Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Urbanités, déviance et marginalité sociale : Casablanca au prisme de ses interstices

Marie-Pierre Anglade

Texte intégral

Souk ‘aoua à Quartier Cuba, Casablanca, 21 mars 2005. © Anglade.

1Dans l’ancienne médina extra muros, Tariq sort chaque jour de la maison en milieu de matinée. Il passe prendre sa mobylette au parking adossé au mur du cimetière, en saluant au passage son frère qui y travaille. Il se dirige alors vers les bureaux de l’avenue Mohammed V, à Casablanca, où les tâches sont distribuées. Employé d’un prestataire de transit du port, Tariq travaille depuis l’âge de 19 ans pour différentes compagnies assurant le transport de marchandises entre le port et la ville, ou vers les gares pour d’autres destinations intérieures. En quittant le travail vers 16 heures, il se dirige vers l’un des points de vente d’alcool de l’avenue situés autour du marché central ou au supermarché Acima. Dans la rue, quelques bières périmées sont proposées à la vente, mais Tariq a besoin d’alcools plus forts, comme la mahya, alcool anisé à diluer dans de l’eau. Sandwiches et fruits aideront à faire passer le goût car le corps se lasse de l’alcool consommé quotidiennement. Si Tariq ne s’approvisionne pas dans l’ancienne médina, c’est que l’alcool est vendu au Maroc selon certaines dispositions. La vente d’alcool est théoriquement interdite aux musulmans, ce qui suppose que les points de vente des quartiers plus aisés ne s’adressent qu’à une clientèle étrangère et par là même riche. Les habitants des quartiers pauvres peuvent néanmoins se procurer de l’alcool, soit en supermarché, soit auprès de vendeurs illégaux surnommés non sans ironie garrab (porteurs d’eau), mais avec une marge de 5 dirhams supplémentaire par bouteille. Ces dispositions légales et leur contournement ont fait l’objet d’une étude de M. Bonte (2010) qui met en évidence l’ambivalence des discours, des modes de production et de consommation d’alcool en milieu intérieur.

2Sur sa mobylette, Tariq rejoint ses compagnons. Pour eux, la journée s’écoule de manière quasi immuable : chaque après-midi, ils se regroupent selon différents modes de sociabilité plutôt éloignés des affinités collectives à vocation festive et de type amical servant de motivation commune. Ils boivent ce qu’ils ont apporté ou acheté ensemble, partagent parfois mais rarement et laissent s’étirer la journée jusqu’à la nuit, dans une proximité tissée de conflits et de violences. Si les horaires de regroupement restent les mêmes mois après mois – plus ou moins tard dans l’après-midi jusqu’à la nuit selon le niveau de chaleur –, la morphologie des espaces investis dépend d’un ensemble de caractéristiques variant dans le temps : l’ombre procurée par les arbres dans le jardin Zerktouni en bordure de l’ancienne médina ou par les cubes de béton sur le chantier de Mriziga, les odeurs des égouts et des bennes à déchets, la présence de nuées d’insectes volants au-dessus du bidonville de Derb Cuba. Mais au-delà de la morphologie des espaces investis, c’est le côtoiement de l’ensemble des acteurs des espaces publics dont il s’agit de révéler les effets, par le biais des politiques sécuritaires et des jeux sociaux qui s’opèrent au sein des interstices. Les pratiques déviantes observables dans les espaces publics sont nombreuses : consommation en réunion d’alcool, consommation individuelle d’alcool à brûler, déambulation sous psychotropes, repérage des abords du port en vue d’un départ illégal vers l’étranger, entraînement de chiens de combat, pratiques nocturnes homosexuelles gratuites et tarifées, vie quotidienne de personnes sans logement, jeux de séduction, racolage de prostituées, rendez-vous amoureux non officiels, etc. L’exemple de Tariq donne à voir l’une de ces situations de transgression.

Les mobilités comme régulateurs sociaux

3Autres paramètres des déplacements, les chantiers du littoral et les projets urbains touchant le centre-ville contraignent Tahar et son groupe d’habitués à investir différents espaces selon les périodes : dans les années 90, le jardin de Bab el Marsa ; au début des années 2000, le lieu-dit Chnider, vaste territoire composé d’un terrain vague, d’une plage à l’abri d’une digue et d’un espace surplombant les rochers et l’océan, près du port et de la jetée édifiée par l’entreprise Schneider sous le Protectorat ; en 2004 et 2005, le lieu-dit Mriziga, déformation orale de l’expression « mer aux égouts » inspirée des odeurs nauséabondes du site où se déversaient les eaux usées jusqu’au début de la construction de la mosquée Hassan II, en 1986 ; en 2005 et 2006, le bidonville surnommé « Souk ‘aoua » (marché aux aigrettes), à Derb Cuba ; en 2006 et 2007, à nouveau Mriziga, entre les cubes de béton nécessaires au chantier de construction de logements de standing ; de 2007 à 2009, le chantier de Mriziga, mais cette fois au niveau du tracé de la nouvelle voie longeant la côte.

4« On était poussés par les aménagements. À chaque nouvelle maison, on devait changer de place. Aujourd’hui, on est à Mriziga. Mais quand tu reviendras, Marie, il faudra nous chercher à Sidi Abderrahmane ! » (Tariq à son domicile, 29 juin 2009). Zaouïa édifiée sur un îlot émergeant de l’océan, ce haut lieu de la sorcellerie extrêmement fréquenté joue le rôle de repère pour la limite ouest de la ville. Sous couvert de blagues, Tariq commente ici les contraintes qui s’exercent sur ses pratiques de consommation d’alcool, contraintes qui se limiteraient aux projets d’aménagement. Pourtant, les observations déployées au fil des années ont pu révéler combien les campagnes intensives des services de police concernaient les espaces publics de l’ancienne médina et des quartiers populaires l’entourant. On assiste, par vagues successives, à des irruptions de policiers enjoignant aux usagers des espaces publics de respecter le calme sous couvert de contrôles d’identité. Les personnes les moins contrôlables, dont le comportement manifestement aviné provoque des discussions vives considérées comme des formes de résistance, sont conduites au poste. Néanmoins, ces déplacements ne peuvent être interprétés en termes de réduction de la marge de manœuvre du groupe de Tariq qui trouve, dans les interstices, des solutions variées d’appropriation et d’adaptation aux conditions dictées par les espaces investis : espaces ordinaires et territoires disqualifiés, les interstices considérés dans leurs dimensions spatiale et sociale (Thrasher, 1963) permettent aux usagers déviants d’y négocier leur place dans une cohabitation tendue, où s’entremêlent proximités et conflits, anomie et pratiques ordinaires de la ville.

Sociabilités et interstices comme espaces-ressources

5Au cours de ces déplacements, le groupe de buveurs s’étoffe : dans les années 80, Tariq, célibataire, et Tahar, père de famille, qui s’étaient perdus de vue depuis la petite enfance, se mettent à boire ensemble à Bousmara. Après Bab el Marsa, ils rencontrent Azzeddine et Saïd, plusieurs années plus tard, en se déplaçant à Chnider. Azzeddine, 49 ans, salarié au port, habite Hay Hassani, avec sa femme et son fils de 15 ans. Sa situation professionnelle stable lui a permis d’emménager dans un appartement confortable et un environnement considéré comme privilégié à Casablanca, après avoir grandi à Derb Rgragui, dans l’ancienne médina intra muros qui se paupérise. Il est capable de déplacements importants car disposant d’une mobylette, puis d’une voiture à partir de 2009. Saïd, célibataire d’une quarantaine d’années, habite l’ancienne médina intra muros à Bab Jdid, avec son frère et son père qui buvait à domicile et qui a continué à le battre jusqu’à sa mort en 2009. Las des séjours en prison, il a cessé la revente de haschich et s’est imposé dans la régulation du flux de clients contre pourboires auprès des chauffeurs de taxi à la joutia, marché aux puces de Bab Jdid, grâce, selon lui, au courage que lui procure l’ingestion combinée d’alcool et de qarqoubi, un psychotrope de contrebande. À partir de 2005, le groupe ne peut éviter de se déplacer vers les ruelles de Souk ‘aoua pour suivre Tahar, près de son quartier de résidence, Derb Cuba, où celui-ci fait vivre, à 57 ans, 13 personnes, avec une retraite confortable dans sa maison située près du bidonville. Le groupe accueille alors Khalid, 41 ans, qui habite Derb Cuba avec sa femme et sa fille de 8 ans, ainsi que son frère célibataire. Sa femme est née à Derb Rgragui, comme Azzeddine, et rend visite quotidiennement à sa mère, son frère et sa sœur qui habitent la même maison.

6Les rencontres du groupe bénéficient alors d’une ambiance qui n’est pas du goût de tous. Les ruelles du bidonville ne conviennent pas à la situation sociale de Tariq, Tahar et Azzeddine qui regrettent la présence de Khalid dont le destin social oscille entre opportunités professionnelles ponctuelles – rarement légales – et peines de prison pour violences. Mais le groupe ne peut s’isoler complètement et exige la présence de Khalid afin de réguler les relations avec les autres nombreux buveurs et maintenir à distance les buveurs d’alcool à brûler, non violents mais trop bruyants.. En 2006, Tariq, pour prouver sa supériorité à l’égard des buveurs de Souk ‘aoua et du chantier de Mriziga – buveurs confirmés, hommes répondant à leur envie de « bonne cuite » et passants curieux – achète deux titres de presse arabophone (Tariq est fier de rappeler qu’il a obtenu son baccalauréat), se met sensiblement à l’écart des conversations et évite de répondre aux provocations des hommes de passage. Dès lors que l’entre-soi à Mriziga est restauré, Tariq accorde à nouveau son attention aux discussions du groupe.

7Au fil des années, le noyau dur des usagers des interstices s’est constitué autour d’Azzeddine et Saïd, nés dans deux quartiers voisins, et autour de Tahar et Tariq : le lien social se construit à la fois selon l’ancrage au quartier d’origine et selon les activités partagées. Devenus indispensables l’un à l’autre car complémentaires, les membres du binôme ou ‘achir assurent, chacun à leur manière, les conditions nécessaires à la perpétuation des habitudes de boisson : sécurité, approvisionnement, atmosphère conviviale, confiance. Et lorsque Azzeddine est contraint de quitter Souk ‘aoua pendant plusieurs mois, suite à un conflit avec le frère de Khalid en 2006, Saïd le suit au jardin du centre-ville dit « Nevada », surnom d’une partie du Parc de la Ligue arabe, où ils se mettent à composer avec les lieux, les autres habitués, les violences et les incursions des services de police. Dans ce contexte, les déplacements urbains de ces hommes apparaissent comme des ressources. La vie sociale de Tariq et de ses compagnons se tisse à la faveur d’espaces-temps où se déploient leurs pratiques dont le caractère transgressif doit être mesuré.

Une ville à l’envers : des atouts de l’espace renversé

8Lorsque Tariq commence à boire, il le fait au contact de voisins, de connaissances de quartier, mais en dehors des espaces domestiques, car la société enjoint à tout un chacun d’exclure les dérogations aux règles de bienséance des espaces privés domestiques. En ce sens, les espaces publics apparaissent « comme une véritable ressource pour le développement de comportements alternatifs » (Navez-Bouchanine, 1997, p. 256). En effet, les infractions ne sont admises que cachées, dans un jeu subtil entre maîtrise de l’évitement, multiplicité des rôles sociaux et interprétation individuelle des normes sociales (Ferrié, 1995 ; Bonte, 2010). Ainsi a-t-il fallu attendre pour Tariq que sa mère décède avant de se marier en 1991 avec la fille de la famille vivant au rez-de-chaussée de la maison de ses parents (son père est décédé en 1964, sa mère en 1988) : tout l’entourage de Tariq était au courant de ses habitudes de boisson qui faisaient de lui un mauvais choix matrimonial. Tariq épousa Malika à l’âge de 40 ans. Ils eurent ensemble un garçon et trois filles : Rayane (18 ans), Ounsa (16 ans), Aziza (13 ans) et Yasmine (9 ans). Habitué à boire, Tariq continua de voir ses compagnons, selon un processus d’exposition publique de pratiques inconvenantes propre à révéler la complexité des normes sociales à l’œuvre dans la famille marocaine en milieu urbain. De fait, avec la promiscuité inhérente à l’exiguïté croissante des logements, certains individus, afin de d’éviter les conflits avec leurs familles, exportent leurs pratiques du privé vers l’exposition publique. Ce qui signifie qu’ils se cachent au dehors pour leurs pratiques déviantes. Cela donne l’image d’un espace renversé, d’une « ville à l’envers ». La visibilité instaurant la déviance, le processus au cours duquel les pratiques non officielles deviennent pratiques hors normes met en évidence des jeux de mouvements hors du quartier résidentiel qui traduisent l’insertion en ville de modes de vie visiblement transgressifs. Ils le font en mobilisant un certain nombre de compétences dans le choix des interstices, la construction des affinités, pour l’approvisionnement en alcool et la pacification des échanges essentielle à l’agencement des urbanités. En effet, les interstices sont appropriés pour des pratiques stigmatisantes. L’émergence de ce dégradé d’urbanités interstitielles est rendue possible par les compétences sociales des individus déviants, soucieux de reconduire leurs pratiques quotidiennes et donc de maintenir un certain ordre.

9Ceci ne doit pas laisser présumer d’une marge d’action importante pour tous les individus. Au contraire, on remarque la furtivité du passage des femmes dans le groupe de Tariq. De nos jours, les changements liés au genre – plus particulièrement à la répartition des rôles entre privé et public – procèdent d’un double mouvement : on constate, d’une part, l’apparition de pratiques qui pourraient passer pour des formes de résistance « douces » (accès au monde du travail, conquête du souk pour l’approvisionnement familial, pratiques féminines de loisirs et associatives, certes codifiées mais renégociées) ; et d’autre part, la prégnance de l’ordre établi et la reconduction du principe fondateur d’inégalité sociale selon le genre. De fait, les femmes perçoivent clairement l’invitation qui leur est faite de quitter les lieux investis par le groupe de Tariq, proches des logements des familles : ces pratiques transgressives devenues directement observables rendent possible le déshonneur des familles. Pour leur consommation d’alcool et de produits illicites, les femmes fréquentent plus volontiers le jardin Nevada où se déploient à la fois un desserrement apprécié du contrôle social exercé dans le quartier de résidence et les possibilités de construire des liens sociaux d’entraide afin de s’approvisionner en alcool et de limiter les violences inhérentes à ces pratiques de consommation. Les mouvements des femmes restent limités du fait, entre autres, de leur statut social trop dégradé, de leurs faibles ressources, de leur santé précaire et de leur moindre accès aux espaces publics de la ville, comparativement aux itinéraires d’appropriation des espaces de consommation par les hommes (Anglade, 2013). Tariq évite de fait la proximité avec d’autres femmes engagées dans les mêmes pratiques que lui mais toujours au bas de la hiérarchie sociale, quoiqu’elles entreprennent. Au contraire des femmes, plusieurs degrés de marginalité sont perceptibles pour les hommes déviants, selon leurs pratiques et l’image qu’ils offrent. Questionner les paramètres qui modulent leurs situations sociales aide à mesurer l’ampleur du stigmate et à découvrir les jeux sociaux mis en œuvre pour y faire face, lorsque le maintien des apparences devient difficile.

Familles à l’épreuve entre stigmate et survie

10Les conditions de vie matérielle de la famille de Tariq relèvent d’une situation relativement éloignée de la misère. La maison appartient à Tariq et à son frère installé avec sa famille au second étage. Le rez-de-chaussée est loué à la famille de Malika depuis les années 60, à la suite du décès du père de Tariq. Aujourd’hui, les trois pièces du bas sont partagées par huit personnes : la mère de Malika, ses deux sœurs, à savoir l’une avec son mari et leurs quatre enfants, et l’autre sœur célibataire (ses deux frères mariés vivent ailleurs). La maison dispose de l’électricité, de l’eau courante et d’un cabinet de toilette assez spacieux pour chaque famille, ce qui n’est pas le cas pour tous les logements de l’ancienne médina. Par ailleurs, elle est située dans une rue étroite où les maisons sont construites en dur : les habitants disposent donc de logements frais en été et d’ombre aux espaces limitrophes, ce qui est un confort hautement apprécié. Enfin, l’appartement de Tariq est meublé modestement mais doté d’un téléviseur et du numérique, et Tariq parvient à entretenir sa ligne de téléphone portable.

11Ce confort relatif est procuré par la situation professionnelle enviée de Tariq, paramètre déterminant dans le choix de Malika pour son mariage. Son travail lui permet en effet d’arrondir ses revenus par quelques astuces permises par l’expérience : « Le salaire ne suffit pas. Il faut bricoler (…). Mais je sais comment faire. » (Tariq, à son domicile, 29 juin 2009.) Socialement, cet emploi assure également une position appréciable dans la hiérarchie des habitants du quartier et aux yeux de la famille élargie. Les tensions qui existent sont par conséquent d’un autre ordre.

12Le problème de la cohabitation provient des habitudes de Tariq. Ounsa raconte avec malice le détail des retours de son père, tard le soir : il réveille la famille de Malika en poussant trop fort la porte d’entrée, en jurant, et en tombant parfois dans l’escalier. Obligé de passer dans le salon pour atteindre la chambre, Tariq dérange également ses enfants : Yasmine, sa fille cadette, est lourdement handicapée et se rendort difficilement. D’ailleurs, Rayane vit désormais au rez-de-chaussée. Les enfants évoquent aussi la honte qui découle de son alcoolisme auprès des voisins à qui il est impossible de ne rien cacher. Malika se contente de dire son regret de voir tant d’argent gaspillé en dehors de la vie familiale. En évoquant cette question, elle rejoint la teneur des discours officiels des familles des individus déviants : critiquer le temps passé par Tariq à l’extérieur du logement reviendrait à décrire les modalités de fuite de Tariq face à ses responsabilités familiales. Malika aurait parfois besoin de lui notamment pour pousser le fauteuil roulant de Yasmine en visite chez le médecin et au retour pour l’installer à l’étage. Au lieu de cela, elle doit mobiliser toute aide masculine présente, selon les disponibilités, pour gravir cet escalier trop étroit. Par pudeur, elle préfère parler de la part du budget de la famille perdue dans l’alcool. Quant à Tariq, sa réponse rejoint le registre commun de ses compagnons sur la question de leurs dépenses : les enfants ne manquent de rien et ne sont pas battus.

13Au contraire de Malika, sa famille consent à commenter le drame vécu par tous, incarné non seulement dans le déshonneur lié au mode de vie de Tariq, mais aussi la malédiction divine abattue sur le dernier enfant : les membres de la famille de Malika vivent selon un code de moralité exigeant. Chose rare, la réprobation collective finit un jour par éclater : le frère de Malika tenta de corriger Tariq qui vint à Souq ‘aoua le 31 mars 2005 affublé d’un plâtre au nez. Il expliqua évasivement son intention de saisir la justice et les moyens de pression dont il disposait – radio, ordonnance, témoignage du médecin – afin de ramener la famille au calme, ce qui fonctionna.

14La seule parade de Malika et de ses enfants face au sentiment collectif de désapprobation, c’est l’adhésion aux reproches de la famille : ils utilisent le même vocabulaire, se moquent publiquement et participent à la condamnation familiale. Yasmine, qui perçoit le degré d’inconvenance malgré son handicap, traite ainsi son père soit de hmar (âne, espèce de con), soit de chemkar (sale toxico, clodo). Ounsa et Aziza roulent des yeux en se moquant de leur père qui « louche lorsqu’il a bu », non sans curiosité pour ce pan mystérieux de son autre quotidien : « Dis-moi comment c’est, là-bas. Tu es déjà allée, là où va notre père ? » (Ounsa, 7 juin 2009.) Si la vie des interstices leur reste hors d’accès, elles connaissent les compagnons de Tariq : Ounsa a même surnommé Khalid « pitbull », pour son usage immodéré de la violence et sa silhouette trapue. Lorsque Tariq annonce son départ pour Mriziga, Malika commente sur un ton railleur : « ymchi ychouf famila dyalou », (« il part voir sa famille »), comme s’il s’agissait d’une double vie. Pourtant, en annexant les interstices à ses espaces de vie, Tariq applique les préceptes métropolitains lui permettant de vivre dans des mondes séparés, ce que Malika interprète en termes de critique de leur vie familiale : elle préfèrerait qu’il boive à domicile.

15Contre toute attente, le stigmate n’empêche nullement l’entraide familiale : Yasmine a bénéficié récemment d’une opération coûteuse de 17 000 dirhams, dont seuls 7 000 ont été remboursés par la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale, le reste ayant été assumé par des dons de la famille. La participation des familles élargies au maintien du niveau de vie est la condition essentielle à la survie et ce, malgré l’ampleur du déshonneur. Il s’agit là d’un changement social important, à savoir le transfert du déshonneur de la famille vers l’individu qui en est directement responsable. Dans un contexte de grande vulnérabilité de familles sur le fil entre pauvreté et glissement vers l’incertitude de situations peut-être irréversibles, ce changement social traduit les dynamiques complexes à l’œuvre dans les stratégies de survie dont fait partie la négociation permanente qui s’engage entre image de la famille et regard porté sur l’individu.

Des frontières sociales en mouvement pour une gestion négociée de l’altérité

16De nos jours, les paramètres de la marginalité sociale des habitants de Casablanca se sont complexifiés du fait de plusieurs facteurs : un contexte socio-économique particulièrement éprouvant sur les plans local et national ; l’extension de la pauvreté à la plus large part de la population dont il faut se demander dans quelle mesure elle vit dans des territoires disqualifiés au point de continuer à les qualifier d’habitants des « marges urbaines » (cette notion, présentant de nombreuses embûches méthodologiques pour l’étude des espaces périphériques, devient tout à fait inapte à témoigner des réalités sociales lorsqu’on l’applique aux espaces du centre : existe-t-il des marges en centre-ville ?) ; la paupérisation des logements et le mitage extrême de leur tissu ; et l’émergence de nombreuses pratiques déviantes dans les espaces publics, et donc directement observables. Ces pratiques sont permises par l’extrême fragmentation des expériences de la vie urbaine et le principe de vie métropolitaine, à savoir, pour les individus déviants, la mobilisation quotidienne d’espaces disjoints, entre interstices et lieux de vie au quartier. À la lueur du quotidien de Tariq, ces interstices apparaissent comme de véritables espaces-ressources, à la fois pour les usagers déviants des espaces publics et leurs familles : d’un côté, les citadins y voient de réelles opportunités d’appropriation au travers desquelles ils exercent leurs compétences sociales en vue d’un ordre urbain pacifié, selon un mode de revendication intuitif de droit à la ville, autre visage du vivre-ensemble largement exploré par les sciences sociales aujourd’hui ; d’un autre côté, les familles s’accommodent de ces normes sociales transgressées au vu et au su de tous, dans un souci de cohésion à l’échelle sociale du quartier et de la famille élargie.

17Si les paramètres de construction du stigmate semblent se reconduire sur la base des faux-semblants dont sont capables les individus pour sauver la face dans les situations les plus déshonorantes, selon des jeux sociaux valorisant à l’extrême les apparences, la gestion de l’altérité se tisse au gré des mouvements des frontières sociales, entre espaces privés et espaces publics, intimité et exposition publique, pauvreté acceptable et stigmate intolérable, aspirations collectives et réalisations individuelles.

18Par-delà les vertus évidentes de l’étude des modalités du partage de la ville, la question de la gestion de l’altérité s’impose comme une question éminemment d’actualité à l’heure d’une urbanisation mondiale croissante et du renforcement des inégalités sociales, vouant la plupart des habitants de Casablanca à une vulnérabilité irréversible.

Bibliographie

Anglade M.P., « Mouvements urbains et stratégies de femmes toxicomanes à Casablanca, Maroc », dans M.P. Anglade, L. Bouasria, M. Cheikh et al. (éd.), Expériences du genre : intimités, marginalités, travail et migration, Paris, Casablanca, Karthala, Le Fennec, 2013.

Bonte M., « La consommation d’alcool en milieu urbain marocain, une pratique sous contrôle ? Spatialités maîtrisées et sociabilités choisies : l’exemple de Rabat », mémoire de recherche de master I, sous la dir. de K. Bennafla, ENS de Lyon/IEP de Lyon, 2010.

Ferrié J.N., « Lieux intérieurs et culture publique au Maroc », Politix, vol. 8, n° 31, 1995, p. 187-202.

Navez-Bouchanine F., Habiter la ville marocaine, Paris, l’Harmattan, 1997.

Thrasher F. M., The Gang : A study of 1313 gangs in Chicago, 1927, Chicago, The University of Chicago Press, 1963.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable