Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Vieillesse, vieillissement et solidarités : nouvelles réalités, nouveaux enjeux

Muriel Sajoux, Laurent Nowik et Béatrice Lecestre-Rollier

Texte intégral

Jardin et mosquée Sidi Hmed El Kamel de Marrakech, mars 2012. © Nowik.

1Le Maroc est encore un pays jeune. Il enregistrera cependant, en quelques décennies seulement, un vieillissement démographique d’une grande ampleur, du fait de la baisse rapide de sa fécondité et de la progression de la longévité. Au regard de cette transformation à venir, il importe de s’interroger sur les capacités d’adaptation et d’anticipation de la société qui devra répondre aux besoins d’aînés de plus en plus nombreux. Bien que l’ensemble des personnes âgées de 60 ans et plus constitue une population hétérogène, plusieurs sources de vulnérabilité peuvent être identifiées au sein de la population âgée, notamment en raison de la structure et de l’articulation des différentes solidarités en faveur des aînés (Sajoux et Lecestre-Rollier, 2014).

2Nous avons réalisé en 2011 et 2012 une série d’entretiens dans les villes d’Agadir et de Meknès afin de cerner la réalité des solidarités intergénérationnelles. Plusieurs de nos interlocuteurs (parmi les plus instruits), indépendamment de leur situation personnelle, ont utilisé l’expression « tafakuk alʽâila », ou bien encore « tafakuk al’usra, que l’on peut traduire littéralement par « désagrégation de la famille ». On serait passé de « alʽâila mutamaddida » (famille élargie) à « alʽâila nawawiya » (famille nucléaire) : « Avant, la famille était soudée du fait de la succession des métiers familiaux ; maintenant, les choses ont évolué. Il y a une multiplicité des métiers (dans la famille), les jeunes vont étudier ailleurs. Tout ceci a contribué à faire qu’il n’y a plus l’esprit de la famille soudée réunie sous le même toit comme cela était le cas auparavant. […] Ces changements sont survenus rapidement (un responsable d’une association de retraités). » Nous retrouvons ces explications dans les parcours de vie des individus et familles interrogés. Mais si la dispersion géographique des membres de la famille influe sur les conditions du vécu de la vieillesse, l’entraide et la solidarité envers les aînés restent encore très présentes, en dépit des difficultés matérielles, financières et parfois aussi relationnelles auxquelles doivent faire face les personnes âgées et leur entourage.

Face aux besoins des aînés, des solidarités familiales en réseau

3L’exemple suivant illustre la pluralité des solidarités familiales qui se mettent en place pour répondre aux besoins d’aînés ne bénéficiant ni d’assurance santé ni de pension de retraite. Fatima est née en 1937, elle a 76 ans. Enfant, elle vivait à la campagne, au « bled », dans les environs de Marrakech. Elle se souvient « qu’on avait tout à la campagne pour se nourrir, tandis que désormais tout coûte cher ». Elle n’est jamais allée à l’école et en plaisante : « Je ne sais même pas où se trouve l’école ! » Seuls ses frères ont été à l’école coranique. Elle a été mariée jeune, ne se rappelle pas exactement à quel âge, mais « j’étais très jeune » et a suivi son mari à Marrakech. Ils ont eu 10 enfants ensemble, puis il l’a répudiée, la laissant seule et sans ressources avec les enfants. Il s’est remarié trois fois après son premier mariage avec Fatima, mais il n’a eu qu’un enfant de ces unions, et, comme il est « trop dur » avec tout le monde, il se retrouve maintenant vieux et tout seul. C’est un de leurs fils qui l’héberge chez lui, à Marrakech.

4Après son divorce, Fatima a dû élever seule leurs 10 enfants. Elle a confectionné des tapis – elle avait appris à tisser quand elle était enfant – qu’elle vendait dans le voisinage ou au souk. C’était très difficile. Elle ne voulait pas que ses enfants quittent l’école trop tôt pour travailler. Heureusement, ses frères l’ont un peu aidée, surtout Mohamed qui était venu vivre pendant quelques années avec sa sœur à Marrakech pour poursuivre ses études en sciences religieuses. Il a beaucoup aidé Fatima, a pris en charge une des filles chez lui, lui a trouvé par la suite du travail. Mais lorsqu’il a eu ses propres enfants, il ne gagnait pas assez pour subvenir aux besoins de deux foyers et a suspendu son aide. A ce moment, les aînés de Fatima ont pu prendre le relais et aider leur mère.

5Maintenant, Fatima vit chez ses enfants à Agadir, dans un quartier résidentiel. Cela fait treize ans qu’elle a quitté la médina de Marrakech, contre son gré : « Il y avait beaucoup de voisins, beaucoup d’entraide ». Fatima ne se plaît guère à Agadir. Elle se trouve isolée dans une maison confortable, certes, mais dans un quartier où tout le monde est reclus chez soi, sans la sociabilité traditionnelle de voisinage qu’elle a connue toute sa vie dans la médina. Elle ne parvient pas à s’y habituer : « Personne ne vient te voir, te demander si tu as besoin de quelque chose, te proposer à manger si tu es malade. […] Si je n’avais pas mes filles, alors je serais seule. » Fatima se sent déracinée, et elle est amère. Ses frères ne viennent plus la voir maintenant qu’elle est à Agadir ; ils ne l’aident plus comme avant non plus. « La distance nous a séparés ; c’est dur, trop dur ! » dit-elle. C’est sous la pression de ses enfants qu’elle s’est résolue à quitter Marrakech. Elle dépend entièrement de leur aide maintenant qu’elle est âgée. Elle-même avait naguère fait venir sa propre mère chez elle, à Marrakech, quand celle-ci avait été trop fatiguée. Elle en avait pris soin jusqu’à sa mort à la maison. Elle ne veut pas aller vivre chez ses fils car ils travaillent toute la journée, leurs femmes aussi, et puis « ce sont les filles qui s’occupent mieux de leurs parents, surtout de leur mère ».

6Plusieurs témoignages, à l’instar de celui de Fatima, disent le regret des formes traditionnelles de solidarité de voisinage, qui n’existent pas seulement dans les campagnes, mais également dans les quartiers des villes anciennes. Les aînés s’ennuient dans l’anonymat des quartiers modernes, car « on a transformé l’urbain marocain en urbain occidental », selon les propos d’un enquêté. Les femmes en particulier se plaignent d’un fort sentiment d’isolement. Même quand elles ont gagné en confort de vie, elles ne se sentent pas bien ; elles se disent seules, sans voisins sur qui compter, sans rien à faire, qu’à attendre que leurs enfants ou petits-enfants rentrent à la maison.

7Fatima n’a ni pension de retraite ni couverture mutuelle pour sa santé. La maison qu’elle habite avec deux de ses filles appartient à l’un de ses fils émigré en Allemagne (l’importance de l’aide fournie par les enfants émigrés en Europe apparaît dans de nombreux autres témoignages). L’aînée des filles est divorcée ; elle ne travaille pas et a une fille collégienne à charge. La benjamine, elle, travaille dans une agence de voyages à Agadir. Elle a autour de la trentaine et n’est pas mariée, car elle met pour le moment entre parenthèses (selon sa propre expression) sa vie personnelle pour s’occuper de sa mère et en partie aussi de sa sœur, psychiquement fragile, qui ne peut assumer l’ensemble des tâches quotidiennes. En même temps, elle profite d’une maison agréable – son salaire ne lui permet pas de se loger correctement – et économise chaque mois le prix d’un loyer. Une autre sœur, mariée, habite en périphérie d’Agadir et passe souvent voir sa mère et ses sœurs. Deux autres sont plus éloignées, ainsi que tous les fils de Fatima : l’un est en Allemagne, deux autres à Marrakech, un à Casablanca et le plus proche réside dans les environs d’Agadir, à une trentaine de kilomètres environ.

8Au quotidien, ce sont donc les filles présentes qui prennent soin de leur mère. Leurs frères, eux, financent le foyer composé de leur mère, de leur sœur divorcée avec sa fille, sans ressources propres, et de leur plus jeune sœur qui travaille mais ne gagne pas beaucoup. Le frère émigré en Allemagne, marié à une femme allemande, outre le financement de la maison, prend en charge les frais de scolarité dans l’établissement privé de sa nièce, ainsi que toutes les dépenses importantes qui sortent de l’ordinaire. Les autres frères donnent régulièrement de l’argent, en fonction de leurs possibilités. Ce qui pose le plus de problème, ce sont les frais de santé. Fatima a maintenant besoin de consultations médicales régulières et d’un traitement pour la tension et le cœur. Les médicaments coûtent cher. Sa fille divorcée n’a pas non plus de couverture médicale. La benjamine a, elle, une mutuelle « mais qui ne rembourse presque rien », dit-elle. Elles aussi doivent faire appel à la solidarité de leurs frères régulièrement.

9Nous retrouvons ce cas de figure à plusieurs reprises. Les sœurs, en particulier les sœurs célibataires ou divorcées, en même temps qu’elles prennent en charge l’un ou les deux parents âgés, bénéficient en retour du soutien de la fratrie. Une telle situation accorde une place et un rôle socialement acceptables aux femmes célibataires et divorcées. Elle est conforme à une tradition qui veut que les hommes protègent les femmes et subviennent aux besoins des foyers. En même temps, elle permet aux fils de préserver leur couple des tensions belles-mères/belles-filles en renonçant à vivre auprès de leur mère. La féminisation des soins aux personnes âgées demeure, mais elle glisse des belles-filles aux filles. C’est là une occurrence nouvelle semble-t-il, en ce sens que la cohabitation est ici sciemment organisée autour de la vieille mère de famille, trop âgée pour vivre seule. Traditionnellement, c’est aux fils de perpétuer le foyer paternel, et dans les campagnes c’est encore le schéma qui prédomine. Mais en milieu urbain, il apparaît que les fils tendent désormais à se détacher du foyer parental. À la fois parce que leurs études puis leurs activités professionnelles les amènent à s’éloigner, mais aussi parce que la cohabitation belle-mère/belle-fille est de moins en moins acceptée par les jeunes femmes. Belles-mères comme belles-filles n’hésitent plus à le dire ouvertement : « Cela ne peut pas marcher entre belles-mères et belles-filles, c’est impossible, c’est voué à l’échec. On peut habiter à côté mais pas ensemble ; c’est pour éviter les problèmes des deux côtés, les malheurs des deux côtés […] il vaut mieux éviter dès le départ, sauf s’il n’y a pas d’autre solution (Sara, 25 ans, étudiante). »

Protection sociale et solidarités familiales, entre complémentarité indispensable et fragilité potentielle

10Même parmi les personnes âgées percevant une pension de retraite, nombreuses sont celles qui ne pourraient vivre dignement sans le soutien de leurs descendants, y compris lorsque ceux-ci sont eux-mêmes dans une situation modeste. C’est le cas d’Abdellatif, né il y a soixante-seize ans dans la région d’Agadir, et dont la vie active a été étroitement liée à son parcours migratoire. Vers l’âge de 10 ans, il a quitté sa région d’origine et est venu à El Hajeb chez un de ses oncles qui était épicier. C’est ainsi qu’il a fait l’apprentissage du commerce. Il est toutefois allé à l’école jusqu’à la fin du primaire et a obtenu son certificat d’études au début des années 50. Il s’est marié quelques années après avec Khadija, qui a une dizaine d’années de moins que lui et qui est aussi sa cousine (la fille d’une sœur de sa mère). En 1959, il est parti seul en France où il a travaillé dans la restauration une dizaine d’années. Khadija vivait alors chez le père d’Abdellatif dans son douar d’origine. Ce dernier est décédé en 1971. « A ce moment-là, je suis rentré définitivement, pour pas que ma femme soit seule avec les enfants et la femme de mon père ; il fallait qu’il y ait un homme à la maison. » Puis il est allé vivre à Aïn Taoujdate, avec sa famille (à 40 kilomètres à l’est de Meknès). Il y a travaillé pour une huilerie et pour une usine de transformation de fruits, en tant que vendeur. Enfin, au milieu des années 90, Abdellatif (qui avait alors 61 ans) et Khadija se sont installés à Meknès avec le plus âgé de leur fils.

11De leur union sont nés huit enfants, cinq garçons et trois filles. Trois de leurs fils sont décédés, l’un peu après sa naissance, un autre dans sa petite enfance et un troisième à l’adolescence. Leurs trois filles sont allées jusqu’au certificat d’études primaires ; elles sont toutes mariées et ne travaillent pas. Sa fille aînée, âgée d’un peu plus de 50 ans aujourd’hui, vit dans le village dont il est originaire, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir. Son mari « travaille la terre ». Elle a cinq enfants et est grand-mère. Sa seconde fille, quadragénaire, vit à El Hajeb où son mari est commerçant. Elle a trois fils, l’aîné fait des études supérieures, le second est en formation professionnelle et le dernier est au collège. La plus jeune de ses trois filles, bientôt quadragénaire, vit à Aïn Taoujdate ; son mari travaille dans un café. Ils ont trois enfants, l’aîné est au collège et la plus jeune a quelques mois seulement. Les deux fils d’Abdellatif ont quant à eux étudié jusqu’à la quatrième année du secondaire. Le fils avec lequel ils vivent (le plus âgé, bientôt quinquagénaire) travaille comme technicien. Son salaire mensuel est de 4 000 dirhams. Il est marié depuis longtemps mais n’a pas d’enfant. Ils vivent tous les quatre dans la même maison : Abdellatif et sa femme au rez-de-chaussée, son fils et son épouse à l’étage. Les repas sont pris en commun : « On prend les repas tous les jours ensemble, on fait une seule table. » Leur fils le plus jeune, également quadragénaire, travaille dans une usine à Aïn Taoujdate ; il est marié et a une fille scolarisée dans le primaire. « Il gagne un petit salaire, 2 500 dirhams. »

12Abdellatif n’a été affilié à une caisse de sécurité sociale que durant une partie de sa vie active. Aussi ne perçoit-il de la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale du Maroc) qu’une modeste retraite de 1 000 dirhams par mois. Il touche aussi une pension de 1 500 dirhams par trimestre provenant d’une autre caisse (pension liée à la période où il a travaillé en France). Il dispose donc d’un revenu mensuel de 1 500 dirhams. Bien qu’il appartienne à la minorité des personnes âgées marocaines bénéficiant d’une pension, ses revenus restent insuffisants pour couvrir ses besoins et ceux de son épouse, d’autant que cette dernière souffre de diabète. Elle a besoin de médicaments pour lesquels il faut verser 1 600 dirhams par trimestre, alors que seulement 650 dirhams leur sont remboursés : « Parfois c’est mon fils (celui avec lequel ils vivent) qui paye ; mon autre fils a un trop petit salaire, il ne peut pas nous aider. » Abdellatif ajoute « On ne peut pas faire autrement que de vivre auprès de notre fils. »

13Dans ce contexte, on comprend mieux la mobilité résidentielle de ce septuagénaire, venu vivre chez le plus âgé de ses fils à la fin de sa vie active. Ce fils est celui qui a la meilleure situation professionnelle, bien qu’elle soit modeste, mais surtout qui n’a pas d’enfant à charge. Malgré le décès de trois de ses fils, les descendants d’Abdellatif sont relativement nombreux (5 enfants, 11 petits-enfants, un arrière-petit-fils), mais aucun de ses autres enfants ne vit à Meknès et n’a suffisamment de ressources financières pour l’aider. Ils ont à leur charge leur propre famille, en particulier les frais liés à la scolarisation et aux études de leurs enfants. Pour Abdellatif, la cohabitation avec son fils et sa belle-fille ne pose aucun problème, du fait que cette dernière est également sa nièce : « La femme de mon fils est la fille de ma sœur, c’est pour cela que ça se passe bien […]. »

14Malgré la solidarité intergénérationnelle présente au sein de ce ménage constitué d’Abdellatif, de son épouse, de son fils et de sa belle-fille, une situation telle que celle de ce couple d’aînés peut être considérée comme un « équilibre fragile ». Dans cet exemple, un des fils est à même d’accueillir chez lui ses parents âgés. Compte tenu de l’augmentation du coût de la vie et des difficultés d’insertion professionnelle que rencontrent les jeunes à l’heure actuelle – difficultés incitant/obligeant nombre d’entre eux à se marier bien plus tardivement qu’ils ne le souhaiteraient –, comment accéderont-ils à un logement (en location et a fortiori en propriété) leur permettant d’accueillir aisément leur(s) parent(s) âgé(s) ? Face à la réduction de la taille des familles (les personnes âgées de demain et d’après-demain auront beaucoup moins de descendants que ce n’est le cas en moyenne aujourd’hui), une proportion croissante de couples « installés » pourront potentiellement être amenés à devoir prendre en charge les parents âgés de chaque membre du couple. Sans aide extérieure (financière et/ou matérielle), ces couples d’âge actif seront bien en peine de répondre de manière appropriée aux besoins de leurs aînés. Par ailleurs, même si ce n’est pas la seule explication de la cohésion permettant la cohabitation au sein du ménage pris en exemple, le mariage entre cousins participe à ce que le sentiment de responsabilité morale et affective envers les parents âgés du conjoint soit fortement présent. Bien que ce type d’union existe toujours et soit valorisé dans certains discours, les couples se forment aujourd’hui de plus en plus souvent « à l’extérieur de la famille », notamment en milieu urbain. Ces éléments, couplés aux aspirations des individus à plus d’intimité, rendront les situations de cohabitation intergénérationnelle certainement plus difficiles à gérer, surtout si celles-ci sont imposées par la nécessité de prendre en charge un des parents âgés dépendants au sein de la seule sphère familiale.

Une société en évolution face aux défis du vieillissement

15A travers les deux exemples présentés, nous avons choisi de mettre en relief deux types de situation, très répandues, où les solidarités familiales envers les aînés, bien que fortes, reposent sur des arrangements qui seront à l’avenir de plus en plus difficiles à maintenir. Bien que ces exemples ne puissent pas rendre compte de la diversité des situations des personnes âgées marocaines, ils permettent d’illustrer les modifications sociétales en cours et les enjeux liés au vieillissement susceptibles d’affecter le contrat entre générations.

16Ils mettent en exergue plusieurs des réalités qui s’imposent dans un pays en profonde transformation sociale. En dépit des évolutions socio-économiques, nos illustrations confirment d’abord la volonté des individus à mettre en œuvre des solidarités familiales au bénéfice des aînés. Au vu de la faiblesse des ressources dont dispose la majeure partie des personnes retirées de la vie active, on mesure à quel point cette solidarité traditionnelle est la clé de voûte d’un système social qui permet aux aînés d’éviter de tomber dans la misère et le dénuement (même s’il existe des cas à la frontière de ces situations). Compte tenu de l’insuffisance des politiques de la vieillesse au Maroc, peu nombreuses sont les personnes âgées qui pourraient se dispenser de la solidarité intergénérationnelle, mais leur capacité à décider de leur propre existence s’en trouve dès lors réduite. Pour être plus autonomes, les personnes âgées devraient pouvoir disposer de conditions matérielles plus importantes. Cette situation conduirait au développement de relations familiales davantage électives que de solidarité traditionnelle/mécanique. Ces conditions ne sont pas encore réunies pour la majorité des personnes âgées. Dans un pays où moins de 20 % des plus de 60 ans disposent d’une retraite (HCP, 2009), les actifs d’aujourd’hui se considèrent dans l’obligation morale d’apporter directement le soutien que réclament leurs parents et, réciproquement, les aînés comptent sur la prise en charge de leurs enfants adultes.

17Mais cette solidarité familiale pourra-t-elle se maintenir à l’identique ? La réponse est apportée par nos deux illustrations : les situations d’entraide présentées prennent appui sur de larges configurations familiales où des enfants adultes (filles en particulier) peuvent encore offrir une certaine disponibilité temporelle et où il est possible de partager le même toit. En effet, dans ce modèle, plus les familles sont nombreuses, plus les formes d’aide et de réciprocité peuvent être variées et réparties sur l’ensemble des membres de la famille. L’un héberge, l’autre donne de l’argent, un autre (plus souvent « une » autre) du temps. Les solidarités se complètent et s’organisent même parfois de façon assez réglementée, sous la forme par exemple de cotisations mensuelles versées par chaque fils aux parents vieillissants.

18Par conséquent, les familles de grande taille sont mieux adaptées pour mettre en place des solidarités intergénérationnelles mais également – on ne le souligne pas assez – intra-générationnelles (comme dans le premier exemple). On s’en aperçoit quand on parvient à appréhender les solidarités à l’échelle diachronique et pas seulement synchronique, ainsi que dans leur dimension plurielle et non seulement inter-individuelle. Mais il est indéniable que ces arrangements familiaux (qui sont au demeurant assez mal connus) seront de moins en moins faciles à réaliser dans le cadre de la « modernisation » de la société marocaine, qui implique le changement de multiples paramètres. On peut notamment citer la hausse du salariat, la redéfinition de la place des femmes dans la sphère domestique et dans la société (les relations avec les belles-filles ont été évoquées plus haut), la baisse de la fécondité et la nucléarisation des familles, le développement des logements de plus petite taille (en milieu urbain), l’élévation des niveaux d’éducation des jeunes générations et la valorisation par les parents de la réussite scolaire des enfants (qui affectent la direction des flux monétaires entre générations) et la disparition des alliances organisées au sein de la famille élargie (Nowik et al., 2010).

19Les nombreux changements qui se dessinent affectent aussi l’identité des personnes âgées, leur manière de se positionner par rapport aux autres membres de la famille et par rapport à la communauté (le bled, le quartier). C’est pourquoi elles évoquent la nostalgie du temps passé, forcément meilleur de leur point de vue. Entre autres évolutions, le processus de nucléarisation de la famille coupe les femmes âgées de l’ambiance de la grande maison familiale puisqu’en général elles se retrouvent chez l’un ou l’autre de leurs enfants (parfois, elles circulent de l’un à l’autre). Les quartiers populaires urbains et le milieu rural, avec une entraide extra-familiale encore vivante, semblent davantage échapper à ces dynamiques.

20A côté des changements socio-économiques, les évolutions démographiques mentionnées (plus grande longévité et donc augmentation du nombre et de la proportion des personnes âgées) vont aussi complexifier la prise en charge des personnes vieillissantes. En raison de l’écart important d’âge entre époux, notamment dans les générations âgées, ce sont aujourd’hui les femmes qui se retrouvent seules lorsqu’elles sont âgées, rarement les hommes. Dans les prochaines années, à l’instar du couple décrit dans le deuxième exemple, les personnes âgées seront des « couples âgés ». Les personnes très âgées seront aussi en augmentation : une même famille pourra avoir à assumer le soutien des grands-parents et des arrières grands-parents. De surcroît, la longévité expose les populations à l’augmentation des pathologies liées aux maladies dégénératives. Dans les deux portraits présentés, aucune des personnes âgées du ménage n’est en situation de grande dépendance en raison de son état de santé physique et/ou psychique ; si une telle situation devait survenir, la prise en charge des personnes âgées serait beaucoup plus lourde à assumer pour les descendants.

21En somme, si la société marocaine arrive encore globalement à maintenir la prise en charge des personnes âgées (dont la grande majorité ne dispose pas de revenus suffisants pour vivre décemment), les obstacles au maintien de cette organisation sociale (déjà perceptibles par les intéressés eux-mêmes) iront en se renforçant. Dans une société qui connaît les évolutions que nous avons rappelées, la sacralisation du devoir filial sera remise en question, car si la charge des parents âgés devient trop lourde pour les jeunes générations, le contrat entre générations leur devient trop défavorable (on a mentionné les difficultés d’insertion professionnelle qui touchent les jeunes). L’enjeu de la modernisation passe donc aussi par le développement des solidarités collectives, ce qui sous-entend la mise en place de transferts publics entre générations (montée en charge du système de retraite par répartition) et l’instauration d’une politique ambitieuse de la vieillesse visant à proposer des conditions de vie acceptables aux personnes âgées, associées à une prise en charge sanitaire et médicale. La forme de l’intervention de l’Etat n’est pas nécessairement à copier sur les modèles occidentaux. Elle est à inventer en fonction des caractéristiques de la culture marocaine. La primauté de la cellule familiale dans l’organisation sociale marocaine et, plus généralement, le maintien de la cohésion sociale entre les générations sont à ce prix.

Bibliographie

Haut Commissariat au Plan, Centre d’études et de recherches démographiques, Les Personnes âgées au Maroc : profil, santé et rapports sociaux, analyse des résultats de l’enquête nationale sur les personnes âgées (ENPA 2006), Rabat, 2009.

Nowik L., Azammam S., Sajoux M., Hamzaoui K., « L’évolution de la cohabitation intergénérationnelle au Maroc : les solidarités privées mises à l’épreuve ? », Actes du XVIe colloque de l’Association internationale des démographes de langue française (AIDELF), Relations intergénérationnelles : enjeux démographiques, Genève, 21-24 juin 2010, p. 55-66, [en ligne] URL : https://www.aidelf.org/images/stories/Parallle_13.pdf

Sajoux M., Lecestre-Rollier B., (à paraître) « Inégalités et difficultés sociales dans la vieillesse au Maroc : mise en évidence des limites des solidarités privées et des besoins croissants en matière de protection sociale. », 2014, Actes du XVIIe colloque international de l’AIDELF, Démographie et politiques sociales, Ouagadougou, 12-16 novembre 2012.

Sajoux M., Nowik L., « Vieillissement de la population au Maroc : réalités d’une métamorphose démographique et sources de vulnérabilité des aîné(e)s. », Autrepart, n° 53, Vieillir au Sud, 2010, p. 17-34.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable