Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

II. Adolescence et prime jeunesse du sultan ‘Ali-Miraḥ

Texte intégral

Naissance à Fursé - Apprentissage du Coran - Rôle de la sœur aînée dans son éducation - Brève présentation de la famille maternelle.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, pouvez-vous nous dire où vous êtes né exactement et en quelle année ?

  • 1 Ville située sur la rive gauche de l’Awash, au sud du mont Bôrawli, devenue capitale du sultanat d’ (...)
  • 2 Un lieu situé à environ sept kilomètres, au sud-est d’Aysa‘eyta, sur la rive gauche du lac Gurmudda (...)
  • 3 Cet événement a eu lieu en avril 1944
  • 4 Le sultan est donc né vers 1922.

- Je suis né dans le Kalo en un endroit appelé Saḥilé, situé de l’autre côté du lac d’Aysa‘eyta1 et connu dans le passé sous le nom de Fursé2. Cette agglomération abritait l’une des résidences principales du sultan Yayyo où je suis né. Je ne sais pas exactement l’année mais à mon avènement sur le trône3, j’avais vingt-deux ans4. Aujourd’hui, j’ai dépassé la quatre-vingtaine, de deux ou trois ans.

- Parlez-nous de votre enfance ?

  • 5 Il était mort en 1924 dans la prison où l’avait enfermé son oncle, le sultan Yayyo.
  • 6 Nom en ‘afar donné à un campement de plus de dix tentes.
  • 7 Jeu de balle.
  • 8 Sous le règne de son frère, elle a pris comme conseillère une part active aux affaires du sultanat.
  • 9 Commandant de l’avant-garde, titre de noblesse.
  • 10 C’était le second personnage du sultanat (équivalant de vizir) successivement de deux sultans d’Aws (...)
  • 11 Tablette en forme rectangulaire dont la surface était peinte du kaolin (en ‘afar : bado) et sur laq (...)

- Mon père est mort5 alors que je n’avais que deux ans. Orphelin, j’ai été élevé par ma mère avec mes deux sœurs, Fatuma et Madina, la première, de quatre ans mon aînée. J’ai commencé à aller à l’école coranique en même temps que les enfants de mon âge. Dans notre famille, faire apprendre aux enfants le Coran était une tradition qui remontait aux origines. Ainsi, chaque gânta6 s'attachait les services d'un lettré, un maître d’école appelé kabir en ‘afar et dont les besoins étaient pris en charge par la communauté. J’avais 16 ans quand ma mère est morte et j'avais fini l'apprentissage du Saint Coran. À l’époque, il y avait comme occupation les jeux, surtout le ko‘so7. Moi, j’étais porté aux jeux. J’avais une sœur aînée, Fatuma8, toujours en vie, que mon oncle, le sultan Maḥammad, avait mariée à son vizir, le Fitawrari9 Yayyo Ḥammadu10. Cette dernière s’est toujours occupée de moi et se souciait de mon destin. Enfant, alphabétisée avant moi, elle m'écrivait la leçon sur le luḥ11 et me donnait goût à la lecture. Adolescent, elle m’orientait vers la vie religieuse en même temps qu’elle me racontait l'histoire de notre père. Elle disait que notre père était un homme bien, un homme courageux, de façon à me donner l’envie de suivre son chemin. Elle voulait qu’avec le raffermissement de la foi musulmane, ma seconde préoccupation soit d'honorer le nom de mon père dont j’étais le fils unique. Elle y est parvenue. Et une fois devenu sultan, je me suis préoccupé de raffermir la foi parmi la communauté bédouine de mes sujets. Ce qui m’a attiré la sympathie des grands ‘uléma éthiopiens qui venaient me rendre visite. C’étaient par exemple le mufti (jurisconsulte) Siradj, le mufti Maḥammad Nur, le kabir (maître) Aḥmad, etc.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, parlez-nous un peu de votre mère et de son lignage ?

  • 12 Dambéla et Modayto. Une autre branche de cette tribu forme un groupe échangiste de femmes avec le c (...)
  • 13 C’était la bataille dite de ‘Arrado par les Afar, du nom d’une plaine des environs de Dubti, interv (...)
  • 14 Tous ceux qui avaient pris part à cette bataille sont presque tous morts.

- Ma mère s’appelait Ḥawi. Elle était la fille de ‘Umar Raré de la tribu Dambéla, plus précisément de sa branche habitant sur les rivages de l’Awash et faisant partie de la fédération tribale Dambéla-k Modayto12. Mon grand-père maternel est mort lors de la guerre de Mïnilïk contre l’Awsa13qui a été un désastre pour les ‘afar14. Dans notre lignage, nous nous marions traditionnellement dans cette tribu dont les femmes sont réputées donner le jour à des enfants qui réussissent dans la vie. Par exemple, Kaḍḍâfo, le fondateur de notre dynastie, était de mère Dambéla, mon père aussi. J’ai pris ma première femme dans cette tribu.

Notes

1 Ville située sur la rive gauche de l’Awash, au sud du mont Bôrawli, devenue capitale du sultanat d’Awsa sous le règne du sultan ‘Ali-Miraḥ.

2 Un lieu situé à environ sept kilomètres, au sud-est d’Aysa‘eyta, sur la rive gauche du lac Gurmuddali.

3 Cet événement a eu lieu en avril 1944

4 Le sultan est donc né vers 1922.

5 Il était mort en 1924 dans la prison où l’avait enfermé son oncle, le sultan Yayyo.

6 Nom en ‘afar donné à un campement de plus de dix tentes.

7 Jeu de balle.

8 Sous le règne de son frère, elle a pris comme conseillère une part active aux affaires du sultanat.

9 Commandant de l’avant-garde, titre de noblesse.

10 C’était le second personnage du sultanat (équivalant de vizir) successivement de deux sultans d’Awsa, c’est-à-dire de Maḥammad Yayyo (1927-44) et de ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré, de 1944 jusqu’à sa mort en1972. Celui-ci est parvenu à marquer l’histoire de ce sultanat en occupant cette haute fonction à laquelle sa naissance ne le prédestinait pas. L’homme qui avait du flair et une intelligence remarquable a commencé par le bas de l’échelle à l’époque du sultan Yayyo Maḥammad Ḥanfaré. Entré comme simple soldat dans l’armée, il a d’abord été nommé chef de défense (desso) des terres de pâturages destinés aux Der-amo, les troupeaux de vaches du trône. Ayant apprécié ses services à ce poste, sultan Yayyo l’a désigné ensuite comme chef des bouviers du troupeau Ella‘adu. Son successeur, son fils l’Amoyta Maḥammad Yayyo a fait de lui son vizir et son bras droit. Instigateur de la révolution de palais contre ce dernier en avril 1944, il a joué un rôle de premier plan sous le règne du nouveau sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré, également son beau-frère qu’il a porté au pouvoir et ce, jusqu’à sa mort en 1972 à Addis Abeba. Yayyo était célèbre pour sa bravoure, son habileté dans les débats et sa connaissance des lois coutumières ‘afar.

11 Tablette en forme rectangulaire dont la surface était peinte du kaolin (en ‘afar : bado) et sur laquelle on écrivait pour les enfants la leçon avec de l’encre noire.

12 Dambéla et Modayto. Une autre branche de cette tribu forme un groupe échangiste de femmes avec le clan Ḥummayso, connu sous le nom de Dambéla-k Ḥummayso (Dambéla et Ḥummayso) et la troisième est Asa Dambéla (Dambéla, les Rouges).

13 C’était la bataille dite de ‘Arrado par les Afar, du nom d’une plaine des environs de Dubti, intervenue en janvier 1896, peu avant la guerre éthio-italienne qui se soldera par la victoire éthiopienne d’Adwa.

14 Tous ceux qui avaient pris part à cette bataille sont presque tous morts.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires