Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Des supporters dans la ville

Abderrahim Bourkia

Texte intégral

1Rabat. Un dimanche matin à 10 heures déjà. Un flot de jeunes Casablancais débarque en ville en provenance de la gare de Rabat-Agdal. Leurs écharpes, leurs banderoles et leurs maillots portent tous les emblèmes de leur club : le Raja Athletic Club de Casablanca. Les jeunes scandent à tue-tête des chants et des slogans, au rythme des percussions. Ils brisent ainsi le silence d’une matinée qui s’annonçait paisible. Leurs chants sont truffés de métaphores qui font l’apologie de la dévotion, de la force et de la virilité. Ils crient haut et fort, le but étant de ne surtout pas passer inaperçus. Très tôt déjà, les forces de l’ordre se sont préparées à leur arrivée. Elles vont escorter ces supporters tout le long des artères principales jusqu’à arriver au stade Moulay Abdellah, lieu de la rencontre footballistique tant attendue : la finale de la coupe du Trône entre le club des Forces armées royales de Rabat et le Raja de Casablanca.

2La rencontre ne se réduit pas à un simple match de football. C’est une véritable caisse de résonance de ce qui alimente la vie sociale des supporters des deux villes, Casablanca et Rabat. Le « supporterisme » révèle une partie des formes de relations sociales de la société marocaine. Ces jeunes sont à la fois en quête de visibilité, d’appartenance et d’identité : la logique partisane qui cimente les groupes de supporters suppose que l’on affiche d’office une hostilité à l’égard des « autres ».

Classico d’un jour, un nouveau chapitre de la guerre identitaire entre supporters

3Les Classico ou les matchs qui opposent l’un des deux clubs casablancais (le Wydad ou le Raja) aux FAR de Rabat sont parmi les rencontres les plus importantes de la saison. Et ceci quel que soit le classement des trois clubs, sachant qu’ils comptent de toute façon parmi les clubs « locomotives » du football national. Leurs rencontres attirent à chaque fois des milliers de spectateurs et de supporters. Le match représente pour ces derniers l’occasion de montrer leur dévotion et leur supériorité vis-à-vis des supporters de l’équipe adverse. Une supériorité visible déjà par le nombre des spectateurs présents. Un « nous » et un « eux » qui s’opposent dans un rituel guerrier et tribal. Le stade devient alors un véritable champ de bataille identitaire. Un foyer prépondérant de l’identification collective qui tient à l’opposition d’équipes ou d’individus qui s’affrontent pour la victoire. Ils se prêtent volontiers à l’identification du groupe ou plus précisément à la formation « dans-le-groupe » et « hors-du-groupe ». Cet élément d’opposition renforce le sens du « nous » ou de l’unité, intensifié par la présence d’un groupe qui est perçu comme « eux », l’équipe adverse, qu’elle soit locale ou nationale, et ses supporters. Le spectacle footballistique, spécifiquement ce jour-là, offre aux supporters l’opportunité de s’exprimer. Les supporters casablancais se sont déplacés en masse, et ceux de Rabat se sont préparés à leur arrivée. En guise d’introduction à la rencontre, de nombreux échanges provocateurs ont déjà été échangés sur les forums et les réseaux sociaux. Et ceux qui auparavant ont été agressés lors des derniers affrontements à Casablanca se préparent pour les vendettas. Les règlements de compte et l’esprit de vengeance alimentent aussi les matchs de Classico. Au stade, le seul espace où l’expression des émotions est tolérée reste les tribunes, où les supporters vont se livrer à un show sans égal : danses, chants, cris de joie, mais aussi expressions de haine et insultes. Un semblant de sectarisme identitaire lié aux clubs de football alimente le spectacle. Le match offre une scène sociale de ce qui caractérise une partie de la jeunesse marocaine. Il met à l’épreuve l’homogénéité d’une large frange de celle-ci, ses insolites formes de cohésion et de solidarité. Autant que la dynamique de cette culture, ses formes de socialisation et les liens segmentaires entre les jeunes montrent combien ces derniers sont en proie à de vives inquiétudes liées au chômage, à la pauvreté, à l’exclusion, au mépris et à l’incompréhension. Enfin, force est de constater que les dysfonctionnements actuels des agents de socialisation en général – la famille, l’école, la société civile pour ne citer qu’eux – donnent des configurations souvent dissociées, des relations sociales conflictuelles dont les figures (parents, éducateurs et accompagnateurs) sont quasiment dépassées ou absentes. C’est le dérèglement social qui crée de la déviance. Ces groupes ne se définissent d’ailleurs jamais comme des délinquants, dans le sens où la délinquance n’est pas le centre de leur activité.

4Voici quelques itinéraires de supporters casablancais à l’assaut de la ville de Rabat. Le mot « assaut » ou « descente » renvoie à une image symbolique dans l’univers des supporters. Souvent, les rivaux ne se laissent pas faire, en organisant ce qui est communément appelé un cortège, afin de dissuader les visiteurs d’en faire autant. Ce qui peut provoquer l’étincelle d’un processus d’affrontements symboliques et déboucher sur une violence plus directe : des bagarres, des actes de vandalisme et de racket. Les incidents du jeudi 11 avril 2013 peuvent en témoigner : cette fois-là, ce sont les jeunes de Rabat qui sont partis à l’assaut de la ville de Casablanca. Les échanges verbaux entre les supporters casaouis et leurs homologues rbatis témoignent d’une polarisation constante, qui remonte à loin. La capitale politique (Rabat) est l’incarnation du pouvoir du Royaume, et ses supporters sont perçus comme des fils du gouvernement et des militaires. S’en prendre à eux est une manière de contester au fond la partialité et le favoritisme à l’égard de l’équipe de Rabat. Faire une descente triomphale à Rabat est riche de sens pour les supporters casablancais. Ce qui permet de dire qu’il y a un chevauchement du cadre sportif et du cadre politico-social. La capitale est souvent mal aimée, à en croire les idées propagées par les supporters, et Casablanca incarne toujours la ville monstre, la ville de l’exploitation économique, source de troubles sociaux et de perturbations.

Itinéraire d’un supporter

5Ce jour-là, Rachid a prévu de retrouver son voisin Taoufik et ses copains à côté de la téléboutique de son quartier. Il est déjà 11 heures 30 et il n’a pas encore pris son petit-déjeuner. Sa mère est à la maison en train de préparer le déjeuner avant que ses deux petits frères ne reviennent de l’école. Rachid a 16 ans, il vit donc avec sa mère et ses trois frères. L’aîné est âgé de 23 ans et travaille dans l’atelier d’un garagiste. Rachid a quitté les bancs de l’école il y a trois ans après avoir redoublé la deuxième année du collège. C’était un an après le décès de son père. Il échappait chaque jour au contrôle de sa mère qui ne savait plus à quel saint se vouer. Son frère, qui avait pour habitude de le corriger de manière violente, n’est pas toujours présent pour le surveiller. Du fait de l’absence du père, les enfants échappent souvent au contrôle des adultes. Il en découle deux conséquences principales. Premièrement, cela encourage le recours à la violence physique lors des règlements de compte entre les enfants ou les jeunes. Et deuxièmement, cette absence de surveillance parentale amène les enfants à se retrouver en bandes qui, à leur tour, vont entrer en conflit avec d’autres bandes. Ses amis et son groupe dans la rue, puis son groupe de supporters deviennent désormais ses repères.

6Rachid passe toute la journée dehors avec ses acolytes, dont le fils des voisins. Tous deux ne font rien de spécial de leur journée, ils parviennent juste à gagner quelques dirhams en revendant des bricoles. Ils traînent, en compagnie d’autres jeunes du quartier, au coin de la rue. Aujourd’hui, c’est un jour exceptionnel pour eux. Leur équipe d’amour, le Raja de Casablanca, joue une rencontre cruciale contre les FAR de Rabat. Et ils ne comptent manquer ce rendez-vous pour rien au monde. Rachid se réveille d’habitude vers 14 heures, jamais avant. Ce jour-là, plus matinal, Rachid blâme sa mère du fait d’un petit-déjeuner pas prêt assez tôt, ce qui risque de compromettre son rendez-vous. Un groupe de supporters du Raja s’est effectivement donné rendez-vous au café du quartier vers 12 heures avant d’entamer sa marche vers la gare de Casa-Port. Rachid est parti en disant au revoir à sa mère et en lui précisant qu’il allait à Rabat et qu’il risquait de rentrer tard. Sa mère a répondu en murmurant ces mots « que Dieu te protège ». Il retrouve enfin, soulagé, les autres supporters de son quartier, sans qui il lui est impensable de se déplacer. Le fait de se trouver en groupe lui procure l’assurance et le réconfort nécessaires. Le sentiment de fierté et de force engendré au sein du groupe alimente la rivalité et la recherche du conflit, particulièrement avec les groupes rivaux, mais aussi avec les passants qui ne soutiennent, eux, aucune équipe. Les incivilités sont commises même avant d’arriver au stade. La marche ne peut être interrompue que par la présence d’un groupe de supporters rivaux.

De la violence symbolique à la violence physique

7Les déplacements vers les stades rassemblent une à plusieurs dizaines de supporters et s’apparentent à des marches de guerriers. « Cette marche est le rituel obligé de chaque rencontre qui se déroule à Casablanca ou à l’extérieur. C’est ce que l’on appelle le cortège. En arborant nos écharpes et en brandissant nos drapeaux, nous affirmons fièrement notre appartenance à notre grande équipe numéro un au Maroc. » Cette marche symbolique peut dévier à tout moment. Surtout lorsqu’il y a quelque chose ou quelqu’un qui vient entraver leur show. « Nous nous dirigeons pacifiquement vers le stade et puis je ne vois pas pourquoi on va nous interdire de faire cela », soutient le même supporter en ajoutant qu’ils ne font de mal à personne. Et de souligner davantage : « Des fois nous nous défendons contre des groupes de supporters rivaux. Nous nous bagarrons pour défendre notre groupe. » Rares sont les supporters qui osent parler d’attaques contre leur rivaux. Ils préfèrent parler de purs actes défensifs. Les affrontements entre supporters de différents groupes sont devenus monnaie courante depuis la formation de groupes ultras plus solidaires. Dans certains groupes que les jeunes forment, la violence serait même la norme : il y serait bien vu d’avoir fait de la prison. Ce passage crédibiliserait un individu et, ce faisant, lui permettrait de ne plus avoir recours à la violence physique directe pour être respecté. Ils font usage de valeurs masculines pour chanter les leurs et eux-mêmes et désigner les rivaux comme femmes, efféminés ou homosexuels. C’est ainsi qu’ils peuvent passer d’un processus symbolique à la bagarre. Il ne faut pas négliger les événements qui précèdent les rixes et les bagarres, étant donné qu’ils ne sont que l’accomplissement d’un long processus d’interactions entre les supporters. Il ne faut pas négliger, non plus, la mise en scène ritualisée de la violence destinée à impressionner l’adversaire. Ce qui ouvre la voie aux débordements, surtout par des groupes qui favorisent la transgression et le passage à l’acte. Il existe un processus de ritualisation de la violence des supporters de football qui vient cimenter leur cohésion et leur solidarité. Ce type de violence est la clé de voûte des supporters. Paraître agressif et dangereux afin d’effrayer l’autre.

8Les faits racontés sont souvent exagérés pour donner plus de crédibilité à la force et à l’agressivité du groupe. « Le supporter ultra a plusieurs responsabilités, et il risque toujours sa vie pour la cause du groupe et celle de son équipe », nous raconte un supporter ultra. D’abord, il s’agit de défendre les emblèmes, à travers la fabrication de bâches, de banderoles, de tifos et à travers les propos des membres du groupe qui jouent sur les apparences pour impressionner, car le paraître est très important dans le monde des ultras. Ces agissements, tout en étant un type de violence symbolique, sont comme des boucliers et une sorte d’aura que le groupe crée autour de lui. Chaque groupe cherche à se distinguer de l’autre et veut paraître comme le plus dévoué à son équipe et le plus fort, être celui qui ne craint rien en défiant les règles et en transgressant les lois. Les groupes casaouis et rbatis sont rentrés dans une concurrence sans fin depuis bien longtemps.

De la délinquance juvénile à Casablanca

9Des actes de violence ou de vandalisme causés par les supporters des clubs de football au Maroc font la une des quotidiens et suscitent des débats ponctuels ; des commissions se réunissent même pour en parler, mais sans jamais réellement proposer des solutions adaptées.

10Cette fois, des supporters arborant les couleurs et les emblèmes de l’équipe des FAR de Rabat ont été impliqués. Mais pourquoi encore cette envie de se montrer plus violent, plus destructeur que les autres ? Comment un supporter peut-il se transformer en délinquant ? Il s’agit, avant tout, d’une violence urbaine et juvénile, souvent ritualisée, produite par des supporters qui investissent les stades et l’espace public et s’en prennent aux biens tant publics que privés et prennent en otage le football, son spectacle et le « supporterisme ». Le profil social des auteurs – supporters, spectateurs ou simples délinquants – indique qu’il s’agit de jeunes qui profitent des rassemblements aux abords des stades pour s’adonner à des actes de violence. Ici, les supporters des FAR n’ont pas « digéré » la dernière descente des Rajaouis au match aller lors de la finale de la Coupe du Trône. Une descente triomphale, dans le jargon des supporters, qui n’a pas causé de dégâts. Conforme aux normes universelles des ultras : un cortège composé de 400 voire 500 supporters s’est rendu au stade à pied depuis la gare de Rabat-Agdal. Tout cela sous l’œil bien attentif des forces de l’ordre. Avec tout un répertoire d’interactions symboliques et physiques riche en métaphores. Mais ce qu’on a vu ce jeudi 11 avril n’a rien à voir avec l’univers ultra. D’ailleurs, même les groupes ultras des FAR ont condamné ces agissements criminels. Oui, ce sont des délinquants qui ont débarqué à la gare Casa-Voyageurs au lieu de descendre à la gare de l’Oasis, comme l’avaient pourtant préconisé les directives de la Direction générale de la sûreté nationale. Ensuite, ils ont effectué leur descente imposante, truffée d’actes de vandalisme, le long du boulevard Mohammed V, loin des yeux des agents de la Sûreté.

11De manière générale, les supporters violents agissent en bandes organisées et en groupes informels en s’en prenant aux commerces, aux voitures et au mobilier urbain. Le fait de se retrouver en groupe permet de bénéficier d’un anonymat, et cela encourage ces supporters à insulter, à passer à l’acte, à agresser les autres et à s’adonner au racket. Le groupe n’est pas forcément composé de manière homogène. Cependant, le fait de se retrouver en bande procure l’assurance et la confiance suffisantes à ses membres pour souvent passer à l’acte même avant d’arriver au stade.

12Souvent, le caractère sporadique des incidents empêche d’en identifier les auteurs. Ainsi, le stade n’attire pas seulement des supporters. Une idée partagée par tous les membres ultra rencontrés. Certes, les supporters usent de métaphores et de symboles qui font l’apologie de la violence. On y trouve mêlés la force des apparences, le sentiment d’appartenance, avec le rituel d’occupation d’espaces divers, une culture différente de celle de la société marocaine, régie par des lois et des valeurs propres au monde du « supporterisme ». Mais ces groupes sont souvent infiltrés par de vrais agresseurs, « caillasseurs », voleurs ou zeramas dans le langage des supporters.

13Le stade n’amène pas que des supporters passionnés de leurs équipes. Nous ne pouvons pas différencier le supporter du criminel. Si les conditions du passage à l’acte sont réunies (insultes, joutes oratoires et provocations réciproques), les agissements déviants ou criminels peuvent survenir. Certains groupes ultra déplorent le fait d’être étiquetés comme criminels. Néanmoins, ils reconnaissent que la violence symbolique, les prises de bec, les insultes, le vol des insignes, des écharpes, des banderoles et des bâches font partie des normes de l’univers des ultra.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable