Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 1. Espace, villes, territoire

L’urbanisation en steppe

David Kreuer

Texte intégral

1Au milieu des steppes poussiéreuses de la région orientale du Maroc, la petite ville d’Aïn Beni Mathar offre un paysage de verdure grâce à ses sources naturelles. Rachid, un adolescent vif de 18 ans qui porte un maillot du Real Madrid et des jeans délavés, a grandi ici. Pendant son temps libre, il fait de la musique dans un groupe qu’il a formé avec ses copains, Abdelkrim et Youssef. Assis dans le jardin d’un café, les trois jeunes nous parlent de leur expérience.

Jeunes musiciens, Abdelkrim et Rachid, le 5 juin 2010 à Aïn Beni Mathar © Kreuer.

2À travers leur récit, j’aimerais aborder les phénomènes d’urbanisation qui sont actuellement à l’œuvre dans cette région rurale près de la frontière algérienne. L’urbanisation s’exprime, entre autres, dans un changement des habitudes de consommation : les vêtements que l’on porte, la musique que l’on écoute et la manière dont on célèbre son mariage sont autant d’opportunités pour développer et afficher son goût.

3Le groupe de Rachid, Abdelkrim et Youssef, qui comprend une dizaine de lycéens et étudiants, se forme en 2008. Rachid a eu l’idée de créer son propre groupe lorsqu’il jouait dans un autre orchestre. Mais les jeunes musiciens ne s’intéressent guère à la musique vernaculaire, la ʿirfa ou les interprétations des chioukh, les chanteurs locaux. Ils pratiquent et popularisent plutôt la daqqa marrakchia, un style originaire de Marrakech. Rachid explique : « Nous l’avions vu ailleurs, à Oujda, à Meknès, dans l’ouest du pays. Je me suis dit : pourquoi ne pas l’introduire chez nous ? » Leur inspiration vient donc d’autres parties du Maroc, qui sont aisément accessibles à ces jeunes. Il y a, en plus, des considérations pratiques derrière leur choix : faire du raï, par exemple, coûte trop cher car il faut beaucoup de matériel, d’après Abdelkrim.

4À Aïn Beni Mathar, ces jeunes sont les premiers à introduire la daqqa. Il y a pourtant plusieurs groupes plus anciens qui jouent la ʿirfa traditionnelle, et aussi un qui ne chante que des chansons islamiques (nachid). Ce dernier est proche des mouvements islamistes que les jeunes appellent ikhwan (en référence aux Frères musulmans égyptiens) ; Rachid, en l’expliquant, indique de la main une barbe longue et rit. Ce groupe recrute des jeunes dans la ville, mais « ils restent plutôt entre eux ». On constate ici une certaine diversification, peut-être même une concurrence sur la scène locale des activités de loisir.

5L’existence en tant que musiciens est étroitement liée aux mariages, qui représentent l’occasion par excellence d’apparaître en public et de gagner un peu d’argent. D’après les personnes interrogées, l’ouverture d’une première salle de mariage en 2007 a fait naître tout un secteur de business à Aïn Beni Mathar. Le propriétaire de la salle est un ancien éleveur, originaire de la région, qui réside en France et ne rentre que pendant les vacances d’été. C’est en été que les mariages se célèbrent. Désormais, on trouve dans la ville des organisatrices de mariage (neggafât), une profession inconnue ici jusqu’il y a quelques années. L’idée a été importée, selon Rachid et ses collègues, d’Oujda, capitale de la région (séparée des hauts plateaux par une chaîne de montagnes). En outre, il y a maintenant quatre ou cinq salons de coiffure pour dames et même une école professionnelle de coiffure pour filles depuis 2008, un traiteur, des femmes qui travaillent comme cuisinières et nos jeunes musiciens qui ne jouent plus les mélodies traditionnelles. Ces derniers ont même fait imprimer des cartes de visite qu’ils distribuent lors de leurs engagements et dans les magasins pour ne pas manquer un client potentiel.

6À la question de savoir si les gens aiment leur genre de musique, Youssef répond : « Il y en a. Il nous faut faire passer ce message. Les chioukh sont très répandus ici ; nous essayons un peu de changer les mentalités. » Avec cette attitude, les jeunes s’inscrivent dans une dynamique globale de transformations multiples qui concerne toute la communauté.

Une région qui change

7La petite ville d’Aïn Beni Mathar est située au nord des hauts plateaux. Elle est, avec son marché hebdomadaire, le centre commercial et administratif de cette « périphérie mondialisante » (Breuer, Kreuer, 2011). Aïn Beni Mathar compte 13 526 habitants en 2004 et vit une expansion continue dans les dernières décennies. L’une des raisons est la sécheresse récurrente qui pousse les nomades des steppes à abandonner peu à peu l’élevage et à s’installer en ville pour chercher un autre emploi. Dans leur perspective, il y a aussi les bénéfices de la vie en ville, tels que les infrastructures mises en place, les médecins, les écoles, les communications et les services administratifs. Ainsi, quelques familles qui peuvent se le permettre entretiennent et une maison en ville où les enfants peuvent aller à l’école et une tente dans la steppe pour continuer, en même temps, la pratique de l’élevage itinérant.

8Pendant l’ère coloniale, Aïn Beni Mathar – appelée Berguent à l’époque – est connu dans la région comme un « petit Paris » grâce à sa touche cosmopolite et ses espaces verts. Une population juive substantielle s’occupait de l’exportation d’agneaux vers la France. Ce flux transnational subsiste jusqu’au début des années 70 et pourrait être ranimé par des acteurs, différents cependant, dans le contexte de la libéralisation commerciale entre le Maroc et l’Union européenne.

  • 1 Enquête menée par l’auteur parmi 465 ménages en 2009.

9Les hauts plateaux de l’Oriental sont souvent caractérisés, par les habitants ainsi que les étrangers, comme une des régions nomades archétypiques du pays. Durant des générations, des pasteurs arabes ont parcouru les steppes avec leurs troupeaux d’ovins, de caprins et de camelins, déplaçant leurs tentes chaque fois que les conditions climatiques et de végétation promettaient d’être meilleures ailleurs. Cette forme de pastoralisme mobile a commencé à régresser dans les années 60 et a presque disparu au XXIe siècle. Les facteurs qui ont profondément transformé cette économie sont, parmi d’autres, les sécheresses prolongées, les innovations techniques comme le transport motorisé et la disponibilité de nouvelles variétés d’alimentation animale, une intégration croissante dans les marchés mondiaux et les changements graduels dans l’usage des pâturages collectifs (Kreuer, 2011). Dans une enquête quantitative menée en 2009 aux alentours d’Aïn Beni Mathar, il apparaît que moins d’un tiers des familles interrogées dépend exclusivement de l’élevage pour sa subsistance1. Les occupations non pastorales les plus courantes sont la construction, le travail comme journalier dans la région et le travail agricole saisonnier en Espagne. Pour la plupart des familles, l’élevage reste important économiquement, même quand elles diversifient leurs activités ; mais un sixième des ménages, dans cet échantillon, a complètement abandonné cette activité, la majorité d’entre eux durant la dernière génération.

10L’économie pastorale elle-même change également : elle est de plus en plus déterminée par des filières transnationales concernant le bétail, la force de travail et les aliments pour les animaux, sans parler des mécanismes de marché devenus très complexes. On observe, par ailleurs, une polarisation au sein du secteur de l’élevage. D’un côté, une élite de grands éleveurs modernise ses entreprises pour les rendre plus efficaces et rentables, bénéficiant de bergers salariés, de flottes de camions, d’aliments complémentaires, de téléphones portables et de nouvelles institutions comme les coopératives qui ont été établies pour gérer les pâturages collectifs. De l’autre, bien des petits éleveurs sont piégés dans une spirale d’appauvrissement et d’immobilité ; ils abandonnent souvent leur activité pastorale. Entre les deux groupes, il y a des familles pastorales à troupeaux de taille moyenne qui luttent pour leur survie. Dans de telles circonstances, la polarisation socio-économique s’accentue. Elle contribue, conjointement avec la tendance d’urbanisation dont Aïn Beni Mathar est le point focal, au rôle croissant de nouvelles formes de distinction.

11Pour une partie des ménages de la région, la migration internationale offre une chance de gagner un revenu non pastoral substantiel, et beaucoup d’adolescents rêvent d’un avenir en Europe. Actuellement, l’Espagne est la première destination pour les jeunes hommes de la steppe, compte tenu de ses besoins en main-d’œuvre saisonnière dans le secteur agricole. Rachid atteste cependant un certain désenchantement vis-à-vis de l’émigration, qui se propage notamment depuis la crise financière de 2008. Nombre d’anciens émigrés préfèrent aujourd’hui rester au Maroc et lancer des projets locaux.

En quête de distinction

12La migration concerne aussi nos jeunes musiciens, car les émigrés permanents, qui rentrent chaque été pour la saison des mariages, n’amènent pas avec eux que de l’argent. En outre, ils semblent être ouverts à des idées nouvelles – comme la daqqa marrakchia. « Nous travaillons avec l’étranger, raconte Abdelkrim. Ici, les gens demandent la ʿirfa, les chioukh, et c’est ça. Ils sont habitués à cette chose. Quand nous travaillons, c’est en juillet et août, quand les gens rentrent de France ou de Belgique. Nous travaillons avec eux, ça veut dire deux ou trois mois par an, c’est tout. » L’innovation introduite par Rachid et ses copains est d’abord acceptée par les émigrés et les jeunes, qui y voient peut-être un moyen de se distinguer de la vieille génération.

13Les jeunes musiciens sont intégrés, à bien des points de vue, dans des réseaux mondialisés de consommation et de construction d’identité. Comme presque partout au Maroc, il y a un cybercafé dans chaque quartier de la petite ville. Même dans les communes rurales autour de la ville où j’ai fait mon enquête, 87 % des ménages disposait d’un ou plusieurs téléphones portables à la fin de 2009. Les lycéens d’Aïn Beni Mathar préparent leurs devoirs avec l’aide de Wikipédia, suivent les derniers débats nationaux sur Facebook et trouvent très naturel de savourer la daqqa qui, historiquement, n’a aucun rapport avec la région.

14Au sein de la collectivité (post-)nomade des hauts plateaux, une composante majeure de l’expression identitaire d’un individu est son affiliation tribale, qui continue à servir dans la vie quotidienne. J’ai vu deux des jeunes musiciens se présenter à un membre de tribu, adulte, qui ne les connaissait pas personnellement. Il leur demanda : « Vous êtes qui alors ? » Rachid, qui était de la même tribu (Oulad Sidi Abdelhakem dans ce cas), répondit : « Je suis le fils d’Ahmed Hajji. – Ah oui, je le connais. » Abdelkrim, par contre, dit : « J’appartiens à [la fédération tribale des] Beni Guil, [tribu des] Oulad M’barek. – Sois le bienvenu. » Ce petit dialogue indique que, théoriquement, n’importe quel individu (adulte et masculin, au moins) connaît chaque autre chef de famille et leur relation de parenté dans la généalogie tribale. Ils se perçoivent comme reliés par un ancêtre commun (Mahdi, 2009). S’agissant d’une tribu voisine, il suffit d’avoir une notion des grandes factions.

15Nos trois jeunes connaissent bien les traditions de leurs tribus respectives, comme les rituels de mariage qu’ils savent décrire en détail. Ils respectent ces coutumes et n’ont pas l’air de rebelles. Toutefois, ils essaient inlassablement d’implanter des éléments nouveaux dans leur environnement. Le contexte tribal, par exemple, devient insignifiant dans leur groupe. La vie en ville rapproche et mélange les tribus et les lignages, et la musique les réunit.

16Par contre, la musique peut aussi créer des divisions quand les goûts divergent. « Les jeunes aiment le raï », affirme Abdelkrim, tandis que Rachid préfère le rap et la musique chaʿbi. Youssef, quant à lui, écoute plutôt la musique occidentale, outre le raï. Mais il y a des ambivalences : le raï est associé à la consommation d’alcool, admet Abdelkrim, donc « il n’est pas opportun ici ». De telles questions de morale sont incontournables quand on vit dans une communauté assez petite. Cela concerne aussi le rapport entre les genres. Aucun des trois n’indique avoir une copine. Le lycée est le seul endroit où garçons et filles peuvent se rencontrer, d’après Abdelkrim. Il rend compte d’une dimension de genre dans les habitudes musicales : les filles écoutent surtout des artistes égyptiens, khaliji (du Golfe) et libanais, que les garçons ne prennent guère au sérieux. De la sorte, les jeunes habitants de la steppe développent leur goût individuel qui crée des distinctions entre eux. Pourtant, il ne semble pas raisonnable, à cause de la faible base de données disponible et de la taille limitée de la communauté en question, de discerner des classes entières. De même, je n’ai pas pu détecter de vraies sous-cultures, comme on les trouve dans les villes plus grandes du Royaume.

17Un autre champ de distinction qui s’offre aux jeunes est le style. Les jeans délavés de Rachid ne sont pas une coïncidence, mais il les a sélectionnés soigneusement pour être proprement habillé. Dans ce contexte, il est intéressant de comparer les citadins avec ceux qui habitent en steppe. Ils sont reliés par des liens familiaux mais habitent dans des mondes très différents. Rachid : « La tente de mon grand-père est au dehors et je m’y rends régulièrement. » Il y a aussi des cousins, du même âge que Rachid, là-bas. Leur attitude à l’égard de la mode est tout à fait différente : « Et les vêtements... Par exemple, t’as acheté un pantalon convenable et tu l’amènes à la steppe. Il va te demander : tu l’as acheté combien ? Et tu lui dis : 200 dirhams. Il ne peut pas le supporter, il va te dire : moi, j’achète un pantalon d’occasion pour 20 dirhams et il me sert une année. Il ne connaît pas la marque, rien du tout. » Une autre fois, « j’ai amené à la steppe des chaussures de sport que j’avais achetées. Je les avais achetées 650 dirhams. Il s’est levé et ne voulait plus être assis avec moi. Avec 50 ou 60 dirhams, il va s’habiller pour cinq ans. » Ainsi, une séparation claire entre gens de la ville et gens de la steppe s’esquisse, pour le moins dans l’esprit de Rachid et de ses pairs – ce qui n’est pas sans évoquer les distinctions qui existent en ville entre classes différentes.

18Quand les jeunes musiciens réfléchissent sur les raisons du changement, ils citent le motif d’imitation. L’émigré qui a ouvert la salle de mariage, d’après Rachid, « pensait : il n’y a pas de salle ici, et il a construit une salle. Il avait du cheptel, des ovins, il était aisé, et il aimait la steppe. Quand il est allé en France, il a commencé à imiter les autres. Les gens ne font qu’imiter. Comme nous-mêmes avec le groupe : […] il y a quelque chose de nouveau, la daqqa, et nous voulons faire ça, nous aussi. » Un autre changement récent s’inscrit, pareillement, dans cette logique : quelques lycéens, « les gens qui sont développés » d’après Youssef, ont commencé à célébrer leur anniversaire avec une fête. L’invocation du concept de développement se fait beaucoup dans les discours, même si quelques personnes plus âgées ressentent les changements. Un écrivain public affirme que « les jeunes réussissent à passer leur temps » grâce aux nouvelles technologies, mais qu’« ils n’apprennent plus de choses utiles ».

19Malgré cette nostalgie de la part de quelques-uns, des catégories sociales nouvelles sont en train de s’établir dans la communauté. Jadis, il suffisait principalement de compter les brebis de quelqu’un pour en déduire son statut social ; au XXIe siècle, il faut plutôt distinguer entre migrants et non-migrants, citadins et habitants de la steppe, et même entre les amateurs de divers styles de musique, si l’on veut bien comprendre cette société en mutation. Le désir de se distinguer des autres est peut-être ancien et universel, mais les diverses formes qu’il prend et les possibilités qui s’offrent aujourd’hui aux jeunes habitants d’Aïn Beni Mathar sont assez récentes et ne cessent de croître.

Bibliographie

Breuer I., Kreuer D., « Market Spaces in a Globalising Periphery : Livestock Trade, Borders, and Liberalisation in Eastern Morocco », dans J. Gertel, R. Le Heron (dir.), Economic Spaces of Pastoral Production and Commodity Systems : Markets and Livelihoods, Farnham, Ashgate, 2011.

Kreuer D., « Land Use Negotiation in Eastern Morocco », Nomadic Peoples, vol. 15, n° 1, 2011.

Mahdi M., « La tribu au secours du développement pastoral », Études rurales, n° 184, 2009.

Notes

1 Enquête menée par l’auteur parmi 465 ménages en 2009.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable