire la fête et la famille résidant en Europe peut assister aux cérémonies. En même temps, les fêtes de mariage forment aussi des occasions idéales pour scruter les invités et voir s’il y a, parmi eux, un futur époux. Pour beaucoup de célibataires, trouver un partenaire potentiel semble une partie incontournable des vacances. Le soir, sur les boulevards, on flâne, on observe et on flirte.

23A la question « Préférez-vous vous marier à une fille marocaine de Hollande ou une fille marocaine du Maroc ? », plusieurs Marocains hollandais répondent qu’ils préfèrent se marier à une fille du Maroc, puisqu’elles ne sortent pas beaucoup dehors et savent bien faire la cuisine. D’autres, par contre, disent qu’un mariage avec une fille locale ne sera pas possible : » La mentalité est différente, il y a trop de règles strictes » ou « Le courant ne passe pas avec les filles d’ici » – ce qui semble référer également à une trop grande différence des mentalités.

24A l’opposé, plusieurs garçons autochtones pensent qu’ils pourraient se marier à une fille MRE. « Elles ont une autre mentalité, plus ouverte [que les filles autochtones]. » Mais est-ce que la différence ne sera pas trop grande ? « On s’y adaptera, avec le temps. » Un autre jeune homme trouve cependant que cette ouverture d’esprit a des conséquences négatives : « Les filles s’habillent irrespectueusement, elles fument, boivent, etc. »

25Les commentaires suite au clip YouTube de Salaheddine à ce sujet traduisent la méfiance de beaucoup de Hollandais marocains envers les illi. Ils pensent que les interviewés ne disent pas la vérité : « Ils ne pensent qu’aux papiers. [...] Ils voient juste des passeports avec des bras et des jambes. » Younès remarque : « L’ardent désir de venir ici, chez les Marocains du Maroc, disparaîtra TRES VITE s’ils savaient comment est la vie ici. [...] Il est vraiment urgent que l’utopie qu’ils ont dans la tête, comme quoi c’est le paradis sur terre ici, change. »

26En même temps, les MRE renforcent eux-mêmes l’image que tout en Europe est bâti en or, puisqu’ils dépensent beaucoup d’argent pendant leurs vacances au Maroc. Et pour une partie des MRE, le but principal de rester en Europe est l’argent – même pour ceux dont les grands-parents sont nés en Europe. Ainsi, Meryem explique que ses cousins, nés et ayant grandi en France, se réfèrent au Maroc pour toutes les choses immatérielles, tandis que la France leur sert pour tout ce qui est matériel (Paquette, 2009). Bien que la vie en France ait une influence sur leur mode de vie, le Maroc reste le cadre de référence principal pour les pratiques culturelles et religieuses.

27Néanmoins, la relation avec le pays d’origine s’érode : la plupart des migrants des deuxième et troisième générations ont des liens moins forts que leurs parents avec le pays d’origine. Une étude du Haut-Commissariat au Plan a montré que les Marocains de la deuxième génération sont moins enclins à envoyer de l’argent ou à investir au Maroc que les migrants qui sont nés au Maroc. L’État marocain a donc intérêt à garder, voire à resserrer, les liens avec les Marocains allochtones pour s’assurer de la continuité des transferts de fonds de la communauté marocaine à l’étranger.

L’État s’efforce de sauvegarder les liens

28De grands tableaux bleus au bord des autoroutes affichent Marhaba fi watanikum : bienvenue dans votre pays. Les panneaux font partie de l’opération Marhaba, instaurée sur ordre royal pour offrir un bon accueil aux citoyens qui rentrent au bled. Dans le cadre de cette opération, la Fondation Mohamed V pour la Solidarité déploie chaque été plus de 400 assistantes sociales, médecins, paramédicaux et volontaires, qui ont vocation à apporter de l’aide aux MRE rentrant au pays.

29Depuis 1990, les MRE ont leur propre ministère, qui a pour mission de défendre les intérêts des Marocains émigrés. Le ministère gère un site web qui comporte beaucoup d’informations sur, entre autres, les actualités économiques, les possibilités d’investissement au Maroc et les procédures juridiques et fiscales pour transférer de l’argent ou des biens au Maroc. On n’essaie donc pas de dissimuler que le ministère n’a pas seulement pour mission de défendre les intérêts des Marocains émigrés, mais aussi les intérêts de l’État. Les plaintes des Marocains allochtones sur la circulation et la bureaucratie sont apparemment parvenues au ministère, parce qu’on trouve aussi une copie du code de la route sur le site, ainsi que des infos pratiques sur les procédures concernant les attestations et les légalisations.

30En plus du ministère, il y a le Conseil consultatif des Marocains à l’étranger, CCME. Celui-ci est censé renforcer les liens entre les Marocains résidant à l’étranger et « s’acquitter des missions de concertation et de contribution à la formulation et à l’élaboration des politiques relatives à l’immigration et aux affaires de la communauté des Marocains résidant à l’étranger » (dahir n° 1-07-208). Le conseil a traduit cette mission presque uniquement en une politique culturelle, par l’organisation et le financement d’expositions d’art, de spectacles, de traductions et de publications de littérature marocaine. Depuis que son président, Driss El Yazami, a été nommé au Conseil national des droits de l’homme, on n’entend plus beaucoup parler du CCME.

31Le ministère des MRE s’investit aussi dans la transmission de la culture marocaine, vue comme un moyen pour garder et renforcer les relations avec les communautés à l’étranger. Il organise des voyages culturels et des universités d’été pour des jeunes MRE. Actuellement, le ministère travaille sur la création de plusieurs Maisons du Maroc, destinées à la promotion de la culture marocaine. En 2012, la première Maison du Maroc a été ouverte à Montréal. D’autres suivront, à Tunis, Bruxelles, Paris, Tripoli et Amsterdam.

32Beaucoup de Marocains en Hollande sont très critiques envers l’État marocain. Quoique les Amicales de Hassan II, créées dans les années soixante-dix pour garder la mainmise sur les émigrés, n’existent plus, leur souvenir reste vivace et amer. Quand le CCME a été créé, des activistes hollandais ont fait circuler une pétition pour entraver ce qui était, selon eux, l’énième essai du régime marocain pour garder le contrôle sur les communautés à l’étranger. Ils critiquent également le fait que la relation entre les MRE et l’État marocain soit une relation à sens unique : chaque enfant né d’un parent marocain est automatiquement marocain, même s’il est né en dehors du Maroc, et il n’est pas possible de renoncer à la nationalité marocaine. En même temps, les MRE n’ont aucune influence sur la politique du pays, puisqu’ils n’ont pas le droit de vote. Des critiques similaires sont exprimées par les MRE dans d’autres pays européens, notamment en France.

Culture cosmopolite

33« Tu sais, quand je suis en Hollande, le Maroc me manque, mais dès que j’ai dépassé Tanger de même pas vingt kilomètres, j’ai envie de rentrer chez moi en Hollande » me confie un ami marocain qui habite depuis une dizaine d’années aux Pays-Bas. Être déchiré entre deux cultures est un sentiment partagé par beaucoup de MRE. Mais finalement, ils créent leur propre culture, avec des caractéristiques marocaines, des caractéristiques européennes et, souvent, quelques emprunts à d’autres cultures aussi. Aujourd’hui, ce sont les mariages fêtés en Hollande et en France qui déterminent la mode des takchita, robes de fête marocaines. Les femmes visitent leurs propres salons de coiffure, qui peuvent être gérés par une Marocaine, mais parfois aussi par une Turque ou une Algérienne : le salon de beauté au coin de ma rue amstelodamoise s’appelle An-nisa’, mot arabe pour « les femmes », mais sur la fenêtre est marquée également güzellik merkezi, « salon de beauté » en turc. Le boulanger marocain du quartier où j’achète des plats de couscous vend du msemmen, des crêpes marocaines, qu’il prépare comme des pizzas turques, avec des tomates et de la salade. Ainsi, les habitudes se mélangent pour créer une culture urbaine cosmopolite, dans laquelle la marocanité joue un grand rôle.

34Ce n’est pas à travers les actions de l’État marocain que cette marocanité conserve de son importance. La volonté personnelle de préserver des caractéristiques de la culture marocaine en est la raison principale, comme le montrent les commentaires des garçons qui cherchent à se marier avec une fille autochtone. Quoique les MRE soient parfois irrités par la pression exercée sur eux par la famille au Maroc pour se marier à un garçon ou une fille autochtone, beaucoup de Marocains résidant en Hollande se marient à un(e) époux(se) du pays d’origine, même si cela est en train de changer. En 2002, encore plus de la moitié des Hollandais marocains se mariaient avec un(e) Marocain(e) ; en 2012, moins de 1 sur 5 se marie à quelqu’un(e) du pays d’origine. Cependant, plus de 4 Hollandais(es) marocain(es) sur 5 ont un partenaire de la même origine, qui est donc soit né aux Pays-Bas de (grands-parents marocains), soit né au Maroc (chiffres du bureau de statistique néerlandais CBS). Les jeunes maroco-hollandais sont motivés par la préservation de la continuité de la famille, des origines, des usages et des mœurs dans leur recherche d’un partenaire de mariage (Sterckx et Bouw 2005). Ils anticipent sur les vœux de leurs parents et cherchent un partenaire avec qui il y a déjà des relations parentales, ou avec qui il est facile d’établir une relation.

35Pour les Marocaines et les Marocains autochtones, c’est surtout l’assurance financière qui est intéressante. Au Maroc, il n’y a pas d’État-providence pour assurer un revenu minimum aux citoyens, on a alors recours à la famille en cas de nécessité. Quand une partie de la famille se trouve en Europe, les membres de la famille au Maroc comptent sur leur solidarité. C’est pourquoi il est logique que l’aspect matériel ait une grande importance dans les relations entre Marocains de l’intérieur et Marocains de l’extérieur.

36La pression sociale sur les MRE pour montrer leur réussite en Europe est très forte. S’ils venaient au pays avec une ancienne voire une petite voiture, par exemple, la famille et les voisins diraient qu’ils n’ont pas réussi. Les MRE sont tout à fait conscients de leur position privilégiée. Les termes par lesquels les MRE et les Marocains autochtones se désignent sont significatifs de la distance entre les Marocains autochtones et les allochtones, qui n’est pas seulement physique mais se décline aux niveaux économique, social, linguistique et culturel. En utilisant le terme illi, les Maroco-hollandais confirment que l’importance de « la carte rouge » (un passeport européen) vaut aussi bien pour ceux qui la détiennent que pour ceux qui ne la détiennent pas (encore).

37Un cercle vicieux s’est mis en place : des attentes envers les émigrés – la richesse qu’ils étalent en rentrant au pays – des attentes croissantes, se traduisant par une plus grande pression pour exposer la réussite financière. Les MRE sont appréciés pour le soutien financier qu’ils apportent, mais en même temps dénigrés pour leurs mœurs occidentalisées : ils auraient un comportement trop extraverti, ne s’habilleraient pas assez discrètement, et les filles fument et boivent de l’alcool. Ainsi, les préjugés des deux côtés se renforcent. Bien que beaucoup de Marocains savent maintenant que les MRE ne roulent pas tous sur l’or, ces préjugés et ces schémas d’attente sont difficiles à effacer.

Bibliographie

Paquette O., « They have to know that they are Moroccan » : A Sending Country’s Perspective on the Second Generation of Emigrants Abroad, Independent Study Project (ISP) Collection, Paper 653, 2009, [en ligne] URL : http://digitalcollections.sit.edu/isp_collection/653

Salaheddine in Marokko (2011) – Martil ; Salaheddine in Marokko (2011) – Jongens uit Marokko en Nederlandse meiden ; Salaheddine onderzoekt de irritaties op vakantie.

Sterckx L., Bouw C., L’Amour sur mesure : le choix du partenaire parmi la jeunesse turque et marocaine, Amsterdam (en néerlandais), Spinhuis, 2005.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable