Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Enfants en situation de rue

Nathalie Pantaléon

Texte intégral

1« La vie dans la rue n’est pas facile, on paye cher pour y rester vivant. J’avais 13 ans quand j’y suis arrivé. Pour manger j’ai mendié et j’ai volé. J’ai voulu travailler mais les gens n’avaient pas confiance en moi car ils ont peur des chemkara (clochards) : c’est comme ça qu’on nous appelle. Les plus grands me frappaient et me demandaient de voler ou de mendier contre un endroit sécurisé pour dormir. […] Quand mon père est décédé, j’avais 9 ans. Un an après le décès de notre père, ma mère s’est remariée avec un autre homme et a eu un enfant. C’est à ce moment-là que mes souffrances ont commencé. Je me suis absenté de l’école, je passais la journée dans la rue, et le soir je rentrais à la maison. Mon beau-père m’insultait, ma mère me frappait. Un soir, quand je suis rentré, ma mère m’a chassé de la maison et m’a dit : « Retourne là où tu étais, je ne veux plus te voir. » J’ai passé ma première nuit dans la rue. Je ne suis jamais retourné voir ma famille. »

2L’histoire de Mohamed, ancien enfant en situation de rue à Tanger, rejeté par sa famille, met en évidence le jugement stigmatisant qui est associé à cette situation. Présenter des statistiques précises sur les enfants en situation de rue au Maroc est difficile. Les données sont rares et différentes en fonction des sources : 14 000 à 30 000, voire davantage, majoritairement des garçons. Outre les difficultés de quantification, nous pouvons nous interroger sur la volonté de communiquer sur ce nombre. Le seul consensus qui existe concerne leur constante progression dans les grandes villes du pays (Casablanca, Marrakech, Agadir, Fès, Tanger particulièrement).

3Il est indispensable dans un premier temps de souligner l’hétérogénéité psychosociologique de ces enfants et de ces adolescents qui sont loin d’être, comme dans d’autres pays touchés par ce phénomène, un groupe social homogène dans l’espace urbain. Le cas de la ville de Tanger montre que certains d’entre eux ont comme objectif de rejoindre l’Europe, d’autres comme Mohamed ne sont pas dans cette perspective. L’exclusion de ces enfants est double : physique et sociale. Ces dimensions doivent être envisagées selon un continuum : la fréquentation de la rue peut être plus ou moins importante ainsi que le rapport aux adultes responsables. La majorité des auteurs (notamment, Lucchini, 1998) travaillant sur cette thématique distingue l’enfant de la rue, celui qui vit dans la rue et qui n’a plus de contact avec sa famille, et l’enfant dans la rue, celui qui effectue des activités dans la rue comme la mendicité, pouvant ainsi subvenir aux besoins de sa famille tout en continuant de vivre avec elle, parfois en pointillés. L’enfant (ou l’adolescent) en situation d’errance, qui peut donc être dans ou de la rue, a connu des conditions très défavorables. Il a pu être mis à l’écart avec, sans ou par sa famille et doit adopter des conduites adaptatives. Cette vie dans la rue a pour conséquence des difficultés dans son rapport au temps, à l’espace, à autrui, au corps et plus largement entraîne un processus de désocialisation. En effet, les conditions d’insécurité ont une influence sur le rythme de vie (alimentaire, sommeil). Les enfants évoluent dans des territoires délimités leur permettant de répondre à leurs besoins (métiers de la rue, prostitution, lieux où dormir ensemble). Le rapport à l’espace influence la logique des relations à autrui. Des groupes peuvent exister, mais ces derniers reposent plus sur un besoin de se rassembler pour survivre que sur une réelle volonté de partager. Dans certains cas, des enfants ont un « protecteur », souvent un jeune plus expérimenté. Le processus de désocialisation a une influence sur le rapport au corps. La prise de solvants modifie les perceptions corporelles (rapport à la douleur, à la faim).

4Le propos de Mohamed décrit son processus d’entrée dans la rue. La configuration familiale est là, prégnante, mais chaque trajectoire est particulière, chaque sujet étant singulier selon les relations sociales existantes. Différents facteurs sont centraux pour comprendre cette situation : les contextes social, urbain, institutionnel et familial, l’âge, le sexe et les objectifs de vie. La situation des filles ne peut être comparée à celle des garçons, la recherche de Soumaya Naamane Guessous et Chakib Guessous (2011) sur les filles-mères en attestent. La complexité de la réalité, dans tous les cas, est certaine. Bien qu’il existe dans la rue de nombreuses formes de sociabilité, il est essentiel de distinguer, à l’instar de Lucchini, la précarité du lien social dominée par l’alternance des contraires en fonction du contexte et de la situation : exploitation versus coopération, passivité versus activité. Le départ pour la rue peut apparaître comme un moyen de résoudre les problèmes. La rue peut être perçue comme un espace de liberté, voire un espace ludique. Bien évidemment, le rapport aux risques n’est pas à négliger, il peut être occulté par certains jeunes ou recherché par d’autres. Le film de Nabil Ayouch, Ali Zaoua prince des rues décrit un certain nombre de ces conduites. Le témoignage de Danilo Cast (2001) sur les conditions de vie de certains enfants condamnés à la misère met en exergue les exactions et les nombreuses souffrances qui peuvent leur être imposées.

5« Souvent je suis seul, et de temps à autre je passe la journée avec un enfant du même âge que moi. Le soir, je m’éloigne de tout le monde ou plutôt je me cache car je suis tout le temps drogué avec la colle et par conséquent j’ai peur que les adultes ou les enfants plus âgés que moi me fassent du mal. Je cherche des endroits cachés pour dormir, surtout sous les escaliers d’un immeuble. C’est plus rassurant que dans la gare routière où les passagers et la police nous chassent. Je n’ai pas un groupe fixe dans la rue avec qui je partage ma vie. J’ai préféré parfois rester seul. Ce n’est pas facile d’avoir des amis dans la rue, ce sont plutôt des camarades ou des accompagnants qui peuvent disparaître un jour. Je me demande donc pourquoi les connaître puisqu’ils vont me laisser un jour tout seul ici. Je ne veux m’attacher à personne. Aujourd’hui, je suis avec un enfant et demain, je suis avec un autre. »

6Mohamed a fait le choix, dans l’espace de la précarité de la rue, de ne pas développer des conduites d’attachement. D’autres choisissent de rester en groupe afin de se protéger et dorment les uns contre les autres. La suite de son parcours souligne le début du processus de sortie de rue lié à la rencontre avec un pair : « J’ai rencontré un enfant qui a été dans la rue et qui a intégré l’association. Il m’a parlé d’elle et un jour m’a proposé d’aller avec lui manger le couscous que l’association prépare le vendredi pour tous les enfants. Je suis allé avec lui, l’éducateur qui était responsable m’a permis de me laver et m’a donné des habits propres. J’ai mangé avec les enfants et après je suis parti. L’éducateur m’a proposé de rester mais j’ai refusé. Il m’a dit que je pouvais revenir quand je voulais. Je suis resté deux jours dans la rue et j’ai décidé de retourner à l’association. » Le processus de sortie de rue a débuté lors de son retour à l’association. Tout en continuant à vivre dans la rue, son projet de sortie est en construction.

7Mohamed, qui expliquait ne pas vouloir s’attacher dans la rue, justifie sa conduite en disant : « J’avais besoin de l’amour de quelqu’un. […] La sécurité, l’amour de la présidente m’ont fait sortir de la rue, elle nous traite comme si nous étions ses enfants. La présidente interdit aux éducateurs de nous frapper ou de nous traiter avec violence. Dans la rue j’étais perdu, j’appartenais à personne. L’association représente un espace à qui j’appartiens et où j’ai un lit, une assiette, un placard et des vêtements à moi. J’ai fait une formation professionnelle et maintenant je travaille. »

8La rencontre avec la présidente de l’association lui a permis d’entrer progressivement dans le processus de sortie de rue. Tous les parcours sont différents, mais les entretiens avec ces jeunes mettent en évidence que c’est une rencontre dans la quasi majorité des cas avec un intervenant, plus largement un autrui qui devient significatif, qui est à l’origine du processus de sortie. Le livre autobiographique, Le pain nu, de Mohamed Choukri (2013) est révélateur de ce processus. Certains jeunes, comme nous avons pu l’observer, repartent dans la rue, leurs discours soulignent un sentiment de liberté dans cet espace. Cette perception peut évoluer. La prise en charge éducative est donc particulièrement importante mais pas toujours suffisante. Cette dernière a connu un développement considérable lors de la dernière décennie en lien avec l’évolution du contexte sociopolitique marocain.

9Depuis le début de ce siècle, différents acteurs marocains et internationaux (la société civile et les organisations internationales principalement, puis l’État) ont pris conscience de l’évolution des situations de précarité et se sont mobilisés pour lutter contre cette dernière et ses conséquences sur autrui. Par exemple, quelques associations de protection de l’enfance, telle l’association Bayti à Casablanca créée en 1995, ont dénoncé ce phénomène d’enfants en situation de rue et plus largement d’enfants exploités (travail des enfants, petites bonnes).

10En 1993, le Maroc a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant sans qu’il y ait une modification notable des pratiques. Le roi Mohammed VI a présenté le 25 mai 2004 au 10e Congrès des droits de l’enfant, des initiatives novatrices de lutte contre toutes formes de précarité. Le droit d’accès au développement pour toutes les catégories de la population a également été affirmé dans l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) lancée en 2005. Parallèlement, l’évolution du code de la famille et la réforme de la justice pénale ont permis des avancées. De plus, le Plan d’action national de l’enfance (PANE) 2006-2015 réaffirme la protection des droits des enfants au niveau de la santé, de l’identité, de la participation et de l’accès à l’éducation. La valorisation des ressources humaines est ainsi présentée par le roi Mohammed VI comme facteur et condition nécessaires pour le développement du pays. Les ministères du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, de la Jeunesse et des Sports, de l’Intérieur, de la Santé, de la Justice, de l’Education nationale, de l’Emploi sont, à des niveaux divers, parties prenantes de cette politique. L’INDH a permis de financer les actions d’associations de protection de l’enfance plus ou moins investies sur le terrain.

11Le développement des politiques et des actions sociales est indéniable et a entraîné des progrès certains, mais tous les problèmes sociaux sont loin d’être endigués Le phénomène des enfants en situation de rue a continué à s’amplifier. Les causes de cette situation sont d’ordre familial, social et économique. La prévention de l’exclusion, de la violence et de l’exploitation en lien avec la protection des enfants est interrogée dans une société en évolution. Les valeurs de la solidarité familiale et plus largement sociales, très présentes dans les discours traditionnels, sont ici questionnées. La pauvreté semble acceptée, mais pas tout ce qu’elle peut engendrer. L’enfant en situation de rue est souvent chassé du fait de la mauvaise image qu’il renvoie du pays. Il devient ainsi un objet de représentations, celles-ci étant centrales pour comprendre les pratiques d’intervention.

12L’étude des représentations des futurs professionnels du secteur sanitaire et social et étudiants en psychologie niveau master révèle trois images : celle de la victime abandonnée (« abusé, détresse, souffrance, sans famille »), celle du délinquant (« agressif, violent, drogué, voleur ») et celle de l’anormal (« déficient, retard mental, troubles du comportement »). L’enfant est davantage associé à l’image de la victime, l’adolescent à celle du délinquant, l’anormalité ne renvoyant pas vers une catégorie particulière. La normativité est très prégnante dans tous les discours de ces futurs professionnels et renvoie à une conception de la déviance.

13Une étude quantitative sur les représentations associées montre, par ailleurs, que l’évaluation, quelles que soient les conditions, est négative et varie avec l’âge proposé. En effet, les « adolescents en situation de rue », sont jugés moins compétents, habiles, sincères, dignes de confiance que les « enfants ou les adultes en situation de rue ». Par contre, ils sont considérés comme plus sûrs d’eux, intelligents, autonomes (même si l’évaluation reste négative) que les enfants et les adultes. La période de l’adolescence est associée à la dangerosité, sa représentation est particulièrement négative. Il est à souligner qu’il n’y a aucune différence entre les répondants proches du secteur sanitaire et social (par les études ou la profession) et les autres répondants plus éloignés de ce secteur.

14La connaissance de ces représentations est indispensable pour comprendre les pratiques et dispositifs associés à ces jeunes en situation de rue. Les représentations de l’enfant et de l’adolescent en situation de rue influencent les stratégies de prise en charge : rééducation pour certains, insertion pour d’autres ou encore exclusion et violences. Elles peuvent être ainsi à l’origine d’enjeux entre différents acteurs professionnels et politiques entraînant des débats sur les actions à privilégier, les techniques éducatives appropriées et les projets d’intégration. Il apparaît que les acteurs professionnels sont moins influencés par les caractéristiques objectives de la situation que par l’appropriation et les significations attribuées à la situation d’intervention. Le contexte professionnel est ici central. Le statut de travailleur social est encore flou au Maroc, même si des formations se développent et que différentes associations ont œuvré et milité pour une reconnaissance de ce statut. Les statuts peuvent être plus ou moins interchangeables en fonction des institutions. Ainsi, une étude dans une association a mis en évidence que les missions de l’assistante sociale et de l’éducateur ne sont pas clairement définies.

15Différentes institutions existent afin d’accueillir ces enfants : les centres de la sauvegarde de l’enfance dépendant de l’État, les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations locales. Nos observations mettent en évidence des pratiques très diverses. Il ressort une grande hétérogénéité de l’intervention qui dépend de l’institution, du gardiennage à l’accompagnement. Des différences existent sur les stratégies d’action. Les discours sont souvent semblables, ce sont les pratiques qui diffèrent. Le pouvoir d’agir des travailleurs sociaux semble très limité. Bien que l’objectif déclaré soit de privilégier l’approche éducative, le manque de moyens et le problème de formation du personnel interrogent. Dans certains cas, en particulier dans certains centres de l’État, l’intervention ne laisse guère de place à l’enfant. Les pratiques d’intervention peuvent être stigmatisantes et les stratégies d’intervention disparates (assertion par le pouvoir, souvent physique). L’identité de l’enfant, en termes de construction et de négociation, sa capacité à créer, son autonomie ne sont guère recherchées. Ses stratégies identitaires et ses capacités à s’adapter ne sont guère soulignées. Quoiqu’il en soit, une évolution se dessine ces dernières années dans ce secteur, mais les difficultés sont encore énormes.

16Dans le cadre associatif, les pratiques observées sont très hétérogènes en fonction de l’institution (histoire, mode de recrutement, finances et salaires). Elles vont de l’accompagnement à la débrouille. La reconnaissance du statut de travailleur social semble essentielle. L’accompagnement est privilégié dans certaines associations : prise en compte de la demande du jeune (ou volonté de faire émerger une demande), accompagnement à la construction de projet, à sa réalisation et dans certains cas à sa stabilisation. Dans les discours des travailleurs sociaux, « retrouver la dignité » est un objectif récurent. L’âge du jeune est un facteur central, l’éducation non formelle n’étant possible que jusqu’à 15 ans.

17Il est indispensable pour analyser les systèmes d’action de distinguer les interventions sur l’enfant et les interventions avec l’enfant. En effet, dans certaines institutions, il existe une négation du jeune en tant qu’acteur capable. En particulier, certaines ONG développent des actions de management humanitaire s’appuyant sur des protocoles précis. Ces programmes éducatifs peuvent être utilisés et également enseignés, lors de séminaires de formation, à des intervenants. Le « projet pour » est ici mis en avant en occultant le jeune et son histoire. Ce type d’intervention a été également observé dans des associations locales qui souhaitaient « remettre ces enfants dans le droit chemin ».

18Dans certaines institutions, l’objectif est tout d’abord d’aller à la rencontre de ces enfants, de faire connaissance afin de comprendre les facteurs qui les ont conduits dans cette situation (enfant fugueur, enfant en situation d’errance). En fonction de l’analyse, l’accompagnement sera mis en place, pouvant aller jusqu’à la construction d’un projet en passant par le renforcement de compétences. Le « projet avec » n’est pas sans difficultés. Par exemple, le temps passé dans la rue peut être générateur d’une impossibilité de retour dans la famille. Le travail avec cette dernière, quand elle est connue, et la réinsertion familiale sont privilégiés par les intervenants, mais cet espace n’en a parfois pas les capacités. Il n’y a pas de place pour l’enfant. Les problèmes de certaines familles n’ont parfois rien de comparable avec ceux des autres.

19Nombre de travailleurs sociaux soulignent la difficulté d’accompagner le jeune dans une sortie de la mendicité, certains pouvant gagner jusqu’à 200 dirhams par jour. L’objectif est de trouver la motivation pour entamer le processus de sortie de l’exclusion. Le besoin identitaire de reconnaissance est ici central. La motivation est particulièrement travaillée quand le jeune est blessé ou en très grande difficulté dans la rue. Se pose ici le ratio entre coût et bénéfice.

20L’accompagnement de ces jeunes passe majoritairement par un certain pragmatisme, comme le montre le discours des éducateurs expérimentés. Leur suivi de l’enfant montre les difficultés : l’institution quand elle en a les moyens peut apporter l’accompagnement, non la réussite. La question essentielle pour les acteurs sociaux en charge d’enfants et d’adolescents en situation de grande précarité est : comment réaliser un projet de sortie de l’errance (que ce dernier soit motivé par une volonté de protection du jeune ou de protection pour la société) ? Cette interrogation est étroitement liée aux représentations que les enfants et les adolescents ont de la rue et de l’avenir entrevu ou proposé.

21Comprendre la manière dont les enfants et les adolescents interprètent la situation est central pour travailler sur le processus d’accompagnement de ces derniers. D’un point de vue social, cela renvoie largement à la question des normes collectives, normes qui peuvent être perçues de manière différente en fonction des acteurs, mais également aux critères sur lesquels on valorise ou dévalorise la conduite des enfants. Lors d’un entretien, un professionnel expérimenté expliquait : « Il y a trois types de cas : celui du jeune qui passe par une association et qui s’en sort ; celui qui ne s’en sort pas ; celui qui ne s’en sort pas et qui est agressif et dénonce les pratiques coercitives de l’institution ». Se pose donc le problème des institutions et de la place laissée aux acteurs.

Bibliographie

Casti D., J’ m’appelle Mehdi, Paris, Paris-Méditerranée, 2001.

Choukri M., Le Pain nu, Paris, Points, 2013.

Lucchini R., « L’enfant de la rue : réalité complexe et discours réducteurs », Déviance, vol. 22, n° 4, 1998, p. 347-366.

Naamane Guessous S., Guessous C., Grossesses de la honte, Casablanca, Afrique-Orient, 2011.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable