Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

La ruée vers l’Amérique… avec quelques obstacles : parcours d’immigrants marocains au Canada

Marie-Claude Haince

Texte intégral

1L’important taux de chômage chez les jeunes reste un phénomène qui prend chaque année de l’ampleur et qui fait partie des nombreuses raisons poussant la jeunesse marocaine vers l’exil, en quête d’un avenir meilleur. Au Maroc comme partout ailleurs, l’on estime souvent que le chemin de l’exil est la voie privilégiée pour donner libre cours à ses aspirations – qu’elles soient professionnelles, économiques ou personnelles.

2Ce chapitre vise à donner une intelligibilité empirique de ce phénomène migratoire en présentant des portraits d’immigrants marocains en début de processus migratoire vers le Canada au cours des dernières années. Les récits de trois jeunes femmes – Sofia, Najoua et Majida –, en se focalisant sur les obstacles à franchir pour s’établir au Canada, nous permettront de mettre en évidence ce processus migratoire et les trajectoires de celles qui ont choisi cette destination, tout en faisant apparaître les véritables défis auxquels ces candidates à l’immigration sont été confrontées tout au long de leurs parcours. D’abord lors du processus bureaucratique, auprès des institutions canadiennes d’immigration à Rabat qui, loin d’être aussi hospitalières qu’on le croit, cherchent plutôt à mettre à l’écart le plus de candidats possible ; et aussi lors des interactions avec les autorités canadiennes d’immigration pour qui l’immigrant n’est, le plus souvent, considéré que comme un simple numéro de dossier – des murs se dressant alors entre les candidats et le pays convoité. Ensuite, lors de l’établissement dans la société d’accueil, ouverte en apparence, mais qui est pourtant hésitante face à la venue de ces nouveaux arrivants, Arabes et musulmans. La non-reconnaissance des diplômes et des compétences, la précarisation et la discrimination par rapport à l’emploi, les relations de voisinage parfois tendues et difficiles, telles sont les embûches qui sont le lot quotidien des immigrants marocains qui, pourtant, se sont exilés pour (re)partir sur de meilleures bases.

Sofia : une attente insoutenable

3Pour immigrer au Canada, il faut s’armer de patience. Les procédures sont longues et prennent en moyenne quatre ans pour les candidats marocains à l’immigration, parfois même sept ans. C’est un parcours du combattant à travers les dédales de la bureaucratie, qui finit souvent par démoraliser et mener à la désillusion. L’histoire de Sofia nous montre à quel point l’attente peut devenir insoutenable.

4Sofia est une jeune femme marocaine dans la vingtaine qui a terminé ses études supérieures en management en tant qu’étudiante étrangère dans une université montréalaise, rencontrée pour la première fois en décembre 2006. Sofia avait alors déposé une demande d’immigration pour le Québec en décembre 2003 et attendait le résultat de l’évaluation de son dossier. En novembre 2004, après onze mois d’attente, sa candidature a été acceptée et un certificat de sélection du Québec (CSQ) lui a été délivré à la suite d’une entrevue de sélection qui a duré moins d’une heure. « Jusqu’ici, me dit-elle, tout était dans les délais, c’est après que ça se gâte. » Il faut souligner que Sofia avait fait appel à un avocat spécialisé en immigration pour l’aider dans ses démarches, comme elle me le disait : » Ça aide, tout le monde me l’avait conseillé. » Elle souligne qu’elle s’était auparavant préparée, avec son avocat, à son entretien avec l’agent d’immigration : « Une chance, on avait fait une simulation en deux séances avec lui, j’ai pu me préparer… La femme qui m’a fait passer l’entrevue était très froide, le nez dans son ordinateur, sans me regarder dans les yeux, en posant ses questions les unes à la suite des autres… mais j’étais prête. » Par la suite, toujours avec l’aide de son avocat, elle a constitué le dossier pour Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) qu’elle a envoyé au service des visas de Rabat en décembre 2004. Une fois le dossier envoyé et réceptionné, plusieurs mois d’attente s’ensuivent. Son avocat se faisait alors rassurant quant aux délais de traitement. Elle me disait : » Il m’a dit que ça prendrait douze à seize mois maximum… j’étais confiante. » En mars 2005, Sofia reçoit des instructions et des formulaires pour qu’elle puisse aller passer son examen médical, un préalable à l’acceptation de sa candidature (préalable onéreux et à la durée de validité limitée). Presque au même moment, elle a dû fournir un certificat de police (pour chacun des pays où elle a séjourné plus de six mois, soit le Maroc et le Canada) pour que Citoyenneté et Immigration Canada puisse poursuivre le « contrôle de sécurité » et l’« examen des antécédents judiciaires » (procédure pouvant prendre plusieurs mois). Sofia a donc fait la demande pour obtenir ces documents qu’elle a envoyés au Service des visas de Rabat aussitôt reçus (leur durée de validité étant réduite à trois mois).

  • 1 Un agent d’immigration canadien me disait que Citoyenneté et Immigration Canada misait beaucoup sur (...)
  • 2 Plus encore, il faut souligner que, depuis un moment déjà, les candidats dont la demande est traité (...)

5Huit mois se passent avant que Sofia ne reçoive à nouveau un courrier, en novembre 2005, lui demandant, une fois de plus, de transmettre à Citoyenneté et Immigration Canada ses certificats de police. Les mois passent et se suivent sans qu’il n’y ait de nouveaux développements quant à l’issue de la demande de résidence permanente de Sofia. Cette attente lui pèse considérablement. Comme elle dit : » Je regarde régulièrement sur leur site pour voir où ça en est, mais comme toujours ça dit “En traitement”… » Il est en effet maintenant impossible de parler avec l’agent qui est responsable du traitement du dossier du candidat. Dans le meilleur des cas, les candidats à l’immigration peuvent tenter de joindre le télécentre de Citoyenneté et Immigration Canada et pourront, avec un peu de chance, être mis en communication avec l’un des agents de ce centre de renseignements qui leur fournira exactement les mêmes informations que celles disponibles sur le site internet1, à savoir quel est le stade de traitement de leur dossier. Ou alors, les candidats n’auront seulement accès qu’au service téléphonique automatisé de ce même centre d’appel, où une voix préenregistrée les informera de l’état de leur demande. Dans tous les cas, les relations directes entre l’agent d’immigration et le demandeur font désormais partie du passé2. Ainsi, de plus en plus préoccupée par les délais de traitement de son dossier, Sofia contacte son avocat, en décembre 2006, pour savoir s’il est possible de faire quelque chose pour « débloquer » la situation. L’avocat de Sofia l’informe qu’il vient de recevoir un courrier de Citoyenneté et Immigration Canada qui demande à Sofia de leur faire parvenir, pour une troisième fois, ses certificats de police et de nouveaux éléments, ses empreintes digitales. Sofia est outrée. D’autant plus qu’elle ne comprend pourquoi elle doit soumettre à trois reprises ses certificats de police. « C’est parce que je suis une femme arabe qu’ils font ça, c’est de l’islamophobie », me dit-elle.

6Les mois ont passé sans que Sofia n’obtienne son visa de résident permanent. Je l’ai rencontrée à nouveau en juin 2007, juste après qu’elle ait obtenu son diplôme universitaire. Sofia était plus que découragée. Elle était en colère. Sofia acceptait très difficilement cette situation d’attente – d’autant plus qu’il y avait récemment eu des problèmes avec la transmission de certains documents et qu’elle attendait un nouveau formulaire pour refaire sa visite médicale. Au moment où elle avait déposé sa demande en décembre 2003, elle était loin de s’imaginer qu’elle serait encore en train d’attendre près de quatre ans plus tard. Elle avait justement pris soin de déposer son dossier au début de sa scolarité à Montréal, dans l’espoir de pouvoir se trouver un travail une fois diplômée. Elle avait tout planifié, mais voilà que ses aspirations étaient réduites à néant. Depuis notre dernière rencontre, Sofia avait contacté à plusieurs reprises son avocat pour qu’il fasse quelque chose, mais comme le dossier était toujours « en traitement », il lui était impossible d’envisager quelque recours que ce soit. Face à cette situation insoutenable, elle avait donc pris une décision. « Je ne peux pas rester ici sans travail, à dépenser de l’argent sans savoir ce qui va advenir… Je vais rentrer au Maroc attendre mes papiers. C’est la seule chose qui me reste à faire, et puis ça fait déjà un bon moment que je n’ai pas vu mes parents. Attendre ici ou là-bas, au moins je serai auprès des miens. » Sofia ne s’imaginait pas vivre seule cette attente interminable. Elle rentrera au Maroc en juillet.

7Sofia a finalement obtenu son visa de résident permanent à l’automne 2007. Elle est de retour à Montréal. Impuissante et se résignant à mettre ses ambitions entre parenthèses, la motivation de Sofia a été rudement mise à l’épreuve de l’attente qu’impose le processus de décision bureaucratique. Jeune femme dynamique et ambitieuse, Sofia est petit à petit devenue anxieuse, impatiente, avec la rage au ventre.

8La durée des procédures d’immigration place les candidats immigrants dans une position précaire qui impacte considérablement leur vie. L’histoire de Sofia, comme tant d’autres d’ailleurs, montre bien à quel point l’attente est un élément central dans la gestion et le traitement bureaucratique des demandes de résidence permanente. Ce qui est en jeu ici, c’est ce « sur-place » dans l’immédiateté de l’instant présent, un perpétuel présent qui fonde l’impossibilité de se projeter dans le futur. Les candidats à l’immigration se voient ainsi confinés à cette temporalité suspendue. Expulsés en quelque sorte hors de la temporalité dominante, hors du temps, les candidats n’ont pas de réelles possibilités d’action puisque leur existence même est mise entre parenthèses.

Najoua : rêves brisés

9Si les difficultés débutent lors du processus d’immigration, dès les premiers pas en direction de la terre d’accueil, elles sont loin de s’arrêter là. En effet, l’installation au sein d’une nouvelle société, l’établissement dans une nouvelle communauté comportent également leur lot d’obstacles. Au niveau professionnel, notamment, les embûches se multiplient dès lors que l’on tente de concrétiser ses aspirations. Le parcours de Najoua montre que malgré une très bonne préparation et planification, malgré un projet bien pensé, les rêves finissent par s’effriter petit à petit, au fil des ans passés à la recherche d’une meilleure situation.

10Najoua, une jeune femme marocaine dans la fin de la trentaine, a fait des études universitaires en droit en France à la fin des années 90. Cette expérience à l’étranger lui a permis d’acquérir des compétences recherchées à l’international, en plus d’une expérience de travail non négligeable. En effet, après ses études Najoua a occupé des postes dans le domaine juridique en France. Toutefois, à la suite de certains aléas au niveau professionnel et personnel, Najoua s’est mise à la recherche d’une autre terre d’accueil. Elle se résigne à rentrer au Maroc afin de prendre le temps d’évaluer les diverses possibilités s’offrant à elle et d’envisager l’émigration.

11Étant donné ses qualifications – un diplôme étranger reconnu, une expérience de travail pertinente –, les possibilités sont multiples. Elle a d’abord envisagé d’émigrer en Australie ou aux États-Unis d’Amérique, mais la barrière de la langue anglaise la rebutait quelque peu. Puis elle a découvert le Canada et sa province francophone, le Québec. Dès lors, elle s’est imaginée s’y établir et y vivre. Le fait francophone a été décisif dans son choix d’émigrer au Canada. Ainsi, elle a commencé à faire des recherches sur la province de Québec : son marché de l’emploi, sa société, sa culture, ses coutumes et ses mœurs. Après s’être bien renseignée, Najoua a commencé ses démarches auprès d’Immigration Québec, avec l’aide d’un avocat. Son projet d’émigration, elle l’avait bien préparé. Elle n’a pas pris les choses à la légère, car pour elle l’émigration au Canada signifiait une nouvelle vie, un nouveau départ, de nouvelles perspectives que le Maroc, croyait-elle, ne pouvait pas lui offrir.

12À son retour au Maroc, Najoua occupait pourtant une position enviable et enviée, celle de cadre supérieur dans une boîte commerciale d’envergure. Elle aurait très bien pu décider de rester au Maroc plutôt que d’émigrer. Mais elle recherchait autre chose. Elle se sentait à l’étroit dans cette société qu’elle trouve parfois « obtuse et rétrograde ». Après avoir passé plusieurs années en Europe, elle ne se sentait plus tout à fait chez elle au Maroc. Elle me confia que, d’une certaine manière, elle ne s’était jamais sentie pleinement appartenir à cette société – en raison notamment de certaines valeurs qu’elle ne partageait pas, de certaines manières d’être et de faire qu’elle ne reconnaissait pas comme étant siennes. Elle avait envie et besoin de vivre autre chose, de pouvoir s’épanouir, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Elle ne croyait pas à l’époque – et encore aujourd’hui – que le Maroc pouvait lui apporter quoi que ce soit de ce côté. Voilà quelques-unes des motivations qui ont poussé Najoua vers l’exil.

13Najoua est arrivée à Montréal en novembre 2009, après avoir attendu près de cinq ans avant de pouvoir fouler le sol de cette terre d’accueil qu’elle avait tant convoitée. Les débuts furent difficiles, me confia-t-elle. Najoua est arrivée au début de l’hiver, sans avoir un réseau de connaissances et d’amis pour l’accueillir, ce qui contribua – au départ – à son isolement. Si elle a tout de même déniché assez rapidement un petit appartement dans un quartier d’immigration montréalais, en ce qui concerne l’emploi, les embûches se sont multipliées.

14En effet, Najoua était loin de se douter que ses diplômes étrangers n’allaient pas être un atout pour percer sur le marché de l’emploi québécois. Il faut savoir qu’encore aujourd’hui le milieu du travail québécois demeure toujours très protectionniste – en particulier pour bon nombre de professions libérales. Najoua, nous le disions, est juriste de formation. Or, au Québec, les professions du domaine juridique sont régies par des ordres professionnels. Cela signifie que pour occuper une profession dans ce domaine il faut souvent refaire sa scolarité et passer l’examen d’un ordre professionnel – en l’occurrence ici, le barreau québécois. Sans cela, il est impossible de se trouver un poste. En outre, la plupart des employeurs québécois demandent aux futurs employés d’avoir une « expérience de travail québécoise », un préalable à l’embauche qu’il est impossible d’avoir pour les nouveaux arrivants comme Najoua.

15Najoua, qui rêvait d’indépendance, d’autonomie et de liberté pour s’épanouir aussi bien professionnellement que personnellement, s’est résignée à chercher ailleurs que dans son domaine d’expertise, car pour elle le plus important demeurait de réussir son intégration (professionnelle, économique et sociale). Après plusieurs tentatives infructueuses, elle a finalement trouvé un poste d’adjointe juridique dans un cabinet d’avocats – un emploi contractuel, sans couverture sociale et à temps partiel. Cependant, avec ce seul emploi elle n’était pas en mesure de payer toutes ses factures. Elle devait donc trouver autre chose. Après avoir fait toute une série de petits boulots – serveuse, commise, etc. – Najoua a trouvé un autre emploi à temps partiel comme cosméticienne dans une pharmacie. Ce n’est certainement pas ce dont elle rêvait, mais à tout le moins cela paie les factures.

16Najoua est venue au Canada pour améliorer sa situation et elle cherchait à surmonter le déclassement professionnel qu’elle vivait par tous les moyens. En 2012, afin de pouvoir envisager une meilleure situation, elle se décide à reprendre des études et à déposer une demande pour une admission dans un programme juridique d’une université montréalaise. Après plusieurs mois d’attente, elle reçoit finalement une réponse de la direction du programme : sa candidature n’a pas été retenue. Elle ne pourra donc pas reprendre ses études comme elle l’avait tant espéré. Et comme si le mauvais sort s’acharnait sur elle, en janvier 2013, en raison de relations de travail conflictuelles avec son employeur – qui, selon elle, la traitait plus comme une boniche que comme une véritable assistante juridique –, Najoua n’a eu d’autre choix que de claquer la porte et de remettre sa démission. Il lui reste son poste de cosméticienne à la pharmacie, mais elle cherche toujours un véritable emploi à la hauteur de ses compétences et de ses attentes.

17Cette communauté imaginée depuis l’étranger, idéalisée à bien des égards, n’a pas suffi à remplir les promesses qu’elle laissait entrevoir. Le décalage entre les aspirations professionnelles et la réalité du marché de l’emploi québécois est si grand qu’il devient difficile de rêver, d’aspirer à une vie meilleure, malgré les diplômes, la motivation et une réelle envie de se dépasser. Les freins à l’intégration socioprofessionnelle sont bien concrets. Najoua en a fait l’expérience. Regrette-t-elle d’avoir émigré au Canada ? Non. Aurait-elle fait les choses autrement si elle avait su ? Certainement. Néanmoins, un idéal persiste : réussir son intégration.

Majida : précaire malgré elle

18Nous le soulignions, beaucoup de candidats marocains à l’émigration prennent les chemins de l’exil pour tenter leur chance au Canada, dans l’espoir d’une vie meilleure. Malheureusement, les destins se jouent parfois autrement, et certains finissent par faire l’expérience de la précarité – à la fois sociale et économique –, et ce, bien malgré eux. Le parcours de Majida montre que parfois l’on se voit contraint de prendre des directions inenvisageables depuis le pays de départ.

19Majida est une jeune trentenaire qui a émigré à Montréal en décembre 2010 grâce au parrainage de son frère. Déjà installé au Québec depuis un certain temps, le frère de Majida a pu faciliter son immigration en l’assistant dans ses démarches depuis le Canada. L’idée d’une émigration vers le Canada est en fait venue de lui, Majida n’avait ni envisagé ni projeté de s’établir au Canada. Une fois les démarches entreprises, les ambitions de Majida étaient modestes : trouver de meilleures opportunités, voici ce qu’elle cherchait en émigrant au Canada.

20À son arrivée à Montréal, Majida s’est installée chez son frère – un homme marié et père de trois jeunes enfants. Au départ, Majida n’a pas cherché de travail. Elle avait déjà beaucoup à faire. En effet, Majida n’a pas hésité à soutenir son frère et son épouse à la maison, mais rapidement, elle s’est vu prendre en charge la plupart des tâches domestiques de la maisonnée : préparation des repas, soins des enfants, lessive, poussières, balais, planchers, etc. Dans un premier temps, elle trouvait normal d’aider son frère. Après tout, c’est lui qui lui avait donné la possibilité d’émigrer au Canada. Toutefois, avec les mois passés confinés à la maison – Majida n’était jamais sortie seule explorer sa nouvelle ville d’accueil – et avec les tensions grandissantes entre elle et sa belle-sœur – qui la traitait plus comme une bonne que comme un membre de la famille –, Majida en a eu assez de cette situation et a décidé de prendre les choses en main.

21Été 2011. Après des mois de « servage », Majida a pris son courage à deux mains et a décidé de se trouver à la fois un boulot et son propre logement – non pas sans une vive réaction de son frère qui n’était pas prêt à accepter sa décision. Toutefois, Majida n’a pas le profil du travailleur qualifié, bardé de diplômes, tant recherché par le Canada. Au Maroc, elle a occupé un poste dans le domaine du textile d’ameublement. Or, au Canada et au Québec, il s’agit d’un domaine hautement saturé – en raison notamment de la délocalisation de nombreuses entreprises –, où les possibilités d’ouvertures et de débouchés sont réduites. Les recherches de Majida pour se trouver un emploi ont été laborieuses. Ne maîtrisant qu’à peu près le français et n’ayant que très peu de qualifications, elle a dû se résoudre à faire des travaux ménagers chez les autres par l’intermédiaire d’une agence de placement.

22Il est vrai que Majida vient d’une famille et d’un milieu modestes, qu’elle n’appartient pas à la grande bourgeoisie marocaine ; néanmoins en travaillant dur elle a toujours réussi à avoir une situation convenable. À Montréal, elle habite désormais un minuscule studio situé dans un demi-sous-sol d’un quartier populaire, loin des transports en commun et des commerces. Elle fait le ménage chez les autres pour un revenu en dessous du salaire horaire minimum. Malgré tout, elle tient à l’indépendance et à l’autonomie qu’elle a récemment acquises. Majida me confiait avoir maintenant un ardent désir de se réaliser et de s’accomplir. Mais la précarité dans laquelle elle se trouve maintenant ne correspond pas du tout à ce qu’elle avait imaginé comme style de vie.

  • 3 Quelques mots sur ces agences. Elles opèrent dans une quasi-clandestinité, à travers le bouche à or (...)

23Encore aujourd’hui sous le joug d’agences de placement3 – plus ou moins légales – qui lui prennent une bonne part de son salaire en guise de « pourboire », Majida est entrée dans un cycle dont il est difficile de sortir. Elle va de petits boulots en petits boulots – travail dans une pizzeria, travail à la chaîne en usine, entretien ménager chez des particuliers et en entreprises, etc. –, pour un salaire de misère, mais qui est tout même de mieux que rien du tout, se dit-elle.

24Majida rentrera au Maroc dans quelques mois, après plus de deux ans et demi sans avoir pu revoir ses proches. Elle appréhende ce moment tout comme elle s’en réjouit. Bien sûr, revoir la famille sera un événement réjouissant, mais en même temps, elle devra faire face aux questions de ses proches – qu’elle arrivait jusque-là à éviter partiellement lors des conversations téléphoniques hebdomadaires. Elle devra leur dire ce qu’il en est vraiment, être honnête sur sa situation au Canada, rentrer les mains presque vides, sans pouvoir être en mesure d’offrir tous ces présents si ardemment attendus lorsqu’un membre de la famille vivant à l’étranger rentre pour les vacances.

Canada terre d’écueils

  • 4 Au Québec, le Maroc occupe depuis 2002 alternativement les premier et deuxième rangs des pays de na (...)

25Du rêve à la désillusion, de la stabilité à la précarité, la plupart des migrants marocains qui tentent leur chance au Canada dans l’espoir d’une vie meilleure finissent par dire que le Canada est plus une terre d’écueils qu’une terre d’accueil. Le décalage entre ce qui est présenté et promu et la réalité est souvent si grand que les futurs candidats à l’émigration ne sont pas à même de prendre la mesure de ce qui les attend. Il est vrai que la stratégie agressive de promotion de l’immigration des autorités canadiennes et québécoises est si séduisante que plusieurs n’hésitent pas à s’investir dans un tel projet sans toutefois être conscients de toutes les embûches qu’ils rencontreront sur le chemin de l’exil. Nous avons pu constater, à travers les portraits de ces trois jeunes femmes, que le mirage canadien ne réussit pas toujours à remplir ses promesses. En effet, il ne s’agit pas tant de réussir à rejoindre la terre promise, de réussir à émigrer, car plusieurs diront qu’ils ont effectivement réussi. Ce qui est en jeu ici c’est la capacité de pouvoir réellement avoir les moyens de concrétiser ses rêves, d’atteindre cette vie meilleure tellement espérée. Malgré cela, des milliers de jeunes Marocains continueront au cours des prochaines années à se ruer vers le Canada, car après tout, dans la conjoncture actuelle du Maroc, il faut tout de même tenter quelque chose pour améliorer son sort. Dans ce contexte, l’émigration est l’une des possibilités souvent privilégiées, et puisque la forteresse Europe est de moins en moins attrayante, l’Amérique devient une option à envisager. Depuis les années 2000, le Canada accueille près de 4 000 immigrants marocains chaque année, le Maroc se classant parmi les 15 premiers pays de provenance des immigrants permanents4. La ruée vers l’Amérique, et plus particulièrement vers le Canada, est ainsi un phénomène qui ne cesse de gagner de l’ampleur.

Notes

1 Un agent d’immigration canadien me disait que Citoyenneté et Immigration Canada misait beaucoup sur le développement de leur site internet. Selon cet agent, pour les autorités canadiennes il s’agit d’un moyen de « démocratiser le processus à travers l’accès à l’information sur internet ». Toutefois, il faut souligner qu’il s’agit aussi d’une manière de contrôler et de limiter l’information. En effet, il est de plus en plus difficile de s’entretenir avec un individu travaillant à CIC, et, très souvent, si l’on réussit à s’entretenir avec l’un d’entre eux, il renvoie vers leur site internet.

2 Plus encore, il faut souligner que, depuis un moment déjà, les candidats dont la demande est traitée à l’étranger par un bureau canadien des visas ne sont plus en mesure de parler à un agent pour connaître l’état du traitement de leur demande. En effet, les services du télécentre de Citoyenneté et Immigration Canada concernent désormais uniquement les demandes en cours de traitement au Canada. Le site internet de CIC demeure la seule manière de s’informer sur le traitement du dossier pour ces candidats.

3 Quelques mots sur ces agences. Elles opèrent dans une quasi-clandestinité, à travers le bouche à oreille, au sein des communautés immigrantes et, parfois, par l’intermédiaire de petites annonces placées dans des quotidiens populaires montréalais. Les dirigeants de ces agences sont, la plupart du temps, également issus des communautés immigrantes d’où ils recrutent leur main-d’œuvre bon marché. Il s’agit là d’un système d’exploitation efficace, basé sur un lien de confiance, une proximité et une mutualité, qui permet d’autant plus l’assujettissement et le contrôle de leurs concitoyens. Bref, ces agences agissent comme une petite mafia auprès des nouveaux arrivants, souvent vulnérables et n’ayant que peu de connaissances sur leur société d’accueil – marché du travail, droits, protections, etc. Ne sachant pas à qui faire confiance et n’ayant pas toujours les moyens de trouver un emploi par eux-mêmes, beaucoup d’immigrants en viennent à être esclaves de ces agences peu scrupuleuses.

4 Au Québec, le Maroc occupe depuis 2002 alternativement les premier et deuxième rangs des pays de naissance des nouveaux arrivants.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable