Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc au présent

 | 
Baudouin Dupret
, 
Zakaria Rhani
, 
Assia Boutaleb
, 
et al.

Partie 1. Espace, villes, territoire

Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat, entre logiques de développement urbain et internationalisation

Hicham Mouloudi

Texte intégral

1A l’instar de nombreuses villes à travers le monde, généralement des métropoles internationales, la capitale marocaine – ou, plus exactement, l’agglomération de Rabat-Salé – sert de cadre à une politique volontariste de développement du front d’eau (waterfront development). Les projets d'aménagement de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat constituent des exemples emblématiques de cette nouvelle ambition urbaine qui, par de nombreux aspects, s’apparente à une véritable aventure. Pour les aménageurs et les responsables politiques, ces projets doivent contribuer au développement des franges maritimes de Rabat, c’est-à-dire de zones qui sont demeurées longtemps à l'écart des évolutions successives qu'a connues la ville et qui, de ce fait, sont confrontées à de sérieux problèmes dont les principaux sont liés à la pollution, à l’importance démographique de quartiers aux constructions vétustes et insalubres ainsi qu’à l’existence de multiples noyaux d’habitat non réglementaire.

2Pour concrétiser ces projets, le roi Mohammed VI est intervenu personnellement en exprimant à plusieurs reprises sa ferme volonté de faire en sorte que la capitale marocaine rivalise dignement avec les autres capitales ou métropoles méditerranéennes. De même, en faisant appel et en favorisant l’implication d’investisseurs provenant des pays du Golfe et, particulièrement, celle de groupes émiratis, la volonté royale n’en est pas restée au stade des intentions, mais elle s’est efforcée de se concrétiser dans des projets répondant aux objectifs affichés et dans la mise en place d’institutions et/ou d’opérateurs d’aménagement aptes à transformer ces ambitions en réalité.

3Les programmes qui explicitent et développent ces projets traduisent leur ampleur et leur dimension exceptionnelles (figure n° 1). Celui du Bouregreg est situé au cœur de l’agglomération de Rabat-Salé. Son périmètre d’aménagement s’étend à cheval entre les trois municipalités de Rabat, Salé et Skhirat-Témara, et il intègre de ce fait une partie des deux anciennes médinas de part et d’autre du fleuve. Il couvre environ 6 000 hectares, ce qui est considérable puisque cette superficie représente la moitié de la zone urbaine de l’agglomération. Le volume des investissements prévus pour être affectés à ce projet est estimé à environ quatre milliards de dollars pour les deux seules premières séquences (actuellement en cours d’aménagement), étant entendu qu’il en est programmé six (Bab Al Bahr, Assahat Al Kabira, Kasbat Abi Raqraq, Sahrij El Oued, El Manzah Al Kabir et Bouhayrat As Sehoul). Ce projet s’accompagne d’autres opérations lourdes et coûteuses : dépollution du fleuve, mise en valeur de monuments historiques, réhabilitation de constructions insalubres et restructuration de quartiers d’habitat non réglementaire, réalisation de zones résidentielles de haut et moyen standing, d’équipements touristiques, culturels et de loisirs (marina, Cité des arts et métiers, jardins suspendus). Il comporte enfin le lancement de grands travaux d’infrastructure, dont la réalisation est en mesure de transformer la totalité de l’organisation spatiale de l’agglomération de Rabat-Salé (ligne de tramway reliant Salé et Rabat, pont sur le Bouregreg, tunnel sous les Oudayas, port de pêche).

4Le projet de la corniche de Rabat est, quant à lui, situé le long de la façade littorale qui frange la ville à l’ouest. Son périmètre d’aménagement couvre une superficie singulièrement plus restreinte, de seulement 330 hectares. Il se trouve à cheval entre deux arrondissements de la ville de Rabat, ceux de Rabat-Hassan et de Yacoub Al Mansour, mais il inclut aussi une partie du territoire de la municipalité de Harhoura, laquelle relève de la préfecture de Skhirat-Témara. L’enveloppe financière prévue s’élève à 3,4 milliards de dollars. Ce projet prévoit notamment la construction de neuf zones résidentielles de haut standing, de trois hôtels, d’un centre de conférences, d’une salle de concerts, d’un institut d’art dramatique ainsi que d’espaces polyvalents dont la plupart devraient être occupés par des bureaux, des centres commerciaux et des lieux de loisirs disposés autour d'une marina.

Figure n° 1 : Délimitation des périmètres des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat.

5Pourquoi et comment les acteurs responsables du devenir et du développement de la ville de Rabat ont-ils réintroduit la vallée du Bouregreg et le littoral atlantique qui frange le périmètre municipal dans leurs politiques d’aménagement ? Pourquoi les ont-ils institués comme des enjeux urbains de première importance, alors que, jusqu’à présent, la ville avait systématiquement tourné le dos aussi bien à la mer qu'au fleuve ? Quelles logiques prévalent-elles dans les modalités de conception et de mise en œuvre de ces projets ? Dans quelle mesure ces « mégaprojets », très médiatisés, financés en partie par des capitaux étrangers et très influencés par des modèles urbanistiques, architecturaux, de marketing, de montages technico-financiers, largement inspirés de l’Occident et/ou des pays du Golfe, contribuent-ils à conserver ou au contraire à bouleverser les règles du jeu de la fabrication urbaine locale ?

6Les projets des fronts d’eau de Rabat et de Salé marquent une rupture fondamentale avec le passé. Ils inaugurent en effet une nouvelle phase dans les relations existantes entre Rabat et Salé, d’un côté, leur environnement aquatique, marin et fluvial, de l’autre. Ce moment nouveau coïncide avec l’émergence d’un « urbanisme de projet », dont les principes, les objectifs et les modalités de mise en œuvre diffèrent sensiblement de ceux de l’urbanisme « classique ». L’une des principales expressions de cette différence réside dans le fait que nombre de mesures, de procédures, de règlements liés ou découlant de ces projets dérogent aux règles établies en matière d’urbanisme. Une autre, non moins importante, tient à ce que la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre y sont relativement externalisées, même si elles demeurent sous contrôle public.

Une mondialisation qui impose de nouveaux paradigmes pour l’aménagement des grandes villes

7Il convient de préciser que, en dehors de quelques équipements à fonction militaire, la corniche de Rabat et les berges de la vallée du Bouregreg n’ont fait l’objet d’aucun aménagement, et ce durant de très longues années. Les raisons en sont multiples, entre autres naturelles (milieu délicat, climat humide, topographie avec pentes fortes et falaises), mais aussi financières et politiques, dans le même temps où l’extension de l’urbanisation pouvait s’opérer sans difficultés sur les plateaux du sud et de l’est de Rabat grâce à l’existence de terrains plats et à la disponibilité d’importantes réserves foncières. En outre, jusqu’à une période récente, les activités ludiques et estivales en rapport avec la mer étaient peu développées, en particulier chez la population marocaine, et les constructions tendaient à s’éloigner de l’océan plutôt que d’avoir une vue directe sur lui.

8En l’absence d’une volonté politique bien affirmée, de nombreux projets – dont certains ont été conçus dès les années 50 – ont échoué. A vrai dire, il ne s’est jamais constitué autour de ces projets, même de ceux qui sont allés le plus loin, de véritables systèmes d’acteurs, mais à peine des embryons, de telle sorte qu’ils se sont perdus dans des conflits où chaque partie essayait d’affirmer son pouvoir et de délimiter son pré-carré par rapport aux autres parties, considérées plus comme des adversaires que comme des partenaires. La compréhension de cette situation passée est indispensable pour mesurer les changements qui se sont produits dans les années 2000 : un nouveau système d’acteurs a été constitué en réponse à la volonté royale de tenir compte d’un nouveau contexte international et de concurrence entre les grandes villes des pays méditerranéens et, au-delà, entre les grandes villes mondialisées. Finalement, le changement est survenu quand le roi a pris les choses en mains, c’est-à-dire quand il a considéré qu’il était devenu impératif de faire en sorte que Rabat abandonne ses habits de petite capitale « provinciale » pour prendre le train de la mondialisation.

9Outre le fait qu’ils sont propulsés par la mondialisation, les projets d’aménagement de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat s’inscrivent dans un mouvement plus général, à savoir celui de la restructuration/régénération des fronts d’eau, lequel a pris naissance aux Etats-Unis dans les années 60, avant d’être diffusé en Europe (Londres, Rotterdam) puis, à partir des années 90, dans les métropoles des pays de la rive euro-méditerranéenne. Le mouvement n’a atteint le Maghreb que plus récemment. Il s’est toutefois rapidement généralisé dans cette aire géographique, « en raison de dysfonctionnements comparables à ceux des pays du Nord (obsolescence des ports des espaces centraux, friches industrialo-portuaires à traiter et à réintégrer au centre) » (Barthel, 2008a), sans parler des opportunités foncières ainsi générées, dont l’attrait pour les investisseurs, notamment étrangers, est indéniable (Signoles, 2014).

10Le point commun de ces projets de fronts d’eau maghrébins est en effet l’attraction qu’ils ont exercée sur des investisseurs en provenance des pays du Golfe. C’est ainsi que, à partir de 2006, le gouvernement marocain a signé des conventions d’investissement avec les groupes émiratis Emaar et Al Maâbar d’Abou Dhabi, ainsi que Sama Dubaï, pour, notamment, l’aménagement de la vallée du Bouregreg et celui de la corniche de Rabat. Des montages financiers du même type, avec les mêmes partenaires, ont été réalisés aux mêmes dates pour les aménagements de la baie d’Alger et la poursuite de ceux du lac de Tunis.

11Au plan national, les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat s’inscrivent dans un contexte politique et socioéconomique inédit, marqué par le lancement de plusieurs actions aux niveaux global et sectoriel. Parmi les principales étapes balisant ce nouveau contexte, nous pouvons citer : la signature d’accords de libre-échange avec plusieurs pays, le Plan Azur et la Vision touristique 2010, le Plan Emergence pour l’industrie, la Vision 2015 pour l’artisanat, le Programme Rawaj pour le commerce intérieur, le Plan Maroc Vert pour l’agriculture. Ces programmes sont accompagnés par plusieurs textes de lois et chartes, tels que la Lettre royale adressée en 2002 au Premier ministre relative à la gestion déconcentrée de l’investissement, la nouvelle Charte communale de 2002, le projet de Charte de l’environnement et du développement durable de 2009, le projet de loi sur la régionalisation avancée et la nouvelle Constitution de 2011.

12Dans ce contexte particulier, le développement des villes du Maroc tend à intégrer de plus en plus les fronts de mer et les berges des rivières ou fleuves qui les traversent, tous espaces qui étaient délaissés auparavant. Par la création de nouveaux pôles dans le cadre et en marge du Plan Azur précité, ces fronts d’eau bénéficient de grandes promesses d’investissements, particulièrement ceux des plus grandes villes (Casablanca, Tanger, Rabat et Agadir), sans que pour autant les villes côtières moyennes (El Jadida, Essaouira, Larache, Nador et Saïdia) ne soient négligées. Ces flux financiers sont majoritairement orientés vers les projets et les secteurs jugés les plus porteurs et garantissant un retour rapide sur investissement, soit principalement le tourisme et l’immobilier. Les fronts d’eau sont donc désormais considérés comme des composantes urbaines dont le potentiel de développement est incontestable, et ils sont appelés, du moins en ce qui concerne l’agglomération de Rabat-Salé, à jouer un rôle d’accélérateur de la croissance urbaine et de ferment de la métropolisation.

13Le regain d’intérêt pour les fronts d’eau de Rabat date approximativement du début des années 2000, étant entendu que ses prémices peuvent être trouvés dès 1995. La réflexion planificatrice a évolué progressivement jusqu’à envisager la nécessité de valoriser ces espaces auparavant délaissés. Mais, pour y parvenir, il a fallu que de nouveaux concepts soient appropriés, en particulier celui de « projet urbain », et que de nouveaux modes de faire soient expérimentés, tels que, par exemple, les concours nationaux d’idées.

14Les planificateurs ont ainsi fait appel à la notion de « projet urbain », sans doute parce qu’ils la considèrent comme une formule modernisée des modes d'action des pouvoirs publics qui vise, dans son principe, plus de partage de décision. L’intégration de cette démarche – qui date aussi des années 2000 – s’explique par les limites et les difficultés de mise en œuvre révélées par les documents d’urbanisme classiques, particulièrement les schémas directeurs d’aménagement urbain et les plans d’aménagement (lenteur des procédures, multiplicité des acteurs impliqués, faible taux de réalisation des dispositions qui y sont prévues). Elle a été l’une des recommandations du séminaire organisé en 2002 à Ben Slimane par la direction de l’Urbanisme du ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace en partenariat avec l’Agence urbaine de Settat et intitulé « Réflexion sur les procédures d’élaboration et d’approbation des plans d’aménagement ». Deux ans après la tenue de ce séminaire, les agences urbaines ont été invitées à présenter des projets urbains dans le cadre d’un autre séminaire organisé, cette fois, à Casablanca. Il s’agissait de susciter des débats sur les différentes propositions formulées.

15Parallèlement à la démarche de projet urbain, les planificateurs et responsables politiques ont introduit une autre innovation dans le processus de planification urbaine habituel, à savoir le recours au concours national d’idées. Il s’agissait pour eux, au moins en principe, d’élargir le cercle de la concertation entre acteurs potentiellement concernés tout en faisant appel à la créativité des hommes de l’art quant à la conception des grandes opérations d’aménagement. Deux concours d’idées ont ainsi été lancés pour l’aménagement de la corniche de Rabat. Le premier, qui concerne la partie de la corniche située sur le territoire de l’ex-commune de Rabat-Hassan, a été organisé en 2000 par la direction de l’Urbanisme. Quant au second, il a porté sur l’ensemble de la corniche et a été mis en place en 2004 par la Commune urbaine de Rabat, avec les concours de la Wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et de l’Agence urbaine. Bien que les lauréats du second concours aient été effectivement primés, aucun de ces deux concours n’a eu de suite concrète.

16Les différents blocages rencontrés lors de la mise en œuvre des projets d’aménagement envisagés dans les périodes antérieures ou bien pour la concrétisation des propositions du second concours national d’idées ont conduit les pouvoirs publics à constituer un nouveau système d’acteurs, dont ils ont déterminé « d’en haut » les composantes principales, auxquelles ils ont attribué des pouvoirs exceptionnels. C’était pour eux la condition sine qua non pour passer au stade de la réalisation avec quelque chance de succès.

Un système d’acteurs composé sur mesure pour l’aménagement des fronts d’eau de Rabat

17A l’instar des grandes opérations d’urbanisme initiées ces dernières années en France, les projets d’aménagement de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat se caractérisent par l’extrême complexification de la maîtrise d’ouvrage urbaine. L’autonomisation des structures d’aménagement et la professionnalisation des équipes de conception et de réalisation en sont les principales caractéristiques. Le pilotage des projets des fronts d’eau de Rabat est ainsi assuré par des structures ad hoc, publiques (Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg), semi-privées (montage financier multipartite, par exemple pour les séquences Bab Al Bahr et Assahat Al Kabira du Bouregreg) ou privées (Emaar pour la corniche de Rabat). Ce sont ces montages institutionnels qui ont conduit Barthel et Verdeil (2008b) à affirmer que « la piste du “sur-mesure” paraît éclairer le mode d’entrée de ces acteurs dans les pays maghrébins, au regard de l’absence totale d’appel d’offres international et de la pratique systématique de marchés confiés de gré à gré par les autorités publiques aux investisseurs du Golfe ».

18En effet, à la différence de l’urbanisme classique où les plans d’aménagement sont conçus par des bureaux d’études ou par les agences urbaines, plans qui définissent notamment le nombre et la superficie des équipements nécessaires sans que les départements ministériels concernés ne s’engagent financièrement à les réaliser, les projets d’aménagement de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat se caractérisent par l’institutionnalisation de la contractualisation à travers l’émergence de nouveaux documents, outils ou instruments qui formalisent les cadres de l’action. Ces instruments sont de diverses natures : mémorandums d’entente, protocoles d’accord, conventions d’investissement, joint-venture, loi relative à l’aménagement. Ces documents règlent les engagements entre les contractants en identifiant les missions des opérateurs. Cela concerne notamment la création de sociétés de projets pour leur mise en œuvre, le financement de la réalisation des infrastructures, la gestion des dossiers d’autorisation de lotir, la promotion et la commercialisation des équipements (marina) et îlots, le transfert à titre gracieux des infrastructures aux autorités compétentes, le lancement et le pilotage de toutes les études urbanistiques et techniques, etc. Ces documents sont aussi et surtout des outils puissants qui, aux mains d’acteurs publics, leur permettent d’engager la libération du foncier (pour la corniche de Rabat) et d’engager la procédure d’expropriation (pour la vallée du Bouregreg).

  • 1 Il s’agit de la Société d’Aménagement du Bouregreg. En tant que filiale de la Caisse de Dépôts et d (...)

19Dès la conception initiale du projet du Bouregreg, le sceau royal est apposé par Abdelaziz Meziane Belfkih. C’est ce même conseiller du roi qui avait constitué, dès 2001, la première commission de réflexion sur ledit projet. Cette commission, dénommée « Commission royale », a abouti à la création, la même année, de la société SABR-Aménagement1. Celle-ci a cédé la place, en novembre 2005, à un établissement public : l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg (AAVB). A l’instar de l’Agence urbaine de Casablanca, l’AAVB est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Elle est dotée des prérogatives de la puissance publique. Ses principales missions consistent en l’élaboration des études et plans, particulièrement de celle du Plan d’aménagement spécial (PAS), la recherche et la mobilisation des financements nécessaires au développement des opérations, l’octroi des autorisations nécessaires. L’AAVB peut être maître d’ouvrage ou maître d’œuvre des infrastructures et ouvrages publics à l’intérieur du périmètre d’intervention, soit seule soit en partenariat avec des investisseurs privés. Elle était ainsi, initialement, partie prenante avec la société Sama Dubaï du projet dénommé « Amwaj » de la deuxième séquence (Assahat Al Kabira). L’Agence est également présente aux côtés d’Al Maâbar, holding d’Abu Dhabi, dans la société en charge de la première séquence (Bab Al Bahr). Le choix d’une telle organisation, en particulier de la disposition qui spécifie que la tutelle est exercée par le ministère de l’Intérieur, montre clairement la place accordée par l’Etat à ce projet.

20Pour remédier aux dysfonctionnements identifiés par les évaluations concernant la mise en œuvre des documents d’urbanisme classiques (multiplicité des acteurs, éclatement des pouvoirs, chevauchement des compétences), le législateur a prévu en outre l’établissement d’un Plan d’aménagement spécial (PAS). Bien que le texte qui le crée s’apparente par bien des côtés à ceux qui servent de cadre aux plans d’aménagement classiques (notamment la loi n° 12-90 relative à l’urbanisme), le PAS du Bouregreg prévoit, en plus, une série de dérogations qui permettent au maître d’ouvrage d’atteindre plus aisément les objectifs fixés. Les principales d’entre elles concernent la procédure d’élaboration, d’approbation et de mise en œuvre du PAS ; les modalités d’octroi des autorisations de construire, de lotir et de créer des groupes d’habitation et morcellement ; la mise en œuvre des projets de lotissement ainsi que la répression des infractions aux lois et règles de l’urbanisme et de la construction. D’autres dérogations, particulièrement importantes, portent sur la procédure « spéciale » d’expropriation pour cause d’utilité publique. Pour le maître d’ouvrage, ces dérogations sont de nature à élever le niveau d’efficacité du PAS, à en faire en quelque sorte un outil véritablement efficient. C’était en tout cas le souhait du directeur général de l’AAVB qui affirme par exemple que « avec les cadres du Secrétariat général du gouvernement, nous avons travaillé le texte de loi [n° 16-04] en privilégiant l’aspect pragmatique pour aboutir à un texte “intelligent” » (Challenge Hebdo, n° 84, 4-10 février 2006).

21Concernant la corniche de Rabat, un mémorandum d’entente, faisant suite au protocole d’accord du 29 mars 2006, a été signé en 2006 entre la Wilaya de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, l’Agence de logements et d’équipements militaires (ALEM), la Commune urbaine de Rabat, d’une part, et la société Emaar, d’autre part. Ce document a, entre autres choses, précisé les engagements de la Wilaya et de l’ALEM relatifs aux modalités de mise en œuvre du projet, engagements dont la réalisation sera suivie par un comité directeur présidé par le wali. Il a cependant limité à trois acteurs la participation au processus d’élaboration du projet de la corniche, à savoir : la Wilaya de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, l’Agence urbaine de Rabat-Salé et le groupe Emaar, lesquels se retrouvent donc dans le cadre d’un comité (restreint) de suivi – qui émane du comité directeur. Ce comité de suivi est chargé d’examiner les différents sous-projets prévus sur la corniche et qui sont proposés par Emaar, projets qui, par la suite, doivent être validés par le comité directeur et, parfois même, en haut lieu. Ainsi, bien que signataires dudit mémorandum d’entente en tant que propriétaires fonciers, la Commune urbaine de Rabat et l’Agence de logements et d’équipements militaires sont exclus à la fois du comité directeur et du comité de suivi.

22Par ailleurs, même si le conseil communal est, juridiquement, une institution qui a la charge de gérer la ville et de veiller à son développement – au même titre que l’Agence urbaine ou que les provinces et préfectures –, les modalités de conception et de mise en œuvre des projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat reflètent sa mise à l’écart à peu près totale. Cette mise à l’écart des élus a été ressentie par certains conseillers municipaux comme une confiscation des prérogatives des acteurs locaux de la gestion urbaine. Cependant, alors que le mécontentement des élus de la municipalité de Rabat ne s’est jamais exprimé au grand jour, puisqu’ils ont approuvé à l’unanimité les deux projets de la corniche et du Bouregreg – respectivement le 23 février 2006 et le 21 octobre 2008 –, ceux de Salé ont mené bataille et fini par émettre un avis défavorable sur le projet de Plan d’aménagement spécial du Bouregreg au cours de la session de leur conseil municipal tenue le 28 octobre 2008. Ce qui n’a toutefois pas empêché le projet d’être approuvé par le Secrétariat général du gouvernement puisque l’avis des élus demeure purement et simplement consultatif.

23Pour le journaliste D. Ksikes (Telquel, 22 octobre 2005), le directeur général de l’AAVB et le conseiller du roi, Meziane Belfkih, à l’origine de la loi n° 16-04 relative à l’aménagement et à la mise en valeur de la vallée du Bouregreg, visaient par cette mise à l’écart des élus à satisfaire la volonté du roi de faire des berges de la vallée du Bouregreg une vitrine métropolitaine « quitte à faire entorse à la charte communale en vigueur ». Le journaliste ajoute à ce sujet que la loi n°16-04 a instauré une « terra nullius, un no man’s land juridique ne dépendant d’aucun conseil de ville […]. En s’inspirant de l’expérience du quartier de la Défense à Paris, ils ont appris que les EPA (Établissements publics d’aménagement) peuvent eux-mêmes s’ériger en agences urbaines et collectivités pour tout décider en vase clos. Finalement, le projet concocté par les services de [El Mostapha] Sahel [ex-ministre de l’Intérieur] fait feu de tout bois. » Il propose que la vallée soit considérée comme un territoire à part, nécessitant de ce fait une agence urbaine à part, que le plan d’aménagement soit revu par un conseil d’administration, présidé par des hommes nommés par le roi, au sein duquel les collectivités locales font de la figuration. Prétextant de l’envergure du projet, de son caractère royal et surtout du besoin d’efficacité, le texte invite donc le gouvernement à faire exception à la règle. Cela signifie que la loi a donné naissance à un morceau de territoire enlevé à la responsabilité de ses élus ; et ceci signifie, aux plans politique et démocratique, la négation de leur autorité sur leur ville.

24Sur les plans urbanistique et architectural, la volonté de faire des fronts d’eau de Rabat une vitrine métropolitaine de la capitale a conduit les responsables de ces projets à en confier la réalisation à des « stars » de l’architecture et de l’urbanisme de renommée internationale. Pour les décideurs, en plus de la qualité intrinsèque dont ils pensent qu’ils sont les garants, les « stars » de l’architecture ou de l’urbanisme qui répondent à leurs demandes servent l’image des projets tant auprès des investisseurs nationaux et étrangers qu’auprès des futurs clients ou usagers des opérations projetées. Leur participation constitue en principe une garantie pour réussir un important coup médiatique, puisqu’elle ajoute à l’image de marque classique de Rabat les retombées des productions magistrales de ces grands noms de l’architecture. Quant aux campagnes marketing, elles visent à convaincre du bien-fondé des choix opérés, des modèles urbanistiques et architecturaux retenus et des avantages multiples que les acheteurs potentiels devraient trouver à investir dans les produits qui leur sont proposés.

25En effet, les aménageurs des fronts d’eau de Rabat se sont assurés le concours de stars de l’architecture et de l’urbanisme contemporains, généralement occidentaux. Les modalités de leur intégration aux projets sont variées. Dans certains cas, il s’agit d’urbanistes avec lesquels les investisseurs étrangers ont l’habitude de travailler, à l’instar de Sama Dubaï, qui a fait intervenir à Rabat l’Américain Jung Brannen sur le projet Amwaj, ou de Emaar, qui a fait appel à l’architecte sud-africain John Halford pour la conception du projet de la corniche de Rabat. Dans d’autres cas, les aménageurs ont passé des marchés de maîtrise d’œuvre de gré à gré avec des urbanistes ou architectes qui leur ont été conseillés, à l’image des contrats signés avec l’architecte-urbaniste français Bernard Reichen pour le Plan d’aménagement spécial du Bouregreg ou de celui élaboré avec le cabinet londonien Foster and Partners pour la conception architecturale de la séquence n° 1 (Bab Al Bahr) ou encore du contrat établi avec l’architecte anglaise d’origine irakienne Zaha Hadid pour le Grand Théâtre de Rabat. Les commandes transmises à ces maîtres d’œuvre sont multiformes : réalisation de cahiers des charges urbanistiques et architecturaux, conception d’espaces publics sur la vallée du Bouregreg et élaboration de master-plans détaillés.

26Quoiqu’il en soit, cependant, des motifs qui ont présidé à leur entrée en action, il n’en reste pas moins que ce sont ces professionnels qui ont permis de commencer à concrétiser la reconversion matérielle et symbolique des milieux aquatiques de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat en imposant une rupture complète avec le passé. Ces maîtres d’œuvre internationaux ont proposé un « urbanisme de projet » dont les partis d’aménagement reposent sur la prévision d’équipements emblématiques et la création de nouvelles centralités urbaines. On ne peut s’empêcher de trouver, malgré la qualité reconnue de chacun de ces concepteurs, qu’il existe un certain systématisme – pour ne pas dire conformisme – des conceptions, au point que, malgré les fortes différences qui distinguent leurs milieux écologiques, les deux projets de la vallée du Bouregreg et de la corniche de Rabat proposent des aménagements assez semblables dont les justifications avancées sont, dans l’un et l’autre cas, la maritimité et la modernité (marina, centre de congrès, habitat de haut standing). Il est vrai que le projet du Bouregreg a permis la dépollution de la vallée (transfert de la décharge de l’Oulja), la réalisation d’équipements et d’infrastructures d’intérêt général (tramway, pont Hassan II, tunnel des Oudayas, construction de quais et débarcadères sur la rive de Rabat, lesquels jouent un rôle essentiel d’espace public socialement mixte et ouvert sur le fleuve) et qu’il prévoit la réalisation à brève échéance d’équipements culturels susceptibles de rayonner nationalement, tel le Grand Théâtre de Rabat. Mais il n’en demeure pas moins que certaines dimensions des aménagements, telles que la préservation des milieux naturels, particulièrement ceux des zones humides, ou la prise en compte des modifications envisageables de la circulation automobile entre Rabat et Salé à la suite de la construction du nouveau pont Hassan II, auraient mérité des études supplémentaires et une réflexion plus approfondie pour faire en sorte que ces projets soient plus en phase avec la demande sociale et son évolution.

27Au plan communicationnel, par les divers supports de communication qu’ils ont utilisés, les responsables des sociétés d’aménagement ont fabriqué de nouvelles images de la vallée et du littoral, qu’ils ont voulu positives et modernes et qui doivent mettre en valeur des usages balnéaires et des complexes immobiliers. Outre le caractère moderne clairement affiché, qui s’adresse au monde des affaires, national et international, la stratégie médiatique des aménageurs des fronts d’eau de Rabat reflète leur volonté de doter Rabat d'un nouveau centre, qui viendrait s'ajouter à celui qui existe déjà (avenue Mohammed V), alors qu’aucune réflexion préalable n’a pourtant été sérieusement engagée sur la centralité à l’échelle de l’agglomération-capitale et qu’aucun document de planification et d’urbanisme existant ne traite réellement de cette question et de son évolution souhaitable.

La difficile conciliation entre gestion démocratique et efficience

28Si la création d’une société dédiée – dans le cas précis de l’aménagement de la vallée du Bouregreg – disposant, du fait de sa dotation initiale en capital et en ressources foncières, des moyens nécessaires à la réalisation de ses objectifs peut être considérée comme positive en soi, eu égard à l’ampleur des projets et aux difficultés permanentes de mise en œuvre des dispositions de l’urbanisme réglementaire, le système d’acteurs constitué autour de ces projets souffre de l’absence d’une articulation judicieuse, et souple, entre cette structure et les assemblées ou organismes en charge de représenter les habitants-citoyens. Marginalisées en raison de l’insuffisance des moyens financiers et humains dont elles disposent, mais aussi du trop petit nombre de cadres techniques à leur service, les collectivités locales marocaines se trouvent pratiquement toutes – y compris Rabat – en situation de subordonnées des opérateurs de l’aménagement institués pour l’occasion (de la réalisation des grands projets) et s’avèrent incapables de peser sur le processus de prise de décision. A vrai dire, cette subordination est pratiquement intrinsèque à l’organisation administrative marocaine, dans la mesure où les municipalités sont très dépendantes, tant sur le plan de leurs ressources que sur celui de leurs moyens techniques et humains, de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de l’Intérieur. Et cette subordination est évidemment d’autant plus forte que l’opérateur d’aménagement est politiquement puissant.

29On ne s’étonnera donc pas que le dynamisme et l’efficacité dont ont fait preuve ces opérateurs pour l’aménagement des fronts d’eau, qui se manifestent tout particulièrement dans le domaine des infrastructures (tramway, tunnel, pont), contrastent avec les indécisions, les atermoiements et, parfois, les blocages, des aménagements engagés sur le reste du territoire de l’agglomération-capitale sous couvert d’un urbanisme réglementaire qui ne peut généralement pas bénéficier de toute la panoplie des dispositifs dérogatoires qui ont été offerts aux sociétés d’aménagement dédiées. Est ainsi posée la question d’une ville à deux vitesses avec son corollaire, à savoir le risque sérieux d’une absence d’articulation entre les différents projets et entre chacun d’eux et le reste des territoires urbains, autrement dit, le risque de produire une ville physiquement fragmentée (F. Navez-Bouchanine, 2003) et, probablement aussi, socialement ségrégée. Ces risques sont accrus par l’absence d’une vision globale et concertée du développement de l’agglomération-capitale ainsi que par celle d’une structure de coordination en mesure de fédérer les différentes actions initiées à cette échelle. La question de la vision globale – à partir de laquelle pourrait être définie une véritable politique de développement urbain et établi un cadre de cohérence pour les projets d’aménagement – se pose avec d’autant plus d’acuité que le Schéma directeur d’aménagement urbain de Rabat-Salé, approuvé en 1995, est arrivé à échéance. Quant à la structure de coordination, si elle était créée, elle serait surtout censée arrêter les arbitrages en cas de désaccords, particulièrement pour les choix stratégiques.

Bibliographie

Barthel P.A., « Faire du “grand projet” au Maghreb : l’exemple des fronts d’eau (Casablanca et Tunis) », GéoCarrefour, n° 83, 2008, p. 25-34.

Barthel P.A., Verdeil E., « Experts embarqués dans le “tournant financier” : des grands projets urbains au sud de la Méditerranée », Annales de la recherche urbaine, n° 104, 2008, p. 38-48.

Navez-Bouchanine F. (dir.), La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ? Paris, l’Harmattan, 2003.

Signoles P. (dir.), Territoire(s) et politique dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Tours, Presses de l’Université François-Rabelais, 2014.

Notes

1 Il s’agit de la Société d’Aménagement du Bouregreg. En tant que filiale de la Caisse de Dépôts et de Gestion (CDG), cette société avait pour but d’accompagner le travail de la Commission royale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable