Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

III. La révolution de palais contre sultan Maḥammad Yayyo

Texte intégral

Brouille entre le sultan Maḥammad Yayyo et son vizir Yayyo Ḥammadu et ses causes - disgrâce et départ du vizir déchu pour Addis Abeba, identité de ses accompagnateurs et rôle de ‘Ali Miraḥ Ḥanfaré - accueil et durée de séjour à Addis Abeba - entrevue avec l’empereur Hayle Sïllasé et choix du jeune et inexpérimenté ‘Ali Miraḥ pour remplacer le sultan Maḥammad Yayyo Retour dans l'Awsa avec des soldats de la Garde impériale, arrestation, transfert à Addis Abeba et décès de Maḥammad Yayyo.

- En 1944, une révolution de palais vous portait sur le trône. Et tout avait commencé par des divergences entre le sultan Maḥammad Yayyo et son vizir Fitawrari Yayyo Ḥammadu.

  • 1 Ali-Miraḥ utilise régulièrement ce terme affectueux pour parler du vizir, le Fitawrari Yayyo Ḥammad (...)

- Ce n’était pas une grande divergence. Tout juste, il y a eu une suspicion entre eux. À la suite de quoi, mon oncle ne l'a pas emprisonné et il ne l’a pas vraiment démis de la fonction qu’il occupait. Il n’a pas repris non plus les vaches laitières qu’il lui avait données. Je pense cependant qu'il lui a porté des coups bas, même minimes. Il a essayé de le rabaisser. Le vieux1 était un homme patient et il disait que même s’il apprenait que son sultan voulait le tuer, il ne comploterait pas contre lui.

- Est-ce qu’il n’avait pas désigné quelqu’un à sa place ?

  • 2 Fils d’Assiya, le nom de la mère.

- Non. La personne qu’on prétend l’avoir remplacé, c’était Assiyaytu2, le chef du bétail du trône. Lui, c’était un soldat qui était toujours à ses côtés. Il faisait le travail mais il n’a pas été promu pour occuper le poste du Fitawrari Yayyo. C’était un type bien. À mon accession au trône, je l’ai maintenu à son poste.

  • 3 En ‘afar : Lubaakah elle suge Kalol wakri makka.

- Pourtant, à cette occasion, on prête à Yayyo Ḥammadu cette expression proverbiale « Au ‘alo où je vivais comme un lion, je ne me contenterai pas d’être un renard3. » Qu’en dites-vous ?

  • 4 Certains auteurs affirment que Yayyo Ḥammadu aurait informé Hayle Sïllasé des accords secrets concl (...)

- Ça, ce sont des histoires inventées par les gens. Fitawrari Yayyo Ḥammadu n'a pas trahi sultan Maḥammad Yayyo4.

- Qui a pris l’initiative du départ pour Addis Abeba et dans quel but ?

  • 5 La version la plus courante affirme le contraire, c’est-à-dire que l'initiative est venue du Fitawr (...)

- L’initiative était venue de moi5. J’avais peur au cas où mon oncle prenait la décision d’éliminer le vieux à cause de leur mésentente, il ne me réserve le même sort. Ma seule intention était de nous mettre à l’abri, le vieux et moi.

- Pouvez-vous nous dire combien vous étiez à votre départ et l’identité de vos accompagnateurs ?

- Une vingtaine avec le vieux et moi. Il avait à la maison des gens à lui, c’est-à-dire des soldats et c’étaient eux qui l’ont accompagné.

- Vous avez pris quel chemin ?

  • 6 Une première agglomération urbaine et un grand marché, à la lisière du pays ‘afar.
  • 7 Wîlisa Ḥaḍalmâḥis, chef de la confédération tribale Fantoyta des ‘Arabta-k ‘Asabbakari (‘Arabta et (...)
  • 8 Capitale du Wello, une ville située à quelques 400 km au nord-est d’Addis Abeba.
  • 9 1er mois du calendrier lunaire hégirien.
  • 10 2ème mois du calendrier lunaire hégirien.
  • 11 3ème mois du calendrier lunaire hégirien.
  • 12 4ème mois du calendrier lunaire hégirien.
  • 13 229 Fils de Abadir. Son nom était Maḥammad. Ce métis, de père arabe et de mère ‘afar était le secré (...)
  • 14 Né lors de la famine dite Ugubli, soit vers 1912 à Dâba-Dâba, une localité située entre Daymoli et (...)
  • 15 Nom d’une localité, un peu à l’écart du corridor Asab-Addis Abeba.

- À l’époque, comme il n’y avait pas d’autobus qui desservait Bati6 ou Addis Abeba, directement à partir de notre région, nous sommes passés par le chemin menant au campement du fils de Ḥaḍalmâḥis [Wîlisa Ḥaḍalmâḥis]7. Les jours précédents, j’étais allé voir ce dernier pour l’informer que nous comptions passer par son chemin. Quand j’ai informé le Fitawrari Yayyo de ma démarche, il m’a dit que je ne m’étais pas trompé du chemin mais, quant au vieux, il s’était demandé s’il saura garder le secret. Au jour J, nous avons quitté de nuit notre campement situé à un endroit appelé Ḥinnalé, puis traversé Aysa'eyta et une fois atteint 'Asa Damum, nous avons pris le chemin menant au campement du fils de Ḥaḍalmâḥis. Ce dernier nous a réservés un accueil chaleureux. Il avait tué en notre honneur une chamelle et il nous avait accompagnés jusqu’à Bati. Alors que nous étions chez lui, nous avons dépêché un messager aux autorités éthiopiennes de Bati pour les informer de notre arrivée et leur demander d’envoyer à notre rencontre une escorte armée. C’était le vieux [Yayyo Ḥammadu] qui assurait les contacts avec les autorités éthiopiennes pour le compte du sultan. Il était donc connu et bénéficiait de leur considération. Du campement du fils de Ḥaḍalmâḥis, nous nous sommes rendus à Waranso, une localité aux grands arbres, située à quelques lieux au-delà de Millé où nous attendaient les policiers éthiopiens. Avant notre arrivée, les responsables de l’administration éthiopienne de Bati se sont arrangés pour faire partir une délégation du sultan qui était leur hôte et nous ont reçus à bras ouvert. Ils ont aussitôt informé le pouvoir central de notre arrivée. De Bati, nous nous sommes rendus à Dessié8 où nous avons passé une nuit. Le lendemain, on a affrété pour nous un autobus qui nous a amenés à Addis Abeba. Là, nous avons été logés en dehors de la ville, dans un endroit isolé et la nourriture nous était commandée d'un restaurant arabe de la ville. Partis de l’Awsa dans le courant du mois de Muḥarram9, nous avons passé à Addis Abeba les mois de Safar10, de Rabî' al-awwal11 et une vingtaine de jours de Rabî' al-thani12. Nous avons été rejoints par ‘Abadirta13, le secrétaire privé du sultan et par Kuḍba Ḥammadu14, le chef de dépôts d'armes à Tanḍaḥo15. Après leur arrivée, nous ne sommes pas restés longtemps à Addis Abeba. Nous avons eu les premiers contacts avec les personnes de l’entourage de l’Empereur, celles qui pouvaient nous introduire auprès de lui. Par la suite, nous avons rencontré l’Empereur. Les autorités éthiopiennes étaient informées que j’étais membre de la famille régnante et que j'avais des droits sur le trône. Vous savez, l’Empereur ne portait pas dans son cœur sultan Maḥammad Yayyo à qui il reprochait de l’avoir trahi lors de l’invasion et l’occupation italiennes de l’Éthiopie. Lorsque le Fitawrari lui a dit que j’étais le fils de son cousin germain et que j’étais apte à le remplacer sur le trône, il nous a donnés des soldats et pas n'importe lesquels puisqu’il s’agissait des membres de la Garde impériale. C’était sans nul doute dans l’intention de faire garder le secret et de faciliter la réussite de la mission.

  • 16 C’est ce que dit par exemple Maammad Ḥammadu dit Kuḍba dans une récente interview à un journal en l (...)

- Certaines personnes16 disent que Hayle Sïllasé a voulu coûte que coûte nommer le Fitawrari Yayyo Ḥammadu mais que ce dernier a refusé et a insisté pour qu’il vous nomme. Qu’en dites- vous ?

  • 17 Le sultan ‘Ali-Miraḥ veut dire par-là qu’il n’avait pas d’ambitions démesurées.

- Le Fitawrari Yayyo ne cachait pas qu’il était un soldat17. C’était un homme de vérité. Savez-vous qu’il n’avait jamais voulu porter de pantalon et qu’il s’était toujours vêtu du sanâfil (pagne) ? Il avait gravi les échelons grâce à ses mérites. L’ayant remarqué, le sultan Yayyo l’avait nommé d’abord comme chef de défense des pâturages des der-amo, les vaches du trône. Ayant apprécié ses services à ce poste, il l’a affecté comme chef des bouviers du meilleur troupeau de vaches appelé Ellé'adu. Son fils, sultan Maḥammad Yayyo lui avait donné une nouvelle promotion et avait fait de lui son bras droit. C’était un homme apprécié pour son courage et sa bonté.

  • 18 Commandant de la tente impériale, titre de noblesse.

- À cette occasion, Hayle Sïllasé vous a conféré le titre de Dedjazmach18 ?

  • 19 Le sultan se trompe ici. Le premier sultan d’Awsa auquel ce titre éthiopien fut attribué en 1902 ét (...)
  • 20 Cette nomination officielle semble être intervenue le 10 avril 1944 au cours d’une cérémonie au Gra (...)

- Avant, chez nous, nous ne portions pas les titres nobiliaires éthiopiens comme celui-là mais les nôtres comme Amoyta, Illalta. Après que le régime éthiopien se soit imposé à nous, le titre de Dedjazmach a été introduit. Le premier à le porter est mon grand-oncle sultan Yayyo19. Comme vous le dites, ce titre m’a été conféré mais en cachette pour éviter que la nouvelle ne s’ébruite20.

- Quel était le nombre des militaires mis à votre disposition ?

  • 21 Il s’agissait de Tamrat Tezegué et d’un certain Samuel, qui, tous deux, vont atteindre le grade de (...)

- Pas beaucoup. Environ deux cents hommes, commandés par deux capitaines21.

- Racontez-nous comment l’opération s’est déroulée.

  • 22 C’était dans la nuit du samedi 21 Rabi’ al-Thani 1363, ce qui correspond au 14 avril 1944. Cf. Moha (...)
  • 23 Il y a eu deux morts, un militaire et une des épouses du sultan, la plus jeune et la préférée, Madi (...)
  • 24 La périphérie sud du delta de l’Awash appelée d’après la confédération tribale qui l’occupe.
  • 25 L’élite qui doublait dans le sultanat d’Awsa les autorités traditionnelles.

- À notre départ d’Addis Abeba, je pris place dans la voiture de commandement avec les deux officiers et une autre personne, faisant fonction d'interprète en arabe alors que le vieux et les autres s'embarquèrent sur les camions avec les soldats. Nous passâmes une nuit en cours de route et le deuxième jour, la journée à Tanḍaḥo. À la tombée de la nuit, nous fîmes cap sur Aysa‘eyta où on me laissa sous bonne escorte. Le vieux accompagna les militaires au camp du sultan, situé à quelques lieux de cette agglomération afin de l’arrêter et l’amener. À l’époque, la région d’Aysa‘eyta était marécageuse et il fallut contourner en passant par les bordures pour aller sur l’autre rive. Ayant vu de loin les feux des phares des voitures, les fils du sultan qui étaient sur les hauteurs de la montagne Gal‘ilé l’avaient averti en avance mais il ne les avait pas pris au sérieux. Même ses fils l’avaient déserté. Il vivait isolé dans ce lieu où il habitait une maison traditionnelle dans l’enceinte d’un petit camp de fortune en pierres, non gardé. Il faut dire que le débordement des eaux de la rivière l'avait obligé à abandonner le grand camp de Fursé, construit par son père et où nous sommes nés. Ne se doutant de rien, il se fit prendre sur son lit22. Les gens l'avaient déserté. Il avait perdu la force. Ce qui fait que son arrestation n’a pas posé des difficultés. Un seul incident. Un brave homme qui n’était pas un soldat se trouvait là ce soir comme l’hôte du sultan. Il a ouvert le feu sur le militaire venu arrêter ce dernier23. Ayant entendu ce coup de feu, les militaires éthiopiens qui étaient, comme c'est leur habitude à plat ventre, ont répliqué en tirant par feux de salves. Ceux d'entre eux, restés à Aysa‘eyta avec moi, ont fait de même. Ces coups de feu ont fait accourir les gens d'aussi loin que le Kalo des Kutubla24. Il faut dire que dans l’Awsa, après la défaite des Italiens, tout le monde avait une arme. Le vieux était un homme très intelligent et il a su parler aux gens pour éviter la confrontation. Il leur a fait dire par un messager ceci : « Ô Gens ! C’est ‘Ali-Miraḥ, le fils de Ḥanfaré Aydâḥis qui a pris le pouvoir. Il ne faut pas se faire tuer dans les mains des Chrétiens. » Cette annonce fit baisser la tension d’un cran. Les gens tinrent sur place une réunion pour décider de l’attitude à adopter. À l’époque, dans l’Awsa, il y avait des Malâk25. Voici en substance les conseils qu’ils ont donnés aux enfants de Maḥammad Yayyo : « Nous pensons que Yayyo a amené ces militaires pour une diversion. Allez en Éthiopie [Addis Abeba] et assurez-vous du soutien pour le contrecarrer. »

  • 26 Data Yayyo, « Yayyo, le Noir », le fils aîné du sultan Maḥammad Yayyo.
  • 27 Ce que confirme l’entomologiste anglais David Buxton qui l’a rencontré en février 1944 : « Bien que (...)

Prenant ce conseil à la lettre, Yayyo26, ses frères et leurs partisans prirent la direction d’Addis Abeba. En cours de route, ils louèrent une voiture dans laquelle ils prirent place. À quelques lieux de Tançlaḥo, les militaires qui avaient arrêté leur père se trouvèrent sur leur chemin et s’emparèrent d'eux. Ainsi, ils furent transférés à Addis Abeba en prisonniers et ensuite jetés dans les geôles. Ce jour-là, si les enfants du sultan avaient pris la tête des gens pour attaquer les soldats, il y aurait eu beaucoup plus de morts. Par exemple, s’ils avaient barré la route tout en encerclant le contingent de deux cents militaires que nous avions amenés, ces derniers allaient se rendre. Et l’opération aurait échoué. Mais cela ne fut pas le cas. Le sultan Maḥammad Yayyo est mort un mois environ après son transfert à Addis Abeba. Même si les gens nous ont dit que le soir de son arrestation, il avait présidé la palabre au siège du trône, c’était déjà un homme au bout du rouleau27.

- Est-ce qu’en quittant l'Awsa, votre ambition était de remplacer votre oncle ?

- Non. Moi, j’ai quitté l’Awsa, non pas pour avoir le pouvoir, mais parce que j’avais vu que mon oncle le sultan était un homme malade. S’il venait à tuer son vieux vizir à cause de leur brouille, je m’étais dit qu’il pouvait me tuer aussi parce que j’étais à la fois le beau-frère du vieux et le fils de Ḥanfaré Aydâḥis, un concurrent potentiel. Donc, j’avais l’intention, non pas de prendre le pouvoir mais de me mettre à l’abri des représailles éventuelles du sultan. Hayle Sïllasé qui, ne l’aimait pas, en a profité pour l’écarter du trône. Les Éthiopiens étaient sûrs d’une chose, sans les Aydâḥisso, il n’y aurait pas de stabilité. Du moment que le sultan en titre était remplacé par son petit-cousin pouvant bénéficier des faveurs des siens, ils savaient qu’ils n’avaient pas à s’inquiéter.

  • 28 Dix autres de ses fils étaient mineurs.

Par la volonté de Dieu, cet exil m’a valu le pouvoir auquel je ne m’attendais pas parce que ses grands enfants étaient au nombre de cinq28, ses demi-frères, deux, ‘Unḍa Maḥammad (Maḥammad Jr.) et Ḥanfaré ; le troisième Kaḍḍa Maḥammad (Maḥammad Sr.) étant mort sous les balles des Italiens. Ses demi-frères se trouvaient en prison. À l’époque de l’occupation italienne, après qu’ils fussent opposés à lui, il les avait fait emprisonner par les Italiens à Agordat, en Érythrée. Libérés par les Anglais après la défaite des Italiens, ils avaient été arrêtés par lui sur leur chemin de retour vers l’Awsa et emprisonnés à nouveau, cette fois-ci, dans l’Awsa. A notre prise du pouvoir, nous les avons libérés. Les militaires de la Garde impériale qui nous accompagnaient nous ont dit qu’ils ne voulaient pas les laisser partir comme ça dans la nature. Ils nous avaient promis de les amener à Addis Abeba auprès d'Hayle Sïllasé. Ce qu’ils firent. Là-bas, un salaire mensuel de 40 garshi (thalers) leur fut alloué et on leur demanda de rester dans la ville. Enfin, quand ils furent remis dans nos mains, nous leurs avions donné un certain nombre de têtes de bétail.

Notes

1 Ali-Miraḥ utilise régulièrement ce terme affectueux pour parler du vizir, le Fitawrari Yayyo Ḥammadu.

2 Fils d’Assiya, le nom de la mère.

3 En ‘afar : Lubaakah elle suge Kalol wakri makka.

4 Certains auteurs affirment que Yayyo Ḥammadu aurait informé Hayle Sïllasé des accords secrets conclus par sultan Maḥammad Yayyo avec l’administration militaire britannique, connue sous la désignation anglaise OETA (Occupied Enemy Territory Administration) qui veut dire en français « Administratio des Territoires ennemis occupés ». Voir Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 362-63) ; Mohamed Osman Aboubaker (1996 : 180).

5 La version la plus courante affirme le contraire, c’est-à-dire que l'initiative est venue du Fitawrari Yayyo Ḥammadu et ce dernier a amené avec lui Ali-Miraḥ dans l’intention de le faire substituer au sultan Maḥammad Yayyo.

6 Une première agglomération urbaine et un grand marché, à la lisière du pays ‘afar.

7 Wîlisa Ḥaḍalmâḥis, chef de la confédération tribale Fantoyta des ‘Arabta-k ‘Asabbakari (‘Arabta et ‘Asabbakari) de la région de Tanḍaḥo et Millé. Cette personnalité a marqué son époque. Non seulement une région entière était désignée de son nom, fait rare, mais aussi la rivière qui la traverse et que l'on désigne sur les cartes éthiopiennes du nom de Millé mais que les Afar, extérieurs à la région, appelaient « Ḥaḍalmâḥis-baḍih wé‘aytu » (la rivière du fils de Ḥaḍalmâḥis). Son importance n’échappe pas à l’explorateur anglais Wilfred Thesiger (1996 : 134) qui le rencontre le 20 mars 1934 et qui parle de lui comme « Un important balabbat. Le qenyazmach Wolissa [Wîlissa] est venu au camp. Le gouvernement intrigue pour l'éloigner du sultan d'Awsa à qui il a toujours payé tribut afin de le placer sous l'autorité de l'Elgurash [Algawarash] à Dessié. Il vient de rentrer d'une visite à Dessié. Il dit qu’il est Kenyazmach, que le sultan est Dejazmach, et qu’il est donc presque aussi important que le sultan et qu’il ne souhaite pas rester encore longtemps sous ses ordres. Je suspecte le gouvernement de Dessié de l’avoir fait Kenyazmach avec cet objectif en vue. Le sultan est naturellement loin d’être satisfait du fait que Wolissa [Wîlissa] contrôle une frange importante de ces Asabyabmara. La question n’a pas encore été réglée, mais je pense qu’il ne fait guère de doute qu’il passera progressivement sous l’autorité du gouvernement de Dessié].

8 Capitale du Wello, une ville située à quelques 400 km au nord-est d’Addis Abeba.

9 1er mois du calendrier lunaire hégirien.

10 2ème mois du calendrier lunaire hégirien.

11 3ème mois du calendrier lunaire hégirien.

12 4ème mois du calendrier lunaire hégirien.

13 229 Fils de Abadir. Son nom était Maḥammad. Ce métis, de père arabe et de mère ‘afar était le secrétaire privé du sultan Maḥammad Yayyo. Il continuera à exercer sous son successeur ‘Ali-Miraḥ, la même fonction jusqu’à son assassinat au début des années 1950 aux environs du lac ‘Asal. À l’annonce de son décès, on prête à l’entourage du sultan d’Awsa la parole proverbiale suivante : Qabaadirta qida maxacinninooy, qideenim manqabinno, ce qui veut dire littéralement : « Nous n'avons pas commandité l'assassinat de ‘Abadirta mais il ne nous a pas déplus non plus. »

14 Né lors de la famine dite Ugubli, soit vers 1912 à Dâba-Dâba, une localité située entre Daymoli et Andabba dans le secteur de Dorra, dans le nord-ouest de l’actuelle République de Djibouti, dans une famille issue de la tribu Madima, il était descendu très tôt dans l’Awsa. Il avait intégré l’armée du sultan et avait gravi les échelons.

15 Nom d’une localité, un peu à l’écart du corridor Asab-Addis Abeba.

16 C’est ce que dit par exemple Maammad Ḥammadu dit Kuḍba dans une récente interview à un journal en langue afar : Hayle Sillaase, reeda, Cammadi Yayyoh yecee. Usuk cineh, Qaliimiraacah neh acuy inne; Qafar qaada leeh, reeda lafal linohuu, qunxaamah kaah acuy inne. Naharak nek cineh. Hayle Sellaase awki qunxah iyye. Eddde kaa cabe cinneh. Too waqdi isin faxxeenim siinih abuwaahay iyyeeh, saro Qaliimiraacal neh hee. Qaliimirac tonnal reede [Hayle Sïllasé a voulu donner le pouvoir à Yayyo Ḥammadu. Ce dernier a refusé et nous avons demandé qu'il nomme pour nous Ali-Miraḥ, même s'il était jeune en expliquant que chez les Afar, nous avons une tradition qui fait que le titulaire de cette fonction doit être issu d'une tribu donnée. Hayle Sïllasé a refusé d'abord en affirmant que le garçon était trop jeune et qu'il ne pouvait revenir sur la nomination qu’il avait déjà publiée dans le Negarit Gazeta [Journal officiel]. Nous avons insisté et il a fini par accepter de nommer Ali-Miraḥ. C’est ainsi que Ali-Miraḥ est arrivé au pouvoir] Cf. Qusba Maaca, revue du centre d’enrichissement de la langue ‘afar, mars 2004, p. 26.

17 Le sultan ‘Ali-Miraḥ veut dire par-là qu’il n’avait pas d’ambitions démesurées.

18 Commandant de la tente impériale, titre de noblesse.

19 Le sultan se trompe ici. Le premier sultan d’Awsa auquel ce titre éthiopien fut attribué en 1902 était Ḥanfaré Maḥammad Ḥanfaré dit Rokkiyab Ḥanfaré, d’après le nom de la mère.

20 Cette nomination officielle semble être intervenue le 10 avril 1944 au cours d’une cérémonie au Grand palais sous la présidence de l’empereur. Cette date est celle d’un tract en amharique annonçant cette nomination que vous trouverez en annexe.

21 Il s’agissait de Tamrat Tezegué et d’un certain Samuel, qui, tous deux, vont atteindre le grade de colonel dans la Garde Impériale.

22 C’était dans la nuit du samedi 21 Rabi’ al-Thani 1363, ce qui correspond au 14 avril 1944. Cf. Mohamed Osman Aboubaker (1996 : 182).

23 Il y a eu deux morts, un militaire et une des épouses du sultan, la plus jeune et la préférée, Madina ‘Issé, plus connue sous le nom Ukkubi-m Madina [Madina (fille de) Ukkubi, le nom de la mère]. Cet événement a suscité par la suite un échange resté célèbre entre Birru, une kalluwanlé (pythonisse) en vue d’Awsa et un membre de la garde du sultan déchu. Birru a pris à partie les gardes du sultan et les gens de Kalo, les accusant d’avoir lâchement déshonoré le nom du pays en ayant laissé les Éthiopiens arrêter le sultan.

24 La périphérie sud du delta de l’Awash appelée d’après la confédération tribale qui l’occupe.

25 L’élite qui doublait dans le sultanat d’Awsa les autorités traditionnelles.

26 Data Yayyo, « Yayyo, le Noir », le fils aîné du sultan Maḥammad Yayyo.

27 Ce que confirme l’entomologiste anglais David Buxton qui l’a rencontré en février 1944 : « Bien que nous ayons entendu dire que le sultan était malade, j’ai été choqué de le rencontrer dans l’état où il était ; prostré, émacié et presque trop faible pour se lever de son lit. Même la parole était un grand effort pour lui et, seulement une courte conversation fut possible [.] Nous avions vu la fin du sultan Muhammed Yayyo comme potentat régnant. Déjà, ses jours de gloire l'avaient quitté et, l'homme lui-même se trouvait dans la dernière phase du déclin physique » (1957 : 147).

28 Dix autres de ses fils étaient mineurs.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires