Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 2. Dynamiques et relations sociales

Le cannabis au Maroc, du jeu politique local à la scène nationale

Khalid Mouna et Kenza Afsahi

Texte intégral

1Le 27 janvier 2013, des manifestations éclatent dans la province d’Al Hoceïma, précisément dans le douar de Bni Gmil où a été introduite la culture du cannabis en 2007. Ces troubles interviennent à la suite de l’interdiction, annoncée par le crieur public (barah) lors du marché hebdomadaire du samedi, de cultiver le cannabis cette année. Aussitôt, la population prend d’assaut le siège de la commune et se confronte aux forces de l’ordre. Rassemblant 1 400 personnes, cette manifestation est encadrée par des diplômés-chômeurs et des migrants de retour d’Espagne. Dans les colonnes du journal Al Massae, Nourreddine Mediane, député du parti de l’Istiqlal de la région d’Al Hoceïma, estime ces manifestations justifiées, cette interdiction une véritable provocation ne prenant pas en considération la crise sociale et économique. Ainsi, selon le député : « Le kif (cannabis) est l’unique produit dans la région, car la majeure partie de la population ne trouve pas de quoi payer un kilo de sardines » (Al Massae, 28 janvier 2013). Cette interdiction provoque également une fusillade à Moulay Chrif, entre la gendarmerie et un cultivateur en colère.

2Avant d’en arriver à la situation actuelle, la culture de cannabis dans le Rif a connu différents épisodes, tout au long de son histoire, marqués par des interdictions, des autorisations ou des tolérances. Ainsi, lors de la première moitié du XXe siècle, les autorités françaises ont tiré avantage de la manne économique non négligeable qu’elle représentait, sous la forme de contrats entre la Régie des tabacs et du kif et les paysans. Les autorités espagnoles, pour leur part, l’ont tolérée dans la région durant leur protectorat, pour s’attirer la sympathie des tribus berbères, réputées rebelles. Plusieurs dahirs (décrets royaux) vont réglementer la culture, la vente et l’usage du cannabis entre 1912 et 1954 (Afsahi, 2011). A l’indépendance, la culture du cannabis est définitivement interdite sur l’ensemble du territoire. Malgré cette interdiction, elle sera tolérée dans l’espace historique de la culture, un espace restreint compris entre les communes de Ketama et de Bab Berred, dans le Rif central, où la culture de cannabis serait implantée depuis plusieurs siècles. Sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur, une commission est créée, composée de représentants de la Police, de la Gendarmerie royale, des services des Douanes et de la Régie des tabacs. Elle a pour charge d’acheter les récoltes aux paysans pour les brûler. L’administration marocaine, encore à ses débuts et en proie à des difficultés financières, ne peut mener à bien cette politique que durant trois années (Anegay, 2001). Au début des années 60, le gouvernement, qui tente de nouveau d’éradiquer la culture du cannabis dans les montagnes rifaines, se heurte à la résistance des cultivateurs. Le gouvernement estime alors que cette lutte sera longue et incertaine et suspend les efforts d’éradication. La culture du cannabis est finalement tolérée dans l’espace historique, à la condition que son commerce se fasse discrètement et que les superficies de culture restent limitées (Moreno, 1997). Différents facteurs politiques et socio-économiques vont pourtant encourager, en plusieurs étapes, son développement et son extension à de nouveaux espaces. La culture du cannabis passe ainsi de quelques dizaines d’hectares au cours des années 50, à plus d’une centaine de milliers d’hectares au début des années 2000, répartis sur les cinq provinces d’Al Hoceïma, Chefchaouen, Taounate, Tétouan et Larache (Afsahi, 2011).

3Si, au fil du temps, les nouveaux cultivateurs ont acquis le savoir-faire nécessaire à la culture et à la transformation du cannabis en haschisch, jamais ils n’ont obtenu la légitimité dévolue à l’espace historique de la culture. Jusqu’en 2005, les cultivateurs des nouveaux espaces bénéficiaient d’une tolérance épisodique, qui leur procurait certaines années un moyen de subsistance, permettant à l’Etat de contenir l’extension de la culture tout en maintenant l’ordre social. Mais à partir de 2005, suite aux enquêtes officielles conduites par l’ONUDC (Office des Nations Unies contre le crime et la drogue) et l’APDN (Agence pour le développement des préfectures et des provinces du Nord du Royaume) sur la culture du cannabis au Maroc, dont les résultats révèlent l’ampleur de son économie dans le nord du pays, le contexte a sensiblement changé. Les paysans doivent s’adapter à une politique anti-drogue plus répressive qui a réduit de plus de la moitié les surfaces cultivées. De façon plus régulière, les autorités annoncent publiquement l’interdiction de la culture du cannabis (sur les marchés, dans les mosquées) peu de temps avant le semis. Ceux qui ne respectent pas l’interdiction subissent l’éradication des plants une fois le cannabis arrivé à maturation, en été. Cette pratique punitive, fréquente avant le Printemps arabe de 2011, se combine à des arrestations de cultivateurs, des saisies de drogues sur les routes et une sécurisation des côtes méditerranéennes. L’éradication de la culture du cannabis se produit, durant cette période, d’abord dans les communes les plus éloignées du cœur historique de culture, les plus récemment touchées par la culture du cannabis, telle la province de Larache. Elle atteint ensuite les communes ayant introduit la culture de cannabis pendant les années 80 et 90, notamment dans les provinces de Taounate et de Chefchaouen. Au fur et à mesure, l’éradication se rapproche du noyau initial de culture dans le Rif central. L’espace historique, épargné par les éradications, voit pourtant augmenter les interventions étatiques (arrestations et saisies) depuis quelques années.

4Jusque-là, la dynamique locale de la culture du cannabis reposait sur la capacité des producteurs à s’adapter aux fluctuations du marché et à la politique de lutte contre la drogue, oscillant entre tolérance et répression, avec une distinction entre les différents espaces de culture. Mais depuis quelques années, les cultivateurs sont confrontés à un phénomène nouveau où la question de la légitimité globale de la culture du cannabis est régulièrement débattue. Elle est devenue un élément de surenchère politique. Des associations et des chefs politiques se prononcent en faveur des mesures les plus contradictoires, de l’éradication à la légalisation ou à l’intégration de l’argent de la drogue dans l’économie formelle. Parallèlement, des élus accusent leurs collègues, au sein de la Chambre des députés, d’avoir utilisé mal al haram (« l’argent sale ») pendant la campagne électorale. Les polémiques autour du cannabis animent la vie politique, comme par exemple la tenue au Parlement d’une journée d’études sur la légalisation de la culture du cannabis, initiée le 4 décembre 2013 par le groupe parlementaire du PAM (Parti Authenticité et Modernité), en collaboration avec le Collectif marocain pour l’usage thérapeutique et industriel du kif.

5À partir de l’analyse de la dynamique locale de l’économie du cannabis et de son extension, nous souhaitons éclairer le débat national à propos de cette situation qui dépasse aujourd’hui le cadre local du Rif pour constituer un enjeu politique national. Notre analyse est construite en deux temps. Dans un premier temps, il nous est indispensable de mettre en perspective les modalités de l’extension de la culture du cannabis depuis l’espace originel jusqu’aux nouveaux espaces de culture et les différentes tensions que cette extension crée entre les cultivateurs. Dans un second temps, nous verrons que les acteurs du débat politique national empruntent largement les arguments des cultivateurs pour légitimer la culture dans l’espace historique et, plus généralement, pour justifier la légalisation du cannabis dans le Rif central, sans pour autant que soit prise en compte une réalité complexe sur le terrain.

Dynamique locale de la culture de cannabis et de son extension

6À partir de l’indépendance du pays, de nombreux facteurs vont se succéder, favorisant le développement de la culture du cannabis dans l’espace historique et son extension au-delà. Dans un premier temps, les paysans rifains, dont les ressources forestières représentent l’une des principales sources de revenus, vont souffrir de la réappropriation du domaine forestier par l’Etat. Les Rifains connaissent alors un fort taux de chômage dû à l’instabilité économique et politique de l’Algérie, une destination importante pour les travailleurs saisonniers au moment des labours et de la récolte. Par ailleurs, la hausse des prix, suite à l’unification des monnaies après l’Indépendance, et l’absence de projets de développement pour améliorer les conditions de vie des habitants ne vont guère leur donner d’autre choix que d’émigrer vers l’Europe ou de développer certaines activités informelles comme la culture du cannabis pour laquelle la demande européenne s’accroît de la fin des années 60 au début des années 2000. Pour répondre à cette demande, les cultivateurs vont d’ailleurs se spécialiser dans la transformation du cannabis en haschisch, qui se stocke et s’exporte plus facilement.

7L’influence de nouveaux modes de consommation, liée à des revenus de plus en plus importants, a converti chaque année de nouveaux douars à la culture du cannabis, profitant du laxisme et des prises d’intérêt des autorités locales. Cette extension a bouleversé les techniques de culture ancestrales et a créé une concurrence entre les différents cultivateurs. Elle a nécessité une main-d’œuvre considérable à tous les stades de la culture et de la transformation – semis, désherbage, démariage, récolte, séchage et stockage, tamisage, pressage, vente –, autant d’étapes requérant un certain savoir-faire. Dans le domaine de la culture, le besoin de main-d’œuvre a été comblé en partie par la participation des femmes, permettant d’abaisser le coût de production au niveau de l’exploitation familiale (Afsahi 2011). Mais la culture du cannabis a pris une telle ampleur dans l’économie locale qu’elle entraîna une forte demande de salariés agricoles venant de toutes les régions du Maroc, en particulier des communes limitrophes de l’espace historique de culture. Ce processus intervient à la fin des années 60, les cultivateurs consacrant davantage de terres à la culture du cannabis et commençant à transformer celui-ci en haschisch. Dans les années 80, de nombreux migrants saisonniers, de retour dans leurs villages d’origine après avoir assimilé les différentes techniques de production, profitent d’un climat de tolérance propice à l’introduction du cannabis. Dans un premier temps, ils cultivent et vendent le cannabis à l’état brut, puis, maîtrisant de mieux en mieux les techniques, ils le transforment et le vendent sous forme de résine. Par ailleurs, les cultivateurs de l’espace historique en manque de terres agrandissent leurs surfaces cultivées de cannabis en s’appropriant des surfaces forestières. Mais à partir des années 90, victimes de l’augmentation des contrôles forestiers, certains d’entre eux vont chercher d’autres surfaces cultivables, notamment dans la province de Taounate. En association avec des producteurs locaux, ils louent des terres sur lesquelles ils expérimentent de nouveaux procédés de production (engrais et pesticides, tracteurs et système d’irrigation moderne), des moyens difficiles à employer dans les espaces traditionnels pour des raisons topologiques. Au moment de l’introduction du cannabis dans ces nouveaux espaces de culture, la population qui jadis migrait vers les lieux de production traditionnelle et constituait la main-d’œuvre saisonnière, se sédentarise. Son savoir-faire, accumulé depuis le début des années 80, renforcé par le retour des investisseurs du « bled du kif » (appellation de l’espace historique de culture) dans ces régions leur permet de passer du statut d’employé à celui d’employeur ou de métayer (Mouna, 2010).

8Pendant les années 80 et jusqu’aux années 2000, que ce soit dans l’espace historique ou dans les nouveaux espaces de culture, l’introduction du cannabis améliore le niveau de vie des paysans. Sa production permet l’accès au crédit et à la consommation de biens périssables. Avec l’électrification des villages, les paysans investissent dans l’électroménager, ce qui diminue la charge de travail des femmes au foyer au profit d’une disponibilité accrue pour le travail aux champs. Ils perfectionnent certaines techniques agricoles avec l’achat de tracteurs, de pompes pour l’irrigation et le creusement de puits. Dans les douars, leurs conditions de logement s’améliorent, et les plus riches d’entre eux acquièrent des résidences secondaires dans les villes proches. Mais au fil du temps, les cultivateurs oublient leur savoir-faire agricole traditionnel. Le cannabis a remplacé les cultures vivrières, et la région perd en partie son autonomie alimentaire. La population a de plus en plus recours aux souks pour l’achat des produits de première nécessité (Afsahi, 2011). Le mode de consommation a connu un tel bouleversement qu’il est désormais difficile de revenir en arrière. Par ailleurs, cette nouvelle économie a permis, depuis 2010, l’insertion professionnelle de migrants marocains revenus d’Espagne, suite à la crise économique et qui se réinstallent dans les villages où ils sont nés dans les montagnes du Rif, espérant pouvoir tirer subsistance de la production de cannabis.

9L’économie du cannabis a ainsi permis l’intégration de nouveaux acteurs au sein de ce marché (producteurs, intermédiaires, femmes). L’augmentation de la demande européenne de cannabis, durant ces trois dernières décennies, a été comblée par des petits et grands cultivateurs offrant sur le marché un produit abondant et bon marché. Mais la place d’un producteur sur le marché est déterminée par son ancienneté dans la culture, son savoir-faire, sa capacité à développer un réseau de commercialisation et la maîtrise des risques et des rouages du métier, autant de qualités dont les cultivateurs de l’espace historique avaient la primauté. Réussir dans la culture du cannabis nécessite aussi des ressources naturelles (surfaces cultivables fertiles et possibilités d’irrigation) dont jouissent les cultivateurs des nouveaux espaces de culture. L’accès différencié à ces facteurs a produit une concurrence entre les acteurs. Il a favorisé l’émergence d’une logique individuelle et la transformation des formes de solidarité, fondées sur l’appartenance territoriale, au profit d’une dynamique et d’une concurrence sectorielle, touchant notamment les techniques de culture. Par exemple, face à la concurrence des nouveaux espaces de culture, les cultivateurs de certains villages de l’espace historique ont introduit de nouvelles variétés hybrides de cannabis dont les graines sont d’origine étrangère (aux qualités variées que les producteurs appellent mexicana, pakistana, khardala, etc.), importées par les intermédiaires afin d’augmenter les rendements à l’hectare et le taux de THC (delta-9-tétrahydrocannabinol, substance psychoactive la plus importante du cannabis), d’optimiser les profits et de pallier le manque de ressources naturelles. Cette concurrence a donc favorisé l’émergence de nouveaux espaces de production, de nouvelles variétés de plants et de nouvelles techniques de culture. L’apparition de ces nouvelles variétés permet, certes, la réduction des surfaces exploitées par la culture de cannabis en raison des rendements supérieurs, mais elle n’a pas résolu les problèmes structurels de cette économie. Ainsi, dans l’espace historique, les sols sont épuisés par l’intensification de la culture de cannabis, parfois sa monoculture dans certains finages de douars, et par une parcellisation des terres, souvent inférieures à un hectare. Contrairement à l’espace historique, les nouveaux espaces de production bénéficient fréquemment de plus grandes surfaces irriguées, où il est possible de réaliser des économies d’échelle sur des sols plus fertiles.

10La dynamique de l’extension reflète aussi la tension entre la population locale et l’Etat, suite à un sentiment de marginalisation et de hogra (mépris) ressenti par les cultivateurs. Cette tension se caractérise, de la part de l’Etat, par la mise en place d’une politique anti-drogue imposée par ses partenaires européens. Mais le choix de cette « guerre » contre le cannabis, d’une manière directe, et contre les producteurs, d’une manière indirecte, se concrétise par un ciblage des territoires récents de production du cannabis, qui résisteront plus difficilement à l’éradication. Ainsi, dans la province de Larache, le cannabis y a été éradiqué et a définitivement disparu depuis 2005, sans que les autochtones ne le contestent de manière virulente. Quant à Ouezzane, dans la province de Chefchaouen, les autorités ont laissé la population cultiver le cannabis, tout en enclavant l’espace de production, ce qui a empêché la vente du produit. Les paysans, de désespoir, ont préféré revenir à leurs pratiques antérieures : culture du blé et exploitation de champs d’oliviers. Les surfaces de cannabis ont également diminué près de certains axes et tronçons de routes, par exemple entre Ksar el Kebir et Chefchaouen, ou sur la côte méditerranéenne entre Oued Laou et Jebha sans contestations notables. Si dans ces premiers cas, la population locale n’a pas réellement contesté la politique de lutte contre le cannabis, l’éradication des cultures a déclenché un véritable bouleversement au sein de la société civile locale dans l’espace historique de production. Elle a fait resurgir des formes de contestation que l’on ne connaissait plus depuis les années 60 et qui maintenant dépassent le cadre local. Cela a commencé par les événements de Bab Berred en 2010 – qui en sont une parfaite illustration –, quand des milliers de personnes ont investi le centre de Bab Berred, se confrontant physiquement aux forces de l’ordre, au cri de : « Non à la hogra », à la suite d’une tentative de perquisition dans le domicile d’un cultivateur. Cette pression policière est ressentie par les habitants comme une remise en question de la légitimité historique de la culture de cannabis sur leur territoire. L’éradication des cultures de cannabis dans les nouveaux espaces de culture a aussi créé un sentiment de crainte au sein de l’espace historique. Si dans un premier temps cette éradication profite, de manière indirecte, aux cultivateurs de l’espace historique en réduisant la concurrence, elle renforce en revanche le sentiment de hogra ressenti par la population, qui parle de certains agents des autorités locales qui leur demanderaient des pots de vin afin d’annuler des mandats d’arrestation à leur encontre.

11Ce sentiment de hogra, associé aux événements internationaux qui bouleversent le monde arabe, s’est propagé dans différentes localités du Rif, comme en témoignent les affrontements avec les autorités à Bni Gmil au début de l’année 2013. Cette résistance de la part des cultivateurs a permis de réduire de façon significative les éradications du cannabis depuis 2011. Pour défendre l’économie du cannabis, les cultivateurs mettent en exergue différents arguments. Ceux de l’espace historique, premiers garants de la tradition, avancent surtout des raisons historiques : « Nous sommes le territoire historique. » Ils invoquent l’introduction de la culture dans le Rif central entre le VIIe siècle et le XV e siècle, mais aussi la signature d’anciens contrats entre la Régie des tabacs et du kif et les paysans, à l’époque du protectorat français (1912-1956). Ils utilisent également des arguments d’ordre écologique : « Ici rien ne pousse d’autre que le kif », ou liés au savoir-faire : « Ici c’est tout ce qu’on sait faire. C’est nos pères et nos grands-pères qui nous ont appris la culture. » Quant aux cultivateurs des nouveaux espaces, ils utilisent des arguments d’ordre juridique « Pourquoi n’aurions-nous pas le droit ? » ou économique : « Sans cette culture, on ne pourrait pas électrifier notre village, envoyer nos enfants à l’école, etc. »

12Dans cette dynamique tout à fait particulière, le cannabis devient un véritable enjeu politique entre les différents espaces de culture. Pourtant, ce ne sont pas les cultivateurs qui portent ce débat au niveau national. Les événements successifs qui ont touché le Nord ont favorisé l’émergence d’un débat national entre les partisans et les adversaires de la question de la légalisation de la culture du cannabis.

Le cannabis dans le débat économico-politique national

13L’économie du cannabis suscite l’intérêt de multiples acteurs : elle est devenue un sujet de débat dans les médias, au parlement, au sein des partis politiques et dans les associations. La polémique autour de la question du cannabis au Maroc s’alimente de différents sujets : les revenus que cette économie engendre, les conditions de vie précaires des paysans pratiquant cette culture, le caractère illégal de la drogue, les mandats d’arrêt à l’encontre des cultivateurs, les surfaces cultivées et la question de la légalisation.

14En l’espace de dix ans, le sujet du cannabis est devenu un objet de communication pour les médias. En 2003 puis en 2005, suite aux résultats des enquêtes officielles conduites par l’ONUDC et le gouvernement marocain, la presse et la télévision communiquent sur l’étendue des cultures, la quantité de cannabis produite et l’importance de son économie pour le nord du pays. À partir de 2005, ils relayent les informations relatives aux campagnes d’éradication et à la lutte contre le trafic menées par le gouvernement durant plusieurs années. Mais depuis quelque temps, leur intérêt s’est focalisé sur le débat opposant les partisans de l’éradication à ceux de la légalisation. Nombreux sont les magazines qui ont fait de la légalisation du cannabis leur sujet de prédilection. Ainsi le magazine Actuel a consacré un dossier entier sur la légalisation du cannabis intitulé : « Le cannabis, si on légalise ? » (Actuel, 22 novembre 2012). Ce dossier fait état du débat national, auquel il mesure le changement de discours au niveau local. Le magazine émet une hypothèse : « 2022, le Maroc ayant légalisé depuis six ans la production et la consommation de cannabis profite d’une manne fiscale non négligeable provenant de cette libéralisation. » En réalité, le débat sur la légalisation n’est pas récent. Il est relayé depuis longtemps par la population locale. Il s’est régulièrement transformé en polémique, structurant la vie politique locale durant les élections législatives et communales. Mais il n’avait jamais pris une telle ampleur sur le plan national. Dans les médias, certains candidats surenchérissent au sujet du kif, reproduisant le même discours que la population : « Le kif est l’unique produit dans la région. » L’argument principal en faveur de la légalisation est celui de la légitimité de l’espace historique de culture, argument qui permet une intériorisation de l’idée du bien-fondé de la culture du cannabis. Dès lors, les députés, les médias et l’Etat ne sauraient contester sa légitimité historique.

15En 2009, un membre du PJD (Parti de la justice et du développement) demande aux autorités de pratiquer une politique de « patrie clémente » en ce qui concerne l’argent du cannabis ; la même année, Fouad Ali El Himma, fondateur du PAM, propose l’ouverture d’un débat national sur la culture du cannabis. En 2012, le député Nourreddine Mediane, du parti de l’Istiqlal, évoque : « 2 millions de Marocains impliqués directement. Entre les paysans qui travaillent directement dans cette économie dans les régions de Tétouan, Larache, Ouezzane, Chefchaouen, Al Hoceïma et Taounate, cette économie fait travailler plus de 200 000 travailleurs venant des régions même les plus éloignées : Ouarzazate, Errachidia, Taroudant, etc. La ville d’Al Hoceïma à elle seule par exemple compte 250 000 personnes réparties dans trois circonscriptions qui opèrent directement dans la culture de cannabis. Rajoutant à cela les ouvriers qui travaillent d’une manière indirecte dans cette culture, on atteint 500 000 personnes. Il faut aussi ajouter le nombre des personnes incarcérées originaires du Nord, soit 17 000 selon les statistiques officielles, sans oublier les 40 000 qui sont recherchés par la Justice » (Al Ayam, 19 avril 2012). En 2011, Hamid Chabat, secrétaire général de l’Istiqlal et de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), dans une vidéo diffusée sur Youtube déclare devant un auditoire de syndicalistes dans le Rif : « Du moment qu’il y a des frères qui travaillent dans le domaine du kif, je demande à ces frères travailleurs de rejoindre l’UGTM. Ils sont les bienvenus, et nous allons défendre la continuité de la culture du kif dans cette région avec eux. […] Vous savez, le kif c’est comme le café. Durant des années, le café a été interdit avant qu’il ne soit autorisé. Aujourd’hui, on boit du café matin et soir. » De même, dans un discours au sein du Parlement marocain, le ministre de l’Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi, s’écarte du discours traditionnel de son parti au pouvoir, le PJD, pour tenir un propos favorable à la culture du cannabis, qu’il considère comme une richesse nationale (Akhbar Al Youm, 24 janvier 2013).

16Léconomie du cannabis fait aussi l’objet d’un débat national entre économistes. Elle ouvre le champ à diverses spéculations intellectuelles mais occasionne surtout une bataille de chiffres. Les économistes prennent désormais position : certains prônent une politique de légalisation quand d’autres persistent à s’y opposer. L’économiste Najib Akesbi estime à 134 000 hectares la surface totale des cultures de cannabis (chiffre fourni par l’enquête ONUDC en 2003 ; depuis, la conjoncture a évolué) et se déclare favorable à une légalisation du kif. Il envisage une imposition de 10 à 40 % des paysans dont les revenus du cannabis excèdent 30 000 dirhams par mois. Pour sa part, Driss Ben Ali avance le chiffre de 180 000 hectares cultivés. S’il reconnaît que la légalisation du cannabis peut rapporter de l’argent aux caisses de l’Etat et réduire le marché informel, l’administration marocaine, selon lui, trouverait des difficultés dans la gestion de ce secteur d’activité notamment en raison de son manque de transparence. Par ailleurs, toujours selon Driss Ben Ali, il s’agit d’une drogue, et « on ne bâtit pas une économie sur la commercialisation d’un poison. Cela aurait des conséquences culturelles graves. […] (Actuel, 22 novembre 2012). »

17Contrairement aux économistes ou aux autres partis politiques, qui ne s’expriment sur ce sujet que de manière épisodique, le PAM et le parti de l’Istiqlal ont fait de la légalisation du cannabis leur cheval de bataille au Parlement. Suite à la journée d’études sur le cannabis organisée au Parlement le 4 décembre 2013, le parti de l’Istiqlal dépose le 24 décembre 2013 un projet de loi sur la légalisation du cannabis au Parlement. Les candidats aux élections n’hésitent plus à utiliser la culture de cannabis et sa normalisation lors des campagnes électorales, comme au cours des élections parlementaires de 2011 dans le Rif central, se dénonçant mutuellement devant les cultivateurs, en accusant le rival d’appartenir à un parti aux opinions défavorables à la culture du cannabis. D’autres candidats promettent aux électeurs de certains espaces proches des axes routiers, où la culture est interdite, d’obtenir, en cas de victoire, des autorisations de culture du cannabis. La légalisation du cannabis est devenue un terrain de lutte politique entre les deux partis (PAM et Istiqlal), chacun cherchant à se positionner comme interlocuteur privilégié en ce qui concerne la culture du cannabis et porteur de solution auprès de la population. Ainsi, le 5 avril 2014, le PAM organise une journée de discussion liée au cannabis dans la commune de Bab Berred, en présence de près de 2 000 cultivateurs. Le 14 juin 2014, le parti de l’Istiqlal organise une rencontre avec les cultivateurs de Zoumi.

18Le débat au Maroc s’inscrit également dans un contexte international favorable à la dépénalisation de l’usage de drogue et à la légalisation du cannabis dans le monde. En Europe, outre le modèle néerlandais qui tolère et réglemente la culture, l’usage et la possession de cannabis depuis le milieu des années 70, le Portugal a dépénalisé en 2001 la possession de petites quantités de drogue, suivi par l’Espagne en 2006. D’autres pays européens comme l’Allemagne ou la Suisse ou certaines provinces canadiennes et certains Etats des Etats-Unis autorisent l’usage thérapeutique du cannabis. En novembre 2012, les électeurs des Etats américains de Washington et du Colorado approuvent par référendum l’usage récréatif du cannabis, et la loi est appliquée à partir de janvier 2014. Plusieurs pays d’Amérique latine entreprennent de lutter contre le trafic de toutes les drogues en légalisant notamment la culture et l’usage des drogues dites traditionnelles comme le cannabis et la coca, considérant que la prohibition mondiale des drogues est un échec. Celle-ci, prônée par les Etats-Unis, s’appuie sur la convention internationale sur les stupéfiants de 1961, modifiée par les protocoles de 1971 et de 1988. Elle place sous contrôle les drogues traditionnelles, sauf pour usage médical, en les mettant sur un même plan de dangerosité que la cocaïne ou l’héroïne. Elle entérine les pressions exercées sur certains pays du Sud afin qu’ils combattent la production et le trafic des drogues sur leur territoire, en échange d’aides au développement. En s’opposant à cette politique de lutte antidrogue imposée par la convention internationale, les pays d’Amérique latine offrent un exemple pour les pays du Sud. Ainsi, le mouvement des cocaleros né pendant les années 80 en Bolivie, formé par des syndicats très organisés et très impliqués dans la vie politique, a permis la dépénalisation de la mastication ancestrale de la coca. Par ailleurs, l’Uruguay est le premier pays au monde à légaliser la culture, l’usage et la vente du cannabis pour usage récréatif, sous autorité de l’Etat, en décembre 2013. Actuellement, d’autres pays du continent débattent de la légalisation du cannabis comme le Guatemala ou le Mexique. Le Maroc, qui a ratifié la convention unique sur les stupéfiants en 1966, bénéficie au moins depuis les années 80 de financements pour lutter contre la production de cannabis destiné au marché européen. De surcroît, depuis 2008, il peut se prévaloir d’un statut avancé auprès de l’Union européenne, qui l’encourage à accentuer cette politique.

19La politique antidrogue, ayant un réel impact sur la diminution des surfaces cultivées, se fait donc en vertu de contraintes extérieures, sous la pression internationale. Ne pouvant donc se dédouaner du contexte international, dans quelle mesure le débat sur la légalisation du cannabis au Maroc peut-il évoluer ? Dans quelle mesure le débat national au Maroc est-il susceptible de faire évoluer la législation sur les drogues et la condition des paysans au niveau local ? Dans l’espace historique de culture, les producteurs, inquiets de se voir privés d’un droit séculaire, ne souhaitent pas que la culture de cannabis soit légalisée dans les nouveaux espaces de culture. Si le cannabis venait à être légalisé exclusivement dans le secteur limité qu’est le Rif central, les cultivateurs des nouveaux espaces de culture ne comprendraient pas cette spoliation d’une tolérance acquise récemment. Cependant, la légalisation aux seules fins médicinales et industrielles de l’ensemble des superficies, dont la superficie estimée à 50 000 hectares en 2013, ne serait pas sans complication car les quantités produites sont importantes.

Quelle évolution pour la législation des drogues au Maroc ?

20D’une manière générale, le débat autour de l’économie du cannabis au Maroc laisse apparaître un décalage entre la réalité socio-anthropologique d’un terrain complexe et une connaissance stéréotypée du sujet du cannabis par les acteurs politiques. Il montre également un décalage entre l’appréhension du phénomène au niveau local et sur le plan national. Les cultivateurs restent vulnérables et pas assez organisés pour être représentés sur la scène politique. Ce débat permettra-t-il que s’ouvrent des négociations entre population locale, pouvoir régional et pouvoir central ? Si lors des deux dernières rencontres organisées par le PAM et l’Istiqlal la population locale a été invitée à participer au débat, généralement elle n’y est pas associée, et l’élite politique locale ne constitue pas encore un groupe de pression suffisamment puissant pour lutter contre la politique d’éradication, comme ce fut le cas dans certains pays d’Amérique latine. Le débat sur la légalisation du cannabis renforce aussi le clivage entre les anciens et les nouveaux producteurs, ces derniers ne pouvant se targuer de légitimité historique. Cependant, les autorités doivent faire face aux nouvelles formes de contestation que suscite la politique d’éradication. Les cultivateurs des nouveaux espaces de culture, ayant amélioré leurs conditions d’existence avec les revenus de l’économie du cannabis, ne souhaitent pas être privés de cette culture. La politique d’éradication, qui a renforcé la légitimité de culture dans le centre historique, a toutefois augmenté les négociations entre les agents d’autorité et les cultivateurs au moment des campagnes d’éradication dans les espaces « périphériques », ce qui a augmenté le coût de la corruption pour les nouveaux cultivateurs (Hibou et Tozy, 2009).

21Il s’avère enfin que la réflexion actuelle sur le cannabis néglige toute approche écologique : le produit n’est perçu qu’à travers sa rentabilité économique et les pressions exercées par l’Union européenne dans l’optique d’une éradication de cette culture. Mais ne sont guère pris en compte les nombreux problèmes environnementaux que provoquent son exploitation, comme l’épuisement des sols causé par une utilisation intensive des engrais, le défrichage et l’assèchement des nappes phréatiques dû à l’irrigation. Avec la libéralisation du marché, on pourrait aussi s’inquiéter de la disparition de variétés de cannabis local marocain dont les mutations et les sélections naturelles ont mis des centaines d’années à constituer une espèce génétique singulière.

Bibliographie

Afsahi K., « Cannabis cultivation practices in the Moroccan Rif », dans T. Decorte et al. (dir.), World Wide Weed : Global Trends in Cannabis Cultivation and its Control, Farnham, Ashgate, 2011, p. 90-114.

Anegay K., Projet « Introduction et développement des cultures alternatives dans le Rif marocain (phase II) », Royaume du Maroc, Premier Ministre, Rabat, ADPN, 2001.

Hibou B., Tozy M., « La diffusion des dispositifs de lutte contre la corruption au Maroc : vers une pluralisation des modes de gouvernement ? », Droit et société, n° 72, 2009, p. 339-357.

Moreno P., Estudio del cultivo de cannabis sativa en el rif marroqui : sus consecuencias socioeconomicas para la region, thèse de doctorat, Universidad Politecnica de Valencia, Escuela Tecnica Superior de Ingenieros Agronomos, 1997.

Mouna K., Bled du kif : économie et pouvoir chez les Ketama du Rif marocain, Paris, Ibis Press, 2010.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable