Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

I- L'histoire de la dynastie Aydâḥisso du sultanat d’Awsa

Texte intégral

Lignée - Fondation de la dynastie des Aydâḥisso - Guerre fratricide de succession, ses causes et ses conséquences - Ère du règne de deux sultans - Refuge de Lij Iyassu dans l’Awsa - Expédition des troupes shewannes commandées par le Ras Kabbada Mangesha Atikam - Reprise de la guerre fratricide entre les Aydâḥisso et victoire de Yayyo - Règne du sultan Maḥammad Yayyo.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, pouvez-vous nous parler de votre lignée ?

  • 1 Kaḍḍâfo, le Noir.
  • 2 Il était connu sous le surnom Asa Aydâḥis, « Aydâḥis, le Rouge ». Le sultan ‘Ali-Miraḥ omet de parl (...)

- Dans ma lignée, le premier à porter le nom Aydâḥis était le fils de Maské qui a donné son nom à notre famille. Celui-ci a donné le jour à Ḥanfaré, lequel était le père d’Aydâḥis, plus connu sous son surnom Data Kaḍḍâfo1. C'était ce dernier qui a renversé l'Imam Salman, un homme d’origine arabe qui régnait sur l’Awsa. Il a été ainsi le fondateur de notre dynastie. Kaḍḍâfo a donné le jour à Maḥammad qui, lui, était le père d'Aydâḥis2. Ce dernier était le père de mon trisaïeul Ḥanfaré qui, lui, a donné le jour à mon arrière-grand-père Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta. Illalta veut dire en ‘afar un point d'eau permanent et à grand débit dont l’accès est ouvert à tout le monde. Il est employé ici dans le sens d’un chef unique pour tout le monde. Ce titre a été donné d'abord à son père Ḥanfaré. Mon grand- père Aydâḥis était l’aîné des enfants de Maḥammad Ḥanfaré. Il a donné le jour à mon père, Ḥanfaré.

- Vous venez de nous montrer votre rattachement à la lignée des Aydâḥisso. Parlez- nous maintenant des faits marquants de leur histoire en mettant l'accent surtout sur la période située entre la fin du règne de Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta et le règne de votre prédécesseur ?

  • 3 Le suffixe « k » signifie « et ». Afki‘é et Ma‘ad. Cette appellation désigne les descendants d’Afki (...)
  • 4 Kî‘u-k Ḥenkebba, ‘Arabta-k ‘Asabbakari et Nassâra-k ‘Agginni.

- Notre lignage tient son nom d’Aydâḥis Maské lequel a fait admettre, d’abord par les Afki‘e-k Ma‘ad3, puis par les autres tribus issues de Modaylé Arbâhim4, notre prééminence. Son petit-fils, Aydâḥis Ḥanfaré surnommé Kaḍḍâfo a fondé, comme je vous l'ai déjà dit, la dynastie des Aydâḥisso en renversant la dynastie des Imam d’origine arabe qui régnait sur l’oasis d’Awsa.

  • 5 r. 1798-1830.
  • 6 Elle était intervenue en 1861.

Le règne d’Aydâḥis Maḥammad5, le petit-fils de Kaḍḍâfo, fut marqué par de nombreuses guerres. À son décès, son fils ainé Maḥammad lui succéda mais il ne régna qu’une année. Le pouvoir passa dans les mains de Ḥanfaré, le fils cadet d’Aydâḥis Maḥammad. Ce dernier a rétabli par la guerre et la diplomatie la suprématie des Aydâḥisso sur l’Awsa. À sa mort6, son fils Maḥammad dit Illalta lui succéda. Celui-ci fut, avec Kaḍḍâfo, le fondateur de notre dynastie et son père, Ḥanfaré al-‘Adil (le Juste), l’un des sultans qui ont écrit les plus belles pages de notre histoire.

  • 7 Nom cité dans l'ordre syntaxique ‘afar qu'il faut lire : Fatuma (fille de) Ḥasna, le nom de la mère (...)
  • 8 ‘Alo, le Noir.

La fin de son règne, qui a duré une quarantaine d’années, fut cependant marquée par des guerres fratricides entre ses héritiers. Lesquelles guerres ont duré plus d’une décennie. Au cours de son règne, Maḥammad Ḥanfaré avait convoqué les Afki'é-k Ma‘ad pour les informer de sa décision de nommer prince-héritier son fils aîné Aydâḥis. Par la suite, devenu vieux, il a changé d’avis et il les a convoqués à nouveau pour leur annoncer cette fois-ci la désignation de son neveu Maḥammad Aydâḥis. Cette décision provoqua la révolte de ses fils, surtout ceux de Ḥasna Fatuma7, les frères germains du prince héritier écarté : Data ‘Alo1768, Yayyo, ‘Ali-Miraḥ et Ḥanfaré.

  • 9 Contrairement aux affirmations de Didier Morin (2004 : 242), ce n’était pas deux fils de Fatuma, la (...)

Alors que les Afki'é-k Ma‘ad s'étaient tus pour marquer leur désapprobation de la décision, le premier avait reproché publiquement à son père son choix. Par la suite, ‘Alo et Yayyo se concertèrent. Un autre ‘Alo, leur frère consanguin se joignit à eux. Ce dernier en voulait à Maḥammad Aydâḥis d'avoir tué ses vaches. Ils décidèrent de tuer ce dernier et son frère. Après s’être répartis les tâches, Yayyo attaqua le frère consanguin de Maḥammad Aydâḥis qu’il parvint à tuer. Les deux ‘Alo9 n’eurent pas la même chance. Ils furent tués dans l'attaque par les gardes du corps de Maḥammad Aydâḥis, lequel fut grièvement blessé.

  • 10 Plaines inondables de la vallée de l’Awash.
  • 11 Littéralement : « Sultan, le Rouge ». C’était le surnom du sultan Ḥummad Maḥammad Mandaytu, de la f (...)
  • 12 C’étaient ‘Ali-Miraḥ et ‘Alo Aydâḥis, les frères germains du père du sultan ‘Ali-Miraḥ et leur cous (...)
  • 13 Roi du Shewa (août 1865-novembre 1889) puis Empereur d’Éthiopie (novembre 1889-12 décembre 1912). L (...)

Par la suite, mon grand-père Aydâḥis et ses frères germains, Ḥanfaré, Yayyo et ‘Ali-Miraḥ, décidèrent de ne pas déclencher une guerre de succession du vivant de leur père. Ils quittèrent le Kalo10 et se rendirent à Tadjourah où ils furent les hôtes de ‘Asa Dardar11. Par la suite, laissant là-bas les enfants12 qu'ils avaient emmenés avec eux sous la garde de ‘Ali-Miraḥ, ils se rendirent au Shewa par la route de Harar dans l'intention de plaider leur cause auprès de l’empereur Mïnilïk II13. Informé de leur déplacement, Maḥammad Aydâḥis subtilisa le sceau de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta et fit parvenir, au nom de ce dernier, une lettre à Mïnilïk II dans laquelle il lui faisait dire que ses enfants étaient responsables de troubles contre son pouvoir et de mort d’hommes. Il lui demandait même, je crois, de les tuer.

  • 14 Le sultan se trompe. À l’époque, le roi des rois se portait bien.

À l’époque, Mïnilïk II était affaibli par la maladie14 et les grands dignitaires de sa cour tinrent conseil. Ils se dirent qu'un homme en possession de toutes ses facultés mentales n’aurait pas demandé l’élimination de ses propres fils, et même si c’était le cas, ils jugèrent la requête injuste. Ils se dirent qu’en faisant ce qu'il leur demandait de faire, il se pourrait qu’il y ait conflit entre eux et nos gens. Une perspective qui leur faisait peur parce qu'à l’époque, pour leur approvisionnement en sel, ils dépendaient du lac ‘asal.

  • 15 Certaines sources orales affirment que cette solution a été conseillée et défendue par l’impératric (...)
  • 16 Il s’agissait du sultan Muhammad ibn Daoud (r. 1878-1932), plus connu sous le nom Abba Jiffar II.

Finalement, ils décidèrent de les faire garder sous surveillance15 à Jimma dont le sultan avait une autonomie interne16. Ils demandèrent à ce dernier de bien les traiter. Par la même occasion, ils informèrent Maḥammad Ḥanfaré que ses vœux ont été exaucés. Aydâḥis et ses frères sont restés longtemps à Jimma.

  • 17 Père de Lij Iyassu, issu de la dynastie musulmane de Werre Himano du Wello, il a été gouverneur de (...)
  • 18 Le sultan se trompe ici. Un deuxième fils du sultan Maḥammad Ḥanfaré du nom Kaḍḍâfo, de mère différ (...)
  • 19 Ce terme désigne l’ensemble de l’appareil gouvernemental de l’Empire turc.

Entre-temps, Maḥammad Aydâḥis se proclama Amoyta et arrêta aussi les autres fils d’Illalta qu’il remit dans les mains du Ras Mikaél17 du Wello pour les emprisonner à Dessié. ‘Ali-Miraḥ, réfugié à Tadjourah, était le seul à rester en liberté18. Celui-ci décida de combattre le sultan Maḥammad Aydâḥis. Il se rendit d’abord au Yémen auprès d’un grand shaykh pour solliciter sa bénédiction. C’est cette visite qui fait dire à certains qu’il était allé chercher des armes auprès des autorités de la Sublime Porte19 de Zabid mais ce n’était pas vrai.

Ensuite, ‘Ali-Miraḥ rentra au pays où il arriva facilement à obtenir le ralliement des Modayto. Ces derniers reprochaient à Maḥammad Aydâḥis d’avoir trahi son oncle, le vieux Maḥammad Ḥanfaré et de le maltraiter. ‘Ali-Miraḥ lui fit la guerre. Maḥammad Aydâḥis battu, prit la fuite et se réfugia avec ses partisans sur les hautes terres, plus précisément à Samou, une région du Shewa oriental.

  • 20 21 mai 1902. Cf. Morin (2004 : 242).
  • 21 Il s’agissait de Maḥammad ‘Alo
  • 22 Une femme de la tribu Ma‘anḍita.

Une fois assuré le contrôle du pays, ‘Ali-Miraḥ demanda et obtint du Ras Mikaél la libération de ses frères consanguins emprisonnés à Dessié. Il ne savait pas que ses frères germains étaient en vie. À la mort peu de temps après de son père, Maḥammad Ḥanfaré20, ‘Ali-Miraḥ monta sur le trône. Peu de temps après, il fut assassiné, en même temps que son neveu21, à l'instigation de ses frères cnsanguins, les enfants de Rokkiya22, plus précisément de Aydâḥis. Ḥanfaré, leur aîné, se proclama Amoyta.

  • 23 C’était le fils d’Ukubbi, une femme de la tribu Dambéla.

Celui-ci fut confronté à la rebellion d’un autre fils de Maḥammad Ḥanfaré, du nom Kaḍḍâfo, de mère différente23. Ce dernier mena contre lui et ses frères germains une guérilla sanglante dont les effets négatifs se firent ressentir durement, tant dans le sultanat d’Awsa qu’en Abyssinie.

Pour permettre le retour de la stabilité dans la région, les fils d’Illalta placés sous contrôle à Jimma furent ramenés à Addis Abeba et renvoyés chez eux. Sur leur chemin de retour, ils furent de nouveau arrêtés et emprisonnés par Ras Mikaél. L’un d’entre eux, Ḥanfaré, tombé malade, mourut peu après. Mon grand- père Aydâḥis, mon père Ḥanfaré et mon grand-oncle Yayyo restaient en prison. Comme la situation ne faisait que se détériorer, le Ras Mikaél fut poussé à prendre la décision de partager le sultanat et les tribus en dépendant entre les héritiers de Maḥammad Ḥanfaré : une partie fut placée sous la responsabilité de ceux appelés les enfants de Rokkiya avec à leur tête leur aîné, Ḥanfaré, et l’autre partie sous celle des enfants de Ḥasna Fatuma avec à leur tête Yayyo. Mon grand-père Aydâḥis, l’aîné des enfants de Ḥasna Fatuma, ayant préféré se consacrer à la vie religieuse, se désista en faveur de Yayyo auquel il adjoignit mon père.

  • 24 En afar: Namma misli dabâna.

Cette période est connue dans l’histoire du sultanat d'Awsa comme l’ère du règne de deux souverains24.

  • 25 Petit-fils et successeur de l'Empereur Mïnilïk II (1913-16). Né en 1897, il était le fils de la fil (...)
  • 26 Fille de Mïnilïk II et tante maternelle de Lij Iyassu, elle est couronnée impératrice le 11 février (...)
  • 27 Fils du Ras Bitwodded Manguesba Atikam, il a remplacé en 1918 comme gouverneur du Wello le Ras Kass (...)
  • 28 Ḥanfaré (fils de) Rokkiya, le nom de la mère.
  • 29 Cet événement est intervenu dans la première semaine d’avril 1919.

Peu de temps après, profitant du fait que les Éthiopiens étaient beaucoup plus préoccupés par leur problème de succession, Yayyo et Ḥanfaré se firent la guerre, laquelle se solda par la victoire du premier. Ḥanfaré ses frères germains et leurs partisans prirent la fuite, descendirent à ‘Asab d’où les Italiens les transférèrent à Masawa’ pour être emprisonnés. Là-bas, certains d’entre eux moururent en captivité. Ḥanfaré fit partie des survivants qui parvinrent à s’échapper et à gagner l’Abyssinie. L’occasion de revenir sur le devant de la scène se présenta pour lui à la faveur du changement de gouvernement à la tête de l'empire éthiopien. Lequel changement faisait suite au coup d'État contre Lij Iyassu25, lequel avait fui et trouvé refuge dans l’Awsa. Ayant reçu de l'Impératrice Zawditu26 l’ordre de l'arrêter et de le transférer à Addis Abeba, Yayyo nia sa présence auprès de lui. Il fut convoqué dans la capitale mais il refusa d’obtempérer en prétextant les difficultés de monter à cheval, en raison de son âge avancé. D’où l’envoi par le gouvernement éthiopien contre l’Awsa des troupes commandées par le Ras Kabbada27. Certaines sont venues du Shewa et d’autres du Wello. Les unes comme les autres étaient accompagnées par des membres du lignage Aydâḥisso ; les premières par ‘Alo, le fils de l’ancien sultan Maḥammad Aydâḥis et les secondes par le sultan déchu, Rokkiyah Ḥanfaré28. Les chrétiens descendirent en force dans l’Awsa qui fut rempli d'hommes29.

  • 30 Une localité du nord-ouest de la République de Djibouti.

Averti en avance de leur arrivée, sultan Yayyo avait abandonné la région et s'était retiré à Balḥo30. À l’époque, cette localité n'était pas entre les mains des Français mais des nôtres. Cet épisode est passé à la postérité sous l’appellation Ras Kabbada-d dabboh karma (« L'année de l'exil provoqué par le Ras Kabbada »). Les forces éthiopiennes qui campèrent dans l’oasis d’Awsa furent décimées par les maladies dont la malaria et finirent par se retirer. Ils abandonnèrent Ḥanfaré et les siens. Par la suite, nos gens, les partisans de Ḥanfaré et ceux de Yayyo, se firent la guerre. En effet, le premier bénéficiait de nouveau du soutien des Aydâḥisso, qui étaient avec lui avant qu’il ne fusse chassé du pays par le second. Dans l’autre camp, l’homme fort au côté de son oncle, le sultan Yayyo, c’était mon père.

  • 31 Une région de la moyenne vallée de l’Awash.
  • 32 Il régna de 1927 à 1944.

Ḥanfaré et ses partisans, à court de munitions, prirent la fuite en direction des hautes terres par la route de Ba‘adu31. Quand ils pénétrèrent dans cette région, les habitants leur firent la guerre. Ḥanfaré y trouva la mort. Ḥanfaré et ses partisans n’étaient pas des mauvais gens. À l’époque, le Ras Mikaél du Wello avait la force et c’était lui qui a poussé nos gens à s’entre-tuer. Cette situation lui a permis d’abord d’occuper militairement le Kalo puis d’imposer, pour la première fois, un tribut de 12 000 thalers Marie-Thérèse à notre dynastie. Après sa victoire sur son frère Ḥanfaré, le sultan Yayyo devint le seul maître du pays. À sa mort, son fils, mon oncle Maḥammad32 lui succéda.

  • 33 C’était en 1939. Il a fait ce voyage à la tête d’une délégation de 28 personnes. Au cours d’un séjo (...)
  • 34 Il s’agissait de Victor Emmanuel III.

Lors de l'invasion italienne de l’Éthiopie, ce dernier noua de bons rapports avec les occupants, dans ses propres intérêts et ceux de son peuple, bien évidemment. Il se rendit à Rome33 à l’invitation du roi d’Italie34 et à cette occasion, il rencontra l’homme fort, le chef de gouvernement Benito Mussolini. Vers la fin de sa vie, malade, il fit le vide autour de lui. Je lui ai donc succédé au trône après une révolution de palais à laquelle il n’a pas survécu plus d’un mois.

Fig.3 et 4: Le Sultan Maḥammad Yayyo (à gauche) ; Le vizir Yayyo ammadu Abdallah (à droite)

Fig.3 et 4: Le Sultan Maḥammad Yayyo (à gauche) ; Le vizir Yayyo ammadu Abdallah (à droite)

Notes

1 Kaḍḍâfo, le Noir.

2 Il était connu sous le surnom Asa Aydâḥis, « Aydâḥis, le Rouge ». Le sultan ‘Ali-Miraḥ omet de parler de deux sultans : Ḥanfaré, le fils aîné de Kaḍḍâfo et son successeur, lequel a été poussé très vite d'abdiquer pour manque flagrant de générosité et Maḥammad, son frère cadet et successeur.

3 Le suffixe « k » signifie « et ». Afki‘é et Ma‘ad. Cette appellation désigne les descendants d’Afki‘é (Afki‘é sarra) et de Ma‘ad (Ma‘as sarra), formant une union privilégiée. Les deux formaient l’ossature du pouvoir dans le sultanat d’Awsa.

4 Kî‘u-k Ḥenkebba, ‘Arabta-k ‘Asabbakari et Nassâra-k ‘Agginni.

5 r. 1798-1830.

6 Elle était intervenue en 1861.

7 Nom cité dans l'ordre syntaxique ‘afar qu'il faut lire : Fatuma (fille de) Ḥasna, le nom de la mère. Mariée en secondes noces par Maḥammad Ḥanfaré, alors qu’il n’était pas encore Amoyta, elle était de la tribu Lubak-Kubo qui participait avec des clans Modayto à la formation de la confédération Lubak- kubo-k Modayto (Lubak-Kubo et Modayto).

8 ‘Alo, le Noir.

9 Contrairement aux affirmations de Didier Morin (2004 : 242), ce n’était pas deux fils de Fatuma, la première épouse du sultan, mais un de ses fils, surnommé Data ꜤAlo (ꜤAlo, le Noir) et son frère consanguin et homonyme. Ce dernier n'était pas Asa ‘Alo (‘Alo, le Rouge), lequel était mort lors de la guerre de kaḍḍa ‘Arrado de 1896 mais Sa ‘ada-‘Alo, différencié d’après le nom de la mère, une autre épouse du sultan de la tribu Askakmali. Laquelle tribu participait avec des clans Modayto à la formation de la confédération Askakmali-k Modayto (Askakmali et Modayto). D’ailleurs, chez les Afar, deux frères de même mère ne peuvent pas porter le même nom. Nous pensons qu’il s'agit d’une erreur d'inattention.

10 Plaines inondables de la vallée de l’Awash.

11 Littéralement : « Sultan, le Rouge ». C’était le surnom du sultan Ḥummad Maḥammad Mandaytu, de la fraction Dinitté qui a régné de 1880 au 24 août 1912.

12 C’étaient ‘Ali-Miraḥ et ‘Alo Aydâḥis, les frères germains du père du sultan ‘Ali-Miraḥ et leur cousin Maḥammad, fils du défunt Data ‘Alo.

13 Roi du Shewa (août 1865-novembre 1889) puis Empereur d’Éthiopie (novembre 1889-12 décembre 1912). La démarche des fils de Maḥammad Ḥanfaré auprès de Mïnilïk II ne s’expliquait pas par l’existence d’une quelconque suzeraineté de celui-ci sur l’Awsa mais par le souci de solliciter son intervention en tant que voisin auprès de leur père pour le pousser à reconsidérer sa décision, contraire à la règle de la primogéniture ayant prévalu jusqu’alors.

14 Le sultan se trompe. À l’époque, le roi des rois se portait bien.

15 Certaines sources orales affirment que cette solution a été conseillée et défendue par l’impératrice Taytu Betul en prévision de leur possible utilisation dans la lutte de succession de Mïnilïk qui se profilait. Il semble cependant que cette interprétation renvoie à des événements ultérieurs car à l'époque l'empereur se portait bien.

16 Il s’agissait du sultan Muhammad ibn Daoud (r. 1878-1932), plus connu sous le nom Abba Jiffar II.

17 Père de Lij Iyassu, issu de la dynastie musulmane de Werre Himano du Wello, il a été gouverneur de cette province (1878-1914), puis Négus (1914-1916). Il s’appelait Muḥammad ‘Ali avant sa conversion au christianisme en 1878 sous la pression de l'Empereur Yohannïs IV. Défait le 22 octobre 1916 à Sagale, 80 km au nord d’Addis Abeba par l’armée shewanne alors qu’il tentait de marcher sur la capitale après le coup d’État contre son fils, il fut fait prisonnier. Il est mort en captivité le 8 septembre 1918.

18 Le sultan se trompe ici. Un deuxième fils du sultan Maḥammad Ḥanfaré du nom Kaḍḍâfo, de mère différente que les prisonniers de Jimma, se trouvait en liberté. Il faisait cause commune avec Maḥammad Aydâḥis contre ses demi-frères auxquels il reprochait d’avoir tué son frère utérin, lequel était le frère consanguin du premier.

19 Ce terme désigne l’ensemble de l’appareil gouvernemental de l’Empire turc.

20 21 mai 1902. Cf. Morin (2004 : 242).

21 Il s’agissait de Maḥammad ‘Alo

22 Une femme de la tribu Ma‘anḍita.

23 C’était le fils d’Ukubbi, une femme de la tribu Dambéla.

24 En afar: Namma misli dabâna.

25 Petit-fils et successeur de l'Empereur Mïnilïk II (1913-16). Né en 1897, il était le fils de la fille de Mïnilïk, Shewarägga et du Negus Mikaél (Muḥammad ‘Ali) d’une dynastie d’origine oromo mais amharisé du Wello. Chassé du trône, Lij Iyassu a trouvé d'ailleurs refuge dans le sultanat d'Awsa, auprès de l'Amoyta Yayyo Maḥammad qui a refusé de le livrer à ses tombeurs. Il a eu l’imprudence de quitter l’Awsa pour le Tigray dont l’un des chefs, Gugsa Araya, a procédé à son arrestation le 28 janvier 1921 et l’a remis le 21 mai à Dessié à Ras Tafari Makonnen en personne.

26 Fille de Mïnilïk II et tante maternelle de Lij Iyassu, elle est couronnée impératrice le 11 février 1917 avec comme régent Tafari Makonnen (le futur empereur Hayle Sïllasé Ier). Elle est morte le 1er avril 1930.

27 Fils du Ras Bitwodded Manguesba Atikam, il a remplacé en 1918 comme gouverneur du Wello le Ras Kassa Haylu, relevé de ses fonctions pour avoir été incapable de capturer Lij Iyassu et de pacifier les terres des environs de Bati. Par la suite, ce fidèle allié de Tafari Makonnen fut relevé de ses fonctions de gouverneur du Wello en septembre 1928 par celui-ci, devenu entre-temps empereur, au profit de son fils aîné Asfa Wossen. Il est mort en 1940. Cf. McCann (1987 : 125).

28 Ḥanfaré (fils de) Rokkiya, le nom de la mère.

29 Cet événement est intervenu dans la première semaine d’avril 1919.

30 Une localité du nord-ouest de la République de Djibouti.

31 Une région de la moyenne vallée de l’Awash.

32 Il régna de 1927 à 1944.

33 C’était en 1939. Il a fait ce voyage à la tête d’une délégation de 28 personnes. Au cours d’un séjour de 34 jours, il a eu plusieurs entretiens avec les plus hauts responsables et a visité plusieurs villes d’Italie.

34 Il s’agissait de Victor Emmanuel III.

Table des illustrations

Titre Fig.3 et 4: Le Sultan Maḥammad Yayyo (à gauche) ; Le vizir Yayyo ammadu Abdallah (à droite)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/987/img-1.png
Fichier image/png, 94k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires