Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 1. Espace, villes, territoire

De la kissaria au Méga mall : De nouveaux lieux de sociabilité et d’urbanité en émergence à Rabat

Tarik Harroud

Texte intégral

Entrée principale du Méga Mall à Rabat, 2012 © Harroud.

1À l'instar de la plupart des pays du monde arabe, le Maroc a connu ces deux dernières décennies le développement considérable de nouvelles générations de centres commerciaux importées d’Europe. C’est particulièrement à la fin de la dernière décade que ce développement a connu un essor remarquable. Casablanca et Rabat, pour ne citer que ces deux grandes villes, ont été le théâtre d’une rude concurrence entre des promoteurs commerciaux nationaux et étrangers cherchant à étoffer leur réseau à l’échelle du Maroc. Aujourd’hui la capitale administrative concentre à elle seule une dizaine de centres commerciaux qui parviennent à attirer quotidiennement un nombre considérable de chalands. L’ouverture d’un nouveau centre commercial est l’occasion idéale pour observer l’ampleur de l’engouement social affiché par les Rbatis pour ce type d’équipement. Ainsi, l’inauguration du Méga Mall, premier mall à vocation récréative créé au Maroc dans le quartier de Souissi, a constitué un événement sans précédent dans la ville. Un public considérable (tous profils confondus) s’est amassé dans son parking et devant ses portes principales, créant une scène spectaculaire. À en croire les témoignages des responsables locaux et les récits médiatiques de cet événement, jamais ce quartier huppé de Souissi n’avait connu une telle agitation.

2Au regard de leur rythme de multiplication et de la taille grandissante des flux qu’ils drainent, ces équipements représentent un véritable phénomène social émergent au Maroc. Ils constituent des lieux révélateurs de l'occidentalisation des modes de vie et de l'ouverture d'une large population locale aux nouvelles formes de cette société dite de consommation.

3Une observation récurrente de leur fréquentation sociale, particulièrement dans les périodes d’affluence – fins de semaine, jours de congés – montre, par ailleurs, à quel point ils sont plébiscités par un public nombreux et hétérogène et révèle qu’ils sont le théâtre d’usages sociaux diversifiés. De nombreuses familles y viennent, en effet, pour se divertir, observer et s’observer, des bandes de jeunes s’y donnent rendez-vous en masse, des groupes de filles et de femmes s’y côtoient librement. Autant de pratiques qui invitent à se demander, au regard de l’abandon grandissant des lieux publics traditionnels, si ce n’est pas dans ces équipements importés que s’inventent de nouvelles formes de sociabilité et d’urbanité au niveau de Rabat.

L’avènement d’un nouvel équipement marchand à Rabat : les « méga kissariat » modernes

4Le commerce a toujours occupé une place importante dans l’organisation de l’espace urbain de Rabat. Au fil de son histoire urbaine, cette ville a vu fleurir une diversité de formes commerciales : souks, kissariat (pl. de kissaria), galeries marchandes, grands magasins, etc. Aujourd’hui son paysage commercial s’enrichit par l’introduction d’espaces issus du commerce moderne tels que les grandes surfaces et les centres commerciaux.

5Bien qu’ils apparaissent, de par leur origine et leur offre marchande, en rupture avec les kissariat traditionnelles, ces centres commerciaux mettent toutefois en scène des configurations spatiales architecturales et abritent un ensemble d’activités qui rappellent certaines pratiques ayant marqué ces structures traditionnelles. Les discours et les slogans publicitaires affichés par leurs promoteurs en attestent largement. Le directeur du Méga Mall n’hésite pas à qualifier son projet de véritable « méga kissaria qui perpétue les pratiques commerciales et sociales ayant fait le charme de ces structures anciennes. De même, son architecte justifie l’organisation en patio du mall par l’idée de recréer l’environnement emblématique de ces galeries.

6« J’ai essayé d’apporter une touche marocaine. À l’intérieur, j’ai voulu aménager cet univers des kissariat qu’on retrouve dans nos médinas traditionnelles. De grands patios avec éclairage zénithal structurent l’édifice, on y trouve des espaces verts, des fontaines, des éléments de décoration pour recréer cet univers historique. » (O. Bouhsina, architecte du Méga Mall, 2010).

7On pourrait inscrire dans le même registre les propos des promoteurs d’Aswak Assalam qui insistent sur le concept de la marocanisation de la distribution par la mise en scène des kissariat répondant aux modes de vie spécifiques des Marocains. L’architecte de cet équipement s’est efforcé de mettre en scène des aménagements qui font référence aux ambiances des galeries de la médina. La disposition, plus ou moins labyrinthique, des boutiques commerciales, la prédominance des boutiques spécialisées dans la vente des tissus et des produits artisanaux, l’emploi de senteurs traditionnelles dans les espaces de circulation, ou encore la diffusion de chants traditionnels en guise d’ambiance sonore ; tout est fait pour reproduire la médina et ses espaces marchands.

8En somme, l’analyse des concepts avancés par ces promoteurs et des offres commerciales présentées révèle cette volonté ambivalente de proposer, à la fois, des structures « hyper modernes » reproduisant les standards récents des malls en Europe et une mise en scène des ambiances qui plongent le visiteur dans l’univers des espaces commerciaux de la médina.

Un public hétérogène et des formes inédites de mixité sociale

9Nos fréquentations régulières de ces lieux, faites à divers moments, ont montré, contrairement à certaines idées véhiculées par leurs promoteurs, que ces lieux sont investis par un public hétérogène. Les observations systématiques conduites tout au long de la journée, de la semaine et même de l’année le confirment parfaitement. Certes, dans l’absolu, ces espaces restent principalement plébiscités par une clientèle juvénile et surtout par des catégories sociales à pouvoir d’achat moyen et supérieur, mais cela ne doit pas occulter la présence assez remarquable, à des moments bien précis, d’autres profils sociaux aux revenus moyens et modestes, permettant ainsi de relativiser la nette prédominance de la clientèle ciblée. Certaines périodes de fréquentation, telles que la fin de la semaine, les périodes de soldes et les manifestations culturelles, restent des moments opportuns pour observer la diversité de leur univers social. Si les familles élargies viennent en masse, notamment en fin de semaine et les jours de vacances, pour investir les grandes surfaces alimentaires, les jeunes couples privilégient surtout la fin de l’après-midi pour fréquenter les cafés et les restaurants thématiques, tandis que les femmes accompagnées de leurs enfants viennent le mercredi après-midi dans les salles de jeux et les fast-foods. Ces lieux révèlent ainsi une sorte de mixité sociale qui peut être qualifiée de désynchronisée, dans laquelle les moments de fréquentation tendent à se distinguer d’un individu et d’un groupe à l’autre. Avec la défection grandissante des lieux publics par les classes moyennes et supérieures, on pourrait avancer, alors, que ces équipements figurent parmi les rares espaces communs de Rabat où des formes inédites de mixité sociale sont observées.

De nouveaux lieux de rencontre et de déambulation à l’échelle de Rabat

10Par ailleurs, les usages sociaux qui s’observent dans ces lieux restent très diversifiés et ne se limitent pas, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer au départ, aux simples activités d’achat et d’approvisionnement. A côté des pratiques programmées par leurs promoteurs s’observent également d’autres usages non marchands tels que la déambulation et la flânerie, sans achat, la rencontre des jeunes dans les axes de circulation, l’occupation prolongée des bancs par les adolescents et les personnes âgées. Certes, une bonne partie des personnes interrogées s’y rendent pour faire des courses et y réaliser des achats, mais d’autres viennent pour s’y divertir, y rencontrer des amis ou simplement y flâner. Enfin, d’autres personnes, souvent des familles élargies, combinent les deux activités. Elles profitent de leurs pratiques mensuelles d’approvisionnement pour effectuer des visites déambulatoires de l’espace commercial. Considérées comme des usages utilitaires, ces pratiques d’approvisionnement deviennent, alors, dans certaines circonstances spécifiques (soldes et animations), des sources de distraction et des possibilités d’exploration des lieux.

11De telles pratiques rappellent, par ailleurs, ces sorties déambulatoires qu’effectuaient auparavant les familles rbaties sur les principaux boulevards du centre-ville et dans les grandes kissariat de la médina. Cet usage déambulatoire « que font les couches populaires des grandes surfaces commerciales de Rabat, n’est pas sans parenté avec l’usage fait du souk intra-médinal : on n’y va pas nécessairement pour faire des achats précis, mais pour se promener » (F. Navez-Bouchanine, 2005, p. 113).

12Au-delà de ces familles modestes, il faut observer la présence récurrente des bandes de jeunes qui font de ces malls des lieux appréciés de rencontre et de détente « gratuite ». Nous les avons repérés, à maintes reprises, faire des allers-retours dans la galerie marchande en se contentant parfois de glaces et de rafraîchissements. Ces cheminements déambulatoires sont l’occasion de repérer, de façon assez visible, des formes plus ou moins intenses d’appropriation des axes de circulation du centre commercial, qui leur servent d’espaces de repos, d’attroupement et d’exploration des lieux. Bien que temporaire et ponctuelle, l’installation dans ces espaces interstitiels est le reflet d’une appropriation d’un espace conçu initialement pour être traversé et consommé sans laisser de trace.

13Ces malls sont également investis en tant qu’espaces de rencontre et de sociabilité. Les entretiens effectués avec un échantillon de leurs usagers montrent combien un bon nombre d’entre eux identifie ces complexes à des lieux de rencontre entre les membres de leurs réseaux familial, amical, professionnel ou conjugal. Ces fréquentations collectives (en famille, en bandes, en couple, etc.) peuvent être affinitaires et électives, qui s’établissent entre des intimes partageant un ensemble de caractéristiques et de valeurs communes. Les possibilités de nouer des contacts avec l’autre, « différent » ou étranger, semblent très réduites. C’est le rapport à l’autre semblable, à l’autre « similaire » et, plus globalement, au soi qui prédomine dans ces centres marchands.

Des coprésences juvéniles et féminines

14Dans le cadre de ces sociabilités affinitaires, les formes de sociabilité à la fois juvéniles et féminines occupent une place importante. Qualifiés de hauts-lieux de modernité où se concentrent les marques et les enseignes internationales à l’échelle de Rabat, ces équipements restent des destinations très prisées par les jeunes « chalandes ». Les images, les valeurs et les codes qu’ils affichent correspondent parfaitement aux attentes et aspirations de cette clientèle. Certes, l’accès des femmes à l’espace public est un phénomène de plus en plus toléré au Maroc. Mais ce qui est nouveau dans ces malls, c’est l’ampleur que prend une telle présence et surtout l’existence remarquable de coprésences exclusivement féminines. Que ce soit dans les grandes surfaces alimentaires ou dans les espaces de shopping et de loisirs, on remarque la présence manifeste de groupes homogènes de femmes qui se côtoient et déambulent « aisément ». Le caractère fermé et occidentalisé de ces équipements leur accorde une plus grande liberté de s’afficher socialement et de se sociabiliser plus aisément.

15Leurs tenues vestimentaires, leurs postures plus ou moins décontractées et, parfois, les comportements sociaux de certaines d'entre elles (fumer une cigarette, y rester tardivement, sociabiliser librement avec son copain) en sont les principales manifestations. Ces complexes marchands s’érigent ainsi en véritables espaces « enceintes » qui permettent aux jeunes filles de se libérer voire de « transgresser » les codes socialement reconnus dans l’espace public et domestique (Hannah, 1995). Les propos de Leila, jeune étudiante d’une vingtaine d’années et cliente fidèle du Méga Mall, sont, à cet égard, éloquents : « C’est là où je me retrouve par rapport aux autres lieux que je fréquente dans la ville. Je m’y sens plus à l’aise. Les gens ici sont plus selects, plus « civilisés » et respectueux des femmes. » (F. Leïla, étudiante, 20 ans, 2009.)

16Mais au-delà de ces coprésences strictement féminines, des côtoiements mixtes, réunissant des jeunes usagers de sexe distinct, sont également très récurrents dans ces lieux marchands. Des jeunes couples célibataires se rencontrent librement dans les divers espaces de récréation et de loisirs. Leur côtoiement devient plus visible durant les heures tardives de la journée, quand les ambiances des cafés et des restaurants « branchés » deviennent plus sélectes.

17À l’instar des coprésences féminines, ces rencontres mixtes sont tolérées, voire valorisées, par les gérants et les promoteurs des lieux récréatifs et ludiques (bowling, patinoire, cafés, salons de thé). Dans certains cafés du Méga Mall, des coins discrets et intimes sont réservés à de telles rencontres. De même, les animations et les manifestations musicales, organisées par certaines enseignes, favorisent la sociabilité et la danse entre les deux sexes.

18Dans un café « branché » du Méga Mall, nous avons pu observer, à l’occasion d’une soirée musicale, comment des garçons et des filles (épaules dénudées, pantalons serrés ou minijupes) s’amusent et dansent aisément sur une piste qui leur a été aménagée. Une telle scène, qui peut être jugée choquante à l’extérieur du mall, prend, dans cette ambiance de fête, d’autres significations. A l’inverse du regard souvent codifié socialement adressé aux coprésences mixtes dans l’espace public « traditionnel », nous retrouvons, ici, un autre regard qui peut être valorisant, par certains profils sociaux comme les jeunes, à l’égard de ces côtoiements mixtes. C’est ce que pointe encore une fois Leila lorsqu’elle fait savoir : « Les gens admettent plus facilement qu’on se voie (elle et son copain) dans le centre commercial que de se rencontrer dans la rue. A aucun moment je ne me sens gênée dans ce food-court avec mon copain. »

19Ainsi, ce qui semble prohibé et mal perçu dans d’autres contextes spatiaux de la ville devient autorisé, voire apprécié, dans ces lieux privés et fermés. « À l’abri de la critique et du harcèlement masculins, ici [au Macdo et par extension au Mall], une femme marocaine peut être vue sans être mal vue. » (Hannah, 1995, p. 19.) Certains espaces situés dans ces centres commerciaux ont même acquis une réputation de lieux de rendez-vous et de mixité. Le food-court ainsi que l’espace café du bowling du Méga Mall sont souvent, voire exclusivement, investis par des groupes d’adolescents et d’étudiants qui y viennent en masse. Il est en effet rare d’y trouver des tables ou des banquettes occupées par des profils autres que cette clientèle juvénile. En fait, dans l’esprit de ces jeunes, ces espaces sont, en quelque sorte, des coins qui leur sont réservés et dans lesquels ils se reconnaissent.

Des sociabilités distinctives structurées autour du « paraître »

20À la différence des sociabilités « affinitaires » dominantes marquées par des interactions verbales de face-à-face se déploient dans ces malls des sociabilités discrètes dominées par un jeu de corps et de regards. Il s’agit d’échanges discrets et furtifs où seuls les corps et les apparences interagissent.

21Des groupes spécifiques d’usagers (principalement des bandes de jeunes et des adolescents) font souvent de ces équipements des lieux d’exploration et d’affichage corporel. De par l’anonymat et l’ambiance très sélecte de ces lieux importés, l’apparence physique et vestimentaire devient, alors, la principale information qui s’impose au regard des passants pour juger, catégoriser et entrer en contact avec autrui.

22Le paraître devient, dans ces mises en scène, un élément capital afin de s’intégrer et de se faire accepter dans ces centres commerciaux structurés également par le paraître et l’image. Tout fait signe, tout fait sens dans ce monde de l’apparence où le changement de vêtement permet d’autres identités.

23De telles attitudes restent très perceptibles chez les jeunes adolescents, qui font de ces malls des espaces privilégiés d’exhibition de leurs singularités individuelles. Ils ne cherchent pas seulement « à être vus », mais aussi « à être bien vus ». Dans le cadre de ces mises en scène du paraître, nous avons observé que certains groupes d’adolescents font de véritables « parades » et « défilés » au sein de la grande allée marchande du Méga Mall. Ils font le tour de cette galerie en manifestant de façon ostentatoire leur paraître. Un jeu très visible et théâtralisé de corps et de regards caractérise leur déambulation. « Cela fait une demi-heure qu’une bande de quatre adolescents fait des allers et retours dans cet axe principal du Méga Mall. La façon avec laquelle ils ont mis en scène leur paraître attire les regards et la curiosité de ceux qui les croisent. En baskets, avec une casquette signée sur la tête, des tenues de sport Adidas ainsi que des coupes de cheveux très insolites rappellent les uniformes revêtus par les stars américaines de rap. À travers leurs façons de déambuler dans la galerie, de parler entre eux, de regarder les autres, d’établir des gestes relativement synchronisés, ces jeunes donnent l’impression qu’on est dans un véritable spectacle de rap. » (Extrait de notre journal de bord pour l’observation du Méga Mall, 2009.)

24Bref ces lieux, de par leurs ambiances occidentalisés, mettent en exergue, de façon plus accentuée, des formes de sociabilité structurées par le paraître. Il s’agit principalement de sociabilités furtives et éphémères marquées par un jeu intense de regards et d’interactions corporelles. Si certains les considèrent comme le reflet d’un lien social « faible » ou superficiel, nous les appréhendons au contraire comme les manifestations d’une sociabilité aux contenus et expressions différents.

Des lieux « ressources » pour les jeunes : une urbanité émergente à Rabat ?

25Les centres commerciaux représentent des lieux révélateurs de l’introduction des populations rbaties, dans cette ère de consommation qui induit un rapport renouvelé à la ville et à ses fondements (espace public, centralité et identité urbaines).

26Bien qu’ils soient de création récente (si on les compare, bien entendu, avec les espaces marchands enracinés de Rabat) et axés sur une vocation strictement marchande qui tend parfois à des pratiques implicites de sélectivité sociale, ces nouveaux équipements remplissent de plus en plus un ensemble de fonctions caractéristiques des espaces publics traditionnels. Leurs promoteurs privés ont su, à la différence des gestionnaires publics et municipaux, mettre en scène des lieux communs attractifs qui répondent parfaitement aux nouvelles attentes hétérogènes et contradictoires d’une frange considérable de ménages rbatis. Ces espaces forment de véritables espaces « ressources » particulièrement auprès des jeunes et des femmes et qui leur permettent d’expérimenter des formes inédites de côtoiement et d’être ensemble.

27Les pratiques d’appropriation et de sociabilité assez intenses et les images fortes qu’ils leur associent invitent à se demander si ce n’est pas dans ces lieux privés et mondialisés qu’émergent de nouvelles formes d’urbanité à l’échelle de Rabat.

Bibliographie

Hannah D.T., « Là où vont les femmes » notes sur les femmes, les cafés, et les fast-food au Maroc, Cahiers de recherche, n° 4, 1995.

Navez-Bouchanine F., « Les espaces publics des villes maghrébines, enjeu et partie prenante de l'urbanisation », dans J.L. Arnaud (dir.), L’Urbain dans le monde musulman de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005.

Ossman S., Picturing Casablanca : Portraits of Power in a Modern City, Berkeley, University of California Press, 1996.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable